Vous êtes sur la page 1sur 20
M. DAHO OULD KABLIA “Les élections locales fixées au 29 novembre” Le ministre a eu
M. DAHO OULD KABLIA
“Les élections locales
fixées au 29 novembre”
Le ministre a eu à évoquer au cours de ce forum la question des refugiés syriens, dont le nombre
s’élève à 12.000 personnes, qui ont pénétré à l’intérieur du territoire national : «Notre devoir est de
les prendre en charge tant du point de vue de leur securité, de leur santé, de leur hébergement et
de leur fournir les commodités indispensables à leur séjour en Algérie.»
P.5
Ph. Nacera
17 e jour Iftar 19h53 Imsak 04h08
17 e jour
Iftar
19h53
Imsak
04h08

17 Ramadhan 1433 - Dimanche 5 Août 2012 - N°14581 Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

CONSEIL MONDIAL DE L’OR

L'Algérie dispose de 4,4% desréservesmondiales

P.3

L'Algérie dispose de 4,4% desréservesmondiales P.3 DROITS DE L'HOMME EN ALGÉRIE M. Ksentini : « La

DROITS DE L'HOMME EN ALGÉRIE

M.

Ksentini :

« La

situation

s'améliore

chaque

année »

P.5

: « La situation s'améliore chaque année » P.5 INDUSTRIE GICA envisage de réaliser deux cimenteries

INDUSTRIE

GICA envisage de réaliser deux cimenteries à Relizane et à Béchar

P.7

COMMERCE

Un guide pour le contrôle des huiles de friture

P.7

Ph. T. Rouabah

RAINA RAÏ AU THÉÂTRE DE VERDURE

Ph. T. Rouabah RAINA RAÏ AU THÉÂTRE DE VERDURE Bon pied, bon œil P.15(

Bon pied, bon œil

P.15(

LIGUE DES CHAMPIONS (PHASE DE POULES – 3 e JOURNÉE)

Aujourd’hui : l'ASO Chlef dos au mur face à Sunshine (Nigeria)

P.29

l'ASO Chlef dos au mur face à Sunshine (Nigeria) P.29 ANEP n° 931949 du 05/08/2012 Quotidien

ANEP n° 931949 du 05/08/2012

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55 e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2 EL MOUDJAHID
2
EL MOUDJAHID
Météo M. Sellal à Mila Ensoleillé M. Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eau et
Météo
M. Sellal à Mila
Ensoleillé
M. Abdelmalek Sellal, ministre des
Ressources en eau et ministre par inté-
rim des Travaux publics, effectura au-
jourd’hui une visite d’inspection et de
travail dans la wilaya de Mila. Cette vi-
site permettra au ministre de s’enquérir
de l’état d’avancement de
l’ensemble
Au Nord le temps sera généralement
ensoleillé et relativement chaud, notam-
ment vers l’intérieur.
Les vents seront variables faibles.
La mer sera belle.
Sur les régions Sud, le temps sera en-
soleillé et relativement chaud, excepté les
régions du Nord Sahara et le Nord Saoura
où l’on notera un temps souvent voilé.
Les vents seront modérés avec chasse
sable vers le Sahara central.
des programmes relevant de son sec-
teur, notamment dans le domaine de la
mobilisation de la ressource, le trans-
fert d’eau à partir du barrage de Beni
Haroun vers Mila et Constantine…
AUJOURD’HUI, À
12H15, À L’HÔTEL
SOFITEL
UE : conférence de
presse
Températures (maximales-mini-
males) prévues aujourd’hui :
de M. Salafranca
Alger (34°- 26°), Annaba (36°- 24°),
Béchar (43° - 31°), Biskra (46°- 32°),
Constantine (43°- 26°), Djanet (38°-
27°), Ghardaïa (45° - 32°), Oran (33° -
23°), Sétif (40°- 25°), Tamanrasset
(35°- 26°), Tlemcen (33°- 21°)
JUSQU’AU 6 AOUT,
A 10H, A BLIDA
Université d’été du PT
Le chef de la mission d’observa-
tion électorale de l’Union euro-
péenne en Algérie, M. José Ignacio
Salafranca, animera une conférence
de presse qui aura pour objet la pré-
sentation des conclusions
finales de
l’observation des élections législa-
Le Parti des travailleurs organise son
université d’été jusqu’au 6 août à Blida, à
l’Institut de formation en électricité et gaz,
route Oued El-Alleug.
tives du 10 mai, aujourd’hui à 12h15,
à la salle Hamma, hôtel Sofitel d’Al-
ger.
FÉDÉRATION
ALGÉRIENNE DES
DONNEURS DE
SANG
Appel au don
A l’occasion du 50 e anniver-
saire de l’indépendance et de la
fête de la jeunesse, et à l’occasion
du mois béni de Ramadhan, la Fé-
dération algérienne des donneurs
de sang, en collaboration avec le
ministère des Affaires religieuses
et du Wakf et l’Agence nationale
du sang, lance un appel à l’ensem-
ble de la population âgée de dix-
huit à soixante-cinq ans, et en
bonne santé, pour répondre en
masse à l’appel du cœur et aller
offrir un peu de son sang à l’hôpi-
tal le plus proche.
LE 7 AOUT, A 11H, Hommage à Si Mohamed Bounaâma Dans le cadre de la
LE 7 AOUT, A 11H,
Hommage à Si Mohamed
Bounaâma
Dans le cadre de la célébra-
tion du cinquantenaire de l’in-
dépendance et du 51 e
anniversaire du décès du mar-
tyr le héros Mohamed Bou-
naâma, l’association Machaâl
Echahid et le journal El Moud-
jahid organisent mardi, à 10h,
au centre de presse d’El Moud-
jahid un colloque historique
sous l’intitulé : «Pause de re-
connaissance à Si Mohamed
Bounaâma». Elle sera animée
par le moudjahid Omar Ram-
dane, compagnon du martyr,
et sera suivier d’un débat avec
les journalistes.
Agenda culturel
A PARTIR DE 22H30 À LA
SALLE EL MOUGGAR
Programme spécial de l’ONCI
JUSQU’AU 16 AOÛT, À 21H,
À CONSTANTINE
Layali Cirta
Les soirées «Layali Cirta» se poursuivent à
Constantine, au Théâtre de verdure, animées
par une pléiade d’artistes, de stars du tarab du
Liban, du Maroc, d’Iraq, de Mauritanie, et une
pléiade d’artistes algériens de chaâbi, malouf,
chaoui et moderne.
JUSQU’AU 17 AOUT,
A LA SALLE IBN ZEYDOUN.
Une pléiade d’artistes
L’office Riadh el Feth organise pour ce
mois de Ramadhan des soirées artistiques, avec
une pléiade d’artistes jusqu’au 17 août à la
salle Ibn Zeidoun.
Aujourd’hui : Salim Halil, Fouad Ouamane
et Sadek Djemaaoui
Demain : Farid Khoudja et Merioua
Mardi 7 août : Aziouz Raïs, Benyeghzar
Youcef et Fatiha Nessrine
L’Office national de la culture et de l’in-
formation organise des soirées tarab, andalou
et chaâbi à partir de 22h30 à la salle El Moug-
gar.
Aujourd’hui : Hamidou
Demain : Rachid Khali, Toufik Touati et
Dib Layachi
Mardi 7 Août : Zakia Kara Turki et Salim
Fergani.
LAYALI MOBILIS AU MEDINA
CENTER
Des soirées familiales
en plein air
JUSQU’AU 15 AOÛT,
À 22H30, AU THÉÂTRE DE
VERDURE
Layali Mezghana :
«Layali Mobilis au Medina Center» conti-
nuent d’accueillir chaque soir des familles avec
un programme artistique très varié. Cet événe-
ment qui se poursuit tout au long du mois de
Ramadhan, est devenu la destination incontes-
tée de centaines de personnes, qui se donnent
rendez-vous tous les soirs pour profiter d’un
moment de détente et de divertissement en
plein air. Le programme de toutes les soirées
est disponible sur : www.mobilis.dz ou sur Fa-
cebook page officielle de Mobilis.
soirée musicale
Programme des nuits de Ramadhan à l’éta-
blissement Arts et Culture jusqu’au 15 août,
au Théâtre de verdure, à partir de 22h30.
Aujourd’hui : soirée animée par M’hamed
Yacine, Sami Zeriab et Asma Djermoune
Demain : soirée hawzi et malouf animée
par Nadia Benyoucef, Samir El Assimi et Mo-
hamed Segueni.
Mardi 7 Août : soirée rock animée par les
groupes Dzair et Caravanserail
JUSQU’AU 13 AOUT,
A PARTIR DE 22H30, AU
THEATRE DE SIDI FREDJ
Veillées du Casif
L’Office national de la culture et l’informa-
tion (ONCI) organise des soirées du Casif spé-
cial Ramadhan
Aujourd’hui : Ouled Haoussa et Mazal Tanga
Demain : Saber Rebai (Tunisie)
Mardi 7 août : Abderrahmane Djalti, Nadia
Baroud et Zakia Mohamed
AUJOURD’HUI AU PALAIS
DE LA CULTURE
MOUFDI-ZAKARIA
One man Show «100% redjla»
SOUS LE SIGNE
DE LA CONVIVIALITE
Nedjma illumine vos soirées
Le palais de la Culture Moufdi-Zakaria a
élaboré un riche programme d’activités cultu-
relles et artistiques à l’occasion du mois de
Ramadhan. Jusqu’au 16 août, exposition-
vente d’objets d’artisanat, d’art et de décora-
tion, à partir de 22h30.
Aujourd’hui : One man Show «100%
redjla» avec Lamri Kaouane.
Demain: concert de chants avec Chafik
Hadjadj de Sidi Bel-Abbès.
Mardi 7 Aout : gala de variétés avec
Nardjes, Samir El Assimi et cheb Mounir
Nedjma égaye vos nuits de Ramadhan et
vous accueille au restaurant Al Boustan, Bois
des Arcades-Riadh el Feth, dans une ambiance
conviviale pour des soirées «The View Lounge
by Nedjma».
Tout au long de ce mois sacré, Nedjma est
le sponsor exclusif des soirées et vous y ré-
serve un espace agréable, offrant une vue im-
prenable sur la baie d’Alger pour apprécier en
famille ou entre amis les longues sahrate de
Ramadhan.

Nation

EL MOUDJAHID

3

N ation EL MOUDJAHID 3 SELON LE DERNIER RAPPORT DU CONSEIL MONDIAL DE L’OR L'Algérie dispose
N ation EL MOUDJAHID 3 SELON LE DERNIER RAPPORT DU CONSEIL MONDIAL DE L’OR L'Algérie dispose
N ation EL MOUDJAHID 3 SELON LE DERNIER RAPPORT DU CONSEIL MONDIAL DE L’OR L'Algérie dispose

SELON LE DERNIER RAPPORT DU CONSEIL MONDIAL DE L’OR

L'Algérie dispose de 4,4% des réserves mondiales

Le dernier rapport du Conseil mondial de l'or, publié au mois de juillet, a classé l'Algérie à la 22 e place au niveau international et en troisième position dans la région arabe, après l’Arabie saoudite et le Liban. Les réserves de l'Algérie en ce métal précieux sont estimées par cette même instance d’évaluation à 173,6 tonnes, soit 4,4% des réserves mondiales.

L’ Algérie garde ainsi in- tactes ses réserves auri- fères depuis 20 ans,

contrairement à d’autres pays arabes, tels que l’Arabie saoudite (14 e place mondiale) et le Liban (16 e place mondiale) disposant res- pectivement de 339,6 tonnes et 286,8 tonnes, qui ont dû vendre une partie de cette richesse. Le rapport rendu public par le Conseil mondial de l'or indique, par ailleurs, que les Etats-Unis détien- nent toujours la plus grande réserve d'or dans le monde avec plus de 8133,5 tonnes d'or. Ils sont classés devant l'Allemagne avec 3396,3 tonnes, l’Italie 2451,8 tonnes, la France 2435,4 tonnes, la Chine 1054,1 tonnes et la Suisse 1040,1 tonnes. Les réserves d’or de l’Algérie permettent, de l’avis des experts, à la Banque d’Algérie d’avoir une position honorable dans le concert des institutions d’émissions de la planète, notamment en faveur des incertitudes qui pèsent sur les prin- cipales devises et de la tendance haussière qui caractérise l’or depuis le début de la crise financière mon- diale. Les stocks de l’Algérie en cette matière si précieuse et si cotée sur

en cette matière si précieuse et si cotée sur le marchés internationaux sont ap- pelés à

le marchés internationaux sont ap- pelés à augmenter à la faveur de la multiplication des opérations d’ex- ploration engagées dans le sud du pays. Des statistiques parlent d’ex- ploitation de 5 tonnes par ans sur 20 ans, pour peu que l’exploitation s’intensifie, notamment au niveau

du gisement en production dans la région du Hoggar, à savoir le site Tirek-Amesmessa. Cette mine qui a atteint en 2009 une tonne de pro- duction tourne actuellement au ra- lenti après le retrait du partenaire australien GMA Ressources, pour des raisons financières. Hamida B.

ALGÉRIE-UA

M. Medelci reçoit la présidente de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples

Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, a reçu hier à Alger la présidente de la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples (CADHP), M me Catherine Dupe Atoki. L'entretien s'est déroulé au siège du ministère des Affaires étrangères. Dans une déclaration à la presse à l'issue de l'audience, M me Atoki, en visite depuis plusieurs jours en Algérie, a indiqué que les entre- tiens avec M. Medelci ont porté sur les efforts en- trepris par l'Algérie pour la promotion des droits de l'homme et sa disponibilité à laisser "les portes grandes ouvertes" sur cet aspect. "Nous avons parlé, en général, des droits de l'homme et des obligations découlant de la Charte africaine des droits de l'homme, ainsi que des efforts déployés par l'Algérie pour le respect de ces droits", a-t-elle dit.

pour le respect de ces droits", a-t-elle dit. TERRORISME ET CRIME TRANSNATIONAL M. Messahel à Niamey

TERRORISME ET CRIME TRANSNATIONAL

M. Messahel à Niamey (Niger) pour une réunion des pays du champ

Le ministre délégué chargé des Affaires ma- ghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, présidera la délégation algérienne aux travaux de la réunion ministérielle des pays du champ, prévue lundi prochain à Niamey (Niger), a indiqué hier le ministère des Affaires étrangères dans un commu- niqué de presse. La réunion examinera la situation qui prévaut dans la région au plan sécuritaire, no- tamment dans la lutte contre le terrorisme et le crime transnational organisé, à la lumière des réu- nions de l'Unité fusion liaison (UFL) et du Comité d'Etat-major opérationnel conjoint (Cemoc), a pré- cisé le communiqué. La situation au Mali, en re- lation avec les derniers développements qu'elle a connus, figure également à l'ordre du jour de la réunion, a ajouté la même source.

du jour de la réunion, a ajouté la même source. ÉDUCATION NATIONALE Concours pour le recrutement

ÉDUCATION NATIONALE

Concours pour le recrutement des enseignants dimanche et lundi prochains

Le concours national pour le recrutement de plus de 11.000 enseignants dans les trois cycles de l'enseignement aura lieu dimanche et lundi prochains. L’annonce des résultats est prévue deux semaine avant la rentrée scolaire 2012/2013 fixée au 4 septembre pour les enseignants et au 9 pour les élèves.

V u le nombre important de can- didature à ce concours qui connaît un engouement sans

précédent, les 51 directions de l’édu- cation implantées au niveau de l’en- semble du territoire national ont écarté les dossiers de candidature des titulaires de magistère. Selon le ministère de tutelle, ce concours ne concernera que les can- didats au corps de professeur de l'en- seignement secondaire. Ceci dit, les candidats devant passer le concours doivent être titulaires d'une licence ou d'un diplôme d'ingénieur d'Etat dans les spécialités demandées. Quant aux besoins du secteur en matière d’enseignants pour la pro- chaine année scolaire qui se caracté- rise par l’arrivée au lycée de la double promotion d’élèves relevant de la 6 e et de la 5 e année primaire, ces derniers se limitent au recrutement de 516 maîtres enseignants du cycle primaire, 2.890 enseignants du cycle moyen et 8.157 professeurs d’ensei- gnants secondaire.

moyen et 8.157 professeurs d’ensei- gnants secondaire. C'est la première fois dans le cadre des réformes

C'est la première fois dans le cadre des réformes que le ministère de tutelle organise un concours pour

le recrutement d'enseignants avant la rentrée scolaire, a ajouté la même source. Ces concours étaient aupara-

vant organisés au cours de l'année scolaire.

Il s'agira d'un concours sur titres,

conformément au décret exécutif n°

2194, du 25 avril 2012, définissant les modalités d'organisation des concours de recrutement d'ensei- gnants.

Le ministère de l'Education natio-

nale a assuré que le concours "se dé-

roulera dans une transparence totale", précisant que les candidats intéressés seront informés par la presse natio- nale et les sites internet du ministère de l'Education nationale et de la Di- rection générale de la fonction pu- blique au cours des deux premières semaines du mois de juillet. On notera par ailleurs que l’année 2010 a vu une très forte participation aux épreuves du concours organisé par la fonction publique. Près de 10. 000 candidats y ont pris part.

A travers ce concours destiné à

examiner un nombre important de postulants, l’objectif recherché par la DGFP est le renforcement du corps

des enseignants de l’Éducation natio- nale et, par là même, relever le niveau

général du système éducatif, particu- lièrement dans la corporation des éducateurs, tous paliers confondus. Dans le lot des 10.000 candidats aux épreuves du concours de recrute-

ment, on retrouve un total de 1.970

issus du corps des adjoints de l’édu- cation, outre les 5.000 instituteurs du cycle de l’enseignement primaire, dont plus de 3.600 pédagogues en langue arabe et 1.704 éducateurs en langue française. Le même concours de recrute- ment a touché également plus de 30 professeurs en langue amazigh. Le recrutement au niveau du secondaire

a concerné un total de 3.000 ensei-

gnants, en plus des 4.900 autres re- crutés pour combler les besoins des

lycées. A titre récapitulatif, et pour les trois niveaux d’enseignement, un

total de 12.900 professeurs a pris part

à ce concours. Sarah S.

