Formations Mobilité/Ingenierie Véhicules Electriques L1: La Conversion Electromecanique L11: Matériaux et Modèles

A. Benabou Version 2010-11
1

L11: MATERIAUX (12h) PLAN GENERAL •Circuits Magnétiques et Matériaux magnétiques (3h) E. Semail •Matériaux Magnétiques doux (3h) A. Benabou •Matériaux Magnétiques durs: Aimants (5h) •Matériaux Conducteurs et Isolants (1h) Objectifs Généraux •Modèles usuels des matériaux électriques/magnétiques pour utilisation •Mise en évidence des phénomènes (physiques/technologiques) contraignant l’usage des matériaux

2

L111: MATERIAUX DOUX PLAN Matériaux Magnétiques Doux (3h) A>Physique des matériaux magnétiques
Domaines magnétiques, Hystérésis, Pertes

3

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques
Tôles, Ferrites, Amorphes et SMC

C>Caractérisation des matériaux ferromagnétiques
Champ alternatif, champ tournant, contraintes mécanique et thermique

D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques
Hystérésis (scalaire, vectoriel, couplé mécanique)

E>Applications électrotechniques
Transformateur triphasé, moteur à hystérésis, frein à liquide magnétique

1>Moment magnétique et aimantation 4 • Origine du magnétisme à l’échelle atomique – Matériau = ensemble de n atomes – Moment atomique mi constitué : • d’un moment orbital (rotation des e‐ autour du noyau) • d’un moment de spin (rotation des e‐ sur eux‐mêmes) moment de spin moment orbital – Moment magnétique M (A.m2) du matériau : M = ∑ mi i =1 n .A>Physique des matériaux magnétiques A.

A>Physique des matériaux magnétiques A.1>Moment magnétique et aimantation 5 • Soumis à un champ magnétique H (A/m). les moments  atomiques s’alignent avec celui‐ci sous l’action du couple : Γ = μ0 m × H • Exemple de la boussole : H m • Phénomène identique à l’échelle microscopique =  aimantation du matériau – État désaimanté : moments orientés aléatoirement (M = 0) – État aimanté : moments orientés collectivement (M ≠ 0) .

A>Physique des matériaux magnétiques A.1>Moment magnétique et aimantation 6 • Aimantation = état magnétique d’un matériau – aimantation M (A/m) d’un matériau de volume V : M M= V – pour la plupart des matériaux magnétiques M disparaît en  l’absence de champ magnétique d’excitation – certains matériaux ont une aimantation permanente  (aimants) • L’état magnétique d’un matériau peut être décrit par son  induction B (Tesla) : B = μ0 ( H + M ) avec :  μ0H : contribution du champ extérieur J=μ0M : polarisation magnétique du matériau (Tesla)  .

A>Physique des matériaux magnétiques
A.1>Moment magnétique et aimantation

7

• On définit divers grandeurs associées aux propriétés  magnétiques du matériau: – Perméabilité magnétique μ : B = μH
– Susceptibilité magnétique χ :
avec:

M χ= H

μ=μ0μr où μr est la perméabilité relative μr=1+χ

• L’utilisation de l’une ou l’autre des formules dépend des  informations disponibles.

A>Physique des matériaux magnétiques
A.2>Classes de matériaux magnétiques

8

• Trois classes de matériaux magnétiques :
– Ferromagnétiques – Diamagnétiques – Paramagnétiques
• Classement effectué en fonction de χ :
Diamagnétiques χ=-1×10-6
Cu, Au, Ag

