Vous êtes sur la page 1sur 8

Circulaire d'application du décret portant création du DOCUMENT UNIQUE

L'évaluation a priori des risques Ce dispositif crée, en effet, un Alors que la plupart des dispositions
MINISTRE de l'EMPLOI instrument juridique contraignant de la directive - cadre préexistaient
constitue un des principaux leviers
et de la SOLIDARITE dont la mise en œuvre demeure en droit français, la démarche
de progrès de la démarche de
CIRCULAIRE n° 6 DRT du 18 prévention des risques profession- néanmoins souple, puisque les d'évaluation a priori des risques,
avril 2002 prise pour l'appli- nels au sein de l'entreprise. modalités techniques de l'évaluation qui doit contribuer fortement à
cation du décret n° 2001-1016 des risques ne sont pas précisées par l'amélioration globale de la santé et
portant création d'un document L'évaluation a priori des risques le décret. Elle s'appuie sur les de la sécurité et des conditions de
relatif à l'évaluation des constitue un moyen essentiel de enseignements tirés des expériences travail, constitue la principale nova-
préserver la santé et la sécurité des en entreprise impulsées par les tion de ce texte communautaire, au
risques pour la santé et la services déconcentrés du ministère,
travailleurs, sous la forme d'un regard de l'approche française classi-
sécurité des travailleurs, depuis 1995, afin de permettre à que.
prévue par l'article L. 230-2 du diagnostic en amont, systé- l'inspection du travail de remplir ses
code du travail et modifiant le matique et exhaustif, des missions d'information, de sensibili- L'évaluation en amont des risques
code du travail. facteurs de risques auxquels ils sation et de contrôle.
peuvent être exposés. vise à connaître, de manière ex-
haustive et précise, les risques
CODE DU TRAVAIL Le dispositif repose : à traiter auxquels les travailleurs
L'apport des connaissances scientifi-
Principes de prévention ques et l'évolution des conditions de - Avant tout sur une obligation peuvent être exposés.
travail ont mis en évidence de nou- matérielle, l'évaluation des ris-
Article R.230-1
veaux risques professionnels (ami- ques constituant la première Elle s'attache à tenir compte de
"DOCUMENT UNIQUE" étape de la démarche généra- l'évolution des techniques, avec
ante, risques à effet différé liés aux
substances dangereuses, troubles - le de prévention mise en œuvre le souci d'assurer la
Article R.230-1 : musculo-squelettiques, risques psy- par l'employeur.
L'employeur transcrit et met à jour chosociaux...), qui soulignent la né- Il s'agit ainsi d'assurer la «traça- mise en œuvre du principe
dans un document unique les cessité de renforcer l'analyse pré- bilité » de l'évaluation a priori des fondamental d'une adapta-
résultats de l'évaluation des ventive des risques. risques que l'employeur est dans tion du travail à l'homme.
risques pour la sécurité et la santé l'obligation de mener, sous peine
des travailleurs à laquelle il doit Dans cette perspective, en repo- de sanctions pénales.
procéder en application du para- sant sur une approche globale
graphe III (a) de l'article L. 230-2. et pluridisciplinaire c'est-à- - Mais cette formalisation doit aussi 1.2. La loi du 31 décembre
Cette évaluation comporte un dire à la fois : contribuer au dialogue social au 1991
inventaire des risques identifiés - technique, sein de l'entreprise, en vue de la
dans chaque unité de travail de - médicale et Dès 1991, la loi n° 91-1414 du 31
l'entreprise ou de l'établissement. La
préparation et de la réalisation décembre 1991, a permis de transpo-
- organisationnelle, des mesures de prévention qui de-
mise à jour est effectuée au moins ser, pour l'essentiel, les dispositions
chaque année ainsi que lors de toute
la démarche d'évaluation doit vront, en tant que de besoin, faire
permettre de comprendre et de que la directive cadre ajoutait au droit
décision d'aménagement important suite à l'évaluation des risques. français.
modifiant les conditions d'hygiène et traiter l'ensemble des ris-
ques professionnels. S'agissant de l'évaluation des ris-
de sécurité ou les conditions de
travail, au sens du septième alinéa de
ques, c'est l'article L. 230-2 du code
l'article L. 236-2, ou lorsqu'une infor- du travail qui traduit le droit com-
mation supplémentaire con-cernant Introduite pour la première fois en 1. POINTS DE REPERE munautaire (article 6 de la directive-
l'évaluation d'un risque dans une unité droit français du travail, en 1991, la directive - cadre et sa trans- cadre), au regard de 3 exigences
de travail est recueillie. Dans les
l'évaluation des risques connaît une position en droit français d'ordre général :
établissements visés au premier
alinéa de l'article L. 236-1, cette trans- nouvelle avancée, avec la parution 1°) obligation pour l'emplo-
cription des résultats de l'évaluation du décret du 7 novembre 2001 por- yeur d'assurer la santé et
des risques est utilisée pour l'établi- tant création d'un document rela- 1.1. La directive la sécurité des travailleurs
ssement des documents mention- tif à l'évaluation des risques La directive n° 89/391/CEE du (I de l'article L. 230-2) ;
nés au premier alinéa de l'article pour la santé et la sécurité des 2°) mise en œuvre des
L. 236-4. Conseil des Communautés Euro-
travailleurs. principes généraux de
Le document mentionné au premier
péennes du 12 juin 1989, dite «di-
Ainsi, les acteurs de la préven- prévention des risques pro-
alinéa du présent article est tenu à la rective - cadre», définit les princi-
tion disposent désormais d'une pes fondamentaux de la protection fessionnels (II de l'article L.
disposition des membres du CHSCT
ou des instances qui en tiennent lieu, base tangible pour la définition des travailleurs. 230-2) ;
des délégués du personnel ou, à de stratégies d'action dans cha- 3°) obligation de procéder à
défaut, des personnes soumises à un que entreprise. Elle a placé l'évaluation des ris- l'évaluation des risques
risque pour leur sécurité ou leur santé, (III de l'article L. 230-2).A ce
ainsi que du médecin du travail. Il est ques professionnels au som-
La présente circulaire vise à fournir à met de la hiérarchie des titre, il convient de noter les ar-
également tenu, sur leur demande, à rêts de cour de cassation du 28
l'ensemble des services principes généraux de pré-
la disposition de l'inspecteur ou du février 2002 relatifs à l'amian-
contrôleur du travail ou des agents • des éléments de droit et
• de méthode utiles pour :
vention, dès lors que les te, qui imposent à l'employeur
des services de prévention des risques n'ont pas pu être
organismes de sécurité sociale et des - maîtriser un dispositif nouveau et une obligation de résultat de-
organismes mentionnés au 4° de - en faciliter la compréhension par évités à la source. vant le conduire à une grande
l'article L. 231-2. les acteurs externes. vigilance.