SELON LE DERNIER RAPPORT DE L’UNESCO

L’Algérie doit recruter 53.600 enseignants d’ici à 2015

D’ importants efforts sont consentis en la matière. Le der- nier rapport de l’UNESCO, publié à l'occasion de la Journée mondiale des enseignants, célébrée annuelle-

ment le 5 octobre 2011, indique que «l'Algérie est parmi les pays où la pénurie d'enseignants au primaire est moyenne», à l'instar des Émirats arabes unis, de l’Égypte et des États-Unis. L’organisation onusienne explique que les pays confrontés à une pénurie d'enseignants sont ceux où le nombre d'enseignants actuellement employés ne sera pas suffisant pour assurer un en- seignement de qualité pour tous les enfants en âge d'entrer au primaire d'ici à 2015. Sur cette base, elle a classé les pays en qua- tre catégories : pénurie sévère d'enseignants au primaire, pénurie moyenne, faible pénurie et effectifs suffisants. Estimant le nombre existant d'enseignants au primaire en Al- gérie (stocks d'enseignants) à «141.400 (chiffre de 2009)», l'UNESCO considère que le nombre requis pour l'année 2015 est de «151.400 enseignants». En conséquence, précise le document,

le recrutement nécessaire devra être de «53.600 enseignants jusqu'à 2015», mais en prenant en considération le nombre de pédagogues qui quitteront la profession : retraite, maladie, décès, changement d'orientation professionnelle, changement de niveau d'enseignement, ainsi que les enseignants qui quittent leurs fonc- tions pour assumer des tâches administratives. Le manque d’enseignants s’explique, d’une part, par l’insuf- fisance des postes budgétaires octroyés annuellement à ce palier de l’Education nationale et, d’autre part, par le nombre de nou- veaux diplômés des instituts de formation spécialisés qui sont loin de répondre aux besoins. Ces dernières années, le ministère de l’Education nationale a recours au recrutement de licenciés (bac plus 4) pour l’enseigne- ment au primaire, faute d’instituteurs spécialisés. Le manque d’enseignants a, pour conséquence directe, la sur- charge des classes. Le ministre de l’Education nationale avait déclaré, en octobre 2010, que «15% des établissements scolaires

en Algérie sont concernés par le problème de la surcharge des classes». Le problème est, notamment, constaté au niveau des grandes villes du pays où le nombre d’élèves est important. A titre d’exemple, au niveau des deux directions de l’éduca- tion d’Alger Est et Ouest, certaines classes comptent pas moins 42 élèves par division. Les efforts effectués en matière de construction de nouvelles écoles n’ont pas abouti à mettre fin à ce problème qui se répercute négativement sur le niveau des élèves. Par contre dans certaines régions du pays, des écoles pri- maires ont été contraintes de fermer faute d’élèves. Un déséqui- libre dû essentiellement au phénomène de l’exode rural. Abordant l'analphabétisme, l'organisation onusienne indique que le nombre d'analphabètes en Algérie est de «6,48 millions de personnes, dont 65,7% sont des femmes». Les analphabètes âgés entre 15 et 24 ans sont au nombre de 609.000, dont 65% sont des femmes.

S. SOFI

Nation

4

N ation 4 EL MOUDJAHID FLN Belkhadem : “La victoire aux locales devrait être encore plus
N ation 4 EL MOUDJAHID FLN Belkhadem : “La victoire aux locales devrait être encore plus
N ation 4 EL MOUDJAHID FLN Belkhadem : “La victoire aux locales devrait être encore plus

EL MOUDJAHID

FLN

Belkhadem : “La victoire aux locales devrait être encore plus importante”

A près les rencontres tenues à Aïn Defla

dredi dernier un autre symposium ré-

gional de formation au profit de la jeunesse et des étudiants du parti à Koléa (wilaya de Blida). Au cours de cette rencontre placée sous le thème «Les échéances locales et le rôle de la jeunesse», le SG du parti, M. Abdelaziz Bel- khadem, a appelé les militants du FLN en gé- néral et les jeunes en particulier à se mobiliser aux fins de triompher au cours du prochain ren- dez-vous électoral. Il précisera à cet égard que si la victoire du parti a été grande lors des der- nières élections législatives, la victoire aux élections locales devrait être encore plus im- portante. «Autant la victoire est grande, autant l’heure des comptes sera plus importante, car la confiance du peuple est inestimable. Voila pourquoi je vous appelle à la nécessité d’assu- mer pleinement la responsabilité qu’on vous a

confiée, notamment en matière de gestion des

et Boumerdès, le FLN a organisé ven-

finances publiques», a déclaré M. Belkhadem. Le SG du FLN

a rappelé à l’ouverture du sym-

posium que «le FLN est une école qui œuvre à permettre aux jeunes d’accéder aux postes de

responsabilité», soulignant que

la formation avait initié au préa-

lable plusieurs rencontres ayant pour objectif d’inculquer les techniques de com- munication

la façon de transmettre le mes-

de com- munication la façon de transmettre le mes- vue d’assumer des responsabilités à l’avenir. «Vous

vue d’assumer des responsabilités à l’avenir. «Vous êtes les hommes

de demain et l’espoir de la nation. Vous êtes appelés à œuvrer sans relâche pour l’acquisition du sa- voir et des technologies, la conso- lidation de l’économie du pays, la

préservation de sa dignité et la promotion de son image au niveau international», a martelé M. Bel- khadem.

Cette rencontre principalement

destinée aux jeunes, rappelons-le, et qui a regroupé près de 600 jeunes, issus de Blida, Médéa, Aïn Defla, Msila et Tipasa, porte sur le rôle des jeunes lors des prochaines élec- tions locales, la référence historique du FLN, la politique et la modernisation de l’information ainsi que les outils des réseaux sociaux et de la numérisation. Soraya G.

et

sage du parti à l’opinion pu- blique, afin de la convaincre de son programme. Il a ensuite ajouté que le parti «ne croit pas en la rupture mais plutôt en la conti- nuité entre les générations» et invité les jeunes qui ont suffisamment de compétences et d’éner- gie à tirer profit des enseignements de la géné- ration de Novembre, à qui incombe la responsabilité d’ouvrir la voie aux jeunes en

PARTI DES TRAVAILLEURS

Mme Hanoune salue la prise en charge “complète et inconditionnelle” des réfugiés syriens

La secrétaire générale du PT a salué les augmentations importantes des salaires des travailleurs au cours des deux dernières années et des pensions de retraite, et passé en revue plusieurs thèmes et questions décisives et d’actualité.

L a ville des Roses abrite depuis vendredi dernier l’université d’été du PT (Parti des travailleurs). D’emblée, à l’ouverture des

travaux de cette rencontre, sous le thème «50 ans après l’indépendance: conjoncture présente et perspectives», Mme Louiza Hanoune, SG du PT,

a tenu à rappeler les acquis de l’indépendance

qu’elle considère comme le ciment de l’unité de l’Algérie et de son peuple. La secrétaire générale du PT a par ailleurs salué les augmentations im-

portantes des salaires des travailleurs au cours des deux dernières années et des pensions de retraite,

et passé en revue plusieurs thèmes et questions

décisives et d’actualité. Mme Hanoune qui a rap- pelé que cette université d’été se tient dans une conjoncture mondiale chargée de difficultés pour les travailleurs et les peuples, a évoqué les pro- chaines échéances électorales ainsi que la situa- tion dans le monde arabe et son impact sur l’Algérie. Au sujet de la situation en Syrie, Mme Hanoune a salué la position de l’Algérie qui re- jette l’ingérence étrangère dans les affaires in-

ternes des pays, soulignant que cette po- sition «est conforme aux traditions de notre peuple». Poursuivant ses propos, elle s’est félicitée de la démarche du gouvernement pour la prise en charge inconditionnelle et complète des réfu-

giés syriens qui ont fui la guerre dans leur pays. Les travaux de l’université d’été du PT qui se déroulent depuis vendredi dernier à l’Institut national de l’électri- cité et du gaz se poursuivront jusqu’à

demain, lundi. Ces travaux traiteront plusieurs thèmes relatifs à «l’économie natio- nale» et à «la réalité du système éducatif et de la

nale» et à «la réalité du système éducatif et de la santé en Algérie, après 50

santé en Algérie, après 50 ans d’indépendance». Un rap- port final sanctionnera les travaux de cette rencontre qui est animée par des experts et des spécialistes en politique et en économie, note Mme Louiza Hanoune. A retenir, enfin, qu’à l’issue de l’en- semble des ateliers de travail prévus durant cette université d’été, la rencontre sera soldée

par un plan d’action en pré- vision des prochaines élections locales. Soraya G.

ENNAHDA

M. Rebiai appelle à la formation d'un gouvernement d'entente nationale

DU 2 1 AU 23 AOÛT À ZEMMOURI

Université d’ été du Mouvement El Islah

A menu de nombreuses questions

d'actualité, notamment la participa- tion du parti aux prochaines élec-

tions communales et la situation actuelle du pays. «L’université d’été du mouvement El-Islah se tiendra les 21, 22 et le 23 du mois en cours à Zemmouri, wilaya de Bou- merdès», a déclaré hier à Alger, le secrétaire général du mouvement, M. Hamlaoui Ak- kouchi, lors d’une conférence de presse or- ganisée au siège du parti. Au menu, un nombre de questions politiques et d'actua- lité notamment la participation aux pro- chaines élections communales et la situation actuelle du pays. Pour M. Akkou- chi, la participation du mouvement El Islah aux prochaines élections locales est condi- tionnée par les garanties que donnera le pouvoir afin d’assurer la régularité des élections, ainsi que l'application des recom- mandations de la commission nationale in- dépendante de surveillance des législatives du 10 mai 2012». Abordant la situation socio-économique de l'Algérie, il a indiqué que «malgré l’aisance financière qu’enre- gistre notre pays, la prochaine rentrée so- ciale risque d’être mouvementée en raison de la propagation du chômage qui est de l’ordre de 10% et des fléaux sociaux». A ce sujet, il s’est exprimé sur le couffin du Ra- madhan, qui, selon lui, est un non-sens dans un pays aussi riche. De plus, pour l’orateur, «la distribution du couffin de Ramadhan ne se fait pas dans la transparence, et les res- ponsables n’accomplissent pas leur de- voir». Dans ce sens, M. Akkouchi a proposé la remise de chèques aux plus né- cessiteux au lieu du couffin de Ramadhan. Abordant le chapitre du pouvoir d’achat, il soulignera que «les prix des fruits et lé- gumes affichés sur les étals ne reflètent pas les discours des officiels dans les médias». Par ailleurs, le secrétaire général du mou- vement El Islah a soulevé le manque de mé- dicaments qui pénalise les malades, surtout en ce qui concerne la catégorie des cancé-

reux. Wassila Benhamed

u

L e secrétaire général du mou- vement Ennahda, M. Fateh Rebiai, a appelé jeudi à Alger

à «redresser» le processus de ré-

formes en prenant une série de me- sures dont la formation d'un gouvernement d'entente nationale. M. Rebiai a souligné dans une allo- cution, à l'occasion de l'ouverture

des travaux du conseil national du

forum des jeunes du parti, qu’«il faut réfléchir sérieusement à redresser le

processus de réformes et à remédier aux défaillances économiques, sociales et poli- tiques». Le mouvement Ennahda estime néces- saire la formation d'un gouvernement d'entente

nationale qui se chargera de la gestion de «la pé- riode de transition, outre la création d'une com- mission nationale consensuelle» chargée de la révision de la Constitution avant de la soumettre

à référendum populaire. Il a appelé par ailleurs à

la révision de la loi électorale et de la loi sur les partis «afin de garantir l'intégrité des différentes

partis «afin de garantir l'intégrité des différentes échéances électorales» et organiser par la suite des

échéances électorales» et organiser par la suite des élections législa- tives, locales et présidentielles. Le

chef de file d'Ennahda a appelé les jeunes du mouvement à «servir le peuple conformément aux objectifs et principes du mouvement et à être à la hauteur des sacrifices que re- quiert leur combat». S'agissant de la participation de son parti aux prochaines élections locales, M. Rebiai a précisé que le conseil consultatif national du mouvement se réunira à la fin du mois d'août pour débattre de cette question, soulignant que la décision «dé- pendra des garanties présentées par les autorités pour assurer la crédibilité du scrutin». Il a ajouté que s'il y a participation, elle se fera dans le cadre de «l'Alliance de l'Algérie verte» qui regroupe son parti et le Mouvement de la société pour la

paix (MSP) et El Islah. Au plan international, M. Rebiai a exprimé la solidarité de son parti avec le peuple syrien.

ALLIANCE NATIONALE RÉPUBLICAINE

M. Belkacem Sahli : “Les locales, une étape décisive dans le processus de réformes”

L e secrétaire général de l’Al- liance nationale républicaine (ANR), M.

Belkacem Sahli, a estimé que les prochaines éché-ances électorales constituent une autre étape décisive susceptible d’approfondir davantage le processus de réformes. Dans ce contexte, le premier responsable du parti a appelé les formations poli-tiques à «nouer une alliance po- litique en vue de construire une coalition pour mieux aborder les prochaines élections». «Le plus important dans la phase post- législatives, c’est la bonne préparation des prochaines élections locale», a souligné M. Sahli, ajoutant que son parti «a encore du temps» pour se préparer à ce rendez-vous im-portant. Intervenant lors d’une conférence de presse organisée, hier, au siège du parti, le secrétaire général de l'ANR a appelé les forces nationalistes républicaines à se rassembler autour d’un programme consensuel. Selon lui, «pour permettre le parachèvement du processus des réformes engagées dans le pays, les prochaines élections locales doivent être une réussite». Tout

élections locales doivent être une réussite». Tout en affirmant que l’ANR participera aux élections locales

en affirmant que l’ANR participera aux élections locales avec «force, sincérité et vigilance», M. Sahli a souligné que son parti s'attellera à assurer la formation de ses cadres et à garantir la préservation des principes portés par l'ANR, dont la crédibilité du discours politique ainsi que celle des militants et militantes. «Il n'est pas nécessaire que l'ANR soit présente dans l'ensemble des com-munes du

pays, mais il est important qu'elle présente des listes avec des candidats compétents et loyaux et jaloux des intérêts supérieurs du pays», a- t-il développé. Tout en rappelant que son parti a obtenu trois sièges au sein de l'Assemblé populaire nationale, M. Sahli a réitéré la satisfaction de son parti quant aux résultats des législatives, considérant qu’après avoir traversé la crise organique, c’est un bon début dans la lutte pour le ren-forcement de la démocratie et les valeurs de l’Etat de droit. «En dépit des conditions difficiles qu’a connues le parti, nous avons pu remporter trois sièges dans l’actuelleAPN, contre deux sièges seulement lors des législatives de 2007. C’est une grande avancée pour nous», a-t-il estimé. Sihem Oubraham

MSP

Missions de bons offices

Aboudjerra Soltani ne désespère pas de ramener au bercail l’ex-ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, et tenter de le convaincre de surseoir, au moins, à sa décision de quitter le mouvement.

C e départ, que le lea- der du MSP essaie de minimiser et d’en

réduire l’impact, soulève même des réactions souvent passionnées sur la Toile. Signe des temps. Les af- faires internes des partis, pour peu qu’elles débor- dent, trouvent sur les ré- seaux sociaux matière à s’exhiber jusqu’à l’excès.

Militants et responsables y vont chacun de leur couplet pour crier haro sur le baudet, vilipender ou pour cautionner la démarche. Au chapitre des griefs que l’on peut lire sur la Toile, on reproche à l’ex- ministre des Travaux publics de ne tenir compte que de ses propres intérêts, de ne se soucier que de sa propre carrière politique, négligeant, de ce fait, les intérêts du mouvement. C’est un avis que formule, entre autres, Mohamed Hadibi, un des responsables du mouvement Nahdha sur sa page fa- cebook où il accuse Amar Ghoul d’en vouloir à l’Alliance de «l’Algérie Verte», coupable d’avoir pris la décision de ne pas participer au gouvernement et de mettre la coalition dans une bien mauvaise posture devant l’opinion publique nationale. Les partisans d’Amar Ghoul se sont saisis d’In- ternet pour répliquer à coup de commentaires et de propos qui jouent sur le registre de l’apaisement et de la sagesse. La démocratie, peut-on y lire, c’est le respect d’autrui, de ses décisions souveraines, de ses convictions. «Amar Ghoul n’est pas un bien, une propriété privée du MSP. C’est un homme libre qui a le droit de quitter le MSP s’il juge que cela est nécessaire. Il faut respecter son choix». Mais derrière ce discours de bon sens et de retenue très diploma- tique, se dessinent en filigrane, les indices patents d’un ma- laise sérieux qui ronge le mouvement. En témoigne cette réflexion assez sibylline d’un commentateur qui remue le couteau dans la plaie en invitant l’ensemble des protago- nistes à se pencher sur les causes de ces départs et de ces scissions. On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Cela étant, du côté du MSP, il est tres difficile de ca- moufler une forme de désarroi perceptible. Il y a des vel- léités et des tentatives de réconciliation qui ont été or- chestrées en direction des démissionnaires du parti. Histoire de renouer les fils cassés. Dans le sillage de ces missions de bons offices, il semblerait que le ministre de la Pêche, Smaïl Mimoun, soit l’émissaire tout indiqué, chargé de re- prendre langue avec Amar Ghoul eu égard au fait qu’on lui prête une certaine proximité avec l’ancien ministre des Tra- vaux publics. Cela démontre que les soubresauts, et c’est un faible euphémisme, provoqués par la démission d’Amar Ghoul du Mouvement de la société pour la paix et des six autres cadres du mouvement du parti, ne donne pas l’im- pression de connaîtrent leur épilogue, même si le leader de cette formation politique, comme Ponce Pilate, veut s’en laver les mains, en déclarant récemment qu’il s’agit d’une page tournée et que cette démission demeure sans consé- quence et d’un impact minime sur l’avenir du MSP.