Paramagnétiques χ=1×10-5~1×10-3
Al, Pt, Mn

Ferromagnétiques χ=1×101~1×104
Fe, Ni, Co

B (T)
Ferromagnétique

Paramagnétique

H (A/m)
Diamagnétique

A>Physique des matériaux magnétiques
A.2>Classes de matériaux magnétiques

9

• A l’échelle atomique :
– Matériaux paramagnétiques : interactions faibles entre  moments magnétiques (χ=1×10‐5~1×10‐3) – Matériaux ferro­ et ferri­ magnétiques : interactions fortes  entre les moments magnétiques
arrangement ordonné à l’échelle atomique

ferromagnétisme 

ferrimagnétisme

2>Classes de matériaux magnétiques 10 • A l’échelle macroscopique : – Polarisation nulle : matériaux dia‐.A>Physique des matériaux magnétiques A. les  matériaux ferro‐ et ferri‐magnétiques sont les plus  adaptés : – Matériaux doux : variation aisée de l’aimantation par  application d’un champ extérieur – Matériaux durs (aimants) : aimantation permanente . para‐et antiferro‐ magnétiques – Polarisation non nulle : matériaux ferro‐ et ferri‐ magnétiques • Pour la conversion électromagnétique de l’énergie.

 relais.A>Physique des matériaux magnétiques A. SmCo.3>Matériaux ferromagnétiques pour le génie électrique 11 • Matériaux doux : – Les plus courants : FeSi. FeCo. machines électriques. FeNi. NdFeB – Aimantation permanente et énergie stockée importante  (Hmax*Bmax élevé) – Applications : moteurs électriques. pertes magnétiques faibles – Aimantation/désaimantation aisée : utilisation pour des  applications où le flux magnétique doit être maximisé – Applications : transformateurs.  inductances. … . … • Matériaux durs : – Les plus courants : Alnico. ferrites. amorphes. coercitif et rémanent  faibles. électro‐aimants. SMC – Perméabilité magnétique élevée. haut‐ parleurs. génératrices. ferrites.

3>Matériaux doux: domaines et parois magnétiques 12 • Théorie introduite par P. il ne peut y avoir un arrangement  ordonné à longue distance – En se basant sur une minimisation de l’énergie du matériau.A>Physique des matériaux magnétiques A. Weiss (1907) : – Les matériaux doux présentant une aimantation  macroscopique nulle.  on aboutit à un agencement en domaines magnétiques Domaines magnétiques  Domaines de Weiss Paroi inter‐domaines Parois de Bloch .

3>Matériaux doux: domaines et parois magnétiques 13 • Observations des domaines magnétiques : .A>Physique des matériaux magnétiques A.

A>Physique des matériaux magnétiques A.4>Matériaux doux: énergies mises en jeu 14 • L’énergie interne d’un matériaux doux est la contribution  de différents termes : – – – – – énergie magnétostatique : Ems énergie d’anisotropie magnétocristalline : EK énergie ou interaction d’échange : Eéch énergie magnétoélastique : Eσ énergie d’interaction avec un champ extérieur : Eext • Etotale = Ems + EK + Eéch + Eσ + Eext – Minimisation de Etotale = structure en domaines magnétiques .

5>Matériaux doux: mécanisme d’aimantation 15 • Processus d’aimantation à l’échelle des domaines : Hext = 0 Hext = H1 Hext = H2>H1 État désaimanté Aimantation faible Aimantation à saturation (déplacement de paroi)       (rotation des moments) • Ce processus est fortement non linéaire et est accompagné de pertes (Phystérésis + Pcourants induits) .A>Physique des matériaux magnétiques A.

A>Physique des matériaux magnétiques A.6>Matériaux doux: hystérésis 16 • Comportement à l’échelle macrosopique en champ  variable : – Hystérésis (retard de l’aimantation M par rapport au champ  d’excitation H) • Phénomène dissipatif (pertes) Ms = aimantation à saturation Hs = champ à saturation Hc = champ coercitif Mr= aimantation rémanente .

A>Physique des matériaux magnétiques A.6>Matériaux doux: hystérésis 17 • Cycle d’hystérésis – La surface du cycle est associée aux pertes magnétiques – Usuellement on considère B en fonction de H: • Approche linéaire : B=μH • Approche non‐linéaire univoque : B=μ(Η)H B (T) H (A/m) • Approche non‐linéaire avec hystérésis : B=f(H) ­> modèles  plus complexes ! .

