Vous êtes sur la page 1sur 3

1

INSERTION DES BATIMENTS AGRICOLES : MATERIAUX


! Nature de la fiche : préconisations

! Apports des diagnostics de la charte

• L’évolution des techniques agraires et les besoins liés à la mécanisation imposent une adaptation des structures agricoles bâties : l’accessibilité doit être facilitée, les
dégagements autour des bâtiments sont indispensables et le dimensionnement des ouvertures conforme au passage d’un matériel volumineux.

• Les nouveaux matériaux permettent de répondre à ces différentes contraintes par des portées importantes que ce soit en structure métallique, en bois ou en éléments de
constructions mixtes.

• En revanche, les matériaux employés ne font plus référence au site : structure métallique et remplissage en soubassements en parpaings non enduits, couverture en fibro-ciment,
bardages métalliques de couleurs diverses.
• Le coût est un paramètre fondamental dans le choix des matériaux, toutefois il demeure une certaine méconnaissance des caractéristiques des divers matériaux présents sur le
marché et de leur coût réel.

• Les interventions en matière de conseil sont effectuées au niveau du permis de construire, c’est à dire beaucoup trop tard.

• Conséquences : perte de vue d’une typologie d’architecture rurale adaptée au site et identification par les volumes et les matériaux aux typologies de bâti artisanal ou industriel
qui engendre une uniformisation de ce bâti. Les risques résident essentiellement dans la banalisation des paysages et leur saturation.

• Le développement de la filière bois dans le département est prometteuse, soutenue par Auvergne Promobois, association interprofessionnelle conçue pour animer cette filière soit
répondre à la demande et développer l’offre. Une vingtaine d’entreprises en Auvergne construisent en bois, dont seulement 4 répondent pour l’instant à la demande en matière de
construction de bâtiments agricoles (une propose les services d’un agent commercial).
• Les techniciens de la Chambre d'agriculture et de la Petite Région Agricole sont diversement ouverts au développement de ce matériau, ils sont dans l’ensemble plus favorables
au béton et structure métallique, souvent par méconnaissance du produit bois et par manque de références de qualité. De plus, on rencontre plus de difficultés à faire de l'auto-
construction avec le bois.
• Le Conseil Régional dégage des fonds pour le développement et l’utilisation du bois dans la construction des bâtiments agricoles, les subventions accordées équilibrent la plus
value liée au choix du bois par rapport au métal.

Or il semblerait que cette compensation n’implique pas systématiquement le choix en faveur du bois (elle est un argument supplémentaire mais n’est pas un facteur déclenchant au
niveau du choix). Les agriculteurs qui retiennent le bois ont une volonté précise d’utiliser ce matériau, ils ont une sensibilité particulière qui leur fait préférer le bois dans la
construction.
2

! Propositions, préconisations

# Mission de conseil
• Rendre plus efficace la convention entre la D.D.A.F, la D.D.E. et le CAUE au niveau du département du Puy de Dôme :
→ faire remonter systématiquement les permis de construire des bâtiments agricoles au CAUE (subdivision de l'Equipement),
→ Informer le CAUE lorsqu'un projet de bâtiment agricole se met en place (D.D.A.F, P.R.A).

# Les différentes familles de matériaux

Les structures métalliques (structures poteaux poutres, bardage métallique, bacs aciers)
• La politique du coût minimum est appliquée.
• Les métalliers sont plus présents sur place que les constructeurs bois.
• Les portiques métalliques permettent de grandes portées, le choix des bardages est grand pour le
matériau en lui-même : acier galvanisé, acier galvanisé prélaqué ou aluminium prélaqué, bardage
simple peau ou panneaux sandwich, pour les variations d’ondes et pour les gammes de couleurs.
• Il n’y a pas de surcoût pour les couleurs standards (les palettes de coloris sont assez complètes et
le choix est maintenant étendu) sauf gamme très spécifique et pour les différences de délais
d’approvisionnement.
Le béton ou les parpaings d’aggloméré de ciment
• Employés en majorité pour les murs et murets de soubassement.
• L’application d’un enduit est recommandée sur les parpaings (valeurs de gris soutenues), le béton peut éventuellement rester brut ou recevoir une lasure colorée ou incolore.
Le bois (Cf fiche n°19
• La structure bois qui constitue le squelette du bâtiment est composée d’éléments
massifs ou composites (poutres treillis..) qui peuvent se présenter sous des formes
diverses ( poutres caissons, courbes, mixtes…). Ce type de construction est adapté
aux grandes portées (bâtiments agricoles et artisanaux). Le choix des essences est
déterminé par les exigences de résistance mécanique et de durabilité.
• Le pouvoir isolant du bois est excellent et son comportement au feu est bon.
• Le premier argument de vente de bâtiments en bois est le confort.
3
• Les bardages bois
→ Différentes essences peuvent être employées.
→ Quand à la pose, des effets intéressants peuvent être obtenus suivant le
sens de pose du bardage: vertical, horizontal ou oblique.
→ D’autre part, différents types de produits de finition et protection du bois
sont présents sur le marché et facilitent l’entretien des bardages : lasures,
peintures créosotées, vernis (peu recommandable pour les bâtiments
agricoles). Leur tenue dans le temps est variable et les palettes de coloris
relativement diversifiées.

! Utilisation de la fiche
• diffusion Chambre d’agriculture, organismes professionnels
• diffusion aux élus, D.D.E., D.D.A.F., maîtres d’ouvrage

! Lien avec d'autres thèmes


• Urbanisme
• Villages et bourgs