Vous êtes sur la page 1sur 17

Page 1 of 17

Page 1 of 17 OFPPT Agadir Promotion : 2010/2011 ♠ Elaboré par : -ELFADILI REDOUANE ♠

OFPPT Agadir

Page 1 of 17 OFPPT Agadir Promotion : 2010/2011 ♠ Elaboré par : -ELFADILI REDOUANE ♠

Promotion : 2010/2011

Elaboré par :

-ELFADILI REDOUANE

Encadré par :

-HASSAN EL KAWI

- INCHERIN

Entreprise d’accueil :

AMMAS .

Encadrant Entreprise :

- HOUCINE BAZMANE

RapportRapportRapportRapport dededede StageStageStageStage dededede FinFinFinFin dededede FormationFormationFormationFormation

FinFinFinFin dededede FormationFormationFormationFormation Filière : SOUDAGE
FinFinFinFin dededede FormationFormationFormationFormation Filière : SOUDAGE

Filière : SOUDAGE

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 2 of 17

Dédicace Remerciement

Introduction La formation Principaux procédés de soudage

Première partie :

la présentation Fiche Signalétique La formation CONSIGNES DE SECURITE

Deuxième partie : Etude théorique :

Principaux procédés de soudage Le principe FIGURE 1 :Déroulement du cycle de soudage l’accostage le soudage le forgeage la remontée de l’électrode FIGURE 2 : Paramètres de soudage

Le temps de soudage

Le temps de forgeage

Le soudage à l’électrode enrobée Le soudage avec fils pleins (GMAW) Le soudage avec une électrode réfractaire Le soudage à arc submergé sous flux solide

Figure 1. Procédés de soudage MIG/MAG.

Le procédé MAG procédé MI

Conclusion

Annexe

Les procédés de soudage à l’arc

Conditions de soudage

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 3 of 17

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 4 of 17

Page 4 of 17 je ne pourrais jamais oublier la tendresse et l’amour dévoués par lesquels
Page 4 of 17 je ne pourrais jamais oublier la tendresse et l’amour dévoués par lesquels

je

ne pourrais jamais oublier la tendresse et l’amour dévoués par lesquels ils m’ont toujours entourer depuis mon enfance.

Je

dédie aussi ce modeste projet :

A

toute ma famille, surtout mes frères, et pour leurs soutiens moral.

A

tous mes amis, et à tous ceux que j’aime et à toutes les personnes qui m’ont Prodigué des encouragements et se sont données la peine de me soutenir durant cette année de

formation.

A mes chers formateurs et formatrices, sans aucune exception.

A tous les membres de la direction de OFPPT AGADIR.

A tous les personnels de L’atelier AMMAS, qui m’ont bien aidé à atteindre mon objectif.

A tous les stagiaires 2 ème année.

Et à vous chers lecteurs.

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 5 of 17

Page 5 of 17 Avant d’entamer ce présent rapport, je tiens tout d’abord é exprimer mes

Avant d’entamer ce présent rapport, je tiens tout d’abord é exprimer mes sincères sentiments et remerciements à tous ceux qui ont participé de manière directe ou indirecte à l’élaboration de ce projet.

A cette occasion, je tiens à remercier profondément :

A cette occasion, je tiens à remercier profondément : Mr HOUCINE BAZMANE qui a bien voulu

Mr HOUCINE BAZMANE qui a bien voulu m’accorder la possibilité de passer un stage de deux mois au sein de L’atelier, et qui m’a bien encadré techniquement pendant toute la durée de stage, sans hésiter à aucun moment de me consacrer une part de son temps précieux, afin de m’aider considérablement dans la réalisation de mon projet, et qui m’a bien soutenu par ses conseils constructifs tout au long du stage.

J’adresse aussi mes cordiaux et mes sincères remerciements à :

Mon encadrant Mr HASSAN EL KAWI, mon formateur Mr INCHERINE, et tous mes formateurs au sein du complexe, qui n’ont jamais hésité à m’encadrer ou à m’octroyer la main de soutien et d’assistance.

