Vous êtes sur la page 1sur 28
S.Raji, R Saouab, M Mahi, S.Chaouir Service d’imagerie médicale, Hôpital Militaire d’instruction Mohammed V. Rabat

S.Raji, R Saouab, M Mahi, S.Chaouir

Service d’imagerie médicale,

Hôpital Militaire d’instruction Mohammed V. Rabat

 Les masses spléniques sont d’étiologies diverses.  L’échographie et la TDM sont souvent suffisantes

Les masses spléniques sont d’étiologies diverses.

L’échographie et la TDM sont souvent suffisantes pour la détection et la caractérisation des lésions spléniques

En imagerie , on distingue les masses kystiques des masses

solides.

L’approche étiologique est basée sur les aspects en imagerie, les éventuelles lésions associées et le contexte

clinique et biologique.

 Pesanteur ou douleur de l’hypochondre gauche  Post-traumatique  Bilan d’extension d’un lymphome 

Pesanteur ou douleur de l’hypochondre gauche

Post-traumatique

Bilan d’extension d’un lymphome

Découverte fortuite

 Les modalités d’investigation de la rate sont représentées essentiellement par l’échographie et la TDM

Les modalités d’investigation de la rate sont représentées

essentiellement par l’échographie et la TDM

L’IRM n’apporte pas plus d’éléments que le scanner sauf

en cas de doute diagnostique (angiome ?)

L’imagerie seule est rarement pathognomonique.

La ponction-biopsie scanno ou écho-guidée est rarement

indiquée vue risque hémorragique, sauf:

Grandes masses pleines.

Drainage des abcès .

 Sans et après injection de PC  Diagnostic de lésion kystique et étude de
 Sans et après injection de PC  Diagnostic de lésion kystique et étude de
 Sans et après injection de PC  Diagnostic de lésion kystique et étude de
 Sans et après injection de PC  Diagnostic de lésion kystique et étude de

Sans et après injection de

PC

Diagnostic de lésion

kystique et étude de sa

paroi

Rehaussement des masses tissulaires

Bilan d’extension

Guide les gestes

interventionnelles

d’extension  Guide les gestes interventionnelles  Examen de 1 è r e intention  lésion

Examen de 1 ère intention

lésion kystique ou solide.

Doppler élimine un

anévrysme de l’artère

splénique.

Recherche les lésions

abdominales associées

MASSE KYSTIQUE ? MASSE SOLIDE? 6
MASSE KYSTIQUE ? MASSE SOLIDE? 6
MASSE KYSTIQUE ?
MASSE
KYSTIQUE ?
MASSE SOLIDE?
MASSE
SOLIDE?
Kyste vrai? Pseudo-kyste? Étudier • La paroi • Le rehaussement de la paroi • Le
Kyste vrai? Pseudo-kyste? Étudier • La paroi • Le rehaussement de la paroi • Le
Kyste vrai?
Kyste vrai?
Pseudo-kyste?
Pseudo-kyste?
Étudier • La paroi • Le rehaussement de la paroi • Le contenu Confronter au
Étudier
• La paroi
• Le rehaussement de la paroi
• Le contenu
Confronter au contexte clinique : traumatisme?
Autres kystes associés : KH?

7

Scanner abdominal, plan axial, après injection de produit de contraste iodé : volumineuse masse kystique,

Scanner abdominal, plan axial, après injection de produit de contraste iodé : volumineuse masse

kystique, intra splénique.

Scanner abdominal en reconstruction frontale objective la topographie du kyste splénique

avec refoulement du rein gauche vers le bas.

en reconstruction frontale objective la topographie du kyste splénique avec refoulement du rein gauche vers le
en reconstruction frontale objective la topographie du kyste splénique avec refoulement du rein gauche vers le

8

 Congénital, enfant ou sujet jeune  Échographie:  lésion kystique ,  contenu
 Congénital, enfant ou sujet jeune  Échographie:  lésion kystique ,  contenu

Congénital, enfant ou

sujet jeune

Échographie:

lésion kystique ,

contenu liquidien

homogène

bien limitée, et contours

réguliers.

TDM

Masse de densité liquidienne.

