Formations Mobilité/Ingenierie Véhicules Electriques L1: La Conversion Electromecanique L11: Matériaux et Modèles

A. Benabou Version 2010-11
1

L11: MATERIAUX (12h) PLAN GENERAL •Circuits Magnétiques et Matériaux magnétiques (3h) E. Semail •Matériaux Magnétiques doux (3h) A. Benabou •Matériaux Magnétiques durs: Aimants (5h) •Matériaux Conducteurs et Isolants (1h) Objectifs Généraux •Modèles usuels des matériaux électriques/magnétiques pour utilisation •Mise en évidence des phénomènes (physiques/technologiques) contraignant l’usage des matériaux

2

L111: MATERIAUX DOUX PLAN Matériaux Magnétiques Doux (3h) A>Physique des matériaux magnétiques
Domaines magnétiques, Hystérésis, Pertes

3

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques
Tôles, Ferrites, Amorphes et SMC

C>Caractérisation des matériaux ferromagnétiques
Champ alternatif, champ tournant, contraintes mécanique et thermique

D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques
Hystérésis (scalaire, vectoriel, couplé mécanique)

E>Applications électrotechniques
Transformateur triphasé, moteur à hystérésis, frein à liquide magnétique

m2) du matériau : M = ∑ mi i =1 n .1>Moment magnétique et aimantation 4 • Origine du magnétisme à l’échelle atomique – Matériau = ensemble de n atomes – Moment atomique mi constitué : • d’un moment orbital (rotation des e‐ autour du noyau) • d’un moment de spin (rotation des e‐ sur eux‐mêmes) moment de spin moment orbital – Moment magnétique M (A.A>Physique des matériaux magnétiques A.

1>Moment magnétique et aimantation 5 • Soumis à un champ magnétique H (A/m). les moments  atomiques s’alignent avec celui‐ci sous l’action du couple : Γ = μ0 m × H • Exemple de la boussole : H m • Phénomène identique à l’échelle microscopique =  aimantation du matériau – État désaimanté : moments orientés aléatoirement (M = 0) – État aimanté : moments orientés collectivement (M ≠ 0) .A>Physique des matériaux magnétiques A.

A>Physique des matériaux magnétiques A.1>Moment magnétique et aimantation 6 • Aimantation = état magnétique d’un matériau – aimantation M (A/m) d’un matériau de volume V : M M= V – pour la plupart des matériaux magnétiques M disparaît en  l’absence de champ magnétique d’excitation – certains matériaux ont une aimantation permanente  (aimants) • L’état magnétique d’un matériau peut être décrit par son  induction B (Tesla) : B = μ0 ( H + M ) avec :  μ0H : contribution du champ extérieur J=μ0M : polarisation magnétique du matériau (Tesla)  .

A>Physique des matériaux magnétiques
A.1>Moment magnétique et aimantation

7

• On définit divers grandeurs associées aux propriétés  magnétiques du matériau: – Perméabilité magnétique μ : B = μH
– Susceptibilité magnétique χ :
avec:

M χ= H

μ=μ0μr où μr est la perméabilité relative μr=1+χ

• L’utilisation de l’une ou l’autre des formules dépend des  informations disponibles.

A>Physique des matériaux magnétiques
A.2>Classes de matériaux magnétiques

8

• Trois classes de matériaux magnétiques :
– Ferromagnétiques – Diamagnétiques – Paramagnétiques
• Classement effectué en fonction de χ :
Diamagnétiques χ=-1×10-6
Cu, Au, Ag