Monsieur le Directeur d’ Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail à Agadir (OFPPT).

Monsieur le Directeur des Études du complexe.

Et tous les autres formatrices et formateurs de l’institut, chacun de son nom.

Je tiens finalement à féliciter toutes ces personnes pour leur bonne organisation, leurs actions

conjuguées et leur meilleur savoir-faire pour offrir une main d’œuvre qualifiée.

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 6 of 17

Page 6 of 17 La recherche du développement de la qualité de la formation dispensée et

La recherche du développement de la qualité de la formation dispensée et son adéquation aux besoins du monde du travail constitue un souci permanent de l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT).

L’Institut Supérieur de Technologie Appliquée et de Technique de l’Information et de Communication (ISTATIC), au sein du Complexe de Formation aux Métiers de l’Offshoring et de Technologie d’Information Agadir, est un institut parmi d’autre qui applique le système professionnel de formation, ce système avant d’être exploitable par le marché d’emploi, il a traversé plusieurs étapes pour offrir une meilleure productivité.

Et parmi ces étapes, il y a la formation continue, avec un stage de fin de formation qui est obligatoire à la fin des études théoriques, donc le stage est une occasion importante par lequel se complète la théorie pour acquérir une formation professionnelle, en plus certains stages permettent une intégration aisée dans la vie active.

En effet les objectifs de stage sont:

La découverte du monde de travail et l’adaptation monde professionnel. La mise en application des connaissances acquises pendant la formation. La garantie d’une meilleure adéquation Formation / Emploi. L’amélioration de niveau de formation des jeunes pour mieux préparer à la vie active. L’accès aux activités professionnelles avec autant d’assurance et sans difficulté. La création des liens et des relations entre les établissements de formation et les entreprises. Le contact et la confrontation des diverses situations. L’apprentissage et l’acquisition de l’expérience.

En effet, et ainsi que toute formation, à la fin de sa période, le stagiaire est amené à réaliser un projet de fin de formation.

Quant à moi, j’étais chanceuse d’avoir l’occasion de poursuivre mon stage au sein l’atelier AMMAS, heureusement grâce à cette société, j’ai développé mon projet de fin de formation, qui consiste sur la mise en place, le paramétrage et l’administration d’atelier.

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 7 of 17

PARTIE I : PRÉSENTATION

Page 7 of 17 PARTIE I : PRÉSENTATION http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html 23/06/2012
Page 7 of 17 PARTIE I : PRÉSENTATION http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html 23/06/2012

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 8 of 17

Présentation

Le soudage est une opération d’assemblage où la continuité métallique entre les pièces à souder est assurée par la fusion globale ou de proche en proche de leurs bords. On obtient ainsi, après solidification, un joint homogène de même caractéristique que le métal de base, ou un joint hétérogène dans le cas de métaux différents.

Histoire du soudage

L’origine du soudage remonte à l’âge des métaux :

à l’âge de bronze on soudait à la poche

à l’âge de fer on soudait à la forge

L'exemple le plus ancien consiste en des petites boîtes circulaires en or datant de l'age du bronze et assemblées par chauffage et martelage d'un joint constitué de deux surfaces se recouvrant. Il a été estimé que ces boîtes ont été fabriquées il y a plus de 2000 ans. Pendant l'age du bronze, les egyptiens et les peuples de l'est méditérannéen ont appris à assembler par soudage des pièces en fer. plusieurs outils datant approximativement de 3000 ans ont été retrouvés.

Pendant le moyen-age, l'art des chaudronniers et forgerons s'est développé et plusieurs objets en fer ont été produit en utilisant la technique du martelage / soudage. jusqu’au milieu du 19ème siècle, les procédés de soudage évoluent peu. Vers 1850 on commence à se servir du gaz pour chauffer les métaux à souder.