Une prochaine mise sur orbite d’ «Algérie pour tous »

Cependant et au regard de la tournure que prennent les événements, tout indique que l’ambition d’Amar Ghoul de mener à bon port et jusqu’à son terme, la concrétisation de son projet de création d’une nouvelle formation politique, se confirme. La chose paraît inéluctable, à moins d’un re- virement pour le moins spectaculaire. Rien n’est moins sûr même si la politique reste un art du possible. Mieux en- core. Des sources proches de l’ancien ministre annoncent la mise sur orbite «d’Algerie pour tous» en septembre pro- chain. D’autre part, après la réunion de son dernier Mad- jeless Echoura (Conseil consultatif), le Mouvement de la société pour la paix ne perd pas de vue les élections locales qui auront lieu en automne prochain. A cet effet, la direc- tion du MSP a programmé une réunion du bureau exécutif national qui a été mandaté pour examiner le dossier de la participation du parti à ce scrutin. On rappelle que les alliés du MSP au niveau de l’Alliance verte, autrement dit El Islah et En-Nahdha, optent pour une participation avec des listes uniques. On note aussi que le secrétaire général d’El Islah, Ham- laoui Akkouchi, cherche à ramener dans son giron, en l’oc- currence l’Alliance de l’Algérie verte, les formations d’Abdelmadjid Menasra, un dissident du MSP et celui d’Abdallah Djaballah. Les deux partis seront-ils sensibles au chant des sirènes de l’Alliance verte, et se décideront- ils à faire cause commune ? Les faits nous renseigneront dans un avenir immédiat. De toutes les manières, l’Alliance de l’Algérie verte (AAV) affirme qu’elle ne compte pas baisser les bras et qu’elle se déploiera sur la scène politique nationale. Encore que cette alliance tarde à trouver ses marques et son régime de croisière. Mais elle demeure pour autant, assez lucide pour faire dans une espèce de remise en cause feutrée, de sa stratégie politique, lourdement sanc- tionnée par des résultats peu encourageants dans les légis- latives de mai 2012. Pour le cas d’espèce, l’Alliance verte se remet laborieusement de son fiasco électoral en mettant en exergue, histoire de rebondir du bon pied, la nécessité «d’en améliorer les mécanismes et de tirer les leçons des erreurs de la dernière expérience électorale». On ne peut trouver meilleur constat d’échec. M. Bouraib

la dernière expérience électorale». On ne peut trouver meilleur constat d’échec. M. Bouraib Dimanche 5 Août

Nation

EL MOUDJAHID

5

N ation EL MOUDJAHID 5 M. DAHO OULD KABLIA AU FORUM DE LIBERTÉ “Les élections locales
N ation EL MOUDJAHID 5 M. DAHO OULD KABLIA AU FORUM DE LIBERTÉ “Les élections locales
N ation EL MOUDJAHID 5 M. DAHO OULD KABLIA AU FORUM DE LIBERTÉ “Les élections locales

M. DAHO OULD KABLIA AU FORUM DE LIBERTÉ

“Les élections locales fixées au 29 novembre”

C’est un large tour d’horizon que le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, a effectué hier, dans le cadre du forum du quotidien Liberté.

D e nombreuses questions liées essentiellement à la vie politique, sociale, de sécu-

rité nationale, de développement local et d’autres sujets de préoccu- pations citoyennes ont été soulevés par les journalistes de la presse na- tionale. Le ministre Daho Ould Ka- blia a affirmé, dans son bref préambule, sa disposition à n’éluder aucune question, faisant preuve

d’une disponibilité concrète. D’abord, une information qui va in- téresser les partis politiques et l’en- semble de notre corps électoral. Le ministre a indiqué que les élections locales se dérouleront officielle- ment le jeudi 29 novembre 2012, et que le corps électoral sera convo- qué le 1 er septembre prochain. Les dispositions sont prises. Actualité oblige, et concernant le rapport de la délégation des observateurs de l’UE aux élections législatives de mai 2012, qui lui a été remis par le chef de la mission M. Ignacio San- chez Salafranca, Ould Kablia a dé- claré que ce document lui a été officiellement transmis dans le cadre d’une audience officielle. Il a refusé de s’étaler sur sa teneur, pré- férant accorder la primeur à M. Sa- lafranca, qui aura à en divulguer la consistance dans la conférence de presse qui se déroulera aujourd’hui,

à l’hôtel Sofitel. Cela dit, M. Ould

Kablia a affirmé que M. Salafranca

a un jugement positif à l’égard des

élections législatives, tant du point de vue de leur organisation, de la participation des électeurs jugée sa- tisfaisante, du déroulement propre-

ment dit de la campagne électorale que du concours des pouvoirs pu- blics. M. Ould Kablia a rappelé, en la circonstance, le souci du Prési- dent de la République, M. Abdela- ziz Bouteflika, de conférer aux élections un caractère inédit. C’est pour cela qu’il a invité une déléga- tion de l’UE, des membres du NDI, la Fondation Carter. Cela est un gage de transparence de ces élec- tions. M. Ould Kablia a dit que M. Salafranca a émis des recommanda- tions de caractères techniques et technologiques d’une manière gé- nérale. Le rapport contient des in-

suffisances constatées dans le do- maine législatif et institutionnel. Des recommandations lui ont été transmises, a dit le ministre, lequel rapport sera exploité. Le ministre a eu à évoquer au cours de ce forum la question des refugiés syriens, dont le nombre s’élève à 12.000 personnes, qui ont pénétré à l’inté- rieur du territoire national : «Notre devoir est de les prendre en charge

tant du point de vue de leur securité, de leur santé, de leur hébergement et de leur fournir les commodités indispensables à leur séjour en Al- gérie.» Il a estimé qu’il y a encore 422 individus de nationalité sy- rienne qui n’ont pas encore rejoint les lieux d’hébergement. Il a indi- qué que les walis, le Croissant- Rouge, les DAS et des associations sérieuses sont mobilisés pour mener

à bon port cette mission. Par asso-

ciations sérieuses, le ministre faisait allusion aux associations qui ne po- litisent pas leur action humanitaire. Le ministre a toutefois souligné qu’il existe des refugiés syriens qui prennent des initiatives qui ne sont pas conformes aux lois de notre pays. Concernant les refugiés du nord du Mali se trouvant dans le sud de notre territoire, M. Daho Ould Ka- blia a indiqué qu’ils sont pris en

charge par notre armée, le Crois- sant-Rouge, le Samu social. «La sé-

curité de notre territoire n’est pas menacée par cet afflux de refugiés»,

a-t-il souligné. Cette parenthèse lui

a permis de rebondir sur le phéno-

mène du terrorisme pour dire que ce fléau est en nette régression à l’in- térieur de notre territoire. Il a re- connu qu’il y a des «pics» à l’image du très récent assassinat de quatre gardes frontières, mais pour ce qui concerne la sécurisation des petites

et des grandes villes, l’armée veille

au grain. Des ratissages sont effec- tués notamment en Kabylie, à Jijel,

et un peu dans le sud du pays. Une

grande action est menée contre les soutiens au terrorisme avec le dé- mantèlement de caches, de case- mates et découvertes d’explosifs. Concernant l’attentat de Ouargla, le ministre a déclaré que les services

Ph : Nacera
Ph : Nacera

de securité en connaissent les insti- gateurs qui ne sont pas encore ap- préhendés. Le ministre a eu à donner des éclaircissements sur la situation des libertés religieuses. Il

a

parlé de la législation qui codifie

la

pratique religieuse en Algérie. Il

existe des actes de prosélytisme perpétrés par des missionnaires

américains qui tentent de convertir nos compatriotes. Le ministre ne constate pas de léthargie au niveau de l’activité du gouvernement qui travaille. Les intérims sont assurés. Pour ce qui touche à son départe- ment, il a indiqué que son ministère ne chôme pas. S’agissant de la cé-

lébration du 50 e anniversaire de notre indépendance, M. Ould Ka- blia a indiqué que l’Etat se devait de

la marquer avec pour objectif de faire un bilan de toutes les réalisa- tions de l’Algérie indépendante. Il s’agit aussi de rallumer la flamme patriotique, en particulier chez les jeunes. Là-dessus, il a parlé de ré- sultat mitigé. Concernant le dossier

de la garde communale, le ministre juge que certaines de leurs revendi- cations sont exorbitantes. Comme par exemple le refus des gardes communaux de ne pas reconnaître

le ministère de l’Intérieur. «Nous

avons forcé des portes pour traiter leurs revendications et nous sommes pleinement engagés avec eux sur la voie du dialogue.» Il a déclaré que les gardes communaux réclament une indemnisation de 540.000 millions de centimes. S’agissant de la rupture de la rela- tion de travail, il a affirmé que la garde communale n’a pas été dis- soute. Il y a eu transfert et redé- ploiement. Enfin, concernant les demandes d’agrément des nou- veaux partis politiques, le ministre a dit qu’il en a réceptionné 30, dont la majeure partie reste inconsis- tante. Il a toutefois déclaré qu’il aura à statuer sur ces demandes, avouant au passage qu’il privilégie les demandes sérieuses. M. Bouraib

A vos

marques !

Les élections locales se dérouleront le 29 novembre

prochain. L’annonce en a été faite hier par le ministre de l’Intérieur

et des Collectivités locales,

Ould Kablia, invité du forum de Liberté. Le corps électoral sera convoqué, le 1 er septembre. C'est- à-dire dans un peu moins d’un mois. Cette annonce ne manquera pas de donner un coup de fouet à l’activité partisane quasiment au point mort ce mois de Ramadhan. En effet, alors que la logique aurait voulu que l’entre-deux élections (législatives du 10 mai et les communales) soit animé par une intense activité partisane, la réalité est tout autre. Ainsi, hormis quelques formations politiques, la scène partisane est désertée par la majeure partie des formations nouvellement agréées. Pourtant, ces partis qui ont bataillé pour obtenir leur agrément avant les élections législatives du 10 mai dernier, et auxquelles ils ont pris part en dépit du fait qu’ils étaient pleinement conscients qu’ils se lançaient dans la bataille avec un désavantage certain par rapport aux autres compétiteurs qui avaient derrière eux plusieurs années d’existence, avaient assuré qu’ils seraient mieux préparés pour les élections locales du fait que ces dernières ne se tiendraient qu’à l’automne, ce qui ne manquait pas de leur donner suffisamment de temps pour mobiliser leurs troupes. Mais alors que l’après-législative aurait dû être mis à profit pour élargir les bases militantes, les nouvelles formations semblent avoir opté

pour l’hibernation. L’annonce hier de la date officielle de la tenue des élections communales donnera peut-être le la et incitera les leaders des partis à sortir de leur «léthargie» pour être fin prêts au rendez-vous du 29 novembre prochain. Car faut-il s’en persuader, les locales seront le véritable test. Elles démontreront le réel ancrage social de ces nouvelles formations ainsi que celui des ténors. Car les uns auront à cœur de confirmer les performances obtenues le 10 mai dernier, tandis que les autres voudront prouver que leurs résultats aux dernières législatives ne sont qu’un accident de

M.

parcours.

Nadia Kerraz

DROITS DE L'HOMME EN ALGÉRIE

Farouk Ksentini : “La situation s'améliore chaque année”

L es droits de l'homme en Algé- rie «vont de mieux en mieux» et «les choses s'améliorent

chaque année», bien qu'il existe en- core des lacunes et des insuffisances en la matière, a estimé hier à Alger le président de la Commission natio- nale consultative de promotion et de protection des droits de l'Homme (CNCPPDH), Farouk Ksentini. «Les droits de l'homme dans notre pays ne sont pas bien, mais ils vont de mieux en mieux. Les choses avancent et s'améliorent chaque année. Nous sommes dans la bonne direction», a indiqué M e Ksentini dans une confé- rence-débat. Le président de la CNCPPDH a mis l'accent, dans ce cadre, sur l'importance de l'appareil judiciaire qui, a-t-il considéré, «ne joue pas le rôle attendu de lui mal- heureusement», appelant à l'applica- tion des lois et à mettre un terme au fait que «le citoyen a peur du juge et se méfie de son avocat». «La justice manque de rendre des décisions de qualité. Elle doit donner raison, par exemple, au citoyen lorsqu'il est dans son droit et que l'Etat a tort», a-t-il in-

sisté. Evoquant les efforts consentis par l'Etat en matière de droits sociaux et économiques, M e Ksentini a constaté que «ces droits évoluent même si ce n'est pas à grande vi- tesse», ajoutant qu'après la réconci- liation nationale et la sauvegarde du pays, «l'Algérien doit maintenant re- trousser ses manches et commencer

à travailler». De manière générale, il

a lié le retard enregistré en matière des droits de l'homme aux consé- quences de 132 ans de colonialisme

et à la décennie noire, c'est-à-dire la

période du terrorisme qui a «freiné»

la construction de l'Etat de droit. Il a

rappelé qu'après l'indépendance, le premier objectif était de créer un Etat fort avec pour option de privilégier la collectivité plutôt que l'individu. «Maintenant, avec l'avènement de la démocratie, l'approche a changé. Il y

a de nouvelles dispositions qui ga-

le droit individuel et la

liberté d'expression», a-t-il souligné.

rantissent (

M e Ksentini a, en outre, mis en

exergue la nécessité de revoir notam- ment le code de la famille et la loi sur

la presse. Par ailleurs, l'orateur a tiré

)

la sonnette d'alarme quant à la situa- tion qui prévaut sur le plan de l'inves- tissement. «Je suis inquiet pour l'Algérie. C'est un pays importateur qui n'exporte plus rien», a-t-il dit, précisant qu'il fera part de cette in- quiétude au Président de la Répu- blique dans le prochain rapport 2012 de la CNCPPDH. Pour M e Ksentini,

le code de l'investissement tel qu'il

est actuellement «n'attire pas les in- vestisseurs». Sur un autre plan, inter- rogé sur l'instruction ouverte par un

tribunal suisse à l'égard du général à la retraite Khaled Nezzar, ancien mi-

nistre de la Défense et ancien mem- bre du Haut Comité d'Etat, suite au dépôt d'une plainte sur de prétendus faits qui remonteraient aux années 1990, M e Ksentini s'est dit «outré» par cette réaction suisse. «Le juge qui s'est emparé de cette affaire va dans

la mauvaise direction. Il (le général à la retraite Khaled Nezzar) est inter- pellé comme un assassin, alors qu'il

avait défendu les valeurs algériennes. L'Algérie était en légitime défense», s'est-il indigné. «Le général Nezzar a

défendu la République dans un com-

«Le général Nezzar a défendu la République dans un com- bat contre le terrorisme», a affirmé

bat contre le terrorisme», a affirmé M e Ksentini, rappelant qu'à l'époque, aucun pays n'avait soutenu l'Algérie dans sa lutte et n'avait voulu lui ven- dre des armes. «Je ne suis pas le seul,

des millions d'Algériens partagent cet avis. Nous devons collecter des signatures pour barrer la route à la décision du tribunal suisse», a préco- nisé le président de la CNCPPDH.

Economie

E conomie EL MOUDJAHID 7 INDUSTRIE GICA envisage de réaliser deux cimenteries à Relizane et à
E conomie EL MOUDJAHID 7 INDUSTRIE GICA envisage de réaliser deux cimenteries à Relizane et à
E conomie EL MOUDJAHID 7 INDUSTRIE GICA envisage de réaliser deux cimenteries à Relizane et à

EL MOUDJAHID

7

INDUSTRIE

GICA envisage de réaliser deux cimenteries à Relizane et à Béchar

Le Groupe industriel des ciments d'Algérie (GICA) entamera la réalisation de deux cimenteries d'une capacité de 3 millions de tonnes/an à Béchar et à Relizane, dès l'obtention de titres miniers d'exploration de l'Agence nationale du patrimoine minier (ANPM), a indiqué dimanche le PDG du groupe.

“N ous entamerons les travaux de détermina- tion du volume des gi-

sements en matières premières, dés qu'on obtiendra l'autorisation provi- soire ou les titres miniers d'explora- tion de l'ANPM, ce qui nous permettra de dimensionner ces fu- tures cimenteries", a confié à l'APS M.Yahia Bachir. Le même responsa- ble a fait savoir que les projets des deux cimenteries avaient été transfé- rés par Sonatrach au Groupe GICA, soulignant que l'ANPM manifestait son "entière disponibilité" pour le traitement rapide de ces dossiers. Il a expliqué "qu'en cas de disponibilité de gisements", la cimenterie de Be- char produira 1 million de tonnes de ciment par an et celle de Relizane 2 millions de tonnes/an. Interrogé sur le recours à un partenaire étranger pour la concrétisation de ces projets, M.Bachir a indiqué que la cimenterie de Relizane sera réalisée en partena- riat entre GICA et le Fonds national de l'investissement (FNI) pour la par- tie algérienne ainsi que par la société

chinoise China State Construction Engineering Corporation (CSCEC) pour la partie étrangère. L'entreprise chinoise CSCEC, chargée notam- ment du projet de réalisation de la mosquée d'Alger, est présente depuis une trentaine d'année en Algérie. Elle déploie ses activités dans 27 pays à travers le monde. Concernant la cimenterie de Be- char, elle sera réalisée par le Groupe GICA seul. Sur les retombées posi- tives de ces projets, M.Bachir a re- levé que la cimenterie de Bechar permettrait la création de près de 450 emplois directs et celle de Relizane 600 emplois directs. Le premier responsable de GICA a évoqué, par ailleurs, la possibilité de la réalisation d'un "projet pilote d'une mini-cimenterie" dans le grand Sud du pays, et ce, en cas d'identifi- cation de gisements. "GICA est inté- ressé par la réalisation d'une mini-cimenterie dans le grand sud du pays, d'une capacité de production annuelle de 200.000 à 250.000 tonnes, si des gisements sont identi-

de 200.000 à 250.000 tonnes, si des gisements sont identi- fiés et localisés", a-t-il dit. La

fiés et localisés", a-t-il dit. La produc- tion nationale actuelle de ciment est de plus de 18 millions de tonnes par an dont 11,5 millions de tonnes sont assurés par le groupe GICA, qui dé- tient douze cimenteries publiques. Le déficit du marché national du ciment s'élève à plus de 2,5 millions de tonnes, selon les estimations de

GICA, qui a entamé un processus d'importation de ce matériau straté- gique durant les périodes de tensions pour combler ce déficit. Un avis d'appel d'offres interna- tional a été lancé mercredi par ce groupe public pour la fourniture de 450.000 tonnes de ciment. La date li- mite de remise des offres et l'ouver-

ture des plis est fixée pour le 12 sep- tembre 2012, précise GICA dans son appel d'offres lancé par sa filiale So- dismac (Société de distribution des matériaux de construction). Le groupe GICA ambitionne de produire 20 millions de tonnes à l'horizon 2016 et 29 millions de tonnes d'ici

2018.