Paramagnétiques χ=1×10-5~1×10-3
Al, Pt, Mn

Ferromagnétiques χ=1×101~1×104
Fe, Ni, Co

B (T)
Ferromagnétique

Paramagnétique

H (A/m)
Diamagnétique

A>Physique des matériaux magnétiques
A.2>Classes de matériaux magnétiques

9

• A l’échelle atomique :
– Matériaux paramagnétiques : interactions faibles entre  moments magnétiques (χ=1×10‐5~1×10‐3) – Matériaux ferro­ et ferri­ magnétiques : interactions fortes  entre les moments magnétiques
arrangement ordonné à l’échelle atomique

ferromagnétisme 

ferrimagnétisme

2>Classes de matériaux magnétiques 10 • A l’échelle macroscopique : – Polarisation nulle : matériaux dia‐.A>Physique des matériaux magnétiques A. para‐et antiferro‐ magnétiques – Polarisation non nulle : matériaux ferro‐ et ferri‐ magnétiques • Pour la conversion électromagnétique de l’énergie. les  matériaux ferro‐ et ferri‐magnétiques sont les plus  adaptés : – Matériaux doux : variation aisée de l’aimantation par  application d’un champ extérieur – Matériaux durs (aimants) : aimantation permanente .

 amorphes. FeNi. … • Matériaux durs : – Les plus courants : Alnico. relais. NdFeB – Aimantation permanente et énergie stockée importante  (Hmax*Bmax élevé) – Applications : moteurs électriques. machines électriques. … .A>Physique des matériaux magnétiques A. ferrites. haut‐ parleurs. SmCo. pertes magnétiques faibles – Aimantation/désaimantation aisée : utilisation pour des  applications où le flux magnétique doit être maximisé – Applications : transformateurs. FeCo. SMC – Perméabilité magnétique élevée.  inductances.3>Matériaux ferromagnétiques pour le génie électrique 11 • Matériaux doux : – Les plus courants : FeSi. électro‐aimants. ferrites. coercitif et rémanent  faibles. génératrices.

A>Physique des matériaux magnétiques A. il ne peut y avoir un arrangement  ordonné à longue distance – En se basant sur une minimisation de l’énergie du matériau. Weiss (1907) : – Les matériaux doux présentant une aimantation  macroscopique nulle.3>Matériaux doux: domaines et parois magnétiques 12 • Théorie introduite par P.  on aboutit à un agencement en domaines magnétiques Domaines magnétiques  Domaines de Weiss Paroi inter‐domaines Parois de Bloch .

3>Matériaux doux: domaines et parois magnétiques 13 • Observations des domaines magnétiques : .A>Physique des matériaux magnétiques A.

4>Matériaux doux: énergies mises en jeu 14 • L’énergie interne d’un matériaux doux est la contribution  de différents termes : – – – – – énergie magnétostatique : Ems énergie d’anisotropie magnétocristalline : EK énergie ou interaction d’échange : Eéch énergie magnétoélastique : Eσ énergie d’interaction avec un champ extérieur : Eext • Etotale = Ems + EK + Eéch + Eσ + Eext – Minimisation de Etotale = structure en domaines magnétiques .A>Physique des matériaux magnétiques A.

A>Physique des matériaux magnétiques A.5>Matériaux doux: mécanisme d’aimantation 15 • Processus d’aimantation à l’échelle des domaines : Hext = 0 Hext = H1 Hext = H2>H1 État désaimanté Aimantation faible Aimantation à saturation (déplacement de paroi)       (rotation des moments) • Ce processus est fortement non linéaire et est accompagné de pertes (Phystérésis + Pcourants induits) .

6>Matériaux doux: hystérésis 16 • Comportement à l’échelle macrosopique en champ  variable : – Hystérésis (retard de l’aimantation M par rapport au champ  d’excitation H) • Phénomène dissipatif (pertes) Ms = aimantation à saturation Hs = champ à saturation Hc = champ coercitif Mr= aimantation rémanente .A>Physique des matériaux magnétiques A.

A>Physique des matériaux magnétiques A.6>Matériaux doux: hystérésis 17 • Cycle d’hystérésis – La surface du cycle est associée aux pertes magnétiques – Usuellement on considère B en fonction de H: • Approche linéaire : B=μH • Approche non‐linéaire univoque : B=μ(Η)H B (T) H (A/m) • Approche non‐linéaire avec hystérésis : B=f(H) ­> modèles  plus complexes ! .

