Vous êtes sur la page 1sur 1

Quelques mots sur l’ALRCP.

L’A.L.R.C.P est une association loi 1901 possédant pour l'heure des antennes à Rennes,
Toulouse et Marseille.
Notre association se donne comme objet la mise en place d’une réflexion critique sur le
champ psychanalytique, sur les débats de fond déterminant l’expansion de son épistémologie,
sur l’état d’une « praxis » dans l’actuel de notre civilisation scientifique.
Ce que cristallisent des problématiques très contemporaines auxquelles nous tenterons de
nous confronter : quelle pratique clinique à l’heure du nouveau malaise dans la civilisation ?
dans l’institution − universitaire, psychiatrique etc.. ? Quelle place pour la psychanalyse au
sein de l’université ? au niveau institutionnel ? dans le champ associatif ? Des questions qui
s’éclaireront de rencontres, par l’échange et la confrontation des idées, fonction du désir de
chacun d’avancer sur ces points.

L'A.L.R.C.P. s'appliquera de plus a encourager et mener certaines manifestations locales et


nationales. Bien que nos actions se polarisent autour de certaines universités - auxquelles nous
restons attachés pour des raisons historiques, géographiques et professionnelles - elles ne
sauraient s’y cantonner et s’y réduire.
Si dans certaines villes, notamment à Rennes, les actions s’inscrivent effectivement au sein
même de l’université (mise en place de débats visant à favoriser les rencontres entre étudiants,
enseignants, praticiens, travailleurs sociaux ou toute autre personne intéressée ou concernée
de prés ou de loin par la psychanalyse), dans d’autres, comme c’est actuellement le cas à
Toulouse et Marseille, elles consistent plutôt en la formation de petits cercles de réflexions sur
la question du « malaise actuel dans la clinique », et ce par le biais de différents médiums
dont la définition reste ouverte (groupes de travail, rédactions d’articles, correspondances
etc…).

Il s’agira, à l’heure de la fondation de l’A.L.R.C.P., de nous interroger sur la possible tenue


d’une position « alternative » et « complémentaire » à une époque où nombres d’associations
pâtissent de vouloir maintenir, tout en s’institutionnalisant, quelque chose de la psychanalyse
au sein de l’institution − enjeu majeur si il en est. Une psychanalyse dont nous savons depuis
Freud et Lacan qu’elle se définit comme symptôme dans la civilisation, révélateur du malaise
− ce qui pointe moins une position impossible qu’une division qu'il reste à mettre en question
et au travail.

Le 05 Décembre 2008.
Benrebbah Yacine, Cheik Elsa, Lenoir Jean-Loup.

Vous aimerez peut-être aussi