Vous êtes sur la page 1sur 2

Les politiques publiques poursuivies dans les méga- L’enquête révèle en outre que les personnes âgées de

poles sont très différentes et dépendent bien évidem- 60 à 79 ans se déclarent globalement en bonne santé.
ment des cultures propres à chaque système écono- Les personnes à la retraite ne regrettent pas leur tra-
mique et social. La cohérence et le contenu des vail, ou en tout cas moins qu’elles ne l’avaient prévu ;
politiques d’innovation sont mieux exprimés dans la elles déclarent, en majorité, ne pas connaître de diffi-
région Île-de-France, par exemple, en raison des tradi- cultés financières.
tions nationales ; mais des expériences très intéres- Enfin, dans de nombreux pays, les plus de 60 ans ont
santes ont été également engagées ailleurs, même aux le sentiment d’avoir plus de contrôle sur leur vie que
États-Unis où la régulation par le marché est beau- les personnes âgées de 40 à 59 ans.
coup plus forte. De plus, on constate que l’efficacité
microéconomique des structures qui concourent à
l’innovation tend à devenir un élément central, au-
delà de la qualité des choix stratégiques et de l’impor-
tance des engagements en termes de fonds publics. PROSPECTIVE
Ces comparaisons sont riches d’enseignements pour
la région Île-de-France, afin de lui permettre de valo-
riser au mieux les moyens publics significatifs prévus GARLAND Eric /
dans les politiques de compétitivité territoriale déci- COATES Joseph F. (avant-propos)
dées au cours de ces dernières années, et d’ainsi main-
tenir la position forte qui est la sienne dans le jeu
Future, Inc. How Businesses Can Anticipate

mondial.
and Profit from What’s Next
New York : AMACOM, 2007, 264 p.
Site Internet : http://compfutures.typepad.com/
Prospective (méthode) / Entreprises
MODES DE VIE
Le livre d’Eric Garland comprend 15 chapitres divisés
en deux parties. La première, méthodologique, décrit,
HSBC (Hongkong and Shanghai Banking après avoir vanté tous les mérites de l’approche pros-
Corporation) pective, une séquence de tâches à effectuer pour
construire des scénarios et les valoriser dans son en-
treprise. Cette séquence est relativement classique :
L’Avenir des retraites

poser le problème à étudier, définir et caractériser le


La nouvelle génération senior

système concerné, identifier et qualifier les tendances


Londres : HSBC, 2007, 55 p. Site Internet :
à l’œuvre ainsi que les forces et acteurs en présence,
http://groupe.hsbc.fr/images/upload/fr/pdfpr/Etude
formuler des prévisions, construire des scénarios et
%2BfactsheetFOR3.pdf
Vieillissement / Modes de vie / Retraite diffuser les résultats obtenus. Les outils présentés sont
volontairement simplifiés pour être plus appropriables :
HSBC finance, depuis quelques années, une étude grille d’analyse STEEP (société, technologie, économie,
annuelle sur l’attitude face à la retraite. Cette troisième environnement, politique) pour analyser le système en
enquête, pour laquelle 21 000 personnes de 40 à 79 composantes et sous-composantes, graphiques des
ans, dans 21 pays et territoires, ont été interrogées, ré- liens existant entre les tendances (The Futures Whell),
vèle que ceux qui ont entre 60 et 79 ans jouent un rôle matrice d’impacts croisés, approche très intuitive de
crucial pour leur famille, la communauté et les lieux la construction et de la rédaction des scénarios, repère
de travail. Car si l’augmentation de la demande de (impact x probabilité) pour évaluer ces derniers, inté-
soins pour les plus de 80 ans suscite des interroga- rêts comparés des différents modes de communication
tions, les sexagénaires et septuagénaires, selon cette adaptés à l’information prospective… L’ensemble est
enquête, se portent mieux, sont plus heureux et ont étayé d’exemples. Un cas, l’avenir de la bière, sert de
plus d’énergie que leurs prédécesseurs. Ils sont certes fil rouge à la démonstration et, finalement, illustre quels
plus nombreux, mais dans l’ensemble ce sont des résultats l’on peut attendre de l’approche proposée.
adultes actifs qui participent à la vie de la société et La seconde partie de l’ouvrage analyse les évolutions
sans lesquels les familles, et même, dans certains cas, majeures à anticiper dans certains domaines structu-
les entreprises ne pourraient prospérer. rants : vieillissement démographique, écologie, santé,
Les chiffres montrent en effet que les plus de 60 ans : technologie de l’information, biotechnologie, énergie,
nanotechnologie, médias et communications. Les syn-
— contribuent à la société : par leur travail bénévole,
thèses proposées ont pour but d’éclairer les apprentis
ils rapportent des milliards de dollars US à l’écono-
prospectivistes et dressent une sorte d’horizon sur le-
mie mondiale ;
quel ils peuvent prendre appui pour bâtir leurs propres
— participent à la population active : les seniors tra- réflexions. Sans être originales, celles-ci sont intéres-
vaillent et paient des impôts, contribuant ainsi à la santes et pédagogiques. Elles rendent compte à la fois
communauté et à l’économie ; d’évolutions prévisibles comme le vieillissement des
— aident leur famille : les seniors sont plus nombreux sociétés occidentales, et de connaissances émergentes
à dispenser un soutien, une aide financière et des susceptibles d’engendrer des ruptures d’abord techno-
soins à leur famille, et à leurs amis, qu’à en recevoir. logiques, puis sociétales.