7>Matériaux doux: classification 18 • Grandes classes des matériaux magnétiques industriels .A>Physique des matériaux magnétiques A.

8>Matériaux doux: pertes 19 • Décomposition des pertes (G. Bertotti) : – Pertes par hystérésis (ou pertes quasi‐statiques) : Physt Surface du cycle d’hystérésis (pertes propres au matériau) – Pertes par courants induits (ou pertes classiques) : PCI Courants induits macroscopiques et microscopiques (pertes qui dépendent de la  dynamique d’évolution du champ magnétique) Echelle macroscopique (IFoucault) Echelle des domaines (Imicro) – Pertes excédentaires : Pexc Comportement collectif des parois : notion d’objet magnétique (dépend de la  dynamique d’évolution du champ magnétique) Ptotales = Physt + PCI + Pexc .A>Physique des matériaux magnétiques A.

A>Physique des matériaux magnétiques A.8>Matériaux doux: pertes 20 • Approches analytiques pour le calcul des pertes : – Steinmetz simple : – Steinmetz étendu : ˆ P = ks f α B β 2 ⎛ ΔB ⎞ 2 P = kH f ⎜ ⎟ + k E f ( Brms ) ⎝ 2 ⎠ ς • D’autres approches plus fines existent : – Modèles d’hystérésis (scalaires.5 Modèle d’hystérésis Modèle analytique . …) – Modèles hybrides (hystérésis + analytique) Cci ⎛ dB ⎞ Cex P = Ph + ∫ ⎜ dt ⎟ + T T 0⎝ ⎠ T 2 T ∫ 0 dB dt 1. vectoriels.

). transformateurs.1>Classes de matériaux ferromagnétiques 21 • 3 familles – Alliages de type FeSi : production la plus importante. FeCo. . • Matière première et processus de fabrication plus coûteux. – Alliages spéciaux FeNi. • Utilisés surtout pour les applications hautes fréquences  (f>10kHz) grâce à une très grande résistivité (de l’ordre de 1 à 108 Ω·m à comparer à celle des tôles de l’ordre de 10‐6 Ω·m). amorphes. • Utilisés pour les applications de bases (tôles pour machines  électriques. • Utilisés – Ferrites : mélanges à base d’oxyde de fer. SMC : quantités  moindres..B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. .

. – Utilisation de tôles ferromagnétiques isolées • On montre que.2>Tôles ferromagnétiques 22 • Dans les applications à fréquences industrielles. à fréquence et conductivité données.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. il est  nécessaire de limiter les courants induits (rendement). ⎛ dB ⎞ PCI = ∫ ⎜ dt ⎟ dt 12 ⎝ ⎠ – Choix d’alliages en fonction de critères techniques mais aussi  économiques  ! σe 2 2 • Par exemple les tôles FeCo sont peu utilisées (influence forte  de la température en fonctionnement sur le Cobalt :  dégradation des performances magnétiques). au  carré de l’épaisseur e de la tôle. les pertes par courants induits  sont proportionnelles. pour une tôle.

  Facilite également le traitement haute température pour  l’amélioration des performances. .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. – Amélioration de la pureté (diminuer les impuretés  présentes dans le matériau). – Processus de fabrication simplifié : l’ajout de silicium  augmente la dureté et la rigidité pour la manutention. aluminium ou germanium pour augmenter la  résistivité sans « trop » impacter les performances  magnétiques. • Les tôles les plus courantes sont à base d’alliages FeSi.2>Tôles ferromagnétiques 23 • En électrotechnique ces critères sont : – Résistivité faible (Fer pur environ 10‐7 Ω·m) : ajout de  silicium.

.2>Tôles ferromagnétiques 24 • Caractéristiques générales des tôles FeSi NO Techniques de l’ingénieur.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. article M350.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.2>Tôles ferromagnétiques 25 • Caractéristiques générales des tôles FeSi GO Techniques de l’ingénieur. article M350. .

