Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil

Notions de pétrographie

COURS DE GEOLOGIE APPLIQUEE AU GENIE CIVIL Chapitre 2 : Notions de pétrographie
Rédigé par Philippe JOYE Corrigé par Jean-Pierre MICHEL

Table des matières
2 NOTIONS DE PÉTROGRAPHIE ...................................................................5
2.1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS................................................................................. 5 2.2 LES TROIS GRANDS GROUPES DE ROCHES ET LEUR CYCLE ÉVOLUTIF ......................... 6 2.3 NOTIONS DE CRISTALLISATION ET DE MAGMA ............................................................ 8
2.3.1 2.3.2 Règles de substitution d’ions....................................................................................... 8 Diagrammes de cristallisation...................................................................................... 9
Diagramme de deux minéraux formant une série isomorphe ..........................................10 Diagramme de deux minéraux quelconques non isomorphes.........................................11 Influence des conditions de cristallisation - Cristallisation fractionnée ............................12 La viscosité des magmas ................................................................................................13 Les différents types de magmas......................................................................................13 Suites réactionnelles de Bowen - Cristallisation d’un magma .........................................14 L’évolution des magmas – Différenciation magmatique ..................................................15 2.3.2.1 2.3.2.2 2.3.2.3

2.3.3

Notions de magma..................................................................................................... 13

2.3.3.1 2.3.3.2 2.3.3.3 2.3.3.4

2.4 PROPRIÉTÉS GÉNÉRALES DES ROCHES ................................................................... 16
2.4.1 Les propriétés descriptives des roches ..................................................................... 16
a) b) c) d) e) f) g) La composition minéralogique.........................................................................................16 La grosseur du grain .......................................................................................................16 La couleur........................................................................................................................16 l’indice de coloration ........................................................................................................17 La texture ........................................................................................................................17 La structure .....................................................................................................................17 Le gisement.....................................................................................................................17

2.4.2

Classement des roches en fonction de leur structure (au sens large) ...................... 17

2.5 ROCHES MAGMATIQUES (OU IGNÉES)...................................................................... 19
2.5.1 Genèse des roches magmatiques............................................................................. 19
Roches volcaniques et roches plutoniques .....................................................................19 les roches volcaniques ....................................................................................................19 les roches plutoniques – différentes formes d’intrusion ...................................................20 Basaltes et granites - Différenciation magmatique et granitisation ..................................21 Différenciation magmatique.............................................................................................22 Granitisation ....................................................................................................................22 Croûtes continentale et océanique ..................................................................................23 2.5.1.1 a) b) 2.5.1.2 a) b) c)

26/09/05

page

1

Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil

Notions de pétrographie

2.5.2

Classification des roches magmatiques .................................................................... 23
Principaux minéraux constitutifs des roches magmatiques .............................................24 Structure des roches magmatiques .................................................................................24 Structure grenue..............................................................................................................24 Structure microgrenue .....................................................................................................25 Structure microlitique.......................................................................................................25 Structure vitreuse ............................................................................................................25 Classifications basées sur la composition minéralogique................................................25 Classification de Mason...................................................................................................25 Classification de Streckeisen...........................................................................................26 Classification normative...................................................................................................28 Roches plutoniques .........................................................................................................28 Famille de la quartzolite...................................................................................................28 Famille des granites ........................................................................................................29 Famille de la syénite........................................................................................................30 Famille de la diorite et du gabbro ....................................................................................30 Famille de la péridotite ....................................................................................................31 Roches volcaniques ........................................................................................................31 Famille des pyroclastites (projections volcaniques).........................................................31 Famille des roches volcaniques vitreuses .......................................................................33 Famille des basaltes........................................................................................................33 Famille de la rhyolite .......................................................................................................34 Famille du trachyte ..........................................................................................................35

2.5.2.1 2.5.2.2 a) b) c) d) 2.5.2.3 a) b) c)

2.5.3

Description des roches magmatiques les plus courantes ......................................... 28

2.5.3.1 a) b) c) d) e) 2.5.3.2 a) b) c) d) e)

2.6 ROCHES SÉDIMENTAIRES ....................................................................................... 36
2.6.1 Genèse des roches sédimentaires ............................................................................ 36
Les deux grandes classes de roches sédimentaires .......................................................36 les roches terrigènes .......................................................................................................36 les roches biochimiques ..................................................................................................37 La formation et le cycle des roches sédimentaires ..........................................................37 L’altération des roches ....................................................................................................38 L’altération mécanique ....................................................................................................39 L’altération chimique et biochimique ...............................................................................40 Le rôle important de l’eau dans l’altération chimique.......................................................41 Exemple d’altération : le granite .....................................................................................44 Le transport et le dépôt des sédiments............................................................................45 Transformation du sédiment en roche compacte – la diagenèse ....................................47 La compaction .................................................................................................................47 La cimentation .................................................................................................................48 Principaux minéraux constitutifs des roches sédimentaires ............................................49 Structure des roches sédimentaires ................................................................................49 Structure stratifiée ...........................................................................................................49 Structure massive............................................................................................................50 Structure lenticulaire........................................................................................................50 Structure concrétionnée ..................................................................................................50 Structure à schistosité .....................................................................................................50 Structure fossilifère..........................................................................................................50 Classification des roches sédimentaires..........................................................................50 Classification des roches terrigènes meubles et consolidées..........................................51 Classification des roches carbonatées ............................................................................52 Classification des roches « mixtes » (calcaires et terrigènes) .........................................52 2.6.1.1 a) b) 2.6.1.2 2.6.1.3 a) b) c) d) 2.6.1.4 2.6.1.5 a) b)

2.6.2

Classification des roches sédimentaires ................................................................... 49

2.6.2.1 2.6.2.2 a) b) c) d) e) f) 2.6.2.3 a) b) c)

26/09/05

page

2

Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil

Notions de pétrographie

2.6.3

Description des roches sédimentaires les plus courantes ........................................ 53
Roches terrigènes ...........................................................................................................53 Famille des rudites non consolidés .................................................................................53 Famille des rudites consolidés (« conglomérats »)..........................................................54 Famille des arénites non consolidés (sables)..................................................................54 Famille des arénites consolidés (psammites)..................................................................55 Famille des lutites (ou « pélites ») non consolidées ........................................................55 Famille des lutites consolidées........................................................................................56 Roches biochimiques ......................................................................................................57 Famille des carbonates ...................................................................................................57 Famille des évaporites.....................................................................................................58 Famille des roches résiduelles ........................................................................................58 Famille des roches carbonées.........................................................................................58

2.6.3.1 a) b) c) d) e) f) 2.6.3.2 a) b) c) d)

2.7 ROCHES MÉTAMORPHIQUES ................................................................................... 59
2.7.1 Genèse des roches métamorphiques........................................................................ 59
Les facteurs du métamorphisme .....................................................................................60 Le facteur temps..............................................................................................................60 La température ................................................................................................................60 La pression et les contraintes..........................................................................................60 Métamorphisme régional et métamorphisme de contact .................................................61 Métamorphisme régional .................................................................................................61 Métamorphisme de contact .............................................................................................62 Intensité du métamorphisme – Anatexie .........................................................................63 Principaux minéraux des roches métamorphiques ..........................................................64 Structure des roches métamorphiques............................................................................64 Classification des roches métamorphiques .....................................................................65 Classification simplifiée de Schumann ............................................................................65 Classification suivant les différents faciès et climats métamorphiques............................66 Famille du gneiss ............................................................................................................67 Famille des schistes ........................................................................................................68 Schiste ardoisiers ............................................................................................................69 Schistes phylliteux ou « phyllades » ................................................................................69 Micaschistes....................................................................................................................69 Schistes tachetés ............................................................................................................69 Famille des roches massives non schisteuses................................................................69 Quartzites ........................................................................................................................69 Marbres ...........................................................................................................................70 Cornéennes.....................................................................................................................70 2.7.1.1 a) b) c) 2.7.1.2 a) b) 2.7.1.3

2.7.2

Classification des roches métamorphiques ............................................................... 64

2.7.2.1 2.7.2.2 2.7.2.3 a) b)

2.7.3

Description des principales roches métamorphiques................................................ 67

2.7.3.1 2.7.3.2 a) b) c) d) 2.7.3.3 a) b) c)

Bibliographie......................................................................................................71

26/09/05

page

3

....27 Figure 21 : facteurs du processus sédimentaire (Dercourt & Paquet...........51 Tableau 5 : classification des roches calcaires de Folk (Dercourt & Paquet.................... 1972).............................................. 1995).......................... déformation de la roche (Bourque............62 Figure 33 : auréole métamorphique (Dercourt & Paquet............G...................................59 Figure 31 : métamorphisme régional......46 Figure 27 : compaction des argiles (Dercourt & Paquet...........................................14 Figure 11 : suites réactionnelles de Bowen (Pomerol & Renard...................................... les roches volcaniques en minuscules (Pomerol & Renard......... 9 Figure 7 : diagramme de cristallisation de deux minéraux isomorphes (Dercourt & Paquet....................... 1989)..38 Figure 23 : la molécule d’eau .................. 1995)........................ 1972)... évolution des principales roches (Bourque.... 6 Figure 6 : courbes théoriques pour un système silicaté en fonction de la température et de la pression (Pomerol & Renard............................................................53 Figure 30 : domaine du métamorphisme (Dercourt & Paquet.....23 Figure 19 : classification des roches magmatiques de Mason – roches plutoniques en caractères gras..................anatexie – cycle géochimique (Pomerol & Renard.............................................................................. 1995).................45 Figure 26 : diagramme de Hjulström (Dercourt & Paquet..................... 1989)...............................................................................48 Tableau 4 : classification des roches terrigènes de Wenthworth (Calembert.................67 26/09/05 page 4 .......41 Figure 24 : diagramme de Goldschmidt (Pomerol & Renard...... 1989)......65 Tableau 6 : classification simplifiée des roches métamorphiques selon les caractéristiques extérieures (Schumann............15 Figure 12 : les quatre types de structure (Schumann................................. 2000) ..................... 1997) ....52 Figure 29 : classification des roches mixtes .G.......... 1997) .................................. 1997).............................. 2000)......................................... 1995) ............42 Figure 25 : altération d’un granite (Dercourt & Paquet.............................................................21 Figure 17 : différenciation magmatique (Dercourt & Paquet............. 1995)................18 Figure 14 : genèse des roches magmatiques (Schumann.. Dejonghe.....N...... 1997)... 1995) ............................ formation des roches plutoniques (D.... 1995) ........37 Figure 22 : cycle d’évolution d’une roche (Dercourt & Paquet.......................10 Figure 8 : diagramme de cristallisation de deux minéraux non-isomorphes (Dercourt & Paquet....... ...............11 Figure 9 : influence des conditions de cristallisation (Dercourt & Paquet.......... 1997) ............................... Dejonghe..... 1995).... 1998) ........................................................ 1995) .. 1997)............19 Figure 15 : formation des roches volcaniques (D.............................. cycle dans la lithosphère (Pomerol & Renard... 1997) ....................................... 1995).63 Figure 35 : métamorphisme............................ 1995) .........................18 Figure 13 : les différents types de roches à structure non orientée (Schumann....................E.12 Figure 10 : courbes de solidus des magmas et évolution au cours de l’ascension dans l’écorce terrestre (Pomerol & Renard........................ 1998) ..................................E.. 1989) ........................................R...........................calcaires et terrigènes (Calembert...Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Table des figures et tableaux Figure 5 : le cycle évolutif des roches (Schumann....... 1997) ................................................22 Figure 18 : granitisation......................................26 Figure 20 : classification des roches magmatiques de Streckeisen – roches plutoniques en majuscules.................................................................20 Figure 16 : intrusions......... 2000) .............R............................................. les roches volcaniques entre parenthèses (Pomerol & Renard............................... 2000) . 1997) ........................................................N....................... 1995) ...........................................62 Figure 34 : métamorphisme .................................. 1995)................................dipôle électrique (Dercourt & Paquet......61 Figure 32 : métamorphisme de contact (Bourque...........47 Figure 28 : compaction et cimentation des sables (Bourque.................................................... 1989) ..........................................................................................66 Figure 36 : classification des roches métamorphiques selon les faciès et climats métamorphiques (Pomerol & Renard..................

de composition interne de notre planète et des conditions qui y règnent. soit comme outil au même titre que l’os ou le bois. les roches ne se développent pas les unes à côté des autres indépendamment. soit à la région ou à la localité où elles ont été découvertes. Le pétrographe. à la différence des minéraux. comprenant leur description (pétrographie au sens strict). 26/09/05 page 5 . de l’évolution des espèces végétales et animales. aucun système de classification ne fait l’unanimité chez les Géologues. leur classification et l’interprétation de leur genèse (Foucault & Raoult. on comprend directement que la pétrographie au sens large s‘appuie sur des sciences telles que. l’homme s’est ainsi adapté à son environnement géologique. soit encore à leur évolution. la géodésie. que dans des zones montagneuses. à la limite liquide (pétrole) ou gazeux (Foucault & Raoult. Au regard de cette définition. caractérisées par les formations rocheuses dures. au cours des développements de la pétrographie. certains lui préfère le terme de « pétrologie ». Il est à noter qu’au terme de « pétrographie ». L’étude des roches a permis d’apprendre et de comprendre beaucoup d’aspects : de géographie et des climats du passé. Au vu de cette définition. Le développement d’une culture n’est pas le même dans les plaines alluviales. la stratigraphie. soit à leur morphologie extérieure. on comprend alors que la nomenclature des roches est encore plus complexe que celle des minéraux. le plus souvent dur et cohérent (pierre. D’autre part. y compris les sols meubles. Leur classification et subdivision sont donc des démarches intellectuelles. Les noms donnés aux roches. la paléontologie. pour exemples : la minéralogie (voir chapitre précédent). l’homme a appris très tôt (âge de la pierre) à se servir des roches. D’autre part. En géologie. 1995). dominées par des roches meubles sédimentaires. essaie donc également de démêler l’histoire de la Terre dont les roches sont les témoins. 1995). La roche est un matériau constitutif de l’écorce terrestre. au même titre qu’aux différents climats. sont relatifs (entre autres) : soit à leur composition minéralogique. parfois plastique (argiles). est la science des roches. outre l’étude de la composition minéralogique des roches.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2 Notions de pétrographie 2. des formations des continents et leur mouvement. soit pour la construction ou pour l’ornementation. caillou). Au cours de son évolution. la notion de roche comprend donc tous les types de matériaux constituant l’écorce terrestre. en particulier celle de l’homme.1 Introduction et définitions La pétrographie. au sens large. toutes les transitions peuvent exister entre les roches génétiquement voisines. ou meuble (sable). la lithologie. formé en général d’un assemblage de minéraux et présentant une certaine homogénéité statistique .

les roches sédimentaires : qui se forment à partir de la désintégration d’autres roches à la surface de la terre. Si la composition initiale du magma est importante. soit au sein de l’écorce terrestre (donnant les roches plutoniques). Ainsi. 26/09/05 page 6 . On peut ainsi classer les roches en trois grands groupes : • les roches magmatiques (encore appelées roches ignées) : qui sont le produit du refroidissement et de la consolidation de bains silicatés en fusion. soit métamorphiques. elles-mêmes étant le produit du métamorphisme de roches. les conditions de température et de pression sont fondamentales lors de la cristallisation des minéraux. ou à partir de la précipitation chimique ou biochimique de solutions. soit magmatiques. la classification fondamentale se base sur l’origine des roches et leur processus de formation (appelé genèse). Les relations et le cycle d’évolution des trois grands groupes de roches sont représentés sur le schéma qui suit (figure 5). 1989) On voit donc que le magma constitue la source primitive de la formation de toutes les roches. • • Les roches proviennent donc toutes à l’origine du magma en fusion et subissent une évolution dans le temps. En pétrographie. soit sédimentaires. appelés magmas. Ce refroidissement pouvant se faire soit à la surface de la terre (donnant les roches volcaniques). par exemple.2 Les trois grands groupes de roches et leur cycle évolutif On a vu plus haut qu’il existe une notion évolutive dans l’étude des roches et dans leur classification. Figure 5 : le cycle évolutif des roches (Schumann. les roches métamorphiques : qui sont formées à partir de roches préexistantes essentiellement par des recristallisations dues à des élévations de température et de pression. une roche sédimentaire peut être le produit de l’altération de roches métamorphiques.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2.

du quartz et. et 1. on verra ci-après dans ce chapitre que la classification scientifique des roches magmatiques est principalement basée sur l’importance respective de ces minéraux. Comme le magma est l’origine de toutes les roches de la croûte terrestre. les phénomènes de recristallisation.8. dans une moindre mesure. de transformation d’un minéral à un autre lors du métamorphisme dépendent étroitement de ces conditions. Proportions volumiques au sein de la croûte terrestre Roches Type Magmatiques avec en particulier : granites granodiorites. on a vu ci-dessus que l’on définit principalement une roche comme étant généralement le produit de l’assemblage de différents minéraux. diorites basaltes 10 11 43 Minéraux % volumique 65 Minéral Feldspaths Plagioclases Feldspaths Alcalins Quartz Pyroxènes Amphiboles 8 27 Micas Minéraux argileux Olivines Calcite autres % volumique 39 12 12 11 5 5 5 3 1 7 Sédimentaires Métamorphiques Tableau 3 : proportions volumiques des roches et principaux minéraux au sein de la croûte terrestre (Ronov & Yaroshevsky. Ce tableau permet également de se rendre compte de l’importance des feldspaths. en particulier les points 1. 26/09/05 page 7 .Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie De même. principale partie de la terre concernée par les travaux de l’ingénieur. Les proportions respectives des trois groupes de roches au sein de la croûte terrestre sont reprises dans le tableau qui suit (tableau 3). les notions de magma et les phénomènes de cristallisation font donc l’objet d’un paragraphe à part entière (paragraphe 2.légèrement modifié).). les roches sédimentaires forment donc la « pellicule » de surface de la croûte terrestre.3. elles sont généralement recouvertes par des roches sédimentaires. Il est donc utile de mentionner également les proportions des principaux minéraux au sein de la croûte terrestre (voir également le chapitre 1.3). que ce soit sur les fonds océaniques ou sur les continents. des pyroxènes par rapport aux autres minéraux.2. Mis à part les reliefs. 1969 . Par exemple. Si les roches magmatiques (ou ignées) sont de loin les plus nombreuses.1. D’autre part.

on parle de minéraux formant une série isomorphe. 3e règle : de deux ions de rayons ioniques semblables. 1995). les substitutions ne sont plus possibles. dépendent de la composition chimique du milieu. une élévation de température provoque alors une dilatation du réseau cristallin par agitation thermique. des échanges d’ions peuvent avoir lieu selon des règles de substitution d’ions (Dercourt & Paquet. de la pression et de leur vitesse de variation. Leur formation à partir du magma ou. le plus petit est incorporé de préférence dans le cristal si la différence des deux rayons n’excède pas 15 % du plus petit d’entre eux. s’intègrent dans un cristal dans les proportions du liquide initial. de la température. Les deux ions peuvent ainsi se substituer. de pression et d’environnement chimique. 2e règle : lorsque deux ions ont la même charge mais des rayons ioniques différents. le processus de recristallisation pour les roches métamorphiques. Il n’est pas du cadre de ce cours d’apprendre les processus de formation des différents types de roches observées dans la nature. les minéraux peuvent devenir instables et être remplacés par d’autres minéraux caractérisés par des structures cristallines différentes et souvent par une nouvelle répartition des éléments chimiques. mais les notions qui suivent devraient.3. Au sein d’un édifice cristallin donné par contre. différant en taille de moins de 15 % par rapport au plus petit. D’une manière générale. la structure obtenue n’est stable qu’à haute température et seul un abaissement brutal de la température (trempe) peut figer la structure cristalline. 1re règle : deux ions de même charge et de rayons ioniques semblables. 26/09/05 page 8 . en donner une idée.3 Notions de cristallisation et de magma On a vu ci-dessus que la roche est un assemblage de minéraux. Lorsque ces conditions changent. Lorsque deux minéraux peuvent échanger tous leurs ions sans modification de leur structure cristalline. le plus chargé s’intègre préférentiellement dans le cristal.1 Règles de substitution d’ions Ces règles énoncées par Goldschmidt (1937) permettent de comprendre les phénomènes d’intégration des différents éléments chimiques dans un cristal qui croît dans un liquide silicaté. Lorsque les rayons ioniques de deux ions diffèrent de plus de 15%. La cristallisation en minéraux spécifiques dépend de la composition chimique du liquide en fusion mais également de la faculté qu’ont les différents composants chimiques de se substituer d’un minéral à l’autre sans en modifier la structure cristalline. à titre didactique. les minéraux sont stables dans des conditions précises de température. 2. Lorsque deux ions ont un rayon ionique qui diffèrent de plus de 15% sans trop s’en écarter.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2.