1
Ainsi, l'évaluation des risques 2.1. Forme et contenu du ∫do- Le premier alinéa de l'article R. 230-1 Son champ peut s'étendre d'un poste
constitue une obligation à la cument uniqueª (article R. 230-1, indique que cette opération consiste de travail, à plusieurs types de
charge de l'employeur, s'inscri- premier alinéa). Dans son premier pour l'employeur à transcrire les postes occupés par les travailleurs
vant dans le cadre des principes alinéa, l'article R. 230-1 du code du résultats de l'évaluation des risques ou à des situations de travail,
sur un présentant les mêmes caractéristi-
généraux de prévention, afin travail définit les modalités de la
d'engager des actions de pré- ques. De même, d'un point de vue
transcription des résultats de géographique, l'unité de travail ne se
vention des risques profession- document unique qui comporte un
l'évaluation des risques, tant sur sa
nels. forme que sur son contenu. inventaire des risques dans limite pas forcément à une activité
chaque unité de travail de fixe, mais peut aussi bien couvrir des
Cette obligation générale a été lieux différents (manutention, chan-
l'entreprise ou de l'établissement.
déclinée par des prescriptions 2.1.1. La forme du «document tiers, transports, etc.).
législatives et réglementaires spé- unique » Le travail d'évaluation mené par
cifiques prises, depuis 1989, en Les résultats de l'évaluation des Il convient d'y apporter deux préci- l'employeur est facilité, en ce que les
matière d'évaluation des risques risques devront être transcrits sur un sions : regroupements opérés permettent
(voir annexe 1). document unique, cela dans le souci de circonscrire son évaluation des
Elles correspondent : 1) Premièrement, la notion d'
de répondre à trois exigences : risques professionnels. Néanmoins,
- soit à un type de danger, «inventaire» conduit à définir ces regroupements ne doivent pas
d'agents ou produits dange- 1°) de cohérence, en regroupant, l'évaluation des risques, en deux occulter les particularités de certai-
sur un seul support, les données étapes : nes expositions individuelles.
reux (amiante, bruit, risque
issues de l'analyse des risques
biologique, chimique, cancérogè- 1. Identifier les dangers : Ainsi, par exemple, les documents
professionnels auxquels sont
ne, ... ), issus :
exposés les travailleurs ;
- soit à un type d'activité Le danger est la propriété ou - du médecin du travail : la fiche
(manutention des charges, BTP, 2°) de commodité, afin de capacité intrinsèque d'un équip- d'entreprise,
coactivité ... ). réunir sur un même document ement, d'une substance, d'une - par le CHSCT : l'analyse des ris-
les résultats des différentes méthode de travail, de causer un ques,
Le présent décret vient, quant à lui, analyses des risques réalisées dommage pour la santé des - par les fabricants de produits : les
concrétiser le dispositif général mis sous la responsabilité de travailleurs ; fiches de données de sécurité,
en place en 1991, en complétant la l'employeur, facilitant ainsi le ne constituent pas en tant que telle
transposition de la directive-cadre suivi de la démarche de l'évaluation des risques.
sous un angle juridique. prévention des risques en 2. Analyser les risques : Ils sont néanmoins des sources
• D'une part, conformément à l'arti- entreprise ; d'informations utiles à l'analy-
cle 9 paragraphe 1 alinéa a) de la Analyser les risques : c'est le se des risques réalisée par l'em-
directive susvisée, il répond à
3°) de traçabilité, la notion de résultat de l'étude des conditions ployeur (voir annexe 2).
«transcription» signifiant qu'un d'exposition des travaill-
l'obligation pour l'employeur de
report systématique des
conserver les résultats de
résultats de l'évaluation des
eurs à ces dangers.
l'évaluation des risques qu'il a
risques doit être effectué, afin que
2.2. Mise à jour du document
effectuée, en liaison avec les acteurs Il convient de préciser que la
internes et externes à l'entreprise. l'ensemble des éléments combinaison de facteurs liés à Conformément à la nécessité d'ins-
analysés figure sur un crire l'évaluation des risques dans
• D'autre part, il définit les l'organisation du travail dans
support. Celui-ci pourra être une démarche dynamique et donc,
modalités de mise à disposition du l'entreprise est susceptible de
écrit ou numérique, laissant à évolutive, le décret prévoit (article
document transcrivant les résultats porter atteinte à la santé des
l'employeur le soin de choisir le R.230-1, second alinéa) trois moda-
de l'évaluation des risques, aux travailleurs, bien qu'ils ne puissent
moyen le plus pratique de lités d'actualisation du document
acteurs externes et internes de être nécessairement identifiés com-
matérialiser les résultats de unique, prenant en compte les éven-
l'entreprise, parmi lesquels figurent me étant des dangers.
l'évaluation des risques. Dans tuelles modifications de la situation
les instances représentatives du A titre d'exemple, l'association du du travail dans l'entreprise.
tous les cas, l'existence de ce
personnel (article 10 paragraphe 3 rythme et de la durée du travail
support traduit un souci de 1) Le décret assure une garantie de
alinéa a) de la directive). peut constituer un risque psycho-so-
transparence et de fiabilité, de suivi du document, dans la
nature à garantir l'authenticité de cial, comme notamment le stress, mesure où ce dernier doit faire
l'évaluation. Pour tout support pour le travailleur. l'objet d'une mise à jour au
2. ELEMENTS JURIDIQUES comportant des informations no- moins annuelle.
DU DECRET minatives, l'employeur devra, Ainsi, l'évaluation des risques se
définit comme le fait d'appré-
conformément à la loi n° 78-17 du 2) Le document doit être actualisé
Ce décret introduit deux dispositions 6 janvier 1978 relative à l'infor- hender les risques créés pour la
santé et la sécurité des travai- lorsque toute décision d'amé-
réglementaires dans le code du tra- matique, aux fichiers et aux
vail : libertés, procéder à une déclara- lleurs, dans tous les aspects liés nagement important modi-
tion auprès de la Commission au travail. fiant les conditions d'hy-
La première - article R. 230-1 pré- nationale de l'informatique et giène et de sécurité ou les
cise le contenu de l'obligation pour des libertés. Par conséquent, elle ne se réduit pas à conditions de travail est
l'employeur de créer et conserver un relevé brut de données mais prise, au sens du septième
un document transcrivant les alinéa de l'article L. 236-2.
résultats de l'évaluation des 2.1.2. Le contenu du «docu- constitue un véritable travail Ce dernier prévoit la consulta-
risques à laquelle il a procédé. A ment unique »
cette occasion, un chapitre prélimi- d'analyse des modalités d'ex- tion préalable du CHSCT
En application des dispositions position des salariés à des lorsqu'une telle décision est
naire, intitulé «Principes de pré- prise, désignant notamment
législatives du code du travail (a) du dangers ou à des facteurs des
vention», est inséré dans la partie III de l'article L. 230-2), l'emplo- «toute transformation im-
réglementaire du titre III du livre II risques.
yeur doit : portante des postes de
du code du travail. « Evaluer les risques pour la travail découlant de la modi-
sécurité et la santé des fication de l'outillage, d'un
La seconde disposition réglemen- travailleurs, y compris dans le 2) Deuxièmement, changement de produit ou de
taire est de grande portée choix des procédés de l'organisation du travail
puisqu'elle introduit un nouvel fabrication, des équipements de la notion d' «unité de travail» (et) toute modification des
article R. 263-1-1 qui porte sur le travail, des substances ou doit être comprise au sens large,
cadences et des normes de
dispositif de sanctions pénales préparations chimiques, dans afin de recouvrir les situations
prévu en cas de non-respect par l'aménagement ou le réaména- très diverses d'organisation
productivité liées ou non à
l'employeur des différentes obliga- gement des lieux de travail ou du travail. la rémunération du travail».