2>Tôles ferromagnétiques 26 • Deux grandes familles FeSi à grains orientés (GO) Anisotropie (direction de laminage = facile aimantation) Transformateurs FeSi à grains non orientés (NO) ≈ isotrope (anisotropie < 10%) Machines tournantes .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.

2>Tôles ferromagnétiques 27 • Deux classes de tôles NO : – Semi‐process : les impuretés (carbone) ne sont pas enlevées  et les tôles ne sont pas isolées • moins chères (destinées à des applications à fonctionnement  intermittent : électroménager et accessoires automobiles) – Fully‐process : livrées prêtes à l’emploi • Recuit à 800°C et décarbonisation (meilleures performances  magnétiques) • Tôles GO : – Teneur en Si à 3% – Procédé secondaire de recristallisation pour obtenir une  orientation des grains suivant la direction de laminage • Excellentes propriétés suivant la direction de laminage .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.2>Tôles ferromagnétiques 28 • Répartition de l’utilisation des tôles en Europe .

– Utilisation des ferrites doux • Propriétés des ferrites doux : – Oxydes ferrimagnétiques (résistivité > 1 Ω·m) – Induction à saturation entre 0.6 T – Propriétés magnétiques isotropes . les tôles ferromagnétiques sont  inutilisables de part leur résistivité trop faible.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.3>Ferrites 29 • A hautes fréquences.15 et 0.

 Utilisés pour la  conversion d’énergie ou le traitement du signal. . Utilisés pour la réalisation de  transformateurs ou d’inductances. Résistivité électrique de l’ordre de 1 Ω·m.3>Ferrites 30 • 3 familles de ferrites peuvent être considérées – Les ferrites spinelles de manganèse‐zinc (Mn‐Zn) • Fréquences allant de 10 kHz à 1 MHz.1 à 100 GHz. Utilisés pour la réalisation de  composants hyperfréquences spécifiques tels que les filtres et  les déphaseurs.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. Résistivité électrique  jusqu’à 100 Ω·m. – Les ferrites spinelles de nickel‐zinc et de nickel‐ zinc‐cuivre • Fréquences entre 1 et 500 MHz. – Les ferrites dits « hyperfréquences » • Fréquences de 0.

.3>Ferrites 31 Spectre de la perméabilité magnétique initiale d’un ferrite Techniques de l’ingénieur.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. article N3 260.

 article N3 260 .3>Ferrites 32 • Quelques géométries des noyaux de ferrites Formats conventionnels Formats de type planar Techniques de l’ingénieur.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.

  dislocations) • Propriétés isotropes • Résistivité 3x plus élevée que les alliages cristallins • Température d’utilisation faible (<150°C) • Matériaux fragiles .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. plastiques. …) – Les amorphes magnétiques sont apparus au milieu des  années 1970 (techniques de fabrication spécifiques : trempe  rapide pour éviter la recristallisation). ferrites : cristaux (existence d’un réseau cristallin  avec ordonnancement des atomes) • Amorphe : il n’existe pas d’ordonnancement moléculaire  (verres.4>Amorphes 33 • Tôles. – Propriétés des amorphes magnétiques : • Pas de défauts typiques d’un solide cristallin (joints de grains.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. article E1 770 .4>Amorphes 34 • Fabrication – Refroidissement rapide l’alliage fondu. Pour les alliages  FeBSi. la trempe s’effectue entre 1500°C et 200°C en 10‐3 s  (hypertrempe) e<40μm et l <5mm  l<200mm  e<200μm Techniques de l’ingénieur.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.5>Comparaison globale des matériaux doux 35 • Caractéristiques générales Techniques de l’ingénieur. article D2 150 .

5>Comparaison globale des matériaux doux 36 • Caractéristiques économiques Techniques de l’ingénieur.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. article D2 150 .

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.6>Matériaux magnétiques composites (SMC) 37 • Les SMC (Soft Magnetic Composites) sont : – Un mélange d’une poudre de fer pur et d’une résine  diélectrique • Propriétés : – – – – – Isotropes Induction à saturation élevée (mais inférieure aux tôles) Circuits magnétiques 3D (et non 2D comme les tôles) Circulation des flux de chaleur en 3D Recyclage aisé .

