Vous êtes sur la page 1sur 14

28/02/2012

ELLOUZE ALI
ELLOUZE ALI

Cours topométrie Routière

I . TRACÉ DE ROUTE 1. TERMINOLOGIE ROUTIÉR 2. RACCORDEMENTS CIRCULAIRES 3. RACCORDEMENTS ROUTIERS 4. TERRASSEMENT D’UN PROJET ROUTIER II. PROFILS ET CUBATURES 1. COURBES DE NIVEAU 2. PROFIL EN LONG ET EN TRAVERS

ELLOUZE ALI

28/02/2012

1- TERMINOLOGIE ROUTIÉR

1- TERMINOLOGIE ROUTIÉR ELLOUZE ALI
1- TERMINOLOGIE ROUTIÉR ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

L’EMPRISE : partie du terrain qui appartient à la collectivité et affectée à la route ainsi qu’à ses dépendances.

L’ASSIETTE : surface du terrain réellement occupée par la route.

PLATE-FORME : surface de la route qui comprend la chaussée et les accotements.

CHAUSSÉE : surface aménagée de la route sur laquelle circulent les véhicules. Elle est constituée d’une ou plusieurs voies de circulation.

ACCOTEMENTS : zones latérales de la PLATE-FORME qui bordent extérieurement la chaussée.

ELLOUZE ALI

28/02/2012

PHASES SUCCESIVES DE L’ÉTUDE D’UN TRACÉ DE ROUTE

PHASES SUCCESIVES DE L’ÉTUDE D’UN TRACÉ DE ROUTE ELLOUZE ALI
PHASES SUCCESIVES DE L’ÉTUDE D’UN TRACÉ DE ROUTE ELLOUZE ALI
PHASES SUCCESIVES DE L’ÉTUDE D’UN TRACÉ DE ROUTE ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI
ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

28/02/2012

ELLOUZE ALI
ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI
ELLOUZE ALI
ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

28/02/2012

ELLOUZE ALI
ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

2. RACCORDEMENTS CIRCULAIRES

2. RACCORDEMENTS CIRCULAIRES ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

28/02/2012

Raccordements circulaires simples

Raccordements circulaires simples ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

Un raccordement circulaire simple est un arc de cercle TT’ tangent à deux alignements droits ST et ST’. Le point S est le sommet du raccordement ; il est l’intersection des deux alignements droits. Les alignements étant connus, le point S ainsi que l’angle g sont connus. T et T’ sont les points de tangence. Deux cas de figure peuvent se présenter :

soit le rayon R de raccordement est connu : il est choisi lors du projet et dépend de la catégorie de la route

soit on impose un point de passage P pour ce raccordement, le franchissement d’un obstacle, rivière ou chemin de fer par exemple. Le rayon R est alors calculé de sorte que le raccordement passe par P.

ELLOUZE ALI

28/02/2012

Dans le cas le plus courant, R est connu. Les alignements ST et ST’ étant aussi connus, on construit le point S d’intersection et l’on reporte les distances horizontales calculées ST et ST’ ; on procède ensuite au piquetage de plusieurs points de l’arc.

ensuite au piquetage de plusieurs points de l’arc. Si le centre O du cercle est accessible,
ensuite au piquetage de plusieurs points de l’arc. Si le centre O du cercle est accessible,

Si le centre O du cercle est accessible, on peut, le stationner et piqueter l’arc de cercle.

ELLOUZE ALI

Si l’on ne peut pas construire le point S, non accessible, en raison de la présence d’un obstacle par exemple, on peut procéder ainsi: positionner deux points A et B sur les alignements ST et ST’ de façon que le segment AB soit mesurable. Mesurer les angles a et b ainsi que la distance AB. Il reste à résoudre le triangle ASB et à en déduire les distances SA et SB. ainsi que l’angle g entre les deux alignements : g = 200 - a - b. On implante enfin T et T’ à partir de A et B et des distances suivantes :

: g = 200 - a - b . On implante enfin T et T’ à

ELLOUZE ALI

: g = 200 - a - b . On implante enfin T et T’ à

28/02/2012

Application

Soit un raccordement simple de rayon R = 208,66 m entre deux alignements droits ST et ST’ Le sommet S est inaccessible. Un opérateur stationne une station totale en deux points A et B des alignements et effectue les mesures du tableau ci-dessous.

alignements et effectue les mesures du tableau ci-dessous.     Lectures Lectures verticales  
   

Lectures

Lectures verticales

 

Station

Points visés

horizontales (gr)

(gr)

Distances selon la pente (m)

 

B

15,332

99,876

271,061

A T

147,049

98,036

=====

 

T’

87,145

101,966

=====

B A

205,616

100,124

271,081

Calculez les distances d’implantation des points de tangence T et T’.