tions auquel celui-ci est dorénavant des installations et dans la
soumis en matière d'évaluation des définition des postes de travail»
risques. 2
3) Le décret prévoit la mise à jour Ainsi, la mise à disposition du personnel, qui analysent les obligations incombant à l'emplo-
du «document unique», «lors- document d'évaluation des risques risques et participent à la yeur qui sont susceptibles de faire
qu'une information supplé- s'inscrit bien dans l'exercice par les démarche de prévention ; l'objet de sanctions pénales
mentaire concernant l'éva- instances représentatives du person- (contraventions de cinquième clas-
nel de leur droit d'obtenir de  des travailleurs qui portent se). Les agents de l'inspection du
luation d'un risque dans une leurs connaissances de leur
l'employeur les informations néces- travail peuvent dresser procès-
unité de travail est re- saires pour l'exercice de leurs situation de travail ; verbal à l'encontre de l'employeur
cueillie». Cette disposition, missions, en application de l'article
sur laquelle il convient d'insis-  du médecin du travail, con- qui n'aura pas :
L. 236-3, alinéa 1. seiller de l'entreprise, sensibilisé
ter, permet de tenir compte de - transcrit les résultats de l'éva-
l'apparition de risques dont 2) Le décret prévoit aussi, en ce qui notamment par l'action des mé- luation des risques sur un
l'existence peut, notamment, concerne les établissements dépour- decins inspecteurs régionaux du document unique ;
être établie par les connaissan- vus d'instances représentatives du travail et de la main d'œuvre. - mis à jour ces résultats, selon les
ces scientifiques et techniques personnel, de rendre le document modalités définies au second
(ex.: troubles musculo-squelet- unique accessible pour les Cette mission de sensibilisation peut alinéa de l'article R. 230-1 (voir
tiques, risques biologiques, «personnes soumises à un ris- suivre plusieurs modalités. Elle peut point 2.5.1).
risques chimiques, etc.), par la que pour leur sécurité ou leur consister à rappeler à l'employeur En outre, ils peuvent relever, par
survenue d'accidents du travail, santé ». En venant pallier l'absence les obligations qu'il doit respecter, procès-verbal, les autres cas
de maladies à caractère profes- de représentants du personnel, cette conformément au présent décret, à d'infractions déjà prévus par le code
sionnel, ou par l'évolution des disposition participe tant savoir : du travail :
règles relatives à la santé, à la - d'une démarche d'information  transcrire les résultats de - Il s'agit, en premier lieu, de
sécurité et aux conditions de des travailleurs, l'évaluation des risques dans un l'absence de mise à disposi-
travail (risques psychoso- - que d'une volonté d'associer ces document unique ; tion du document unique aux
ciaux). derniers à l'appréciation des ré-  mettre à jour cette évaluation ; instances représentatives du
sultats de l'évaluation des risques.  tenir ce document à disposi- personnel et aux agents de
tion des acteurs internes et ex- l'inspection du travail (voir point
2.3. Accessibilité du document 3) Enfin, le médecin du travail est
ternes à l'entreprise 2.5.2).
habilité à prendre connaissance des - En second lieu, l'inspection du
Aux quatrième et cinquième alinéas résultats de l'évaluation des risques  utiliser les résultats de
travail peut constater, par procès
de l'article R. 230-1, le décret pratiquée par l'employeur, puisqu'il l'évaluation des risques verbal, la violation par l'emplo-
indique que le document ainsi créé et participe à la démarche de préven- pour la mise en œuvre d'une yeur des prescriptions spécifi-
mis à jour par l'employeur doit être tion, dans l'exercice de ses missions démarche de prévention. ques en matière d'évaluation des
tenu à la disposition d'une série et en qualité de conseiller des risques (voir annexe 1).
d'acteurs qu'il convient de distin- salariés et de l'employeur. Cette démarche peut viser à
guer en deux catégories. L'agent de contrôle peut aussi
présenter l'intérêt de l'évalua- adresser des observations, relati-
2.3.2. Les acteurs externes à tion des risques, par rapport à la ves à l'absence de mise à disposition
2.3.1. Les acteurs internes à l'entreprise démarche générale de prévention. du document unique aux :
l'entreprise Le décret (article R. 230-1, cinquiè- - personnes soumises à un risque
Il s'agit de situer les enjeux d'une
Conformément au quatrième alinéa me alinéa) désigne l'inspection du approche en amont des risques, pour leur sécurité ou leur santé,
de l'article R.230-1, le document travail, les agents des services de dont l'efficacité dépend des dans les établissements dépour-
unique relatif à l'évaluation des prévention des organismes de Sécu- actions de prévention que l'em- vus d'instances représentatives
risques est mis à la disposition : rité sociale et les organismes du personnel ;
ployeur mettra en œuvre, suite à
mentionnés au 4° de l'article L. 231- son évaluation des risques. - médecin du travail ;
- des instances représentatives du
2. Ces agents peuvent accéder au - organismes mentionnés au 4°de
personnel ; l'article L. 231-2.
document unique, dès lors qu'ils en Les points de repères méthodologi-
- des personnes soumises à un
ont fait la demande auprès de ques exposés dans cette circulaire Naturellement, les agents de l'ins-
risque pour leur sécurité ou leur l'employeur. pection du travail peuvent toujours
santé (à défaut d' instances (voir point 3) peuvent aussi être
rappelés, le cas échéant, en orientant constater l'absence d'utilisation
représentatives du personnel)
- du médecin du travail. 2.3.2.1. Les agents de l'inspec- l'employeur vers les organismes des résultats de l'évaluation des
para-publics de prévention, voire les risques pour l'établissement des do-
tion du travail organismes techniques, les cabinets cuments
Cela signifie que l'employeur doit Ils exercent là leur droit de
privés, susceptibles de fournir un (- bilan annuel de la santé et de la
veiller à ce que ces personnes consultation, tel qu'il résulte respec-
appui à la réalisation de l'évaluation sécurité au travail et
puissent accéder directement aux tivement des articles L. 611-9 et L.
des risques. - programme annuel de préven-
résultats de l'évaluation des risques, 611-12 du code du travail. En effet, il
tion)
après les avoir, le cas échéant, est prévu que les agents de Le Fonds d'amélioration des condi-
soumis par l'employeur aux instan-
informé des moyens de le faire. l'inspection du travail peuvent se tions de travail (FACT) peut, enfin,
ces représentatives du personnel.
Ainsi, l'employeur pourra aussi bien faire présenter, au cours de leurs être utilisé, dans le cadre d'appui aux
assurer la consultation de ce visites, l'ensemble des livres, projets des branches professionnel-
document par voie numérique que registres et documents rendus les ou des entreprises.
obligatoires par le code du travail. 2.3.2.2. Les agents des services
sous la forme d'un support papier.
