Vous êtes sur la page 1sur 8

A. KULESZA

Hors-série Mardi 5 juin AD 2012 Exemplaire gratuit
Hors-série
Mardi
5 juin
AD 2012
Exemplaire gratuit
À LA DISCRIMINATION
À LA
DISCRIMINATION

LES AUTORITÉS DE POLOGNE – CONTRE LES STANDARDS DE L`UNION EUROPÉENNE – LIMITENT LA LIBERTÉ D`EXPRESSION DE MILLIONS DE LEURS CITOYENS

Sur le marché médiatique polonais qui est dominé par de grands gro- upes liés par leurs capitaux aux con- sortiums internationaux, Radio Maryja et Télévision Trwam consti- tuent un phénom¯ne tout ∫ fait exceptionnel. Premi¯rement, elles ne dépendent d’aucun capital étranger ; elles sont financées par des dons de leurs auditeurs. Deu- xi¯mement, ce sont les premiers médias en Pologne qui permettent la participation active de leurs audi- teurs et téléspectateurs, qui don- nent la voix aux milieux exclus du débat public. C’est pourquoi grâce ∫ eux se construit une collectivité qui se sent responsable de la vie so- ciale. De plus ils s’engagent dans de nombreuses actions qui servent le bien commun. Troisi¯mement, Ra- dio Maryja et Télévision Trwam ce sont des médias dont l’identité est forte et claire, des médias qui con- stituent l’alternative au message dominant de caract¯re libéro-gau-

chiste. Ils assurent une information véridique, objective, non-mani- pulée. Dans leur présentation de la

réalité ils sont guidés par le crit¯re du bien, du beau et de la vérité. L’apport de Radio Maryja et de Télévision Trwam ∫ la reconstruc- tion des fondements démocratiqu- es de la

République

polonaise li-

bre

l’établisse-

ment

l’ordre

médiatique

est inconte-

stable. D’autant plus grande est donc l’in- dignation de l’opinion publique provoquée par la décision non justi- fiée du KRRiT qui a refusé une fréquence sur le multiplex numéri- que ∫ Télévision Trwam et par la di- scrimination de l’opérateur catholi- que par le gouvernement actuel.

Radio Maryja est une radiodiffu-

sion nationale de Pologne qui co- uvre le monde entier. Catholique, elle appartient ∫ la Province de Var- sovie des Rédemptoristes. Cette station de radio réunit un groupe de plusieurs millions d’auditeurs en les intégrant autour de sa mission de nouvelle

évangélisa-en les intégrant autour de sa mission de nouvelle tion ainsi que du ren- forcement de

tion ainsi que du ren- forcement de la foi et de l’identité nationale. Le fonda-

teur et le di- recteur de la radio, le p¯re Tadeusz Rydzyk C.S.s.R., prit la décision de créer la radiodiffusion le 10 février 1990 au sanctuaire de la Miséricor- de Divine de Cracovie-¸agiewniki. Le 8 décembre 1991, Radio Maryja commen˜a ∫ diffuser de son si¯ge de Toruƒ. Elle brisa le monopole

c’est le nombre des personnes qui ont déj∫ signé une protestation contre la discrimination de Télévision Trwam

protestation contre la discrimination de Télévision Trwam 2,2 m ns et ∫ de réservé jusqu’alors ∫
protestation contre la discrimination de Télévision Trwam 2,2 m ns et ∫ de réservé jusqu’alors ∫
protestation contre la discrimination de Télévision Trwam 2,2 m ns et ∫ de réservé jusqu’alors ∫

2,2

m ns

et

de

réservé jusqu’alors ∫ une seule option libérale et devint la voix des Polonais, des catholiques qui pen- dant de longues années avaient été privés de la possibilité de communi- quer par l’intermédiaire des moy- ens modernes. Radio Maryja rem- porta rapidement un vrai succ¯s car

les gens attendaient de telles émis-

sions qui tout en fournissant une in- formation fiable formeraient l’esprit et le coeur conformément aux principes de la foi catholique et da la tradition polonaise. Malgré des difficultés venant des autorités et les attaques des milieux hostiles ∫

l’Église, Radio Maryja se dévelop-

pait de fa˜on dynamique et inspira la naissance de nouvelles oeuvres dont entre autres le quotidien « Nasz Dziennik » ou l’École supérieure de la culture sociale et médiatique de Toruƒ. En 2003 ce fut Télévision Trwam, donc la seule chaîne catholique dans le pays, qui commen˜a son activité.

catholique dans le pays, qui commen˜a son activité. Par ses décisions le KRRiT bâillonnent les catholiques

Par ses décisions le KRRiT bâillonnent les catholiques

www.naszdziennik.pl
www.naszdziennik.pl
le KRRiT bâillonnent les catholiques www.naszdziennik.pl LES AUTORITÉS NOUS MUSELLENT Chasser, calomnier, diffamer,

LES AUTORITÉS NOUS MUSELLENT

Chasser, calomnier, diffamer, refuser une fréquence sur le multiplex – c’est un élément du combat contre l’Église – dit le p¯re Tadeusz Rydzyk C.S.s.R., directeur de Radio Maryja.

VI

p¯re Tadeusz Rydzyk C.S.s.R., directeur de Radio Maryja. VI CONCESSIONS À REVOIR Au lieu de contribuer
p¯re Tadeusz Rydzyk C.S.s.R., directeur de Radio Maryja. VI CONCESSIONS À REVOIR Au lieu de contribuer

CONCESSIONS À REVOIR

Au lieu de contribuer au pluralisme médiatique, la décision du Conseil national de la radio et de la télévision a renforcé le caract¯re oligarchique du marché médiatique polonais dominé par l’aspect libéral de gauche.

III

DÉNI DE DROIT

Le Conseil national de la radio et de la télévision viole les recommandations de la Commission européenne au sujet de l’utilisation des médias numériques.

II

au sujet de l’utilisation des médias numériques. II TÉLÉVISION TRWAM : COMME „SOLIDARNOÂå” L’ambiance
au sujet de l’utilisation des médias numériques. II TÉLÉVISION TRWAM : COMME „SOLIDARNOÂå” L’ambiance

TÉLÉVISION TRWAM :

COMME

„SOLIDARNOÂå”

L’ambiance pendant les marches pour Télévision Trwam fait penser ∫ ce mémorable août 1980 où naissait « SolidarnoÊç ».

IV-V

R. SOBKOWICZ

II

Mardi 5 juin 2012

STOP
STOP

À LA DISCRIMINATION

naszdziennik.pl

Privés de droit aux médias

DISCRIMINATION naszdziennik.pl Privés de droit aux médias Jan Dworak, président du Conseil national de la radio

Jan Dworak, président du Conseil national de la radio et de la télévision qui a refusé une fréquence sur le MUX-1

Répartition des fréquences sur les multiplex

MUX-1

MUX-2

CHAÎNE

liens de capital

CHAÎNE

liens de capital

   

POLSAT

    POLSAT

POLO TV

POLO TV SPORT NEWS

SPORT NEWS

ESKA TV

ESKA TV TV4

TV4

ESKA TV TV4

TV6

TV6
   

T-TV

 

POLSATT-TV  

T-TV   POLSAT

ATM

 

TV PULSTV PULS2

TV PULS2

ATM   TV PULS TV PULS2

ROZRYWKA TV

ROZRYWKA TV

TVP1

TVP1 TVN7

TVN7

TVP1 TVN7

TVP2

TVP INFO

TVP2 TVP INFO TVN
TVP2 TVP INFO TVN

TVN

TVP2 TVP INFO TVN

MUX-3

MUX-4

RÉSERVATION POUR

RÉSERVATION POUR  
 
RÉSERVATION POUR  

TELEWIZJA POLSKA

MOBIL

L e marché des médias com- merciaux de Pologne rev˘t un caract¯re d’oligopole, qui s’est formé dans les années

90 du XX e si¯cle lorsque deux fréqu- ences nationales se sont retrouvées entre les mains des propriétaires de Polsat et de TVN. Aujourd’hui les consortiums liés ∫ ces stations dispo- sent en outre d’autres chaînes de télévision, de plateformes satellites, d’un réseau de téléphonie mobile et d’Internet et m˘me d’un réseau de cinémas. La Plateforme civique (PO) libéra- le qui est au pouvoir depuis 2007 compte parmi ses partisans les plus importants opérateurs du marché médiatique. On ne voit pas que les principales télévisions privées rem- plissent la fonction de contrôle qui est si pertinente en démocratie. Leur of- fre de programmes a un caract¯re commercial et les idées et les mœurs propagées par leur intermédiaire sont difficiles ∫ accepter par un catholique ou un téléspectateur éduqué de ma- ni¯re traditionnelle. La numérisation de la télévision terrestre avait donné ∫ espérer qu’en- fin on verrait naître un pluralisme tant sur le plan de la propriété que ce- lui des idées. Mais rien de cela ne s’est produit. Le parti au pouvoir (PO) de- puis quatre ans n’avait pas présenté la loi sur l’extinction de la diffusion de la télévision analogique et c’est grâce ∫ cela que les diffuseurs terrestres d’alors se sont retrouvés mieux placés pour négocier. Ils étaient en posses- sion de licences pour diffuser selon le syst¯me analogique depuis de longu- es années et pouvaient tr¯s bien blo- quer la fermeture du signal télévisuel traditionnel. Résultat, ils ont doublé leur présence en occupant tout le multiplex II avec la possibilité d’émis- sion de huit programmes de télévi- sion. L’espoir de briser le monopole d’alors s’était concentré sur quatre fréquences libres sur le multiplex I.

Deux d’entre elles ont été attribuées aux sociétés fondées par le milieu des producteurs télévisuels dont une (ATM Grupa) a des liens en termes de capital avec le consortium de Pol- sat et l’autre (Stavka) appartient ∫ 51 pour cent ∫ TVN. Les deux autres fréquences ont été occupées par les sociétés Eska et Lemon Records du groupe de ZPR. Toutes les deux sont associées au milieu du parti SLD (les sociaux-démocrates issus du parti communiste polonais). Ces conne- xions politiques conviennent ∫ merve- ille ∫ l’ensemble politique qui consti- tue le Conseil national de la radio et de la télévision. « C’est déj∫ la neuvi¯me fois que je réponds aux questions au sujet de Télévision Trwam », se plaignait le président du KRRiT Jan Dworak lors de la séance de la Commission de la culture et des médias de la Di¯te. En effet, de janvier ∫ mai 2012 c’est l’af- faire de la numérisation qui a dominé les travaux de différentes commis- sions de la Di¯te et du Sénat. On a consacré ∫ ce sujet neuf séances de plusieurs heures de la Commission de la culture et des médias. ∫ quatre de ces séances a participé aussi la Com- mission du contrôle d’État. ∫ cela il faut ajouter encore les séances de la Commission de l’innovation et des nouvelles technologies dédiées ∫ la télévision numérique. Elles aussi se sont transformées en des débats, pen- dant de longues heures, sur la discri- mination de la chaîne catholique. La Commission de la culture du Sénat a débattu ∫ deux reprises sur la décision du KRRiT et lors des séances c’éta- ient non seulement les sénateurs qui ont posé les questions au président du KRRiT Jan Dworak mais aussi les députés. Il est difficile d’imaginer que les parlementaires ne réclament pas des explications concernant la décision sur le nouvel ordre médiatique en Po- logne et sur la place des médias ca-

tholiques dans cet ordre. Plus il y ava- it de débats et de séances, plus de fa- its choquants se faisaient jour. La voie de la suite de l’affaire au Par- lement n’est pas encore condamnée. À la Di¯te et au Sénat il y aura des débats et des votes sur le compte rendu annu- el du KRRiT. Les probl¯mes liés ∫ la numérisation deviennent de plus en plus graves car la date des premiers arr˘ts de la diffusion analogique appro- che. On peut craindre que faute d’aide de la part de l’État ∫ 1,5 million de fa- milles les plus pauvres, et faute d’une campagne d’information nécessaire, une grande partie de la société soit du- rablement coupée de l’acc¯s aux médias apr¯s l’arr˘t de la diffusion ana- logique. Les médias publics risquent de faire faillite ∫ cause d’une catastrophe définitive de leur financement et faute d’initiative de la part du gouvernement. Et toutes ces questions sont strictement liées au probl¯me de la discrimination de Télévision Trwam. Les revendications massives d’un droit au développement de la chaîne qui sert la vérité et une bonne éduca- tion de la communauté sociale – c’est un phénom¯ne inédit dans l’histoire des médias. De nombreux spécialistes des médias sont d’avis que l’avenir et la sauvegarde des médias dépendent justement des opérateurs soutenus par une collectivité puissante de téléspectateurs. Au lieu donc de pro- fiter de cette possibilité, les décideurs polonais renferment le marché médiatique dans le régime actuel.

Barbara Bubula

Barbara

Bubula

Députée ∫ la Di¯te polonaise, dans les années 2007-2010 membre du Conseil national de la télévision et de la radio (KRRiT)

Le KRRiT a octroyé les fréquences aux sociétés qui: ONT DES FONDS PROPRES DÉFICITAIRES GÉNÈRENT
Le KRRiT a octroyé
les fréquences
aux sociétés qui:
ONT DES FONDS PROPRES DÉFICITAIRES
GÉNÈRENT DES PERTES
N’ONT AUCUNE IMMOBILISATION
CORPORELLE
NE DISPOSENT D’AUCUNE BASE
PROPRE DE PRODUCTION NI D’ÉMISSION
N’ONT PAS DE RÉELLES
GARANTIES FINANCIÈRES
N’AVAIENT PAS COMMENCÉ À DIFFUSER
LEURS PROGRAMMES À LA DATE DE LA
PRISE DE DÉCISION CONCESSIONNAIRE
APPARTIENNENT AU MÊME
GROUPE DES CAPITAUX
ONT LES PROPRIÉTAIRES QUI
POSSÈDENT DÉJÀ DES
FRÉQUENCES SUR LE MULTIPLEX

Déni de droit

L a limitation de l’acc¯s de la chaîne Trwam aux téléspec- tateurs polonais par le refus de diffuser son programme ∫

travers le multiplex numérique consti- tue un outrage au principe de liberté, d’égalité et de pluralisme garanti par le syst¯me démocratique de l’État de droit. Les pactes relatifs aux droits de l’homme, les traités constituant le dro- it de l’Union européenne et les stan- dards universels de l’État de droit qui sont en vigueur dans l’espace de droit polonais et européen sauvegardent l’acc¯s libre ∫ la liberté d’expression et au pluralisme médiatique. Dans le cas de la chaîne de Télévi- sion Trwam, l’exclusion de cette possi- bilité de diffusion moderne dans le syst¯me numérique communément accessible, on a non seulement violé les principes fondamentaux de l’éga- lité devant la loi mais on a aussi appli- qué une méthode discrétionnaire d’exclusion d’une partie importante de la société de la possibilité de satis- faire ses besoins dans l’¯re de la com- munication sociale universelle. Le Conseil national de la radio et de la télévision (Krajowa Rada Radio-

fonii i Telewizji – KRRiT), organe constitutionnel, destiné ∫ protéger l’intér˘t public dans l’espace audiovi- suel a effectué une manipulation sélective sur les crit¯res de choix des diffuseurs, en s’exposant ∫ une objec- tion de manque d’objectivité, de par- tialité, de protection et enfin d’infrac- tion ∫ la transparence des procédures. La manipulation sur les r¯gles du jeu, dans le syst¯me de sélection des diffuseurs, a donné la priorité aux dif- fuseurs monopolistiques commer- ciaux de capitaux plutôt qu’∫ un diffu- seur qui accomplit une mission d’intégration sur le plan de la commu- nication sociale. Le fait d’avoir limité l , accessibilité au pluralisme des diffuseurs au profit des groupes de capitaux dominant sur le marché et le fait d’avoir accordé plus d’une fréquence de diffusion ∫ chacun d’entre eux sur le multiplex alors qu’on venait d’éliminer un diffu- seur social jouant un rôle irrem- pla˜able d’intégration dans le monde des téléspectateurs, des utilisateurs et des participants aux programmes dif- fusés, or cette situation a déj∫ éveillé une riposte sous forme d’un mouve- ment social de protestation civique.

Malgré cela, le Conseil national de la radio et de la télévision (KRRiT) s’abstient de se soumettre au contrôle postulé par voix de la société et du parlement qui serait effectué par la Chambre Supr˘me de Contrôle (NIK), organe constitutionnel de contrôle, afin de vérifier la correction et la justesse de cette décision coupant une grande partie de la société de l’acc¯s ∫ leur transmetteur de rela- tions sociales. En dépit de la demande sociale, la culture, l’art, l’éducation et l’identité civique perdent ∫ la télévision en con- frontation avec l’intér˘t des annon- ceurs de capitaux qui basent sur un di- vertissement grossier et sur des émis- sions primitives qui flattent les goûts les plus abjects. Ce qui donne ∫ réfléchir, c’est la résistance du KRRiT au contrôle de sa transparence et de la justesse de sa décision ∫ la lumi¯re des conditions déterminées dans la Constitution de Pologne, dans la directive du Parle- ment européenne et du Conseil du 10 mars 2010 sur les services audiovisuels médiatiques d’une concurrence honn˘te sans préjudice de la fonction d’utilité publique réalisée par l’in-

termédiaire des services médiatiques audiovisuels » et ∫ lumi¯re des devo- irs de sauvegarder la liberté d’expres- sion, le droit ∫ l’information et l’ IN- TÉRT PUBLIQUE en radiophonie et télévision. Une telle position du KRRiT est en opposition avec la recommandation de la Commission européenne du 20 août 2009 au sujet des compétences permettant l’usage des médias dans le cadre numérique afin de créer un sec- teur plus concurrentiel d’audiovisuel et de contenu numérique et de créer une société basée sur sur le savoir.

Piotr ¸. Andrzejewski

Piotr ¸.

Andrzejewski

Juriste, défenseur reconnu des droits de l’homme, militant anticommuniste sous la République Populaire de Pologne, membre- -fondateur de la Fédération internationale Helsinki pour les Droits de l’Homme, membre du Tribunal d’État de la République de Pologne, ancien sénateur de la République de Pologne

naszdziennik.pl

STOP
STOP

À LA DISCRIMINATION

Mardi 5 juin 2012

III

Concessions ∫ revoir

Par Ma∏gorzata Rutkowska

Pourquoi le Conseil national de la radio et de la télévision a-t-il refusé ∫ Télévision Trwam une fréquence sur le multiplex de la télévi- sion numérique ? Qui est plus fiable : un diffuseur actif depuis 9 ans et financi¯rement crédible ou des sociétés sans aucune pro- priété, sans expérience, sociétés qui n’ont ja- mais diffusé un programme de télévision ? Voil∫ les questions que depuis bien des mois se posent les téléspectateurs de cette unique chaîne catholique en Pologne qu’est Télévi- sion Trwam, et pas seulement eux. Les Polo- nais sont bouleversés par ce processus de numérisation qui a démontré comment par l’intermédiaire de procédures tellement ob- scures se fait un démontage des piliers de la liberté et de la démocratie. C’est une réalité qui ne fait pas penser par hasard au monde orwellien : il est des chaînes égales mais il y en a aussi celles qui sont plus égales, il est des stations de télévision privilégiées et celles qui sont exclues. En vertu de la décision de la Commis- sion européenne, le processus de numéri- sation ou de transition du syst¯me analo- gique vers le numérique est obligatoire pour tous les pays de l’Union européenne. En Pologne il devrait ˘tre terminé en juil- let 2013. La diffusion numérique terrestre élargit considérablement l’acc¯s ∫ l’offre de programmes d’une chaîne et rend po- ssible l’utilisation d’autres nouvelles tech- nologies. En un mot : qui sera absent du multiplex ne comptera plus dans le mon- de médiatique et perdra toute possibilité de développement. Sur le premier multiplex qui embrasse- ra les chaînes non-payantes il y avait qu- atre fréquences ∫ distribuer. Le Conseil national de la radio et de la télévision (KRRiT), qui est un organe constitutionnel responsable de l’octroi des concessions, avait reçu au total 17 deman- des de concession dont celle de Télévision Trwam. La procédure a été officiellement close le 4 mars 2011. Le mot « officielle- ment » doit ˘tre mis en relief car malgré le r¯glement adopté, le KRRiT n’avait pas traité tous les demandeurs de la m˘me mani¯re. Or, il a permis ∫ deux d’entre eux de compléter leur dossier apr¯s le délai. Et cela a bien sûr pesé lourd sur le processus concessionnaire.

1212

1010

8

6

4

2

00

2008

le processus concessionnaire. 12 12 10 10 8 6 4 2 0 0 2008 m n

m ns PLN

La décision prise par ce corps composé de cinq membres qui, mine de rien, représentent le président de la Républi- que polonaise Bronis∏aw Komorowski et les partis libéraux de gauche, s’est avérée on ne peut plus subjective, injuste et com- promettante pour ses auteurs. Sans aucu- ne justification, le KRRiT a admis a prio- ri que la Fondation Lux Veritatis, donc le propriétaire de Télévision Trwam, ne se- rait pas capable de soutenir le poids fi- nancier lié ∫ l’entrée sur la plateforme numérique. Et pourtant ∫ partir des do- cuments déposés aupr¯s du KRRiT l’on voit une image tout ∫ fait différente. Tout d’abord il s’av¯re que les quatre sociétés de droit commercial qui ont obtenu une concession ne répondent pas aux crit¯res établis par le KRRiT. Et la Fondation Lux Veritatis surpasse toutes ces sociétés ∫ to- us les égards. Voil∫ quelques indicateurs économiques pour l’illustrer:

LES CAPITAUX FIXES DE LA FONDATION SONT :

3,700 fois plus élevés que ceux de la société Eska TV S.A. ; 351 fois plus élevés que ceux de la société Lemon records S.A.R.L. ; 86 000 000 de fois plus élevés que ceux de la société Stavka TV S.A.R.L.

LES FONDS PROPRES :

Fondation Lux Veritatis : 20,5 millions PLN Stavka TV S.A.R.L. : 91 mille PLN Lemon records S.A.R.L. : capital déficitaire d’un montant de 473 mille PLN Eska TV S.A. : capital déficitaire d’un montant de 3,8 millions PLN

LE BÉNÉFICE NET EN 2010 :

Fondation Lux Veritatis : 3,5 millions PLN Lemon records S.A.R.L. : 19.000 PLN Stavka TV S.A.R.L. : perte d’un montant de 4.000 PLN Eska TV S.A. : perte d’un montant de 2,3 millions PLN

Fonds propres

2020 2009 1515 1010 5 0 -5-5
2020 2009
1515
1010
5
0
-5-5

m ns PLN

Le KRRiT a donc reconnu les opéra- teurs dépourvus de crédibilité financi¯re qui ont des fonds propres déficitaires, qui gén¯rent des pertes, qui n’ont aucune im- mobilisation corporelle, qui ne disposent d’aucune base propre de production ni d’émission et n’ont pas de réelles garan- ties financi¯res. Et encore ce n’est pas to- ut sur ce plan d’étranges manipulations survenues ∫ l’occasion de la répartition des concessions ! Or, les fréquences de la plateforme numérique ont été octroyées ∫ des sociétés qui n’avaient m˘me pas com- mencé ∫ diffuser leurs programmes ∫ la date de la prise de décision sur la conces- sion numérique – m˘me si c’était la condi- tion sine qua non d’une vérification posi- tive. Qui plus est, ces sociétés appartien- nent ∫ deux groupes : Polsat et TVN, qui poss¯dent déj∫ plus d’une dizaine de fréquences sur des multiplex. Au lieu donc de contribuer au pluralisme médiati- que, la décision du KRRiT a renforcé le caract¯re oligarchique du marché média- tique polonais dominé par l’aspect libéral de gauche. Deux opérateurs qui ont obte- nu la concession appartiennent aux chaînes de télévision qui sont déj∫ présen- tes sur le deuxi¯me multiplex : Stavka ap- partient au groupe TVN et ATM Group ∫ Polsat. Quant aux sociétés Lemon Re- cords et Eska TV, c’est le groupe ZPR S.A., le propriétaire du réseau radiopho- nique Eska et le potentat du marché des jeux d’argent et de hasard, qui détient leur capital majoritaire. En m˘me temps on a refusé l’acc¯s ∫ la technologie numérique au diffuseur catholique tout en sachant que plus que 90 % de Polonais se décla- rent catholiques. Malgré les vœux de Josef Goebbels, le mensonge répété mille fois ne se transfor- me pas toujours en vérité. Les machina- tions et les manipulations du KRRiT ef- fectuées lors du processus de concession ont été mises au jour et ont fait voir que les motifs de sa décision étaient non objectifs et fortement idéologiques. En réponse ∫ cela est né un vaste mouvement qui défend Télévision Trwam et qui proteste contre la destruction des médias indépen- dants. Les dirigeants ne s’y attendaient pas. Et maintenant c’est l’opinion publi- que de l’étranger qui a l’occasion de con- naître les arguments qui militent pour une révision de la procédure concessionnaire.

2525 2010 2020 1515 1010 5 0 -5-5
2525 2010
2020
1515
1010
5
0
-5-5

m ns PLN

Comparaison des capitaux fixes

100100

8080

6060

4040

2020

00

2010

des capitaux fixes 100 100 80 80 60 60 40 40 20 20 0 0 2010

m ns PLN

Fondation LUX VERITATIS100 100 80 80 60 60 40 40 20 20 0 0 2010 m n s

ESKA TV S.A. LEMON RECORDS S.A.R.L.
LEMON RECORDS S.A.R.L.ESKA TV S.A.

STAVKA LTD S.A.R.L.LUX VERITATIS ESKA TV S.A. LEMON RECORDS S.A.R.L. Comparaison des actifs circulants 4,0 4,0 3,5 3,5

Comparaison des actifs circulants

4,04,0

3,53,5

3,03,0

2,52,5

2,02,0

1,51,5

1,01,0

0,50,5

0,00,0

2010

3,0 3,0 2,5 2,5 2,0 2,0 1,5 1,5 1,0 1,0 0,5 0,5 0,0 0,0 2010 m

m ns PLN

Valeur

d’EBITDA *

2525

2020

1515

1010

5

0

-5-5

2010

Valeur d’EBITDA * 25 25 20 20 15 15 10 10 5 0 -5 -5 2010

m ns PLN

* EBITDA – indicateur financier qui sert à estimer la capacité de tout sujet de financer les investissements et sa propre activité. EBITDA = résultat opérationnel + amortissement

Nasz Dziennik ul. Żeligowskiego 16/20, 04-176 Warszawa, Pologne Tél. : (0048) 22 515 77 77 Fax : (0048) 22 515 77 78

www.naszdziennik.pl

RÉDACTRICE EN CHEF Ewa Nowina Konopka

ÉDITEUR « Spes » S.A.R.L.

« Nasz Dziennik » est un journal catholique quotidien de presse généraliste polonais et national. Il paraît pour la première fois en 1998.

un journal catholique quotidien de presse généraliste polonais et national. Il paraît pour la première fois

A. KULESZA

IV

Mardi 5 juin 2012

STOP
STOP

À LA DISCRIMINATION

naszdziennik.pl

Télévision Trwam :

À LA DISCRIMINATION naszdziennik.pl Télévision Trwam : comme 31 JOURNAUX ET PORTAILS WEB 32 14 95

comme

DISCRIMINATION naszdziennik.pl Télévision Trwam : comme 31 JOURNAUX ET PORTAILS WEB 32 14 95 ORGANISATIONS
31 JOURNAUX ET PORTAILS WEB 32 14 95 ORGANISATIONS SYNDICALES STRUCTURES DE PARTI ORGANISATIONS ECCLESIASTIQUES,
31 JOURNAUX ET PORTAILS WEB
32
14
95
ORGANISATIONS SYNDICALES
STRUCTURES DE PARTI
ORGANISATIONS ECCLESIASTIQUES,
CIVIQUES ET ASSOCIATIONS
74
23
25
CONSEILS MUNICIPAUX
CONSEILS COMMUNAUX
CONSEILS DE DISTRICT
4
DIETINES DE VOÏVODIE
SOUTIEN
À TÉLÉVISION
TRWAM

Par Ma∏gorzata Rutkowska

Procédure concessionnaire opaque, manipulations, mensonges cousus de fil blanc des fonctionnaires d’État ob- ligés pourtant de garantir le plurali- sme des médias et un traitement égal – tout cela provoque une réaction ∫ la- quelle les gouvernants ne s’attenda- ient pas. Le début de 2012 a été ma- rqué par une vague croissante de pro- testation contre la discrimination des auditeurs de Télévision Trwam. La résistance rev˘t diverses formes – intéressantes, originales, avec brio. D¯s les premiers jours de janvier, le si¯ge du KRRiT de Varsovie a été littéralement submergé de milliers de lettres en défense de l’opérateur catholique. À la fin mai il y en avait plus de 2,2 mil- lions. Un chiffre impressionnant. Avec des mots de soutien du Con- seil permanent de la Conférence des év˘ques de Pologne, de nom- breuses hautes personnalités, de centaines d’organisations sociales, d’autorités de tout niveau. La der- ni¯re fois que l’on avait constaté une unanimité si massive, c’était dans les années 90 ∫ l’occasion de la bataille pour la loi rendant plus rigoureuse la législation concernant la défense de la vie d¯s la conception. Cela prouve que ce qui ne cesse de nous unir ce sont les valeurs – religieuses, morales, patrioti- ques, et non pas les phrases vides ou des faux probl¯mes. Les enveloppes contenant des si- gnatures pour la défense de Télévi- sion Trwam continuent d’affluer au KRRiT. La conscience grandissante du fait qu’en limitant la liberté

Ces images, vous ne les verrez pas sur les écrans de vos téléviseurs ou de vos ordinateurs. Des milliers de personnes dans les rues, côte ∫ côte, une for˘t de drapeaux blanc-rouge, une multitude de banderoles et de banni¯res. Tous so- uriants, décontractés, m˘me si la cause qui nous rassemble n’est pas de celles qui suscitent la joie. L’ambiance fait penser ∫ ce mémorable août 1980 où naissait « SolidarnoÊç », le premier syndicat indépendant des autorités communistes. L’Europe retint son souffle – dans un moment le rideau de fer allait se réduire en poussi¯re. Le r˘ve de liberté des Polonais s’avéra plus fort que les tanks, ma- traques de milice, représailles. Et maintenant aussi on sent, dans l’air, l’attente d’un grand changement. C’est déj∫ certain : l’an 2012, no- us le retiendrons en Pologne comme un temps de solidarité avec Télévision Trwam, chaîne ∫ laquelle le Conseil national de la radio et de la télévision a refusé arbitrairement l’acc¯s au multi- plex numérique, en la condamnant de facto ∫ l’exclusion du marché médiati- que de Pologne. Il se trouve que Télévision Trwam est un diffuseur catholique, et parle de la m˘me voix qu’une grande majorité des Polonais, qui ont le droit ∫ des médias conformes ∫ leurs convictions. Beaucoup de gens se posent cette sim- ple question : pourquoi dans ce cas-l∫ les r¯gles de la démocratie ont-elles été suspendues au clou ?

M. BORAWSKI

naszdziennik.pl

Le refus de fréquence ∫ Télévision Trwam sur la plateforme numérique par les autorités, c’est l’exemple m˘me de la discrimination. Cette décision a un caract¯re de représailles. Il m’est difficile de comprendre pourquoi c’est justement ∫ une chaîne catholique que l’on refuse le droit de diffuser sur le multiplex.

que l’on refuse le droit de diffuser sur le multiplex. Eric McLuhan professeur des universités américaines

Eric McLuhan

professeur des universités américaines et canadiennes, fils de Marshall McLuhan, un des plus éminents théoriciens de la communication et des médias

STOP
STOP

À LA DISCRIMINATION

Mardi 5 juin 2012

V

et des médias STOP À LA DISCRIMINATION Mardi 5 juin 2012 V Michael Reagan fils de

Michael Reagan

fils de l’ancien président des États-Unis Ronald Reagan

La liberté d’expression dans les médias est tr¯s importante pour la liberté de toute la société. Aujourd’hui en Pologne on pourrait reprendre les mots de mon p¯re : il est l’heure pour la Pologne non seulement d’˘tre libre mais aussi de vivre dans une société libre. Ronald Reagan, Jean-Paul II et « SolidarnoÊç » n’avaient pas combattu pour la liberté de la Pologne afin qu’on la muselle aujourd’hui…

d’expression et en muselant les médias indépendants le gouverne- ment de Donald Tusk touche ∫ la li- berté de tout citoyen, eh bien cela fa- it naître un phénom¯ne nouveau, pas vu depuis belle lurette dans le paysa- ge polonais. Nous sommes le 18

février, en hiver, il g¯le, et dans les ru- es de Varsovie descendent 25.000 per- sonnes. Elles entreprennent une mar- che pour défendre Télévision Trwam et la liberté d’expression. Les gens de diverses tendances politiques mar- chent ensemble. Tous ne sont pas téléspectateurs de la chaîne catholi- que pour une raison tr¯s simple : elle est absente de la diffusion com- munément accessible et gratuite. Et pourtant ils savent qu’il s’agit de qu- estions fondamentales pour l’avenir de la communauté nationale, de l’Etat, de la qualité de la vie publique. Varsovie, Cracovie, ¸ódê, Gdaƒsk, Szczecin. De m˘me la commune rura- le de Je˝owe dans les Précarpates ou Augustów aux confins nord-est de la Pologne. De grandes métropoles pal- pitantes de vie et des villages tranquil- les voire m˘me des coins de campa- gne associés au farniente de vacances. Ici et l∫ une excitation extraordinaire : les marches pour Télévision Trwam réunissent des légions jamais vues, so- us les étendards blanc-rouge se ras- semble quelquefois la moitié de la

communauté locale. À Malbork, ∫

Wejherowo ou encore ∫ KoÊcierzyna en Poméranie, m˘me sous l’état de si¯ge instauré en 1981-1983 il n’y ava- it pas eu de manifestations contre les autorités communistes. Ce sont seule- ment les décisions du gouvernement actuel au sujet de la chaîne catholique

qui déclenchent des manifestations ; m˘me le prolongement de l’âge de re- traite jusqu’∫ 67 ans imposé par les au- torités ne suscite pas une telle émo- tion dans la société. Les marches de solidarité ont déj∫ traversé plus d’une soixantaine de vil- les en Pologne mais aussi ∫ l’étranger, l∫ où la diaspora polonaise est impor- tante : aux États-Unis, au Canada, en Allemagne. M˘me ∫ deux reprises dans certains endroits. Comme ∫ Varsovie où, le 21 avril, apr¯s la mes- se, plus de 120.000 manifestants ont défilé au centre ville de la place des Trois Croix jusqu’au si¯ge du Premier ministre, et ensuite se sont rendus au Belvéd¯re où réside le président Bro- nis∏aw Komorowski. La capitale n’avait pas vu un tel rassemblement depuis 1989, mais la déclaration exprimée dans le slogan le plus répandu aujourd’hui : «Nous ne vo- us rendrons pas Télévision Trwam», ne semble pas pour autant émouvoir les gouvernants. Pareille indifférence s’observe envers les 36 grands cartons remplis de plus de 2 millions de si- gnatures en faveur de la chaîne ca- tholique. L’histoire semble se répéter. Tout comme pendant les p¯lerinages du Saint-P¯re Jean-Paul II en Pologne ou ∫ l’époque de la naissance de « Soli- darnoÊç », nous pouvons nous comp- ter (comme disait feue Anna Walenty- nowicz), nous redresser, retrouver no- tre dignité. Le mouvement social pour défendre Télévision Trwam revendi- que les droits de la majorité qui ne veut pas se taire, vivre dans le menson- ge, se nourrir d’une image déformée de la réalité, mais qui aspire ∫ la vérité.

Varsovie, le 21 avril 2012 : La Marche pour Télévision Trwam a réuni 120 mille personnes réclamant la liberté d’expression et l’égalité des droits ∫ tous les diffuseurs audiovisuels

Total des manifestants : plus de 3 cent mille
Total des
manifestants :
plus de
3 cent
mille
Marches de soutien à TV Trwam En Pologne on a déjà compté plus de 2
Marches
de soutien
à TV Trwam
En Pologne
on a déjà compté
plus de
2 millions
2 cent mille
signatures
POLOGNE
Los Angeles
Toronto
Chicago
New York
Hambourg
Berlin

E. SÑDEJ

VI

Mardi 5 juin 2012

STOP
STOP

À LA DISCRIMINATION

naszdziennik.pl

Les autorités nous musellent

Entretien avec le p¯re

Tadeusz Rydzyk

C.S.s.R., fondateur et directeur de Radio Maryja

Rydzyk C.S.s.R., fondateur et directeur de Radio Maryja Ce n’est pas une situation normale que 95

Ce n’est

pas une

situation normale que 95 % des catholiques n’aient aucune chaîne sur le multiplex. Et nous ne luttons que pour une seule fréquence !

Pourquoi Télévision Trwam doit- -elle lutter pour avoir sa fréquence sur la plateforme numérique ? – La numérisation arrive en Po- logne, il y aura bien des chaînes de télévision numériques. Dans notre pays, 86 % des citoyens se décla- rent catholiques et encore 9 % se consid¯rent profondément reli- gieux. Cela fait donc au total 95 %

de la société qui se déclare catholi- profondément reli- gieux. Cela fait donc au total 95 % que. Si effectivement il y a

que. Si effectivement il y a tant de catholiques en Pologne, ils devra- ient avoir une participation conséquente aux médias avec des chaînes catholiques. Et cependant la plupart des médias en Pologne sont entre les mains de gens qui représentent la gauche libérale. En effet, la vérité est qu’apr¯s l’éclat du mouvement « Solidar- noÊç » et apr¯s les élections de 1989, la gauche, les communistes, qui ont prétendu avoir renoncé au pouvoir, ne l’ont fait qu’en appa- rence ; en réalité ils se sont trans- formés. L’ancienne nomenklatura, l’ancienne élite du parti communi- ste et les cercles de gauche de post-SolidarnoÊç abrités par elle, ont fait main basse sur l’économie, les médias, les banques et tout ce que les Polonais avaient pendant des générations gagné par leur tra- vail. Ils ont dupé la nation. Pour s’emparer du pouvoir il faut avoir les médias et de l’argent. Et c’est exactement ce dont ils se sont indûment saisis. Nous avons donc un régime libéro-gauchiste. C’est un paradoxe. Bien qu’en Pologne les catholiques soient la majorité, bien que nous ayons beaucoup de pr˘tres, de fortes structures ecclésiales, des universités catholi- ques, des séminaires, malgré tout cela nous sommes manipulés. To- ute la nation est manipulée par un groupuscule qui tient en main les médias et le pouvoir. Et l∫ vient une nouvelle technologie, le trans- fert numérique… Pourquoi les ca- tholiques devraient-ils en ˘tre privés ? Ce serait le péché par omission ! Ce n’est pas une si- tuation normale que 95 % des catholiques n’aient aucu- ne chaîne sur le multiplex. Et nous ne luttons que pour une seule fréquence ! Eux, ils ont eu beaucoup de licences, un des consortiums poss¯de m˘me 13 fréquences sur le multiplex. Et nous, nous ne po- uvons pas égaler financi¯re- ment ces gens qui ∫ l’épo- que s’étaient emparés de la Pologne.

qui ∫ l’épo- que s’étaient emparés de la Pologne. La Fondation Lux Veritatis, l’opérateur de Télévision

La Fondation Lux Veritatis, l’opérateur de Télévision Trwam, était le plus crédible diffuseur parmi les sujets concourant ∫ la concession. Et pourtant le KRRiT la lui a refusée. Quels étaient les véritables motifs de cette décision ?

– On voit tr¯s clairement qu’il y

avait un seul motif : ne pas laisser

parler les catholiques et les gens

qui aiment leur patrie. Leur fer- mer la bouche, les museler. Ne pas permettre un débat sur des ar- guments, interdire toute tentative de recherche de la vérité et du bien commun. Cette fa˜on de bâillonner les catholiques dans la Pologne d’aujourd’hui ressemble ∫ s’y méprendre ∫ la mani¯re d’agir des communistes sous la République populaire de Polo- gne. À cette époque-l∫ il n’y avait pas de presse libre, on imprimait des magazines clandestins avec des duplicateurs, on écoutait en secret les nouvelles diffusées par Radio « Europe Libre », on transmettait des informations de bouche ∫ oreille. Ce refus de la concession ∫ Télévision Trwam ressemble ∫ ces méthodes totalita- ires de l’époque. Et dans un con- texte plus large – je crains que ce soit bien dans cette direction que nous sommes en train de nous di- riger. Le gouvernement ne dialo- gue pas avec les gens. Cela se voit dans la mani¯re dont il traite « SolidarnoÊç », c’est aussi visible dans le cadre de la scolarité, de l’éducation, de la santé etc. Les gens protestent mais il n’y a per- sonne pour parler avec eux. C’est une situation tr¯s alarmante et dangereuse.

On voit apparaître un tr¯s vaste mouvement de gens qui défendent cette chaîne. Et ce ne sont pas seu- lement des téléspectateurs de cette télévision, mais aussi des gens de culture, des auteurs, des journali- stes représentant d’autres médias, des personnalités politiques, des

militants sociaux et des autorités locales. La bataille se déroule sous le bandeau de la « défense de la li- berté des médias ».

– Je rencontre beaucoup de per-

sonnes qui jusqu’∫ présent n’ont jamais regardé Télévision Trwam. Et elles expliquent leur engage- ment en faveur de cette chaîne par le fait qu’elles ne peuvent pas ˘tre d’accord avec la situation où qu- elqu’un leur impose ce qu’elles do- ivent regarder ou écouter. Elles veulent choisir librement, sans contrainte d’où qu’elle vienne. Vo- il∫ pourquoi elles défendent la li- berté des médias. Voil∫ pourquoi tant de gens participent aux mar- ches, apposent leur signature sous la protestation adressée au KRRiT et interviennent aupr¯s de différentes institutions. L’histoire se rép¯te. Je me souviens de la répression contre « SolidarnoÊç », de l’étouffement de la liberté par les communistes. Et aujourd’hui on observe le m˘me phénom¯ne, sauf que les méthodes sont différentes.

Quelle est la réaction des autorités ∫ cette campagne sociale venant des sans-grade ?

– Les protestations des gens se

heurtent ∫ un mur d’indifférence, un mur en béton armé. Le KRRiT

ne compose avec personne ni avec rien. C’est lui qui détient les médias. Il peut accorder la conces- sion ou la refuser. Non seulement il n’entre pas en dialogue, mais il recourt aussi au mensonge. Il ment lors des émissions de télé consacrées au refus de la conces-

sion ∫ Télévision Trwam, il ment durant les séances de commissions de la Di¯te. Et de plus on voit tr¯s bien qu’il voudrait se faire des al- liés parmi les gens de l’Église. Il voudrait se servir d’eux.

Le message qui est adressé aux ca- tholiques est le suivant : vous po- uvez prier dans les églises, mais n’essayez m˘me pas de vous ap- procher des affaires publiques, de la politique.

– Les catholiques sont présentés

de fa˜on ∫ les déprécier, comme des personnes dépourvues de ra- ison, fanatiques… C’est un élément du combat contre l’Église. Le but de ces manipulations est de détacher la nation de l’Église et chasser l’Église de l’espace public. Sous le communisme il y avait un ministre du culte. Et une fois ce ministre – je me souviens qu’il s’appelait Kàkol – a dit : « Nous ne permettrons jamais que l’Église sorte des sacristies, qu’elle ait de l’influence sur la nation, sur les jeunes. » Et aujourd’hui ils font la m˘me chose. Ce sont les métho- des qui ont évolué. Chasser, ca- lomnier, diffamer, refuser une fréquence sur le multiplex, une seule fréquence alors que la majo- rité libéro-gauchiste détient tout !

dants de l’homme. Le catholique

non seulement peut mais doit

participer ∫ la politique.

On consid¯re universellement

que la crise économique et politi- que du monde contemporain résulte de la crise sur le plan éthi- que et moral. De quelle mani¯re les catholiques pourraient-ils contribuer ∫ trouver la solution ∫ cette crise ?

– Lors de son grand discours

devant le Bundestag en parlant sur ce sujet, Benoît XVI a fait référence ∫ saint Augustin. Si les politiciens agissent au détriment

de l’éthique, qu’est-ce qui distin- guera donc l’État d’une bande de brigands ? Nous nous rappelons

aussi l’avertissement de Jean-Paul

II qui a dit qu’ « une démocratie

sans valeurs se transforme facile-

ment en un totalitarisme déclaré

ou sournois comme le montre l’histoire ». Tout cela devrait se passer en vérité et amour. Les médias doivent ˘tre les moyens de la communication sociale, du dialogue, de la rencontre mutuel-

le et non pas de la manipulation.

C’est l∫ le chemin qui m¯ne ∫ « communio », ∫ l’union en vérité et amour, le chemin qui m¯ne donc ∫ respecter tout homme,

peu importe sa religion, race, cul-

ture ou origine.

C’est ce qui manque dans les médias libéro-gauchistes. Au lieu de dialoguer sur des sujets im-

portants pour les gens, ils s’occu- pent des potins, des choses sans importance.

Et quelle est la position de l’Égli-

Les relations sociales et le

se sur ce sujet ? Les catholiques

dialogue doivent s’appuyer sur

devraient-ils seulement prier et

l’empathie. Cependant eux, ils

se tenir éloignés des choses de ce

nous

ferment la bouche et ils di-

monde ?

sent

: « Non parce que non. »

– Nous avons ∫ nous sanctifier

sur la terre et non pas vivre ∫ côté

de ce monde. C’est une théologie de la réalité terrestre. Nous avons ∫ construire ce monde, en le ren- dant meilleur, plus humain, en vérité et en amour. Nous lisons ce- la dans l’Ancien Testament. Dieu créa le monde et ∫ la fin de son oeuvre il dit aux hommes : «

Développez-vous ! » Sans actes on ne peut imaginer la foi. La foi sans actes est morte. C’est notre devoir de nous engager en faveur du bien commun, du bien de l’homme.

Le Saint-P¯re Benoît XVI adresse

un appel aux chrétiens de partici- per ∫ la politique…

– La politique est la construc-

tion du bien commun. Le mot « politique » vient du terme grec « polis » qui veut dire « cité-État ». Celui qui en Gr¯ce antique se désintéressait des affaires de la cité-État – des affaires publiques dirait-on aujourd’hui – on l’appe- lait « idiotos ». La politique ce n’est pas que « l’art de gouverner », c’est avant tout « le souci du bien commun ». En Pologne, malheureusement, la politique est devenue l’art de bien s’installer et de bien installer son groupe au détriment des autres, c’est la cul- ture de l’égoïsme inspirée de Ma- chiavel. Le Pape Jean-Paul II ∫ maintes reprises a fortement so-

uligné que la politique est le souci du bien commun, le souci qui at- teint m˘me les objectifs transcen-

C’est un diktat. Ils nous dictent

ce que nous devons écouter, dire,

regarder… C’est une dictature. Nous, en Pologne, nous avons

déj∫ vécu la dictature donc nous

savons tr¯s bien en quoi elle con- siste. C’est pourquoi nous en parlons ouvertement, pour que les gens le sachent. Des millions de personnes défendent Télévi-

sion Trwam, elles organisent des

protestations dans les rues. À

l’occasion du XX e anniversaire de Radio Maryja le Pape Benoît

XVI nous a adressé son message

où il nous remercie et nous félici-

te de notre mission, de la mission

de Télévision Trwam, de celle du quotidien « Nasz Dziennik » et celle de l’École supérieure de

culture médiatique et sociale. Mais eux, ils s’en moquent. Nos démarches pour la concession

ont été approuvées par le Conse-

il permanent de la Conférence

des év˘ques de Pologne et indivi- duellement par les év˘ques parti- culiers. Mais eux, ils n’en font pas grand cas. Ils ne font cas de personne.

Et combien de temps durera cette bataille ? – Je n’en ai aucune idée. À la vic- toire. Ce qui est sûr, c’est que nous ne céderons pas. Je n’imagine m˘me pas que nous n’obtenions pas cette fréquence sur le multi- plex. Cette seule fréquence…

Propos recueillis par Ma∏gorzata Goss

naszdziennik.pl

STOP
STOP

À LA DISCRIMINATION

Mardi 5 juin 2012

VII

Vatican, le 1 er décembre 2011 Révérend P¯re Provincial Janusz Sok, C.S.s.R. Supérieur de la
Vatican, le 1 er décembre 2011
Révérend P¯re Provincial
Janusz Sok, C.S.s.R.
Supérieur de la Province de Varsovie des Rédemptoristes
L e Saint-P¯re Benoît XVI, uni spirituellement
aux participants au XX e anniversaire de Radio
Maryja, fait parvenir par mon entremise, au
P¯re Provincial, salutation et bénédiction apo-
ivre avec succ¯s ses activités en Pologne et ∫ l’étranger,
en
semant la parole dans le coeur des gens. Apr¯s vingt
stolique au Fondateur et Directeur de la Radio, P¯re Ta-
deusz Rydzyk, ∫ tous ses collaborateurs ecclésiastiques et
laïcs, aux bénévoles et ∫ ceux et celles qui grâce ∫ ce dif-
fuseur catholique trouvent un renforcement de leur foi
dans leur cheminement vers la rencontre de Dieu.
Radio Maryja fut érigé par l’év˘que de Che∏mno le jo-
ur de la solennité de l’Immaculée Conception de la Vier-
ge Marie, le 8 décembre 1991, ∫ Toruƒ.
En cette période difficile pour votre pays, période ma-
rquée par la sortie d’un syst¯me qui déniait le droit ∫ la
liberté d’expression et imposait le monopole de l’auto-
rité civile sur l’information, il fût nécessaire de créer un
média catholique qui fut accessible ∫ toute personne
avec son message de salut et une information honn˘te.
C’était ainsi que pensait le Bienheureux Jean-Paul II,
qui en s’adressant ∫ vous disait : « Le besoin de procla-
mer l’Évangile dans notre pays est aujourd’hui tr¯s im-
portant. Les gens ont besoin d’une parole véridique,
d’une parole qui construit sans diviser, qui donne coura-
ge aux coeurs qui tremblent de peur ; d’une parole claire
et simple, d’une parole qui porte amour et vérité. Cette
parole est le message de salut, elle est le Christ lui-
-m˘me. Une parole dont vous ˘tes les messagers » (Au-
dience générale, le 23 mars 1994). Le Pape, votre com-
patriote, a dit aussi : « Je remercie vivement Radio Ma-
ryja de son engagement multiforme et plein de dévo-
uement dans l’apostolat de la parole – mission tellement
importante et indispensable pour notre pays » (Audien-
ce au sujet de Radio Maryja, le 18 avril 1996). C’est lui
qui a confié votre Radio ∫ la protection de la Vierge Ma-
rie, patronne principale de la Radio, dans les paroles su-
ivantes : « Vous tous et votre apostolat, je vous confie ∫
la protection de la Bienheureuse Vierge Marie, que no-
us vénérons comme Étoile de l’Évangélisation (…) Ma-
rie, Étoile de l’Évangélisation, guide-nous! Guide Radio
Maryja et soit sa Patronne » (Audience Générale, le 23
mars 1994) ; « Que Marie, Étoile de la nouvelle
Évangélisation, conduise votre Radio ∫ la rencontre d’un
peuple nouveau et de temps nouveaux » (P¯lerinage en
Pologne, Toruƒ, le 7 juin 1999).
En esprit de cette confiance et avec une ferme volonté
d’˘tre fid¯le au Magist¯re de l’Église et de ses év˘ques,
Radio Maryja a réussi, malgré les difficultés, ∫ poursu-
ans d’activité ininterrompue exercée sous diverses for-
mes, on peut constater que le fruit de cette semence est
abondant. D’abord, sur les ondes de votre Radio, on
peut faire l’expérience de la rencontre avec Dieu ∫ tra-
vers la pri¯re et la catéch¯se, les « deux éléments essen-
tiels qui distinguent une Radio catholique de tout autre
diffuseur » (Audience pour Radio Maryja, le 16 octobre
trie pour transmettre les Messes et autres moments litur-
giques de nombreux sanctuaires, dioc¯ses et paroisses et
pour suivre les événements de la vie de l’Église de Polo-
gne. Les auditeurs de Radio Maryja se mettent en p¯le-
rinages ∫ Czestochowa, Rome et ∫ ce qu’on appelle
«
Cz´stochowa Américain » qui se trouve dans l’état de
Pennsylvanie. Un trait spécifique de la Radio est que to-
ut un chacun peut prendre part aux programmes de di-
scussions ouvertes « Conversations non terminées », en
1997) : sont transmis quotidiennement : la Sainte Messe,
la liturgie des Heures, l’Angélus, le Rosaire, la Litanie de
la Miséricorde Divine, « l’Appel ∫ Notre-Dame de Cz´-
stochowa », le Bréviaire populaire ∫ la Madone « Go-
dzinki » et autres pri¯res périodiques telles que « Gorz-
kie ˚ale » (recueil de lamentations du Car˘me). La
catéch¯se quotidienne est enrichie par la participation
d’év˘ques et le lien indissoluble avec le Si¯ge Apostoli-
que s’exprime ∫ travers la transmission de tous les voy-
ages internationaux du Saint-P¯re, de ses Audiences
Générales du mercredi, de l’Angélus du dimanche, des
services d’informations de Radio Vatican et des événe-
ments importants de la vie du Saint-Si¯ge et de l’Église
universelle. De plus, il y a le magazine hebdomadaire du
Centre de télévision de Vatican Octavia Dies et le bulle-
y
tin
de la Terre Sainte Terra Santa News.
Le Saint-P¯re Benoît XVI apprécie le fait que grâce ∫
Radio Maryja et la télévision TRWAM ses voyages apo-
stoliques, ses audiences du mercredi et autres interven-
tions du Pape peuvent ˘tre suivis en direct en Pologne,
avec la traduction immédiate en votre langue. Voil∫ une
contribution importante dans la diffusion de la mission
de
Pierre dans votre pays et parmi vos concitoyens ∫
l’étranger.
Non sans importance reste aussi l’activité chrétienne-
-sociale de votre Radio. Sa dimension communautaire
est
bien connue et religieusement importante pour les
auditeurs de Radio Maryja, familles, jeunes et, en parti-
culier, le phénom¯ne unique et extraordinaire des
« Cercles de Cour du Rosaire » qui rassemblent environ
150 mille enfants de différentes parties du monde. Ain-
si, par la récitation quotidienne du Rosaire, ces enfants
expriment leur amour de la M¯re du Sauveur. Depuis
dix
ans, pour assurer la formation des jeunes et des jour-
nalistes catholiques, ∫ Toruƒ fonctionne l’École
supérieure de culture médiatique et sociale, ainsi que le
quotidien bien connu de Pologne.
Radio Maryja va en p¯lerinage sur les routes de la pa-
participant en direct via appel téléphonique.
Il faut mentionner aussi les cercles scientifiques, cultu-
rels et sociaux liés ∫ Radio Maryja qui se prononcent cla-
irement en faveur de la doctrine morale de l’Église ca-
tholique défendant la vie d¯s la conception jusqu’∫ sa fin
naturelle, la famille fondée sur l’union responsable et
bénie par Dieu entre homme et femme, ainsi que l’édu-
cation chrétienne des enfants. Les formes citées de l’in-
fluence religieuse sur un grand nombre d’auditeurs et en
particulier sur les personnes handicapées, malades ou
âgées qui ne peuvent participer en personne aux pro-
grammes pastoraux de leurs dioc¯ses ou paroisses con-
stituent une contribution importante ∫ la mission
d’évangélisation de l’Église de Pologne. Ces activités
constituent une contribution significative de la mission
d’évangélisation de l’Église de Pologne et demeurent
conformes ∫ la voie de la Nouvelle Évangélisation tracée
par le Magist¯re de l’Église.
À la fin j’aimerais bien citer les paroles du Bienheu-
reux Pape Jean-Paul II, votre concitoyen, adressées ∫ vo-
us pendant un de vos p¯lerinages ∫ Rome : « Que votre
Radio serve ∫ la diffusion de l’information véridique,
imprégnée d’amour et fondée sur la justice! Qu’elle con-
tribue ∫ la formation des consciences dans l’esprit de
l’enseignement du Christ » (Audience Générale, le 23
mars 1994).
Le Saint P¯re Benoît XVI, en remerciement des vingt
ans de votre mission consacrée ∫ la mission d’évangélisa-
tion, demande ∫ Dieu, par l’intercession de la Bienheu-
reuse Vierge Marie, Patronne de Radio Maryja, que ce
travail de divulgation de la foi en les consciences huma-
ines, mené par la Congrégation des Rédemptoristes en
Pologne et dans le monde entier, puisse porter des fruits
de la victoire du bien sur le mal et contribuer au bien-
-˘tre de beaucoup de chrétiens et de votre pays.
Dans cet esprit moi aussi je participe ∫ la joie de votre
anniversaire et je salue tous les participants ∫ cette f˘te,
ainsi que tous les auditeurs de la Radio.
+ Tarcisio Card. Bertone
Secrétaire d’État

Varsovie, le 16 janvier 2012

Déclaration du Conseil permanent de la Conférence des év˘ques de Pologne au sujet de la concession d’une place sur le multiplex numérique ∫ TV Trwam

d’une place sur le multiplex numérique ∫ TV Trwam Le Conseil permanent de la Conférence des

Le Conseil permanent de la Conférence des Év˘ques de Pologne exhorte vivement le Conseil national de la radio et de la télévision po- lonaise ∫ accorder ∫ TV Trwam une concession dans le multiplex numérique. L’exclusion d’une chaîne ∫ caract¯re religieuse dans la procédure con- cessionnaire viole le principe du pluralisme et celui de l’égalité devant la loi, et cela d’autant plus que la majorité des habitants de notre pays

sont des catholiques qui ont le droit d’avoir libre acc¯s aux émissions de TV Trwam dans le syst¯me du numérique terrestre. À cela s’atten- dent également de nombreux téléspectateurs dont bon nombre de personnes sont malades et seules. Nous espérons que TV Trwam – qui émet depuis plus de huit ans et fait preuve de stabilité financi¯re – sera intégrée dans le syst¯me de la télévision numérique en Pologne.

Mgr Józef Michalik, président de la

Conférence des év˘ques de Pologne

Mgr Stanis∏aw Gàdecki, vice-président

de la Conférence des év˘ques de Pologne

Mgr Józef Kowalczyk, primat de Pologne

Mgr Stanis∏aw Dziwisz, cardinal,

archev˘que métropolitain de Cracovie

Mgr Kazimierz Nycz, cardinal,

archev˘que métropolitain de Varsovie

Mgr Wojciech Polak, secrétaire général

de la Conférence des év˘ques de

Pologne

Mgr Andrzej Dzi´ga, archev˘que

métropolitain de Szczecin-Kamieƒ

Pomorski

Mgr S∏awoj Leszek G∏ódê, archev˘que

métropolitain de Gdaƒsk

Mgr Marian Go∏´biewski, archev˘que

métropolitain de Wroc∏aw

Mgr Edward Dajczak, év˘que de

Koszalin-Ko∏obrzeg

Mgr Kazimierz Ryczan, év˘que de Kielce

Mgr Andrzej Suski, év˘que de Toruƒ

Mgr Marek J´draszewski, év˘que

auxiliaire de l’archidioc¯se de Poznaƒ

Mgr Adam Lepa, év˘que auxiliaire de

l’archidioc¯se de ¸ódê

Le 14 mars 2012 lors de la 357 e

Assemblé pléni¯re de la Conférence des

év˘ques de Pologne les év˘ques polonais

se sont solidarisés avec le Conseil

permanent de la Conférence des év˘ques

de Pologne qui avait signé la Déclaration

au sujet de la concession d’une place sur

le multiplex numérique ∫ Télévision

Trwam.

Liste des év˘ques polonais qui ont signé une déclaration pour la défense de Télévision Trwam adressée ∫ Jan Dworak, président du Conseil national de la radio et de la télévision (KRRiT):

• Mgr Zenon Grocholewski, cardinal, préfet de la Congrégation pour l’éducation catholique

• le Conseil d’év˘ques du Dioc¯se de Kalisz – le 12 janvier 2012 :

Mgr Stanis∏aw Napiera∏a, év˘que de Kalisz Mgr Teofil Wilski, év˘que auxiliaire de Kalisz

• Mgr Wies∏aw Mering, év˘que de W∏oc∏awek – le 13 janvier 2012 – le 7 février 2012

• Év˘ques de Province ecclésiastique de Gdaƒsk – le 24 janvier 2012 :

Mgr S∏awoj Leszek G∏ódê, archev˘que métropolitain de Gdaƒsk Mgr Tadeusz Goc∏owski, archev˘que émérite Mgr Andrzej Suski, év˘que de Toruƒ Mgr Jan Bernard Szlaga, év˘que de Pelplin (mort le 25 avril

2012)

Mgr Piotr Krupa, év˘que émérite Mgr Józef Szamocki, év˘que suffragan de Toruƒ Mgr Ryszard Kasyna, év˘que suffragan de Gdaƒsk

VIII

Mardi 5 juin 2012

STOP
STOP

À LA DISCRIMINATION

naszdziennik.pl

Soutien ∫ Télévision Trwam

DÉCISIONS, DÉCLARATIONS,

RÉSOLUTIONS ET APPELS

DES DIÉTINES :

Diétine des Basses-Carpates Diétine de la Voïvodie de Basse-Silésie Diétine de la Voïvodie de Lublin – du 30.1.2012 Wieluƒ – le 29.3.2012 – du maire de la ville au KRRiT

DÉCISIONS, DÉCLARATIONS,

RÉSOLUTIONS ET APPELS

DES CONSEILS MUNICIPAUX :

Be∏chatów – 29.3.2012

Bia∏ystok – 27.2.2012 – déclaration du Club des conseillers de Droit et Justice du Conseil municipal

Bochnia – 29.3.2012 Boles∏awiec – 28.3.2012 Brzozów – 29.3.2012 Dàbrowa Tarnowska – 27.3.2012 Choszczno – 6.3.2012

Cracovie – Club des conseillers de Droit et Justice du Conseil municipal de Cracovie a proposé une résolution au KRRiT

Czarnków – 29.2.2012 Grajewo – 30.3.2012 Iwonicz-Zdrój – 9.2.2012 Jaros∏aw – 26.3.2012 Jastrz´bie-Zdrój – 23.2.2012 Jaworzno – 17.4.2012 Jaworzyna Âlàska – 26.4.2012 Kazimierz Dolny – 1.2.2012 K∏odzko – 23.2.2012 Kock – 31.1.2012 Ko∏o – 29.2.2012 Konstancin-Jeziorna – 21.3.2012

conseil municipal conseil communal conseil de district diétine de voïvodie
conseil municipal
conseil communal
conseil de district
diétine de voïvodie

Lewin Brzeski – 31.1.2012 Lipno – 27.4.2012 Lubaczów – 28.3.2012 Lubaƒ – 27.3.2012 ¸aƒcut – 6.2.2012 ¸ochów – 8.2.2012 ¸om˝a – 25.1.2012 ¸uków – 3.2.2012 Mirsk – 20.3.2012 Nowa Sarzyna – 27.2.2012 Nowy Sàcz – 24.1.2012 Odolanów – 28.2.2012 Olkusz – 27.3.2012 Ostro∏´ka – 2.2.2012 O˝arów Mazowiecki – 15.3.2012

Poznaƒ – 20.3.2012 Pilzno – 26.1.2012 Pi∏awa Górna – 27.3.2012 Piotrków Trybunalski – 29.2.2012 P∏oƒsk – 30.1.2012 Polkowice – 1.3.2012 Poniatowa – 9.3.2012 Przeworsk – 23.2.2012 Pu∏awy – 23.2.2012 Radom – 27.2.2012 Radomsko – 30.1.2012 Raszków – 8.5.2012 Rybnik – 22.2.2012 Rymanów – 17.2.2012

S∏ubice – 29.3.2012 Sochaczew – 8.2.2012 Starachowice – 27.4.2012 Sulechów – 20.3.2012 SupraÊl – 31.1.2012 Szyd∏owiec – 26.3.2012 Âwidnica – 24.2.2012 Tarnogród – 29.3.2012 Tomaszów Lubelski – 30.3.2012 Tuchów – 14.3.2012 W´grów – 29.2.2012 W∏oszczowa – 23.2.2012 Wo∏omin – 27.1.2012 Wysokie Mazowieckie – 31.1.2012 Zielonka – 27.2.2012 ˚arki – 25.4.2012 r.

DÉCISIONS, DÉCLARATIONS,

RÉSOLUTIONS ET APPELS

DES CONSEILS DE DISTRICT :

Bi∏goraj – 24.2.2012 E∏k – 26.4.2012 Gostynin – 30.3.2012 Grajewo – 7.3.2012 Grójec – 30.3.2012 Janów Lubelski – 26.1.2012 Jaros∏aw – 17.2.2012 Kraków – 28.3.2012 Krosno – 31.1.2012 L´bork – 30.3.2012 Limanowa – 29.3.2012 Lubaczów – 1.3.2012 Lublin – 25.1.2012 Lwówek – 29.2.2012 ¸om˝a – 31.1.2012 ¸osice – 30.3.2012 Nowy Targ – 23.2.2012

P∏oƒsk – 31.1.2012 Rzeszów – 28.2.2012 Skierniewice – 27.4.2012 Szyd∏owiec – 23.2.2012 Âwidnik – 28.2.2012 Tomaszów Mazowiecki – 29.3.2012 Turek – 31.1.2012 W´grów – 23.3.2012 Wysokie Mazowieckie – 15.2.2012

DÉCISIONS, DÉCLARATIONS,

RÉSOLUTIONS ET APPELS

DES CONSEILS COMMUNAUX :

Borz´cin – 28.3.2012 Braƒsk – 24.2.2012 Braƒszczyk – 4.4.2012 Czudec – 9.2.2012 Dzwola – 30.3.2012 Horyniec – 28.3.2012 I∏ów – 16.4.2012 Juchnowiec KoÊcielny – 16.3.2012 Kaczory – 27.4.2012 Konopnica – 2.4.2012 Kosz´cin – 8.2.2012 Kurów – 8.2.2012 Niebylec – 16.3.2012 Odolanów – 28.2.2012 Soko∏y – 20.3.2012 Szczytniki – 11.5.2012 Tomaszów Lubelski – 30.3.2012 Wielopole Skrzyƒskie – 30.3.2012 Wieniawa – 23.3.2012 Wysokie Mazowieckie – 21.3.2012 Wyszki – 1.3.2012 ˚egocina – 26.3.2012

LETTRES ET DÉCLARATIONS DES ASSOCIATIONS ET DES ORGANISATIONS ECCLÉSIASTIQUES ET CIVIQUES :

Chojnów-Legnica – Association Familiale Catholique du Dioc¯se de Legni- ca; Varsovie – Association Civitas Christiana; Association catholique des jo- urnalistes (KSD); Union mondiale des vétérans d’Armia Krajowa, Comité directeur du district de Podkarpacie; Union nationale polonaise de Canada – Association d’entraide (ZNPwK); Cracovie – Mouvement pour la Défen- se de la République de Pologne « Samorzàdna Polska »; Conseil général du cercle silésien des fid¯les ∫ la tradition latine sis ∫ Bytom; Gniezno – Asso- ciation d’intégration et de rééducation « Solidarni »; Zwiàzek Pi∏sudczy- ków, filiale de Siedlce – association qui cultive la tradition de Joseph Pi∏sud- ski; Varsovie – Union des artistes pour la République de Pologne (Stowarzy- szenie Twórców dla Rzeczypospolitej); Conseil d’Institut de l’Action catholi- que du dioc¯se de Tarnów; Organisation de la Diaspora polonaise de Su¯de (Kongres Polaków w Szwecji); G∏ogów – Association des Silencieux Ouvriers de la Croix; Rzeszów – Convention Nationale de Pologne; Opole – Club de l’intelligentsia catholique (KIK) de Opole; Katowice – Confédération de la Pologne indépendante – Camp patriotique (KPN-OP) ORGANISATIONS CATHOLIQUES DE L’ARCHIDIOCÈSE DE GDA¡SK : Association Familiale Catholique, Action catholique, Mouve- ment de Culture chrétienne « Renaissance », Association catholique des jo- urnalistes, Club de l’intelligentsia catholique (KIK), Association Civitas Christiana, Association des Psychologues chrétiens, Rosaire des parents, Chapitre du Prix Pro Ecclesia et Populo, Club des Amis de la vie humaine, Association catholique des Médecins polonais, Organisateur du Concours biblique, Association des Familles Nombreuses 3+, Mouvement Focolari, Rencontres pour Couples mariés, Association Gaudium Vitae, Andrzej Ko- ∏akowski – chevalier du Saint-Sépulcre Association « Wspólnota Polska » [Communauté de Pologne], filiale de ¸ódê; Organisation de la diaspora des Polonais américains de Florida; Club des conseillers « Famille et Droit » du Conseil municipal de la ville de Âwid- nik; Cercles de Cour du Rosaire (rassemblant 150 mille membres dans 32 pays du monde); Zielona Góra – Conseil de programme de « Radio Za- chód »; Paprotnia – Association catholique des jeunes – Organe directeur du Conseil national; Œuvres bibliques Jean-Paul II; Organisation de la Diaspo- ra polonaise de Canada; Association des Habitants de Gdynia expulsés; Union catholico-sociale polonaise (PZKS), Association enregistrée, filiale de Gdaƒsk; Radom – Institut diocésain de l’Action catholique; Alliance des départements de l’Organisation de la Diaspora des Polonais américains (KPA); Gdaƒsk – Ligue pour la Défense de la souveraineté (LOS); Szczecin –Association Patriotique Polonaise « Kontra 2000 »; Conseil d’administra- tion du Quartier P¯re Bronis∏aw Markiewicz de Krosno; Varsovie – Associa- tion pour le Développement équilibré de la Pologne; Bydgoszcz – Associa- tion de Football « ZAWISZA »; Comité civique de la ville de Cracovie; As- sociation Pontificat de Jean-Paul II de M∏awa; Collectivité de Bochnia; Chi- cago – Société des Gens de lettres polonais Jean-Paul II; Action catholique aupr¯s de l’église Saint-Casimir de Varsovie; Cercle des Amis de Radio Ma- ryja de la paroisse Miséricorde Divine de Tarnów; Action catholique du Dioc¯se de Tarnów; Association Familiale Catholique du Dioc¯se de Tar- nów; Club de l’Intelligentsia catholique de Tarnów (KIK); Club de « Gaze- ta Polska » de Tarnów; Alliance civique des Personnes et Organisations po- ur la Tradition et l’Indépendance; Mouvement social Lech Kaczyƒski; NSZZ « SolidarnoÊç » de la terre de Tarnów; Le˝ajsk – Société des Amateurs de Lvov et des Kresy de Sud-Est; Association Solidarité militante, filiale de Var- sovie; Cz´stochowa – participants ∫ l’Assemblé générale des délégués de l’Association catholique des Médecins polonais; Comité civique de collecti- vité territoriale de Oborniki; ¸ódê – Association « Powrót Trzech Króli » [Retour des Rois Mages]; S∏upsk – participants ∫ la marche pour Télévision Trwam et pour la liberté des médias; Club de sport « ORZE¸ » [AIGLE] Joseph Pi∏sudski; Association Familiale Catholique de l’Archidioc¯se de ¸ódê; Société Saint-Adalbert de l’Archidioc¯se de Gniezno; Association So-

lidarni 2010, filiale de ¸ódê; Varsovie – Chapitre de la Médaille « Sois va- inqueur du mal par le bien », Comité national pour la mémoire du P¯re Je-

rzy Popie∏uszko; Légion de Marie du Dioc¯se de Sandomierz; Association nationale des Internés et Victimes de représailles de Siedlce; Diaspora polo- naise de New Britain; Section New Jersey de la Diaspora des Polonais améri- cains et des milieux proches de Radio Maryja et de Télévision Trwam dans les états de New Jersey, New York et Connecticut; Association Familiale Ca- tholique du Dioc¯se de Tarnów; Fédération mondiale des Anciens Combat- tants Polonais qui rassemble plus de 30 associations des anciens combattants de Pologne; Association des Victimes de représailles sous l’état de si¯ge de voïvodie de Podkarpacie et du groupe de Rzeszów « Dénoncer la Vérité » (Stowarzyszenie Osób Represjonowanych w Okresie Stanu Wojennego Wo- jewództwa Podkarpackiego i Rzeszowskiej Grupy Ujawniç Prawd´); Asso- ciation KoLiber; Rzeszów – Association de Défense et de Développement de la Pologne (Stowarzyszenie Obrony i Rozwoju Polski); Katowice – Ligue silésienne de Lutte contre le Cancer; Association catholique des Jeunes de l’archidioc¯se de Poznaƒ (KSM); Communiqué de la Curie du Dioc¯se de Bydgoszcz; Varsovie – Commission civique d’Éthique des Médias; Varsovie

– Institut national de l’Action catholique; Kalisz – Association européenne

de l’Ouverture sociale ETOS; Association des Journalistes polonais; Craco- vie – Association polonaise des Défenseurs de la Vie Humaine; Cracovie – Club universitaire civique Lech Kaczyƒski de Cracovie (AKO); Club univer- sitaire civique Lech Kaczyƒski de Poznaƒ (AKO); 260 Clubs de « Gazeta Polska »; Ryszard Zajàczkowski, professeur des universités ∫ l’Institut de Cultural Studies de l’Université catholique Jean-Paul II de Lublin (KUL); Conseil de direction du Club de l’Intelligentsia catholique (KIK) de Katowi- ce; Varsovie – Fédération polonaise des Mouvements des Défenseurs de la Vie (PFRO˚); Bia∏ystok – participants ∫ la marche pour Télévision Trwam

ORGANISATIONS SYNDICALES :

Commission d’établissement du Syndicat Indépendant et Autonome (NSZZ) « SolidarnoÊç » de l’École polytechnique de Silésie; Commission d’établissement du NSZZ « SolidarnoÊç » de l’Université Adam Mickiewicz de Poznaƒ; Direction du Conseil d’administration de la région de la terre de ¸ódê du NSZZ « SolidarnoÊç »; Commission interentreprises du OM NSZZ „SolidarnoÊç” H. Cegielski – Poznaƒ S.A.; Siennica Nadolna – Sec- tion nationale du NSZZ des employés dans l’industrie sucri¯re; Commission d’établissement du NSZZ « SolidarnoÊç » de l’Université Jagellonne; Var- sovie – Section national de science du NSZZ « SolidarnoÊç »; Lubin – Sec- tion national de l’exploitation mini¯re de cuivre NSZZ « SolidarnoÊç »; Szubin – Union syndicale d’Agriculteurs écologiques St. Fran˜ois-d’Assise; Katowice – Union des Détenus Politiques sous l’état de si¯ge – Gestion na- tionale; Bielsko-Bia∏a – Organisation syndicale interentreprises du NSZZ « SolidarnoÊç » Fiat Auto Poland; Mierzeƒ – Forum populaire-chrétien „Oj- cowizna”; Commission interentreprises et Cercle des Retraités du NSZZ « SolidarnoÊç » du Chantier naval de Gdynia; ¸ódê – Conseil de voïvodie du NSZZ d’agriculteurs individuels « SolidarnoÊç »; Section régionale des re-

traités du NSZZ « SolidarnoÊç » de Elblàg; Commission des Retraités du NSZZ « SolidarnoÊç » de la ville et du powiat de Gniezno; NSZZ « Soli- darnoÊç » de l’Université catholique Jean-Paul II de Lublin; Conseil d’admi- nistration de l’Union générale nationale des Locataires et Coopérateurs de Konin; Conseil d’administration de l’Association générale de Mazovie pour la Défense des droits des Locataires et Coopérateurs « Nasz Dom » de P∏ock, Conseil d’administration de la Section régionale des retraités du NSZZ « SolidarnoÊç » de la région de Silésie-Dàbrowa Gónicza; Comité di- recteur du NSZZ « SolidarnoÊç » de la Région de Zag∏´bie Miedziowe; Melbourne – Union des Détenus politiques de Pologne; Direction générale de l’Union de la solidarité des Anciens Combattants de Gdaƒsk; Nowy Targ

– Alliance des habitants et des sympathisants de la culture et tradition de la région montagneuse de Podhale (Zwiàzek Podhalan); Oslo – Association des Polonais de Norv?ge; « SolidarnoÊç » des enseignants du Ier Centre

scolaire (école primaire et gymnasium) de Radomsko; Conseil national du NSZZ d’Agriculteurs Individuels; Gdaƒsk – Piotr Duda, président de la Commission nationale du NSZZ « SolidarnoÊç »; Bia∏ystok – NSZZ « So- lidarnoÊç » de la Région de Podlasie; Comité d’établissement du NSZZ « SolidarnoÊç » de l’Université de Gdaƒsk PRÉSIDENTS DES SECRÉTARIATS DE BRANCHE DU NSZZ « SO-

LIDARNOÂå » : Secrétariat de l’Assisitance Médicale – Maria Ochman, Secrétariat des Mines et de l’Énergétique – Kazimierz Grajcarek, Secrétariat des Métallurgistes – Bogdan Szozda, Secrétariat de l’Industrie Alimentaire

– Miros∏aw Nowicki, Secrétariat de la Science et de l’Éducation – Ryszard

Proksa, Secrétariat de l’Agriculture – Wojciech Pogorzelski, Secrétariat de Génie Civil et de l’Industrie du Bois – Zbigniew Majchrzak, Secrétariat de l’Industrie Chimique – Julian Andrzej Konecki, Secrétariat des Métiers de Transport – Bogdan Kubiak, Secrétariat des Services Publiques – Jerzy Wiel- gus, Secrétariat des Banques, Commerce et Assurances – Alfred Bujara, Secrétariat des Ressources Naturelles, de la Protection de l’environnement et de la Sylviculture – Zbigniew Kulszewicz

GROUPEMENTS POLITIQUES :

Conseil d’administration de l’Alliance polonaise (PP); Union de la politique réelle (UPR); Bureau national de la Droite de la République (Prawica Rze- czypospolitej); Club des conseillers de Droit et Justice (PiS) du Conseil mu- nicipal de Bia∏ystok; Club des conseillers de Droit et Justice (PiS) du Conse- il municipal de Cracovie

JOURNAUX, PORTAILS WEB :

Appel des rédacteurs en chef : ¸ukasz Adamski – rédacteur en chef du por- tail « Debata », Zbigniew Branach – rédacteur en chef de l’Agence de re- portage CETERA, Barbara Chojnacka – rédactrice en chef du portail Soli- darni 2010, Mgr Marek Gancarczyk – rédacteur en chef de l’hebdomadaire

« GoÊç Niedzielny », Arkadiusz Go∏´biewski – rédacteur en chef de l’heb-

domadaire « Czas Ciechanowa », Maciej Goniszewski – rédacteur en chef de « Gazeta Bankowa », Katarzyna Gójska-Hejke, rédactrice en chef du mensuel « Nowe Paƒstwo », Grzegorz Górny – rédacteur en chef de la re-

vue « Fronda », Igor Janke – directeur de Salon24.pl, commentateur du jo- urnal « Rzeczpospolita », Dariusz Jarosiƒski – rédacteur en chef du maga- zine « Debata », S∏awomir Jastrz´bowski – rédacteur en chef du quotidien

« Super Express », Jacek Karnowski – rédacteur en chef des portails wPoli-

tyce.pl et wGospodarce.pl, Jerzy K∏osiƒski – rédacteur en chef de l’hebdoma- daire « Tygodnik SolidarnoÊç », Robert Ko˝uchowski – portail P∏oƒszcza- nin, Jerzy Krajewski – rédacteur en chef de Magazyn Przedsi´biorców « Eu- ropejska Firma », Tomasz Kwiatek – rédacteur en chef de « Niezale˝na Ga- zeta Obywatelska » de Opole, Piotr Legutko – directeur de la section de Cracovie de « GoÊç Niedzielny », Pawe∏ Lisicki – rédacteur en chef de l’heb- domadaire « Uwa˝am Rze », Pawe∏ Nowacki – directeur du programme de

télévision « Bli˝ej. Jan Pospieszalski przedstawia », Andrzej Nowak – rédac- teur en chef du bimensuel « Arcana », Ewa Nowina Konopka – rédactrice en chef du journal quotidien « Nasz Dziennik », Stanis∏aw Obertaniec – rédacteur en chef de Radio Plus Legnica, Bernard Oleszek – rédacteur de Blogpress.pl, Piotr Pa∏ka – rédacteur en chef du portail Rebelya.pl, Marek Palczewski – rédacteur en chef du portail SDP.PL, Bart∏omiej Radziejewski

– rédacteur en chef de la revue « Rzeczy Wspólne », Tomasz Sakiewicz –

rédacteur en chef de l’hebdomadaire « Gazeta Polska », Mgr Ireneusz Sku- biÊ – rédacteur en chef de l’hebdomadaire catholique « Niedziela », Krzysz- tof Skowroƒski – directeur des médias coopératifs Wnet, Robert Tekieli – rédacteur en chef de Jezus.fm, Tomasz Terlikowski – rédacteur du portail Fronda.pl, Dawid Turowiecki – rédacteur responsable du portail CzasP∏oƒ-

ska.pl, Mgr Henryk Zieliƒski – rédacteur en chef de l’hebdomadaire « Idzie- my », Marcin Dominik Zdort, directeur de « Plus-Minus », supplément au journal « Rzeczpospolita », Membres de la rédaction du site Internet www.stronaOinvitro.pl