des minéraux forment une série isomorphe uniquement à haute température (voir point 2. les produits de cristallisation d’un liquide silicaté en fusion peuvent être : • soit des minéraux de compositions chimiques différentes. la vitesse de variation de la température peut également varier au cours du processus de cristallisation et donner des roches différentes (roches porphyriques – voir plus loin) ou encore.2 Diagrammes de cristallisation Dès le début du siècle. les conditions de cristallisation sont importantes : le refroidissement peut être rapide ou lent.3. par exemple. il existe des situations intermédiaires pour lesquelles. 1997) D’une manière simplifiée. D’autre part. • Bien entendu. la présence d’eau dans le mélange silicaté en fusion modifie les courbes des solidus et liquidus. Les diagrammes qui sont présentés ci-après (dont les formes sont familières depuis longtemps aux métallurgistes). Pour un système silicaté quelconque. Figure 6 : courbes théoriques pour un système silicaté en fonction de la température et de la pression (Pomerol & Renard. soit des minéraux de structure cristalline totalement différente pour lesquels la substitution d’ions n’est plus possible sans changement de structure. sont le résultat d’expériences réalisées à partir de 1920 par des pétrographes. La courbe du solidus sépare le domaine où seule une phase solide existe du domaine où coexistent des cristaux et un liquide en fusion. mais de structure cristalline semblable qui n’est pas modifiée par la substitution d’ions. quelles que soient la température et la pression : on parle de série de minéraux isomorphes à toute température et à toute pression.3. on a étudié les conditions de cristallisation de mélange de minéraux à partir d’un liquide en fusion obtenu en portant à haute température des minéraux naturels.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. en particulier Bowen et ses collaborateurs. Ces expériences ont permis de comprendre les processus de cristallisation naturels. on obtient le diagramme théorique suivant (figure 6) en fonction de la pression et de la température. 26/09/05 page 9 . La courbe du liquidus sépare le domaine où coexistent des cristaux et un liquide en fusion du domaine où seule une phase liquide existe.1 ci-dessus).

1995) 26/09/05 page 10 .3. à une température de fusion T supérieure à TA et en observant le processus de cristallisation lors du refroidissement. il existe donc trois domaines déjà présentés cidessus (figure 6) . en portant un mélange de proportion connue M1. d’autre part.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. • Le premier cristal Ci qui apparaît a une composition différente du mélange initial. • Au fur et à mesure du refroidissement. se déplaçant sur la courbe du solidus. Comme les rayons ioniques de Na+ et de Ca2+. • il n’y a pas cristallisation brutale mais progressive entre Ti et Tj .1 Diagramme de deux minéraux formant une série isomorphe Le mélange le plus célèbre de deux minéraux formant une série isomorphe à toute température et à toute pression est celui formé par l’anorthite [Ca(Al2Si2O8)] et l’albite [Na(AlSi3O8)] (représentés ci-dessous respectivement par A et B) donnant la série des plagioclases. • Les derniers cristaux formés Cj ont une composition identique à celle du mélange M1 initial. • si le refroidissement est suffisamment lent. il est plus riche en A. les cristaux ont une composition qui. Figure 7 : diagramme de cristallisation de deux minéraux isomorphes (Dercourt & Paquet. en fin d’expérience. Si on répète l’expérience avec n mélanges de proportions différentes. sont proches. d’une part et de Si4+ et Al3+. on observe les faits suivants (figure 7-1 ci-dessous) : • la température Ti d’apparition des premiers cristaux est inférieure à TA . tous les cristaux ont la même composition que M1. des substitutions ioniques ont lieu en phase liquide mais également en phase solide par des phénomènes de diffusion assez lents (on parle de minéraux formant une solution solide). A une pression donnée. de deux minéraux A (de température de fusion TA) et B (de température de fusion TB) isomorphes. on obtient le diagramme de la figure 7-2.2. s’enrichit progressivement en B. des substitutions ioniques ayant eu lieu entre les premiers cristaux formés et le liquide en fusion.

en portant deux mélanges de proportion connue M1 et M2 de deux minéraux A (de température de fusion TA) et B (de température de fusion TB) isomorphes à une température de fusion T supérieure à TA et en observant le processus de cristallisation lors du refroidissement. • à partir du point E (TE<TA) des cristaux de A et B apparaissent simultanément. Figure 8 : diagramme de cristallisation de deux minéraux non-isomorphes (Dercourt & Paquet. la température restant constante. A une pression donnée. jusqu’à épuisement du liquide. on obtient le diagramme de la figure 8-2. • en continuant à refroidir.3.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. mais l’exemple le plus courant est celui de l’albite [Na(AlSi3O8)] et du quartz [SiO2] (représentés ci-dessous respectivement par A et B) qui forment une série non-isomorphe quelles que soient la pression et la température. le liquide s’appauvrit en A en suivant la courbe du liquidus LE. on observe les faits suivants (figure 8-1 cidessous) : Soit la première expérience en partant du mélange M1 en fusion : • à la température Tl (inférieure à TA) apparaissent les premiers cristaux du minéral A. le liquide s’appauvrit en B en suivant la courbe NE. • en continuant à refroidir. La seconde expérience est menée à partir d’un mélange M2 plus riche en B : • à la température Tn (inférieure à TB) apparaissent les premiers cristaux du minéral B .2. Si on répète l’expérience avec n mélanges de proportions différentes.2 Diagramme de deux minéraux quelconques non isomorphes Les cas sont nombreux. On appelle température eutectique la température minimale que peut avoir la phase liquide issue d’un mélange de deux minéraux spécifiques. La température recommence alors à décroître. 1995) 26/09/05 page 11 .

le milieu solide tous cristaux confondus parcourant la ligne CD.. on obtient alors des cristaux zonés plus riches en A au centre (point C) et plus riche en B à la périphérie (point F). même si l’ensemble de ces couches forment un mélange de composition chimique identique à celle du mélange initial. ou encore. 2. Figure 9 : influence des conditions de cristallisation (Dercourt & Paquet. D’autre part. 3 . D’autre part.Cristallisation fractionnée Prenons. des processus de cristallisation fractionnée sont courants en raison de la gravité (voir figure 9-2). Dans ce dernier cas (voir figure 9-1 ci-dessous). en d’autres minéraux. 1995) Bien entendu. 2.. les exemples qui viennent d’être exposés peuvent être étendus au cas d’un mélange de plus de deux minéraux ou au cas des minéraux ne formant pas une série isomorphe. n’ont pas le temps d’échanger leur ions avec la phase liquide. Dans les conditions naturelles. à titre d’exemple. par échange ionique avec le liquide. Les minéraux formés lors du refroidissement se déposent alors et perdent le contact avec le liquide. La présence d’eau ou de gaz peut modifier considérablement les conditions de cristallisation et la viscosité du liquide silicaté en fusion.3 Influence des conditions de cristallisation . dans de nombreux cas la fusion de deux minéraux. donnent une ou plusieurs autres espèces minérales. 26/09/05 page 12 . Dans les conditions naturelles. les premiers minéraux formés en refroidissant peuvent être transformés. en refroidissant. Les échanges d’ions entre les minéraux formés et la phase liquide ne peuvent plus avoir lieu et on obtient des couches de minéraux de composition différente (minéraux de composition 1. deux minéraux formant une série isomorphe. malgré un refroidissement suffisamment lent.2. il est évident que les liquides silicatés ne sont pas issus de la fusion de seulement deux minéraux.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Les deux cas présentés ci-dessus sont des cas idéaux présentés à titre didactique. Enfin. à la figure 9-2). il est fréquent que le refroidissement ne soit pas suffisamment lent pour permettre aux minéraux de la phase solide d’échanger leurs ions par processus de diffusion.3.

3. Un magma se caractérise par : sa composition essentiellement silicatée.3. par conséquent.3. par frottement interne. Il cristallise alors quasi entièrement lors de son ascension vers la surface et seuls subsistent les minéraux stables en présence d’un excès de SiO2. le liquide silicaté possède une charpente faite de tétraèdres SiO4 polymérisés en ordre périodique. à haute température l’eau est dissociée en H+ et OH.4. La teneur en gaz (H2O.3. De plus.2 Les différents types de magmas De manière générale et fortement simplifiée. En raison de la rapidité de l’ascension. il y a rupture de la charpente silicatée et. à l’écoulement. de la présence de gaz. • La teneur en silice SiO2 a une influence très importante. de sa teneur en eau.) : la perte de gaz provoque une augmentation de la viscosité.. comme nous le verrons au point suivant. on distingue principalement deux types de magmas suivant leur teneur en silice. seuls quelques minéraux cristallisent et ceux qui 13 • 26/09/05 page . En effet. Ce type de magma engendre les roches granitiques qui représentent près de 95 % des roches d’intrusion au sein des roches préexistantes. H2S. • • 2. On peut obtenir un bain de silicates artificiellement en broyant finement des minéraux silicatés (feldspaths. quartz ou minéraux argileux) et en portant l’ensemble à de hautes températures (voir le paragraphe traitant des suites réactionnelles de Bowen).) Comprendre les facteurs qui ont une influence sur la viscosité est important puisque celle-ci conditionne l’aptitude à couler du magma et lui est inversement proportionnelle.1 La viscosité des magmas La viscosité d’un magma dépend principalement. • magma hypersiliceux : lorsque la teneur en silice est élevée (75%). sa température élevée (1200°C à 1500°C) et par sa viscosité qui lui confère une plus ou moins grande aptitude à couler (Dercourt & Paquet. 1997). Les magmas ne possèdent pas tous la même viscosité. 2. la teneur en eau a une grande influence sur la température de cristallisation d’un magma.3. CO2. mais également de sa teneur en silice.. diminution de la viscosité. Au fur et à mesure que les liaisons s’hydrolysent. Les liaisons Si-O-Si sont des liaisons fortes car covalentes (voir le chapitre 1) qui s’opposent. plus elle est élevée. La teneur en eau a une influence très importante sur la viscosité.qui rompent ensuite les liaisons Si-O-Si et les hydrolyse en Si-OH HO-Si. La nature des roches magmatiques ou « cristallines » dépend évidemment de la nature du magma qui leur a donné naissance (voir point 2. Sa cristallisation conduit aux roches magmatiques. pouvant contenir des cristaux ou des fragments de roches en suspension.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. le magma en fusion est très visqueux et s’écoule donc lentement à travers l’écorce terrestre..3 Notions de magma Un magma est un bain naturel de silicates en fusion. de la température et de la pression bien entendu. le magma en fusion est fluide et traverse rapidement l’écorce terrestre pour couler en surface. plus la viscosité l’est également. magma hyposiliceux : lorsque la teneur en silice est faible (50%). En effet.

appelées suites réactionnelles de Bowen (voir figure 11 page suivante).Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie sont formés à haute température restent stables compte tenu de la faible teneur en SiO2. 26/09/05 page 14 . A l’opposé si la vitesse de remontée est lente. L’évolution de la température et de la pression du magma en fusion lors de leur remontée dans l’écorce est représentée schématiquement à la figure qui suit (figure 10 : chemin A’B’ pour un magma basaltique et chemin AB pour un magma granitique).Cristallisation d’un magma Les expériences de cristallisation d’un liquide en fusion réalisé à partir de deux minéraux et décrites précédemment (point 2. en fonction de la température et de la composition initiale du magma lors de son refroidissement. Bien entendu. si la vitesse d’émission est rapide. Bowen et son équipe ont synthétisé l’ensemble de leurs observations sous forme de deux séries de minéraux associés par plusieurs réactions. Ce type de magma engendre les roches basaltiques qui représentent près de 95 % des roches effusives à la surface de l’écorce terrestre. 2. Cette figure montre également l’influence très importante de la teneur en eau sur les courbes de solidus des magmas. les domaines de coexistence stable de certains minéraux.) ont été généralisées par Bowen et son équipe sur des composés complexes. ce qui modifie la composition du liquide en fusion et engendre des roches bien cristallisées de différents types. voir point 2.3.3 Suites réactionnelles de Bowen .2. des magmas intermédiaires à ceux décrits ci-dessus existent. 1997) Les conditions d’émission des magmas ont une influence non négligeable sur la formation des roches. L’hydratation d’un magma déplace sa courbe du solidus vers de faibles températures et change sa courbure. Figure 10 : courbes de solidus des magmas et évolution au cours de l’ascension dans l’écorce terrestre (Pomerol & Renard. il est brassé au cours de son expulsion et engendre des basaltes homogènes. les transformations de minéraux en d’autres. ci-dessus). des minéraux peuvent précipiter (cristallisation fractionnée.3. Pour un magma basaltique.2.3. Leurs travaux ont alors permis d’observer l’ordre d’apparition des minéraux.3.3.

Ca et K est suffisante. Ce mécanisme est appelé différenciation magmatique. on peut avoir les réactions suivantes : pyroxènes + liquide ───► amphibole amphibole + liquide ───► mica noir • La série des plagioclases : cette série est continue car les différents plagioclases ont une structure cristalline commune (voir chapitre 1 et point 2.3.3.2.3.2. Les deux séries réactionnelles sont concomitantes. deviennent progressivement hypersiliceux (exemple des rhyolites – voir plus loin). 1997) • La série des ferro-magnésiens : cette série est discontinue. les structures cristallines des minéraux successifs sont différentes et il n’existe pas d’héritage structural. ils sont intégrés dans les amphiboles qui apparaissent à des températures similaires. d’hyposiliceux.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Figure 11 : suites réactionnelles de Bowen (Pomerol & Renard.4 L’évolution des magmas – Différenciation magmatique Les processus de cristallisation illustrés par les suites réactionnelles de Bowen associés aux phénomènes de cristallisation fractionnée (voir paragraphe 2. par exemple. Par exemple. de ce chapitre). on a les réactions suivantes : liquide ───► olivine + liquide olivine + liquide ───► olivine + pyroxènes Lorsque la teneur en SiO2. si l’évolution des plagioclases libèrent des ions Ca et Al dans le liquide.3. Lors de leur ascension ils peuvent. Na. On passe progressivement de l’anorthite (riche en Ca) à l’albite (riche en Na).) peuvent expliquer l’évolution des magmas.3. 26/09/05 page 15 . 2.1. On obtient alors des liquides successifs qui. Lorsque la température décroît. s’enrichir considérablement en silice en raison du processus de sédimentation des minéraux précédemment formés.

sédimentaires et métamorphiques. Chaque groupe de roches possède sa (ou ses) classification propre.4. même en faible proportion. la nomenclature des roches est encore plus complexe que celle des minéraux. la plupart des minéraux argileux (roches sédimentaires). point 1. b) La grosseur du grain La grosseur du grain est le diamètre moyen des grains constituant la roche. elles sont généralement composées de quelques minéraux fondamentaux appartenant à des « familles » peu nombreuses telles que (voir point 2. quartz et. la grosseur du grain. A ces noms s’ajoutent encore les appellations commerciales qui parfois peuvent induire en erreur (exemple : le célèbre « Petit Granit » du Hainaut qui n’est autre qu’une roche calcaire). la grosseur du grain prend une part importante dans sa classification au sein de ce groupe. à leur composition minéralogique. dépend fortement de la présence certains éléments chimiques.) que les classifications sont basées sur l’origine des roches et leur genèse.2. sont reprises dans le paragraphe y afférant. Néanmoins.4 Propriétés générales des roches Nous avons vu ci-dessus (voir point 2. En effet. Quelle que soit le groupe d’appartenance d’une roche. certaines propriétés peuvent être définies.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. la composition minéralogique. ci-dessus) : feldspaths. quand elle existe. voire une détermination chimique. D’une manière générale. dans une moindre mesure. Quel que soit le groupe d’appartenance des roches. Il n’existe pas de classification systématique qui reprenne l’ensemble des roches issues de ces trois groupes. d’autres à la région du globe où elles sont particulièrement bien représentées.). Les trois grands groupes de roches sont constitués des roches magmatiques. indépendamment du groupe.15.2. Cependant. pyroxènes. sont de couleur sombre en raison de la présence de magnésium et/ou de fer. Les feldspaths et les quartz sont de teinte claire tandis que les pyroxènes ou ferromagnésiens ou encore. 2. le mode de gisement. les classifications des roches. quand les minéraux sont discernables à l’œil nu. la structure et la texture. Dans la suite de ce texte.1 a) Les propriétés descriptives des roches La composition minéralogique La composition minéralogique est le caractère individuel le plus important à examiner pour l’identification des roches. les propriétés des principaux minéraux permettent une première détermination qualitative très utile. et à plus forte raison des roches. certaines roches doivent leur nom à des caractéristiques extérieures « spectaculaires ». 26/09/05 page 16 .2. propres à chaque groupe de roches. c) La couleur On a vu au chapitre 1 que la couleur des minéraux. afin de permettre une première reconnaissance visuelle des roches : la couleur (ou l’indice de coloration). La détermination précise de la composition minéralogique nécessite généralement une étude en lame mince (voir chapitre 1.

Schumann ou encore Foucault & Raoult). les caractéristiques « texture » et « structure » seront regroupées sous le terme général de « structure ». dans les descriptions des différentes roches. Pour rappel (voir chapitre 1). de « structure » au sens large. f) La structure La structure est l’ensemble des caractères extérieurs des roches en masse tels que la stratification. De même. La notion de structure recouvre généralement les caractères macroscopiques. 2. La notion de texture recouvre les caractères microscopiques. Les quatre types de structures des roches sont présentées à la figure de la page suivante (figure 12) : structure non orientée. dans un soucis de simplification. Dercourt & Paquet. Cette notion est vaste et comprend également implicitement l’explication succincte de la genèse de la formation géologique encaissante. les notions de texture et de structure sont confondues. à stratification. Ils parlent alors. Il s’agit d’une propriété importante permettant de commencer par rattacher une roche à l’un des trois groupes principaux. Remarque : dans un soucis de simplification.2 Classement des roches en fonction de leur structure (au sens large) Pour beaucoup d’auteurs (Pomerol.4. on regroupera les caractéristiques « indice de coloration » et « couleur » sous le terme général de « couleur ». 26/09/05 page 17 . fluidale (ou foliacée) et à schistosité.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie d) l’indice de coloration On définit l’indice de coloration d’une roche comme étant le pourcentage de minéraux sombres qu’une roche contient. g) Le gisement Le caractère du gisement est définit par la nature de la formation géologique d’où est issue la roche à décrire. de la disposition et de la répartition des minéraux dans la roche. la structure en couches ou en bandes. les quartz et les feldspaths sont des minéraux clairs tandis que les ferro-magnésiens sont foncés. e) La texture La texture est fonction de la forme.

à grains grossiers. 1989) 26/09/05 page 18 . Figure 13 : les différents types de roches à structure non orientée (Schumann. à grains fins et structure vitreuse. 1989) Parmi les roches à structure non orientée.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Figure 12 : les quatre types de structure (Schumann. on peut également distinguer plusieurs sousgroupes : les structures à débris de roches.