ELLOUZE ALI

    Lectures Lectures verticales   Station Points visés horizontales (gr) (gr)
   

Lectures

Lectures verticales

 

Station

Points visés

horizontales (gr)

(gr)

Distances selon la pente (m)

 

B

15,332

99,876

271,061

A T

147,049

98,036

=====

 

T’

87,145

101,966

=====

B A

205,616

100,124

271,081

98,036 =====   T’ 87,145 101,966 ===== B A 205,616 100,124 271,081 ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

28/02/2012

Raccordements circulaires composés

Le raccordement est constitué de deux arcs de cercles consécutifs, tangents entre eux et dont les centres de courbure sont situés du même coté

et dont les centres de courbure sont situés du même coté Plusieurs types de calculs sont
et dont les centres de courbure sont situés du même coté Plusieurs types de calculs sont
et dont les centres de courbure sont situés du même coté Plusieurs types de calculs sont
et dont les centres de courbure sont situés du même coté Plusieurs types de calculs sont

Plusieurs types de calculs sont menés suivant les données dont l’opérateur dispose.

ELLOUZE ALI

Application

Le tracé d’une route nécessite le raccordement de deux alignements AB et CD par une

courbe circulaire. Cette courbe est composée de deux arcs de cercle (voir croquis ci- dessous). Les coordonnées rectangulaires des points I1 et I2 ont été établies aux valeurs suivantes :

I 1 (x I1 = 543,234 m ; y I1 = - 58,612 m)

I 2 (x I2 = 512,769 m ; y I2 = -489,598 m)

(x I 1 = 543,234 m ; y I 1 = - 58,612 m) I 2

ELLOUZE ALI

28/02/2012

Le rayon R 1 et l’angle a 1 du premier arc de cercle sont connus :

R 1 = 714,25 m

a 1 = 48,259 gr.

1. Donnez les longueurs des tangentes T 1 I 1 et T 2 I 2

2. Calculez le rayon R 2 .on donne beta = 82,648 gr

3. Calculez l’orientement de la direction AB et déduisez les coordonnées rectangulaires de T et de O 1 .

4. Les points A et I sont distants de 1035,00 m. Déterminez la distance AT 1 et la longueur des arcs de cercle T 1 T et TT 2 .

5. Le point I est situé à une altitude de 27,817 m. La pente de A vers B est de – 2 % et la pente de C vers D est de 3 %. Déduisez en l’altitude des points T1 et T2. Donnez aussi le pourcentage de la pente moyenne entre T1 et T2 le long de l’arc T1-T2.

ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI
ELLOUZE ALI

28/02/2012

3) l’orientement q AB : on voit sur le schéma que q AB = q I1I2 + a 1 . or q I1I2 = 295,5074 gr (à partir des coordonnées). Donc q AB = 295,5074 + 48,259 = 343,7664 gr.

Coordonnées de T à partir de I 1 : I 1 T = I 1 T 1 = 284,474 m.

q

I1T =

q

I1I2 = 295,5074 gr ;

X T = 543,234 + 284,474 .cos (295,5074) = 523,176 m.

Y T = -58,612 + 284,474 .sin(295,5074) = -342,378 m.

Coordonnées de O 1 à partir de I 1 : I 1 O 1 = R 1 / cos(a 1 / 2) = 768,816 m.

q I1O1 =

q I1I2 - (100 – (a 1 / 2) ) = 219,6369 gon. X O1 = 543,234 + 768,816 . Cos (219,6369) = – 189,297 m. Y O1 = -58,612 + 768,816 . Sin (219,6369) = 292,015 m.

+ 768,816 . Cos (219,6369) = – 189,297 m. Y O 1 = -58,612 + 768,816

ELLOUZE ALI

4)

I 1 I = sin(34,389) . 432,061 / ( sin(200 – 48,259 – 34,389)) = 230,723 m.

