Vous êtes sur la page 1sur 10

1

BATIMENTS AGRICOLES ET PAYSAGES : TYPOLOGIE DE CAS


Nature de la fiche : préconisations

Apports des diagnostics de la charte, argumentaire

Les bâtiments agricoles : hangars, élevages hors sols (poulets, porcs.. ) occupent une place non négligeable dans les paysages des Combrailles, témoignage d'une certaine
mutation qui s'est opérée dans l'économie agricole depuis une vingtaine d'années.

Leurs effets sur les paysages et l'environnement sont très divers et dépendent :

des caractéristiques de l'objet lui-même : volumétrie, pentes de toitures, matériaux, couleurs, brillance, etc…,
de la situation : en ligne de crête ou en bordure de plateau,
de l'implantation : technique du déblai-remblai, sur une plate-forme,
du contexte proche : proximité du bâti, proximité d'autres bâtiments agricoles plus anciens et construits avec des techniques différentes, proximité
d'arbres ou au contraire terrain très dénudé,
des rapports de visibilité : visibilité lointaine, ou au contraire très masqué, visibilité depuis un axe important (en terme de trafic ou de symbole comme les
routes touristiques ou les routes qui desservent un site touristique).

Les réponses et les préconisations doivent donc être différentes dans chaque cas :
la recherche de solutions sur les bâtiments existants ou projetés doit commencer par une analyse précise du cas considéré,
dans cette approche on doit prendre en compte l'ensemble constitué du bâtiment lui-même et de ses abords en envisageant l'évolution dans
le temps.

Toutefois il est bien évidemment impératif de veiller à deux critères fondamentaux :


la fonctionnalité de l'organisation de l'espace et de l'exploitation,
les critères économiques.

Cette recherche d'intégration doit prendre en compte de nouvelles données réglementaires :


distance des bâtiments agricoles par rapport aux noyaux bâtis. Ces dispositions ont conduit à déconnecter les bâtiments des villages et à faire de
nouveaux objets construits non reliés au bâti existant (ce que l'on appelle mitage pour du résidentiel),
nouvelles dispositions de la loi d'orientation agricole qui fixe une réciprocité pour les distances à respecter entre bâtiments agricoles et bâtiments à
usage résidentiel, ( même pour la réhabilitation de bâtiments déjà existants),
nouvelles dispositions pour la mise aux normes des bâtiments d'élevage imposant la création de fosses à lisier qui risquent d'avoir un impact paysager.
2

Analyse de cas : critères à prendre en compte


Contexte de proximité
Rapports aux autres bâtiments situés dans la périphérie et en covisibilité • Quels rapports avec le bâti ancien dans les volumes, les pentes de toiture, la nature
des matériaux, les couleurs, les textures ?
• Bâti agricole pré- existant : cohérence du bâtiment nouveau avec l'ancien ; comment
ne pas avoir une multiplicité des formes, des couleurs et des matériaux ?
• Y a t-il un bâtiment particulièrement intéressant dans le secteur et en covisibilité avec
celui ci ?
• Est-il intégré au tissu du village ou "déconnecté"?

Présence de structures végétales • Linéaires, haies


• Bosquets
• Arbres remarquables
Place du bâtiment dans le contexte élargi
• Depuis des axes routiers importants
Vues sur le bâtiment depuis l'extérieur
• Depuis l'entrée du village
• Depuis un site majeur

Rapport aux lignes du relief • Casse une ligne de relief, se détache sur une crête

Rapport aux grandes masses végétales • S'intercale dans un réseau de haies


• S'intercale dans des masses boisées
• Est caché par des masses boisées
• Est situé devant une lisière boisée
• Aucune végétation d'importance à proximité
L'objet lui même
Rapports avec les couleurs ambiantes notamment toitures • Contraste de teinte, de saturation, de brillance

Volumétrie • En bande ou volumes plus complexes


3
Quelques exemples de réponses pour une meilleure insertion

Bâtiment agricole en périphérie d'un groupement bâti


ANALYSE PRECONISATIONS
• Le village est groupé, il a une bonne insertion dans le végétal. • Planter des bosquets d’arbres sur la façade principale du bâtiment agricole pour
• Implantation des bâtiments homogène, faîtages parallèles entre eux. casser visuellement la linéarité de celui-ci et plantation ponctuelle d’une strate arbustive
basse en complément.
• Relative homogénéité des matériaux de toiture.
• Eviter la plantation d’une haie homogène taillée (thuyas) qui accentuerait l’effet
• Gamme chromatique générale sombre.
d’horizontalité.
• Les arbres en périphérie du village jouent parfaitement leur rôle d’écran végétal.
• Envisager le changement du matériau de couverture ou au minimum proposer une
• Le bâtiment agricole implanté à l'extrémité est en totale opposition quant à son pulvérisation au sulfate de fer afin d’assombrir la valeur de gris.
implantation, sa volumétrie, la dominante gris clair des matériaux, l’absence de végétation
• Dans un tel cas, on peut envisager la pose d'un bardage bois en façade.
aux abords.
4
Présence de haies

ANALYSE PRECONISATIONS
• Village situé au cœur du bocage bourbonnais. Le réseau de haies est très dense, de • Faire remonter les haies vers le village, quelques plantations en bouquets.
beaux arbres subsistent dans les haies. • Poursuivre les haies existantes au 1er plan du village et conforter la trame végétale
• Groupement bâti implanté sur un léger mouvement de relief, on perçoit l’arrière du existante.
village depuis la route d’accès. • Planter à proximité du bâtiment.
• Les haies ne remontent plus vers le village, les façades sont ainsi très exposées.
• Malgré un environnement paysager de qualité, les toitures des bâtiments agricoles
sont très vues.
5
Bâtiment agricole visible d'un site majeur

ANALYSE PRECONISATIONS
• Hameau de Biesse perçu depuis le site majeur de Château Rocher. • Poursuivre le schéma de développement du végétal existant en partie droite du
• Vue en plongée très pénalisante. village, vers les bâtiments agricoles.
• L’environnement végétal accentue la lecture des bâtiments et renforce leur présence. • C’est à dire planter des masses végétales qui se développent depuis la lisière de la
forêt et irriguent le vallon en enveloppant généreusement les constructions.
• Disparité des volumes et matériaux, aucune logique d’implantation.
• Sous le village et les bâtiments agricoles, conforter les arbres isolés existants par la
• Les bâtiments agricoles sont implantés en périphérie du village, mais très exposés à
plantation d’autres sujets, et retisser une trame végétale qui anime les abords des
la vue.
bâtiments.
6
Bâtiment agricole devant une lisière boisée

ANALYSE PRECONISATIONS
• Groupement bâti situé en limite d’une zone boisée. • Déplacer les balles enrubannées à l’arrière du bâtiment ou d'une haie.
• Hiérarchisation des différents éléments constitutifs du paysage : forêt, bâti, prairie. • Planter quelques bosquets d’arbres pour casser l’effet de linéaire en cascade des
• Le bâti de par sa situation est lu comme une transition entre la forêt et la prairie, entre bâtiments.
une zone sombre à reliefs et une zone plus claire lisse. • Poursuivre le traitement des façades en bardage sombre lequel réduit l’impact d’un
• La profondeur sombre de la forêt accentue la présence visuelle de ce bâti aux teintes bâtiment en partie centrale.
globalement très claires. • Planter une haie le long de la clôture qui revient perpendiculairement vers les
• Les balles enrubannées au premier plan sont très visibles et attirent l'attention vers le bâtiments pour accrocher ceux-ci à un autre élément végétal distinct de la forêt.
groupement bâti.
7
Bâtiment agricole isolé sur une butte ou une crête

ANALYSE PRECONISATIONS
• Ferme implantée sur une ligne de crête d’un relief intermédiaire. • Planter aux abords du bâtiment des bosquets ou des masses végétales discontinues
• Situation très exposée aux vues, absence de végétation proche qui ne permet pas et ponctuelles afin de créer un écran au 1er plan.
« d’envelopper » les bâtiments. • Planter une haie qui crée un lien entre le groupement bâti et les masses végétales
• Ce qui est considéré comme l’arrière de l’exploitation, est en fait la façade qui est existantes. Lier les différents éléments constitutifs du paysage pour obtenir une lecture
perçue depuis la route d’accès. Ces façades sont souvent négligées car elles « tournent le globale de l’ensemble et non une succession d’éléments diffus.
dos » au cœur du village, elles sont en fondamentales au niveau de la perception du • Déplacer les balles enrubannées.
hameau et de son image.
• Opposition forte entre un bâtiment traditionnel et une extension plus récente tant au
niveau de la couleur des matériaux que des volumétries.
• Perception incontournable du stockage de balles enrubannées.
8
Bâtiment en rebord de plateau

ANALYSE PRECONISATIONS
• Bâtiments situés en bordure de plateau frangé au-dessus des gorges du Cher. • Préserver la végétation remontante des pentes sur les plateaux, pour réduire l’impact
• Implantation des bâtiments en limite de la rupture de pente. visuel des constructions (vues de plateau à plateau).
• Les boisements des versants jouent un rôle fondamental : soit ils remontent • Améliorer la qualité des abords des bâtiments par des plantations d’arbres en
largement sur le plateau et les vues de plateau à plateau sont ainsi limitées, soit ils bosquets qui remontent de la rupture de pente vers le groupement bâti.
s’arrêtent sous la rupture de pente, et la sensibilité des silhouettes s’accroît.
• Ces bâtiments représentent un obstacle visuel face à un site majeur, les matériaux
ont ici encore un impact visuel très fort.
9
Bâtiment agricole devant une route

ANALYSE PRECONISATIONS
• Implantation de divers bâtiments de stockage et stabulations en bordure de route. • Planter une haie en bordure de route, et planter des arbustes en pied de talus de la
• Perception en plongée, favorisant la vue sur les toitures et aplats clairs marquant route (constituer un double écran).
fortement le paysage. • Planter ponctuellement en façades des bâtiments (murs gouttereaux) pour améliorer
• Implantation suivant la technique des déblais-remblais créant des terrasses et la qualité des vues depuis le versant opposé.
structure artificiellement le paysage. • Traiter la couverture au sulfate de fer, choix du matériau en teinte naturelle gris clair à
• Manque cruel de végétation (travaux à priori récents, voire toujours en cours lors de la regretter d’autant que la palette générale contient du brun et du rouge terre cuite.
prise de la photo). • Reverdir les talus.
• Choix de matériaux et de couleurs très claires à déconseiller fortement et diversité
des couleurs des bardages sans cohérence.
10

Préconisations globales

Utiliser la végétation Employer des couleurs sombres plutôt que des couleurs Pas d'implantation sur Organiser la périphérie
environnante au mieux claires les crêtes • pour que les dépôts et
• la conserver, • une adaptation en fonction du contexte, • mais plutôt légèrement en matériels ne soient pas du côté
• l'entretenir. • des couleurs qui tiennent dans le temps et ne se délavent pas (aussi dessous. de la route,
bien pour les maçonneries), • ni vus depuis le point de vue
Choisir les bonnes Casser les volumes principal.
• laisser apparentes les couleurs naturelles du bois,
espèces • par des plantations en
• comme mesure conservatoire, on peut encore préconiser le traitement bouquets d'arbres.
• listes appropriées (cf. fiche au sulfate de fer sur les toitures en fibrociment à condition que les fixations
n°35 Etudier l'emplacement
soient protégées et les mesures de sécurité de pose respectées. Ce des balles enrubannées
Plutôt que de planter le traitement de surface semble préférable aux peintures (nécessairement
micro-poreuses afin d’éviter que les plaques fassent de la rétention d’eaux • derrière une haie ou une
long du bâtiment avancée de bâtiment quand cela
et éclatent) qui s'écaillent avec le temps.
• prolonger des structures est possible.
existantes en limite de parcelles, Privilégier le bois
• prolonger des haies • si possible en clins verticaux plutôt qu'horizontaux ou en biais.
existantes vers le bâtiment,
• faire des masques végétaux
en bord de route.

Utilisation de la fiche
Diffusion Chambre d'Agriculture, organismes professionnels

Lien avec d'autres thèmes


Urbanisme