6>Matériaux magnétiques composites (SMC) 38 • Fabrication (atomisation de la poudre de fer) .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.

6>Matériaux magnétiques composites (SMC) 39 • La poudre est ensuite traitée pour : – Enlever la couche d’oxyde – Revêtir les particules d’un isolant diélectrique • La fabrication de pièces magnétiques se fait en utilisant  une matrice ayant la forme désirée : – Compression entre 400 et 800 MPa – Recuit entre 200 et 550°C (quelques min à quelques heures) – Solidification du diélectrique (thermodurcissable) .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.6>Matériaux magnétiques composites (SMC) 40 • Comparaison des propriétés magnétiques Acier SMC .

 normalisé) • Tôles magnétiques – Echantillon torique • Tôles magnétiques ou matériaux massifs .1>Techniques expérimentales: champ alternatif 41 • Caractérisation expérimentale en champ alternatif : – Cadre Epstein (normalisé) • Tôles magnétiques – SST (Single Sheet Tester.C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.

1>Techniques expérimentales: champ alternatif 42 • Principe de la mesure – Bobinage primaire (n1 spires) Théorème d’Ampère : mesure de i1(t) donne H(t) ∫ H ⋅ dl = n i 1 H : champ magnétique (A/m) dl : élément de parcours infinitésimal du contour fermé i : courant (A) – Bobinage secondaire (n2 spires) Loi de Faraday : mesure de e(t) donne B(t) i e e(t ) = n2 d Φ (t ) dt avec Φ (t ) = ∫∫ B(t ) ⋅ dS e(t ) : force électromotrice (V) Φ : flux magnétique à travers une spire (Wb) B : induction magnétique (T) .C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.

25 H (A/m) 0 -400 -300 -200 -100 -0.75 -1.25 -0.5 Hz 1 0.1>Techniques expérimentales: champ alternatif 43 • Caractérisation fréquentielle et harmonique 1.5 -1 Influence de la fréquence (tôles FeSi 3%) Cycles mineurs non centrés (Soft Magnetic Composite) .5 0.5 0 100 200 300 400 0 -5000 -3000 -1000 -0.75 0.C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.5 0.5 1000 3000 5000 -1 -0.5 B (Tesla) 200 Hz 1 50 Hz 0.

2>Techniques expérimentales: champ tournant 44 • Mesure des propriétés vectorielles – Dispositif spécifique : RSST (Rotational Single Sheet Tester) .C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.

C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.2>Techniques expérimentales: champ tournant 45 • Caractérisation en champ tournant d’une tôle magnétique Direction de laminage Direction transverse Direction transverse Direction transverse Direction de laminage Direction de laminage .

 N°2] . 24.C>Caractérisation des matériaux magnétiques C. A  l’approche  de  la  saturation  les pertes  en  champ  tournant décroissent.7  à 2  fois  les pertes  en  champ  alternatif  pour  un même  niveau  d’induction. Pertes en champ tournant (α=0 : champ unidirectionnel et α=1 : champ circulaire) [Takahashi et al.. COMPEL Vol.2>Techniques expérimentales: champ tournant 46 • Evolution des pertes en champ tournant Les  pertes  en  champ  tournant peuvent  atteindre  1. Ce  type  de  pertes  peut  représenter  jusqu’à 10% des pertes totales.

3>Influence de la contrainte mécanique 47 • Dégradation des performances magnétiques avec la  contrainte mécanique Tôles FeSi M330­50A en traction 0. 140 MPa Fer­Cobalt­Vanadium en compression . 20. 60. 100.C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.

C>Caractérisation des matériaux magnétiques C. IEEE Trans. Vol.. Mag. N°2] . 46. N°11] Évolution du cycle d’hystérésis en fonction  de la température (Tôle NO) [Takahashi et al. Vol.4>Influence de la température 48 • Dégradation des propriétés magnétiques avec la  température Évolution du cycle d’hystérésis en  fonction de la température (Ferrite) [Lu et al. IEEE Trans.. 43. Mag.