Cela correspond à la mission préci- de prévention des organismes
Parmi ces acteurs, figurent, sée à l'inspection du travail en 2 - L'accompagnement partiel de sécurité sociale
1) en premier lieu, les instances re- matière d'évaluation des risques, par de la démarche de prévention. Ils bénéficient aussi du droit d'accès
présentatives du personnel la circulaire n° 02 DRT du 23 février Sans pour autant aller jusqu'à une
(CHSCT, ou instances qui en au document unique, dans la mesure
2000 relative au programme association complète à cette démar- où ils jouent un rôle important en
tiennent lieu, tels que les instances d'actions coordonnées 2000 pour la che, l'inspection du travail peut tirer
représentatives du personnel des éta- matière de prévention, en engageant
prévention des risques profession- parti de sa présence en entreprise des moyens, tant d'incitation en
blissements publics, et délégués du nels. (prévue à l'article L. 236-7), notam-
matière de prévention que d'injon-
personnel). Le document unique
constitue une des sources Cette mission couvre trois mo- ment lors des réunions du comité ction à l'égard des employeurs. En ce
ments distincts : d'hygiène, de sécurité et des qui concerne leur mission d'incita-
d'information permettant aux instan-
conditions de travail, en apportant
tion, les ingénieurs-conseils et
ces représentatives du personnel 1- La sensibilisation en amont ses connaissances sur les modalités
d'exercer leurs prérogatives. contrôleurs de sécurité des caisses
des acteurs internes à l'entre- de la mise en œuvre du processus de régionales d'assurances maladie
Il est ainsi rappelé que prise. Il s'agit : prévention. (CRAM) peuvent exploiter les
résultats des études (article L. 422-2
le CHSCT et les délégués du per-  de l'employeur, en tant que du code de la Sécurité sociale) et
responsable de l'évaluation des 3 - Le contrôle de l'évaluation enquêtes (article L. 422-3 dudit
sonnel procèdent à l'analyse
risques ; des risques code), pour sensibiliser les em-
des risques professionnels,
 des instances représentatives du Le décret fixe tout d'abord des ployeurs à l'évaluation des risques et
comme le prévoit l'article L. 236-2. 3
à l'intégration de la prévention dans 2.4. Mise en ¬uvre d'actions 93-449 du 23 mars 1993 et à la circu- cas de récidive intervenue dans
leur gestion et l'organisation des de prévention laire n°93-15 du 25 mars 1993. le délai d'un an, à compter de
lieux de travail. l'expiration ou de la prescription de
En outre, les agents des CRAM Par conséquent, l'employeur la précédente peine, ce, conformé-
peuvent par voie d'observations et, le L'évaluation des risques ne
dispose de deux sources : ment à l'article 131-13 du code
cas échéant, d'injonctions, amener constitue pas une fin en soi. pénal.
Elle trouve sa raison d'être 1°) l'une issue de sa propre
l'employeur à réaliser des mesures Enfin, le décret indique que ces
dans les actions de prévention évaluation des risques et
d'amélioration (article L. 422-4). sanctions ne seront applica-
qu'elle va susciter. 2°) l'autre résultant de
Ce droit d'accès au document unique l'analyse des risques ef- bles que dans le délai d'un an,
s'applique aussi aux agents des Sa finalité n'est donc nullement de fectuée par le CHSCT lui à l'issue de sa parution.
caisses de mutualité sociale agricole justifier l'acceptation d'un risque, permettant de concevoir des Cette disposition octroie un délai
(les médecins du travail et les quel qu'il soit, mais, bien au actions de prévention, dans le suffisant permettant aux entrepri-
conseillers de prévention), en ce qui contraire, de mettre en œuvre des cadre du dialogue social ses de concevoir et de mettre en
concerne les établissements soumis mesures effectives, visant à entretenu avec les instances place le dispositif d'évaluation des
au régime agricole de Sécurité risques. De ce fait, le présent décret
l'élimination des risques, con- représentatives du personnel
sociale. Cette disposition permettra (voir infra, point 3. 1. 1.). ayant été publié le 7 novembre
formément aux Principes Géné-
aux agents de la mutualité sociale 2001, l'article R. 263-1-1 du code
raux de Prévention.
agricole (MSA) de conforter leurs Dans les entreprises dépourvues du travail entrera en vigueur le 8
missions de conseil auprès des Dans cet esprit, le décret prévoit d'instances représentatives du novembre 2002.
entreprises. d'utiliser la transcription des personnel, l'employeur doit tenir
résultats de l'évaluation des compte de son obligation, prévue à Dans chaque situation concrète, il
Conformément au décret n°73-892 convient de trouver un juste
du 11 septembre 1973 relatif à risques pour l'établissement l'article L. 230-2. III a), de réaliser équilibre entre l’obligation qui
l'organisation et au financement de la des documents qui doivent faire des actions de prévention, à la pèse désormais sur l’entreprise et
prévention des accidents du travail et l'objet, par l'employeur et sous sa suite de l'évaluation des risques les délais indispensables qui lui
des maladies professionnelles des responsabilité, d'une consultation du et en tant que de besoin. seront nécessaires pour que
salariés agricoles, les caisses de CHSCT (article R. 230-1, troisième l’évaluation des risques, ainsi
mutualité sociale agricole peuvent alinéa). matérialisée, s’inscrive dans une
inviter tout employeur à prendre Cela désigne deux types d'instru- 2.5. Les sanctions pénales réelle dynamique de prévention.
toutes mesures justifiées de préven- ments :
tion. En effet, il ne serait nullement
1) Le document unique doit 2.5.1. Le dispositif fixé par le conforme à l’esprit même de cette
d'abord contribuer à la importante réforme que les
décret
2.3.2.3. L'OPPBTP présentation du rapport entreprises ne voient dans ce
écrit traçant le bilan de la Afin de renforcer l'effectivité de dispositif qu’une obligation
L'Organisme professionnel de pré- situation générale dans l'en- l'obligation pour l'employeur de purement formelle qu’elles
vention du bâtiment et des travaux treprise en matière d'hy- transcrire les résultats de l'évalu- pourraient satisfaire en remplis-
publics (OPPBTP) est le seul à entrer ation des risques, le décret prévoit un sant des grilles, voire des
giène, de sécurité et de dispositif de sanctions pénales de
dans la catégorie des «organismes formulaires pré-établis, sans que
conditions de travail et nature contraventionnelle. cela soit mené dans le cadre d’une
mentionnés au 4° de l'article L concernant les actions prises en
231-2». Ce dispositif, inscrit à l'article R. démarche effective de préven-
ce domaine durant l'année
263-1-1 du code du travail, prévoit tion propre à l’entreprise.
Il exerce une mission de conseil dans écoulée ;
les domaines de la sécurité, de la des peines de contravention de
cinquième classe, conformément
2.5.2. Les autres cas d'infra-
protection de la santé et de 2) Mais le document unique doit
aux articles 131-12 et suivants du ctions déjà prévus par le code
l'amélioration des conditions de davantage contribuer à l'élabo-
code pénal. Les peines peuvent être du travail
travail dans les entreprises du BTP, ration du programme an- Le décret ne mentionne pas la
conformément au décret n° 85-682 nuel de prévention des prononcées à l'encontre de l'emplo-
yeur, selon 2 motifs possibles : violation de l'obligation de mise du
du 4 juillet 1985 modifié. risques professionnels. document à disposition des instan-
Il poursuit 4 axes d'actions Ce programme est essentiel dans • Il s'agit, en premier lieu, de la ces représentatives du personnel et
(diagnostic sécurité entreprise, in- la mise en œuvre des actions de violation par l'employeur de de l'inspection du travail. Ces
formation, formation et assistance prévention qui font suite à son obligation de transcrire deux infractions sont déjà
technique), qui permettent aux délé- l'évaluation des risques. et de mettre à jour les
Conformément à l'article L. 236-
prévues par le code du travail.
gués de l'OPPBTP de recueillir et résultats de son évaluation des Une telle violation présente, en ce
diffuser les informations nécessai- 4, alinéa 4, l'employeur doit risques. Cela concerne, par qui concerne les représentants du
res à l'évaluation des risques et à fixer, dans le programme, la liste conséquent, le non-respect par personnel, un caractère délic-
l'élaboration des différents plans détaillée des mesures de- l'employeur des obligations : tuel prévu par l'article L. 263-2-2
de prévention. vant être prises au cours de - liées à la forme du document du code du travail, qui porte sur le
l'année à venir afin de (existence d'un document uni- délit d'entrave, en ce qui
satisfaire notamment aux pres- que) et concerne les CHSCT (article L.
2.3.2.4. Les médecins inspec- criptions figurant dans les princi- - au fond : transcription des ré- 482-1 pour les délégués du
teurs du travail et de la main- pes généraux de prévention. En sultats de l'évaluation par un personnel).
d'œuvre application de l'article L. 236-4, inventaire des risques dans Un tel manquement porte en effet
le CHSCT est associé à la chaque unité de travail de atteinte au fonctionnement régulier
Le document unique doit être aussi préparation du programme
tenu à disposition des médecins l'établissement (article R. 230- des instances représentatives du
annuel de prévention par 1, premier alinéa). personnel.
inspecteurs du travail et de la main- l'utilisation,
d'œuvre, en application de l'article L. Conformément à l'article L. 236-3,
- d'une part, de l'analyse des • En second lieu, s'agissant de la il entre notamment dans les droits
612-2 du code du travail. risques à laquelle il a procédé et,
mise à jour des résultats de du CHSCT (article L. 236-1 pour
Celui-ci leur reconnaît en effet un - d'autre part, par l'avis rendu à les délégués du personnel) de
l'évaluation des risques, l'em-
droit de consultation identique à l'employeur sur le programme recevoir de l'employeur les
ployeur devra aussi veiller au
celui des agents de l'inspection du que ce dernier lui soumet. informations nécessaires à
respect des modalités d'ac-
travail. Quant aux délégués du personnel, ils l'exercice de leurs missions. Parmi
disposent des mêmes prérogatives
tualisation du document
Ce droit de consultation permet aux unique, mentionnées à l'article celles-ci, figure l'analyse des
que les CHSCT, en l'absence de ces risques, énoncée plus haut (article
médecins inspecteurs du travail et de R. 230-1, second alinéa.
derniers dans les établissements de L. 236-2). L'employeur peut ainsi
la main d'œuvre d'exercer leur action
plus de 50 salariés, conformément à se rendre coupable de délit
permanente en vue de la protection
la loi n° 82-1097 du 23 décembre Il convient d'ajouter que le juge d'entrave .
de la santé des travailleurs sur leur
1982 modifiée par la loi n° 91-1414 judiciaire a la possibilité de dou-
lieu de travail.
du 31 décembre 1991, au décret n° bler la peine de contravention en
4
S'agissant de l'inspection du qui ont un impact sur les L'évaluation des risques se œuvre de la démarche de
travail, l'article L. 611-9 fonde les conditions de travail. place au centre du dispositif de prévention, tant au regard de
conditions de l'infraction par l'évaluation des risques que de la
l'employeur à l'encontre de son En conséquence, la prévention des prévention. préparation des actions de
obligation de tenir le document risques professionnels ne peut pas • D'une part, elle découle de prévention. Il est rappelé que ces
d'évaluation des risques à sa être envisagée de manière statique et l'obligation première, pour instances procèdent elles-mêmes à
disposition. définitive. l'employeur, d'éviter les ris- une analyse de risques qui
L'article R. 631-1 indique, à cet Bien au contraire, elle doit être ques. Ainsi, le b) du II de l'article contribue à la réalisation par
égard, que toute infraction à cette appréciée et construite dans le cadre L. 230-2 indique bien, à la suite de l'employeur du programme annuel
obligation sera passible de d'un processus itératif tenant l'obligation d'éviter les risques, de prévention, pour lequel les
l'amende prévue pour les compte de l'évolution dans que l'employeur doit «évaluer représentants du personnel sont
contraventions de 3e classe. Dans les risques qui ne peuvent consultés (voir point 2.3.1.).
le cas où l'élément intentionnel est
l'entreprise des facteurs :
- humains, pas être évités». • Le médecin du travail, en
retenu, cette infraction constitue un
délit d'obstacle à l'accom- - techniques et Cela suppose donc qu'une qualité de conseiller de l'entre-
plissement des devoirs d'un - organisationnels. analyse globale des risques prise (salariés et employeur),
inspecteur ou d'un contrôleur du doit être réalisée. apporte sa compétence médicale
Il peut aussi bien s'agir de l'embauche (voir supra point 2.3.1.). Il contri-
travail. de nouveaux salariés, de la • D'autre part, cette évaluation bue plus particulièrement à la
modification des installations, de doit conduire à la mise en œuvre démarche de prévention, en
l'acquisition d'équipements ou de d'actions de prévention. exploitant les données recueillies
3. POINTS DE REPERES l'adoption de nouvelles méthodes de Le a) du III de l'article L. 230-2
pour l'établissement de la fiche
DE METHODE travail. prévoit, à cet égard, qu' « à la
d'entreprise ou lors de la sur-
Ainsi, la démarche de préven- suite de cette évaluation et en veillance médicale particuliè-
• L'objectif est, ici, d'inscrire l'éva- tion peut se dérouler en 5 tant que de besoin, les re des travailleurs (voir annexe 2).
luation a priori des risques dans la grandes étapes, qui consistent actions de prévention ainsi
démarche de prévention des risques successivement à : que les méthodes de travail et • L'employeur peut aussi recourir
professionnels. de production mises en œuvre aux compétences internes d'or-
Dans cette perspective, par l'employeur doivent ga- dre technique et organisationnel,
1- Préparer la démarche
l'évaluation a priori des risques rantir un meilleur niveau de lesquelles peuvent se trouver dans
constitue un préalable à la protection de la sécurité et de les services de sécurité, des
5 méthodes, des ressources humai-
définition des actions de préven- Ré-évaluer 2 la santé des travailleurs et nes de l'entreprise, etc.
les risques Evaluer les être intégrées dans l'ensem-
tion fondée sur la connaissance en suite aux risques
amont des risques auxquels sont actions ble des activités de l'établi- • Enfin,
réalisées
exposés les travailleurs. ssement et à tous les niveaux
de l'encadrement». les travailleurs eux-mêmes ap-
Elle vise : 4 - Mettre en
3- Elaborer portent une contribution indis-
- à accroître la protection de la un program-
oeuvre les actions me d'action pensable, sachant qu'ils dispo-
santé et de la sécurité des salariés, b) L'intérêt d'une approche sent des connaissances et de leur
- ainsi qu'à améliorer les condi- pluridisciplinaire expérience de leur propre situa-
tions de travail au sein de 3.1 - La préparation de la dé- tion de travail et des risques
Dans la mesure où ces actions de
l'entreprise. qu'elle engendre.
marche prévention doivent être planifiées
De ce fait, la démarche de prévention «en y intégrant, dans un ensem-
contribue aussi à l'amélioration Il est nécessaire que l'employeur ble cohérent, la technique, Conformément à l'article L. 230-2, I,
prenne, au préalable, connaissance les travailleurs entrant dans le champ
de la performance générale de des Principes Généraux de Pré- l'organisation du travail, les de l'évaluation des risques sont :
l'entreprise, de double point de vention auxquels il doit se conditions de travail, les rela-
vue : - social et conformer, avant d'engager la tions sociales et l'influence des • tous les travailleurs de l'éta-
- économique. démarche de prévention. facteurs ambiants» (article L. blissement, y compris les tra-
230-2, II, g) ), vailleurs temporaires ;
Cette approche de la prévention de la Il est également important de définir • les travailleurs de plusieurs
santé et de la sécurité au travail doit les objectifs, la méthode, le rôle des
la démarche de prévention se entreprises présents dans
être menée en liaison avec les différents acteurs interne et
instances représentatives du per- externes à l'entreprise et les moyens fonde sur des connaissances un même lieu de travail ;
complémentaires d'ordre cela désigne aussi bien l'inter-
sonnel, de façon à favoriser le de sa mise en œuvre.
- médical, vention d'entreprises exté-
dialogue social, en constituant un - technique et
facteur permanent de progrès au sein a) Les enjeux des principes rieures que les opérations de
- organisationnel, bâtiment et de génie civil
de l'entreprise. généraux de prévention
• tant au stade de l'évaluation réunissant sur un même chantier
L'évaluation des risques introduit Ainsi que l'indique le I de l'article L. des risques plusieurs entreprises (voir les
des principes méthodologiques qu'il 230-2, l'employeur «prend les • que de celui de l'élabo- modalités définies à l'annexe).
convient de maîtriser afin de mieux mesure nécessaires pour assu- ration d'une stratégie de Ainsi, compte tenu de l'évolution
appréhender les enjeux de la rer la sécurité et protéger la prévention. croissante des activités de sous-
prévention de la santé et de la santé des travailleurs de traitance, (maintenance, installa-
sécurité au travail. l'établissement, y compris les tion d'équipements, manutention),
travailleurs temporaires». c) L'association des acteurs
• La démarche de prévention est un internes à l'entreprise les salariés des entreprises
processus dynamique A cette fin, l'employeur agit Les acteurs internes à l'entre- extérieures intervenant sur le
selon 3 modalités d'action : prise contribuent à la démar- site d'une entreprise utilisa-
La démarche de prévention des
risques professionnels s'inscrit dans  des actions de prévention che de prévention. trice sont également mis à
des risques professionnels contribution pour la réalisa-
un processus dynamique. En s'appuyant sur ces apports
 des actions d'information internes, l'employeur peut assurer la
tion de l'évaluation des
Les entreprises ajustent sans  des actions de formation. risques.
qualité de l'évaluation des risques et
cesse leurs outils de produc- développer une culture de la préven-
tion, afin de faire face aux Ainsi, il doit veiller à la mise en en tion dans son entreprise. De ce fait, l'association des acteurs
internes à l'entreprise présente un
évolutions socio-économiques. place d'une organisation et de
• Les instances représentati- intérêt double, tenant :
La plupart du temps, ces mutations moyens adaptés.
s'accompagnent de changements ves du personnel (CHSCT et
organisationnels et techniques délégués du personnel) sont
associées au processus de mise en
5
- d'une part, à la mise en œuvre • En déterminant les modalités de la 3.3. L'élaboration du program- exécution. Dans ce sens, le program-
des compétences pouvant mise à jour du document unique, le me d'actions me annuel peut servir d'outil de suivi
contribuer à la réalisation de présent décret précise, par renvoi au permettant aux instances représenta-
l'évaluation des risques et, 7e alinéa de l'article L. 236-2, que lors L'articulation entre les résultats de tives du personnel d'accompagner la
de toute transformation importan- l'évaluation des risques et l'élabo- mise en œuvre des actions.
- d'autre part, au dialogue so- te des postes de travail découlant de la ration du programme d'actions ne
cial. modification de l'outillage, d'un s'opère pas mécaniquement. Ces actions, qui peuvent consister
changement de produit ou de aussi bien à assurer des formations,
d) La définition des moyens de La mise au point du programme à élaborer des consignes de travail
l'organisation du travail (et) toute d'actions consiste :
mise en œuvre de la modification des cadences et des ou encore à engager des travaux
démarche - à rechercher des solutions et importants liés aux équipements de
normes de productivité (liées ou - à effectuer des choix. travail ou à l'aménagement des
Outre les ressources internes, non à la rémunération du travail), une
locaux, requièrent des exigences
l'employeur peut solliciter et évaluation des risques doit être
mobiliser des ressources Les décisions devront être prises dans techniques qui leurs sont propres.
réalisée.
externes tout au long du le respect des principes géné-
processus de prévention, en • Plusieurs prescriptions spécifiques raux de prévention figurant sui- 3.5. La ré-évaluation des
tenant compte des moyens déterminent les matières et condi- vants (article L.230-2, II) : - « com- risques
financiers dont il dispose. tions dans lesquelles une évaluation battre les risques à la source» ;
des risques doit être effectuée (voir Dans la mesure où ces actions
Il peut faire appel à des annexe 1). Cette réglementation
organismes publics de prévention - « adapter le travail à peuvent conduire à des changements
propre à certaines activités ou risques - techniques et
dotés des compétences (notamment physiques, chimiques et l'homme en particulier lors de - organisationnels
techniques ou organisationnelles biologiques) peut conduire à la la conception des postes de dans les situations de travail
(CRAM : Caisses régionales réalisation de diagnostics fondés travail, susceptibles de générer de nouveaux
d'assurance maladies, MSA : sur le respect d'indicateur permet- risques, il convient, en premier lieu,
Caisses de mutualité sociale tant d'estimer les conditions d'ex-
agricole, OPPBTP : Organisme
du choix des équipements de d'effectuer une nouvelle évalua-
position. travail, des méthodes de travail tion des risques, selon les
professionnel de prévention du
bâtiment et des travaux publics, et de production afin de limiter le modalités fixées par le décret (voir
ANACT : Agence nationale pour travail monotone et cadencé au point 2.2.).
l'amélioration des conditions de
b) L'analyse du travail réel regard de leurs effets sur la san- A l'issue de ces actions, il s'agit
travail et son réseau territorial). té» d'enclencher de nouveau le pro-
La pertinence de l'évaluation des
Il peut également s'adresser à des risques repose en grande partie sur - « tenir compte de l'état cessus de la démarche de pré-
experts techniques et des la prise en compte des situa- d'évolution de la technique » ; vention.
cabinets-conseil privés suscepti- tions concrètes de travail dit
bles de fournir une assistance - « remplacer ce qui est dange-
«travail réel» qui se différencie reux par ce qui n'est pas
dans les domaines de la
prévention. des procédures prescrites de dangereux ou par ce qui est
l'entreprise. moins dangereux » CONCLUSION
Ainsi, l'activité exercée par le - « prendre les mesures de Ce dispositif place l'évaluation
3.2. L'évaluation des risques travailleur pour réaliser les protection collective en leur des risques au cœur de la dé-
Il convient d'apporter quelques objectifs qui lui sont assignés donnant la priorité sur les mesu- marche de prévention des
précisions au contenu du mettent en évidence des prises de res de protection individuelle » ; risques professionnels.
document unique développé au risques pour - « donner les instructions appro-
point 2.1.2, au regard du domaine Sa mise en application effective doit
- gérer les aléas ou priées aux travailleurs».
de l'évaluation des risques et de la contribuer à la fois :
- les dysfonctionnements
nécessité d'analyser le qui surviennent pendant le travail.