5. en fonction de leur structure (voir plus loin).5.1. Le magma visqueux est un mélange en proportions variables. 2.2). a) les roches volcaniques Lorsque la migration est rapide. suivant les conditions de température et de pression. le refroidissement est alors relativement rapide et mène à la formation de laves. à travers la croûte terrestre. et selon la rapidité de cette migration et du refroidissement. terme 26/09/05 page 19 .Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. de cristaux et d’une phase en fusion. elle est formée de roches de densité relativement basse. le magma en fusion migre alors vers le haut. on trouve une couche de roches plus denses.5 Roches magmatiques (ou ignées) La croûte terrestre mesure en moyenne 35 km d’épaisseur sous les continents mais seulement 7 km sous les océans. Figure 14 : genèse des roches magmatiques (Schumann. le magma atteint la surface de la croûte et s’y répand. deux types principaux de roches magmatiques se forment (figure 14) : les roches plutoniques qui se forment en profondeur et les roches volcaniques qui se forment à la surface. Une grande partie des roches composant la croûte terrestre sont des roches magmatiques (voir tableau 3 au paragraphe 2.1 Genèse des roches magmatiques C’est dans la partie supérieure du manteau que prend naissance une grande partie de la matière fondue appelé magma qui mène à la formation des roches magmatiques. Sous cette croûte. appelée manteau qui s’étend jusqu’à presque 3000 km de profondeur. existent des roches intermédiaires entre plutoniques et volcaniques appelées roches filoniennes que les Géologues considéraient comme un groupe à part. 2.1 Roches volcaniques et roches plutoniques A partir d’un foyer magmatique. mais la tendance générale actuelle est de considérer qu’elles font partie de l’un ou l’autre des deux groupes. 1989) Entre ces deux groupes principaux.

La grande majorité des roches intrusives est constituée de granites. Les intrusions (figure 16) au travers de roches soit sédimentaires. de largeur de quelques centimètres à des centaines de mètres. Dans ce dernier cas. les sills. Si la grande majorité des laves est composée d’une roche foncée plutôt dense. dont l’épaisseur varie de quelques centimètres à plusieurs centaines de mètres . peuvent être de grande taille comme les batholites (de quelques km à plus de 100 km de diamètre dont le constituant principal est le granite) ou de plus petite taille. on distingue les intrusions suivantes : • les dykes. lapillis. parallèlement à leur stratification. La cristallisation est donc faible. b) les roches plutoniques – différentes formes d’intrusion Lorsque la migration est plus lente.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie général désignant les roches volcaniques (également appelées roches extrusives ou effusives). elles se répandent à la surface de la croûte terrestre sous deux formes principales (figure 15) : les écoulements (blocs ou laves en fusion. soit encore magmatiques. voire inexistante (exemple des bombes volcaniques – voir ci-dessous). Les pipes qui sont des remplissages de cheminées volcaniques. relativement légères. soit de fragments de roches anguleux enlevés aux parois. soit de manière générale. cendres et boues) et les projections (éboulements. soit métamorphiques. les roches extrusives ne présentent que quelques minéraux de petite taille dans une masse homogène à l’œil nu.R. • • • 26/09/05 page 20 . Dejonghe. qui tranchent nettement dans les couches sédimentaires ou métamorphiques.E. en formant une coupole ou une lentille. ponces. autre terme désignant les roches plutoniques. mais qui s’insèrent horizontalement entre les couches sédimentaires. Figure 15 : formation des roches volcaniques (D.G. soit de laves solidifiées. soit rempli les sommets altérés des formations sédimentaires. cendres et poussières – voir plus loin). le magma cristallise en profondeur (souvent dans la partie inférieure de la croûte) pour former des masses rocheuses appelées roches intrusives. un mélange où les laves cimentent les fragments de roches. soit soulève les couches surincombantes. Un dyke constitue le remplissage intrusif d’une fissure verticale ou oblique .. appelée basalte. roches claires. 1998) Compte tenu du refroidissement rapide soit à l’air libre.N. ayant également l’aspect d’une plaque. les laccolites et les lopolites. qui se forment lorsqu’une masse magmatique plus ou moins visqueuse. ayant l’aspect d’une plaque. soit sous l’eau (au niveau des dorsales océaniques par exemple). bombes. alors que l’autre face reste en concordance avec la stratification.

à savoir : • les roches volcaniques principalement représentées par les basaltes..E. Les magmas provenant à l’origine de la partie supérieure du manteau. Dejonghe. 26/09/05 page 21 .1.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Figure 16 : intrusions.Différenciation magmatique et granitisation Au paragraphe précédent (voir également le point 2.G.5. les roches plutoniques principalement représentées par les granites.3. Si le basalte provient du manteau.2. roches claires à forte teneur en silice (on parle de roches « sursaturées » ou « acides ») et à très faible teneur en ferromagnésiens. roches foncées à faible teneur en silice (on parle de roches « saturées » ou « sous-saturées » ou « basiques ») et à forte teneur en ferro-magnésiens. • Ces deux familles fondamentales de roches magmatiques (il existe bien entendu des roches intermédiaires) diffèrent donc fortement par leurs compositions minéralogique et chimique. Le premier est la différenciation magmatique du magma basaltique du manteau supérieur et le second est la granitisation. formation des roches plutoniques (D. on pense que les granites sont formés par deux processus souvent concomitants. Les études récentes montrent que le second processus est prédominant. 1998) 2.) on a introduit deux familles de roches magmatiques différentes.N. les Pétrographes se sont longtemps interrogés sur ces différences.2 Basaltes et granites . qui sont le produit du refroidissement de magmas hypersiliceux. est-il possible que le granite en provienne également ? Actuellement. qui sont le produit du refroidissement de magmas hyposiliceux .R.3.

en particulier les figures 6 et 10). Les roches formées. Figure 17 : différenciation magmatique (Dercourt & Paquet.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie a) Différenciation magmatique Lors de la remontée dans la croûte terrestre du magma basaltique.3. par conséquent. Les zones d’anatexie. C’est la cristallisation fractionnée. Partant d’un magma basaltique.équivalentes à 7 à 8 km de profondeur) et à des températures de 600 à 800°C. 1995) b) Granitisation La formation d’un magma granitique peut provenir de la fusion partielle des roches de la croûte lors d’un métamorphisme intense (appelé anatexie – voir paragraphe 2. la lithosphère comprend.3. de haut en bas.2. Ce dernier phénomène est appelé granitisation (voir figure 18 cidessous).1.3. s’enrichit en silice. et figure 11) nous apprennent que les premiers minéraux formés sont les olivines puis les pyroxènes et les plagioclases riches en anorthite. Si la remontée du magma est suffisamment lente ou si le magma est bloqué dans une chambre magmatique. expliquée plus haut (voir point 2. zones de métamorphisme intense régional (voir plus loin). les ferro-magnésiens de densité élevée peuvent « sédimenter » et se séparer du liquide. On parle alors de « séries magmatiques » qui seraient issues du même magma parental.3. Ce phénomène peut s’exprimer à grande échelle (batholites) comme à l’échelle de chambres magmatiques plus petites (laccolites).2. vont du basalte au granite d’une manière continue.3. on obtient progressivement un magma granitique.3) qui les portent au-delà du solidus granitique (voir points 2. Tous les minéraux ne cristallisent pas en même temps et les suites réactionnelles de Bowen (voir point 2. par ce processus.. sont en général des zones de subduction où la croûte terrestre s’enfonce le long des fossés océaniques. en les portant à des pressions de 2. de bas en haut. la croûte terrestre et le manteau supérieur). Des expériences menées en laboratoire ont permis d’obtenir des magmas granitiques à partir de mélanges de marnes (argiles calcaires) et d’argiles en proportions variables.000 atm (ou 20 MPa . provenant du manteau supérieur.7.2. Il s’agit donc d’une transposition à l’échelle de la roche des suites réactionnelles de Bowen. et figure 9).3. le magma commence à cristalliser. Ces expériences ont contribué à la construction du schéma (figure 18) qui permet d’expliquer le cycle géochimique des roches dans la lithosphère (pour rappel. La composition globale des cristaux est différente de celle du liquide qui s’appauvrit alors en ferro-magnésiens et. telles qu’illustrées par la figure 17 ci-contre.3.3. 26/09/05 page 22 . et 2.

soit encore sur l’indice de coloration. soit sur la structure cristalline.). en majeure partie formée de granites tandis que la croûte océanique (± 7 km d’épaisseur) est composée principalement de basaltes. qui concerne principalement les spécialistes. 1997) c) Croûtes continentale et océanique La croûte continentale (± 35 km d’épaisseur) est. Après la présentation des principaux minéraux constitutifs des roches magmatiques. D’autre part. 26/09/05 page 23 . soit sur la composition minéralogique. basée sur les proportions relatives des principaux minéraux constitutifs.2. On abordera très succinctement la classification normative. 2. Cette différence s’explique. Ce n’est que depuis 1974 qu’il existe une classification internationale unifiée due aux travaux de Streckeisen. en partie. par la distance verticale de migration des magmas beaucoup plus courte dans le cas de la croûte océanique que dans le cas de la croûte continentale. au droit des ouvertures (appelées rides ou dorsales océaniques) qui renouvellent la croûte.3. sous les roches sédimentaires et hormis les roches métamorphiques. sans qu’une différenciation importante ait pu avoir lieu.2) et les deux classifications courantes basées sur la composition minéralogique : une classification « qualitative » due à Mason et la classification de Streckeisen. on trouvera ci-après une classification basée sur la structure cristalline (au sens large – voir point 2.3.5. Le magma arrive alors à la surface de la croûte océanique.4. ce qui déplace considérablement son solidus vers de plus faibles températures (voir figure 10 au point 2.2 Classification des roches magmatiques Il existe plusieurs classification basées : soit sur la teneur en silice. des échanges ont lieu entre l’eau des océans et le magma. Ce dernier est alors hydraté. cycle dans la lithosphère (Pomerol & Renard. où il est refroidit rapidement pour former des coulées massives de basaltes.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Figure 18 : granitisation.

C’est le cas de la majorité des granites et des granodiorites. hyperstène). sont peu nombreux (Calembert.2 Structure des roches magmatiques Cette classification est basée sur l’aspect rendu par l’organisation et la taille des différents minéraux constitutifs d’une roche magmatique quand on observe un échantillon tant à l’œil nu qu’au moyen d’une loupe ou encore au microscope. amphiboles (hornblende). Même si leur composition minéralogique est semblable à celle des roches grenues (granites principalement). feldspaths (orthose. • • • 26/09/05 page 24 .2. • 2. seules les roches plutoniques et certaines roches filoniennes présentent cette structure. roches à structure porphyrique : pour lesquelles les minéraux ont des tailles fort différentes. 1972 – voir également le chapitre 1) : • les minéraux blancs : quartz et autres formes de la silice (calcédoine). Seules certaines roches présentent des cristaux bien développés dans leur système cristallin (exemple des roches porphyriques). les minéraux présente une taille semblable mais importante (parfois décimétrique). En effet. à peine visibles à l’œil nu (infra-millimétriques mais différentiables à la loupe). Si la roche est cristalline.2. D’autre part. C’est le cas de certaines roches filoniennes. principalement en fonction de la vitesse de refroidissement. roches à structure pegmatitique : à l’inverse de la structure précédente.5. On distingue alors plusieurs variétés de roches grenues : • roches à structure grenue normale : pour lesquelles les grains ont approximativement la même taille. la taille des différents minéraux peut considérablement varier. a) Structure grenue La roche est complètement cristallisée. feldspathoïdes (leucite et néphéline). En conséquence. péridots (olivine). roches à structure aplitique : pour lesquelles les grains ont également la même taille mais sont plus petits. muscovite (mica blanc). Certains minéraux sont centimétriques dans une masse cristalline formée de minéraux millimétriques ou infra-millimétriques.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. C’est le cas de la plupart des diorites et gabbros. on parle en général de pegmatites. dont les associations suffisent à définir une roche magmatique. Ces roches sont le produit d’un refroidissement très lent.5. le développement d’un minéral est entravé par celui de ses voisins. les minéraux colorés (en général foncés) : pyroxènes (augite. semblable à celle d’un grain de blé. biotite (mica noir). ce n’est pas pour autant que la structure des différents minéraux (voir chapitre 1) est apparente. Elle est donc le produit d’un refroidissement lent à très lent qui se produit dans la croûte terrestre. microline et plagioclases).1 Principaux minéraux constitutifs des roches magmatiques Les minéraux essentiels des roches magmatiques.

sont présents et « nagent » dans une masse vitreuse amorphe.5. autrement dit. bien que qualitative. d) Structure vitreuse Cette structure est proportionnellement assez rare. 26/09/05 page 25 .1. Cette structure est caractéristique d’un refroidissement rapide. Il est à préciser ici que le qualificatif de « vitreuse » n’est pas exclusif à l’apparence d’un verre (cas des obsidiennes) mais plutôt à l’absence de cristallisation (exemple des pierres ponces – voir plus loin). 2. le plus souvent allongés et observables uniquement au microscope. ce qui ne laisse pas le temps au magma de cristalliser. ce qui est le cas de la majorité des roches volcaniques ou extrusives.. c) Structure microlitique Dans ce cas. Les noms des roches plutoniques sont indiquées en gras sous l’axe des abscisses et ceux des roches volcaniques entre parenthèses.b – le magma qui entre en contact avec la roche encaissante se refroidit plus rapidement qu’au cœur de la chambre magmatique).. De très petits cristaux. bombes. la roche n’est plus entièrement cristallisée.1.3 Classifications basées sur la composition minéralogique a) Classification de Mason Cette classification. C’est le cas des roches filoniennes et de la périphérie des massifs plutoniques (voir point 2.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie b) Structure microgrenue La roche est entièrement cristallisée mais les différents minéraux sont indifférentiables à l’œil nu et très difficilement au moyen d’une loupe. Elle est due à Mason (1966) et est reprise à la figure de la page suivante (figure 19). C’est le cas de la plupart des roches formées à la suite d’une éruption volcanique violente (obsidiennes.). ponces.5. des basaltes. Le refroidissement est extrêmement rapide. Ici aussi certaines roches peut présenter des cristaux de grande taille dans une masse cristalline microgrenue (roches porphyriques – voir ci-dessus). . Parfois des cristaux infra-millimétriques sont présents (le plus souvent de l’olivine). est très utile pour la classification rapide des roches magmatiques cristallines.2.

Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Figure 19 : classification des roches magmatiques de Mason – roches plutoniques en caractères gras.I. mélange d’albite et d’anorthite avec un minimum de 5 % de ce dernier). la présence simultanée de quartz et de feldspathoïdes est incompatible. b) Classification de Streckeisen Cette classification.S. Les roches plutoniques sont indiquées en majuscules tandis que leurs correspondants volcaniques sont indiqués en minuscules. hormis de très rares exceptions. Le principe de détermination d’une roche magmatique est le suivant (voir également les travaux pratiques). voir chapitre 1) – feldspaths alcalins – feldspaths plagioclases. voir chapitre 1) – feldspaths plagioclases (pour rappel. Elle est basée sur le fait que. 1997). le triangle du bas possède les trois pôles suivants : feldspathoïdes (leucite et néphéline. les roches volcaniques entre parenthèses (Pomerol & Renard. (Union Internationale des Sciences Géologiques).G. fruit des travaux de Streckeisen. a été adoptée en 1974 par l’U. Elle est constituée de deux triangles placés tête-bêche avec les minéraux principaux suivants (voir figure 20-A page suivante) et concerne les roches magmatiques pour lesquelles les ferromagnésiens (pyroxènes et olivine) représentent de 0 à 90 % de leur volume : le triangle du haut possède les trois pôles suivants : quartz – feldspaths alcalins (microline. orthose et albite. Prenons par exemple le cas d’une roche se situant dans le triangle supérieur : 26/09/05 page 26 .

en éliminant les minéraux accessoires. les roches volcaniques en minuscules (Pomerol & Renard. on trace une droite parallèle à l’axe A-P correspondant au pourcentage de Q (l’axe A-P correspond à 0% de Q). son point d’intersection avec la droite précédemment tracée détermine la position de la roche dans le diagramme de Streckeisen et donc son nom. on trace la droite reliant ce point au pôle Q. P et Q. de feldspaths alcalins (A). on détermine alors les nouveaux pourcentages respectifs de A. de feldspaths plagioclases (P) et autres minéraux (dits « accessoires »). on introduit le point correspondant sur l’axe A-P. 1997) 27 26/09/05 page . on compte le nombre de minéraux de quartz (Q) ou de feldspathoïdes (F). • • • • • Figure 20 : classification des roches magmatiques de Streckeisen – roches plutoniques en majuscules. on ramène ensuite le pourcentage de (A+P) à 100 et on détermine alors les nouveaux pourcentages respectifs de A et P.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie • sur un échantillon en lame mince observé au microscope. on ramène le pourcentage de (A+P+Q) à 100.