Donc: AT 1 = 1035 - 284.474 – 230,723 = 519,803 m.

AT 1 = AI – T 1 I 1 – I 1 I. Dans le triangle I 1 -I-I 2 : I 1 I 2 = 432,061 m.

Arc T 1 T = 714,250 . 48,259 . (p / 200) = 541,438 m. Arc TT = 533,086 . 34,389 . (p / 200) = 287,963 m.

5) H 1 = H I + IT 1 . (0,02) = 27,817 + (284,474 + 230,723) . (0,02) = 38,121 m.

H T2 = H I + IT 2 . (0,03) = 27,817 + (308,432 + 147,588) . (0,03) = 41,498 m.

Pente en suivant la courbe de T 1 vers T 2 :

p

= (H T2 – H T1 ) / (Arc T 1 T 2 ).

p

= (41,498 – 38,121) / (541,438 + 287,963) # 0,4 %.

ELLOUZE ALI

2 – H T 1 ) / (Arc T 1 T 2 ). p = (41,498

28/02/2012

Piquetage des raccordements circulaires

Abscisses et ordonnées sur la tangente

On implante chaque point de l’arc circulaire par ses coordonnées rectangulaires dans le

repère (T, x, y) ou bien (T’,x’,y’). Dans ce repère, pour tout point P, on a :

repère (T, x, y) ou bien (T’,x’,y’). Dans ce repère, pour tout point P, on a
(T’,x’,y’). Dans ce repère, pour tout point P, on a : ELLOUZE ALI Abscisses et ordonnées
(T’,x’,y’). Dans ce repère, pour tout point P, on a : ELLOUZE ALI Abscisses et ordonnées
(T’,x’,y’). Dans ce repère, pour tout point P, on a : ELLOUZE ALI Abscisses et ordonnées

ELLOUZE ALI

Abscisses et ordonnées sur la corde

(T’,x’,y’). Dans ce repère, pour tout point P, on a : ELLOUZE ALI Abscisses et ordonnées

ELLOUZE ALI

28/02/2012

Application

Le rayon de raccordement est R = 175,00 m, l’angle au centre est a = 80,000 gon. On désire implanter neuf points de l’arc circulaire de raccordement.

1- Abscisses et ordonnées sur la tangente

2- Abscisses et ordonnées sur la corde

ELLOUZE ALI

1- Abscisses et ordonnées sur la tangente 2- Abscisses et ordonnées sur la corde ELLOUZE

1- Abscisses et ordonnées sur la tangente

1- Abscisses et ordonnées sur la tangente 2- Abscisses et ordonnées sur la corde ELLOUZE ALI

2- Abscisses et ordonnées sur la corde

1- Abscisses et ordonnées sur la tangente 2- Abscisses et ordonnées sur la corde ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

28/02/2012

Piquetage par intersection (bi angulation)

Piquetage par intersection (bi angulation) Implantation en coordonnées polaires ELLOUZE ALI
Piquetage par intersection (bi angulation) Implantation en coordonnées polaires ELLOUZE ALI

Implantation en coordonnées polaires

Piquetage par intersection (bi angulation) Implantation en coordonnées polaires ELLOUZE ALI
Piquetage par intersection (bi angulation) Implantation en coordonnées polaires ELLOUZE ALI
Piquetage par intersection (bi angulation) Implantation en coordonnées polaires ELLOUZE ALI

ELLOUZE ALI

Contrôle des implantations

Comme pour toutes les implantations, le contrôle le plus fiable y est celui d’une dimension ou d’un angle non implanté directement, c’est-à-dire à calculer pour les besoins du contrôle. Si le centre O du cercle de raccordement est accessible, le plus simple est de vérifier que tout point de l’arc de cercle est à égale distance R du centre. Cependant, O est rarement accessible. De même, si le sommet S est accessible, on calcule la distance de chaque point implanté au point S et on la contrôle. Si la corde entre deux points consécutifs n’est pas directement utilisée dans l’implantation, on peut la contrôler. On peut enfin implanter à partir du point T et n’utiliser le point T’ que comme contrôle.

ELLOUZE ALI