- à accroître le niveau de protec-
Sachant que la planification de la tion de la santé et de la sécurité des
travail réel. travailleurs et
prévention consiste à intégrer dans
«un ensemble cohérent» des élé- - au développement des perfor-
a) Le domaine de De ce fait, l'analyse des ments d'ordre mances de l'entreprise.
l'évaluation des risques risques a pour objet d'étu- - technique,
dier les contraintes subies - organisationnel et Dans cette perspective, elle s'inscrit
par les travailleurs et les - humain, bien dans la démarche visant à assurer
L'évaluation des risques doit
s'entendre de manière globa- marges de manœuvre dont il s'agira de tenir compte de des emplois de qualité soutenus par
ceux-ci disposent, dans l'exercice l'interaction de ces éléments, au une dynamique de progrès de
le et exhaustive. de leur activité. regard des situations de travail. l'entreprise.
Les textes relatifs à l'évaluation L'association des travai- C'est sur ces bases que le
des risques viennent préciser le lleurs et l'apport de leur
champ et les modalités de sa mise
programme annuel de préven-
connaissance des risques ain- tion des risques professionnels Le Directeur des Relations du Travail
en œuvre. Jean-Denis COMBREXELLE.
si que de leurs expériences (cf. point 2.4) est établi, en associant
• Ces dispositions relèvent de la loi s'avère à cet égard Paris 18 avril 2002.
les instances représentatives du per-
qui précise que l'évaluation des indispensable. sonnel.
risques doit aussi être réalisée
Ce programme constitue, pour les
lors du choix : Pour ces raisons, il est souhaitable acteurs internes et externes à
 des procédés de fabrication, que dans le document unique, ne l'entreprise, un outil opérationnel
figurent pas uniquement les résultats
 des équipements de travail, de l'évaluation des risques, mais aussi de suivi des actions mises en
une indication des méthodes œuvre.
 des substances et prépara-
utilisées pour y parvenir.
tions chimiques,
 lors de l'aménagement des portée de l'évaluation des risques, 3.4. La mise en ¬uvre des
Cela doit permettre d'apprécier la
lieux de travail et de la au regard des situations de travail. actions de prévention
définition des postes de Suite à l'adoption du programme
travail (article L. 230-2, III, a). annuel de prévention, il est très
souvent fait appel à des études
complémentaires nécessaires à son
6
ANNEXE - 1 PRESCRIPTIONS SPECIFIQUES à la CHARGE de l'EMPLOYEUR en MATIERE d'EVALUATION des RISQUES
1. Risques liés aux situations de co-activité
Il s'agit d'articuler le document unique avec les instruments prévus par : le décret n°92-158 du 20 février 1992 relatif aux prescriptions particulières d'hygiène
et de sécurité applicables aux travaux effectués dans un établissement par une entreprise extérieure ; le décret n°94-1159 du 26 décembre 1994 relatif aux
dispositions particulières relatives à la coordination pour certaines opérations de bâtiment ou de génie civil.

a) Le cas d'une entreprise intervenante dans une entreprise utilisatrice (décret


du 20 février 1992, art. P. 237-7) :
Risques EU
EI interférents
- L'analyse commune des risques interférents : Lors d 'une intervention, l'entreprise
intervenante (El) et l'entreprise utilisatrice (EU) doivent procéder à une analyse commune des
risques pouvant résulter de 1 'interférence entre les activités, les installations et matériels ;
- Le plan de prévention : Les résultats de cette analyse des risques servent à la réalisation du Le document unique Le document unique
doit contenir les résul- doit contenir les résul-
plan de prévention, où figurent les mesures qui doivent être prises par chaque entreprise, en tats de l'évaluation des
vue de prévenir ces risques ; tats de l'évaluation des
risques liés aux métiers risques de l'entreprise
- Le retour d'expériences : Les enseignements tirés de ces analyses - retours d'expériences - et aux risques de l'en- utilisatrice.
peuvent venir, le cas échéant, enrichir le document unique de l'entreprises intervenante, voire treprise intervenante.
de l'entreprise utilisatrice.
En ce qui concerne le secteur du bâtiment et les travaux publics, le document unique contient Le plan de prévention, qui est fondé sur les résultats de
les résultats de l'évaluation des risques liés aux métiers (peintre, maçon, couvreur, grutier ... ) l'analyse en commun des risques interférents, définit
et aux activités de l'entreprise (pavillons, infrastructures de bâtiments, ponts ou routes ... ). les mesures de protection à prendre.

b) le cas d'une ou plusieurs entreprises intervenantes


sur un chantier (opérations de bâtiment et de génie civil) (décret
du 26 décembre 1994)
Dans le secteur du BTP, le document unique contient les Le PGC dé-
résultats de l'évaluation des risques liés aux métiers (peintre, finit l'en-
semble
maçon, couvreur, grutier ... ) et aux activités de l'entreprise Le programme des mesu-
d'action com- res propres
(pavillons, infrastructures de bâtiments, ponts ou routes ... ) prend les mesu- au chantier
res de préven-
- Le plan général de coordination en matière de sécurité et tion à prendre
de protection de la santé (PGC) : Le PGC définit l'ensemble sur le fonde-
ment du docu-
des mesures propres à prévenir les risques découlant de ment unique
l'interférence des activités des différents intervenants sur le
chantier, ou de la succession de leurs activités (art. R.238-21).
- Le plan de sécurité et de protection de la santé (PPSPS) :
Le PPSPS doit définir les mesures de prévention liées aux
risques du chantier (arts. R. 238-31 111 et R. 238-32). Les Le PPSPS
prend en
mesures de prévention issues du document unique (modes compte à la
opératoires standards) contribuent à la réalisation du PPSPS. fois les mesu-
Le Document res préco-
- Le retour d 'expériences : Les enseignements tirés de la Unique nisées par le
contient les PGC et les me-
mise en œuvre du PPSPS peuvent enrichir le document unique résultats de Retour
sures propre à
réalisé par chaque entreprise impliquée dans l'ouvrage ; en l'évaluation l'activité de
des risques d'expérience
l'entreprise
outre, ces enseignements peuvent être prises en compte lors de
la conception de PGC, à l'occasion d'ouvrages ultérieurs.

2. Risque physique
Compléments par rapport au décret
Type de risque ou d'activité Prescriptions spécifiques évaluation des risques
Article R. 231-68 : en application des principes généraux de
prévention définis à l'article L. 230-2, l'employeur évalue, si possible Les résultats de l'analyse de ces risques
Manutention de charges préalablement, les risques que font encourir les opérations de sont intégrés dans le document unique.
manutention pour la sécurité et la santé des travailleurs ; un arrêté du 29
janvier 1993 établit une liste non exhaustive des éléments de référence
et des autres facteurs de risque à prendre en compte pour l'évaluation
préalable des risques et l'organisation des postes de travail.
En ce qui concerne le bruit, le travail
Article R. 232-8-1 : l'employeur procède à une estimation et, si besoin d'identification et de mesurage réalisé par
Bruit est, à un mesurage du bruit subi pendant le travail. l'employeur constitue un élément de
référence pour l'évaluation de ce risque,
qui contribue à l'obligation générale
d'évaluer les risques prévue décret du 5
novembre 2001.