Fin XIXe siècle : mise en œuvre de nouveaux procédés :

Le soudage oxyacétylénique

Le soudage aluminothermique

Le soudage à l’arc électrique

Le soudage par résistance

Tous ces procédés connaîtront leur essor industriel vers 1920.

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 9 of 17

Fiche Signalétique

Page 9 of 17 Fiche Signalétique http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html 23/06/2012

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 10 of 17

formation

LE SOUDAGE : DEFINITIONS, PROCEDES ET SECURITE

17 formation LE SOUDAGE : DEFINITIONS, PROCEDES ET SECURITE 1 VOCABULAIRE : Les termes soudure et

1 VOCABULAIRE :

Les termes soudure et brasure désignent tous les deux un mode

D’assemblage par fusion de métal.

La soudure :

Le soudage est une technique d'assemblage permanent qui établit la continuité métallique entre les pièces soudées. La soudure est le nom donné au joint formé par la fusion des bords des pièces à souder entre elles, avec ou sans adjonction d'un métal d'apport. La soudure peut donc être le résultat du seul mélange des métaux de base (les métaux à souder) ou du mélange des métaux de base et d'un métal d'apport. Beaucoup de métaux sont soudables moyennant des études préalables et la mise au point de modes opératoires spécifiques ; citons les aciers, le cuivre, l'aluminium, le nickel et leurs alliages

Le joint (cordon) est réalisé par fusion locale et progressive des pièces à assembler qui doivent être du même métal.

Les bords étant portés à la température de fusion, un complément de métal (métal d’apport) est déposé en une ou plusieurs couches.

La soudure est un assemblage caractérisé par l’effacement des contours primitifs des bords à assembler.

Liste des différentes parties :

Profil initial.

Métal d’apport.

Métal de base.

Contour du métal fondu.

d’apport. Métal de base. Contour du métal fondu. 1-La brasure : Le brasage est un mode

1-La brasure :

Le brasage est un mode d’assemblage hétérogène.

Les pièces à assembler sont chauffées en présence d’un métal ou alliage différent (métal d’apport) dont la température de fusion est inférieure à celle du métal de base.

Le métal de base n’est jamais fondu, il ne participe pas à la formation du joint.

Les bords du joint conservent leur contour primitif .

Les bords du joint conservent leur contour primitif . Le joint se forme par capilarité, les

Le joint se forme par capilarité, les assemblages étant toujours faits par emboîtement ou recouvrement.

1.3 Le métal de base :

Il constitue la matière des parties à assembler, de même nature ou de nature différente.

1.4 Le métal d’apport :

Identique ou différent du métal de base, il intervient partiellement ou en totalité dans l’élaboration du joint.

Pour la brasure, le métal d’apport est :

Température > 450°:

Alliage de cuivre,

Alliage d’argent,

Température < 450°:

Alliage plomb-étain,

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 11 of 17

Alliage étain-antimoine, étain-argent,…

1.5 Le métal du joint :

Il est composé du métal déposé (métal d’apport) et, pour la soudure, du métal de base dont les bords ont fondu. .6 Zone Thermiquement Affectée :

Autour du joint de soudure, se trouve une zone plus ou moins étendue appelée Zone Thermiquement Affectée (Z.A.T.). Cette zone peut être fragilisée par l’apport de chaleur important nécessaire lors de la fusion.

de chaleur important nécessaire lors de la fusion. 2 LES DIFFERENTS PROCEDES DE SOUDAGE : En

2 LES DIFFERENTS PROCEDES DE SOUDAGE :

En fonction des sources d’énergie utilisées, nous pouvons avoir plusieurs procédés de soudage :

Nature de l’énergie Nomenclature des procédés Thermochimique Soudage oxyacétylénique (chalumeau) Soudage manuel
Nature de l’énergie
Nomenclature des procédés
Thermochimique
Soudage oxyacétylénique (chalumeau)
Soudage manuel avec éléctrodes enrobées,
Electrique (Arc)
Soudage sous protection gazeuse (TIG, MIG, MAG),
Soudage des goujons, …
Soudage par points,
Electrique (Résistance)
Soudage à la molette,
Soudage par induction,…
Soudage par friction,
Mécanique
Soudage par explosion,
Soudage par ultrasons,…
Soudage par laser,
Focalisée
Soudage par bombardement électronique.

3 CONSIGNES DE SECURITE :

Pour réaliser une soudure dans de bonnes conditions et en toute sécurité, certaines précautions sont à prendre pour se protéger :

- Travailler avec un masque de soudure pour éviter un éblouissement dû aux rayons ultraviolets et les projections de métal en fusion.

- Mettre l’aspiration en fonctionnement pour éviter de respirer les vapeurs qui se dégagent lors du soudage.

- Ne pas porter de vêtements en nylon, utiliser si possible un tablier en cuir.

- Porter des chaussures de sécurité et des gants pour éviter tout risque de brûlures.

- Saisir les pièces soudées avec des pinces.

brûlures. - Saisir les pièces soudées avec des pinces. http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html 23/06/2012
brûlures. - Saisir les pièces soudées avec des pinces. http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html 23/06/2012

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 12 of 17

PARTIE II : LES ÉTAPES DE RÉALISATION DU PROJET

12 of 17 PARTIE II : LES ÉTAPES DE RÉALISATION DU PROJET http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html 23/06/2012
12 of 17 PARTIE II : LES ÉTAPES DE RÉALISATION DU PROJET http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html 23/06/2012

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 13 of 17

Principaux procédés de soudage

Schématisé comme suite Source d’énergie

Chimique

Soudage oxyacetylane

Électrique

Soudage a l’arc électrique

Avec électrode enrobée

Sous protection gazeux (TIG.MIG.MAG)

Avec fil électrique

Soudage par résistance

Soudage par point

Soudage par la molette

Mécanique

Soudage par friction

Soudage par ultrason

Focalisé

Soudage par laser

But de manipulation

Le but de cette manipulation est effectué l’opération de soudage de deux tôles en acier inoxydable en respectant les paramètres

1. Etude théorique :

Le soudage par points fait partie de la famille des procédés de "soudage par résistance", au même titre que le soudage à la molette, par bossages, ou en bout. Il est utilisé pour assembler deux tôles (ou plus) dont l’épaisseur est typiquement comprise entre 0,5 et 10 mm. Signalons que ces deux tôles peuvent avoir - même si ce n'est généralement pas le cas au CRDM – des caractéristiques différentes (composition, revêtement), et qu'elles n’ont pas forcément la même épaisseur. Historiquement, ce fut l’Américain Thomson qui eut, en 1877, l’idée d’assembler deux tôles d’acier en utilisant, comme agent de chauffage, l’effet de la traversée de l’assemblage par un courant électrique de forte intensité.

Il s'agit depuis longtemps du procédé d'assemblage numéro un des carrosseries automobiles, une voiture nécessitant en moyenne 4000 points soudés.

Le principe

La figure .1 représente schématiquement le principe du soudage par points : les deux tôles sont prises en étau entre deux électrodes afin de maintenir l’ensemble en contact. Cet assemblage est ensuite traversé par un courant de forte intensité qui crée un noyau fondu au niveau de l’interface tôle-tôle. En refroidissant, ce noyau fondu fixe localement les deux tôles entre elles.

ce noyau fondu fixe localement les deux tôles entre elles. Figure.1 Déroulement du cycle de soudage

Figure.1

Déroulement du cycle de soudage

Un cycle de soudage se décompose en quatre phases (voir [Casez 93]:

l’accostage : les électrodes se rapprochent et viennent comprimer les pièces à souder, à l’endroit prévu et sous un effort donné. Dans le cas des machines du CRDM, seule l’électrode supérieure se rapproche, l’autre étant fixe. Cette phase se termine quand la valeur d'effort nominale est atteinte,

le soudage : le courant passe, déclenché par la fermeture du contacteur du circuit de puissance, et doit, par effet Joule, produire assez de chaleur à l’interface tôle-tôle pour qu’une zone fondue apparaisse,

le forgeage : effectué avec maintien de l'effort mais sans passage de courant, il permet au noyau fondu de se refroidir et de se solidifier en restant confiné,

la remontée de l’électrode : l’ensemble des deux tôles peut alors être translaté afin de procéder à la soudure d'un nouveau point. Ces quatre phases, ainsi que les évolutions de l’effort mécanique et du courant de soudage tout au long d’un cycle, sont représentées sur la figure.2.

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 14 of 17

Page 14 of 17 figure.2. L’allure des courbes d’effort et d’intensité représentées ici est purement qualitative.

figure.2.

L’allure des courbes d’effort et d’intensité représentées ici est purement qualitative. Dans la pratique, leurs évolutions ne sont jamais linéaires car les valeurs sont fortement perturbées par les évolutions des résistances mécaniques et électriques rencontrées.

Paramètres de soudage

Les paramètres de soudage doivent être adaptés en fonction des caractéristiques des tôles à souder. Par exemple, on conçoit bien que des tôles plus épaisses nécessitent un apport d'énergie plus important, permettant de fondre plus de métal, donc de former un noyau plus gros.

Dans l'ordre chronologique, l'effort de soudage est la première variable entrant en jeu puisqu'elle intervient dès la phase d'accostage. La valeur à appliquer (de l'ordre de quelques centaines de da N pour des produits d'épaisseur inférieure à 1 mm) dépend essentiellement des caractéristiques mécaniques et de l'épaisseur des tôles à souder. Dans la pratique, la courbe de mise en effort n'est pas linéaire comme indiqué sur la figure 6.2, mais dépend des caractéristiques de la machine à souder. Le courant de soudage est évidemment un paramètre décisif, car il intervient au carré dans l'énergie dissipée par effet Joule. L'intensité efficace à délivrer (typiquement entre 5 et 20 kA) dépend, là encore, des propriétés mécaniques, de l'épaisseur des tôles à souder ainsi que de la présence ou non de revêtement. On utilise généralement un courant alternatif monophasé à 50 Hz, dont la valeur moyenne efficace sur une soudure peut être régulée par rapport à la valeur de consigne, par un dispositif électronique adapté. Même si nous ne l'avons pas considéré dans ce travail, il est possible d'utiliser d'autres types de courants, notamment le courant continu, obtenu par redressement et filtrage, à partir d'un générateur 1000 Hz.

Le temps de soudage intervient au premier ordre dans l'énergie électrique dissipée. Ce paramètre, d'une valeur typique de quelques dixièmes de seconde, est donc, lui aussi, adapté aux propriétés des tôles à souder. Lorsque le temps de soudage désiré est particulièrement long, on le découpe en "pulsations" - ou "temps chauds" - séparés par des "temps froids".

Le temps de forgeage nécessaire à la solidification de la soudure est généralement du même ordre de grandeur que le temps de soudage.

La réalisation d'un point soudé nécessitant environ 1 à 2 secondes, le procédé est adapté aux cadences de production élevées de l'industrie automobile moderne.

Les procédés de soudage à l’arc

Le soudage à l’arc est un terme générique au cours duquel un arc électrique est créé entre une électrode et les pièces à assembler afin de conduire à une fusion superficielle et à la formation d’un bain de métal fondu qui se solidifie sans action extérieure. Il regroupe quatre procédés :

Le soudage à l’électrode enrobée : Afin de limiter l’oxydation et la nitruration du métal, l’âme métallique de l’électrode est enrobée par un oxydant, un acide, un basique ou un cellulosique selon les besoins. Il a pour but de faciliter l’amorçage, de protéger le métal et le cordon contre un refroidissement trop rapide, ainsi que de guider l’arc grâce à un retard à la fusion. Suivant les propriétés recherchée pour le cordon ou le laitier, différents modèle de fil existent.

Le soudage avec fils pleins (GMAW) : L’électrode est composée d’un fil fusible continu, servant de métal d’apport et se dévidant automatiquement sous protection gazeuse (Ar ou CO 2 ).

Le soudage avec une électrode réfractaire : L’électrode non consommable est constituée d’une pointe de tungstène portée par une torche dotée d’une arrivée annulaire d’un gaz protecteur. On nomme aussi cette technique Tungstène Inert Gaz (TIG).

Le soudage à arc submergé sous flux solide : Un flux en poudre est versé en talus autour du fil de l’électrode. L’arc jaillissant à l’intérieur du flux est ainsi protégé de l’oxydation et d’un refroidissement trop rapide. Les soudages MIG/MAG

Découvert au cours de la Deuxième Guerre mondiale, le développement de ce procédé (nommé aussi Gaz Metal Arc Welding) visait à réduire le coût de soudage des matériaux épais. Il s’est vite imposé dans l’industrie en raison de son efficacité au regard des soudures importantes au point de devenir, selon le Bureau Canadien de Soudage, le procédé le plus utilisé dans le monde. Les soudeurs ont également mis en évidence son efficacité pour souder l’aluminium grâce à son action nettoyante permettant de produire des soudures de qualité.

Enfin, comparativement au procédé TIG, déjà employé à l’époque, le procédé GMAW s’est aussi révélé plus rapide, notamment sur les matériaux plus épais. Aujourd’hui, ce procédé de soudage est indispensable dans l’industrie de la fabrication en général.

Figure 2. Procédés de soudage MIG/MAG.

La fusion est obtenue grâce à un arc électrique s’établissant entre le fil-électrode, continu et fusible, et le métal de base. Un gaz ou un mélange de gaz provenant d’une source externe assure la protection du bain de fusion contre la contamination atmosphérique durant le soudage. La chaleur que dégage l’arc provoque la fusion de l’extrémité du fil-électrode et du métal de base. Différentes formes de gouttelettes de métal fondu, projetées du fil- électrode vers le bain de fusion où elles se solidifient, produisent la soudure désirée. Le fil-électrode, généralement de petit diamètre, est continuellement amené à l’arc de soudage, par un mécanisme de dévidage. où il fond sous l’effet de la chaleur qui y est générée.

Selon la nature du gaz de protection employé, le procédé GMAW se divise en deux catégories et est désigné par un acronyme spécifique.

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 15 of 17

Ainsi, on distingue:

Le procédé MAG (Métal Active Gaz) qui utilise un gaz actif. Il peut s’agir de gaz carbonique (CO 2 ), d’un mélange d’argon et de gaz carbonique (AR-CO 2 ) ou d’un mélange d’argon et d’oxygène (Ar-O 2 ). Le procédé MIG (Métal inert gaz) qui emploie un gaz inerte, à savoir de l’argon (Ar), de l’hélium (He) ou un mélange d’argon et d’hélium (Ar- He).

Le soudage à l’arc électrique sous protection gazeuse avec fil plein présente de nombreux avantages, mais aussi quelques inconvénients :