Arrondie.

paroi fine , non

rehaussée après

injection de PC.

 TDM  Masse de densité liquidienne.  Arrondie.  paroi fine , non rehaussée après
Échographie: image kystique, à paroi dédoublée (membrane flottante)- KH type II  Zone endémique. 
Échographie: image kystique, à paroi dédoublée (membrane flottante)- KH type II  Zone endémique. 

Échographie: image kystique, à paroi dédoublée (membrane flottante)- KH type II

à paroi dédoublée (membrane flottante)- KH type II  Zone endémique.  Rate: 2 è m
à paroi dédoublée (membrane flottante)- KH type II  Zone endémique.  Rate: 2 è m

Zone endémique.

Rate: 2 ème rang après l’atteinte hépatique

Échographie parfois suffisante au

diagnostic (type II et III de la

classification de Gharbi)

TDM:

Formes atypiques (rares)

bilan pré-chirurgical

recherche autres sites

Parfois le kyste est découvert au

stade de calcification

TDM

abdominale:

KH

splénique calcifié

10

Échographie: masse splénique périphérique, hyperéchogène avec un renforcement postérieur Scanner abdominal,
Échographie: masse splénique périphérique, hyperéchogène avec un renforcement postérieur Scanner abdominal,
Échographie: masse splénique périphérique, hyperéchogène avec un renforcement postérieur Scanner abdominal,

Échographie: masse

splénique périphérique,

hyperéchogène avec un

renforcement postérieur

hyperéchogène avec un renforcement postérieur Scanner abdominal, plan axial, sans injection de PC: masse
hyperéchogène avec un renforcement postérieur Scanner abdominal, plan axial, sans injection de PC: masse

Scanner abdominal, plan axial, sans injection de PC:

masse splénique hypodense, pseudo-kystique,

associée à un hématome sous-capsulaire de la rate.

injection de PC: masse splénique hypodense, pseudo-kystique, associée à un hématome sous-capsulaire de la rate. 11
injection de PC: masse splénique hypodense, pseudo-kystique, associée à un hématome sous-capsulaire de la rate. 11
• Hématome • Infarctus splénique.  Pose parfois un problème de diagnostic différentiel avec un
• Hématome • Infarctus splénique.  Pose parfois un problème de diagnostic différentiel avec un

Hématome

Infarctus splénique.

 Pose parfois un problème de diagnostic différentiel avec un kyste vrai.  Calcifications possibles.
 Pose parfois un problème de
diagnostic différentiel avec un kyste vrai.
 Calcifications possibles.
 Chercher une notion de traumatisme

RAJOUTER IMAGE

INFARCTUS SPLENIQUE à la TDM

possibles.  Chercher une notion de traumatisme RAJOUTER IMAGE INFARCTUS SPLENIQUE à la TDM Hématome splénique

Hématome splénique

Lymphangiome: • Rare, souvent asymptomatique • Femme • Echographie et TDM. Masse kystique souvent multi-
Lymphangiome: • Rare, souvent asymptomatique • Femme • Echographie et TDM. Masse kystique souvent multi-

Lymphangiome:

Rare, souvent asymptomatique

Femme

Echographie et TDM. Masse kystique souvent multi-

cloisonnée

Hémangiome : forme kystique

Souvent découverte fortuite

Échographie: lésion hypoéchogène parfois cloisonnée

 Terrain d’ immuno-dépression: leucémie, chimiothérapie, SIDA  Douleurs fébriles de l’hypochondre G

Terrain d’immuno-dépression: leucémie, chimiothérapie, SIDA

Douleurs fébriles de l’hypochondre G

Échographie: masse semi-solide

TDM +++

Lésion hypodense , hétérogène, avec zone centrale liquidienne

rehaussement en périphérie de la

lésion.

Épaississement de la paroi de 1 à 10

mm.

La présence de bulles de gaz: confirme le diagnostic d’abcès.

Bénignes  Hémangiome +++  Hamartome  Granulome:  Tuberculose,  Sarcoïdose Malignes
Bénignes
Bénignes

Hémangiome +++

Hamartome

Granulome:

Tuberculose,

Sarcoïdose

Malignes Lymphome +++ Métastase ++ Sarcome. Hémangiopéricytme. Hémangioendothéliome .
Malignes
Lymphome +++
Métastase ++
Sarcome.
Hémangiopéricytme.
Hémangioendothéliome .
Malignes Lymphome +++ Métastase ++ Sarcome. Hémangiopéricytme. Hémangioendothéliome . 15
TDM abdominale après injection de PC: masse splénique tissulaire hétérogène , prenant le contraste. Hémangiome
TDM abdominale après injection de PC: masse splénique tissulaire hétérogène , prenant le contraste. Hémangiome
TDM abdominale après injection de PC: masse splénique tissulaire hétérogène , prenant le contraste. Hémangiome
TDM abdominale après injection de PC: masse splénique tissulaire hétérogène , prenant le contraste. Hémangiome

TDM abdominale après injection de PC: masse splénique tissulaire hétérogène , prenant le contraste.

Hémangiome

 Échographie : nodule iso ou hypoéchogène hétérogène.  TDM: rehaussement des parois après injection
 Échographie : nodule iso ou hypoéchogène hétérogène.  TDM: rehaussement des parois après injection

Échographie : nodule iso ou hypoéchogène

hétérogène.

TDM:

rehaussement des parois après injection de

produit de contraste et homogénéisation tardive.

IRM : si doute diagnostique

des parois après injection de produit de contraste et homogénéisation tardive.  IRM : si doute
 Découverte fortuite  Rarement : pesanteur , douleur de l’hypochondre gauche  Échographie: nodule
 Découverte fortuite  Rarement : pesanteur , douleur de l’hypochondre gauche  Échographie: nodule

Découverte fortuite

Rarement : pesanteur , douleur de l’hypochondre gauche

Échographie: nodule hypoéchogène hétérogène

TDM: masse hypodense avec rehaussement prolongé

Diagnostic différentiel avec l’hémangiome

Échographie abdominale: Rate augmentée de volume, contenant des formations nodulaires hypoéchogènes de taille
Échographie abdominale: Rate augmentée de volume, contenant des formations nodulaires hypoéchogènes de taille

Échographie abdominale:

Rate augmentée de volume,

contenant des formations

nodulaires hypoéchogènes de taille variable.

formations nodulaires hypoéchogènes de taille variable. TDM abdominale avant et après injection intraveineuse de
formations nodulaires hypoéchogènes de taille variable. TDM abdominale avant et après injection intraveineuse de

TDM abdominale avant et après injection intraveineuse de

produit de contraste: Formations nodulaires spontanément hypodenses (flèches), non rehaussées par le produit de

contraste.

Granulomes tuberculeux

 Voie hématogène.  Amaigrissement, fièvre , asthénie.  Imagerie  splénomégalie, 
 Voie hématogène.  Amaigrissement, fièvre , asthénie.  Imagerie  splénomégalie, 

Voie hématogène.

Amaigrissement, fièvre , asthénie.

Imagerie

splénomégalie,

lésions de petite taille , souvent

multiples

Hypoéchogènes à l’échographie

Hypodenses au scanner

Chercher: lésions hépatiques, adénopathies , ascite .

à l’échographie  Hypodenses au scanner  Chercher: lésions hépatiques, adénopathies , ascite . 20
 Granulomes sarcoïdosiques:  Échographie: lésions hypoéchogènes ,  TDM: hypodenses et hypo vasculaires.

Granulomes sarcoïdosiques:

Échographie: lésions hypoéchogènes ,

TDM: hypodenses et hypo vasculaires.

IRM: nodules en hyposignal sur toutes les séquences.

 IRM: nodules en hyposignal sur toutes les séquences. Echographie splénique: splénomégalie hétérogène, par

Echographie splénique: splénomégalie hétérogène, par la présence de nombreux nodules hypoéchogènes

21

TDM abdomino-pelvienne après injection de PC: grosse rate multi-nodulaire avec prise de contraste hétérogène,
TDM abdomino-pelvienne après injection de PC: grosse rate multi-nodulaire avec prise de contraste hétérogène,

TDM abdomino-pelvienne après injection de PC: grosse rate multi-nodulaire avec prise de contraste hétérogène, associée à

des adénomégalies rétro-péritonéales et du hile splénique.

Sarcoïdose abdominale.

 Lymphome primitif très rare : masse isolée de taille variable.  Souvent dans le
 Lymphome primitif très rare : masse isolée de taille variable.  Souvent dans le

Lymphome primitif très

rare : masse isolée de

taille variable.

Souvent dans le cadre

d’un lymphome diffus

Imagerie:

Splénomégalie homogène

nodules uniques ou multiples,

hypoéchogènes à l’échographie

hypodenses à la TDM

à l’échographie  hypodenses à la TDM Bilan d’extension d’un lymphome non hodgkinien.

Bilan d’extension d’un lymphome non hodgkinien. Échographie abdominale: masse nodulaie,

tissulaire,

hypoéchogène et

hétérogène intra-splénique.

TDM abdominale après injection de PC: splénomégalie hétérogène, multinodulaire, au cours d’une maladie
TDM abdominale après injection de PC: splénomégalie hétérogène, multinodulaire, au cours d’une maladie
TDM abdominale après injection de PC: splénomégalie hétérogène, multinodulaire, au cours d’une maladie

TDM abdominale après injection de

PC: splénomégalie hétérogène,

multinodulaire, au cours d’une

maladie d’hodgkin .

multinodulaire, au cours d’une maladie d’hodgkin . Bilan d’extension d’un lymphome non hodgkinien

Bilan

d’extension

d’un

lymphome

non

hodgkinien.

TDM abdominale après injection

de PC: nodules intra-spléniques, hypodenses, de taille variable.

 Masses solides ou kystiques .  Diagnostic facile quand elles sont associées à d’autres

Masses solides ou kystiques .

Diagnostic facile quand elles sont

associées à d’autres localisations.

Cancer primitif: poumon, estomac , ovaire, lymphome cutané.

 Sarcome splénique  Exceptionnel, Angiosarcome++  Hémangioendothéliome  Tumeur

Sarcome splénique

Exceptionnel, Angiosarcome++

Hémangioendothéliome

Tumeur vasculaire borderline

Imagerie non spécifique

Hémangiopéricytome

 Les masses spléniques peuvent être d’origine tumorale, infectieuse, post traumatique ou vasculaire. 

Les masses spléniques peuvent être d’origine tumorale, infectieuse, post traumatique ou vasculaire.

L’échographie et la TDM sont souvent suffisantes pour la

détection et la caractérisation des lésions spléniques

Les masses spléniques post-traumatiques sont fréquentes et

posent rarement un problème diagnostique.

La pathologie tumorale est dominée par le lymphome.

Les tumeurs bénignes, rares, dominées par les

hémangiomes .

Les granulomatoses sont de diagnostic plus difficile en

dehors du contexte.

 Elsayes et al. MR Imaging of the Spleen: Spectrum of Abnormalities. RG f Volume
 Elsayes et al. MR Imaging of the Spleen: Spectrum of Abnormalities. RG f Volume

Elsayes et al. MR Imaging of the Spleen: Spectrum of Abnormalities. RG f Volume

25 Number 4.

F. MIGNON, B. MESUROLLEl’imagerie de la rate Feuillets de Radiologie, 2005, 45, n° 2, 83-96 Masson, Paris 2005.

H. Moumou, M. Mahi, D. Bassou, M. Benameur, A. El kharass. Pathologie de la rate. Feuillets de Radiologie, Volume 49, Issue 5, October 2009, Pages 323-330.

B. Alkofer , V. Lepennec , L. Chiche. Kystes et tumeurs spléniques : diagnostic et

prise en charge. J. chir. 2005 ; 142, 1 : 10-13.

L Benaissa, S Tizniti, A Kharchafi, T Amil, S Chaouir, A Hanine, M Benameur. Une

étiologie rare de splénomégalie hétérogène : la sarcoïdose abdominale. A propos

d’un cas. Médecine du Maghreb, 2005, 124 :50-52.

M Mahi, S Chaouir, T Amil, A Hanine, M Ben Ameur. Un cas de tuberculose splénique isolée. Journal de Radiologie 2002; 83:479-481.