1>Modèles univoques 49 • Expression de Marrocco • Expression de Langevin .D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.

D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.b) M +1 b -1 a H ⎛ ⎞ M = MS ⎜ ∫∫ p(a.b dadb ⎟ ⎝Δ ⎠ .2>Modèles scalaires : Preisach 50 • Modèle de Preisach – Matériau = ensemble de cycles élémentaires (hystérons) – Matériau = distribution p(a.b)γ a.

2>Modèles scalaires : Preisach 51 • Modèle de Preisach – Identification de la fonction d’Everett à partir de la mesure .D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.

αc dM an − α(1 − c) dMirr dH e dH e (1 − c) 5 paramètres à identifier : α : couplage inter‐domaines a : paramètre anhystérétique c : composante réversible k : pertes Msat : aimantation à saturation dM irr dM an +c dM dBe dBe = Modèle M(B) dB 1 + μ (1 − c)(1 − α) dM irr + μ c(1 − α) dM an 0 0 dBe dBe (1 − c) .3>Modèles scalaires : Jiles-Atherton 52 • Modèle de Jiles‐Atherton Saut de paroi Composante  irréversible  Déformation de paroi Composante réversible Sites « d’ancrage » dMirr dM an +c dM dH e dH e = Modèle M(H) dH 1 .D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.

5 1.5 1 0.5 1 0.5 1 0.5 -1 -1.5 1 0.5 J-A dynamique B (Tesla) H (A/m) 100 200 300 400 -400 -300 -200 -100 0 0 -0.5 1 0.4>Modèles dynamiques 53 • Extension des modèles scalaires : • ajout d’une surcouche « champ classique » associé aux  courants induits (pas de modification du modèle scalaire) – Exemple : équation de diffusion basses fréquences (EDBF) • par modification intrinsèque du modèle 50 Hz  1.5 -1 100 Hz 1.5 1.5 Preisach + EDBF -1.5 0 -400 -300 -200 -100 -0.5 -1 50 250 450 H (A/m) 650 -750 -550 -350 -150 -0.5 -1 100 200 H (A/m) 300 400 Preisach + EDBF -1.5 -1 H (A/m) 650 B (Tesla) B (Tesla) J-A dynamique -1.5 0 100 200 H (A/m) 300 400 -400 -300 -200 -100 B (Tesla) -1.5 0 50 250 450 -0.5 -1 J-A dynamique B (Tesla) -1.D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.5 0 50 250 450 H (A/m) 650 -750 -550 -350 -150 B (Tesla) 200Hz 1.5 0 0 -0.5 Preisach + EDBF .5 1 0.5 0 -750 -550 -350 -150 -0.5 1.

D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.5>Modèles vectoriels 54 • Généralisation de Mayergoyz : – 1 modèle scalaire par direction d’espace (appliqué à Preisach par exemple) • Écriture du modèle avec les propriétés vectorielles – Jiles‐Atherton vectoriel par exemple : • si ( χ f ⋅ dH e ) > 0 dM = μ { 1 0 1+ χ f χ f −1 ⋅ χ f ( 1 − α ) + cξ ( 1 − α ) } {χ −1 ⋅ f χf −1 ⋅ χ f + cξ } dB • si  ( χ f ⋅ dH e ) ≤ 0 dM = 1 μ0 { 1 + cξ (1 − α ) } { c ξ } ⋅ dB −1 .

D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.6>Couplage mécanique 55 • Couplage mécanique : – Jiles‐Atherton : paramètres dépendants de la contrainte – Preisach : paramétrisation de la fonction d’Everett • exemple : But : Calculer M(B) d’amplitude Bmax pour la traction σ Déterminer σinf et σsup tels que σinf < σ < σTsup Calcul de Minf(B) d’amplitude Bmax pour la traction σinf Calcul de Msup(B) d’amplitude Bmax pour la traction σsup Interpolation linéaire entre Minf(B) et Msup(B) M(B) .

