Vous êtes sur la page 1sur 1

DEMI-FINALES DES DICOS D'OR 97

Samedi 8 novembre 1997, la dictée corrigée:

Plein soleil

Du crépuscule du soir aux lueurs éthérées de l'aurore, entre langue d'oc et langue d'oïl, ce roi éternel rayonne
d'un bout à l'autre du pays.
S'il fait migrer les cigognes d'Alsace, il assèche les marais où s'ébattent les flamants roses, dissout l'asphalte
noir des rues, inonde de
lumière les chevaux alezans et bais de la Camargue, taquine les lézards qui se sont assoupis sur les murets. S'il
se lève dès potron-minet,
le jour commence sous les meilleurs auspices. Source d'espoir après la pluie, vénéré des Égyptiens, qui
l'appelaient Rê, il guide les
demi-tours des tournesols. Ses rayons passe-partout pénètrent dans les moindres interstices terrestres, et il
poursuit sa course
inexorablement, se jouant des nuages et des vents.

FIN CADETS ET JUNIORS

Quels que soient les reliefs et les monuments, du Marais poitevin aux soulanes pyrénéennes, des menhirs
bretons aux arènes de Nîmes, il
caresse, virevolte, fait des chassés-croisés, réchauffe, brûle même parfois, provoquant des érythèmes ou des
lucites. Les gardians
conduisant les manades s'y sont bronzés, les cistes parfumés et les fiers asphodèles s'en sont accommodés. Et,
dans les garrigues, se sont
toujours plu les plantes aromatiques qui raffolent de ses rayons. Ici, il batifole entre les branches touffues des
chênes où se sont logés des
kermès ; là, il fait scintiller les eaux bleu verdâtre des étangs. Ami ou ennemi ? Quoi qu'il en soit, pour s'en
garantir, on aura tout essayé :
les pare-soleil, les parois athermanes, les chapeaux de paille et autres lunettes emblématiques.

Qu'importe ! À Nîmes, en plein midi, lui, il luit...

FIN SENIORS

Texte établi par Micheline SOMMANT et révisé par le Jury national.