Avantages Inconvénients - Forte productivité. - Entretien fréquent et minutieux. - Grande vitesse de soudage
Avantages
Inconvénients
- Forte productivité.
- Entretien fréquent et minutieux.
- Grande vitesse de soudage (gain de
temps).
- Difficiles à utiliser dans les
endroits exigus et peu pratiques
pour les applications qui exigent
- Taux de dépôt de métal important.
un grand déplacement de la torche
entre deux soudures.
- Limitation des déformations.
- Nombre de reprises de soudure
limité.
- Les économies de temps réalisées
avec ces procédé peuvent être
grandement réduites par une
technique d’exécution inadéquate.
- Pas de laitier à enlever.
En effet, la vitesse de soudage
- Large gamme d'épaisseur.
élevée exige des précautions
additionnelles et demande au
- Bonnes qualités de joint et bonnes
caractéristiques mécaniques.
soudeur de réagir très vite. Ainsi,
le fil peut demeurer figé dans le
bain de fusion solidifié ou fondre
- Soudage dans toutes les positions.
dans le tube contact, ce qui
entraîne une perte de temps
- Contrôle aisé de la pénétration en
régime de court-circuit.
considérable pour l’extraire avant
de poursuivre le travail.
- Aspect de cordon correct.
- Procédé automatisable.
- Fatigue moindre du soudeur
A ce procédé, on demandera :
Le fil
Composition (%) moyenne
Nom C Si Mn Cr Mo Cu N 2 S P Autres Rm R p0,2
Nom
C Si Mn Cr Mo Cu N 2 S P Autres Rm R p0,2 A%
X2CrNb18 0.02 0.50 0.8
17.8 0.3
0.3
0.02
0.01 0.3
Nb
470 300
29
0.5

Conditions de soudage

Le procédé

De manière générale, lors du soudage d’aciers inoxydables ferritiques, il est important de garder à l’esprit que le grossissement des grains et la formation de martensite font que la résilience est généralement faible et que le procédé de soudage par fusion utilisé doit assurer une parfaite protection contre le métal fondu. Il en résulte que les procédés les plus adaptés sont ceux faisant intervenir un flux de gaz protecteur, à savoir le soudage TIG, MIG/MAG et au plasma.

Une bonne continuité géométrique sans défauts de surface qui pourrait constituer des amorces de corrosion. Une bonne conservation de la résistance à la corrosion de l’assemblage. Une bonne tenue mécanique qui sera généralement obtenue si la géométrie de l’assemblage et la structure du métal fondu sont satisfaisante.

Afin de respecter ces engagements, un certaines mesures doivent être prise par le soudeur :

Limiter la quantité d’énergie apportée à 7KJ/cm afin de réduire au maximum le grossissement des grains et donc la fragilisation de l’ensemble. Eviter, au cours du soudage, tout apport de carbone et d’azote susceptible de diminuer la formation de martensite et donc de diminuer la ductilité du métal fondu. Eviter toute introduction d’hydrogène dans le métal fondu.

Comme pour les aciers alliés, le choix d’un fil pour le soudage des aciers inoxydables est une question de composition chimique. Il s’agit de choisir le fil dont la composition s’approche le plus de celle des pièces à souder, comme dans le cas des électrodes enrobées.

Ainsi, dans le cas des lignes d’échappement, le métal d’apport choisi serra un acier inoxydable ferritiques de type 430LNb (nommé aussi 1.4511 ou X2CrNb18).

Les avantages de cet acier sont :

Acier inoxydable ferritique aucune transformation structurale mais grossissement important des grains. Faible teneur en carbone diminue les risques liés à la formation de carbure de chrome (à partir de 950°C dans la ZAT), et offre une bonne

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 16 of 17

résistance à la fatigue. Structure stabilisée au niobium améliore la résistance à la corrosion. Teneur en chrome < 18% évite la formation de phase sigma.

ANALYSE DU

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012

Page 17 of 17

Page 17 of 17 Pendant la période de stage j’ai essaye de pratiquer ce que j’ai

Pendant la période de stage j’ai essaye de pratiquer ce que j’ai vu a I.S.T.A, est j’ai connaître et vivre le domaine de trava

L’atelier

soudure,Caudronnerie,Menuiserie,metallique,Cisaillage,

Pliage et roulage, car son domine et très vaste, mais cela ne m’empêche pas de dire que j’ai pas amélioré ma connaissan et aussi passer mon stage dans les bonnes condition.

mécanique

« AMMAS

»

je

me

suis

pas

arrivée

a

connaître

tout

ce

qui

,

concerne

je me suis pas arrivée a connaître tout ce qui , concerne http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html 23/06/2012

http://dc433.4shared.com/doc/YSgkbTTc/preview.html

23/06/2012