A>Physique des matériaux magnétiques A.7>Matériaux doux: classification 18 • Grandes classes des matériaux magnétiques industriels .

A>Physique des matériaux magnétiques A.8>Matériaux doux: pertes 19 • Décomposition des pertes (G. Bertotti) : – Pertes par hystérésis (ou pertes quasi‐statiques) : Physt Surface du cycle d’hystérésis (pertes propres au matériau) – Pertes par courants induits (ou pertes classiques) : PCI Courants induits macroscopiques et microscopiques (pertes qui dépendent de la  dynamique d’évolution du champ magnétique) Echelle macroscopique (IFoucault) Echelle des domaines (Imicro) – Pertes excédentaires : Pexc Comportement collectif des parois : notion d’objet magnétique (dépend de la  dynamique d’évolution du champ magnétique) Ptotales = Physt + PCI + Pexc .

5 Modèle d’hystérésis Modèle analytique . vectoriels.A>Physique des matériaux magnétiques A.8>Matériaux doux: pertes 20 • Approches analytiques pour le calcul des pertes : – Steinmetz simple : – Steinmetz étendu : ˆ P = ks f α B β 2 ⎛ ΔB ⎞ 2 P = kH f ⎜ ⎟ + k E f ( Brms ) ⎝ 2 ⎠ ς • D’autres approches plus fines existent : – Modèles d’hystérésis (scalaires. …) – Modèles hybrides (hystérésis + analytique) Cci ⎛ dB ⎞ Cex P = Ph + ∫ ⎜ dt ⎟ + T T 0⎝ ⎠ T 2 T ∫ 0 dB dt 1.

• Utilisés surtout pour les applications hautes fréquences  (f>10kHz) grâce à une très grande résistivité (de l’ordre de 1 à 108 Ω·m à comparer à celle des tôles de l’ordre de 10‐6 Ω·m). transformateurs. FeCo. • Matière première et processus de fabrication plus coûteux. . . • Utilisés – Ferrites : mélanges à base d’oxyde de fer.). SMC : quantités  moindres. – Alliages spéciaux FeNi.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B..1>Classes de matériaux ferromagnétiques 21 • 3 familles – Alliages de type FeSi : production la plus importante. amorphes. • Utilisés pour les applications de bases (tôles pour machines  électriques.

⎛ dB ⎞ PCI = ∫ ⎜ dt ⎟ dt 12 ⎝ ⎠ – Choix d’alliages en fonction de critères techniques mais aussi  économiques  ! σe 2 2 • Par exemple les tôles FeCo sont peu utilisées (influence forte  de la température en fonctionnement sur le Cobalt :  dégradation des performances magnétiques). pour une tôle. – Utilisation de tôles ferromagnétiques isolées • On montre que. il est  nécessaire de limiter les courants induits (rendement).B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. à fréquence et conductivité données. les pertes par courants induits  sont proportionnelles. au  carré de l’épaisseur e de la tôle. .2>Tôles ferromagnétiques 22 • Dans les applications à fréquences industrielles.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.  Facilite également le traitement haute température pour  l’amélioration des performances.2>Tôles ferromagnétiques 23 • En électrotechnique ces critères sont : – Résistivité faible (Fer pur environ 10‐7 Ω·m) : ajout de  silicium. • Les tôles les plus courantes sont à base d’alliages FeSi. aluminium ou germanium pour augmenter la  résistivité sans « trop » impacter les performances  magnétiques. . – Amélioration de la pureté (diminuer les impuretés  présentes dans le matériau). – Processus de fabrication simplifié : l’ajout de silicium  augmente la dureté et la rigidité pour la manutention.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. .2>Tôles ferromagnétiques 24 • Caractéristiques générales des tôles FeSi NO Techniques de l’ingénieur. article M350.

2>Tôles ferromagnétiques 25 • Caractéristiques générales des tôles FeSi GO Techniques de l’ingénieur. article M350. .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.2>Tôles ferromagnétiques 26 • Deux grandes familles FeSi à grains orientés (GO) Anisotropie (direction de laminage = facile aimantation) Transformateurs FeSi à grains non orientés (NO) ≈ isotrope (anisotropie < 10%) Machines tournantes .

2>Tôles ferromagnétiques 27 • Deux classes de tôles NO : – Semi‐process : les impuretés (carbone) ne sont pas enlevées  et les tôles ne sont pas isolées • moins chères (destinées à des applications à fonctionnement  intermittent : électroménager et accessoires automobiles) – Fully‐process : livrées prêtes à l’emploi • Recuit à 800°C et décarbonisation (meilleures performances  magnétiques) • Tôles GO : – Teneur en Si à 3% – Procédé secondaire de recristallisation pour obtenir une  orientation des grains suivant la direction de laminage • Excellentes propriétés suivant la direction de laminage .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.2>Tôles ferromagnétiques 28 • Répartition de l’utilisation des tôles en Europe .

6 T – Propriétés magnétiques isotropes .3>Ferrites 29 • A hautes fréquences.15 et 0. – Utilisation des ferrites doux • Propriétés des ferrites doux : – Oxydes ferrimagnétiques (résistivité > 1 Ω·m) – Induction à saturation entre 0.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. les tôles ferromagnétiques sont  inutilisables de part leur résistivité trop faible.

 Utilisés pour la réalisation de  transformateurs ou d’inductances. Utilisés pour la  conversion d’énergie ou le traitement du signal.3>Ferrites 30 • 3 familles de ferrites peuvent être considérées – Les ferrites spinelles de manganèse‐zinc (Mn‐Zn) • Fréquences allant de 10 kHz à 1 MHz. Utilisés pour la réalisation de  composants hyperfréquences spécifiques tels que les filtres et  les déphaseurs. Résistivité électrique  jusqu’à 100 Ω·m.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. – Les ferrites spinelles de nickel‐zinc et de nickel‐ zinc‐cuivre • Fréquences entre 1 et 500 MHz.1 à 100 GHz. Résistivité électrique de l’ordre de 1 Ω·m. . – Les ferrites dits « hyperfréquences » • Fréquences de 0.

 article N3 260.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.3>Ferrites 31 Spectre de la perméabilité magnétique initiale d’un ferrite Techniques de l’ingénieur. .

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. article N3 260 .3>Ferrites 32 • Quelques géométries des noyaux de ferrites Formats conventionnels Formats de type planar Techniques de l’ingénieur.

  dislocations) • Propriétés isotropes • Résistivité 3x plus élevée que les alliages cristallins • Température d’utilisation faible (<150°C) • Matériaux fragiles .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. …) – Les amorphes magnétiques sont apparus au milieu des  années 1970 (techniques de fabrication spécifiques : trempe  rapide pour éviter la recristallisation). ferrites : cristaux (existence d’un réseau cristallin  avec ordonnancement des atomes) • Amorphe : il n’existe pas d’ordonnancement moléculaire  (verres. – Propriétés des amorphes magnétiques : • Pas de défauts typiques d’un solide cristallin (joints de grains. plastiques.4>Amorphes 33 • Tôles.

 article E1 770 . la trempe s’effectue entre 1500°C et 200°C en 10‐3 s  (hypertrempe) e<40μm et l <5mm  l<200mm  e<200μm Techniques de l’ingénieur.B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.4>Amorphes 34 • Fabrication – Refroidissement rapide l’alliage fondu. Pour les alliages  FeBSi.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.5>Comparaison globale des matériaux doux 35 • Caractéristiques générales Techniques de l’ingénieur. article D2 150 .

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B. article D2 150 .5>Comparaison globale des matériaux doux 36 • Caractéristiques économiques Techniques de l’ingénieur.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.6>Matériaux magnétiques composites (SMC) 37 • Les SMC (Soft Magnetic Composites) sont : – Un mélange d’une poudre de fer pur et d’une résine  diélectrique • Propriétés : – – – – – Isotropes Induction à saturation élevée (mais inférieure aux tôles) Circuits magnétiques 3D (et non 2D comme les tôles) Circulation des flux de chaleur en 3D Recyclage aisé .

6>Matériaux magnétiques composites (SMC) 38 • Fabrication (atomisation de la poudre de fer) .B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.6>Matériaux magnétiques composites (SMC) 39 • La poudre est ensuite traitée pour : – Enlever la couche d’oxyde – Revêtir les particules d’un isolant diélectrique • La fabrication de pièces magnétiques se fait en utilisant  une matrice ayant la forme désirée : – Compression entre 400 et 800 MPa – Recuit entre 200 et 550°C (quelques min à quelques heures) – Solidification du diélectrique (thermodurcissable) .

B>Technologies des matériaux ferromagnétiques B.6>Matériaux magnétiques composites (SMC) 40 • Comparaison des propriétés magnétiques Acier SMC .

 normalisé) • Tôles magnétiques – Echantillon torique • Tôles magnétiques ou matériaux massifs .C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.1>Techniques expérimentales: champ alternatif 41 • Caractérisation expérimentale en champ alternatif : – Cadre Epstein (normalisé) • Tôles magnétiques – SST (Single Sheet Tester.

C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.1>Techniques expérimentales: champ alternatif 42 • Principe de la mesure – Bobinage primaire (n1 spires) Théorème d’Ampère : mesure de i1(t) donne H(t) ∫ H ⋅ dl = n i 1 H : champ magnétique (A/m) dl : élément de parcours infinitésimal du contour fermé i : courant (A) – Bobinage secondaire (n2 spires) Loi de Faraday : mesure de e(t) donne B(t) i e e(t ) = n2 d Φ (t ) dt avec Φ (t ) = ∫∫ B(t ) ⋅ dS e(t ) : force électromotrice (V) Φ : flux magnétique à travers une spire (Wb) B : induction magnétique (T) .

75 0.5 0.75 -1.5 1000 3000 5000 -1 -0.5 -1 Influence de la fréquence (tôles FeSi 3%) Cycles mineurs non centrés (Soft Magnetic Composite) .5 B (Tesla) 200 Hz 1 50 Hz 0.1>Techniques expérimentales: champ alternatif 43 • Caractérisation fréquentielle et harmonique 1.5 0 100 200 300 400 0 -5000 -3000 -1000 -0.5 0.C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.5 Hz 1 0.25 H (A/m) 0 -400 -300 -200 -100 -0.25 -0.

C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.2>Techniques expérimentales: champ tournant 44 • Mesure des propriétés vectorielles – Dispositif spécifique : RSST (Rotational Single Sheet Tester) .

2>Techniques expérimentales: champ tournant 45 • Caractérisation en champ tournant d’une tôle magnétique Direction de laminage Direction transverse Direction transverse Direction transverse Direction de laminage Direction de laminage .C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.

Ce  type  de  pertes  peut  représenter  jusqu’à 10% des pertes totales. A  l’approche  de  la  saturation  les pertes  en  champ  tournant décroissent.C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.7  à 2  fois  les pertes  en  champ  alternatif  pour  un même  niveau  d’induction.. Pertes en champ tournant (α=0 : champ unidirectionnel et α=1 : champ circulaire) [Takahashi et al.2>Techniques expérimentales: champ tournant 46 • Evolution des pertes en champ tournant Les  pertes  en  champ  tournant peuvent  atteindre  1. 24. N°2] . COMPEL Vol.

 140 MPa Fer­Cobalt­Vanadium en compression . 60. 100. 20.C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.3>Influence de la contrainte mécanique 47 • Dégradation des performances magnétiques avec la  contrainte mécanique Tôles FeSi M330­50A en traction 0.

 IEEE Trans. 43.C>Caractérisation des matériaux magnétiques C.4>Influence de la température 48 • Dégradation des propriétés magnétiques avec la  température Évolution du cycle d’hystérésis en  fonction de la température (Ferrite) [Lu et al. N°2] . Mag. IEEE Trans.. N°11] Évolution du cycle d’hystérésis en fonction  de la température (Tôle NO) [Takahashi et al. Vol. Vol.. 46. Mag.

1>Modèles univoques 49 • Expression de Marrocco • Expression de Langevin .D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.

b dadb ⎟ ⎝Δ ⎠ .b) M +1 b -1 a H ⎛ ⎞ M = MS ⎜ ∫∫ p(a.D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.b)γ a.2>Modèles scalaires : Preisach 50 • Modèle de Preisach – Matériau = ensemble de cycles élémentaires (hystérons) – Matériau = distribution p(a.

D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.2>Modèles scalaires : Preisach 51 • Modèle de Preisach – Identification de la fonction d’Everett à partir de la mesure .

3>Modèles scalaires : Jiles-Atherton 52 • Modèle de Jiles‐Atherton Saut de paroi Composante  irréversible  Déformation de paroi Composante réversible Sites « d’ancrage » dMirr dM an +c dM dH e dH e = Modèle M(H) dH 1 .D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.αc dM an − α(1 − c) dMirr dH e dH e (1 − c) 5 paramètres à identifier : α : couplage inter‐domaines a : paramètre anhystérétique c : composante réversible k : pertes Msat : aimantation à saturation dM irr dM an +c dM dBe dBe = Modèle M(B) dB 1 + μ (1 − c)(1 − α) dM irr + μ c(1 − α) dM an 0 0 dBe dBe (1 − c) .

5 1 0.5 0 50 250 450 H (A/m) 650 -750 -550 -350 -150 B (Tesla) 200Hz 1.5 1 0.5 0 50 250 450 -0.5 -1 -1.5 -1 J-A dynamique B (Tesla) -1.5 1 0.5 1 0.5 1 0.5 0 0 -0.5 -1 H (A/m) 650 B (Tesla) B (Tesla) J-A dynamique -1.5 1 0.5 1.5 -1 100 200 H (A/m) 300 400 Preisach + EDBF -1.5 Preisach + EDBF -1.5 J-A dynamique B (Tesla) H (A/m) 100 200 300 400 -400 -300 -200 -100 0 0 -0.5 1.5 -1 50 250 450 H (A/m) 650 -750 -550 -350 -150 -0.5 0 100 200 H (A/m) 300 400 -400 -300 -200 -100 B (Tesla) -1.5 Preisach + EDBF .5 1.D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.5 0 -400 -300 -200 -100 -0.5 0 -750 -550 -350 -150 -0.4>Modèles dynamiques 53 • Extension des modèles scalaires : • ajout d’une surcouche « champ classique » associé aux  courants induits (pas de modification du modèle scalaire) – Exemple : équation de diffusion basses fréquences (EDBF) • par modification intrinsèque du modèle 50 Hz  1.5 -1 100 Hz 1.

D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.5>Modèles vectoriels 54 • Généralisation de Mayergoyz : – 1 modèle scalaire par direction d’espace (appliqué à Preisach par exemple) • Écriture du modèle avec les propriétés vectorielles – Jiles‐Atherton vectoriel par exemple : • si ( χ f ⋅ dH e ) > 0 dM = μ { 1 0 1+ χ f χ f −1 ⋅ χ f ( 1 − α ) + cξ ( 1 − α ) } {χ −1 ⋅ f χf −1 ⋅ χ f + cξ } dB • si  ( χ f ⋅ dH e ) ≤ 0 dM = 1 μ0 { 1 + cξ (1 − α ) } { c ξ } ⋅ dB −1 .

6>Couplage mécanique 55 • Couplage mécanique : – Jiles‐Atherton : paramètres dépendants de la contrainte – Preisach : paramétrisation de la fonction d’Everett • exemple : But : Calculer M(B) d’amplitude Bmax pour la traction σ Déterminer σinf et σsup tels que σinf < σ < σTsup Calcul de Minf(B) d’amplitude Bmax pour la traction σinf Calcul de Msup(B) d’amplitude Bmax pour la traction σsup Interpolation linéaire entre Minf(B) et Msup(B) M(B) .D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.