2 0.2 -0.8 0.4 0.6 Induction B (Tesla) 0.6 -0.8 Champ H (A/m) -100 -50 0 Champ H (A/m) 50 100 .D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.6 -0.8 -100 -50 0 50 100 0.6 Induction B (Tesla) 0.4 -0.2 -0.8 0.0 -0.7>Couplage mécanique 56 • Application au cas de tôles NO FeSi 3% Interpolé pour la traction σ=40 Calculé pour la traction σinf=20 Calculé pour la traction σsup=60 Mesuré à la traction 40 Interpolé pour la traction 40 0.2 0.0 -0.4 -0.4 0.

0 0.5 -1.D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.0 -0.0 -600 -400 -200 0 H (A/m) 200 400 600 -400 -200 0 H (A/m) 200 400 .0 -0.5 B (Tesla) 0.5 -1.0 0.7>Couplage mécanique 57 • Application au cas de tôles NO FeSi 3% Interpolated for σ=40 Mpa Calculated for σinf=20 Mpa Calculated for σsup=60 Mpa 1.5 B (Tesla) Measured for σ=40 Mpa Interpolated for σ=40 Mpa 1.0 0.

E>Applications électrotechniques E. voire destruction du transformateur – Impact sur les éléments électriques connectés au  transformateur .1>Transformateur triphasé 58 • Objectif : impact de la non linéarité sur l’appel de courant  lors de l’enclenchement du transformateur – Appel de courant pouvant aller jusqu’à 15 à 20 fois le  courant nominal – Dégradation.

5 mm) Géométrie Schéma équivalent de  réluctances non linéaires .1>Transformateur triphasé 59 • Transformateur triphasé à base de tôles NO FeSi 3%  (e=0.E>Applications électrotechniques E.

E>Applications électrotechniques E.1>Transformateur triphasé 60 • Comparaisons mesure/simulation Enclenchement à 0° pour la phase 1 Mesure  Simulation Enclenchement à 90° pour la phase 1 Mesure  Simulation .

E>Applications électrotechniques E.2>Moteur à hystérésis 61 • Objectif : exploitation du phénomène d’hystérésis pour  faire tourner un moteur Stator et rotor Structure .

E>Applications électrotechniques E.2>Moteur à hystérésis 62 • Caractéristiques magnétiques du moteur B(H) non linéaire au stator  Hystérésis au rotor (Magnetoflex 35) .

2>Moteur à hystérésis 63 • Résultats obtenus Carte de champ Évolution du couple .E>Applications électrotechniques E.

3>Frein à liquide magnéto-rhéologique 64 • Objectif : étude de l’impact de la non linéarité sur le couple  développé par un frein à liquide magnéto‐rhéologique .E>Applications électrotechniques E.

3>Frein à liquide magnéto-rhéologique 65 Loi B(H) du liquide magnétique Cycles d’hystérésis  de l’acier du frein (XC38) Caractéristique t(H)  du liquide magnétique .E>Applications électrotechniques E.

3>Frein à liquide magnéto-rhéologique 66 • Résultats : comparaison mesure/simulation Simulation sans hystérésis  Simulation avec hystérésis .E>Applications électrotechniques E.

 Grenoble  Sciences . D2 150) Matériaux magnétiques amorphes. M 350) Ferrites doux pour l’électronique de puissance (Réf. Hermès Science – « Magnétisme II ‐ Matériaux et Applications » Sous la direction d'Etienne du Trémolet de Lacheisserie.Bibliographie 67 • Techniques de l’ingénieur – – – – Alliages magnétiques doux (Réf. E1 770) • Ouvrages – « Magnétisme et matériaux magnétiques pour l'électrotechnique » Pierre Brissonneau. N3 260) Matériaux ferromagnétiques amorphes et nanocristallins (Réf. micro et nanocristallins (Réf.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful