P. 1
IDENTIFICATION DES BESOINS INDIVIDUELS DE L’ENFANT DANS UN CONTEXTE COLLECTIF

IDENTIFICATION DES BESOINS INDIVIDUELS DE L’ENFANT DANS UN CONTEXTE COLLECTIF

|Views: 10,733|Likes:
Publié parchicken_slow

More info:

Published by: chicken_slow on May 21, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/13/2014

pdf

text

original

IDENTIFICATION DES BESOINS INDIVIDUELS DE L’ENFANT DANS UN CONTEXTE COLLECTIF

Besoin d’hygiène
L’enfant a besoin de se sentir propre au quotidien et de vivre dans un environnement sain. A la crèche L’enfant est régulièrement changé tout au long de la journée. Il peut être amené à avoir une toilette du visage, ou être mouché si son nez est très encombré par exemple. Ses mains sont lavées au savon avant le repas. Pour manger, il a un bavoir pour ne pas se salir. Après le repas, les professionnels nettoient son visage et ses mains à l’aide d’un gant mouillé. A l’école maternelle Le bavoir est remplacé par une serviette en papier nouée autour du cou de l’enfant. Il doit également se laver les mains en toute autonomie avant le repas, après une activité salissante telle que peinture, ou après être allé aux toilettes.

Besoin alimentaire
L’enfant a besoin de faire plusieurs repas par jour pour avoir l’énergie suffisante pour toute la journée, et en quantité adaptée à son âge. De même, il doit avoir une alimentation variée et équilibrée. A la crèche L’enfant a droit à une collation le matin, un déjeuner et un goûter. L’alimentation est adaptée selon l’âge et le régime alimentaire de chacun. Les aliments du déjeuner sont répartis de manière équilibrée : viande, poisson ou œufs pour les protéines, féculents pour les glucides complexes, cuidités ou crudités pour les vitamines et les fibres. Les produits laitiers ne sont pas autorisés au déjeuner (religion). Afin de s’initier au goût, l’enfant doit goûter de chaque aliment. A l’école maternelle La collation du matin est supprimée. La quantité des repas est bien entendu plus importante. Les autres aspects sont similaires à la crèche.

Besoin de sécurité physique
L’enfant a besoin de se sentir en sécurité, c'est-à-dire de ne pas être confronté à des situations potentiellement dangereuses pour sa propre personne (chute, étouffement, intoxication…). A la crèche Où qu’il soit, l’enfant ne reste jamais sans surveillance. Les portes et la cour sont fermées dans le but d’éviter les intrusions ou toute sortie non autorisée. Il n’a pas droit aux couteaux et fourchettes. Les jouets sont adaptés à son âge. Un bébé est toujours couché sur le dos afin d’éviter un incident (par exemple la mort subite du nourrisson). Une professionnelle lui tient le dos ou la tête lors du porter si son âge ne lui permet pas encore de les tenir tout seul. Les lits sont à barreaux pour éviter les chutes pendant le sommeil. A l’école maternelle Son âge lui permet maintenant d’utiliser un couteau et une fourchette pour manger. Il est toujours surveillé en permanence par les adultes, et a des jouets adaptés à son âge. - 13 -

Besoin de sécurité affective
Amour, compréhension, empathie, valorisation, encouragement et réconfort sont des valeurs essentielles à adopter auprès de l’enfant pour qu’il ressente une certaine sécurité affective. Il a également besoin d’être cadré et de sentir qu’on lui pose des limites. A la crèche L’enfant a droit à sa tétine ou son doudou et a un lit attitré pour s’endormir, ce qui lui permet d’être rassuré. Le rythme de chaque journée reste constant et régulier. Lorsqu’il a accompli un acte avec succès (par exemple enfiler ses vêtements tout seul), il est félicité. Si au contraire il présente des difficultés, il est encouragé. Les locaux sont décorés avec beaucoup de couleurs et de gaieté, parfois avec des œuvres de l’enfant, afin qu’il se sente le plus à l’aise possible dans un environnement extérieur à la maison. A l’école maternelle Le rythme de la journée est plus intense : l’enfant doit maintenant « travailler ». La professionnelle adapte son comportement en fonction de l’âge de l’enfant. Elle l’autonomise au maximum et le responsabilise (enfant de grande section mélangé à des enfants de petite section).

Besoin de sommeil
L’enfant a besoin d’un certain nombre d’heures de sommeil chaque jour pour récupérer aussi bien sur le plan physique que psychique. Ce besoin est décroissant avec l’âge (par exemple, un nouveau né va dormir entre 16 et 20h par jour, tandis qu’un enfant de 3 à 6 ans environ 12h). A la crèche Le rythme de sommeil de chaque enfant est respecté : on le laisse se réveiller par luimême. Les bébés les plus jeunes de la crèche alternent entre phases d’éveil et de sommeil tout au long de la journée : ainsi, dès que le besoin se fait sentir, l’enfant est recouché ou à l’inverse sorti du lit. Pour dormir, le bébé est toujours allongé sur le dos avec son doudou et sa tétine. S’il a des difficultés à s’endormir, il est bercé et/ou une berceuse lui est chantée. L’enfant plus âgé (entre 1 et 3 ans environ) fait la sieste après le déjeuner seulement, d’environ 1h30 à 3h dans son lit attitré. A l’école maternelle Pour la sieste, chaque enfant dort selon ses besoins et se réveille par lui-même, avec tétine ou doudou s’il le souhaite. Un enfant de grande section ne ressent pas forcément le besoin de faire la sieste ; son choix est donc respecté.

Besoin d’activité physique
Pour une bonne santé mentale et physique, l’enfant a besoin de se dépenser, «se défouler». Cela lui permet de canaliser ses émotions négatives et de limiter l’apparition de troubles du comportement. A la crèche Un bébé qui ne sait pas encore marcher va être placé sur le ventre ou le dos ; cela lui permet de lui faire découvrir les potentialités de son corps. L’enfant en âge de marcher sort régulièrement dans la cour, où il peut utiliser à loisir le toboggan, les vélos à roulettes, des ballons, cerceaux, etc. Il peut également se mouvoir à l’intérieur de la crèche, pour danser sur de la musique par exemple. A l’école maternelle Une fois par semaine, un parcours de motricité est proposé aux enfants. Il y a bien sur une cour avec des jeux adaptés à leur âge. Pendant les temps périscolaires, des jeux d’équipe ont parfois lieu. - 14 -

Besoin de se distraire
L’enfant a besoin de jouer et de s’amuser pour être épanoui. Apprendre de manière ludique est l’idéal pour bien assimiler (chanson pour le lavage des mains par exemple). Il existe différentes formes de jeux selon son âge. A la crèche L’enfant peut faire des activités libres : imagination, imitation, livres... Il y a aussi régulièrement des activités artistiques encadrées : chant, manipulation de pâte à sel, pâte à modeler, semoule, peinture, dessin… Sans oublier la cour avec les jeux tels que vélos et toboggan. A l’école maternelle Au cours de la récréation et durant les temps périscolaires, l’enfant va pouvoir se divertir librement (jeux de cache-cache, emboîtements, déguisements, …). Les exercices demandés en classe sont également à caractère ludique : compter des poissons et les colorier par exemple pour le travail scolaire, et activités telles que peinture, dessin, collages…

Besoin de confort
L’enfant a besoin de se sentir bien physiquement, d’avoir une bonne hygiène générale et un matériel confortable et adapté à sa morphologie. A la crèche L’enfant est régulièrement changé. Si ses vêtements sont mouillés ou tâchés, la professionnelle lui met des habits propres. Des tapis, petits canapés, transats, et petites chaises sont là pour lui apporter un certain confort, que ce soit pour jouer, se reposer ou manger. A l’école maternelle Hormis l’absence de transats, il n’y a pas de changements notables.

Besoin de stimulation
L’enfant a perpétuellement besoin d’être encouragé afin d’acquérir des compétences. L’adulte doit lui donner envie de progresser, d’aiguiser sa curiosité, et de découvrir le monde qui l’entoure. A la crèche A partir de livres, la professionnelle pose régulièrement des questions à l’enfant : nom de l’objet, couleur…afin d’enrichir son vocabulaire. Elle peut aussi lui demander quelle est l’humeur de l’animal, ce qui lui permettra d’apprendre à identifier ses émotions. Pour lui apprendre la politesse, la professionnelle lui demande quel est le mot magique à dire après qu’il ait été servi. A l’école maternelle Une certaine pédagogie va être utilisée pour stimuler l’enfant : l’institutrice peut par exemple demander à la classe combien de ronds ils comptent sur les habits du clown.

CONCLUSION
L’expérience que j’ai pu développer auprès des petits de 3 mois à 6 ans, que ce soit lors de babysitting ou des stages en crèche et en école maternelle, m’a permis d’approfondir la connaissance que j’ai de moi-même et des enfants, ainsi que des différents métiers de la petite enfance. Cela m’a confortée dans l’idée que travailler auprès d’eux était une réelle vocation, source d’enrichissement et d’épanouissement personnel. - 15 -

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->