Décret n° 86-1103 du 2 octobre 1986 (protection des travailleurs contre
les rayonnements ionisants), article 4 : afin que les matériels, procédés
Rayonnements ionisants et l'organisation du soient conçus de telle sorte que les expositions Les résultats de l'analyse de ces risques
professionnelles individuelles et collectives soient maintenues aussi sont intégrés dans le document unique.
bas que possible en dessous des limites par le décret, les postes de
travail exposés font l 'objet d'une analyse dont la périodicité est fonction
du niveau d'exposition ; voir aussi les articles 24 (évaluation
individuelle de l'exposition des travailleurs opérant en zone
contrôlée), ainsi que les différents contrôles, prévus par le décret ; en
outre, l'employeur établit une notice pour chaque poste de travail
exposant les travailleurs à ce risque.
Décret n° 91-451 du 14 mai 1991 (prévention des risques liés au travail
risques sont intégrés dans le document sur des équipements Les résultats de l'analyse de ces risques
Ecrans de visualisation comportant des unique. écrans de visualisation), article 3 : l'employeur sont intégrés dans le document unique.
analyse les risques professionnels et les conditions de travail pour
tous les postes comportant un écran de visualisation.

7
Suite ANNEXE - 1
3. Risque chimique
Observations au regard du décret
Type d'activité Prescriptions spécifiques évaluation des risques
ANNEXE - 1 Article R.231-54-1 : l'employeur procède, conformément aux dispositions
du III de l'article L. 230-2, à l'évaluation des risques encourus par la santé
Dispositions générales et la sécurité des travailleurs, pour toute activité susceptible de présenter Les résultats de l'analyse des risques
un risque d'exposition à des substances ou à des préparations chimiques chimiques sont intégrés dans le
dangereuses. Cette évaluation porte sur les niveaux d'exposition collec- document unique,.
tifs et individuelles et indique les méthodes envisagées pour les rédui-
re ; cette disposition prévoit en outre les conditions de renouvellement de
l'évaluation ; l'article R. 231-54.1 prévoit qu'une notice informant le salarié
des risques auxquels il est exposé sera établie pour chaque poste de
travail soumis à ce risque.
Article R. 231-56-1 : l'employeur est tenu, pour toute activité susceptible
de présenter un risque d'exposition à des agents cancérogènes,
Risque cancérogène d'évaluer la nature, le degré et la durée de l'exposition des travailleurs, afin idem
de pouvoir apprécier tout risque concernant leur sécurité ou leur santé.
Décret n° 96-98 du 7 février 1996 modifié (protection des travailleurs
contre les risques liés à l'inhalation de poussières d'amiante), article 2 :
Amiante l'employeur évalue les risques, afin de déterminer, notamment, la nature, idem
la durée et le niveau de l'exposition des travailleurs à l'inhalation de pous-
sières provenant de l'amiante ou de matériaux contenant de l'amiante.
Cette évaluation doit porter sur la nature des fibres en présence et sur les
niveaux d'exposition collective et individuelle.
Silice Les mesures et contrôles ainsi
Plomb Voir les différents textes fixant des seuils d'exposition. effectués constituent des éléments de
Chlorure de vinyle monomère référence nécessaires à l'évaluation
Benzène des risques.

4. Risque biologique
Observations au regard du décret
Type d'activité Prescriptions spécifiques évaluation des risques
Article R. 231-62, 1. : afin de procéder à l'évaluation des risques, prévue
conformément à l'article L. 230-2, l'employeur détermine la nature, la
Risque biologique durée et les conditions d'exposition des travailleurs pour toute activité Les résultats de l'analyse des risques
susceptible de présenter un risque d'exposition à des agents biologiques ; chimiques sont intégrés dans le docu-
voir les points 2 , 3, 4 de l'article R. 231-62 relatifs aux modalités de ment unique.
l'évaluation des risque, l'article R. 231-62-3 portant sur la consigne de
sécurité établie à l'intention des travailleurs et l'article R. 231-63-1 sur les
informations relatives à l'évaluation des risques tenues à disposition
d'acteurs internes et externes à l'entreprise.

ANNEXE - 2

DONNES CONTRIBUANT à l'EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS


Liste indicative
La réglementation du travail • La Fiche d'Entreprise établie • La surveillance médicale par- • Les Fiches de données de
prévoit l'existence de plusieurs par le médecin du travail ticulière assurée par le méde- sécurité concernant les pro-
supports qui contiennent des (article R. 241-41) : cin du travail duits chimiques
données relatives à l'évaluation Cela s'inscrit dans le cadre de sa (article R. 241-50) : le médecin (article R. 231-53) : elles
des risques et qui peuvent, de ce mission de conseiller de d'exercer une surveillance mé- doivent
du travail a aussi pour mission être communiquées à
l'employeur par les fabricants,
fait, contribuer à l'élaboration l'employeur et des travailleurs, dicale particulière auprès des importateurs ou vendeurs de
du document unique par l'em- de leurs représentants et des salariés affectés à certains tra- tels produits. Ces fiches sont
ployeur. services sociaux, notamment vaux comportant des exigences ensuite transmises par l'em-
en matière de protection des ou des risques spéciaux déter- ployeur au médecin du tra-
Il s'agit de : salariés contre l'ensemble des minés par arrêtés ministériels. vail.
• L'analyse des risques réalisée nuisances, et contre les risques
par les institutions représen- d'accidents du travail, ou d'uti- • La déclaration à la caisse • L'évaluation des risques lors
tatives du personnel lisation des produits dange- primaire d'assurance mala- de la conception de machines
(article L. 236-2) : reux. Dans les entreprises de die neuves ou considérés comme
le Comité d'hygiène, de sécurité plus de 10 salariés, la fiche (article L. 461-4 du code de la neuves (article R. 233-84
et des conditions de travail d'entreprise que le médecin du sécurité sociale) : elle doit être (annexe I,1.1.2, b) ) : le concep-
(CHSCT) procède à l'analyse travail est chargé d'établir et de effectuée par l'employeur teur effectue une analyse des
des risques professionnels mettre à jour, au regard de lorsque ce dernier utilise des risques en vue de rechercher
auxquels peuvent être l'article R.241-41-3, peut procédés de travail suscepti- tous ceux qui sont susceptibles
exposés les salariés. Cela contribuer à l'évaluation des bles de provoquer des mala- de concerner la machine ou le
résulte du second alinéa de risques pratiquée par l'em- dies professionnelles ; composant de sécurité.
l'article L. 236-2. ployeur, pour ce qui concerne • La liste des postes de travail Lorsque des risques résiduels
présentant des risques parti- continuent
sa dimension médicale. à exister malgré
Dans le même sens, les toutes les dispositions intégrées
délégués du personnel, inves- Comme le prévoit cette disposi- culiers à la machine elle-même ou
tis des missions des CHSCT, tion, la fiche d'entre-prise, qui (article L. 231-3-1 du code du lorsqu'il s'agit de risques
peuvent procéder également à doit être transmise à l'emplo- travail) : elle concerne les potentiels non évidents, des
l'analyse des risques, confor- yeur, consigne notamment les risques portant sur la santé ou la avertissements doivent être
mément aux alinéas deux et risques professionnels et les sécurité des salariés sous prévus (annexe I,1.7.2).
quatre de l'article L. 236-1 (voir effectifs de salariés exposés à contrat de travail à durée
point 2.4 de la circulaire sur le ces risques. déterminée et des salariés sous
lien établi entre le document contrat de travail temporaire
unique établi par l'employeur et qui doivent être relevés par
l'analyse des risques effectuée l'employeur, après avis du
par l'institution représentative médecin du travail et du
du personnel). CHSCT ou à défaut des délé-
gués du personnel.
28/4/02 8