0 -0.4 0.8 Champ H (A/m) -100 -50 0 Champ H (A/m) 50 100 .4 -0.8 0.8 -100 -50 0 50 100 0.7>Couplage mécanique 56 • Application au cas de tôles NO FeSi 3% Interpolé pour la traction σ=40 Calculé pour la traction σinf=20 Calculé pour la traction σsup=60 Mesuré à la traction 40 Interpolé pour la traction 40 0.8 0.0 -0.D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.6 Induction B (Tesla) 0.2 0.6 -0.2 -0.6 -0.2 -0.4 0.6 Induction B (Tesla) 0.2 0.4 -0.

D>Modélisation des matériaux ferromagnétiques D.7>Couplage mécanique 57 • Application au cas de tôles NO FeSi 3% Interpolated for σ=40 Mpa Calculated for σinf=20 Mpa Calculated for σsup=60 Mpa 1.5 B (Tesla) Measured for σ=40 Mpa Interpolated for σ=40 Mpa 1.0 0.0 0.0 -0.5 -1.0 0.5 -1.5 B (Tesla) 0.0 -0.0 -600 -400 -200 0 H (A/m) 200 400 600 -400 -200 0 H (A/m) 200 400 .

 voire destruction du transformateur – Impact sur les éléments électriques connectés au  transformateur .E>Applications électrotechniques E.1>Transformateur triphasé 58 • Objectif : impact de la non linéarité sur l’appel de courant  lors de l’enclenchement du transformateur – Appel de courant pouvant aller jusqu’à 15 à 20 fois le  courant nominal – Dégradation.

5 mm) Géométrie Schéma équivalent de  réluctances non linéaires .E>Applications électrotechniques E.1>Transformateur triphasé 59 • Transformateur triphasé à base de tôles NO FeSi 3%  (e=0.

E>Applications électrotechniques E.1>Transformateur triphasé 60 • Comparaisons mesure/simulation Enclenchement à 0° pour la phase 1 Mesure  Simulation Enclenchement à 90° pour la phase 1 Mesure  Simulation .

2>Moteur à hystérésis 61 • Objectif : exploitation du phénomène d’hystérésis pour  faire tourner un moteur Stator et rotor Structure .E>Applications électrotechniques E.

2>Moteur à hystérésis 62 • Caractéristiques magnétiques du moteur B(H) non linéaire au stator  Hystérésis au rotor (Magnetoflex 35) .E>Applications électrotechniques E.

2>Moteur à hystérésis 63 • Résultats obtenus Carte de champ Évolution du couple .E>Applications électrotechniques E.

3>Frein à liquide magnéto-rhéologique 64 • Objectif : étude de l’impact de la non linéarité sur le couple  développé par un frein à liquide magnéto‐rhéologique .E>Applications électrotechniques E.

3>Frein à liquide magnéto-rhéologique 65 Loi B(H) du liquide magnétique Cycles d’hystérésis  de l’acier du frein (XC38) Caractéristique t(H)  du liquide magnétique .E>Applications électrotechniques E.

3>Frein à liquide magnéto-rhéologique 66 • Résultats : comparaison mesure/simulation Simulation sans hystérésis  Simulation avec hystérésis .E>Applications électrotechniques E.

 Grenoble  Sciences . micro et nanocristallins (Réf. E1 770) • Ouvrages – « Magnétisme et matériaux magnétiques pour l'électrotechnique » Pierre Brissonneau. D2 150) Matériaux magnétiques amorphes.Bibliographie 67 • Techniques de l’ingénieur – – – – Alliages magnétiques doux (Réf. M 350) Ferrites doux pour l’électronique de puissance (Réf. N3 260) Matériaux ferromagnétiques amorphes et nanocristallins (Réf. Hermès Science – « Magnétisme II ‐ Matériaux et Applications » Sous la direction d'Etienne du Trémolet de Lacheisserie.