6 Bibliographie prospective - juin 2007 - n° 50


L’ouvrage d’Eric Garland possède à l’évidence des passer à la pratique et avant cela, espérons-le, aiguiser
qualités : agréable et facile à lire, il donne accès à tout leur curiosité et les encourager à approfondir leurs
professionnel soucieux de mieux appréhender l’avenir connaissances en prospective ; il renseigne, d’autre
de son organisation, une approche et quelques outils part, les plus avertis sur une manière de concevoir et
souvent confinés au seul cercle des prospectivistes. de faire de la prospective outre-Atlantique, non pas
Traduit en français, il pourrait remplir un vide éditorial : tant pour juger que pour tenir lieu de miroir à leurs
en France, les livres de prospective ont la forme soit propres pratiques.
de manuels arides, soit de réflexions sur la prospec- Stéphane Cordobes
tive elle-même, soit d’essais visant à analyser une si-
tuation présente et à dessiner des avenirs possibles.
Manquent des ouvrages pratiques et « vulgarisateurs »
qui pourraient donner à la prospective la visibilité GRANDES TENDANCES
qu’ont ainsi acquise d’autres modes managériaux :
marketing, qualité, risque…
Évidemment, une telle ambition n’est pas sans incon- IFTF (Institute for the Future)
vénients. Par son « pragmatisme » et la volonté mani- 2007 Ten-year Forecast: Perspectives
feste de pousser ses lecteurs à l’action, l’ouvrage sim- (Executive Summary)
plifie un « art » plus difficile à maîtriser qu’il n’y
paraît, gomme les risques afférents et manque souvent
Palo Alto : IFTF, 2007, 6 p.

de rigueur, de distance. Vouloir susciter à tout prix un


Site Internet : www.iftf.org/docs/TYF07_Exec_
intérêt pour la prospective peut également conduire au
Sum.pdf
désaveu si l’on ne prévient pas des difficultés à sur- Tendances / Prospective
monter ou de la valeur des résultats attendus…
Outre ce biais, Eric Garland adopte quatre partis pris Comme tous les ans, l’IFTF présente ses perspectives
qui nous paraissent instructifs pour mieux situer son pour les 10 années à venir sous forme de tendances
approche. brièvement résumées. Appréhender l’avenir suppose,
Le processus de gestion de l’information y occupe selon l’Institut, de changer d’abord notre façon de
une place prépondérante : recueillir l’information, penser. Il conviendra notamment d’adopter une vision
s’assurer de la qualité de ses sources, la traiter avec à plus long terme : le changement climatique, le dé-
méthode puis la diffuser de manière optimale, consti- clin de l’économie basée sur les hydrocarbures, les
tuent l’essentiel du travail. De son point de vue, la perspectives des biotechnologies sont des exemples
prospective est plus une perspective à donner à des de phénomènes qui ont leurs racines dans le présent
connaissances existantes, qu’un véritable processus de mais des conséquences à très long terme. Des straté-
construction de connaissances, d’appropriation et gies coopératives et des outils collaboratifs seront né-
d’action. cessaires pour affronter ces questions qui concernent
la planète entière.
À force de volonté didactique et de simplification, la
méthode perd en rigueur. Ainsi du vocabulaire pros- Cette nouvelle façon de penser doit être « écolo-
pectif, l’auteur retient les tendances et néglige les no- gique » : pour appréhender la complexité de la société
tions clefs d’invariants, de faits porteurs d’avenir, de humaine, multifactorielle, il est utile en effet de se ré-
ruptures… Si le rôle des acteurs est évoqué, la notion férer à l’image de l’écosystème. De plus en plus,
de jeu d’acteurs est ignorée. Les scénarios ne sont que notre façon de penser va prendre en compte les
des images du futur sans que soit analysée la trajectoire connexions, les modèles économiques devront inté-
qui y conduit. grer les externalités de toutes sortes.
La dimension technologique est systématiquement Enfin, il faudra davantage apprendre à gérer les di-
privilégiée et constitue le facteur clef du changement. lemmes que résoudre les problèmes, car les problèmes
En se situant ainsi dans la lignée de la futurologie amé- de demain ne pourront être résolus. Des outils pour les
ricaine, Eric Garland adhère à une représentation ré- classer par priorités devront être développés, ainsi que
ductrice de la réalité et de sa genèse qui n’est pas sans pour mettre d’accord de multiples groupes d’intérêt.
conséquences sur la façon de faire de la prospective.
Parmi les tendances répertoriées, citons :
Enfin, une part belle est faite à l’individu et au sens
commun. Même si l’auteur souligne l’importance du — l’essor des écotechnologies, l’écologie comme
processus de diffusion de l’information, la dimension source d’innovation ;
« intelligence collective » est ignorée et l’initiateur de — les progrès en termes d’espérance de vie ;
la démarche prime sur l’ensemble des acteurs qui
pourraient y participer. Les experts sont, eux, objet de — la menace pour la vie privée représentée par l’in-
méfiance… vasion des technologies de l’information ;
Ces quatre partis pris ne sont pas sans nous poser des — le développement du do-it-yourself dans l’industrie
questions de fond sur la prospective, mais également (du design sur mesure à la fabrication à domicile) ;
sur la représentation que l’on a du monde. — la demande croissante de produits biologiques et
Ainsi, Future, Inc. présente un double intérêt : il éthiques qui pourrait conduire à l’émergence d’une
constitue, d’une part, un ouvrage de sensibilisation classe de « citoyens responsables » disposant d’un
intéressant pour les néophytes, qui doit les inciter à réel pouvoir.

Bibliographie prospective - juin 2007 - n° 50 7