Vous êtes sur la page 1sur 1

Les traditions de Rome

Nous ne sommes pas habitu6s ir consid6rer les Romains comme un peuple


particulidrement religieux. Par contraste avec d'autres socidtes de I'Anri-
quit6, comme celle, hi6ratique, de l'Egypte, ou l'Etat thdocrate des Juii'.
les Romains donnent I'impression d'avoir eu une vision plutOt iaique. tres
moderne, du monde. Au I" sidcle av. J.-C., par exemple, la societe
romaine 6tait relativement ouverte : m€me les esclaves r6cemment affran-
chis pouvaient s'enrichir et accdder d une certaine position sociale: ie s
femmes ne vivaient pas recluses; enfin, une carridre dans I'arm6e poui ail
permettre, mOme aux personnes issues des classes pauvres, d'acquerir de'
terres.
Naturellement, les Romains avaient une religion traditionnelle, are;
une pl{thore de dieux, de rites et de c6r6monies, mais certaines personn.!
de la classe plus cultiv6e semblent avoir nourri quelque profond scepti-
cisme ir leur 6gard.
Pendant la premidre guerre punique (264-241 av. J.-C.), Publus
Claudius Pulcher, I'un des consuls, ayant entendu dire que les poulei'
sacr6s refusaient de manger, ce qui 6tait un mauvais pr6sage, les nora :

< S'ils ne veulent pas manger, qu'ils boivent ), dit-il avant de les jeter a ia
mer. Cic6ron, bien qu'affichant toujours le plus profond respect pour l:
religion dans ses plaidoyers, laisse percer de sdrieux doutes sur sa r alidite
dans ses {crits philosophiques. Dans De la nature des dieux,l'un des per-
Sonnages 6met de nombreux arguments contre leur existence, tandis que
dans son livre La Divincttion, Cic6ron remet s6rieusement en question la
valeur des pr6sages, prodiges, signes pr{monitoires et celle de I'astrologte .

Beaucoup plus tard, saint Augustin observera que Cic6ron n'aurait jamai.
os6 dire en public ce qu'il dcrivait en priv6.
Au I'r sidcle av. J.-C., le plus sceptique de tous les Romains fut sans
doute le podte Lucrdce (98-55 av. J.-C.). Dans De la I{ature (\" 1199-
1205), il tourne impitoyablement en dfrision I'homme superstitieux dan:
la soci6t6 romaine :

< La piti6, ce n'est pas se montrer souvent la tOte voil6e del'ant une
pierre, ce n'est pas s'approcher de tous les autels, ce n'est pas se
-.;rue de marbre d'Aphrodite; il s'agit d'une prosterner d terre la paume ouverte vers les temples des dieur. ce
. :ie romaine d'une cdlibre statue
^=.idnistique du ttt" siAde av. J.-C. Les n'est pas arroser les autels du sang des animaux ni ajouter les priire.
-, rnains assimiloient Vdnus avec la deesse aux pridres; mais c'est bien plut6t regarder toutes choses de;e
:'.cque de I'amour, APhrodite. monde avec s6r6nit6. >

:l