6 éme ÉDITION DU SALON INTERNATIONAL DU VÉHICULE INDUSTRIEL (SIVI 2012)

Une mécanique bien huilée

F inalement la 6éme édition du Salon International du Véhicule Industriel utilitaires, engins de TP

et autres bus (SIVI 2012) se tiendra à la Safex (Société Algérienne des Foires et Expositions) le mois d’octobre prochain. Selon les informations publiées sur le site web de la Safex les dates fixées pour le SIVI 2012 viennent de connaître un léger réajustement. Prévue initialement du 08 au 10 octobre 2012, la manifestation se prolongera finalement jusqu’au 11, soit une journée de plus. Il y a lieu de souli- gner que certain professionnels du sec- teur et concessionnaires automobiles ont affiché leur mécontentement quant à la réduction de ce salon à une période de quatre jours. Il faut savoir que les pré-

L e ministère du Commerce a éla- boré un guide de contrôle des huiles de friture pour lutter

contre le phénomène de l'utilisation ex- cessive et répétée de ces huiles pour la cuisson de certains produits de large consommation durant la période estivale et particulièrement durant le mois de ra- madhan. La direction générale du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère a, ainsi, mis à la disposition des agents de contrôle et des professionnels un guide pratique, à même de contribuer à réduire le risque alimentaire pouvant engendrer des pro- blèmes de santé à long terme. L'utilisa- tion des huiles de friture à plusieurs reprises et à de hautes températures peut produire des constituants qui compro- mettent non seulement la qualité nutri- tionnelle des aliments, mais peuvent aussi être à l'origine de la formation de composés chimiques ayant des effets né- fastes sur la santé du consommateur, prévient le ministère dans le guide. Cette publication qui devra servir de référence pratique à tous les consommateurs, énu- mèrent les précautions à prendre pour éviter la dégradation de l'huile de friture.

cédentes éditions étaient organisées sur une durée de six jours. Cette manifesta- tion économique d’envergures verra la participation de plusieurs operateurs.La plupart des professionnels du secteur se- ront au rendez-vous à l’image de Citroën Saida, Volkswagen Utilitaire (groupe Sovac), Nissan Algérie, Mahindra Saida, Ford. Ces derniers exposeront leurs gammes de véhicules utilitaires légers et carrossés, et affichent une série de pro- motions pour séduire le maximum de clients. Le SIVI est devenu un rendez- vous important et un excellent forum pour l’échange d’idées et les expériences. Vu l’économie de notre pays qui est en plein essor ces dernier années, où l'acti- vité des transports a connu une explosion

COMMERCE

Un guide pour le contrôle des huiles de friture

Selon ce guide, l'utilisateur doit être at- tentif aux signes indiquant l'altération de l'huile, notamment le brunissement de l'huile, l'apparition de mousse, huile de- venant trop épaisse, apparition de fumées ou d'odeurs incongrues. Il relève égale- ment d'autres précautions que les consommateurs doivent prendre pour que certains gestes n'entraînent pas la dé- gradation rapide de ces huiles qui de- viennent impropres à la consommation humaine. Il recommande ainsi de filtrer le bain d'huile après chaque usage afin d'éliminer les débris qui risqueraient de carboniser lors de la friture suivante et contribueraient par conséquent à sa dé- gradation, de stocker de préférence l'huile dans un récipient fermé, dans un endroit frais à l'abri de la lumière et de l'air afin d'éviter toute oxydation et sur- tout de jeter l'huile qui a fumé, qui est trop foncé, qui a une odeur rance, qui mousse et ne bouillonne pas lorsqu'on ajoute les aliments. Le guide souligne, en outre, la nécessité de sécher le plus pos- sible les aliments pour limiter l'introduc- tion d'eau dans le bain d'huile, de ne pas utiliser l'huile plus de 6 à 7 fritures et que la température du bain de friture ne doit

formidable. Cet événement aura, sans aucun doute, un impact très important, tant que la demande de véhicules indus- triels, augmentera afin de répondre aux projets colossaux de développement lancé ces derniers temps. Le SIVI, une orientation des choix d'utilisation et une saine concurrence pour que les meilleurs puissent donner le meilleur d'eux-mêmes aux professionnels. Sachant que les concessionnaires algériens misent beau- coup sur tous les chantiers lancés à tra- vers le pays pour vendre de plus en plus de camions et de véhicules utilitaires. Il a rappelé que la 5éme édition s’est étalée sur une superficie de plus de 15 000 m² et a accueilli pas moins de 33 exposants. Makhlouf Ait Ziane

pas dépasser 180°C. S'agissant du choix des corps gras pour la friture, il est conseillé de choisir des huiles résistantes et stables à la chaleur, il s'agit des huiles riches en acides gras saturés et mono-in- saturés. Des fiches pratiques sur les différents huiles commercialisées en Al- gérie et leur composition, sur le choix des corps gras pour la friture et sur la dé- gradation des huiles de friture ainsi que sur le contrôle analytique de ces huiles sont également détaillées dans la publi- cation. Le ministère affirme, par ailleurs, que durant la saison estivale et le mois de ramadhan, les agents de contrôle pro- cèdent au renforcement du contrôle de la qualité d'huile utilisé. Le contrôle de la qualité des huiles utilisées pour la fri- ture dans la restauration, les fast-food et dans la préparation des gâteaux tradition- nels est effectué sur le terrain par les agents de la répression des fraudes au moyen d'un instrument de mesure per- mettant de déterminer avec précision l'état de leur dégradation en mesurant le taux des composés polaires issus de l'al- tération de ces huiles de friture sans avoir recours à l'analyse en laboratoire, explique-t-il.

PLAN DE SAUVETAGE EUROPÉEN

La BCE force l´Italie et l´Espagne d´y recourir

L’ Espagne et l´Italie ont

de choix, l´italien Mario Monti

été forcées par la

a tout de suite accepté cette

Banque centrale Euro-

demi-solution que le gouverne-

péenne (BCE) de recourir au plan de sauvetage financier de la zone euro, comme l´ont déjà fait la Grèce, le Portugal et l´Ir- lande. C´est la solution préconi- sée, jeudi à Frankfurt, par M.Mario Dragui, Le président de la BCE qui a conditionné toute intervention financière de la banque européenne réclamée par Madrid et Rome en vue d´alléger la pression des mar- chés financiers sur la dette des pays en grandes difficultés fi- nancières, à l´obligation pour

ment espagnol craignait par- dessus tout. L´Espagne se voit donc forcée à une solution de ce type qui l´obligerait à recourir à un second sauvetage financier partiel. Le premier a eu lieu mois de juillet dernier. Le Conseil de la zone euro avait donné alors son feu vert pour l´octroi à ce pays d´une somme de 100 milliards d´euros, pour lui permettre d´as- sainir son secteur bancaire. La BCE n´ira pas plus loin dans l´achat de la dette espagnole qui

l´Espagne et l´Italie de deman-

a

atteint plus de 700 milliards

der d´abord l´aide du Fonds de Stabilité Financière Européen (FSFE). C´est le recours à ce plan de sauvetage, accompagné de l´in- terdiction de négocier des cré- dits sur les marchés financiers et de mesures d´austérités draco- niennes, que Madrid et Rome voulaient éviter par tous les moyens, y compris à travers des pressions sur l´Allemagne qui détient la clé du fond public eu- ropéen. Cette stratégie de pres-

d´euros. Hier, les autorités espa- gnoles étaient visiblement dé- çues par la décision de la BCE. Le Président Mariano Rajoy ne s´était toujours pas prononcé sur la décision de M. Dragui qui s´impose comme la solution in- contournable « à prendre ou à laisser ». Autrement dit la pos- sibilité de rester dans la zone euro aux conditions avancées ou renoncer à la monnaie unique.

sion n´a, apparemment pas, fonctionné. Le Président de la BCE a fini par céder à l´intransigeance

Un climat de panique s´est donc emparé des marchés finan- ciers à la suite de la décision an- noncée par M.Dragui. La prime

de

risque de la dette espagnole

de la chancelière allemande, Mme Angela Merkel, qui est

restée inflexible sur la non-uti- lisation de l´argent public de la BCE pour l´ajustement des comptes publics des pays endet-

avoisinait, jeudi soir, les 600 points pendant que la Bourse de Madrid (Ibex 35) chutait de

5,16%. Sur ces marchés, les taux d´intérêt fixés pour l´octroi

tés. Aux yeux de Berlin contri-

de

crédits au Trésor espagnol ne

bue ce serait encourager l´inflation au lieu de la contrô- ler. L´option de M.Dragui pour cette « solution de compromis » avec Berlin, permettra, toute- fois, à ces pays de pouvoir bé-

descendent plus en-dessous des 7%, un taux légèrement supé- rieur à celui pratiqué pour l´Ita- lie (6,7%), un taux deux fois plus élevé que pour l´Alle- magne.

néficier ultérieurement du soutien de la BCE. N´ayant pas

B. H.

Régions

EL MOUDJAHID TENSION SUR LES GAZ INDUSTRIELS TIZI OUZOU BÉJAÏA
EL MOUDJAHID
TENSION SUR LES GAZ INDUSTRIELS
TIZI OUZOU
BÉJAÏA
TENSION SUR LES GAZ INDUSTRIELS TIZI OUZOU BÉJAÏA Les artisans contraints de ralentir leur activité Gas.

Les artisans contraints de ralentir leur activité

Gas. «Auparavant, il y avait deux

concessionnaires dans la wilaya. L’un

à Béjaïa, alimentant toute la région

orientale, et l’autre à Akbou, pour sa-

tisfaire les besoins des opérateurs situés

à l’ouest. Désormais, il n’y a que le

centre d’Akbou qui est en activité, obli-

geant près de 1.000 artisans de s’y ap- provisionner», déplore-t-il, estimant que cette situation a eu des consé- quences négatives sur leur activité. «Beaucoup d’opérateurs ont réduit leurs déplacements vers la vallée de la Soummam à cause du coût de trans- port, des risques et du temps perdu en route, de la saturation de la RN26 et surtout de l’absence de garantie de se faire livrer», explique M. Mamasse, soulignant que, souvent, une fois arrivé sur les lieux, en raison de la tension et de la rareté qui affecte certains types de gaz, «le centre ne fournit pas son

L' éloignement de l'unique cen- tre d’approvisionnement en gaz industriels (oxygène,

dioxyde de carbone, acétylène…), lo- calisé à Akbou (80 km à l’ouest de Bé- jaïa), a plongé dans le désarroi l’ensemble des artisans de toute la ré- gion orientale de la wilaya, à cause des contraintes induites par cet état, selon le coordinateur de l’Union générale des commerçants artisans algériens de Bé- jaïa. «Il y a une tension sur tous les pro- duits et une réduction sensible de l’ac- tivité des artisans, notamment les soudeurs et les ferronniers dont beau- coup songent changer d’activité», af- firme M. Samir Mamasse, qui souligne que cet état de fait ne cesse de s’exa- cerber, notamment depuis l’absorption de l’entreprise nationale des gaz indus- triels par la firme allemande Linde-

client». «Souvent les déplacements se concluent en perte sèche qu’il n’est pas

facile de répercuter sur le consomma- teur», a-t-il ajouté, soulignant qu’en raison de cette tension, «beaucoup de

prestations ne sont plus assumées, car difficiles à chiffrer». «En tout état de cause, la réduction des revenus de chacun est telle que nombre d’artisans pensent changer de métier», observe-t-il, suggérant comme parade la réouverture du centre de Bé- jaïa, pour lequel, précise-t-il, «de nom- breuses candidatures ont été proposées à la firme Linde Gas». Une pétition, signée par une cen- taine d’artisans activant pour l’essentiel dans la brancheb tôlerie et ferronnerie, et accessoirement par des entreprises de travaux de bâtiment, a été adressée à la direction de l’entreprise allemande.

MASCARA
MASCARA

Les citoyens d’El Bordj réclament un second lycée

L es parents d’élèves de la com- mune d’El Bordj, située à une vingtaine de kilomètres du chef-

lieu de la wilaya de Mascara, ont tout fait pour que leur appel soit entendu :

le seul lycée du 1 er Novembre 1954 continuera à accueillir le nombre gran- dissant des élèves de 1 re AS venus des différents CEM de la région en dépit de la surcharge des classes pour cette pro- chaine rentrée scolaire. Et pour pour- tant, le lycée ne peut en aucun cas recevoir tous ces élèves ; c’est pour- quoi que 5 ou 6 nouvelles classes de 1 re AS seront transférées au CEM provi- soirement, avons-nous appris. Les professeurs seront obligés d’ as- surer des cours au lycée et au CEM qui continue de recevoir aussi les élèves du moyen. Une solution intermédiaire pal- liative, mais qui n’est pas du goût des parents. Le président des parents d’élèves nous a fait savoir qu’il a frappé à toutes les portes et écrit à tous les services concernés pour que la ville puisse disposer d’un deuxième lycée

tout comme les daïras de Hachem et Oued El Abtal. Ces démarches n’ont rien donné à la grande déception des élèves et de leurs parents qui veulent que leurs enfants aient une bonne sco- larité dans un établissement secondaire disposant de tous les équipements et commodités répondant à la nature de ce type d’enseignement comme les labo- ratoires, les ateliers, une salle de sport, un réfectoire et autres structures d’ac- compagnement. Une situation préoccupante en cette période de grandes vacances scolaires. La question mérite d’être élucidée par les uns et les autres pour trouver une issue à cet état de fait. La wilaya compte 40 lycées , 7 autres nouvelle- ment construits ouvriront leurs portes cette année, et c’est la raison pour la- quelle les habitants de la ville d’El Bordj ont fait part de leur déception, car croyant que leur ville disposera d’un second lycée. Ils doivent faire contre mauvaise fortune bon coeur puisqu’on leur fait savoir, contre toute

attente, que c’est vers le CEM Daoud- Ahmed que les élèves de cinq ou six classes de 1 re AS seront dirigés. Les habitants réclament haut fort un autre lycée même si c’est déjà trop tard pour la prochaine rentrée scolaire 2012/2013. Toutefois, l’espoir est per- mis de voir leur vœu exaucé puisqu’ils reconnaissent que de très gros efforts ont été déployés pour la réalisation d’établissements scolaires, tous paliers confondus, dans la wilaya de Mascara qui a enregistré des années durant des résultats remarquables aux différents examens scolaires de fin d’année. Les parents des élèves et les habi- tants de la cité des Gazelles réitèrent leur appel pour que leur ville dispose d’un autre lycée ; ils misent beaucoup sur la légitimité de leur doléance et fon- dent leurs espoirs sur les pouvoirs pu- blics dans l’intérêt de tous. En attendant que la réalisation d’un nouveau lycée voie le jour, ils prient pour que leur rêve devienne réalité. GHOMCHI

15.000

nouveaux

étudiants

à l’université

Quelque 15.000 bacheliers se sont présentés à l'université Men- touri en cinq jours pour leur ins- cription, opération clôturée la semaine dernière. M. Latrache, vice-recteur de l’université de Constantine, a dé- claré que cette année, la prolonga- tion des inscriptions n'a pas eu lieu. Par ailleurs, malgré le nombre im- portant de nouveaux inscrits, l'opé- ration des inscriptions s'est déroulée dans la tranquillité et sans aucune difficulté, contrairement aux deux premiers jours qualifiés de «désordonnés» sur le plan orga- nisationnel, d’autant plus qu’une terrible chaleur sévissait durant la semaine dernière. Selon l'administration, près de 85% des bacheliers ont été inscrits au quatrième jour, surtout lors de la journée de dimanche dernier où il y eu l’inscription de la moitié des étudiants. Par ailleurs, le rectorat a décidé de faciliter les démarches et l'accès aux étudiants venus des villes du sud du pays, auxquels deux cités universitaires leur ont été réser- vées.

Rona M. K.

CONSTANTINE
CONSTANTINE

PLACE DU 1 er- NOVEMBRE

Fermeture probable des commerces des souterrains

les pertes individuelles ont été estimées, selon les commerçants, entre 23 à 200 mil- lions de centimes. «L'APC va demander à la société d'assurance des indemnisations concernant les équipements qu'elle a per- dus dans les souterrains lors de cet incen- die», a-t-il précisé. Pour sa part, le lieutenant Tafer, chargé de communication à la direction de la Pro- tection civile, a affirmé que «l'intervention de la Protection civile s'est déroulée dans les normes requises, et le sinistre a été maî- trisé en l'espace d'une heure grâce aux moyens humains et matériels que nous avons mobilisés et à l'encadrement du dis- positif par le plus haut responsable de la direction». De son côté, M. Benmouhoub, chargé des relations avec la clientèle, a confirmé que «le branchement électrique n'a pas encore été rétabli dans le souterrain, au grand désappointement des commer- çants qui attendent impatiemment de re- prendre leurs activités dans les plus brefs délais, le mois de Ramadhan ayant déjà bouclé sa première moitié». Sur un autre sujet, le lieutenant Mouha- med Zemouli, chargé de communication à la Sûreté régionale de Constantine, a indi- qué que la Sûreté de Constantine va contri- buer grandement à régler les problèmes de la circulation dans le périmètre situé entre les deux places, celles des Martyrs et du 1 er - Novembre, qui représentent le point noir de la ville.

Rona Merdaci Khaled

A près le terrible incendie qui s’est produit au niveau des souterrains de la place du 1 er- Novembre, il y a

près de quinze jours, et qui a conduit à la fermeture du souterrain, les autorités de la wilaya ont décidé de rendre ces souterrains (ex-place de la Brèche) à leur vocation pre- mière pour servir de passage aux piétons, et ce, probablement dès la rentrée sociale prochaine, a déclaré, hier, M. Benlecheheb, chargé de communication de l'APC de Constantine, au cours d'une rencontre or- ganisée au niveau de la radio régionale de Constantine Cirta. Le débat était centré sur la sécurité et l'indemnisation des commer- çants des souterrains, victimes de l'incen- die. Ont participé à cette émission des re- présentants des services de la sécurité, de la Protection civile, de la Société de distri- bution de l'Est (SDE) et de l'APC. M. Ben-

lecheheb a souligné que «cette question sera soumise par le chef de la daïra et le président de l'APC àu wali prochainement, qui prendra la décision adéquate. Toute- fois, la délocalisation des commerçants des souterrains vers un autre lieu est sérieuse- ment envisagée. Ce dossier sera confié à une commission ad hoc au niveau de la wi- laya». Et d’ajouter qu’une commission de la commune se rendra, dans les jours à venir, sur les lieux du drame pour effectuer une tournée d'inspection. Le chargé de communication de l’APC a rejeté l'idée de dédommagement des commerçants dont

CHALEURS CANICULAIRES, COUPURES D’ÉLECTRICITÉ ET AMONCELLEMENT DES ORDURES

Les citoyens s’impatientent

ET AMONCELLEMENT DES ORDURES Les citoyens s’impatientent D es chaleurs canicu- laires sévissent de- puis quelques

D es chaleurs canicu- laires sévissent de- puis quelques jours à

travers la wilaya de Tizi- Ouzou où le mercure oscillait entre 38° et 42° Celsius. Cette vague de chaleur suffocante est difficilement supportée par les citoyens de la wilaya en ces jours du mois de Rama- dhan, un mois durant lequel tout citoyen musulman, à l’exception de malades, est tenu de s’abstenir de manger et de boire, conformément aux préceptes de l’Islam. En plus du jeûne qui rend le corps vulnérable, les citoyens sont confrontés aux coupures in- tempestives du courant élec- trique dues essentiellement à la surcharge du réseau élec- trique qui subit une intense pression par l’utilisation de climatisation jour et nuit. Au chef-lieu de wilaya et ses dif- férents quartiers, les citoyens, qui souffrent des coupures du courant électrique ou de chutes de tension, vivent un véritable calvaire causé par le recours à l’incinération des tonnes d’ordures que l’auto- rité communale, à travers son service voirie, ne relève qu’une fois qu’elles débordent sur la chaussée et après mille et une requêtes des riverains. En effet, devant la démission des responsables de la com- mune du chef-lieu de wilaya, des citoyens souffrant des odeurs dégagées par l’amon- cellement de ces tonnes d’or- dures n’hésitent pas à y mettre le feu en plein jour, ag- gravant ainsi la situation des personnes âgées et des ma- lades ne supportant pas la ca- nicule. Des colonnes de fumées montant de ces dé- charges qui brûlent finissent à l’intérieur des maisons après avoir rendu l’atmosphère car- rément irrespirable. Le pro- blème de ramassage des ordures ménagères dans la ville de Tizi Ouzou devient de plus en plus un cauchemar qui hante jour et nuit la popula- tion qui constate impuissante la dégradation de son cadre de vie : des tas d’ordures s’accu- mulent dans les cages à or-

dures et les trottoirs des cités et quartiers, comme c’est sou- vent le cas aux cités Moha- med-Boudiaf (ex-2000 Logements), les 450-Loge- ments, la rue des Frères Beg- gaz, dit «la Tour» dans la Nouvelle Ville, à Boukhalfa, banlieue ouest du chef-lieu de commune, et dans d’autres quartiers de la ville des Ge- nêts. Les habitants de ces lieux attendent avec impa- tience la concrétisation du projet de renforcement de la voirie communale par des moyens matériels et humains pour assurer au quotidien le ramassage des ordures ména- gères dans les quartiers et cités de la commune qui vit un grave problème de salubrité publique à cause de l’amon- cellement de tonnes d’or- dures, les services de la voirie se trouvant dépassés vu leurs moyens insuffisants. Le quo- tidien des citoyens de Tizi Ouzou est de plus en plus rendu difficile avec ces cha- leurs, les coupures du courant électrique et les ordures amoncelées dans tous les coins. La colère des citoyens face à cette situation difficile qu’ils affrontent au quotidien est visible si elle n’est pas car- rément exprimée sur la voie publique par des actions de protestation, comme il est d’ailleurs souvent le cas. Dans la soirée de mercredi dernier, les habitants d’un quartier de la Nouvelle Ville ont mani- festé leur colère contre la cou- pure de courant électrique et le non-ramassage des ordures en barricadant la route à l’aide d’objets, principalement des sachets d’ordures ménagères. En attendant, tout le monde se doit d’ être au diapason de la situation générée par ces cha- leurs caniculaires et l’amon- cellement des ordures ménagères puisqu’il y va de la santé et du bien-être du ci- toyen qui, lui aussi, est appelé à rationnaliser l’utilisation du courant électrique et à respec- ter les horaires et les lieux de dépôt des ordures en ces mo- ments de fortes chaleurs. Bel. Adrar

8

Régions

EL MOUDJAHID

9

R égions EL MOUDJAHID 9 GHARDAIA MOISSONS-BATTAGES 90.000 qx de céréales engrangés Une récolte de près
R égions EL MOUDJAHID 9 GHARDAIA MOISSONS-BATTAGES 90.000 qx de céréales engrangés Une récolte de près
R égions EL MOUDJAHID 9 GHARDAIA MOISSONS-BATTAGES 90.000 qx de céréales engrangés Une récolte de près
GHARDAIA
GHARDAIA

MOISSONS-BATTAGES

90.000 qx de céréales engrangés

Une récolte de près de 90.000 quintaux de différentes espèces de céréales a été engrangée dans la wilaya de Ghardaïa, au titre de la campagne moissons-battages 2011-2012, qui s’est achevée récemment, a-t-on appris jeudi de la direction des services agricoles (DSA).

U ne récolte de près de 90.000 quin- taux de différentes espèces de cé- réales a été engrangée dans la wilaya

de Ghardaïa, au titre de la campagne mois- sons-battages 2011-2012, qui s’est achevée récemment, a-t-on appris jeudi de la direc- tion des services agricoles (DSA). Cette récolte, dont 66.785 quintaux ont été livrés à la Coopérative des céréales et des légumes secs (CCLS) de Laghouat, a été réalisée sur une superficie emblavée de 2.183 ha irrigués sous pivot, avec un rende- ment moyen de 42 quintaux à l’hectare de blé dur et de 26 quintaux /ha d’orge, révèle la même source. Six producteurs, cinq à El- Menea et un à Guerrara, ont obtenu un ren- dement pic de 60 quintaux à l'hectare et ont ainsi intégré le "Club 50" institué par le mi- nistère de l’Agriculture pour encourager les producteurs ayant obtenu un rendement de plus de 50 quintaux à l'hectare, a-t-on pré- cisé. Ce rendement a été atteint grâce au "respect rigoureux" de l’itinéraire technique par les spécialistes en céréaliculture chargés du suivi des exploitations céréalières depuis quelques années, et également par l’adhé- sion des exploitants à l’opération de réno- vation des pivots destinés à la céréaliculture initiée par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, a-t-on expliqué. Cet itinéraire technique basé sur le respect des étapes élaborées par les spécialistes et la qualité de la semence, ainsi que les en- grais utilisés doit être vulgarisé auprès des agriculteurs pour améliorer leur rendement, a-t-on souligné à la DSA. La wilaya de Ghardaïa compte une quin- zaine de céréaliers, dont la plupart sont concentrés dans les régions du Sud de la wi- laya (El-Menea, Hassi-Lefhel et Mansou- rah) ainsi que dans sa région Nord-est (Guerrara). Une production globale estimée à 88.161 quintaux de céréales avait été en- grangée dans la wilaya de Ghardaïa la sai-

avait été en- grangée dans la wilaya de Ghardaïa la sai- son écoulée (2010/2011). Une superficie

son écoulée (2010/2011). Une superficie de 566 hectares répartie sur 8 exploitants de la région d’El-Menea vient d’être consacrée à la culture de maïs en grain, dont l’opération d’ensemencement a débuté la fin du mois de juillet, indiquent les services de la DSA de Ghardaïa. Cette superficie a été réservée pour la cul- ture du maïs en grain, à la faveur d’une convention signée dernièrement entre huit exploitants privés de la région d’El-Menea et l’Office national d’aliment de bétail (ONAB), dans le cadre d’une stratégie mise en place par le ministère de l’Agriculture en vue d’encourager et d’intensifier la culture du maïs en grain et fourrager afin de réduire la facture d’importation d’aliments de bétail

et permettre l’essor en Algérie des filières lait et viandes (rouge et blanche), précisent les mêmes services. Cette convention pré- voit l’accompagnement technique des agri- culteurs désireux d’investir dans ce créneau par l’ONAB et la prise en charge de l’en- semble de la production de maïs à un prix préférentiel de 4.500 DA le quintal, ex- plique-t-on. Une expérience de culture de maïs a été réalisée en 2011 à Hassi Ghanem près d’El- Menea après la campagne de moisson du blé. Un agriculteur a assolé sa terre en cul- tivant le maïs comme fourrage avant la campagne de semence de blé, ce qui a donné de bons résultats, signale-t-on.

OUARGLA Trois forages réalisés dans la daïra d’El-Borma Trois nouveaux forages destinés à l’appro-
OUARGLA
Trois forages
réalisés dans la
daïra d’El-Borma
Trois nouveaux forages destinés à l’appro-
visionnement en eau potable (AEP) ont été
réalisés dans la daïra d’El-Borma (400 km
à l’est de Ouargla), a-t-on appris du direc-
teur de wilaya des ressources en eau. M.
Driss Boukhari a indiqué que ces forages
ont donné de ''bons'' résultats, du point de
vue de la qualité de leurs eaux, ainsi que de
leur débit qui atteint les 60 litres/seconde
pour l'un deux, raccordé au réseau d'AEP
de la ville d'El-Borma, daïra frontalière
avec la Tunisie, et tout récemment mis en
service. Les deux autres forages, d'un débit
de presque 10 litres/seconde chacun, de-
vront être raccordés au réseau de distribu-
tion dans les toutes prochaines semaines et
viendront améliorer l'approvisionnement
des populations de la région en eau potable,
a-t-il ajouté. La daïra frontalière d’El-
Borma compte actuellement une station de
déminéralisation d’eau d’une capacité de
150 m 3 /jour qui connaît parfois des pannes
prolongées, sa pièce de rechange inexis-
tante sur le marché local devant être impor-
tée. Une situation contraignante qui
obligeait, le cas échéant, l’Algérienne des
eaux à recourir à l’approvisionnement de
la population par camions citernes depuis
un point d’eau situé à près de 60 km, a fait
savoir le même responsable.
BOUIRA
BOUIRA

500 foyers raccordés au réseau de gaz naturel

P rès de 500 foyers ont été raccordés jeudi au réseau de distribution du gaz natu-

rel dans des localités rurales si- tuées à l’est de la wilaya de Bouira, lors d’une cérémonie pré- sidée par le secrétaire général de la wilaya, M. Faouatih Abderrah- mane, a-t-on constaté. L'opération de raccordement a concerné 35 foyers à Amaksim, dans la com-

mune El-Adjiba, 180 autres dans la localité de Thighilt N’Sekssou relevant de la commune de Haizer et 283 à Chaâbet Brahem, un vil- lage de la commune de Thagh- zout. Ces trois opérations se sont déroulées en présence des autori-

tés locales, des présidents d’APC et des habitants des villages concernés qui n’ont pas manqué, à cette occasion, d’exprimer leur joie et leur satisfaction. Au chef-lieu de la wi- laya, M. Faouatih a procédé, d’autre part, à l’ins- pection d’un projet de déplacement sur la périphérie de la ville d’une ligne électrique de moyenne tension (MT) d’une puissance totale de 30 KV. Cette ligne sera dégagée du tissu urbain afin de permettre de poursuivre les travaux de réalisation d’un nouveau pôle universitaire en construction, a expliqué M. Boukhalfa Abdel- madjid, chef de division et travaux au sein de la

Abdel- madjid, chef de division et travaux au sein de la direction de distribution d’électricité et

direction de distribution d’électricité et du gaz de la wilaya. Le taux d’avancement des travaux a déjà atteint 80%, puisqu’une partie de cette ligne électrique traversant la ville a été déplacée, a-t-il expliqué. "Il ne nous reste que la seconde partie qui traverse le nouveau pôle universitaire en construction et qui sera déplacée sur une lon- gueur de quatre kilomètres à la forêt d’El- Riche", a-t-il précisé. "Le travail pour le déplacement de cette seconde partie a débuté au- jourd’hui (jeudi, ndlr)", a fait savoir M. Bou- khalfa.

Brèves de Tizi Ouzou

FEUX DE FORÊT

3.500 arbres fruitiers ravagés

554 interventions, soit une moyenne de 55 in- terventions par jour, ont été effectuées par les différentes unités de la Protection civile de la wilaya de Tizi Ouzou durant les dix premiers jours du Ramadhan, apprend-on de la cellule de communication de la Protection civile. Ces interventions effectuées à travers les diffé- rentes localités consistent en des évacuations de malades et de blessés vers les hôpitaux, ex- tinctions de feux et autres opérations de se- cours de citoyens en difficultés. Concernant les accidents de la route, la Protection civile de Tizi Ouzou a enregistré, durant la même période, 38 accidents ayant causé 62 blessés à des degrés divers et un décès, apprend-on de même source. Les mêmes services ont recensé durant cette même période pas moins de 52 incendies à travers plusieurs localités de la wi- laya ayant touché pas moins de 319 ha de cou- verts végétaux et un hectare de blé sur pied, précise-t-on de même source. Ces incendies ont ravagé, outre des superficies importantes de chêne-liège, de forêts, de broussailles, pas moins de 3.500 arbres fruitiers, principalement des oliviers et des figuiers, a par ailleurs ajouté notre source.

CÉRÉALICULTURE

Une production prévisionnelle de 132.000 quintaux

La Direction des services agricoles de la wi- laya de Tizi Ouzou (DSA) projette, pour cette saison de récolte, une production céréalière de plus de 132.000 quintaux sur une superficie de plus de cinq mille hectares, selon les prévi- sions de cette direction. Jusqu’à mardi dernier, pas moins de 114.723 quintaux de céréales ont été déjà récoltés par les agriculteurs de la wi- laya, ce qui démontre l’essor qu’a connu la cé- réaliculture dans plusieurs régions de la wilaya de Tizi Ouzou, notamment à Draâ El- Mizan, et ce grâce aux contrats de perfor- mances mis en œuvre depuis quelques années par le ministère de l’Agriculture. Contraire- ment à la céréaliculture qui a enregistré une importante récolte, la direction des services agricoles de Tizi Ouzou a enregistré une pro- duction des plus médiocres dans la filière de l’oléiculture. En effet, la production pour cette saison a été de l’ordre de seulement 179.000 quintaux d’olive, soit près de cinq fois moins que la récolte de la saison précé- dente qui était de l’ordre de 872.000 quintaux. Cette forte baisse de production due à plu- sieurs facteurs, notamment le non-entretien des oliveraies, les changements climatiques…, s’est répercutée sur le prix de l’huile d’olive, un aliment fortement prisé par la population pour ses effets thérapeutiques, notamment, qui est négocié actuellement entre 650 à 700 di- nars le litre.

UNIVERSITÉ

8.597 nouveaux inscrits

8.597 nouveaux bacheliers ont été inscrits à l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou (UMMTO) à la clôture, lundi der- nier, de l’opération des inscriptions qui s’est déroulée dans de très bonnes conditions, selon le vice-recteur chargé de la formation supérieure en graduation. Selon ce dernier, 55% des nouveaux inscrits ont été orientés selon leur premier choix, 88% entre le 1 er et 5 e choix et 2.57% seulement n’ont pas été orientés selon leur propre choix. La filière technologie est la plus demandée par les nouveaux inscrits avec un nombre de 1.565 étudiants, a indiqué le vice-recteur. Pour ac- cueillir ce nombre important, il a été décidé d’exploiter au maximum le nouveau pôle universitaire de Tamda, dès lors que le cam- pus universitaire Hasnaoua ne peut à lui seul satisfaire cette forte demande. Concer- nant l’hébergement, une source de la direc- tion des œuvres universitaires Hasnaoua nous a assuré que le problème ne se poserait pas, grâce notamment à la réception de nou- veaux lits au niveau de ce même nouveau pôle universitaire, appelé à se transformer en une deuxième université de Tizi Ouzou vu le nombre d’étudiants qui y sont scolari- sés et hébergés.

Monde

EL MOUDJAHID

11

M onde EL MOUDJAHID 11 AU MOINS 21.053 PERSONNES ONT PÉRI DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT
M onde EL MOUDJAHID 11 AU MOINS 21.053 PERSONNES ONT PÉRI DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT
M onde EL MOUDJAHID 11 AU MOINS 21.053 PERSONNES ONT PÉRI DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT

AU MOINS 21.053 PERSONNES ONT PÉRI DEPUIS LE DÉBUT DU CONFLIT

Où va la Syrie ?

La Syrie compte ses morts dont la liste s’allonge de plus en plus au fil des mois. Plus de quatre mille personnes ont été tuées en juillet dernier, le mois le plus sanglant depuis le début de la révolte en Syrie en mars 2011, a affirmé samedi Rami Abdel Rahmane, chef de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

A u total, depuis le début du conflit au mois de mars 2011, au moins 21.053 personnes ont péri dont 14.710 civils

sans armes ou armés, 5.363 soldats et 980 dé- serteurs. Et le pire est qu’aucun indice n’au- gure d’un arrêt immédiat de cette effusion de sang qui endeuille le pays qui semble s’ache- miner vers le chaos. Le conflit qui oppose l’armée régulière à l’armée libre ne cesse de monter en violence. Les combats livrés à Damas et Alep, les deux principales villes du pays, en sont la preuve. Il est impossible d'avoir un bilan de source indépendante de- puis que l'ONU a cessé de comptabiliser les victimes. La démission de Koffi Annan qui a fini par jeter l’éponge illustre à juste titre cette incapacité à trouver une sortie de crise poli- tique à un conflit dont nul n’aurait pu prédire à son déclenchement qu’il allait prendre la tournure qui est la sienne près de 17 mois après. Vendredi, l'Assemblée générale des Na- tions unies a adopté une résolution, non contraignante, appelant à la fin des violences en Syrie, et critiquant l'incapacité du Conseil de sécurité à résoudre la crise dans ce pays. Mais à coup sur, elle ne fera pas avancer, pas plus que toutes les démarches initiées à ce jour, la recherche d’une solution permettant le règlement définitif du conflit. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé les puissances mondiales à dépasser leurs «riva- lités» et à trouver un «terrain d'entente» en vue d'œuvrer à mettre fin aux violences en Syrie. Mais le SG de l’ONU sait mieux que quiconque que son appel risque d’être lettre morte pour la simple raison que les enjeux du conflit syrien sont tels que les puissances mondiales feront la sourde oreille. L'ancien envoyé spécial de la Ligue arabe et des Na- tions unies en Syrie, Kofi Annan, qui a dé- missionné de son poste, a clairement expliqué que sa décision était motivée par le fait qu’il n’a pas reçu «tous les soutiens» nécessaires pour le bon déroulement de sa mission. Pour- tant, que cela soit les protagonistes ou leurs alliés, tous s’accordent à reconnaître que la poursuite du conflit syrien et le «développe-

que la poursuite du conflit syrien et le «développe- ment dangereux» de la situation, puisque les

ment dangereux» de la situation, puisque les violences et les combats entre forces du ré- gime syrien et rebelles se poursuivent tou- jours, ne peuvent que susciter des inquiétudes et augmenter la souffrance de la population syrienne. La décision de fournir des armes aux rebelles syriens n’est pas faite pour arran- ger les choses. Elle aura «des conséquences très graves dans la région», a prévenu hier le ministre ira- nien de la Défense, Ahmad Vahidi. «La région ferait alors face à une crise majeure», a-t-il

encore dit. Dès lors la question qui se pose est celle de savoir si le sort en est jeté et qu’il ne soit plus possible d’envisager une solution po- litique au conflit syrien tant il est vrai que les revendications des uns et des autres semblent inconciliables. Ainsi alors que le départ du président Ba- char al-Assad n’est pas considéré comme un préalable indispensable au règlement de la crise dans le pays, voire même qu’il n’est pas souhaitable car en cas de démission, il n’y au- rait pas un vis-à-vis avec lequel le dialogue sera mené, l’opposition appuyée par les Etats- Unis, insiste sur le départ du président syrien. Dès lors la question qui se pose est celle de savoir si la Syrie ne risque pas de vivre sur son sol un remake du scénario libyen. Ce qui est sûr, c’est que les Occidentaux ne s’embarrassent pas de scrupules lorsqu’il s’agit de défendre leurs intérêts dans une ré- gion du monde, et que le peuple syrien en fasse les frais n’est pas pour peser sur les consciences. Il ne sera qu’une victime colla- térale de plus.

N. Kerraz

INONDATIONS EN CORÉE DU NORD

169 morts et 400 disparus

Au moins 169 personnes ont péri et 400 autres sont portées disparues en Corée du Nord à la suite des inondations et des fortes pluies qui ont affecté récemment le pays, selon un nouveau bilan publié hier par l'agence de presse KCNA. Les inondations et les fortes pluies ont également fait 212.200

sans-abri entre fin juin et fin juillet et ont em- porté 65.280 hectares de terres cultivées, a indiqué la même source. De plus, plus de 8.600 habitations ont été détruites, 43.770 autres ont été submergées, et plus de 1.400 bâtiments - écoles, hôpitaux, usines - se sont effondrés, a précisé l'agence.

ACCORD SUR LE PÉTROLE ENTRE LES DEUX SOUDANS

“Raisonnable»

selon Khartoum

L e Soudan et le Soudan du Sud ont conclu un accord «raison- nable» sur le pétrole, et d'autres

différends devraient être réglés, a-t-on appris hier auprès de responsables soudanais. Ces déclarations interviennent quelques heures après l'annonce à Addis-Abeba par le médiateur de l'Union africaine (UA) Thabo Mbeki de la conclusion d'un accord entre Khartoum et Juba sur le partage de la manne pétrolière du Soudan d'avant la partition. «Nous avons conclu un accord final avec le Soudan du Sud sur le transit du pétrole, et nous comptons régler d'autres dossiers en négocia- tion», a déclaré le sous-secrétaire au ministère du Pétrole, Awad Abdul Fatah, cité par l'agence officielle Suna. Mutrif Siddiq, un membre de la dé- légation aux pourparlers d'Addis- Abeba, a indiqué que l'accord était «raisonnable» même s'il ne corres- pond pas aux attentes des deux parties. Suna n'a donné aucun détail sur le contenu de l'accord. Juba a hérité à son indépendance en juillet 2011 des trois quarts des ressources pétrolières du Soudan d'avant partition mais reste entièrement tributaire des oléoducs du Nord pour exporter. Faute d'accord sur la redevance à payer par Juba à Khartoum sur le pé- trole qui transite par le territoire sou- danais, le Nord avait décidé de se payer en nature en prélevant du brut à son passage. Furieux, le Sud avait alors stoppé sa production. Cet arrêt de la production a privé le jeune Etat de 98% de ses ressources et entraîné une forte poussée de l'in- flation, tout en aggravant la situation économique déjà difficile de son voi- sin. Lors d'une visite à Juba vendredi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton avait exhorté les deux voisins à faire des compromis pour régler les différends jamais réglés depuis un an, et qui les ont conduits au bord de la guerre au printemps. Les pourparlers d'Addis-Abeba sous l'égide de l'UA piétinaient jusque là à tel point que Juba et Khartoum avaient dû laisser passer, sans accord, la date butoir du 2 août que leur avait donnée, sous peine de sanctions, le Conseil de sécurité de l'ONU pour ré- gler leurs différends.

IRAN

Incendie dans la principale centrale pétrochimique

U ne personne a péri et 15 autres ont été blessées à la suite d'un incendie qui s'est déclenché dans la principale cen-

trale pétrochimique d'Iran, ont rapporté hier des médias locaux. Le feu s'est déclenché vendredi dans le complexe pétrochimique de Bandar Imam, à Mahshahr (sud), à cause d'une fuite de gaz dans une conduite d'alimen- tation, a précisé l'agence de presse Shana liée au ministère du Pétrole iranien. «Malheureu- sement, une personne a péri dans cet acci- dent», a affirmé Qodratollah Nasiri, chef de la sécurité de la Compagnie nationale de pé-

trochimie, cité par l'agence. L'incendie est désormais éteint, a-t-il dit, ajoutant que «les unités de traitement de la centrale n'ont pas

mais certaines sont à

été endommagées ( l'arrêt».

)

LIBYE

Un blessé dans l'explosion d'une voiture piégée à Tripoli

Un attentat à la voiture piégée qui s'est produit à proximité des bureaux de la police militaire hier, a fait un blessé, selon un haut res- ponsable de la sécurité libyenne. L'explosion a légèrement blessé un

homme de nationalité tunisienne, a indiqué cette source, sans plus de précisions sur l'origine de l'attaque. Une série d'attaques ont eu lieu ces derniers jours en Libye, la plupart dans l'est du pays.

ADHÉSION DE LA PALESTINE À L’ONU

Soutien des membres du mouvement des non-alignés

Le ministre palestinien des Af- faires étrangères Riad al-Malik a annoncé vendredi que des pays membres du Mouvement des

non- alignés (MNA) annonceront leur soutien à la candidature de la Pales- tine à l'Organisation des Nations unies. Une déclaration sera publiée lors de la réunion dimanche des mi- nistres des Affaires étrangères des pays membres du Mouvement des non-alignés dans la ville de Ramal-

lah en Cisjordanie, pour préparer le Sommet du MNA qui se tiendra plus tard en Iran, a précisé M. al- Maliki. «Cette réunion sera un évé- nement historique puisque c'est la première du genre à se tenir à Ra- mallah", a-t-il dit. Le président pa- lestinien Mahmoud Abbas partici- pera au sommet en Iran. Il s'agira de la première visite de M. Abbas en Iran.

KENYA

Hillary Clinton appelle à une présidentielle «transparente» en 2013

L secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, en visite

Nairobi, a appelé hier les autorités kenyanes à orga-

a

à

niser une élection présidentielle «libre, juste et trans-

parente» en 2013. «Les Etats-Unis ont promis d'aider le gouvernement du Kenya à faire en sorte que les élections à venir seront libres, justes et transparentes», a déclaré la res- ponsable américaine après avoir rencontré le président ké-

nyan Mwai Kibaki et avant de voir le Premier ministre Raila Odinga. Pour la secrétaire d'Etat, la tenue d'élections libres serait «le cadeau que les Kényans s'étaient fait à eux-mêmes en adoptant une nouvelle Constitution». Approuvée par référendum en août 2010, cette nouvelle Constitution est censée renforcer la démocratie dans les ins- titutions et engager une réforme foncière cruciale, pour sym- boliquement tourner la page des violences postélectorales de 2007-2008. Mme Clinton est arrivée hier matin dans la capi- tale kényane Nairobi, quatrième étape de sa tournée africaine qui l'a auparavant conduite au Sénégal, en Ouganda et au Soudan du Sud.

Culture

EL MOUDJAHID

15

C ulture EL MOUDJAHID 15 SOIRÉE AU THÉÂTRE DE VERDURE Raina Rai, toujours bon pied, bon
C ulture EL MOUDJAHID 15 SOIRÉE AU THÉÂTRE DE VERDURE Raina Rai, toujours bon pied, bon
C ulture EL MOUDJAHID 15 SOIRÉE AU THÉÂTRE DE VERDURE Raina Rai, toujours bon pied, bon

SOIRÉE AU THÉÂTRE DE VERDURE

Raina Rai, toujours bon pied, bon œil

Raina Rai, la formation originaire de Sidi Bel Abbès, fut à la hauteur de sa réputation, de son prestige. Le groupe n’a pas dérogé à la règle. Il a ravi l’assistance du Théâtre de verdure du complexe Laadi-Flici. Il a étalé une classe et un brio incontestables.

L e programme « Layali Mez- ghena » concocté par l’éta- blissement « Arts et

Culture », se poursuit avec un pla- teau artistique et musical copieuse- ment garni avec des artistes issus des quatre coins du territoire natio- nal. Pour ces nuits de Ramadhan, l’ambition est de faire le tour de l’Algérie en proposant au public un panorama du patrimoine lyrique et musical. Avant-hier, dans la soirée, ce fut le tour de l’Ouest profond d’être mis en valeur avec l’entrée en scène du mythique groupe Raina Rai, pionnier de la musique raï, qui garde intacte son aura au- près du public. C’est toujours un plaisir énorme de le voir évoluer sur scène. Raina Rai, la formation origi- naire de Sidi Bel Abbès, fut à la hauteur de sa réputation, de son prestige. Le groupe n’a pas dérogé à la règle. Il a ravi l’assistance du Théâtre de verdure du complexe Laadi-Flici. Il a étalé une classe et un brio incontestables. C’était loin d’être une surprise. D’abord un mot succinct sur Raina Rai. Le groupe qui s’est frayé son chemin en glanant un succès et une audience pendant trois décennies avec des mor- ceaux entraînants, mêlant accords raï traditionnel, gnawi et rock, a su trouver ses fans par centaines qui étaient conquis dès les premiers tubes. Il a d'ailleurs influencé d'au- tres groupes et reste à ce jour in- contournable. La disparition de Rezkellah Djilali, dit Djilali Raina Rai, le leader emblématique du groupe phare des années 1980 en Algérie, l’a, certes, beaucoup af-

fecté. Mais la vie continue. Le groupe a été créé en décem- bre 1980 à Paris, lancé par des an- ciens chanteurs des groupes les

Ph : Tahar.R.
Ph : Tahar.R.

Aigles noirs et Les Basiles, sous l’impulsion d’un musicien de Sidi Bel-Abbès établi en France, en l’occurrence Tarik Chikhi. Le groupe fait son apparition à l'occasion d'un concert de soutien à la première radio de l'immigra- tion «Radio Soleil». Ses membres fondateurs sont :

Tarik Naimi Chikhi, Kaddour Bouchentouf, l’inamovible Lotfi Attar et Hachemi Djellouli. Comme diraient les Anglo-saxons, « A star is born ». On ne le répétera jamais assez. Le son de Raïna Raï est reconnais- sable parmi mille autres grâce aux riffs du guitariste attitré Lotfi Attar. Ils reprennent à leur sauce les an- ciennes chansons composées des Aigles noirs et d’autres encore comme « Ya Zina Diri Latay » du chanteur Kada Ziri, et « H’mama » du légendaire Blaoui El Houari. Les membres de Raïna Raï in- terrompent leur carrière en 1992

avant de refaire surface et se refor- ment en 2001 pour donner nais- sance à l'album « Datni ». Certains ont quitté le groupe, laissant la place à de nouvelles recrues qui ont apporté un nouveau souffle sous la houlette de l'excellent guitariste Lotfi Attar. Raïna Raï reste encore une légende vivante qui influence pas mal d'artistes et groupes tels que l'Orchestre national de Barbès et Gnawa Diffusion. En 2011, nostalgiques des grandes scènes et de l'agitation des foules, les Raina Raï se réunissent de nouveau pour le meilleur et pour le pire. Les membres de la troupe se concertent au sujet de ce qu'ils ont qualifié de grand événe- ment, le retour des Raina Raï. Le retour a été entamé de la même manière qu'ils ont commencé le début de leur carrière, c'est-à-dire à partir de la capitale de Sidi Bel Abbès. Au Théâtre de verdure, ce fut de joyeuses retrouvailles avec

un public enthousiaste qui réserva au groupe une belle ovation. Le ton est donné et Raina Rai affectionne particulièrement la fusion avec le public. Kadda Zina, toujours aussi svelte et enjoué et qui est, disons- le, un des chanteurs le plus en vue de la formation, se chargea de gal- vaniser la foule avec sa voix chaude et typiquement rai. Il inter-

préta, à la grande joie du public et des mélomanes, de grands tubes de ce groupe. Ce fut successivement,

« Ya Zina », « Till Tailla », « Lalla Fatima », « Khalouni Nabki »,

« Ma S’ralna », « Rani M’hayer »,

« Hagda », « Mimouna », « Az-

ghayda Diri Latay » et autres stan- dards non moins célèbres qui ont fait la gloire de Raina Rai. On est comme saisi de nostalgie à enten- dre ou à réécouter toutes ces chan- sons superbes qui ont insuffler en leur temps, une bouffée d’oxygène roborative à un paysage musical qui était sevré de produits musi-

caux assez forts pour tailler des croupières à la routine. La bombe Raina Rai a explosé, faite de mu- sique et de son ancestraux du pays profond, dans un ciel accablant de conformisme, de plate servitude aux vieux réflexes du passé. Il ne faut pas l’oublier. La galaxie Rai leur doit beaucoup. Et ce n’est que justice. Mais Raina Rai ne vit pas des neiges d’antan. Il ne connaît pas encore son chant du cygne. Loin de

là. Il a su démontrer encore et pour longtemps, qu’«il en a dans le sou- lier». Autrement dit, il faudra compter sur lui pour tenir la dragée haute à ceux qui, indûment, l’ont enterré un peu trop vite. Il retira de son escarcelle de nouveaux titres qui, à coup sûr, vont étoffer leur palmarès. Ce fut entre autres, « Chômage », « Visa »

« Ayka’rou », « Telfatli », « Ni-

chane », des chansons portant l’es- tampille et le label Raina Rai. Il y eut des instants émouvants comme par exemple, l’interpréta- tion de la chanson-hommage inti- tulée « Ma S’ralna » qui fit planer dans l’assistance une sorte de pen- sée au grand chanteur Djillali Rez-

kallah, disparu en 2010. Cet artiste

a été de tous les coups avec ce

groupe. Il sera difficilement remplacé

car son parcours est intimement lié

à la grande aventure de ce groupe.

La vie continue comme on l’a dit,

et Raina Rai se régénère avec deux

nouveaux albums, des sons typi- quement du cru et des projets plein

la tête. C’est tout le mal qu’on leur

souhaite. Le public quant à lui, ne s’y est pas trompé. Il garde pour Raina Rai une fidélité presque fi- liale. Et c’est tant mieux. M. Bouraib

SABER EREBAI (TUNISIE) AU FESTIVAL DE DJEMILA “Nous ne t’oublierons jamais, Warda !” A u
SABER EREBAI (TUNISIE) AU FESTIVAL DE DJEMILA
“Nous ne t’oublierons jamais, Warda !”
A u soir du neuvième rendre-vous du
festival arabe de Djemila, le lauréat
du prix du meilleur chanteur Arabe
à Beyrouth en 2004, prix de la meilleure
œuvre culturelle en Tunisie en 2003 et prix
du microphone au Caire est resté égal à lui-
même. Sans faire la moindre exception à la
règle Saber Erebai, l’enfant de Sfax à su
une fois encore se hisser à la dimension de
ce grand chanteur du Tarab el Arabi, ova-
tionné mille et une fois alors qu’il animait
seul cette 9eme soirée de la 8eme édition du
festival de Djemila qui se déroule excep-
tionnellement cette année et pour des rai-
sons pratiques au cœur de ce temple du foot
qu’est le stade Md Guessab de Sétif .
« C’est un grand et il restera grand, tout
à l’honneur de la chanson arabe », dira un
de ses adeptes ,venu plus d’une fois appré-
cier Saber qui a drainé une fois encore la
grande foule sur un terrain de football
pourtant qui semblait être devenu subite-
ment trop exigu pour contenir cette af-
fluence qui a chanté, dansé et ovationné
plus d’une fois, celui qui revenait pour la
5eme fois à ce festival dont il fut aussi la
grande vedette à laquelle revenait par deux
fois le privilège de clôturer cette imposante
rencontre qui se déroulait alors au cœur de
ce merveilleux site romain de Cuicul,que
Saber à tant aimé.
En cette avant dernière soirée donc, la
grande vedette tunisienne aura su allier
dans un merveilleux bouquet l’émotion
forte à la joie et au rythme fou de ses succès
qui firent vibrer l’esplanade, toujours heu-
reux dira t’il de revenir en Algérie et de
partager les joies de ce peuple : « C’est en-
core une fois un grand honneur de revenir
et participer au festival de Djemila, de ren-
contrer les enfants de Sétif que j’ai aussi ap-
pris à connaitre et surtout d’être présent en
Algérie au moment ou ce peuple célèbre le
cinquantenaire de son indépendance. Je
voudrais alors que nous célébrions ensem-
ble ce soir ce grand événement, que nous
chantions et que nous dansions à ne plus en
finir »
Ces premières paroles et ces sentiments
, Saber saura fortement les illustrer aussi à
travers ce vibrant hommage qu’il rendra à
Warda el Djazairia qu’il chantera à sa
façon ce soir, en interprétant pour la pre-
mière fois une nouvelle chanson .
“Nous gardons encore dans nos mé-
moires, ce dernier souvenir d’un anniver-
saire que warda fêtait à Timgad au moment
ou Saber et Assala, alors sur la scène lui ré-
servèrent une surprise extraordinaire. Je
voudrais en guise de respect et de recon-
naissance pour cette grande dame auprés
de laquelle nous avons tant appris, lui ren-
dre hommage et lui dédier cette chanson
que j’interprète pour la première fois ici en
Algérie. C’était une chanson que nous de-
vions interpréter en duo, mais que voulez
vous …J’ai du donc apporter quelques ar-
rangements, quelques changements au ni-
veau des paroles et j’ai tenu donc à la
chanter. Le texte est de Hani Abdelkarim,
parolier Egyptien et les compositions sont
les miennes”
“Toute ma vie j’ai adoré ta voix
Warda…A jamais, ni aujourd’hui ni de-
main nous ne t’oublierons warda , Il ya
ceux qui meurent et il y a ceux qui meurent
et qui vivent , tu es de ceux là Warda, nous
ne t’oublierons jamais Warda ,tes yeux
noirs sont une histoire avec le temps , sache
Warda que nous vivons la plus pénible des
séparations : quelques paroles récoltées au
gré des notes et de la voix de Saber Eribai
qui chantait avec le cœur.”
Moment émouvant à vous couper le
souffle en effet avant que Saber qui sait que
la vie ne s’arrête pas là, ne décide de nous
entrainer sur le terrain d’un beau réper-
toire tunisien et Algérien, ancrant de nou-
veau la joie dans les cœurs et faisant vibrer
comme à son habitude ce nombreux public.
Il interprétera quelques morceaux de
son nouvel album qui est sur le marché de-
puis 7 mois mais répondra à son public
pour chanterl es indémodables succés qui
ont fait sa renommée à l’instar de « Eta-
hada el Alem », « Bi bassata » « Achek Ma-
ghroum » ou « Laou taaraf » qui ont fait
basculer plus d’un dans de lointains souve-
nirs, tous ces souvenirs de « Ajmal Nissa fi
Dounia » ou « Izet Nefsi » que le chanteur
n’a pas interprété ce soir mais qui ont valu
à Saber sa gloire , notamment dans les pays
arabes.
Le spectacle fut tellement beau que
Saber Eribai décida de l’achever par un
hommage au regretté Guerouabi dans son
éternel succès « El Barah » et à Rabah De-
riassa avec « Nedjma Gotbia » et « Gou-
loulha el moumaridha » avant de secouer
son public en interprétant « Barcha Bar-
cha » et son inoubliable « Sidi Mansour ».
« Puisse Dieu faire que nous nous re-
trouvions toujours dans les moments fastes
de l’Algérie ».
Il est 1 heure 45, C’est sur ces belles pa-
roles que Saber Eribai dira au revoir à ce
public que lui seul et les grandes stars de
son rang savent drainer. F. Z.

16 EL MOUDJAHID

COLONIES DE VACANCES

Le programme adapté au mois sacré

Le programme des activités des colonies de vacances organisées au profit des enfants démunis résidant dans les wilayas du Sud a été adapté au moi sacré du Ramadhan, a indiqué vendredi une responsable du ministère de la Jeunesse et des Sports.

L a sous-directrice de la promotion touristique au ministère, M me Zina

Azzoug a précisé dans une déclaration à l'APS que des activités culturelles, intellectuelles et même sportives sont au programme des soirées des colonies de vacances alors que la matinée a été réservée à l'organisation de plusieurs ateliers, totalement celui dédié à la découverte et à la préservation de l'environnement. Près de 8.000 enfants bénéficient des deux sessions coïncidant avec le mois de Ramadhan (15 jours chacune), a souligné M me Azzoug ajoutant que le programme spécial mois de ramadhan a été favorablement accueilli par les encadreurs et les enfants qui passent leurs vacances dans une ambiance familiale en ce mois sacré. Dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l'indépendance et de la jeunesse, le programme comporte également des visites au profit des enfants aux musées et lieux des grandes batailles de l'histoire de la révolution, a indiqué la même responsable. Pour sa part, le chef de département organisation et développement à l'Agence

département organisation et développement à l'Agence nationale de loisirs des jeunes, M. Ibrahim Djellouli a

nationale de loisirs des jeunes, M. Ibrahim Djellouli a indiqué que la préparation des colonies de vacances "a débuté depuis le début de l'année par la préparation des groupes d'encadrement et d'animation. M. Djellouli a évoqué dans ce sens le séminaire organisé en mai dernier à Zeralda

(Ouest de la capitale) avec la

participation de 980 encadreurs et

au cours duquel le programme des

activités des colonies de vacances

a été élaboré dans le cadre du

cinquantenaire de l'indépendance et du mois de Ramadhan. Le programme des colonies de vacances tracé par le ministère de

RAMADHAN À BLIDA

la Jeunesse et des Sports en coordination avec l'Agence

nationale des loisirs de jeunes s'étalera du 16 juin au 7 septembre

et englobe 5 sessions au profit de 40.000 enfants et de jeunes de 26 wilayas du pays sachant que la priorité est donnée aux enfants du Sud et des Hauts-Plateaux.

La ville des Roses s’anime

L a ville de Blida connaît, en ces soirées de Ramadhan une animation fébrile qui s’empare de ses rues et de ses quartiers

jusqu’à une heure tardive de la nuit. Sitôt le jeune rompu, les Blidéens s’empressent de sortir pour prendre un bol d’air frais en déambulant à travers les rues, histoire également de se relaxer et d’évacuer le stress accumulé durant la journée. Les lieux du culte ne désemplissent pas de fidèles qui y viennent pour accomplir la prière surérogatoire (Tarawih) et écouter la psalmodie du Coran, dans une ambiance toute de piété et de ferveur. Les cafés, salons de thé et autres créme- ries, sont autant d’autres endroits également sol- licités par une catégorie de gens qui s’y rendent

pour déguster des rafraîchissements, siroter un thé, prendre des boissons fraîches pour réhydra- ter le corps après son desséchement par une longue journée de jeune, et ce tout en devisant de tout et de rien. Pour agrémenter l’accueil de leur clientèle, ces établissements ont équipé leurs salles inté- rieures de climatiseurs pour en rafraîchir l’atmo- sphère. Des tables sont également mises à la dis- position des adeptes du plein air sur les véran- das, courettes et autres terrasses, espaces de pré- dilection pour de longues discussions entre intimes, abordant divers sujets, y compris l’évé- nement sportif mondial phare que sont les jeux olympiques de Londres.

ET À ADRAR

En ces longues soirées du Ramadhan, les jeunes amateurs du jeu de dominos s’adonnent à d’interminables parties, tout en dégustant des friandises et en sirotant des rafraîchissements, comme il est loisible de le constater à travers les rues de la ville. Les familles, elles, ont fait de ce mois d’abstinence un moment idéal pour l’échange de visites et l’organisation de soirées conviviales, toutes indiquées pour resserrer les liens entre proches, quelque peu ignorés le reste de l’année. D’ailleurs, certaines ont choisi, déli- bérément, ces soirées pour célébrer la réussite de leur progéniture aux examens scolaires, pour en faire des moments de joie auxquels sont associés de nombreux proches et convives.

Perpétuer les vieilles traditions du patrimoine local

L es soirées du Ramadhan à Adrar se caractérisent par le ravive- ment des traditions de la région

qui reflètent l'authenticité du patrimoi- ne social, culturel et cultuel des habi- tants du Grand sud que d'aucuns enten- dent transmettre à la postérité. Mois de ferveur, de dévotion et de piété, le Ramadhan est également une aubaine pour les habitants d'Adrar de revivifier des traditions locales plus que sécu- laires à l’occasion du premier jeûne d’un enfant. Très attachée aux valeurs et tradi- tions sociales, la famille adrarie accor- de une importance particulière au pre- mier jeûne des enfants, en immolant généralement en son honneur un mou- ton, pour marquer l'événement dans un climat festif autour des membres de la famille. Le nouveau petit jeûneur est entouré à cette occasion de soins et attentions de la part des membres de sa famille qui l’invitent à tour de rôle à partager leur repas de rupture de jeûne. Ce mois sacré est également une opportunité pour de nombreux céliba- taires pour s’engager sur la voie du mariage, en organisant leurs fiançailles à l’occasion de la célébration de Leilat El-Qadr (Nuit du destin, 27ème jour du mois de Ramadhan). Les familles à Adrar perpétuent, lors de ce mois

sacré, bon nombre de traditions culi- naires locales qui les replongent, une fois l'an, dans l'histoire plus que sécu- laire de la région. Les femmes au foyer s’appliquent à préparer les différents mets prisés en ce mois sacré, en parti- culier "Lahssa", une soupe soigneuse- ment préparée à base de farine de mil et de viande séchée, agrémentée et relevée d’épices, dont seules les femmes Adraries connaissent les finesses du goût. D’autre part, les mosquées ne désemplissent pas de fidèles qui se consacrent après la rupture du jeûne à la récitation des versets du Coran et à l’accomplissement des prières de Taraouih (surérogatoires). Dans ce cadre, la Direction des Affaires reli- gieuses a élaboré, en collaboration avec les associations de mosquées, un programme visant à expliquer la por- tée de ce mois sacré et à sensibiliser les fidèles sur les maux sociaux et autres comportements néfastes tels que la surconsommation et le gaspilla- ge. Les soirées de Ramadhan à Adrar sont également des moments de ren- contres conviviales autour d’un thé avec les proches et les amis, question d'oublier un peu les chaleurs canicu- laires qui sévissent actuellement dans la région.

canicu- laires qui sévissent actuellement dans la région. S ociété MAGASINS ANIMALIERS Un business flo Selon

Société

MAGASINS ANIMALIERS

Un business flo

Selon certaines études, le simple fait d' de compagnie réduit de manière forte l'usa psychotropes et diminue de 50% les dé Ces compagnons permettraient de trave plus sereine un bon nombre de diffic

permettraient de trave plus sereine un bon nombre de diffic A voir un animal, ça fait

A voir un animal, ça

fait du bien, c’est

certain. Selon les

spécialistes, les chiens, les chats ou les poissons rouges chassent le stress et consolide la santé. Les bêtes, petites ou grosses, peuvent, en effet, servir de thérapie dans nombre de troubles psycholo- giques. Voilà des motifs qui poussent certaines personnes à posséder un animal de compagnie. Pour répondre à ce besoin, des magasins spé- cialisés dans la vente de

ces animaux existent. En Algérie, leur nombre s’accroît de plus en plus même si la qualité fait parfois défaut. Autrefois fréquentés par une certai-

ne classe de la société, ces commerces qui sont en train de s’installer un peu partout sont devenus le refuge de plusieurs per- sonnes amis des animaux. Implanté dans une petite ruelle menant vers le centre commercial d’El Qods à Cheraga, un espa- ce dédié à la vente d’ani- maux domestiques et leur nourriture a été créé par un jeune amateur qui pro- pose une panoplie d’es- pèces et de races anima- lières telles que les chiens, les chats, les ham- sters et différents genres d’oiseau et poissons. Pour ce jeune proprié- taire, ces endroits qui connaissent ces dernières années un boom par rap-

Le chien : meilleur ami d

Les chiens font partie de la famille des canidés, où figurent égale- ment les loups et les chacals. L'ancêtre du chien, le loup, était déjà domesti- qué il y a 25.000 ans par l'homme du Cro-Magnon. On dénombre aujourd’hui plus de 400 millions de chiens dans le monde. Le chien est un animal de compa- gnie, un être atta- chant qui apporte réconfort et sécuri-

té. Il peut être pour l’homme d’une aide précieuse : le saint- bernard et le berger allemand, par exemple, sont très utiles pour retrouver des personnes ense- velies lors d’une avalanche ou d’un tremblement de terre. D'autres chiens sont entraî- nés pour détecter des produits stupé-

fiants (drogues

),

sans oublier les chiens dressés pour guider les aveugles. K. H.

Dimanche 5 Août 201

Société

S ANIMALIERS EN ALGÉRIE

siness florissant

es études, le simple fait d'avoir un animal duit de manière forte l'usage de médicaments et diminue de 50% les dépenses de santé. ons permettraient de traverser de manière e un bon nombre de difficultés de la vie.

de manière e un bon nombre de difficultés de la vie . ça e st es

ça

est

es

s,

ns

ss

es

es,

vir

re

o-

ifs

es

un

ce

é-

de

En

re

us

ait

is

ai-

ne classe de la société, ces commerces qui sont en train de s’installer un peu partout sont devenus le refuge de plusieurs per- sonnes amis des animaux. Implanté dans une petite ruelle menant vers le centre commercial d’El Qods à Cheraga, un espa-

port aux années précé- dentes, accueillent chaque jour une bonne dizaine de personnes. Le prix des animaux proposés à la vente diffè- re d’une espèce à une autre. A titre d’exemple, le perroquet à 3.000 dinars, les poissons

ce dédié à la vente d’ani-

varient entre 200 et 1.000

maux domestiques et leur nourriture a été créé par un jeune amateur qui pro- pose une panoplie d’es- pèces et de races anima-

dinars, les canaris de race à partir de 4.000 dinars… Pour ce qui est de l’alimentation de ces ani- maux, le commerçant

lières telles que les chiens, les chats, les ham- sters et différents genres d’oiseau et poissons. Pour ce jeune proprié- taire, ces endroits qui connaissent ces dernières

offre un bon nombre de choix dont le prix oscille entre 2.500 et 3.000 dinars algériens le sac de 25 kilogrammes, au bon- heur des chiens et des chats.

années un boom par rap-

Kamelia H.

: meilleur ami de l'homme

té. Il peut être pour l’homme d’une aide précieuse : le saint- bernard et le berger allemand, par exemple, sont très utiles pour retrouver des personnes ense- velies lors d’une avalanche ou d’un tremblement de terre. D'autres chiens sont entraî- nés pour détecter des produits stupé- fiants (drogues ), sans oublier les chiens dressés pour guider les aveugles. K. H.

oublier les chiens dressés pour guider les aveugles. K. H. Dimanche 5 Août 2012 EL MOUDJAHID

Dimanche 5 Août 2012

EL MOUDJAHID 17

FEUX DE FORÊTS

Des milliers d’hectares en fumée

Le patrimoine forestier brûle, dans plusieurs wilayas du pays. Des milliers d’hectares sont ravagés depuis l’ouverture de la saison estivale, par les incendies. Cet été encore sera à la fois long et pénible pas seulement pour les services des forêts et de la protection civile, mobilisés pour limiter les dégâts.

L es feux de forêts représentent

des pompiers et des services

des forêts qui restent sur le qui- vive pour faire face à d’éventuels risques. Il faut dire que le disposi- tif de lutte contre les incendies de forêts, est relancé chaque année, avec l’ouverture de la saison esti- vale et ce, dans un souci de préser- ver le couvert végétal, qui subi chaque année un rétrécissement, se traduisant par la destruction de prés de 7000 ha. Aujourd’hui, la forêt Algérienne fait face aux caprices de la nature puisque les services des forêts enregistrent pas moins de 1119 foyers d’incendies depuis le 1er juin dernier détruisant 4300 hectares, dont 3022 en forêt et 1278 en maquis qui s’ajoutent, aux 12 millions d’hectares exposés à l’érosion hydrique au niveau des bassins versants et 32 millions d’hectares menacés par l’érosion éolienne en zones steppiques et présahariennes. Selon M. Abbas Mohamed, sous directeur chargé de la protec- tion du patrimoine forestier la déclaration des feux de forêts est étroitement liée aux conditions cli- matiques, expliquant que la hausse des températures ainsi que les vents contribuent à la propagation des incendies. C’est ainsi ajoutera- t-il que la plupart des foyers qui se sont déclarés selon le bilan des ser- vices des forêts arrêté jusqu’au 21 juillet dernier, ont touchés les wilayas qui ont enregistré des pics de température. En effet, se sont

aujourd’hui, l’autre hantise

En effet, se sont aujourd’hui, l’autre hantise 660 ha qui ont été ravagés par les 372

660 ha qui ont été ravagés par les

372

foyers d’incendies ravageant

températures sont souvent attendus

feux au niveau de la wilaya d’Ain

2029

ha, en 2011 alors qu’en 2010

notamment dans certaines régions

Defla, 631 ha à Jijel, 588 ha, à Tizi

pas moins de 899 foyers sont

du pays.

Ouzou et 203 ha à Tébessa et 0,32

déclarés, occasionnant la perte de

Pour rappel, un dispositif de

ha à Alger. Le responsable de la

4565

hectares. Il faut dire que cette

lutte contre les incendies de forêts

protection du patrimoine forestier affirmera par ailleurs que compara- tivement à la même période de 2011 et 2010, un recul du nombre

menace sur le patrimoine forestier, est toujours de mise puisque la hausse de la température, avec les

voltes face du thermomètre durant

est lancé, chaque par la direction des forêts dans le cadre de la pré- vention contre les feux de forêts qui reste le seul rempart contre ce

d’incendies est constaté puisque

la saison estivale où des pics de

fléau.

Samia D.

EMIGRATION CLANDESTINE

48 personnes arrêtées au large d’Annaba

U ne tentative d'émigra-

personnes, dont deux

mineurs, qui étaient à bord d'une embarcation artisanale, a été déjouée la nuit de mer- credi à jeudi à Annaba, a indi- qué jeudi le groupement terri-

tion clandestine de 48

torial des garde-côtes. Parti de la plage de Sidi Salem, dans la commune d’El Bouni (Annaba), le groupe dont les membres sont âgés de 16 à 31 ans, originaires pour la plu- part d’Annaba, a été arrêté vers 23H00 à six (6) miles au

Nord de Ras El Hamra (Annaba) par une patrouille de contrôle des garde-côtes. Les 48 personnes qui ont suivi un examen médical de routine seront présentées devant le procureur de la République près le tribunal d’Annaba

pour tentative d'émigration clandestine. Cette expédition est la deuxième du genre déjouée par les garde-côtes depuis le début de cette année à Annaba où le phénomène d'émigration clandestine a connu un recul notable.

ACCIDENTS DE LA ROUTE

16 morts et 289 blessés en une semaine

L es accidents de la circula- tion ont fait 16 morts et 289 blessés au niveau des zones

urbaines entre le 26 juillet et le 1er août, a indiqué jeudi un bilan des services de la direction géné- rale de la sûreté nationale (DGSN). Comparativement aux chiffres enregistrés la semaine dernière, le bilan fait état d'une diminution du nombre des acci- dents de la route (41) et du nombre de blessés (48) contraire- ment à celui des décès qui a aug- menté de 04 décès. Concernant le nombre des accidents de la route, la wilaya de Sétif est en tête pour la deuxième semaine consécutive

Sétif est en tête pour la deuxième semaine consécutive avec 21 accidents suivie par la wilaya

avec 21 accidents suivie par la wilaya d'Alger avec 12 accidents et Biskra avec 11 accidents. La vitesse excessive, les dépassements dangereux, le refus de céder la priorité sont les prin- cipales causes des accidents de la circulation (93,51%), selon le constat des services sur le terrain. Afin de réaliser les objectifs de la campagne "Un été sans acci- dents" lancée par la DGSN et au regard du trafic routier dense pendant la saison estivale, les ser- vices de police appellent les usa- gers de la route notamment les conducteurs au respect du code de la route et à la diminution de la vitesse.

Cuisine

18

EL MOUDJAHID

C uisine 1 8 EL MOUDJAHID L a C u i s i n e MAMANI
C uisine 1 8 EL MOUDJAHID L a C u i s i n e MAMANI
C uisine 1 8 EL MOUDJAHID L a C u i s i n e MAMANI
L a C u i s i n e MAMANI d e BOUQALA Ils Dahkou,
L a
C
u i s i n e
MAMANI
d e
BOUQALA
Ils Dahkou, baâd
j’ai les adhakt
amâahoum,
wa
aklit
wa
aklit
malhoum,
RECETTES
ri ayyamet toutes
ri kadbouni,
charbouli
de lamrar,
andemt
aâla
aâraf-
thom
ont
et wa
avec ils
eux,
ont
mangé
j’ai
mangé
avec
eux
ENTREE
DESSERT
après
quelques
jours
m'ont
Ils traité
menteuse,
m’en
ont
fait ou et
voir
de
couleurs,
j’ai
regretté
de et les
avoir
et connus
Petite entrée forestière
Bâtonnets au chocolat
INGRÉDIENTS :
(pour 50 bâtonnets environ)
Pâte à biscuit
éventuellement à la pâte une cuillère
à soupe de lait)
Laissez reposer la pâte au réfrigéra-
INGRÉDIENTS :
dre plats.
- 250 g de farine
teur au moins 1/2 heure
- De la tomate
Couper une tranche dans le côté
- 120 g de sucre
Roulez en longs boudins de 1 cm
- Des œufs durs
arrondi des tomates pour faire le
- 140 g de beurre ou de margarine
d'épaisseur et coupez des tronçons
Macédoine de légumes ou des
carottes râpées
-
chapeau des champignons. Poser
- 4 jaunes d'œufs
de 8 cm de long environ que vous
les chapeaux sur les œufs et déco-
-
disposerez sur une feuille de papier
-
Mayonnaise
rer de petits points de mayonnaise.
1 sachet de sucre vanillé
Enrobage
sulfurisé.
Pour les tomates découpez-les en
forme de paniers et les évider déli-
catement
Remplir les petits paniers de la sa-
lade de votre choix.
- 100g de chocolat noir
Enfournez à 160° pendant 10 à 15
PRÉPARATION :
- 100 g de chocolat au lait
min : les biscuits doivent être à
Couper une tranche à chaque ex-
trémité des œufs durs pour les ren-
2 cuillères à soupe d'amandes
concassées
-
peine dorés
ASTUCE
PRÉPARATION :
Pour garder vos biscuits tendres
Faites fondre les chocolats au bain
marie dans 2 récipients et enrobez
entièrement les biscuits de chocolat
(vous pouvez rajouter dans le cho-
colat de votre choix des amandes
concassées légèrement grillées)
Laissez refroidir sur une grille ou
une feuille de papier sulfurisée.
Pour garder vos biscuits tendres, les mettre dans un contenant hermétique
et y déposer une tranche de pain ou un quartier de pomme.
Ramollir le beurre en pommade.
Mélangez le sucre, avec le beurre
ramolli puis les jaunes. Ajouter la
farine et le sucre vanillée. Bien mé-
langer ensemble pour obtenir une
pâte homogène et souple (ajoutez
PLAT
Hachis parmentier au poulet
INGRÉDIENTS :
PRÉPARATION :
Hors du feu rajoutez la crème
Du poulet ou de la
dinde haché
-
-
Rincez les pommes de terre.
fraîche, mélangez, laissez tié-
Mettez-les dans une casserole,
dir.
-
De la pomme de
-
Ajoutez-y l'œuf entier et le
terre (pour la purée)
couvrez d'eau froide, salez et
laissez cuire de 20 a 30 mi-
persil, le curcuma. Salez et
- 1 gros oignon
nutes. Piquez-les pour vérifier
poivrez,vérifiez l'assaisonne-
- 2 gousses d'ail
la cuisson avant d'éteindre le
ment.
- 1 œuf
feu.
-
Préchauffez le four à 210°C
- Sortez-les, pelez les et écra-
du lait
-
(thermostat 7).
- 60 gr de beurre
sez-les pour obtenir une purée,
-
Beurrez un plat à four, ver-
- Un bouquet de persil
ajoutez le beurre, le lait, salez
sez-y la moitié de purée.
- 6 c s de crème
et poivrez.
-
Recouvrez de la préparation
fraîche (liquide ou
tendre), sinon rempla-
cez-la par du petit
suisse, sinon par 4 fro-
mages portions et 5 c s
Pelez les oignons et l'ail, les
laver, émincez l'oignon et
écrasez l'ail.
-
à la viande de poulet.
-
Recouvrez la viande avec la
purée en égalisant la surface.
- Rincez le persil et ciselez-le.
Saupoudrez avec le fromage
- Dans la poêle, mettez la cuil-
râpé ou la chapelure.
de lait.
lere à soupe d'huile et faites
-
Enfournez pour environ 40
- 1 c s d'huile
étuver doucement les oignons
minutes, jusqu'à ce que ça soit
- Du fromage râpé,
et l'ail.
bien doré.
sinon de la chapelure.
Au bout de 10 minutes, rajou-
- 1 c c de curcuma
tez le hâchis de poulet, laissez
- Sel et poivre
cuire.
Dimanche 5 Août 2012

SSéélleeccttiioonn

Télévision

24

S S é é l l e e c c t t i i o o
S S é é l l e e c c t t i i o o
S S é é l l e e c c t t i i o o

EL MOUDJAHID

20h55
20h55

«WAHDEK FEL BLED»

Une émission animée par Lydia fadel

Un reality show réalisé dans des îles de Malaisie où des célébrités algériennes sont soumises à des épreuves physiques. De l’aventure et de l’humour associés à de différents défis.

et de l’humour associés à de différents défis. Flight Plan Réalisateur : Robert Schwentke Année :

Flight Plan

Réalisateur : Robert Schwentke Année : 2005 Avec : Jodie Foster, Marlene Lawston, Peter Sarsgaard, Sean Bean, Kate Beahan. Sur le vol Berlin-New York, une femme tente de convaincre l'équipage, incrédule, que sa fillette de 6 ans s'est évaporée pen- dant qu'elle-même dormait. Kyle Pratt, qui vient juste de perdre son mari, est tellement anéantie par ce décès qu'elle décide de quitter sa vie berlinoise pour retourner s'installer à New York avec Julia, sa fillette de 6 ans. Mais le vol à destination de la côte Est des Etats-Unis vire au cauchemar : Kyle, qui s'était assoupie, s'aperçoit en se réveillant que sa fille a disparu. Les membres de l'équipage, après l'avoir attentivement écoutée, en arrivent tous à la même conclusion : elle perd la tête et Julia n'a jamais embarqué. Persuadée d'avoir les idées claires, Kyle n'abandonne pas les recherches et tente de convaincre les passa- gers, sceptiques, de lui venir en aide

21h50
21h50

S.W.A.T : Firefightles passa- gers, sceptiques, de lui venir en aide 21h50 Réalisateur : Benny Boom Année :

Réalisateur : Benny Boom Année : 2011 Avec : Gian- carlo Esposito, Gabriel Macht, Kristanna Loken Un officier de la police de Los Angeles, spécialiste de la lutte antiterroriste, mentor d'une unité d'intervention spéciale, affronte un tueur. Paul Cutler, un officier de la police de Los Angeles, spé- cialiste de la lutte antiterroriste, est envoyé à Detroit pour enseigner les dernières techniques de sauvetage d'otages à une équipe d'intervention spéciale. Mais une des médiations de ses élèves se révèle désastreuse. Paul et ses étudiants ne tardent pas à se mettre à dos un assassin, animé par une idée obsessionnelle : les éliminer l'un après l'autre

19h55
19h55
: les éliminer l'un après l'autre 19h55 Commissaire Montalbano 19h05 Réalisateur : Alberto Sironi

Commissaire Montalbano

19h05
19h05

Réalisateur : Alberto Sironi Année : 2002 Avec :

Luca Zingaretti, Katharina Böhm, Cesare Bocci, Marco Cavallaro, Davide Lo Verde, Peppino Maz- zotta, Angelo Russo, Lucia Sardo, Roberto Nobile.

La mort apparemment accidentelle d'un vieil homme aveu- gle réunit le commissaire Montalbano et le chien du mort, qui va se révéler être la clé de l'énigme. Enea Silvio Piccolomini, un vieil aveugle, est retrouvé mort dans son lit. Son chien, Orlando, attendait à l'extérieur de la maison, alors qu'il avait l'habitude de dormir avec son maître. Montalbano se doute que l'aveugle, qui n'est pas mort d'un empoisonnement au gaz, mais d'une surdose de barbituriques, a en fait été assassiné. Le policier se demande, par ailleurs, ce qui se cache derrière la société de bienfaisance «Lux in ombra», qui lui avait fourni le chien. Mon- talbano profite de l'invitation de la soeur de Nene et son mari, qui tiennent un hôtel sur l'île de Levanza, pour y emmener Livia quelques jours, toujours en compagnie du chien. Il y fait la rencon- tre d'un pêcheur qui voyait souvent l'aveugle

19h50 Présenté par : Thomas Sotto
19h50
Présenté par : Thomas Sotto

Pour les uns, l'été, c'est soleil et repos, quand d'autres y jouent le chiffre d'affaires de l'année. Au sommaire :

Draps de bains : quand ma serviette devient tendance Accessoire incontournable des vacances à la mer, le drap de plage est un moyen de se distinguer, qu'il soit en bambou «écolo» ou équipé de haut-parleurs pour iPhone. Marseille : la bataille des promenades en mer Les calanques de Marseille sont un des trésors de la Provence et près de 600 000 touristes les visitent chaque année. Les organisateurs de ces promenades en mer se livrent une guerre sans merci pour attirer les clients. Grenadine, citronnade : la bataille des sirops de l'été Comment les marques stars des sirops inventent-elles de nouvelles saveurs et quels sont les ingrédients utilisés pour leur fabrication

Programme

daujourdhui

Canal Algérie

 

TV5

12h20 : Ahl el kahf (17) 14h45 : Loulou (11) 15h15 : Culinart (17) 15h40 : El chabiha (17) 16h45 : Résumé JO 2012 17h00 : Journal en tamazight 17h30 : Eco ramadhan 18h00 : Journal en français+météo 18h20 : Le soleil de la vérité (17) 19h00 : Journal en arabe 19h30 : Le ramadhan et le rire (17) 19h35 : Coran sous-titré en français 19h55 : C c religieux 20h10 : Dar da meziane (17) 20h40 : Irban irban saison 2 (17) 20h45 : Djaweb bassite (17) 20h55 : Wahdek fel bled (15) 21h00 : Khalti lalahoum (17) 21h25 : Ami achour (17) 21h40 : Boudhou (13) 21h45 : El kahoua oua ellataye 23h20 : Doumou'e el qalb (05) 00h00 : Djemlet lehbabe (08) 00h20 : El dourousse el mouhamadia 00h50 : Résumé JO 2012

10:00 TV5MONDE, le journal 10:15 Pardonnez-moi 10:45 Quoi de neuf doc ? 11:05 La télé de A @ Z 11:30 Partir autrement 12:30 Journal (RTBF) 13:00 Secrets d'histoire 15:00 TV5MONDE, le journal 15:25 Nec plus ultra 16:00 La ruée vers l'or 16:45 Les grands explorateurs 17:00 TV5MONDE, le journal 17:10 Dîner à la ferme 18:05 Le monde des couleurs 19:00 Les chéris d'Anne 19:30 Journal (France 2) 19:55 Un objet, un exploit 20:00 Y a du monde à Locarno 20:05 On n'est pas couché 22:00 TV5MONDE, le journal 22:10 Journal (RTS) 22:50 Taratata 00:30 TV5MONDE, le journal Afrique 00:45 Penthouse 5-0 01:05 Penthouse 5-0 01:30 J'y suis j'y reste

TF1

 

09:15 Coucou c'est nous 11:00 Les douze coups de midi 11:55 Trafic info 12:00 Journal 12:25 Du côté de chez vous 12:35 Walker, Texas Ranger 13:25 Monk 14:15 Monk 15:10 Les experts 15:55 Les experts 17:00 Sept à huit 18:50 Petits plats en équilibre été 19:00 Journal 19:30 Du côté de chez vous 19:50 Bridget Jones : l'âge de raison 21:50 Flight Plan 23:40 Columbo 01:25 L'actualité du cinéma 01:30 Reportages 02:05 Enquêtes et révélations

ARTE

08:25 Les aventures d'une classe de voile 08:50 De sommet en sommet, les Alpes en péril 09:35 La diagonale du climat 10:40 Sauvages seventies 11:25Arts du mythe 11:55 360°-GEO 12:50 Henry Maske 13:35 L'art et la manière 14:05 Harlem à Montmartre 15:25 Tous les habits du monde 15:55 Bert Stern : objectif Ma- rilyn 17:30- Cuisines des terroirs 18:00 Le centenaire du Festival d'opéra de 18:45 Arte journal

19:00 Karambolage

FRANCE 2

08:40 Présence protestante

09:10 Le jour du Seigneur 10:45 Jeux olympiques Londres

2012

12:00 Journal 12:15 13h15, le dimanche 13:15 Un jour, un destin 14:50 Les stars du rire

16:30 Jeux olympiques Londres

2012

19:00 Journal 19:40 Jeux olympiques Londres

2012

00:00 Journal de la nuit 00:20 Un jour, un destin 01:40 La dynastie des Strauss 02:30 24 heures d'info

 
 

CANAL +

 

02:45 Oh ! Les villes d'eau !

11:10 Action discrète 11:20 Le petit journal 11:40 Le JT 11:55 Spécial investigation 13:00 Zapping : l'intégrale 13:30 Jamel Comedy Club 14:05 Body of Proof 14:50 Body of Proof 15:30 Body of Proof 16:10 Body of Proof 16:55 Bref 16:57 Bref 17:00 Le mytho, Just Go With It 18:55 Les Simpson 19:20 Les Simpson 19:55 S.W.A.T. : Firefight 21:20 Lascars 21:35 Lascars 21:50 Lascars 22:10 Instinct de survie

FRANCE 3

 

10:50 Expression directe 11:10 12/13 dimanche 11:55 Jeux olympiques Lon- dres 2012 16:35 En course sur France 3 16:50 Questions pour un super champion 18:30 19/20 : Journal national 18:55 Jeux olympiques Lon- dres 2012 19:35 Commissaire Montal- bano 21:30 Soir 3 21:50 Commissaire Montal- bano 23:40 Le fils prodigue 01:30 Soir 3 01:50 Thalassa

FRANCE 5

 

11:30 Je ne devrais pas être en vie 12:20 Superscience 13:15 Les côtes d'Europe vues du ciel 13:45 Nus et culottés 14:40 200 km à la ronde 15:40 J'irai dormir chez vous 16:35 Serengeti 18:05 On n'est pas que des cobayes ! 19:00 Les Report-Terre 19:35 Egypte 21:05 Une maison, un écrivain 21:35 Fourchette et sac à dos 22:25 Des trains pas comme les autres 23:20 Animal Armageddon 00:05 Vers d'autres mondes 00:55 La charmeuse d'éléphants 02:00 La nuit France 5

M6

08:35 A mourir de rire 10:50 D&CO 11:40 D&CO 12:30 Sport 6 12:50 L'amour est dans le pré 15:10 L'été d'«Accès privé» 16:15 66 Minutes 17:25 66 Minutes : les histoires qui font 18:45 Le 19.45 19:05 E=M6 19:30 Sport 6 19:50 Capital : les inédits de l'été 21:45 L'été d'«Enquête exclusive» 23:10 66 Minutes 00:15 Rallye Rallye de Finlande 00:30 L'hôtel de tous les mystères 02:00 M6 Music / Les nuits de M6

Détente

EL MOUDJAHID

25

D étente EL MOUDJAHID 25 Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISES Nº 3 852 1
D étente EL MOUDJAHID 25 Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISES Nº 3 852 1
D étente EL MOUDJAHID 25 Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISES Nº 3 852 1
Page animée par Mourad Bouchemla
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISES
Mots CROISES

Mots CROISES

Mots CROISES Nº 3 852

Nº 3 852

Mots CROISES Nº 3 852
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VII
I
IX
X
 

Définitions

   
       

HORIZONTALEMENT

 
 

I- Signe graphique en forme d’étoile .II-Vapeur au firmament-

C’est un rustre

III-Affirmatif à moscou-Pommade IV-Estuaire

breton-Asix faces-monnaie de roumanie V. Céréale pour une bière-

Refus de bambin-En somme VI- Meneur VII-Imprimante

 

VIII-

Riche

en

grains-Conscience

IX-Voyelle

double-Modéra

X- Ouverture d’un violon-Cassiers

VERTICALEMENT

 

1- Spécialiste

des problème

masculins .2-Relique

sacrée-

ruisselets 3- Possessif-Roche siliceuse précieuse 4. Moi-Sans dents

5-Restitue-Choisie 6-Espèce-Début et fin de mois 7. Ancienne monnie-Frappe 8- Adjectif interrogatif-Dieu du mariage 9. On y conservedescendre-Papa10. Evaluée-bonnecarte

SOLUTION DES MOTS CROISES

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

A
A

S

T

E

R

I

S

Q

U

E

2

N

U

A

G

E

 

O

U

R

S

3

D

A

 

O

N

G

U

E

N

T

4

R

I

A

 

D

E

 

L

E

I

5

O

R

G

E

 

N

A

 

S

M

6

L

E

A

D

E

R

 

H

 

E

7

O

 

T

E

L

E

T

Y

P

E

8

G

R

E

N

U

 

A

M

E

 

9

U

U

 

T

E

M

P

E

R

A

10

E

S

S

E

 

S

E

N

E

S

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 SOLUTION DES MOTS FLECHES 1

1 2

3

4

5

6

7

8

9

10

SOLUTION DES MOTS FLECHES

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

A

S

T

I

C

O

T

 

P

D

L

E

U

 

A

B

A

S

I

E
E

L

A

B

E

L

 

C

A

G

E

O
O
 
E
E

M

 

E

T

R

E

S

C

O

R

E

E

N

 

D

O

S

A

M

 
S
S

A

F

R

A

N

E

T

A

R

E

 

L

 

I

N

 

I

R

A

 

T

E

R

G

A

L

O

 

C

O

U

R

O

N

N

E

N

I

E

R

A

 

S

E

T

S

Mots FLECHES Nº 3 852 APPÂT DE PÊCHE PALLADIUM DÉLICATESSE TROMPANTFAMILIÈREMENT VIEXLOUP IMPOSSIBILITÉ DE
Mots FLECHES
Nº 3 852
APPÂT DE PÊCHE
PALLADIUM
DÉLICATESSE
TROMPANTFAMILIÈREMENT
VIEXLOUP
IMPOSSIBILITÉ DE MARCHER
EX.HOMS
FLEUVE DE RUSSIE
ETIQUETTE
AUTOURDESPOUMONS
MERANGLAISE
AMAS DE CELLULOSE
PRÉFIXE
HUMAINS
PRESTATION EN ARGENT
DANS L’ EAU
ASIATIQUE
ENVERS
RÉGIOND’ITALIE
CARNIR DE TUBE
AVANT-MIDI