Elles n’ont pas d’équivalent extrusif car leur magma originel très visqueux ne peut atteindre la surface de la croûte.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Pour les roches qui possèdent plus de 90 % de ferromagnésiens. feldspaths comme minéraux accessoires grain : relativement grossier mais la teinte relativement uniforme et le fait que les grains soient « moulés » les uns sur les autres ne permet pas de les distinguer couleur : de teinte claire. selon des règles internationales. 2. grenue gisement : roches généralement de remplissage filonien. Les calculs à effectuer sont simples mais longs.1 Roches plutoniques a) Famille de la quartzolite Les quartzolites (annexe 2 – page 2) sont plutôt rares et ont comme caractéristique principale de contenir plus de 60 % de quartz (on parle de roches hypersiliceuses ou acides). 26/09/05 page 28 . Il faut préciser qu’il s’agit de roches peu courantes dans la croûte terrestre. elle permet de s’affranchir des conditions de cristallisation. en majorité blanche. En outre. il faut insister sur les proportions suivantes (volumiques ou pondérales. Ces roches forment la majorité de la croûte continentale même si elles sont le plus souvent recouvertes de roches sédimentaires.5. un diagramme leur est spécifique (voir figure 20-B). mais il est indispensable de savoir qu’elle existe et présente de nombreux avantages. la famille des basaltes constitue près de 95 % des roches volcaniques continentales et océaniques. La description de cette méthode sort du cadre de ce cours. de déterminer la composition d’une roche vitreuse et. elle permet de comparer les différents types de magmas. • • • • • composition minéralogique : 60 à 100 % de quartz et micas. ce qui donne la possibilité d’une part. d’autre part. Il est composé des trois pôles suivants : orthopyroxène (noté Opx).3 Description des roches magmatiques les plus courantes En guise d’introduction.3. de connaître la composition du magma à l’origine de la formation d’une roche. gris-blanche ou laiteuse structure : non orientée. Le principe de détermination est semblable au précédent. Cette méthode constitue le seul moyen de caractériser (de manière non ambiguë) une roche. Leur description sera donc plus fouillée que pour les autres. Les descriptions qui suivent sont essentiellement extraites de l’ouvrage de Schuman (1989).5. les chiffres étant quasiment identiques) : la famille réunissant les granites et granodiorites constitue près de 95 % des roches plutoniques. Ces roches forment la majorité de la croûte océanique. appelées mafites. 2. clinopyroxène (noté Cpx) et olivine (noté Ol). quel que soit le « chemin » de cristallisation. c) Classification normative Cette classification se base sur les résultats d’une analyse chimique et consiste à recomposer des minéraux virtuels (dits normatifs). En conséquence.

cheminées. souvent porphyrique. ce qui donne naissance à des grains centimétriques à décimétriques. Les caractéristiques générales des granites sont les suivantes : • • • • composition minéralogique : 80 à 100 % de minéraux clairs (dont 20 à 60 % de quartz et 40 à 80 % de feldspaths). il est généralement plus sombre que le granite. grenue contenant principalement du quartz en abondance. apatite. Elles n’apparaissent à la surface de la terre qu’à la faveur de l’érosion les granites les plus communs (calco-alcalins) : roches à structure non orientée. Le nom granite provient du latin granum (grain). Son équivalent extrusif est la rhyolite (voir classifications – point 2. • Les variétés les plus courantes sont : 26/09/05 page 29 . le refroidissement est ici beaucoup plus lent. Ce sont des roches filoniennes ou de bordure des grands amas (batholites). amphibole. granite à deux micas (bitotite et muscovite).5. quartz et micas. témoignant d’une variation de la vitesse de refroidissement du magma. zircon) grain : roche généralement grenue (taille courante des grains. On les dénomme souvent d’après les minéraux ferromagnésiens qu’ils contiennent : granites à biotite et amphibole (hornblende verte). de 1 à 5 mm). voisines des granites mais dont les feldspaths sont en majorité des plagioclases. les microgranites : semblables au granites commune à la différence près qu’elles sont microgrenues. mais on parle de « pegmatites » en escamotant le terme granite. finement mouchetées. parfois aplitique (taille des grains de 0. grenue. les granodiorites : roches grenues. granite à pyroxène. témoignant d’un refroidissement plus rapide que pour les granites. D’autre part. de l’orthose et parfois de l’albite.3).Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie b) Famille des granites Cette famille (annexe 2 – page 2) comprend les granites (au sens propre-voir ci-dessus) et les granodiorites. les pegmatites : au contraire des précédentes. augite. parfois pegmatitiques. cela ne s’oublie pas » dit-on couramment. Certains granites montrent une structure fluidale en raison de leurs minéraux (comme le mica et l’hornblende) qui s’orientent lors du mouvement du magma combiné à son refroidissement progressif gisement : roches qui se présentent en amas. grise. La composition chimique et minéralogique est identique à celle des granites communs. les granites alcalins : roches à structure non orientée. sills et dykes Ces formes sont intrusives et coupent transversalement les roches encaissantes qu’ils métamorphisent (métamorphisme de contact). Les microgranites sont très régulièrement porphyriques.5 mm) ou pegmatitiques (taille des grains supérieure à 1 cm) couleur : généralement de teinte claire. rose et rouge. blanche. en simplifiant à propos de sa composition minéralogique.2. habituellement tachetée (« mouchetée ») par combinaison quelconque des couleurs structure : généralement non orientée. Le granite est un matériau de construction très répandu (pierre de parement. 0 à 20 % de minéraux colorés et les minéraux accessoires (biotite. magnétite. « Feldspaths. muscovite. certains minéraux se développent en des grains centimétriques contrastant avec la matrice microgrenue. de dallage) car il possède une grande résistance à l’usure et à l’altération (à l’échelle de temps humaine) du fait de sa forte teneur en quartz. la présence de feldspaths qui se clivent à 90° permet de l’extraire sous forme de parallélépipèdes et de le façonner selon des plans de séparation perpendiculaires. batholites. de teinte claire. grenues.

et 80 à 100 % de feldspaths – 0 à 35 % de feldspaths alcalins 65 à 100 % de plagioclases). brunâtre ou rougeâtre structure : généralement non orientée. Ce dernier est donc plus foncé que la diorite. zircon. sphène. ou sous forme de cheminées et dykes • • • • 26/09/05 page 30 . grenue. Les syénites • composition minéralogique : 60 à 80 % de minéraux clairs (dont 0 à 20 % de quartz ou de feldspathoïdes. Elles sont beaucoup moins répandues que les granites et s’en différencie par le fait qu’elles ne contiennent que très peu ou pas de quartz. Après les granites.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie c) Famille de la syénite Cette famille comprend principalement la syénite (au sens propre) et la monzonite. 0 à 40 % de minéraux colorés et les minéraux accessoires (biotite. hornblende) grain : roche finement à moyennement grenue. également verdâtre. apatite. apatite. pyroxènes. et les minéraux accessoires (grenat. et 80 à 100 % de feldspaths – 35 à 65 % de feldspaths alcalins 35 à 65 % de plagioclases). et 80 à 100 % de feldspaths – 65 à 100 % de feldspaths alcalins 0 à 35 % de plagioclases). ce sont les roches plutoniques les plus courantes. Les diorites • composition minéralogique : 50 à 85 % de minéraux clairs (dont 0 à 20 % de quartz ou 0 à 10 % de feldspathoïdes. rarement porphyrique gisement : roches rares qui se présentent en petits massifs (lopolites ou laccolites) associées au granite ou à la diorite Les monzonites • composition minéralogique : 55 à 90 % de minéraux clairs (dont 0 à 20 % de quartz ou 0 à 10 % de feldspathoïdes. pyroxènes. Parfois microgrenue (on parle alors de microdiorite) couleur : généralement gris clair à gris sombre. se présentant souvent en lits ou elles alternent avec les gabbros ou avec certains granites gisement : roches en amas indépendants de petites taille. magnétite. rarement pegmatitique. également rougeâtre ou bleuâtre structure : généralement non orientée. grenue. La plupart des monzonites montrent une structure fluidale due aux feldspaths alcalins (microline) allongés gisement : roches rares qui sont en relation étroite avec des formations granitiques ou granodioritiques • • • • • • • • d) Famille de la diorite et du gabbro La diorite et le gabbro présentent peu de différences d’où leur regroupement au sein d’une même famille. zircon) grain : roche généralement grenue (grains moyens à grossiers) couleur : généralement gris clair à gris sombre. Leur caractéristique commune est la faible proportion de feldspaths alcalins. parfois porphyroïde. gris verdâtre structure : généralement non orientée. 15 à 50 % de minéraux colorés. 10 à 40 % de minéraux colorés et les minéraux accessoires (biotite. hornblende) grain : roche généralement grenue (grains moyens) couleur : généralement gris clair à gris sombre. pyroxènes. Leur différence essentielle consiste en la présence de plagioclases clairs pour la diorite et de plagioclases foncés pour le gabbro.

Hormis l’analyse chimique (voir point 2. sphène.2 Roches volcaniques Il n’existe pas de classification qui fasse l’unanimité auprès des géologues. Ce sont des roches rares dans la croûte terrestre. Ce sont des roches qui se forment à la surface de la croûte continentale. biotite. ou sous forme de cheminées et dykes. 20 à 65 % de minéraux colorés. en s’accumulant. 26/09/05 page 31 . La subdivision des pyroclastites se base sur leur mode de formation. De plus. des débris de roches de nature différente (sédimentaire. sont foncées en raison de la prédominance des minéraux mafiques (olivine et pyroxènes). L’élément le plus courant de cette famille est la péridotite (contenant une grande proportion d’olivine). peuvent former des bancs rocheux. pour la plupart. La disposition en couches est courante. Par opposition au pyroclastites. – voir figure 15) qui. magnétite. se présentant sur le terrain comme un empilement de soucoupes • • • • e) Famille de la péridotite Cette famille comprend les feldspathoïdolites (souvent appelées « foïdes » par contraction) et les « mafites » (voir figure 20 B). sur leur aspect et sur leur taille. on préfère distinguer plusieurs familles. comme on le verra. pour former des bancs rocheux. très rarement pegmatitique couleur : généralement gris moyen à gris sombre. on classe les roches sous deux grandes familles : les « pyroclastites » et les « laves ».2. basés sur l’ouvrage cité plus haut.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Les gabbros • composition minéralogique : 35 à 80 % de minéraux clairs (dont 0 à 20 % de quartz ou 0 à 10 % de feldspathoïdes. . débris de roche encaissante. le qualificatif de lave étant trop général. hornblende) grain : roche finement à grossièrement grenue (le plus souvent finement). Ce sont des roches qui. rarement porphyroïde. 2. Cependant. La difficulté de réaliser une classification provient du fait que le refroidissement souvent très rapide produit des roches peu ou pas cristallisées. bleuâtre et parfois presque noire structure : souvent en couches ou en bandes définies par une alternance de minéraux clairs et foncés (couches de 1 à 2 cm) gisement : roches en amas indépendants de petites taille.3 c).. il n’y a donc généralement pas moyen de connaître la nature chimique des roches.. on regroupe toutes les autres roches volcaniques sous le terme générique de laves. On retrouvera ci-dessous des regroupements en différentes « familles ». Ce sont donc des roches qui ne sont pas éjectées dans l’air mais qui s’écoulent des bords des cratères ou des fissures volcaniques. et 80 à 100 % de feldspaths – 0 à 35 % de feldspaths alcalins 65 à 100 % de plagioclases). et les minéraux accessoires (olivine. restes de remplissage des cheminées. métamorphique) peuvent se mêler aux roches volcaniques expulsées lors d’éruption.3. étant entendu que certaines roches volcaniques peuvent être reprises dans l’une ou l’autre des familles.5. pyroxène. Les pyroclastites désignent toutes les roches volcaniques qui ont été éjectées dans l’air. Quand les projections s’accumulent et se consolident. D’une manière générale. on les appelle « tufs volcaniques ». a) Famille des pyroclastites (projections volcaniques) Les pyroclastites sont des roches magmatiques volcaniques provenant du matériel éjecté dans les airs lors des éruptions (laves.5. On les appelle également les « projections » ou « téphras ».

les ignimbrites. car projeté à l’état solide (débris de roche encaissante de toute nature ou du bouchon d’une cheminée volcanique). Les tufs peuvent être stratifiés.3.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Outre le magma en fusion et les débris qu’il entraîne. sont chargés en fragments liquides et solides. Les noms attribués aux projections le sont principalement sur base de leur taille. les bombes arrivant au sol figées). les tufs volcaniques Ce sont des de téphras (projections) consolidés.3. lors de leur détente violente. se mélange au magma expulsé. exceptionnellement porphyrique et le plus souvent très poreuse.2). les lapilis Granules de diamètre moyen allant de 2 (ou 4 mm) à 30 mm (ou 64 mm selon la classification retenue). « On appelle magmas en volcanologie des silicates qui existent dans et sous la croûte terrestre et contenant des gaz dissous et des cristaux en suspension (Pomerol. Ils s’apparentent en cela aux roches sédimentaires (voir plus loin). Les projections ont une structure très finement cristalline. Les tufs sont souvent riches en cavités. 26/09/05 page 32 . les poussières et cendres Particules de diamètre inférieur à 2 mm (ou 4 mm selon la classification retenue). Les pierres ponces (voir ci-après) sont une variété très poreuse de lapilis due à la grande quantité de gaz présente dans le matériel projeté. généralement calcaire ou siliceux. On parle de bombe lorsque l’échantillon est de forme oblongue. La vapeur d’eau constitue en moyenne 90% de ces gaz. un peu à la manière d’une mousse de champagne. surges ou déferlantes Ecoulements pyroclastiques hétérogènes dus à un magma très riche en gaz qui. C’est la détente des gaz qui provoque l’expulsion du magma. voire des milliers de km (exemple de l’éruption du Tambora en Indonésie qui provoqua une « année sans été » dans l’hémisphère nord en 1815). les blocs ou les bombes Projections de diamètre supérieur à 30 ou 64 mm. torsadée ou en fuseau (ces dernières sont dues au refroidissement lors de leur course dans l’air. généralement de la dimension d’un poing à celle d’une tête. il faut noter que l’on classe les tufs d’après la nature du magma originel ou d’après la taille des éléments de base. ce qui peut être redoutable pour l’homme. L’hydratation du magma abaisse sa température de solidification et diminue sa viscosité (voir point 2. soit en raison de la succession de plusieurs éruptions. Elles peuvent être entraînées sur des centaines. nuées ardentes. soit par un triage des éléments lors de la sédimentation. ce qui permet à des magmas acides (riches en silices donc à l’origine visqueux) de parvenir à la surface de la croûte terrestre. Cette induration du matériau primitivement meuble se fait par compaction et par cimentation. des gaz sont également éjectés. La structure poreuse est due aux gaz accumulés juste avant l’expulsion qui. amorphe. L’évacuation des gaz dans l’atmosphère provoque la solidification rapide des magmas. Le ciment. Sans rentrer dans les détails. est apporté par les eaux souterraines. s’écoulent à grande vitesse (100 à 600 km/h). On parle de blocs lorsque l’échantillon observé est anguleux. 1997) ».

en conséquence. ce qui confère à la pierre ponce une densité inférieure à celle de l’eau. Comme le magma est acide et donc visqueux. les roches volcaniques vitreuses les plus couramment présentées sont la pierre ponce et l’obsidienne. hornblende. parfois vitreuse • 26/09/05 page 33 . • composition minéralogique : 30 à 60 % de minéraux clairs (dont 80 à 100 % de feldspaths – 65 à 100 % de plagioclases et 0 à 35 % de feldspaths alcalins. seuls quelques petits cristaux microscopiques y sont inclus. Elles résultent du refroidissement rapide d’un magma visqueux. olivine. L’éclat vitreux ainsi que la cassure conchoïdale et acérée sont caractéristiques des obsidiennes. riche en gaz (mais nettement moins que celui donnant naissance aux pierres poreuses). Outre les pyroclastites (voir ci-dessus). Les obsidiennes se rencontrent le plus souvent à la surface des laves (sous forme de croûte de surface) et sont généralement associées aux coulées de rhyolite. De minuscules pores sont parfois présents. 15 à 40 % de minéraux colorés et les minéraux accessoires (biotite. donc très peu compact. sont des roches claires. Il est cependant souvent difficile de distinguer ces deux dernières des basaltes.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie b) Famille des roches volcaniques vitreuses On regroupe sous cette famille toutes les roches volcaniques qui présentent une structure pétrographique quasi amorphe. de vert foncé au noir profond. Une faible proportion d’obsidiennes sont des lapilis (exemple des « larmes d’Apaches »). l’obsidienne est une roche vitreuse très compacte. pierre ponce La pierre ponce est une verre très poreux (sa porosité peut représenter 85 % du volume total d’un échantillon). Cette caractéristique résulte du refroidissement très rapide d’un magma acide très riche en gaz. obsidienne A l’inverse de la pierre ponce. microlitique. donnant à l’échantillon des reflets dorés. Mais on trouve également dans cette famille certaines laves qui se sont figées sans (ou presque pas) cristalliser. La plupart des pierres ponces ont une teneur en silice très élevée et. pyroxène. Cette caractéristique permet également de considérer les pierres ponces comme étant une variété de la rhyolite (voir plus loin). Malgré cela. Cette famille comprend également l’andésite et la téphrite. 0 à 20 de quartz ou 0 à 10 % de felspathoïdes). elles sont de teinte sombre. les pyroclastites présentées ci-dessus en font alors partie. zircon) grain : roche généralement à grains fins microscopiques. des bulles de gaz sont piégées dans la masse (structure amygdalaire). donc des projections. magnétite. c) Famille des basaltes Cette famille est de loin la plus répandue des roches volcaniques (voir point ci-dessus). Suivant cette définition. apatite. Ce sont des roches qui ont également (mais moins que les pierres ponces) une forte teneur en silice. et en particulier des laves. en refroidissant. voire en majorité blanches.

La rhyolite est analogue au granite mais le refroidissement rapide engendre de cristaux minuscules. Les minéraux caractéristiques sont l’olivine (« basalte à olivine ») et les feldspathoïdes. passent d’un type de basalte peu siliceux à un basalte fort siliceux. magnétite. on ne parle plus de basalte au sens strict même si le magma parental est commun : la série « tholéiitique » : cette série comporte les basaltes qui contiennent le plus de silice (on dit qu’il sont « saturés ») et sont dépourvus d’olivine. par différenciation magmatique (voir point 2.3. également brunâtre. et 40 à 80 % de feldspaths – 35 à 100 % de feldspaths alcalins 0 à 65 % de plagioclases). grise à noire. Les basaltes alcalins sont caractéristiques du volcanisme continental et le long des arcs insulaires. amygdalaire. Sur le fond des océans la structure est le plus souvent en nappes de « coussins ». ils se présentent généralement en dykes d’intrusion au sein des roches pré-existantes ou en sills étroits Les variétés courantes des basaltes sont généralement regroupées au sein de deux grandes familles ou « séries » continues qui. Ils peuvent également constituer de vastes épanchements continentaux et être occasionnellement sur les arcs insulaires. zircon) grain : fin à très fin. des phénocristaux de quartz ou de plagioclases peuvent être présents. apatite. Les rhyolites • composition minéralogique : 80 à 100 % de minéraux clairs (dont 20 à 60 % de quartz. ils s’étendent en nappes très étendues de part et d’autre des dorsales océaniques. Roche très compacte gisement : la plus grande proportion des basaltes forme la croûte océanique où. Beaucoup plus rares sur la croûte continentale. souvent porphyrique en présentant des phénocristaux de pyroxène. Sur les continents. 0 à 20 % de minéraux colorés et les minéraux accessoires (biotite. d) Famille de la rhyolite Cette famille comprend principalement la rhyolite (au sens propre) et la dacite. Pour ce dernier. la série « alcaline » : cette série est caractérisée par un fort rapport minéraux alcalins/silice et comporte donc les basaltes qui contiennent le moins de silice (on dit qu’il sont « sous-saturés »).4). olivine ou hornblende (ces phénocristaux sont souvent orientés). les basaltes se disposent couramment en prismes (50 cm en diagonale).Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie • • • couleur : le plus souvent de teinte sombre. • 26/09/05 page 34 .3. Les tholéiites se rencontrent principalement au niveau des dorsales océaniques et représentent près de 75 % de la production totale des roches magmatiques. compte tenu de leur faible viscosité (faible teneur en silice – roches basiques). La couleur de la cassure récente est toujours grise foncée à noire structure : généralement non orientée. on passe du pôle le moins riche en silice (les tholéiites) au pôle le plus riche (les rhyolites – voir plus loin). ils forment donc le fond des océans. microlitique à compacte. Par différenciation lors de la remontée du magma. La structure est également fréquemment vacuolaire. les variétés anciennes sont verdâtres ou brun-rouge. En fonction de la proportion de silice. microgrenue à microlitique. il peut s’enrichir progressivement en silice et se « sursaturer » pour donner des trachytes (voir plus loin). Elles sont beaucoup moins répandues que les basaltes et s’en différencie par le fait qu’elles contiennent beaucoup de quartz.

pyroxène) grain : très fin. gisement : identique à celui des rhyolites. fissures. gisement : on trouve les rhyolites sous forme de coulées de laves. jaunâtre. la latite et la phonolite. toujours porphyrique. et 80 à 100 % de feldspaths – 65 à 100 % de feldspaths alcalins 0 à 35 % de plagioclases). e) Famille du trachyte Cette famille comprend le trachyte au sens propre. ce qui lui confère une couleur plus gris-sombre. Ce sont des roches riches en feldspaths. 0 à 40 % de minéraux colorés et les minéraux accessoires (biotite. • • • • 26/09/05 page 35 .Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie • • • couleur : généralement claire. Les dacites La dacite se différencie de la rhyolite par le fait que les feldspaths sont en majorité des plagioclases. verdâtre. Ils peuvent également former le bouchon d’une cheminée volcanique. Les trachytes • composition minéralogique : 60 à 100 % de minéraux clairs (dont 0 à 20 % de quartz ou 0 à 10 % de feldspathoïdes. amphibole. Ils peuvent également former le bouchon d’une cheminée volcanique.. couleur : généralement claire. La structure est fréquemment porphyrique (rhyolites filoniennes) en raison de la viscosité élevée du magma qui peut alors être bloqué lors de sa remontée dans les cheminées. de dykes et noyaux. apatite. gris clair à gris moyen. de dykes et noyaux. parfois poreuse. Roche compacte. grise. . on observe souvent une texture fluidale en bandes apparentes soulignée par des couches tourbillonnaires de couleur ou de granulométrie différente. microlitique. En raison de cette viscosité élevée. on trouve les trachytes sous forme de coulées de laves. Elles constituent le pendant volcanique des syénites. La structure est souvent fluidale. rougeâtre (le plus souvent) ou brunâtre structure : microgrenue à microlitique. Les trachytes sont les roches les plus répandues de cette famille. rougeâtre ou brunâtre structure : microlitique et toujours porphyrique.. C’est le pendant volcanique des granodiorites. monzonites et gabbros.

les roches subissent des conditions de température et de pression différentes et leurs minéraux deviennent instables. . excavations. faune. . les eaux (des océans. les eaux souterraines).). à partir de roches préexistantes.1.. On a vu ci-dessus que les minéraux constitutifs des roches qui se sont formés au sein de la croûte terrestre sont stables à des conditions de température et de pression données. 26/09/05 page 36 . en particulier les micro-organismes).2). pompage des nappes phréatiques. Les agents et processus d’altération sont nombreux et. On s’attachera néanmoins ici à en donner une synthèse. 2. des précipitations. les roches sont soumises aux agents d’altération que constituent l’atmosphère. En général. vent. D’autre part.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. voies navigables.).. A ces processus naturels il faut évidemment ajouter l’action de l’homme qui peut modifier rapidement les conditions de surface (déboisement.) elles sont désagrégées ou sont progressivement érodées.. de manière à comprendre la formation des différentes roches sédimentaires..6 Roches sédimentaires Si la croûte terrestre est en majorité constituée de roches magmatiques (voir également le tableau 3 du paragraphe 2. de l’eau ou du vent) sur des distances plus ou moins longues pour finalement sédimenter et former un dépôt. mais également le biotope vivant à la surface de la terre (flore.. eau. imperméabilisation des sols. métamorphiques. sa surface est recouverte à 75 % (en comptant le fond des océans) de roches sédimentaires. 2. l’ingénieur devra donc construire sur des roches sédimentaires. Remontées à la surface de la terre grâce aux processus tectoniques. Lorsque celles-ci sont mises en contact avec les agents d’altération (air.1 Genèse des roches sédimentaires Les roches sédimentaires sont des roches secondaires qui se forment donc à la surface de la croûte terrestre. suivant leur genèse : les roches terrigènes et les roches biochimiques.6. compte tenu de leur implication dans la géologie de l’ingénieur. Il existe évidemment des roches intermédiaires qui sont un mélange des deux processus de formation..1 Les deux grandes classes de roches sédimentaires On distingue généralement deux classes principales de roches sédimentaires.6. bordure des océans. Ces dernières peuvent être des roches magmatiques. Les débris ou particules qui en résulte sont ensuite transportés (par l’action de la gravité. La sédimentation a lieu la plupart du temps en milieu aqueux. . les glaces. d’autant plus que le développement de l’homme est étroitement lié à l’existence des plaines alluviales fertiles (condition de la sédentarisation) et des facilités de communication pour les échanges commerciaux (relief peu accidenté. a) les roches terrigènes Elles sont constituées pour 50 % au moins de débris de roches précédemment formées. le vent. Sont également regroupées parmi les roches sédimentaires les roches d’origine chimique (les sels précipités de sodium ou de potassium) et celles d’origine biochimique (calcaires). il feront également l’objet d’un chapitre à part (voir plus loin). ou même sédimentaires précédemment formées.

via les eaux de ruissellement et les fleuves.). (HCO3)-. 1995) 26/09/05 page 37 . soit à la montée du niveau de la mer. K+ et les anions Cl-. dures et cohérentes (grès.. principalement et en ordre décroissant.. Figure 21 : facteurs du processus sédimentaire (Dercourt & Paquet. Ca2+. . De la même manière que pour les roches terrigènes.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie A ce stade. de l’altération des continents. des sources hydrothermales présentes le long des rides océaniques. schistes. érosion. .. il s’agit de roches meubles (sables. 2. soit par une sursaturation en ions obtenue par évaporation (cas des sels gemmes.2 La formation et le cycle des roches sédimentaires On a vu que les roches sédimentaires sont le produit d’une succession de processus (altération. dépôt et diagenèse) qui sont illustrés à la figure suivante (figure 21).régressions » marines (les transgressions sont des avancées de la mer sur le continent dues. la toute grande majorité de ces roches se forment en milieu marin.1. argiles.. on appelle ce processus d’induration « diagenèse » (voir ci-dessous). b) les roches biochimiques Ce sont des roches qui sont formées par des processus chimiques (précipitation pour la plupart) ou sous l’influence d’organismes vivants. soit par l’activité métabolique des animaux marins qui fixent le CaCO3 dans leur squelette et qui s’accumulent à leur mort (cas des calcaires). La sédimentation se produit à la suite d’une concentration provoquée.). Ces roches meubles peuvent ensuite être cimentées et consolidées (indurées) à la surface de la croûte terrestre pour donner des roches compactes. Ceux-ci proviennent d’une part... L’eau de mer est une solution ionique comportant.). ces sédiments au départ meubles peuvent être transformés en roche compacte par le processus de diagenèse. les cations Na+. . (SO4)2-. transport. soit à l’enfoncement de la croûte continentale). Mg2+. Dans des conditions normales de température et de pression proches de la surface. Il est à noter que la majorité des roches sédimentaires sont formées en milieu marin souvent à la faveur des cycles de « transgressions . du gypse.6. Proportionnellement. et d’autre part.

. l’eau joue un grand rôle dans les processus d’altération. l’altération mécanique et l’altération chimique et biochimique. Il est à noter que. gypse.…) . compte tenu de son abondance à la surface de la croûte terrestre. séparés par des surfaces (macroscopiques) dites de « stratification ».. Pour illustrer ces aspects.2 (voir ci-dessus.3 L’altération des roches Les facteurs d’altération à la surface de la croûte terrestre sont nombreux et peuvent être classés en deux catégories. Suite à la dynamique du globe terrestre. la plupart des roches sédimentaires se forment selon ces processus. 1995) En proportion. La plupart du temps.. 2.. les calcaires construits par processus purement biochimique (barrière de corail) . par évaporation de l’eau d’une solution saline (halite.) par enfouissement de végétaux et leur dégradation par des bactéries anaérobies. .6.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Les différentes époques géologiques (changement de climat. plus général et présenté au paragraphe 2. Il est lui-même inscrit ou imbriqué dans le cycle évolutif des roches. 26/09/05 page 38 . Cette stratification est donc caractéristique des roches sédimentaires. ces facteurs d’altération agissent de manière concomitante. érosion) et chimique (hydrolyse). succession des transgressions marines.) mais également le triage lors de la sédimentation mènent à la formation de dépôts différents. on présentera succinctement le phénomène d’altération du granite.1. Figure 22 : cycle d’évolution d’une roche (Dercourt & Paquet. Cela constitue un cycle qui est représenté à la figure suivante (figure 21). il y a lieu de noter que certaines roches sédimentaires sont formées selon d’autres processus : les évaporites. les « roches » carbonées (charbon. figure 5). pétrole. Cependant.. les roches sédimentaires peuvent ensuite être remontées à la surface de la croûte continentale et être altérées. à la fois mécanique (gel.

. L’épaisseur de glace peut alors atteindre des dizaines.. Les variations de température et le gel Les variations quotidiennes de température (pouvant atteindre 50°C dans les régions désertiques) collaborent à la découpe du massif en différents blocs. Déjà avant tout ruissellement.. les éboulements. lui arrachant des blocs rocheux et produisant une « farine » de roche.) et des plans d’infiltration des agents d’altération (principalement l’eau). les débris ou particules mélangés aux eaux de ruissellement leur confère un pouvoir abrasif important.) provoqués par les mouvements tectoniques. il faut ajouter l’érosion éolienne qui peut être très importante dans les régions sèches (autrefois négligée. l’eau diminue les caractéristiques de résistance mécanique des sols ou des matériaux de remplissage des joints de fracture. La gravité . 26/09/05 page 39 . failles. sa surface se contracte ou se dilate alors beaucoup plus qu’en profondeur. au phénomène d’érosion fluviatile. Il a été démontré que certains blocs rocheux ont été déplacés sur plus de 1000 km. En effet. Il est à noter que l’érosion peut être très importante sur les terrains nus ou déboisés. diaclases. Les phénomènes d’érosion (fluviatile. les fissures préexistantes permettent le passage de l’eau. Par l’action de la gravité.. l’impact répété des gouttes de pluie provoque un arrachement de particules aux massifs rocheux (d’autant plus important que ce phénomène est combiné à l’altération chimique). voire quelques centaines. offrent alors une surface de contact avec l’atmosphère beaucoup plus importante qu’à l’origine. L’accumulation de la neige sur le sommet du glacier provoque la transformation en glace des couches inférieures. soit aux plans de cassures (fissures. écroulements Les surfaces de discontinuités sont des plans de fragilité qui. on se rend compte actuellement que l’érosion éolienne provoque la mise en mouvement de centaines de millions de tonnes de particules par an). les particules entraînées par le vent abrasent également les roches en place. écroulées ou qui ont glissé. soit aux stratifications pour les roches sédimentaires. Sur les continents. Les masses éboulées. éolienne et glaciaire) des continents Les eaux de ruissellement constituent l’agent le plus actif dans l’érosion des continents (érosion fluviatile). de mètres. qui en gelant écarte progressivement les fissures ou diaclases. permettent la mise en mouvement de masses instables.. Ces plans de discontinuité constituent alors des plans de faiblesse mécanique (provoquant les glissements rocheux. elle fut très importante lors des périodes glaciaires du quaternaire et est responsable du modelé du paysage des pays tempérés. De plus.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie a) L’altération mécanique Un massif rocheux qui affleure à la surface de la croûte terrestre n’est jamais absolument compact et homogène. glissements de terrain. ce qui favorise l’altération chimique ou biochimique. Enfin. il faut ajouter l’érosion provoquée par les glaciers. le glacier se meut sur le socle rocheux. .éboulements. Ensuite la vitesse acquise par l’eau lors du ruissellement représente une énergie non négligeable (e = ½ . la roche est un mauvais conducteur thermique. En effet. D’une part. Les mouvements de terrain seront présentés plus en détail ultérieurement. Si aujourd’hui elle est anecdotique dans nos régions. sous l’action combinée de l’eau et de la gravité. il présente des surfaces de discontinuité dues. m . L’altération mécanique provoque une désagrégation du massif sans modification minéralogique. De la même manière que pour l’érosion fluviatile. v²) qui altère mécaniquement les roches en place. D’autre part.

les plantes ont également une action importante de protection des sols contre l’érosion. il faut ajouter les agents d’altération biochimique que constituent les plantes ou les microorganismes. les acides sont secrétés par les racines et les bactéries. • l’action de l’eau est de loin la plus importante. la couverture végétale altère considérablement le sommet des formations rocheuses). son action fait l’objet d’un paragraphe à part (voir point c) ci-dessous).). les conditions de drainage et de circulation des eaux.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Il faut encore noter que l’eau en mouvement provoque également une importante érosion des plateaux continentaux dans les océans (force des courants. Plus la circulation des eaux est importante. le facteur thermique lié aux climats est essentiel car la vitesse des réactions double chaque fois que la température croît de 10°C (loi de Van t’Hoff). contrairement à une idée reçue. b) L’altération chimique et biochimique Les agents d’altération chimique sont : l’eau.. plus vite s’altèrent les roches en raison du lessivage continuel des produits de l’altération. soit de la réduction d’oxydes. D’autre part. En conséquence. vagues. l’oxygène qui provient soit de l’air. provoque des oxydations (en particulier du fer et du manganèse) et transforme les sulfures en sulfates. les climats tropicaux humides sont largement plus agressifs que les climats froids. . A ceux-ci.. les conditions de drainage et de circulation des eaux jouent également un rôle prépondérant. Il est à noter que. Ils constituent les agents d’altération les plus actifs (en combinaison avec l’eau. la couverture végétale produit 3 à 5 fois plus de CO2 dans le sol que n’en contient l’atmosphère. Ils sont également présents dans les pluies d’orage (riches acides nitriques) ou produits par l’activité industrielle (pluies acides). le facteur thermique. le gaz carbonique agit principalement comme renfort de l’action d’altération de l’eau et permet également le départ facile des bases sous forme de carbonates ou de bicarbonates solubles. Compte tenu de son importance. Cependant. • • • • • • 26/09/05 page 40 . l’eau altère par hydrolyse les minéraux constitutifs des roches magmatiques et métamorphiques. elle altère également les roches sédimentaires précédemment formées principalement par hydratation et par dissolution (ce qui est un cas particulier de l’hydrolyse). le gaz carbonique. l’oxygène. les plantes supérieures ont une action destructrice par l’expansion de leur racines qui peuvent écarter les fissures de la même manière que le gel. les acides produits par les bactéries et les racines mais également par l’activité humaine. Outre son action mécanique exposée ci-dessus (érosion et gel).

2. 1995) Le phénomène d’hydrolyse L’eau hydrolyse les cations constitutifs des minéraux.. sa forme est dissymétrique (voir figure 23 cicontre). les cations associés aux tétraèdres de Si et/ou de Al deviennent des accepteurs d’électrons. entrent en solution ou précipitent sous une autre forme minérale. le lessivage des produits de l’hydrolyse (bases. Le dipôle s’oriente alors vers les cations qui. Il est à noter que l’hydrolyse n’est rien d’autre qu’une ionisation réalisée par l’eau (Mahan.2 du premier chapitre). 26/09/05 page 41 . Sa force d’attraction vis-à-vis d’un cation dépend de son potentiel ionique définit par le rapport entre la charge e et le rayon ionique r (voir également le paragraphe 1. La molécule se comporte comme un dipôle car sa répartition des charges n’est pas uniforme et. en conséquence.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie c) Le rôle important de l’eau dans l’altération chimique Le dipôle de la molécule d’eau L’eau se trouve à la base de toutes les altérations des roches. Goldschmidt distingue trois domaines pour les cations les plus communs dans la nature (voir figure 24).) permet la poursuite de l’altération de la roche. soit e/r. D’une manière générale.dipôle électrique (Dercourt & Paquet. Cette faculté varie fortement en fonction du pH et de la température de l’eau. alumine. Figure 23 : la molécule d’eau . Cependant. 1977). On a vu ci-dessus que la molécule d’eau est un dipôle électrique. on devrait obtenir un équilibre au bout d’un certain temps par suite de l’augmentation des cations en solution.. silice. Lorsqu’un minéral est brisé.. en fonction de leur potentiel ionique.

si la charge est trop faible par rapport à la taille (e/r inférieur à 1 – cations dits « anti-Stokes ». plus un minéral cristallise dans les hautes températures. pyroxènes. amphiboles. Elle est donc fonction de la position du minéral dans la suite réactionnelle de Bowen (voir figure 11 au point 2. provoquant la rupture du dipôle et la libération d’H+ (c’est le cas de CO3. • • 26/09/05 page 42 . muscovite. biotite. c’est le cas du K). la roche est fissurée.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Figure 24 : diagramme de Goldschmidt (Pomerol & Renard. les cations ne s’hydratent plus et leur entrée en solution est due principalement à leur effet de taille (ion plus petit en solution qu’au sein du minéral).et de SiO2).3. La vulnérabilité à l’altération des minéraux essentiels (quartz. fracturée. olivines) est croissante du quartz à l’olivine. du Ca et du Mg). La dégradation chimique des minéraux des roches magmatiques et métamorphiques Les minéraux constitutifs des roches magmatiques et des roches métamorphiques se sont formés dans des conditions de température et de pression qu’ils ne retrouvent plus à la surface de la croûte terrestre. il y a déséquilibre thermodynamique. De plus. c’est le domaine des cations solubles pour lesquels leur plus forte charge rompt le dipôle pour former des hydroxydes insolubles qui précipitent (c’est le cas de l’Al et du Fe). si le potentiel ionique e/r est supérieur à 10. en raison des mouvements tectoniques qui l’a fait remonter à la surface. Toutefois. plus il est vulnérable à l’altération. Les cations sont entraînés avec le dipôle d’eau et entrent en solution (c’est le cas du Na.3) . 1997) • si le potentiel ionique e/r est inférieur à 3. c’est le domaine des cations qui exerce une forte attraction sur O2-. feldspaths. offrant ainsi de multiples facettes à l’altération due à l’eau combinée au CO2 et aux acides. c’est le domaine des cations solubles pour lesquels leur faible charge attire les molécules d’eau mais ne les brise pas.3. si le potentiel ionique e/r est compris entre 3 et 10.

les pyroxènes. Le même processus d’hydratation des particules argileuses (en particulier les montmorillonites) est à la base du problème posé par les argiles gonflantes très présentes en masse en Afrique du Nord (voir également le point 1. plus il est sensible. en particulier l’augite. La surface des celles-ci est chargée négativement (présence d’O.2H2O) provoque le gonflement du massif sédimentaire. des substitutions ont lieu. on a alors par altération : • • • • • les péridots (principalement l’olivine) donnent des serpentines (silicates hydratés de Fe et Mg). Comme le minéral est riche en cation K+ et l’eau en H+. L’oxygène transforme les sulfures en sulfates. donne une amphibole verte fibreuse (l’ouralite). Sauf à un stade avancé. Il y a alors un déchaussement des cations dans le minéral qui entraîne une rupture de la charpente silicatée. C’est ce qui explique que les plagioclases (Ca. illite. En comparaison. elles-mêmes formés de particules (sables. limons. il y a précipitation d’hydrolysats comme l’Al(OH)3 et perte en SiO2. mais également par hydratation pour certains minéraux. . la biotite donne plusieurs minéraux d’altération dont les chlorites (silicates hydratés d’Al et de Mg). plus un minéral est grand. En conséquence.). 26/09/05 page 43 .4. sa mobilité est relativement réduite en solution. les amphiboles donnent des amphiboles fibreuses (exemple : amiante). ce qui est bien entendu préjudiciable pour les constructions. L’eau agit principalement par dissolution.. L’hydratation de l’anhydrite (CaSO4) en gypse (CaSO4. Il faut encore noter que la sensibilité à l’altération d’un minéral dépend fortement de sa taille . Ce processus d’altération entraîne une décohésion intime de la roche qui pert ainsi ses qualités mécaniques.à valence non satisfaite) et attire le pôle positif (cations H+) des molécules d’eau qui s’orientent. et en particulier ceux du pôle anorthite en raison de la présence de cations de Ca (voir ci-dessus). le quartz et la muscovite sont quasi inaltérables même s’ils sont légèrement solubles dans l’eau. les feldspaths donnent des minéraux argileux (kaolin.13.. les cations Na+ et Ca2+ ont un rayon ionique plus petit et sont donc plus mobiles dans l’eau. à l’opposé. voir ci-dessus). L’oxyde de fer donne une teinte rouille caractéristique à la roche. il n’est pas visible à l’œil nu mais peut être mis en évidence en lame mince.3 du chapitre 1). Le lessivage de ceux-ci permet la poursuite du processus. les sels de fer et de manganèse en oxydes.Na)(AlSi3O8) sont plus sensibles à l’altération que l’orthose. Les feldspaths les plus altérables sont les plagioclases. prenons le cas d’un minéral d’orthose (KalSi3O8) qui présente des facettes de rupture. L’hydratation et la dissolution des roches sédimentaires L’eau et l’oxygène sont les facteurs déterminants de l’altération des roches sédimentaires. montmorillonite.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Pour les minéraux essentiels. les H+ prennent la place des K+ qui entrent en solution (principalement par effet de taille. Il est à noter que comme le rayon ionique en solution du K est élevé par rapport à sa charge (voir diagramme de Goldschmidt à la figure 24). argiles) résultant d’un processus antérieur d’altération. • A titre d’exemple pour expliquer le phénomène d’altération. cette hydratation a pour effet un gonflement du minéral.

on a vu ci-dessus que l’altération se produit aux contacts eau-minéral. d’une manière générale. au droit des facettes de rupture du minéral. suivie du départ des cations Na+ et Ca2+ qui se fixent dans les chaînes du mica noir. laissant des boules de granite « saines » (voir figure 25A. Or.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Cependant. En conséquence. d) Exemple d’altération : le granite Le granite est. La famille du granite et sa famille métamorphique associée (gneiss) sont les plus importantes de la croûte continentale et possèdent un processus d’altération semblable. la silice est aussi (voire plus) soluble que le calcaire dans l’eau pure. 26/09/05 page 44 . contrairement à une idée répandue. Il forme alors un bicarbonate instable par la réaction : CaCO3 + H2O + CO2 ⇔ Ca(HCO3)2 C’est le processus responsable de la formation de karsts dans les roches calcaires. le granite s’altère sur une épaisseur de quelques mètres. C’est l’apport de gaz carbonique (par l’eau de pluie mais surtout en traversant le couvert végétal) dissout dans l’eau qui augmente considérablement (quasi 200 fois) la solubilité du calcaire. L’altération du granite est différente selon qu’elle se produit en climat tempéré (« arénisation ») ou en climat tropical (« altération latéritique »). si on transpose ces aspects à l’échelle d’un massif granitique. une roche dure compacte et très résistante. par substitution avec le K+. on comprend que l’altération est d’autant plus forte que la roche est fissurée. le granite affleure généralement à la surface de la croûte terrestre à la faveur de mouvements tectoniques. c’est surtout la dissolution de la silice et du calcaire qui intervient dans les processus géologiques. Ceux-ci provoquent une fissuration du massif en un réseau dense de diaclases et de joints qui est parcouru par l’eau. dans l’acceptation commune. Les implications de ces phénomènes de dissolution dans la géologie de l’ingénieur aspects seront approfondies dans un chapitre ultérieur. Une illustration des produits successifs de l’altération d’un granite est reprise à la dernière page de l’annexe 2. En effet. Dans la nature. La perte de cohésion du granite est liée à l’hydratation des feuillets du mica noir qui provoque leur gonflement. mais également des poches « déconsolidées » au sein des sables calcareux (cas des sables bruxelliens dans le massif du Brabant). seuls les plagioclases subissent une réelle hydrolyse. altération du granite en climat tempéré (arénisation) Au contact de l’hydrosphère. Les minéraux constitutifs sont faiblement altérés. page suivante).

Il est donc utile d’exposer quelques faits expérimentaux qui illustrent et synthétisent les phénomènes d’érosion. un horizon à dominance argileuse (« lithomarge ») qui conserve l’architecture originelle du granite. La profondeur peut atteindre plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur. 26/09/05 page 45 . Cet horizon est appelé « cuirasse latéritique » résultant d’une hydrolyse intense. 1995) altération du granite en climat tropical (altération latéritique) Le même type de granite que précédemment s’altère beaucoup plus en climat tropical (voir figure 25B ci-dessus). même si le vent et le mouvement des glaciers participent également à la formation de roches sédimentaires (voir plus haut). D’un granite sain.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Figure 25 : altération d’un granite (Dercourt & Paquet. proche du faciès arénitique du climat tempéré. on a la formation de plusieurs horizons dont les constituants proviennent du granite mais sont complètement transformés. 2.4 Le transport et le dépôt des sédiments Le transport et le dépôt des sédiments est principalement due à l’action de l’eau et dans l’eau. support du couvert végétal. de transport et de dépôt. Na2O et K2O et par une augmentation importante d’hydroxydes de fer Fe(OH)3 et d’aluminium Al(OH)3. 4. un horizon à argile rouge caractérisée par l’absence complète de CaO. 3. Les feldspaths en s’altérant ont donné des argiles du type kaolin. 2. le granite peu cohérent et relativement peu altéré. renfermant des concrétions siliceuses. ainsi que les conditions de passage de l’un à l’autre.1.6. On retrouve de bas en haut : 1. Il est surmonté d’un sol. L’approche qui suit est due à Hjulström qui a établi expérimentalement une série de courbes caractéristiques reliant la vitesse de l’eau à la taille des particules entraînées (diamètre moyen équivalent). le granite sain fracturé.

au bout d’un temps qui peut être considérable. mais si celles-ci sont plongées dans le courant. Les particules les plus grossières se déposent en premier. La partie des eaux météoriques qui ruisselle sur les continents est le vecteur principal de transport des produits de l’altération du continent. près du lieu d’altération. En C. la vitesse du courant est suffisante pour arracher et séparer les particules les unes des autres et les transporter.13 du chapitre 1). Les sédiments se déposent en couches successives dont la composition minéralogique. Il y a néanmoins une particularité pour des tailles de particules inférieure à 0. Les particules sont entraînées des points hauts (reliefs montagneux). la couleur peuvent varier en fonction des époques géologiques. dont le fond avait été préalablement tapissé de particules de même taille. Les différentes couches sont séparées par des surfaces de stratification. la vitesse n’est plus suffisante pour arracher les particules. De la même manière que sur les continents. L’ensemble de ses résultats est synthétisé par le diagramme bi-logarithmique (figure 26) qui montre trois domaines : celui de la sédimentation.4. la taille des particules. les courants marins constituent également un vecteur de transport d’un endroit à l’autre de l’océan. toutes les particules finissent par aboutir dans les océans (voir figure 21 ci-dessus). En conséquence. En B. où la vitesse de l’eau est maximale.3 mm. On peut faire le même type de constat en fixant la vitesse et en faisant varier la taille des particule (ligne LMNOP du diagramme). 26/09/05 page 46 . Néanmoins.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Les expériences consistaient. aux points bas (plaines) où elles se déposent progressivement suite à la diminution de la vitesse de l’eau. 1995) Si on fixe la taille des particules et que l’on fait varier la vitesse (ligne ABC du diagramme). du transport. soit à faire varier la vitesse de l’eau dans un chenal. Figure 26 : diagramme de Hjulström (Dercourt & Paquet. la vitesse n’est plus suffisante pour déplacer les particules. développent des forces électrostatiques relativement élevées qui provoquent leur agglomération et qui s’opposent à la force du courant. elles se déposent. de l’érosion et du transport. Les petites particules n’ont plus la forme d’un grain mais plutôt d’une paillette (voir également le point 1. elles sont transportées. Le fuseau est un domaine intermédiaire entre le transport et l’érosion. Tout le matériel transporté s’accumule dans les bassins de sédimentation pour former un dépôt gorgé d’eau. on constate qu’en A. soit à se fixer une vitesse et faire varier la taille des particules.

1995). Figure 27 : compaction des argiles (Dercourt & Paquet. 26/09/05 page 47 . Les processus de diagenèse sont complexes et variés. les constructions fondées sur des sables sont généralement beaucoup moins sujettes aux tassements que celles fondées sur des massifs argileux. L’augmentation progressive de la contrainte amène les paillettes à s’orienter parallèlement les unes aux autres (voir figure 27 ci-dessous). La diminution de porosité qui résulte de la compaction des argiles peut être considérable. a) La compaction La compaction (ou parfois nommée « consolidation ») est due au fait que les sédiments meubles sont progressivement enfouis sous d’autres apports. L’orientation des paillettes argileuses confère à la roche la faculté de se débiter en feuillets plus ou moins réguliers . de recristallisation ou de remplacement des minéraux. Il en résulte alors une augmentation de la contrainte moyenne qui provoque une expulsion progressive de l’eau et une diminution de la porosité du sédiment. on verra ci-dessous que l’on dit que les boues argileuses se compactent. ils vont de la compaction à la cimentation en passant par des phases de dissolution. 1995) Les boues calcaires et les sables peuvent également être compactés mais la diminution de leur porosité est beaucoup moins importante que celle des boues argileuses. Après dépôt.5 Transformation du sédiment en roche compacte – la diagenèse Après dépôt dans les bassins océaniques. les sables se cimentent et les boues calcaires cristallisent. Il est à noter que ces constatations peuvent être transposées au génie civil. les sédiments terrigènes mais également forment des couches meubles « gorgées d’eau » de grande porosité (pouvant aller jusqu’à 90%). La définition de la diagenèse est la suivante : La diagenèse est l’ensemble des processus qui affectent un dépôt sédimentaire et le transforment progressivement en roche solide (Foucault & Raoult. La transformation en roche sédimentaires compacte se fait par un ensemble de processus mécaniques et chimiques regroupés sous le terme de diagenèse. même sous faible charge. D’une manière générale. c’est la « schistosité ». Elles sont alors électrostatiquement associées. Il est à noter que la frontière avec le métamorphisme est floue (voir plus loin).Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2.6. Les boues argileuses sont les sédiments le plus sujet au phénomène de compaction.1. les particules argileuses sont lâchement enchevêtrées.

avant l’empilement de plusieurs mètres de sédiments (cimentation pré-compaction – voir figure 28 ci-dessous). Pour ce dernier cas. lorsque la pression sur les particules est grande (compaction et cimentation). les grains de nature variée. 26/09/05 page 48 . et la calcite magnésienne des particules sont progressivement transformées en calcite. 2000) Les boues calcaires qui se déposent sont composées d’aragonite et de calcite fortement magnésienne (activité des animaux marins). entraînant une sursaturation du fluide par rapport à la silice. Figure 28 : compaction et cimentation des sables (Bourque. qui précipite alors dans les pores du sédiment et soudent les particules les unes aux autres. Compte tenu de ce processus de formation. souvent quartzeux.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie b) La cimentation Le processus de cimentation est le principal responsable du passage d’un sol meuble à une roche et varie en fonction de la nature du sédiment. suivie d’une précipitation de celle-ci sur les parois des particules. certains auteurs préfèrent parler de « cristallisation » quand il s’agit du calcaire. L’induration (cimentation) peut se faire très tôt. qui « soudent » les autres particules. de la silice ou des minéraux argileux. Dans le cas des sables. l’eau qui circule dans le sédiment peut être sursaturée par rapport à certains minéraux. sont le plus souvent cimentés par de la calcite. la pression aux points de contact entre les particules peut être suffisamment élevée pour qu’il y ait une dissolution locale du quartz. ou plus tardivement. Le fluide se sursature en calcite qui précipite en un ciment calcitique. L’aragonite. Dans le cas des boues calcaires. De façon générale. instable. l’apport de ciment provient de la dissolution d’une partie de la boue elle-même.

Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil

Notions de pétrographie

2.6.2

Classification des roches sédimentaires

Compte tenu de la complexité et du nombre de processus menant à la formation des roches, les roches sédimentaires sont très diversifiées. En conséquence, on comprendra aisément qu’il n’existe pas de classification qui fasse l’unanimité. En général, on commence par classer les roches sédimentaires par groupe dépendant de leur genèse. Dans un deuxième temps, chaque groupe possède sa (ses) classification(s) propre(s). De plus, pendant le transport, des particules appartenant à différents groupes sont fréquemment mélangées pour aboutir à la formation de roches intermédiaires. On donnera (paragraphe 2.6.2.3.) la classification des deux principales familles de roches sédimentaires, à savoir les roches terrigènes (schiste, grès) et les roches calcaires. D’autre part, on donnera également les notions permettant de désigner les roches constituées d’un mélange de particules d’origine terrigènes et de particules calcareuses.

2.6.2.1 Principaux minéraux constitutifs des roches sédimentaires
Les minéraux essentiels des roches sédimentaires sont (Calembert, 1972) : feldspaths, minéraux argileux, micas, calcite, dolomite (voir chapitre 1). quartz,

Accessoirement, il faut également citer les minéraux des évaporites (gypse, halite), la pyrite, les oxydes de fer (hématite, magnétite), la bauxite, et les « roches » carbonées (gaz, charbon et pétrole).

2.6.2.2 Structure des roches sédimentaires
Les différentes époques géologiques et conditions de transport ou de dépôt donnent lieu à la formation de couches sédimentaires distinctes, d’épaisseur qui peut être très inégale (du mm à la dizaine de m). Les différentes couches possèdent des caractères généraux (à l’échelle de l’affleurement et de l’échantillon) et se distinguent donc par leur « structure » (voir également les figures 12 et 13 au paragraphe 2.4.2.). Les structures reprises ci-dessous le sont au sens large (Calembert, 1972 & Schuman, 1989) et ne concernent pas les structures mises en place par les mouvements tectoniques. Dans le cadre de la sédimentologie, la notion de structure englobe implicitement des caractéristiques propre à la genèse du dépôt (strates, présence de fossiles, aspect massif…), d’autres propres à leur forme (couche, lentilles), des caractéristiques internes (schistosité, concrétions, …), etc. Certains auteurs parlent plutôt alors de « faciès », comme Pomerol (1997) qui donne la définition suivante pour le faciès sédimentaire : « l’ensemble des caractéristiques lithologiques et paléontologiques qui définissent un dépôt est appelé faciès ».

a)

Structure stratifiée

On l’a dit plus haut, la stratification est une caractéristique importante des roches sédimentaires et concerne leur grande majorité. C’est une caractéristique généralement macroscopique (à l’échelle de l’affleurement) mais peut parfois également être mise en évidence à l’échelle de l’échantillon. La surface de séparation entre deux strates s’appelle la surface de stratification. La stratification peut être parallèle (résultant de conditions de dépôt en eaux calmes) ou entrecroisée (en eaux plus turbulentes), ou encore discordante. Au sein même d’une

26/09/05

page

49

Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil

Notions de pétrographie

strate, certaines roches peuvent montrer une évolution graduelle de la granulométrie, les plus gros éléments se déposant les premiers (loi de Stokes), c’est le « granoclassement ». Les strates sont souvent séparées par une très mince couche de moindre cohésion, appelée « interlit », qui constitue alors une surface de glissement ou de rupture privilégiée.

b)

Structure massive

Au contraire de la structure précédente, la roche ne montre aucun joint discernable, elle est homogène. Cette structure est beaucoup plus rare et se rencontre principalement dans les roches d’origine biochimique.

c)

Structure lenticulaire

La roche a la forme d’une lentille, limitée dans le plan horizontal et généralement de faible épaisseur par rapport à ses dimensions horizontales. C’est une structure qui se rencontre fréquemment dans les roches meubles. Par exemple, on trouve fréquemment des lentilles de sables dans les sols limoneux ou argileux qui peuvent, par leur modification du régime d’écoulement des eaux souterraines, constituer des surfaces de glissement préférentielles.

d)

Structure concrétionnée

On observe des concrétions au sein de la roche qui sont des épaississements par accumulation de matière autour d’un noyau et sont principalement due au chimisme des eaux ou à l’activité des organismes. Les concrétions peuvent être siliceuses (silex au sein des formations calcaires), calcareuses ou ferrugineuses. Les concrétions sont fréquentes au sein des calcaires, parmi celles-ci les « oolithes » sont les plus courantes. Il s’agit d’enveloppe de calcite formée autour d’un noyau qui peut être un fragment minéral ou organique.

e)

Structure à schistosité

Cette structure concerne les roches sédimentaires formées à partir du dépôt de fines particules (voir ci-dessus, paragraphe 2.6.1.5. point a) qui s’orientent lors de sa compaction.

f)

Structure fossilifère

La présence de fossiles est une caractéristique importante des roches sédimentaires, car ils ne peuvent évidemment être présents dans les roches magmatiques ou métamorphiques. Les fossiles se rencontrent très souvent dans les roches calcaires mais également dans les roches carbonées (charbon) et plus rarement dans les grès ou schistes.

2.6.2.3 Classification des roches sédimentaires
La première subdivision consiste à classer les roches sédimentaires selon leur proportion en éléments terrigènes et en carbonates. Les roches contenant plus de 50 % de débris terrigènes sont considérée (par convention) comme faisant partie des roches

26/09/05

page

50

Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil

Notions de pétrographie

terrigènes. D’autre part les roches contenant plus de 50 % de carbonates sont considérées comme faisant partie des roches carbonatées. On verra ensuite comment nommer les roches en fonction de la proportion de l’un ou l’autre des constituants.

a)

Classification des roches terrigènes meubles et consolidées

Les roches terrigènes sont formées par accumulation de débris de différentes tailles arrachés par l’érosion, ce qui permet leur classification par leur granulométrie. D’autre part, sans être exactement la même, cette classification se rapproche de celle utilisée par les géotechniciens. La classification qui est reprise ici est celle de Wenthworth, la plus communément admise (voir tableau 4, page suivante). Elle est basée principalement sur la subdivision en trois classes granulométriques : • • • rudites : particules en majorité de taille supérieure à 2 mm ; arénites : particules en majorité de taille comprise entre 2 mm et 60 µm ; lutites : particules en majorité de taille inférieure à 60 µm.

Le tableau reprend les noms des roches meubles et ceux de leur équivalent consolidés.

Tableau 4 : classification des roches terrigènes de Wenthworth (Calembert, 1972)

26/09/05

page

51

de pelotes fécales d’animaux (ou « pellets »). Les calcaires sont également constitués de corpuscules de taille diversifiée. On classe alors ces roches sédimentaires « mixtes » au moyen d’un 26/09/05 page 52 . ces derniers étant le produit de l’altération des feldspaths. calcarénites et calcilutites. oolithes) dans les calcaires nécessite que l’on reprenne également ci-dessous (tableau 5) la classification de Folk qui associe la nature du ciment à celle des éléments figurés. L’importance des éléments figurés (fossiles. Tableau 5 : classification des roches calcaires de Folk (Dercourt & Paquet. Cette classification retient deux critères distinctifs : • • le ciment est soit « micritique » (à grains inférieurs à 4 µm) ou sparitique (à grains supérieurs à 4 µm). b) Classification des roches carbonatées Les roches carbonatées sont en général constituées de calcaire (pour rappel. carbonate de calcium). on parle alors de calcirudites. On précise ensuite la nature des débris ou clastes : « bioclastes » s’ils proviennent de fossiles ou « intraclastes » s’il s’agit de débris variés. Dans ce cas. 1995) c) Classification des roches « mixtes » (calcaires et terrigènes) On a vu ci-dessus que les roches sédimentaires sont fréquemment des roches mixtes constituées de débris terrigènes et de particules calcaires. le quartz détritique et les minéraux argileux. Des feldspaths non altérés peuvent également être présents dans les roches terrigènes mais généralement en proportion inférieure à celle du quartz. les constituants principaux sont alors les carbonates (principalement calcaires). par exemple au nord de l’Italie.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Il est à noter que les principaux minéraux constitutifs des roches terrigènes sont le quartz détritique et les minéraux argileux. certains géologue (Calembert) adoptent les mêmes subdivisions granulométrique que pour les roches terrigènes. les éléments figurés sont soit des débris (ou « clastes »). de sphérules (« ooïdes » si massifs ou « oolithes » si en couches concentriques. même s’il ne faut pas sous-estimer l’existence de massif dolomitique (la dolomite est un carbonate mixte de calcium et de magnésium).

il est difficile de donner des caractéristiques (structure.3 Description des roches sédimentaires les plus courantes Compte tenu de leur genèse et de leur diversité.6. 2. on se reportera également aux éléments de classification repris ci-dessus. Lorsque le pourcentage d’argile est plus élevé (entre 65 % et 75 %) on parle de « marnes argileuses ». Blocs Débris dus à la fragmentation des roches. ou lorsque le pourcentage de carbonates est plus élevé (entre 65 % et 75 %) on parle de « marnes calcareuses ». indurés ou non.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie diagramme triangulaire dont les trois sommets sont les constituants principaux (figure 29. Galet roulé Débris transportés en milieu fluviatile (torrents. 2. 26/09/05 page 53 . forme du grain.1 Roches terrigènes a) Famille des rudites non consolidés Pour rappel. pour lesquels le diamètre moyen dépasse 2 mm. 1972) Il faut noter que l’usage courant consiste à désigner les mélanges d’argile (de 35% à 65%) et de calcaires (respectivement de 65% à 35%) par le terme de « marnes ».6. Figure 29 : classification des roches mixtes . …) comme dans le cadre des roches magmatiques. Ce sont des débris de pente. couleur. En conséquence. ce qui a érodé le bloc originel et donne l’aspect roulé. Certaines descriptions ne peuvent être que générales et peuvent sembler floues à priori. de forme anguleuse qui s’accumule à proximité de la roche mère. d’éboulements.calcaires et terrigènes (Calembert. les rudites sont des éléments grossiers.3. page suivante). rivières) ou sur le littoral (va et vient des marées).

les galets peuvent être de nature très diverse. ocres à bruns clair. Les minéraux sont le plus souvent du quartz. car au cours du transport. Certains sables peuvent être complètement dépourvus de quartz comme pour exemples : les « White Sands » aux Etats-Unis qui contiennent principalement des particules de gypse. parfois et en faible proportion. On se reportera au cours de mécanique des sols pour plus de précisions. cimentés. éléments anguleux. Poudingue C’est le pendant de la brèche avec des débris roulés. il n’y a pas de granoclassement. des feldspaths. Galet éolien De manière semblable au galets de rivières. Le ciment peut être calcareux. Au sein d’un échantillon. b) Famille des rudites consolidés (« conglomérats ») Les conglomérats (brèches et poudingues principalement) sont des roches constituées de débris semblables à ceux décrits ci-dessus (diamètre moyen supérieur à 2 mm) liés par un ciment.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Eléments de moraine Débris transportés par des glaciers qui acquièrent une forme plate et présentent des surfaces striées par les autres débris. certains galet ont plutôt été érodés par le vent chargé de sable. des matériaux d’origine diverse sont « brassés ». les sables sont souvent de teinte claire. de graviers ou de blocs s’accumulant le long des rivages Brèche Une brèche est une roche composée de blocs. ciment calcareux. rougeâtres. 26/09/05 page 54 . siliceux ou argileux. c) Famille des arénites non consolidés (sables) On appelle « sable » les formations meubles constituées de minimum 50 % d’éléments de diamètre moyen compris entre 60 µm et 2 mm. pas de stratification gisement : lits de galets. des minéraux lourds. Les sables dits « quartzeux » doivent comprendre au minimum 85 % de quartz. chert (silice précipitée) ou silex. En conséquence. ni d’orientation des blocs dans le ciment. siliceux ou argileux grain : blocs ou galets enchâssés dans une matrice composée de grains fins à moyens couleur : très variées mais en général claires structure : voir grain. En général. ou les sables blancs des plages des tropiques qui contiennent principalement des particules de calcite et débris de coquillages. • • • • • composition minéralogique : galets et blocs de roches à prédominance quartzeuse. Il n’y a généralement pas de fossiles. Les éléments sont généralement mal triés. mais peuvent avoir une certaine orientation dans le ciment. Les brèches peuvent être de toutes les couleurs et les blocs qui la composant peuvent provenir de la même roche mère puisqu’il n’y a pas (ou peu) eu de transport. des micas et.

Roche très compacte. généralement rougeâtre. Les minéraux ne sont pas visibles 26/09/05 page 55 . Les grès sont associés en banc aux autres roches sédimentaires. Lorsque cette poudre est encore gorgée d’eau. enfin lorsqu’elle est plus desséchée et indurée. les grès peuvent être friables à bien consolidés.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie d) Grès Famille des arénites consolidés (psammites) Ce sont des sables cimentés par de l’argile. les anciens bassins lacustres et les vallées fluviatiles. solide du fait de la recristallisation du ciment siliceux. à ciment siliceux souvent recristallisé. habituellement grossière et mal triée.. et peu parfois être vert. on l’appelle vase. Quartzite Grès très riche en quartz (au minimum 85 %). • • • composition minéralogique : quartz. les feldspaths (ces deux derniers en relativement faible proportion) et les minéraux argileux (en plus forte proportion). en raison de la présence de limonite (terme regroupant un ensemble d’hydroxydes de fer). les lœss. en raison de la présence de glauconie (minéral de la famille des micas se formant en profondeur en milieu marin). Il ne doit pas être confondu avec le quartzite métamorphique. A une étape ultérieure de la diagenèse. les marnes argileuses en font partie. Les argiles (particularité : le kaolin). Lorsqu’elle est légèrement déshydratée et plastique on l’appelle argile. Argile La poudre de roche est transportée en suspension (ce sont les « troubles » ou les « fines ») et se dépose en eaux calmes. feldspaths et micas ou autres minéraux en plus faible proportion. avec de nombreux fragments anguleux. on l’appelle argilite. même si cette distinction ne peut être fait qu’en lames minces. du calcaire ou de la silice ou encore des oxydes de fer.. Les composants principaux des argiles sont le quartz. Grauwacke Grès de couleur grise à gris-vert (présence de glauconie) avec au moins 25 % de feldspaths. Les argiles sont les roches sédimentaires les plus répandues et se trouvent dans les plaines d’épandages. Arkose Grès riche en feldspaths. structure : les grès sont toujours stratifiés et souvent fracturés perpendiculairement à la stratification. couleur : généralement jaune à brun. • • Les variétés des grès sont les suivantes : e) Famille des lutites (ou « pélites ») non consolidées Les lutites meubles sont des sols dont minimum 50 % des particules ont un diamètre moyen inférieur à 60 µm. Le toucher est rugueux (ou « rêche » comme on dit chez nous.). calcite) ou de minéraux argileux. elle est transformée en schiste. grain : particules comprises entre 60 µm et 2 mm dans une matrice constituée de précipités (silice. gisement : voir ci-dessus.

ce qui confère aux schistes la propriété particulière de se débiter en feuillets parallèle (schistosité). Lors de la consolidation. grise à noire. Les argiles sont toujours « litées ». Les variétés des schistes sont les suivantes : 26/09/05 page 56 . invisibles à l’œil nu. Les schistes ont également la propriété importante de « happer » à la langue. due aux forces électrostatiques que développent les minéraux argileux (voir chapitre 1 – point 1. bleue. Les schistes sont « onctueux » au toucher. par endroit. gisement : voir ci-dessus.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie à l’œil nu. Schistes bitumeux Terme désignant l’ensemble des schistes sombres contenant du bitume (provenant de la décomposition des matières organiques par des bactéries anaérobies). Schistes marneux Argiles marneuses consolidées. sauf le kaolin. Argilites Schistes très faiblement indurés témoignant d’une faible diagenèse. Les fossiles et concrétions sont fréquents. structure : les schistes sont toujours stratifiés et présente une schistosité d’autant plus marquée que la diagenèse a été importante. couleur : teinte relativement foncée (parfois blanche – voir ci-dessus). Lœss Les lœss sont des sols fins d’origine éolienne se rencontrant sur tout les continents mais surtout en bordure des zones de glaciation (les limons belges sont d’origine éolienne et peuvent formés une couche allant. de quartz. couleur rouge (présence d’oxydes de fer). verte foncée. • • • • • composition minéralogique : mélange de minéraux argileux. grain : particules de diamètre moyen inférieur à 60 µm. Les oxydes et hydroxydes de fer y abondent. les minéraux argileux (paillettes) s’orientent perpendiculairement à la contrainte principale (verticale).13). Marne argileuse Les marnes argileuses sont des argiles comportant une forte proportion de calcaire (voir classification des roches sédimentaires mixtes ci-dessus). feldspaths et micas détritiques. Les argiles sont fréquemment de teinte foncée (brun foncé à gris-noir). Schistes ampélitiques Terme désignant l’ensemble des schistes bitumeux fortement enrichis en sulfure (en particulier la pyrite) . de teinte blanche. f) Famille des lutites consolidées Schistes Ce sont des argiles indurées et consolidées par la diagenèse. jusqu’à 6 mètres d’épaisseur).4. Les marnes sont de teinte plus claire que les argiles. Les schistes sont associés en banc aux autres roches sédimentaires.

crème ou jaune quand le calcaire est relativement pur et rouge.6.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. Les calcaires et dolomies se présentent rarement sous forme meuble. poreux. par les minéraux argileux. gisement : voir ci-dessus.2 Roches biochimiques Comme il l’a été décrit ci-dessus. quartz détritique. plus généralement. a) Famille des carbonates Les carbonates sont principalement représentés par les calcaires et les dolomies (même s’il ne faut pas perdre de vue qu’il existe des autres carbonates tels que. Calcaires Les calcaires se forment uniquement en milieu marin et sont le produit : soit d’une accumulation de débris d’animaux. par exemple. principalement d’algues et de foraminifères planctoniques (protozoaires marins). faisant partie de ce groupe de roches. en eaux peu profondes. les débris de squelettes ou de coquillages sont souvent conservés au sein d’une matrice plus fine. sont considérées comme biochimiques les roches contenant plus de 50 % de minéraux autres que terrigènes (carbonates. grain : variable (fin à l’aspect de morceau de sucre) mais de manière générale. Les formations les plus meubles sont les marnes calcaires (mélange d’argile et de calcaire – voir ci-dessus) ou les craies peu consolidées. évaporites. gris-clair. plus rarement. « pétroles »). Les calcaires et dolomies ont la propriété importante de réagir avec l’HCl (à froid pour les calcaires et à d’autant plus haute température que la proportion de dolomite est importante). Craies Ce sont des calcaires très clairs. La faible dureté des roches calcaires (dureté de 3 sur l’échelle de Mohs – rayable au canif). • • • • Les variétés de calcaire les plus courantes sont les suivantes : 26/09/05 page 57 . brune ou noir quand il est impur. de calcite recristallisée). et la réaction avec l’acide chlorhydrique à froid constituent des critères de reconnaissance essentiels. Cependant. Les calcaires sont associés en banc aux autres roches sédimentaires. les calcaires sont de loin les plus importants. la malachite). le grain est fin. exceptés les calcaires récifaux. La couleur est donc blanche. de leurs sécrétions (« pellets » . en raison du processus de dissolution-recristallisation menant à leur induration plus rapidement que les roches d’origine terrigène. généralement blancs. Ils sont constitués d’éléments squelettiques de microorganismes. et souvent peu consolidés. Calcaires oolithiques Calcaires formés de petites sphères de concrétion (oolithes – voir ci-dessus). structure : les calcaires sont toujours lités. couleur : la calcite pure est blanche mais elle est colorée par les oxydes de fer (hématite) ou. minéraux argileux.3. soit d’une édification d’organismes marins (récifs de coraux). En proportion sur la surface de la croûte terrestre. parfois de la silice finement cristallisée.voir classification cidessus) et de calcite précipitée. • composition minéralogique : calcite finement minéralisée (les « cristaux » plus grands proviennent de squelettes et de coquilles d’animaux marins ou.

Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Calcaires fossilifères Calcaires constitués d’au moins 50 % de débris fossilifères reconnaissables. et enfin. Dolomies Elles sont d’ailleurs souvent le produit de la « dolomitisation » des calcaires . terme désignant le remplacement de la calcite par la dolomite (dû à la substitution d’un cation Ca2+ par un cation Mg2+ . Les calcaires à crinoïdes (exemple : le « petit granit » ou « pierre bleue du Hainaut) sont relativement répandus (les crinoïdes sont des échinodermes composés d’un calice et étaient très nombreux dans le Cambrien). leur description sort du cadre de ce cours. structure : stratification à grande échelle.3. crème. d) Famille des roches carbonées Les roches carbonées proviennent de la décomposition des végétaux par des bactéries anaérobies. de couleur blanche. Cette dolomitisation est dommageable pour l’exploitation des calcaires car elle les rend plus poreux et donc moins intéressant pour la construction. Font partie de cette famille les tourbes. souvent marron ou rosé (altération atmosphérique).1 de ce chapitre). la bauxite. 26/09/05 page 58 . b) Famille des évaporites Les évaporites sont des roches salines formées par précipitation à partir de l’eau de mer lorsque l’apport en eau est inférieur à la quantité évaporée (sous climat chaud et aride – exemple du Proche-Orient). grain : grains fins (de diamètre moyen inférieur à 20 µm) mais présentant une structure poreuse qui rend la roche rugueuse au toucher.11). couleur : teinte relativement claire. les « pétroles » dans son sens général.voir paragraphe 2. Ces roches sont décrites dans les minéraux (voir chapitre 1 – paragraphe 1. • • • • • composition minéralogique : roche contenant de la dolomite (carbonate mixte de calcium et de magnésium) en proportion élevée. le gypse et l’anhydrite (gypse anhydride). c) Famille des roches résiduelles Cette famille est reprise parmi les roches sédimentaires bien que leur formation n’ait pas nécessité de transport de matières.14. des minéraux détritiques et des cherts (silice de précipitation). gisement : sont évidemment très fréquemment associées aux calcaires (voir cidessus). Calcaires construits (« récifaux ») Calcaires formés par le dépôt continuel de calcite produit par des organismes récifaux (exemple : les barrières de coraux). les sels de potassium et de magnésium. Même si elles sont importantes économiquement. en solution marine comportant une forte proportion de sels dissous. Même si elles sont importantes économiquement. gris ou brune. leur description sort du cadre de ce cours. Elles se forment à partir d’éléments résiduels produits par l’altération chimique des roches préexistantes. Font partie de cette famille le sel gemme (halite). litage souvent « effacé » par le processus de dolomitisation. Font partie de cette famille le kaolin.

elles affleurent principalement sur les reliefs. 1995) 26/09/05 page 59 .Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. avec cristallisation de nouveaux minéraux. il est également admis que le métamorphisme est limité aux conditions qui provoquent la fusion totale de la roche originelle. et acquisition de textures et structures particulières. A la surface de la croûte terrestre. le domaine du métamorphisme peut être illustré par la figure suivante où figurent également les domaines de l’altération et de la diagenèse des roches sédimentaires. Le sens actuel. lorsqu’elle est portée dans des conditions de pression et de température différentes de celles ayant présidé à sa genèse ». Figure 30 : domaine du métamorphisme (Dercourt & Paquet. responsable de la création de chaînes de montagne.7. Elle constituent pour la plupart le produit du mouvement des plaques. D’autre part. En ce sens. 1995). les processus d’altération et de diagenèse menant à la formation des roches sédimentaires font partie du métamorphisme. le plus communément admis par les géologues est donnée par la définition suivante : Le métamorphisme est la transformation d’une roche à l’état solide du fait d’une élévation de température et/ou de pression.7 Roches métamorphiques Les roches métamorphiques constituent un peu plus d’un quart de la croûte terrestre. dits néoformés. processus qui conduit à la formation de roches considérées comme magmatiques même si elles ne proviennent pas strictement du magma du manteau supérieur. Dans ces conditions.1 Genèse des roches métamorphiques La notion de « métamorphisme » peut prendre un sens général qui consiste à la définir comme étant « l’ensemble des transformations et des réactions que subit une roche initialement solide. sous l’influence de conditions physiques et/ou chimiques différentes de celles ayant présidé à la formation de la roche originelle (Foucault & Raoult. 2.

le facteur temps est très important. D’autre part.1. la plupart des minéraux restent stables lorsque la durée du changement est faible. tandis qu’un flux local dû par exemple à une intrusion magmatique est à l’origine du métamorphisme de contact. Par exemple. Il est variable selon les régions du globe : les régions les plus actives tectoniquement montrent un gradient qui peut atteindre 50°C/km (voire 100°C/km). on a seulement 6°C/km. Il en résulte donc à partir de la surface de la terre ce qu’on appelle un « gradient géothermique ». pression dite « isotrope ». Ce n’est que lorsque les conditions changent durablement que les transformations physiques et chimiques ont le temps de se produire. produit par les réactions de désintégration en son centre. liée à la gravité. elles s’égalisent rapidement quand la profondeur augmente pour donner une pression homogène dans toutes les directions de l’espace. Pour mémoire. les deux premiers étant souvent concomitants. Lorsque ces conditions changent. on a également défini un métamorphisme d’impact (chute de météorites) qui sort du cadre de ce cours. sans oublier le facteur temps. Elle émane.5 on a alors une pression de 1000 atmosphères à 4 km de profondeur.3) que les minéraux sont stables dans les conditions de température et de pression qui ont présidé à leur formation. 26/09/05 page 60 . de type hydrostatique régnant à l’intérieur des plaques. 2. Cet aspect est important car il explique par exemple pourquoi une partie des roches du métamorphisme de contact gardent leur structure originelle. si on prend pour les roches une densité de 2. On a vu précédemment (paragraphe 2.7. par les frictions entre plaques. Si près de la surface de la croûte terrestre il en résulte des contraintes verticale et horizontales différentes (voir cours de Mécanique des sols).Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Les facteurs principaux du métamorphisme sont donc la température (en particulier le gradient géothermique – voir ci-dessous) et la contrainte. on distingue principalement deux types de métamorphisme : le métamorphisme régional (dû au mouvement des plaques) et le métamorphisme de contact (dû à l’intrusion du magma au sein des roches préexistantes). Cependant. et d’autre part. d’une part du flux de chaleur du globe. Un flux géothermique élevé et régional est à l’origine d’un métamorphisme régional. tandis qu’au droit des anciens boucliers. on dit qu’ils sont « métastables ». ils deviennent instables et des transformations minéralogiques se produisent. Il vaut en moyenne 30°C/km. a) Le facteur temps Dans le métamorphisme. b) La température L’énergie thermique est le facteur principal du métamorphisme. C’est la « pression de confinement » ou « pression lithostatique ». bien connu des mineurs. la pression et le facteur temps. c) La pression et les contraintes L’enfouissement de masses rocheuses sous d’autres (tectonique ou dépôts successifs de sédiments) provoque une élévation de la pression verticale.1 Les facteurs du métamorphisme Les facteurs principaux du métamorphisme sont la température.

.. a) Métamorphisme régional On l’a vu ci-dessus. A l’échelle macroscopique. 2. ce métamorphisme est principalement lié aux mouvements tectoniques qui créent des contraintes anisotropes et.8). telle qu’illustrée par la figure suivante (figure 31) et l’augmentation de la pression moyenne combinée à celle de la température mènent à la formation de nouveaux minéraux (grenats. l’anisotropie des contraintes provoque une déformation de la roche originelle. paragraphe 1. C’est le métamorphisme régional. déformation de la roche (Bourque.. Par contre.) les failles. serpentine. la pression lithostatique seule ne provoque pas de métamorphisme des roches (voir également la figure 30).. Ces mouvements se produisent pendant une durée suffisamment importante pour que toutes les transformations puissent se produire. un accroissement important de la température. Figure 31 : métamorphisme régional. staurodite... intimement lié aux processus orogéniques menant notamment à la création de chaînes de montagnes.2 Métamorphisme régional et métamorphisme de contact Le gros des roches métamorphiques provient du métamorphisme régional.4. En particulier. les structures « héritées » du métamorphisme régional sont les plis (synclinaux. 2000) Les déformations de la roche préexistante lui confère un nouveau type de structure. qui font l’objet d’un chapitre à part entière (voir chapitre 3 : notions de géologie structurale). – voir chapitre 1. . 26/09/05 page 61 .7. la tectonique des plaques crée aux frontières entre plaques des contraintes anisotropes qui déforment alors des grands ensembles rocheux de plusieurs milliers de km² (voir également plus loin). les diaclases. .Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie De façon générale. par les frictions entre plaques.1. anticlinaux.

La zone comprenant ces roches affectées par l’intrusion de magma est appelée « auréole métamorphique » (voir figure 33 ci-contre). . 1995) 62 26/09/05 page . Il est parfois difficile de faire la distinction entre une schistosité due à la diagenèse et la schistosité héritée du métamorphisme.5). pipes..5. on peut souvent percevoir une structure appelée « foliation » qui caractérise le fait que les minéraux sont applatis et s’orientent suivant une direction préférentielle (voir figure 31 ci-dessus).1.6. Figure 33 : auréole métamorphique (Dercourt & Paquet. C’est par exemple le cas des roches de la famille des granites qui sont transformées en roches de la famille des gneiss (voir paragraphes suivants). b) Métamorphisme de contact Le métamorphisme de contact caractérise la transformation des roches préexistantes par les intrusions de magma (batholites..1. Il faut noter également que les roches à grain fins métamorphisées présentent une schistosité qui est semblable à celle créée par la diagenèse (voir paragraphe2. quelques cristaux néoformés (exemple typique de l’andalousite) témoignent du métamorphisme de contact ainsi qu’une structure finement plissée.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie A l’échelle de l’échantillon. – voir paragraphe 2. de nombreux cristaux néoformés et inframillimétriques apparaissent. b).1. Il affecte des masses beaucoup plus petites que le métamorphisme régional (de la dizaine de m² au km²) pour lesquelles il y a eu transfert de chaleur du magma chaud vers les roches froides encaissantes (voir figure 32 ci-dessous). 2000) Les premières roches au contact du magma sont cuites (zone des cornéennes). Pour les roches suivantes (zone des schistes tachetés). Figure 32 : métamorphisme de contact (Bourque. Il s’agit d’un phénomène apparenté sauf que les contraintes sont évidemment plus élevées dans le cas du métamorphisme. Ce qui explique que certaines roches à grains fins (sans être à l’origine des argilites ou des schistes sédimentaires) présentent des plans de schistosité très nets dus au métamorphisme (exemple des phyllades – voir paragraphes suivants).

Figure 34 : métamorphisme .1. mais le même constat peut être fait pour le métamorphisme régional. est appelé « anatexie ». La simple dénomination des roches est insuffisante pour estimer l’intensité du métamorphisme subi. On franchit alors des surfaces successives d’égale intensité de métamorphisme. b) et la figure 18 rappelée ci-dessous – figure 34) que les roches suivent alors un cycle dans la lithosphère.5. On désigne une association déterminée de ces minéraux métamorphiques par la notion de « faciès métamorphique » (voir ci-dessous). l’intensité (ou le degré) du métamorphisme varie d’un endroit à l’autre.3 Intensité du métamorphisme – Anatexie Lorsqu’on se déplace dans une formation rocheuse ayant subit un métamorphisme. menant à la création de roches dites « migmatiques ». surtout si le milieu contient de l’eau (voir le paragraphe 2.7. on passe par une phase entièrement liquide. On vient de voir ci-dessus que c’est particulièrement le cas du métamorphisme de contact. 26/09/05 page 63 . Celui-ci en refroidissant peut donner une roche de type granitique. On a vu précédemment (voir paragraphe 2.1. semblable à une diagenèse fortement prononcée. C’est le stade ultime du métamorphisme.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. Si la pression et la température sont suffisamment élevées.anatexie – cycle géochimique (Pomerol & Renard. appelée « granite orogénique ». le magma. On peut ainsi passer d’un très faible métamorphisme.1 et la figure 30). Les domaines de la fusion partielle des roches et du métamorphisme se chevauchent.3.3. à des conditions de pression et de température qui peuvent mener à la fusion quasi totale de la roche préexistante. conditions qui sont réunies lorsque les mouvements tectoniques provoque l’enfoncement d’une plaque dans une zone de subduction. appelées « isogrades » caractérisées par l’apparition de minéraux typiques dont l’association témoigne des conditions de température et de pression qui ont mené à leur formation.2. Ce phénomène de fusion partielle. 1997) La classification des roches métamorphiques doit alors faire état de cette évolution progressive qui se constate également sur le terrain quand on va du bord de la zone rocheuse métamorphisée vers le centre (appelé « épizone ») ayant subit les plus fortes température et pression.

Une des particularités du métamorphisme et de mener à la création de nouveaux minéraux relativement rares dans les deux autres grands groupes de roches (voir paragraphe 2. On trouve parfois des phénocristaux (de grande taille) dans des cavités au sein d’une matrice compacte et homogène. Les éventuelles structures préexistantes au contact disparaissent complètement pour donner une roche à l’aspect souvent très compact et relativement homogène. amphiboles.1 Principaux minéraux des roches métamorphiques Les minéraux principaux sont généralement les minéraux des roches originelles. Les principaux minéraux néoformés du métamorphisme sont des silicates : andalousite. paragraphe 1.2. sans que l’on puisse discerner les minéraux néoformés. les roches peuvent également montrer une structure finement plissée. biotite. de « faciès des schistes verts » par exemple (voir cidessous). Les roches faisant partie de la famille des cornéennes (les roches transformées par le contact direct avec les intrusions magmatiques – voir ci-dessus. Cependant. car la recristallisation est généralement relativement rapide. La création de ces nouveaux minéraux s’appele la « paragenèse » et on a vu ci-dessus qu’une association déterminée de certains de ces minéraux est désignée par le terme de faciès. Lorsque que l’intensité du métamorphisme est forte. figure 33) représentent un cas un peu à part dans la mesure où elles sont cuites. de manière générale. Lorsque la roche est à gros grains de taille semblable. disthène (Al2SiO5). sillimanite (de même formule chimique que l’andalousite mais de système cristallin différent). staurodite. même si le terme est ambigu. le caractère le plus commun des roches métamorphiques (de contact ou régionales) est la schistosité métamorphique. A l ‘échelle de l’échantillon. on parle aussi de structure gneissique.2. C’est en particulier le cas des gneiss.2 Classification des roches métamorphiques On a vu ci-dessus que c’est surtout la présence de minéraux caractéristiques du métamorphisme qui permettent de classifier les roches métamorphiques (voir également le chapitre 1. serpentine. les structures préexistantes sont « effacées ». C’est la raison pour laquelle on parle. épidotes.8). Cette schistosité est due à l’orientation des minéraux du métamorphisme est ne doit donc pas être confondue avec la schistosité des roches sédimentaires. 2. on constate souvent un allongement des grains dans un sens privilégié. elles se trouvent pour la plupart dans des massifs issus des processus orogéniques. même si à l’origine la roche mère n’est pas nécessairement de nature argileuse. chlorite.7. elles se présentent en séries plus ou moins plissées et fracturées selon l’intensité du métamorphisme.7.2 Structure des roches métamorphiques Compte tenu du mode de formation des roches métamorphiques.2. les micas et les minéraux argileux. soit le quartz.7.4. grenats. 26/09/05 page 64 . les feldspaths.1). désigné par le terme de foliation (voir ci-dessus).Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. 2.7.

Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie 2. • des roches magmatiques. observables à l’échelle de l’échantillon et ne nécessitant pas d’observation en lame mince. a) Classification simplifiée de Schumann Cette classification est utile pour une reconnaissance rapide des roches métamorphiques. soit magmatiques ou elles-mêmes issues d’un métamorphisme antérieur). La seconde est la plus couramment reprise par les géologues et est basée sur la notion de faciès métamorphique.7. la faculté de se débiter en plaquettes et la présence de minéraux typiques. est basée sur des caractéristiques extérieures générales. on parle de roches paramétamorphiques. • des roches métamorphiques.2. On a choisit ici deux types de classification. on parle de roches orthométamorphiques. La première. la schistosité. Ces caractéristiques sont principalement : la forme des minéraux. Figure 35 : métamorphisme. il n’existe pas de classification qui fasse l’unanimité. La figure qui suit illustre sommairement l’évolution des principales roches de la croûte terrestre. 26/09/05 page 65 . basée principalement sur leurs caractéristiques extérieures. Ce fait a été prouvé par diverses expériences en laboratoire. lorsque le métamorphisme a affecté : • des roches sédimentaires. Les géologues tentent généralement de construire des classifications qui soient basées sur la nature de la roche originelle et sur les conditions de pression et de température du métamorphisme. D’une manière générale. simplifiée et due à Schumann (1989). évolution des principales roches (Bourque.3 Classification des roches métamorphiques En raison de la complexité du métamorphisme et des origines très diverses des roches métamorphiques (à l’origine soit sédimentaires. on parle de roches polymétamorphiques. 2000) Cette figure permet notamment de mettre en évidence qu’un métamorphisme intense d’un schiste peut donner un gneiss. de composition minéralogique semblable à celle d’un granite.

provoquée par l’anisotropie des contraintes tectoniques. Il faut insister. cette classification a également l’avantage de réunir les roches du métamorphisme régional et de contact (pour ce dernier. Miyashiro a défini trois climats métamorphiques (voir figure 36 page suivante) : • métamorphisme de basse pression et de température variable donnant des associations minéralogiques dites du type andalousite-sillimanite auquel on a donné le nom de métamorphisme dit Aboukuma (plateau du Japon où il est très bien représenté). quartz Roches de la famille des schistes minces et allongés très nettement marquée minces micas. comme cela l’a déjà été précisé plus haut. en raison de la déformation des grains et de leur alignement dans une direction préférentielle. C’est également un climat bien représenté dans les chaînes péripacifiques. que le terme de « schistes » métamorphiques ne désigne pas uniquement des roches d’origine argileuse (comme pour les roches sédimentaires). exemple du faciès des cornéennes de basse pression et de haute température). la notion de « faciès métamorphique » désigne un assemblage défini de minéraux du métamorphisme. C’est un climat qui concerne notamment les chaînes péripacifiques. Miyashiro a proposé que les faciès qui se succèdent logiquement (avec un accroissement défini de la pression P et la température T) reçoivent le nom d’un type ou d’un « climat » donné de métamorphisme. De manière à pouvoir comparer l’évolution des faciès en fonction de la température ou de la profondeur d’enfouissement. métamorphisme de haute pression et de basse température donnant des associations minéralogiques dites du type glaucophane-lawsonite (schistes bleus) auquel on a donné le nom de métamorphisme dit d’enfouissement. • • D’autre part. 26/09/05 page 66 . Ce terme est employé car le métamorphisme produit souvent une schistosité.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Roches de la famille du gneiss Forme des minéraux Schistosité Plaques de délitement Minéraux typiques grains moyens à grossiers peu prononcée à bien marquée moyennes à épaisses feldspaths. métamorphisme de moyenne pression et de moyenne température dit barrovien (du nom du géologue Barrow qui l’a le mieux décrit). minéraux argileux Roches non schisteuses grains fins à grossiers aucune aucune en grand nombre Tableau 6 : classification simplifiée des roches métamorphiques selon les caractéristiques extérieures (Schumann. C’est un climat qui est très bien représenté dans les chaînes anciennes d’Europe. 1989) b) Classification suivant les différents faciès et climats métamorphiques Pour rappel.

7. La schistosité est ici due aux cristaux de biotite. Bien entendu. On se référera à l’annexe 2 de ce chapitre. telles que proposées dans l’ouvrage de Schumann (1989).3 Description des principales roches métamorphiques On trouvera ci-dessous le regroupement des roches métamorphiques en différentes « familles ».1 Famille du gneiss Les gneiss sont issues du métamorphisme régional et ont en commun une structure grossièrement grenue.7.3. 1997) 2.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie Figure 36 : classification des roches métamorphiques selon les faciès et climats métamorphiques (Pomerol & Renard. 26/09/05 page 67 . une schistosité peu marquée à nette. et une proportion de feldspaths supérieure à 20 %. le type de métamorphisme dont font partie les roches décrites ci-dessous est souligné. une foliation généralement marquée. 2.

Le nombre de variétés est très important et la dénomination des schistes se base sur des caractéristiques extérieures ou des minéraux leur donnant une teinte particulière (schistes verts. plus les schistes ont la faculté de se débiter en plaquettes. gisement : se rencontrent dans les massifs ayant subi un métamorphisme régional. structure : structure en bande colorées alternées de bandes claires. le grenat. des arkoses. 26/09/05 page 68 . granulites Variété de gneiss. dénommés « migmatiques » Les migmatiques sont constituées de deux roches différentes nettement reconnaissables : les gneiss comme hôtes et les granites comme intrusions. …). mais aussi verdâtre. Les minéraux accessoires sont la biotite. la muscovite. Plus le métamorphisme est important. Font partie de cette famille des schistes du métamorphisme de contact (schistes tachetés) ou du métamorphisme régional (micaschistes. la sillimanite.3. une structure à grain fins à moyen et une proportion de feldspaths inférieure à 20 %. souvent gris ou rose. Les roches originelles peuvent être des granites. ils témoignent donc d’un métamorphisme intense. Les schistes sont généralement de teinte sombre (de gris foncé à noir). plus rare.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie • • • • • composition minéralogique : minéraux très variés mais les composants essentiels sont les feldspaths et le quartz. due à l’orientation des grains dans une direction privilégiée). …). montrant des rayures. bleus.2 Famille des schistes Les schistes ont en commun une schistosité relativement bien marquée.7. 2. gneiss migmatiques. Ils montrent également parfois une schistosité quand la proportion de micas est importante. des argiles. même si l’apparition de cristaux néoformés peuvent donner une coloration différente. Les couches claires sont dues à la présence de feldspaths et de quartz. à surfaces presque planes. dépourvu de micas. près de la température de fusion. les premiers étant nettement dominants. s’interpénétrant en conservant les limites franches. les gneiss montrent une foliation typique (pour rappel. des grauwackes. couleur : généralement de couleur claire. phyllades. brunâtre. Les gneiss se forment à haute température. grain : moyen à grossier. l’amphibole (hornblende). des grès. et les couches sombres sont micacées. gneiss granitiques Les variétés de gneiss les plus courantes sont les suivantes : Gneiss issus de la déformation de roches originelles granitiques. gneiss œillés Variété à structure lenticulaire due au développement de feldspaths en forme d’yeux.

Les taches sont des concentrations des deux derniers minéraux. staurodite.3. l’andalousite et (plus rarement) la cordiérite. De nombreuses variétés correspondent à l’apparition de minéraux accessoires typiques : grenats. au minimum à 80 % avec comme minéraux accessoires des feldspaths.7. La couleur est généralement claire d) Schistes tachetés Ce sont des anciennes argiles transformées. de métamorphisme plus intense que les schistes ardoisiers.3 Famille des roches massives non schisteuses a) Quartzites Les quartzites sont des grès très quartzeux métamorphisés. La couleur est généralement gris argenté et/ou verdâtre. Les composants essentiels sont le quartz et les micas (principalement la muscovite). la chlorite. Les composants essentiels sont le quartz. La matrice est donc fine mais peut parfois contenir des minéraux de grande taille. couleur : généralement de couleur blanche. l’hématite. le graphite. formés à partir des minéraux argileux. Il sont issus du métamorphisme de contact. difficile de discerner à l’œil nu les différents grains. sillimanite. dans la « deuxième auréole ». la magnétite. Cependant. Les minéraux essentiels sont la muscovite et le quartz. • • • composition minéralogique : principalement du quartz. après les cornéennes (voir également la figure 33). ce qui a comme conséquence que les grains sont intimement engrenés. la schistosité est évidemment plus marquée et le critère de distinction principal est que les phyllades ne gonflent pas au contact de l’eau. la chlorite. Les minéraux de muscovite sont de plus grande taille que ceux des phyllades. les grenats. ils sont parfois difficilement différentiables des schistes sédimentaires. 2. de la muscovite. ce qui permet de les reconnaître à l’œil nu. 26/09/05 page 69 . les feldspaths. s’il est suffisamment intense provoque une recristallisation du ciment quartzeux originel. les micas.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie a) Schiste ardoisiers Roches de métamorphisme régional faible. A la limite du domaine du métamorphisme. contrairement aux argiles schisteuses sédimentaires n’ayant pas subi de métamorphisme. Le métamorphisme. grains intimement engrenés (dits « granoblastique »). Les minéraux accessoires sont la biotite. grain : moyen à grossier. c) Micaschistes Les micaschistes représente le type même de la roche schisteuse issue du métamorphisme régional intense. les minéraux accessoires pouvant leur donner une teinte grisâtre ou rougeâtre. b) Schistes phylliteux ou « phyllades » Roches de métamorphisme régional très finement écailleuses. Les minéraux principaux sont la muscovite (de très petites dimensions) et le quartz.

grains bien engrenés par la recristallisation mais il est possible de discerner à l’œil nu les différents grains. Les minéraux qui apparaissent lors du métamorphisme sont principalement : la cordiérite. Il est difficile. structure : très souvent massive. • • • • • composition minéralogique : très variée (voir ci-dessus). l’andalousite et les pyroxènes. à la seule observation à l’œil nu de l’échantillon de connaître le type de métamorphisme. de la dolomite. Il est difficile. très compactes. en association avec les autres roches métamorphisées (schistes. soit tachetés et souvent avec des veines blanches de calcite pure. quartzites). stratification). verdâtre. c) Cornéennes C’est un terme général désignant les roches massives. les marbres peuvent présenter des bandes ou couches qui constituent une stratification primaire. b) • • • • • Marbres composition minéralogique : principalement de la calcite et. 26/09/05 page 70 . grain : matrice d’apparence homogène à grains fin. gisement : se rencontrent dans la première auréole du métamorphisme de contact (voir également la figure 33). gisement : se rencontrent aussi bien dans les massifs ayant subi un métamorphisme régional. couleur : très variée. gisement : se rencontrent aussi bien dans les massifs ayant subi un métamorphisme régional. mais lorsque le métamorphisme est faible. les quartzites peuvent garder la structure des grès sédimentaires originels (granoclassement. en moindre proportion. marbre). voire impossible. mais lorsque le métamorphisme est faible.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie • • structure : massive. grain : moyen à grossier. à la seule observation à l’œil nu de l’échantillon de connaître le type de métamorphisme. dures issues des premières roches préexistantes (de toute nature) en contact avec les magmas intrusifs. structure : massive. très variés. jaune. grisâtre. voire impossible. Les marbres sont soit uniformes. qui donnent une teinte. en association avec les autres roches métamorphisées (schistes. Les marbres sont des calcaires métamorphisés. noire. que dans les auréoles du métamorphisme de contact. mais parfois porphyrique (quelques cristaux de grande taille dans une matrice fine). contenant parfois quelques cristaux de grande taille (phénocristaux). tous les tons sont possibles. blanc (rarement). que dans les auréoles du métamorphisme de contact. couleur : généralement de teinte foncée. rouge. Ce sont les minéraux accessoires. noir ou vert. lors du métamorphisme de contact. bleuâtre.

1998.Alain Foucault & Jean-François Raoult éd : Masson. Mahan – éd : InterEditions. [5] « Guide des Pierres et Minéraux » (1e édition) . [2] « Géologie : objets et méthodes » (9e édition) . [8] « Guide de lecture des cartes géologiques de Wallonie » .L. Calembert & J.Pierre-André Bourque – Université Laval (Québec) – cours de géologie générale disponible sur la toile.pt/science.éd : Delachaux et Niestlé. 1972. Pel – Cours de la Faculté des Sciences Appliquées de l’Université de Liège.Notes du cours de Jean-Pierre Michel prises par Olivier Germain au courant de l’année académique 1996-1997.terre.html 26/09/05 page 71 .ggl. Enseignement des Sciences de la Terre .Charles Pomerol & Maurice Renard . [9] « Planète Terre » . 1997. 2000 http://www. [6] « Chimie » (2e édition ) . [4] « Dictionnaire de Géologie » (4e édition) . [3] « Géologie Appliquée au Génie Civil » .éd : Masson. 1977. 1995.Walter Schumann .Coll. [7] « Introduction à la Géoologie de l’Ingénieur » (2e édition) – L.Jean Dercourt & Jacques Paquet éd : Dunod. Dejonghe – éd : Direction Générale des Ressources Naturelles et de l’Environnement.ulaval. 1995. 1989.ca/personnel/bourque/intro.Bruce H.Cours de Géologie Appliquée au Génie Civil Notions de pétrographie BIBLIOGRAPHIE [1] « Eléments de géologie » (11e édition) .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful