Vous êtes sur la page 1sur 15

Le groupe de travail “observatoire”,

mis en place par le Réseau des


Agences Régionales de l’énergie et
de l’Environnement (RARE), a choisi
de travailler sur la thématique déchets
et propose à travers un cahier techni-
que une réflexion venant en soutien à
des besoins statistiques.
L’objectif du cahier technique est de
mettre à disposition une méthodolo-
gie d’élaboration d’indicateurs com-
muns permettant la comparaison Déchets
entre collectivités.

Publics cibles :
Régions, Départements, observatoires,
collectivités locales et agences du RARE.

Contacts :

ARPE PACA : Valérie BARRE (v.barre@arpe-paca.org)


ADEME : Emily SPIESSER (emily.spiesser@ademe.fr)
APCEDE : Mickaël CHARRUAULT (charruault.m@apcede.com)
AREHN : Anne Sophie LETURCQ (arehn.asleturcq@wanadoo.fr)
ARPE PACA : Catherine RETORE (c.retore@arpe-paca.org)
OEC : Joseph SALVINI (salvini@oec.fr)
OREB : Pascale REPELLIN (p.repellin@oreb.org)

Liens utiles :

ADEME : www.ademe.fr
RARE : www.rare.asso.fr
(La liste des agences du RARE est consultable sur ce site).
> de suivre l’état d’avancement et de réalisation des objectifs
poursuivis par la collectivité et de pouvoir proposer, dans le cadre d’une
évaluation permanente, les adaptations des actions mises en œuvre.

Cette méthodologie d’élaboration d’indicateurs permet également de


disposer de définitions communes entre acteurs concernés et de pou-
Intérêt et objectifs du cahier technique : voir comparer des situations entre collectivités, départements,
régions…
méthodologie pour construire un indicateur Or, ces comparaisons n’auront de valeurs que si les indicateurs sont
élaborés sur une base commune. C’est là tout l’intérêt de la fiche métho-
dologique présentée dans ce cahier.
Ce cahier technique est issu d’un travail collectif du Réseau des
Agences Régionales de l’Énergie et de l’Environnement (RARE) et
Cette fiche permettra à chacune des collectivités en fonction de ces
plus particulièrement de son groupe de travail « Observatoire déchets »
compétences :
dont font partie :
> d’aider à l’élaboration ou à la consolidation d’indicateurs,
> d’aider à constituer un outil de suivi de la politique de gestion
L’Agence Régionale Pour l’Environnement Provence Alpes Côte d’Azur
des déchets (Plans Départementaux d’Élimination des Déchets
(ARPE PACA),
Ménagers et Assimilés notamment),
L’Agence Régionale de l’Environnement en Haute Normandie
> d’aider à la prise de décision.
(AREHN),
L’Agence Poitou Charente Energie, Déchets et Eau
(APCEDE),
L’Office de l’Environnement de la Corse. Sommaire :
Auxquels ont été associés :
> Définition d’un indicateur (p.3 à 9).
L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie,
> Fiche méthodologique (p.10).
(ADEME)
L’Observatoire Régional de l’Environnement de Bourgogne, > Exemples de fiches indicateurs (p.11 à 13).
(OREB). > Exemples d’indicateurs (p.14 à 19).

L’objectif de ce document est de mettre à disposition une méthodologie 1 - Qu’est-ce qu’un indicateur ?
d’élaboration d’indicateurs communs dans le domaine des déchets.
L’OCDE définit un indicateur comme “un paramètre ou une valeur déri-
Cette méthodologie répond au besoin croissant des collectivités territoriales vée de paramètres donnant des informations sur un phénomène. La por-
(EPCI, Régions, Départements) ayant des compétences dans le domaine tée de l’indicateur dépasse les propriétés directement associées à la
des déchets, de fonder leurs décisions sur un diagnostic précis de la valeur du paramètre. Les indicateurs ont une signification synthétique et
situation et de disposer d’un outil pérenne d’aide à la décision. La mise en sont élaborés pour un besoin spécifique.”
œuvre d’indicateurs permet en effet :
Par exemple, le CAC 40 ne prend pas en compte l’ensemble des valeurs
cotées à la Bourse de Paris : ses évolutions ne sont pas la résultante des
> de suivre des évolutions et d’anticiper sur les questions qui se évolutions de l’ensemble de ces valeurs ; en revanche, sa composition lui
posent pour l’avenir, confère un rôle d’indicateur des évolutions de l’ensemble des valeurs.
Un indicateur traduit une situation ou une évolution de façon syn- Les indicateurs ne constituent pas une analyse de la situation mais une
thétique : il réduit le nombre de mesures ou de paramètres nécessaires information qui alimente l’analyse et la réflexion.
pour rendre compte d’une situation. Un indicateur simplifie le proces-
sus de communication de l’information : il favorise l’expression des
Les indicateurs ont une fonction de clignotant qui ne doit pas être mas-
enjeux et leur communication.
quée par leur multiplicité. Il convient de ne pas confondre les indicateurs
avec les multiples données de bases collectées sur un domaine.
Quelques citations pour définir un indicateur :

Adriaanse s’appuie sur l’étymologie du mot « indicateur » pour préciser Il est possible de schématiser l’articulation des concepts suivant un degré
qu’il a pour rôle d’annoncer, de faire remarquer, de révéler ou encore de d’élaboration croissant :
notifier des phénomènes.
a - Les données de bases correspondant à de nombreux
A. Kerr annonce qu’ « un indicateur est une statistique ou une mesure
qui facilite l’interprétation et le jugement au sujet de la situation d’un éléments fins d’observation ;
élément du monde ou de la société en relation avec une norme ou un b - Les informations résultant de l’agrégation de données de
objectif » base validées ;
c - Les descripteurs donnant une photographie à grandes
mailles d’un domaine donné et construits à partir d’une sélection
3 - Limites d’un indicateur et d’une compilation d’informations ;
d - Les indicateurs représentant une sélection restreinte ou une
agrégation élaborée de descripteurs, choisi pour leur sensibilté
Mais un indicateur ne dit pas tout. aux facteurs d’évolution du domaine concerné.
La définition d’un indicateur répond à un objectif qui n’est pas de décrire
de façon précise la réalité, mais de mettre en place une information repro-
ductible dans des conditions comparables et traduisant la réalité de façon
satisfaisante pour l’observation des évolutions. 5 - Qu’est-ce qu’un bon indicateur ?
Un indicateur ne se substitue pas à la réflexion : il la suscite ; il sert à
poser les bonnes questions tout autant qu’à y répondre. Idéalement, un bon indicateur de l’environnement devrait répondre à des
critères difficiles dans la pratique à réunir de façon complète et satisfai-
sante. Rappeler ces critères constitue cependant un moyen utile de guider
la réflexion et le travail de définition et de sélection à réaliser.
4 - Objectif d’un indicateur
Un indicateur devrait ainsi :
L’objectif premier d’un indicateur n’est pas de décrire la réalité d’une situa- > donner une image représentative de l’état de l’environnement,
tion avec précision mais d’offrir une information reproductible dans le des pressions qui s’exercent sur lui ou des réponses de la
temps qui permette de suivre les évolutions. Certaines données utilisées société aux atteintes portées à l’environnement ;
résultent d’estimations ; ces estimations sont réalisées de façon à obtenir > signaler les domaines où des modifications sont à faire ;
une série homogène dans le temps.
> aider à la prise de décision : les décideurs ont besoin d’infor-
mations claires et concises sur l’état des territoires ;
> constituer une composante essentielle de l’évaluation ; 7 - La disponibilité : l’accès aux sources d’informations, pour lesquelles
> sensibiliser les décideurs, les acteurs de la société civile, la une procédure de collecte n’est pas toujours mise en place, est parfois
population ; difficile.
> être facile à interpréter, et permettre de dégager des tendances
et des enjeux ; 8 - Son caractère actualisable.
> refléter les modifications et les évolutions de l’environnement,
ainsi que des activités humaines qui provoquent ou concourent à
ces évolutions ; 7 - Fiche méthodologique pour construire
> permettre d’établir des comparaisons avec d’autres territoires
ou consolider un indicateur
pour aider ces derniers à connaître leur état d’avancement ;
> reposer sur une définition qui fait l’objet d’un consensus scien-
tifique et social ; La fiche méthodologique proposée dans ce cahier technique permet en la
> contribuer à un système de prévision et d’information ; remplissant de se poser les bonnes questions avant de construire un
> être accompagné d’une documentation adéquate ainsi que des indicateur :
informations permettant d’en comprendre la portée et les limites ;
> être actualisé à intervalles réguliers selon des procédures > La question de l’objectif de l’indicateur : quelle est son utilité pour la
fiables et définies. compréhension des situations et des enjeux associés ? (Sélectionner les
indicateurs qui répondent à un réel objectif).
> La question de la lisibilité de l’indicateur : les flux de données augmen-
tent rapidement dans notre société. Les indicateurs les plus synthétiques
6 - Huit critères pour bien définir un indicateur : et les plus lisibles se dégagent mieux dans le flot de données et peuvent
jouer un rôle.
1 - La pertinence de l’indicateur, c’est-à-dire son aptitude à mettre en > La question de l’actualisation dans le temps de l’indicateur : la définition
évidence certains phénomènes. envisagée pour l’indicateur permet-elle une actualisation dans le temps et
assure-t-elle ainsi la pérennité de l’indicateur ? (Préférer une information
2 - La faisabilité de l’indicateur : c’est-à-dire la question de la disponibi- moins fine mais pérenne).
lité des données qui constituent l’indicateur et de leur disponibilité dans le > La question des définitions communes : les termes utilisés pour définir
temps pour que l’indicateur soit actualisable. l’indicateur ont-ils la même signification pour tous les acteurs concernés ?
(Se mettre d’accord sur un dictionnaire commun et bien définir l’ensemble
3 - La fiabilité de l’indicateur : c’est-à-dire la valeur de l’indicateur en des termes).
termes de représentativité des dons.
En remplissant ces 19 rubriques vous pourrez aisément :
4 - La lisibilité : facilité d’interprétation.
> Construire votre indicateur.
5 - La cohérence : dans le temps et dans l’espace. > Définir votre indicateur le plus précisément possible.
> Vérifier sa pertinence, sa fiabilité et sa faisabilité.
6 - L’adoption concertée : débat sur la valeur de référence et l’objectif. > Vérifier qu’il correspond bien aux objectifs fixés.
> Diffuser, actualiser votre indicateur : cette fiche est une base de
travail assurant la pérennité de l’indicateur.
Une fois remplie, la fiche méthodologique permet de disposer d’un indica-
teur garantissant l’homogénéité des données correspondantes et ren-
dant possible une comparaison entre les collectivités.
Modèle Pressions - État - Réponses
Commentaires et limites de la méthode :
Pressions État Réponses
> Les sources de données utilisées par les collectivités peuvent
être différentes. La comparaison entre collectivités pourra, dans
Informations
ce cas, être difficile voire impossible.
> La comparaison entre deux années ne sera possible que si la
Activités État de Agents
méthodologie employée est la même d’une année sur l’autre.
> L’ensemble des 19 rubriques doit être renseigné le plus précisé- humaines l’environnement économiques et
ment possible et ce pour disposer d’un indicateur fiable et pertinent. et des ressources environnementaux
Pressions naturelles Informations

> Énergie > Air > Administration


> Transports > Eaux > Ménages
Le référentiel « Pression-État-Réponse » de l’OCDE
> Industrie > Sols > Entreprises
Les indicateurs peuvent être classés dans un référentiel comme
> Agriculture > Ressources > International
par exemple celui de l’OCDE « modèle Pressions-État-Réponses ». > Alimentation vivantes
Ressources Réponses
Ce modèle repose sur la notion de causalité : les activités humai- > Autres
de la
nes exercent des pressions sur l’environnement et modifient la société
qualité et la quantité des ressources naturelles. La société répond (décisions
à ces changements en adoptant des mesures de protection, de - actions)
dépollution.
Réponses de la société (décisions-actions)
> Indicateurs de Pression : ils reflètent la pression exercée par Source : OCDE
les activités humaines et/ou naturelles qui provoquent des chan-
gements sur le milieu.

> Indicateurs d’État : ils nous renseignent sur l’état des milieux
physiques, biologiques et humains sur lesquels s’exerce l’action,
avec des impacts spatio-temporels.

> Indicateurs de Réponse (réalisation) : ils permettent d’évaluer


les efforts consentis ou qui doivent être mis en place par la société
pour résoudre un problème.
EXEMPLES DE FICHES INDICATEURS
NOM DE LA COLONNE DÉFINITION

1 Thème Déchets ménagers et assimilés.

2 Sous-thème Collecte des déchets ménagers et assimilés.

3 Intitulé de l’indicateur Taux de population desservie par une collecte sélective d’emballages ménagers.

Il s’agit de connaître le nombre d’habitants ayant potentiellement accès à un service de collecte des déchets d’emballages ménagers par rapport à
4 Définitions de l’indicateur et des termes la population du territoire concerné.

> Population desservie : population potentiellement desservie et non pas population utilisant effectivement le service de collecte sélective.
> La collecte sélective prend en compte l’apport volontaire, comme la collecte en porte-à-porte pour les déchets d’emballages suivants :
verre, papier-carton ménagers, journaux-magazines, métaux, plastiques.

5 Objectifs de l’indicateur Suivre la montée en puissance de la mise en place des collectes sélectives.

6 Unité de mesure de l’indicateur Pourcentage.

7 Niveau de précision Aucun chiffre après la virgule.

8 Données de référence Voir plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés.

9 Données à mobiliser pour la construction de l’indicateur > Liste des communes desservies par la collecte sélective.
> Population par commune.
> Population totale desservie par la collecte sélective.

Mode de calcul Calcul réalisé par les organismes agréés.

10 Source des données > Producteur : organismes agréés : Eco-emballages, Adelphe, INSEE.
Origines des données différentes selon le département > Fournisseur : ADEME, sociétés agréées ou INSEE.
concerné : à préciser par le rédacteur de la fiche. > Réf. des données : données collectes sélectives 2003, recensement de la population 1999.
Pour tous : population issue du recensement général de la > Archivage de la donnée : données numériques.
population INSEE 1999 sans double compte. > Échelle territoriale de collecte : collectivités sous contrats avec les organismes agréés, communes.

11 Mise à disposition des données et droit de diffusion Gratuité pour les deux types de données.

12 Périodicité d’actualisation de l’indicateur Annuelle.

13 Date de création ou d’actualisation de l’indicateur 31 décembre 2004.

14 Mode de représentation Cartographique selon un nuancier de couleur scindé en tranches en fond de carte.

15 Échelle territoriale de l’indicateur Départementale.

16 Validation Oui. (indiquer l’origine de la validation).

17 Limites de l’indicateur Les collectivités qui ne sont pas sous contrat avec les organismes agréés Adelphe ou Eco-emballage ne sont donc pas incluses. On ne comptabilise
pas ici 100% de la collecte du verre. Le verre collecté seul n’est pas comptabilisé.
Attention à la notion de «population desservie». On entend bien la population ayant potentiellement accès et non pas celle utilisant effectivement le
service de collecte sélective.
Absence de données nationale sur la participation effective de la population.

18 Informations complémentaires -

19 Difficultés rencontrées -
NOM DE LA COLONNE DÉFINITION

1 Thème Déchets ménagers et assimilés.

2 Sous-thème Collecte de déchets ménagers et assimilés.

3 Nom de l’indicateur Taux de population desservie par une déchèterie.

4 Définition de l’indicateur Il s’agit du nombre d’habitants ayant potentiellement accès à au moins une déchèterie.

Taux de population desservie : nombre d’habitants ayant potentiellement accès à au moins une déchèterie/population totale du territoire concerné.
Déchèterie : espace servant à l’accueil des déchets ne pouvant pas être collectés de façon traditionnelle par le service de ramassage des déchets
ménagers et assimilés. Déchets d’origine ménagère essentiellement et parfois des artisans et commerçants.
Critères retenus par l’ADEME pour définir une déchèterie :
> présence d’un local et d’un gardien,
> existence d’un portail et d’une clôture,
> fermeture à clés en dehors des heures d’ouvertures.

5 Objectifs de l’indicateur Identifier les progrès à réaliser en matière d’équipement ; définir si de nouveaux investissements sont à réaliser ; déterminer si les objectifs fixés sont
atteints, notamment dans le cadre des plans départementaux d’élimination des déchets ménagers et assimilés.

6 Unité de mesure de l’indicateur Pourcentage.

7 Niveau de précision Aucun chiffre après la virgule.

8 Données de référence Voir plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés.

9 Données à mobiliser pour la construction de l’indicateur > Desserte de chaque déchèterie.


> Nombre d’habitants sur les communes desservies.

Mode de calcul = Somme des populations des communes desservies par au moins une déchèterie/population totale du territoire concerné.

10 Source des données > Producteur.


Origines des données différentes selon le département concerné : > Fournisseur : enquêtes déchèteries 2001, données numériques.
à préciser par le rédacteur de la fiche. > Référence des données : maîtres d’ouvrage de déchèteries (EPCI ou communes indépendantes), INSEE.
Pour tous : population issue du recensement général de la > Archivage de la donnée : ADEME, recensement de population 1999.
population INSEE 1999 sans double compte. > Échelle territoriale de collecte : données numériques.

11 Mise à disposition des données et droit de diffusion Gratuité pour les deux types de données.

12 Périodicité d’actualisation de l’indicateur À chaque enquête nationale de l’ADEME sur les déchèteries : périodicité variable : 1996-2001.

13 Date de création ou d’actualisation de l’indicateur 31 décembre 2002.

14 Mode de représentation Cartographique : selon un nuancier de couleur scindé en tranches en fond de carte.

15 Échelle territoriale Départementale

16 Validation -

17 Limites de l’indicateur - Une commune peut être desservie par plusieurs déchèteries. Aussi, lorsque l’on étudie la population desservie, il convient d’éviter les doubles comp-
tes. C’est pourquoi, le nombre d’habitants des communes desservies par plusieurs déchèteries est dans ce cas divisé par le nombre de ces déchèteries.
- Cet indicateur recense les communes «déclarées» comme desservies car adhérentes à une déchèterie ; il surestime sans doute la population
réellement desservie dans les faits.
- Les déchèteries réservées exclusivement aux déchets des professionnels sont exclues.
Absence de données nationales sur la participation effective de la population.

18 Informations complémentaires -

19 Difficultés rencontrées -
NOM DE LA COLONNE DÉFINITION

1 Thème Déchets ménagers et assimilés.

2 Sous-thème Collecte des déchets ménagers et assimilés.

3 Intitulé de l’indicateur Quantité d’ordures ménagères collectées par habitant et par an.
Indicateur de pression.
4 Définition de l’indicateur C’est la quantité d’OM au sens large et de déchets recyclables collectées par habitant et par an.

> OM au sens large : les ordures ménagères au sens large sont l’ensemble des déchets collectés par une benne au cours d’un circuit
non sélectif de ramassage de déchets ménagers. Ces déchets peuvent cependant renfermer pour partie des déchets commerciaux ou
de bureaux, qui ne sont pas d’origine ménagère.
> Déchets recyclables issus d’une collecte sélective : journaux-magazines, verre, métaux, plastiques, papiers-cartons, biodéchets
(Fraction Fermentescible des Ordures Ménagères - FFOM hors déchets verts).

5 Objectifs de l’indicateur Évaluer la politique de réduction à la source des déchets (prévention).


Suivre les évolutions de la quantité collectée.

6 Unité de mesure de l’indicateur Kg/habitant/an

7 Niveau de précision Aucun chiffre après la virgule.

8 Données de référence Voir plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés.

9 Données à mobiliser pour la construction de l’indicateur > Quantité d’OM entrant dans les installations de traitement des OM (centres de stockage, traitement thermique, traitement biologique,
refus de tri).
> Quantité de déchets collectée lors de la collecte sélective :
verre ; papier-carton ménagers ; journaux-magazines ; métaux ; plastiques ; biodéchets.
> Population de la zone concernée.

mode de calcul = somme des résultats de la CS + résultats ITOM/nombre total d’habitants.

10 Source des données Producteur : ADEME, Eco-Emballages, Adelphe, INSEE.


Origines des données différentes selon le département Fournisseur : ADEME, sociétés agréées ou INSEE.
concerné : à préciser par le rédacteur de la fiche. Référence des données : ITOM 2002, collecte sélective 2002, recensement de population 1999.
Pour tous : population issue du recensement général Archivage : données numériques.
de la population INSEE 1999 sans double compte. Échelle territoriale de collecte : exploitants des installations de traitement, collectivités, communes.

11 Mise à disposition des données et droit de diffusion Gratuité pour les 3 types de données.

12 Périodicité d’actualisation de l’indicateur Tous les 2 ans, années paires.

13 Date de création ou d’actualisation de l’indicateur 31 décembre 2003.

14 Mode de représentation Tableau d’évolution ou histogramme ou courbe d’évolution.

15 Échelle territoriale de la donnée Départementale.

16 Validation Oui (indiquer l’origine de la validation).

17 Limites de l’indicateur > Existence d’un pourcentage d’exploitants n’ayant pas répondu à l’enquête, les données précédentes sont alors utilisées.
> Absence de pesée pour certaines communes (estimation faite en volume).
Les données des centres de stockage ayant reçu moins de 3000 tonnes dans l’année écoulée, ne sont pas pris en compte dans l’enquête ITOM.

L’utilisation d’enquêtes «collectivités» auprès des collectivités permettrait d’avoir des données plus fiables que celles issues de l’enquête ITOM
18 Informations complémentaires (réalisée auprès des installations de traitement).

19 Difficultés rencontrées -
ÉCHELLE DE
NOM INDICATEUR DÉFINITION CALCUL DE OBJECTIF SOURCES DE DONNÉES
L’INDICATEUR

Collecte OM

Taux d’intercommunalité. Rapport entre le nombre d’habitants ou nombre de communes R, D. Connaître le niveau de transfert de la Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
appartenant à un EPCI / nombre d’habitants ou nombre de com- compétence. INSEE.
munes du périmètre considéré (département ou région).
Exprimer en %.
Répartition de la population par mode de ges- Rapport entre le nombre d’habitants dont le service est assuré R, D. Connaître le type d’organisation du Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
tion (régie, prestataire privé, prestataire par un mode de gestion défini (régie, prestataire privé, presta- service. INSEE.
public). taire public) / nombre total d’habitants du périmètre considéré
(département ou région). Exprimer en %.
Répartition des communes par mode de ges- Rapport entre le nombre de communes dont le service est R, D. Connaître le type d’organisation du Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
tion (régie, prestataire privé, prestataire assuré par un mode de gestion défini (régie, prestataire privé, service. INSEE.
public) prestataire public) / nombre total de communes du périmètre
considéré (département ou région). Exprimer en %.
Tonnage collecté Tonnage d’OM résiduelles collecté. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
Ratios de collecte par habitant Tonnage d’ordures ménagères résiduelles collecté ramené au R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
nombre total d’habitants du périmètre considéré. Exprimer en l’évolution dans le temps. INSEE.
LISTE D’INDICATEURS DÉCHETS (non exhaustive)

kg/hab./an.
Répartition du tonnage collecté en fonction de Rapport entre le tonnage de chaque filière (CET, UIOM, compos- R, D, E. Connaître les filières prépondérantes et Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
la filière d’élimination tage …) et le tonnage global collecté. Exprimer en %. voir l’évolution dans le temps.
Taux de couverture des besoins d’élimination Tonnage d’ordures ménagères collecté et éliminé dans le dépar- D. Voir si les départements sont autono- Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
tement / tonnage collecté dans le département. Exprimer en %. mes en unités de traitement (suivi des
plans).
Collecte sélective recyclables secs

Nombre de collectivités engagées Nombre de collectivités ayant un programme de collecte sélec- R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
tive multimatériaux (journaux-magazines, verre, emballages) sur Eco-Emballages, Adelphe.
le périmètre considéré.
Taux de couverture global Rapport entre le nombre d’habitants ayant accès à une collecte R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
sélective / nombre d’habitants total du périmètre considéré INSEE.
(département ou région). Exprimer en %.
Taux de couverture urbain (Cf. nomenclature Rapport entre le nombre d’habitants en zone urbaine ayant R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
INSEE) accès à une collecte sélective / nombre d’habitants total en zone INSEE.
urbaine du périmètre considéré (département ou région).
Exprimer en %.
Taux de couverture rural (Cf. nomenclature Rapport entre le nombre d’habitants en zone rurale ayant accès R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
INSEE) à une collecte sélective / nombre d’habitants total en zone rurale INSEE.
du périmètre considéré (département ou région). Exprimer en %.
Taux de couverture par mode de collecte Rapport entre le nombre d’habitants ayant accès à une collecte R, D. Connaître le type d’organisation du Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
(apport volontaire, porte-à-porte, mixte) sélective en apport volontaire, en porte-à-porte ou mixte/ nombre service. INSEE.
d’habitants total ayant accès à une collecte sélective sur le péri-
mètre considéré (département ou région). Exprimer en %.
Tonnage total collecté sélectivement Tonnage de recyclables secs collecté. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
Eco-Emballages, Adelphe.
Taux d’extraction Rapport entre le tonnage de recyclables secs collecté et le ton- R, D, E. Évaluer le niveau de détournement des Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
nage total d’ordures ménagères collecté (OM résiduelles + col- déchets de la collecte d’OM résiduelles.
lectes sélectives). Exprimer en %.
Ratios de collecte par habitant Tonnage collecté sélectivement ramené à la population desser- R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
vie. Exprimer en kg/hab./an. l’évolution dans le temps. Eco-Emballages, Adelphe, INSEE.
Ratios de collecte par habitant en fonction du Tonnage collecté sélectivement en apport volontaire ou en porte- R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
mode de collecte à-porte ramené à la population desservie en apport volontaire ou l’évolution dans le temps. Eco-Emballages, Adelphe, INSEE.
en porte-à-porte. Exprimer en kg/hab./an.
Ratios de collecte par habitant en fonction du Tonnage collecté sélectivement pour un milieu donné ramené à R, D. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
milieu (semi-urbain, semi-rural, rural) la population desservie tous milieux confondus. Exprimer en l’évolution dans le temps. Eco-Emballages, Adelphe, INSEE.
kg/hab./an.
Taux de refus sur les entrées centres de tri Rapport entre le tonnage de matériaux passant en refus après tri R, D, E. Évaluer la qualité du tri. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
et le tonnage de matériaux entrant sur le centre de tri. Exprimer Eco-Emballages, Adelphe, installations de trai-
en %. tement.
NOM INDICATEUR DÉFINITION ÉCHELLE DE OBJECTIF SOURCES DE DONNÉES
CALCUL DE
L’INDICATEUR

Tonnage recyclé Tonnage collecté déduction faite des refus et de la freinte. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
Eco-Emballages, Adelphe.
Taux de recyclage Rapport entre le tonnage de recyclables secs recyclé et le ton- Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
nage total d’ordures ménagères collecté (OM résiduelles + col- R, D, E. l’évolution dans le temps. Vérifier la Eco-Emballages, Adelphe.
lecte sélective). Exprimer en %. conformité aux objectifs nationaux.
Ratios de recyclage par habitant Tonnage recyclé ramené à la population desservie. Exprimer en R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
kg/hab./an. l’évolution dans le temps. Eco-Emballages, Adelphe, INSEE.
Ratios de recyclage par habitant en fonction Tonnage recyclé issu d’une collecte en apport volontaire ou en R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
du mode de collecte porte-à-porte ramené à la population desservie en apport volon- l’évolution dans le temps. Eco-Emballages, Adelphe, INSEE.
taire ou en porte-à-porte. Exprimer en kg/hab./an.
Ratios de recyclage par habitant en fonction Tonnage recyclé par matériau ramené à la population desservie. R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
des matériaux Exprimer en kg/hab./an. l’évolution dans le temps. Eco-Emballages, Adelphe, INSEE.

Collecte sélective biodéchets

Nombre de collectivités engagées Nombre de collectivités ayant un programme de collecte sélec- R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
LISTE D’INDICATEURS DÉCHETS (non exhaustive)

tive des biodéchets sur le périmètre considéré.


Taux de couverture global Rapport entre le nombre d’habitants ayant accès à une collecte R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
sélective / nombre d’habitants total du périmètre considéré INSEE.
(département ou région). Exprimer en %.
Taux de couverture urbain (Cf. nomenclature Rapport entre le nombre d’habitants en zone urbaine ayant R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
INSEE) accès à une collecte sélective / nombre d’habitants total en zone INSEE.
urbaine du périmètre considéré (département ou région).
Exprimer en %.
Taux de couverture rural (Cf. nomenclature Rapport entre le nombre d’habitants en zone rurale ayant accès R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
INSEE) à une collecte sélective / nombre d’habitants total en zone rurale INSEE.
du périmètre considéré (département ou région). Exprimer en %.
Tonnage total collecté sélectivement Tonnage de biodéchets collecté. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
Taux d’extraction Rapport entre le tonnage de biodéchets collecté et le tonnage R, D, E. Évaluer le niveau de détournement des Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
total d’ordures ménagères collecté (OM résiduelles + collecte déchets de la collecte d’OM résiduelles.
sélective). Exprimer en %.
Ratios de collecte par habitant Tonnage collecté sélectivement ramené à la population desser- R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
vie. Exprimer en kg/hab./an. l’évolution dans le temps. INSEE.

Déchèteries

Nombre de sites Nombre de déchèteries ayant ouvert au moins une journée dans R, D, E. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
l’année sur le périmètre considéré.
Taux de couverture global Rapport entre le nombre d’habitants ayant accès à une déchète- R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
rie / nombre d’habitants total du périmètre considéré (départe- INSEE.
ment ou région). Exprimer en %.
Taux de couverture urbain Rapport entre le nombre d’habitants en zone urbaine ayant R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
accès à une déchèterie / nombre d’habitants total en zone INSEE.
urbaine du périmètre considéré (département ou région).
Exprimer en %.
Taux de couverture rural Rapport entre le nombre d’habitants en zone rurale ayant accès R, D. Connaître le niveau d’accès au service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
à une déchèterie / nombre d’habitants total en zone rurale du INSEE.
périmètre considéré (département ou région). Exprimer en %.
Taux de fréquentation Rapport entre le nombre de passages sur une année / nombre R, D, E. Connaître le niveau d’utilisation du ser- Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
d’habitants desservis. Exprimer en visite/hab./an. vice.
Taux de maîtrise d’ouvrage publique Rapport entre le nombre de sites sous maîtrise d’ouvrage publi- R, D. Connaître le type d’organisation du ser- Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
que / nombre total de sites du périmètre considéré (départe- vice.
ment ou région). Exprimer en %.
Taux d’exploitation en régie Rapport entre le nombre de sites sous maîtrise d’ouvrage publi- R, D. Connaître le type d’organisation du ser- Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
que et exploité par la même structure/ nombre total de sites du vice.
périmètre considéré (département ou région). Exprimer en %.
ÉCHELLE DE
NOM INDICATEUR DÉFINITION CALCUL DE OBJECTIF SOURCES DE DONNÉES
L’INDICATEUR

Nombre d’emploi en équivalent temps plein R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
Taux de sites acceptant les déchets ménagers Rapport entre le nombre de sites acceptant les déchets ména- R, D. Connaître le niveau de service offert Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
spéciaux gers spéciaux (peintures, solvants, ampoules et néons…) / nom- pour la collecte des déchets ménagers
bre total de sites du périmètre considéré (département ou spéciaux.
région). Exprimer en %.
Taux de sites acceptant les professionnels Rapport entre le nombre de sites acceptant les professionnels R, D. Connaître le niveau de service offert Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
sous conditions / nombre total de sites du périmètre considéré aux professionnels.
(département ou région). Exprimer en %.
Taux de sites acceptant les professionnels Rapport entre le nombre de sites acceptants les professionnels / R, D. Connaître le niveau de service offert Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
sous conditions nombre total de sites du périmètre considéré (département ou aux professionnels.
région). Exprimer en %.
Tonnage total collecté Tonnage total collecté. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
Tonnage total collecté hors gravats Tonnage total collecté hors gravats. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
Tonnage total valorisé hors gravats Tonnage collecté orienté vers une filière de valorisation (hors R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
gravats). l’évolution dans le temps.
Taux de valorisation Rapport entre le tonnage collecté orienté vers une filière de valo- R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
LISTE D’INDICATEURS DÉCHETS (non exhaustive)

risation (hors gravats) / tonnage total collecté (hors gravats). l’évolution dans le temps.
Exprimer en kg/hab./an.
Apport par habitant Tonnage collecté ramené à la population desservie. Exprimer en R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
kg/hab./an. INSEE.
Apport par habitant hors gravats Tonnage collecté hors gravats ramené à la population desservie. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
Exprimer en kg/hab./an. INSEE.
Tonnage collecté par déchet Tonnage collecté par déchet. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
Tonnage valorisé par déchet Tonnage collecté par déchet orienté vers une filière de valorisa- R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
tion.
Apport par habitant par déchet Tonnage collecté par déchet ramené à la population desservie. R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
Exprimer en kg/hab./an. l’évolution dans le temps. INSEE.
Tonnage collecté par filière de traitement Tonnage orienté par filière de traitement (valorisation matière, R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
enfouissement, incinération, compostage …).
Apport par habitant par filière de traitement Tonnage orienté par filière de traitement ramené à la population R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
(valorisation matière, enfouissement, incinéra- desservie. Exprimer en kg/hab./an. l’évolution dans le temps. INSEE.
tion, compostage …)

ITOM

Nombre d’installations par type de traitement Nombre d’installations ayant ouvert au moins une journée dans R, D, E. Suivre l’état du parc. Observatoires locaux, ADEME, installations de
l’année sur le périmètre considéré par type de traitement (UIOM, traitement.
compostage, CET …).
Tonnage total entrant sur les installations Tonnage total entrant sur les installations d’un périmètre consi- R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
(transfert inclus) déré (département ou région). installations de traitement.
Tonnage total réellement traité dans les instal- Tonnage total réellement traité sur les installations d’un périmètre R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
lations (transfert inclus) considéré (département ou région). installations de traitement.
Tonnage de déchets ayant transité par un Tonnage total entrant sur les quais de transfert d’un périmètre R, D, E. Suivi de l’organisation des flux. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
quai de transfert considéré (département ou région). installations de traitement.
Valorisation énergétique de l’incinération Quantité d’énergie valorisée (autoconsommée et vendue) rappor- R, D, E. Suivi de la valorisation énergétique par Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
tée à la quantité d’énergie produite par les incinérateurs. rapport aux objectifs législatifs. installations de traitement.
Valorisation des mâchefers d’incinération Tonnage de mâchefers d’incinération valorisés. R, D, E. Suivi de la valorisation des sous-pro- Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
duits de l’incinération. installations de traitement.
Production de REFIOM Tonnage de REFIOM produit par les incinérateurs. R, D, E. Suivi de la valorisation des sous-pro- Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
duits de l’incinération. installations de traitement.
Organisation du service

Taux d’intercommunalité Rapport entre le nombre d’habitants ou nombre de communes R, D. Connaître le niveau de transfert des Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
appartenant à un EPCI / nombre d’habitants ou nombre de com- compétences. INSEE.
munes du périmètre considéré (département ou région).
Exprimer en %.
ÉCHELLE DE
NOM INDICATEUR DÉFINITION CALCUL DE OBJECTIF SOURCES DE DONNÉES
L’INDICATEUR

Taille moyenne des EPCI Taille moyenne des EPCI (en nombre d’habitants et de commu- R, D. Connaître la structuration des EPCI. Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
nes). INSEE.
Nombre d’EPCI par compétence exercée (col- Nombre d’EPCI qui exercent effectivement la compétence (en R, D. Connaître l’organisation du service. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
lecte, collecte sélective, déchèteries, traite- régie, par prestation de service ou par délégation).
ment)
Nombre d’EPCI statutaire Nombre d’EPCI dont les compétences déchets sont inscrites R, D. Connaître l’organisation du service.
dans les statuts mais qui ont transféré l’exercice à un autre
EPCI. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
Global

Tonnage total de déchets ménagers collecté Tonnage total de déchets ménagers collecté (OM résiduelles + R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
collectes sélectives + encombrants de déchèteries).
Taux de recyclage total des déchets ména- Rapport entre le tonnage de déchets recyclé (recyclage organi- R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
gers que ou matière) et le tonnage total collecté (OM résiduelles + l’évolution dans le temps. Vérifier la
collectes sélectives + encombrants de déchèteries). Exprimer en %. conformité aux objectifs nationaux.
Taux de recyclage matière des déchets ména- Rapport entre le tonnage de déchets orienté vers une filière de R, D, E. Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
gers recyclage matière (après centre de tri, résidus d’incinération…)
LISTE D’INDICATEURS DÉCHETS (non exhaustive)

et le tonnage total collecté (OM résiduelles + collectes sélectives


+ encombrants de déchèteries). Exprimer en %.
Taux de recyclage organique des déchets Rapport entre le tonnage de déchets orienté vers une filière de R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
ménagers traitement biologique sur déchets organiques et le tonnage total l’évolution dans le temps.
collecté (OM résiduelles + collectes sélectives + encombrants de
déchèteries). Exprimer en %.
Taux de valorisation énergétique des déchets Rapport entre le tonnage de déchets éliminé par valorisation R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
ménagers énergétique (UIOM avec récupération d’énergie, autre valorisa- l’évolution dans le temps.
tion énergétique) déduction faite des sous-produits d’incinération
(mâchefers, métaux, REFIOM) et le tonnage total collecté (OM
résiduelles + collectes sélectives + encombrants de déchèteries).
Exprimer en %.
Taux de valorisation global des déchets Somme du taux de recyclage total et du taux de valorisation R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
ménagers énergétique. l’évolution dans le temps.
Taux d’enfouissement (classe 2) Rapport entre le tonnage de déchets orienté vers un centre de R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
stockage autorisé (y compris les refus de traitement des usines l’évolution dans le temps.
d’incinération, plates-formes de compostage et centres de tri) et
le tonnage total collecté (OM résiduelles + collectes sélectives +
encombrants de déchèteries). Exprimer en %.
Ratios de collecte par habitant Tonnage collecté (OM résiduelles + collectes sélectives + R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
encombrants de déchèteries) ramené au nombre total d’habi- l’évolution dans le temps. INSEE.
tants du périmètre considéré. Exprimer en kg/hab./an.
Ratios de collecte par habitant collecte tradi- Tonnage d’ordures ménagères résiduelles collecté ramené au R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
tionnelle nombre total d’habitants du périmètre considéré. Exprimer en l’évolution dans le temps. INSEE.
kg/hab./an.
Ratios de collecte par habitant collecte sépa- Tonnage collecté en collectes séparatives (recyclables secs, bio- R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
rative (recyclables secs, biodéchets et encom- déchets et encombrants de déchèteries) ramené au nombre total l’évolution dans le temps. INSEE.
brants de déchèteries) d’habitants du périmètre considéré. Exprimer en kg/hab./an.
Répartition du tonnage en fonction du mode Rapport entre le tonnage de chaque mode de collecte et le ton- R, D, E. Connaître la part de chaque mode de Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
de collecte (collecte traditionnelle, collecte nage global collecté. Exprimer en %. collecte.
recyclables secs, collecte biodéchets et
encombrants de déchèteries)
Flux interdépartementaux de déchets Tonnages de déchets produits sur un département et traité sur R, D. Identifier les flux de déchets interdépar- Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
un autre. tementaux et les mettre en corrélation installations de traitement.
avec les capacités de traitement de
chaque département.
ÉCHELLE DE
NOM INDICATEUR DÉFINITION CALCUL DE OBJECTIF SOURCES DE DONNÉES
L’INDICATEUR
Financement

Répartition des modes de financement en Rapport entre le nombre d’habitants par mode de financement R, D, E. Connaître le type d’organisation du ser- Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
fonction de la population du service déchets (TEOM, REOM, budget général) / nombre vice. INSEE.
total d’habitants du périmètre considéré (département ou région).
Exprimer en %.
Répartition des modes de financement en Rapport entre le nombre de communes par mode de finance- R, D, E. Connaître le type d’organisation du ser- Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
fonction des communes ment du service déchets (TEOM, REOM, budget général) / nom- vice. INSEE.
bre total de communes du périmètre considéré (département ou
région). Exprimer en %.
Taux de transfert du financement du service à Rapport entre le nombre d’habitants dont les communes ont R, D. Connaître le type d’organisation du ser- Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
une structure intercommunale en fonction de transféré le financement du service à une structure intercommu- vice. INSEE.
la population nale / nombre d’habitants du périmètre considéré (département
ou région). Exprimer en %.
Taux de transfert du financement du service à Rapport entre le nombre de communes ayant transféré le finan- R, D. Connaître le type d’organisation du ser- Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
une structure intercommunale en fonction des cement du service à une structure intercommunale / nombre de vice. INSEE.
communes communes du périmètre considéré (département ou région).
Exprimer en %.
LISTE D’INDICATEURS DÉCHETS (non exhaustive)

Produit prélevé global Montant total des prélèvements fiscaux effectués au titre du ser- R, D, E Suivre l’évolution dans le temps. Centres départementaux d’Assiette, bureaux
vice déchets. du contrôle budgétaire (préfectures), observa-
toires locaux, collectivités, ADEME.
Produit prélevé au titre de la TEOM Montant total des prélèvements fiscaux effectués par la TEOM. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Centres départementaux d’Assiette, observa-
toires locaux, ADEME, collectivités.
Produit prélevé au titre de la REOM Montant total des prélèvements fiscaux effectués par la REOM. R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Bureaux du contrôle budgétaire (préfectures),
observatoires locaux, ADEME, collectivités.
Produit prélevé au titre de redevances spécifi- Montant total des prélèvements fiscaux effectués par les rede- R, D, E. Suivre l’évolution dans le temps. Bureaux du contrôle budgétaire (préfectures),
ques vances spécifiques (redevance spéciale, redevance camping). observatoires locaux, ADEME, collectivités.
Pression fiscale globale par habitant Montant moyen prélevé par habitant. Exprimer en €/hab. R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Centres départementaux d’Assiette, bureaux
l’évolution dans le temps. du contrôle budgétaire (préfectures), observa-
toires locaux, collectivités, ADEME, INSEE.

Pression fiscale par habitant en fonction du Montant moyen prélevé par habitant selon le mode de finance- R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Centres départementaux d’Assiette, bureaux
mode de financement ment (TEOM ou REOM). Exprimer en €/hab. l’évolution dans le temps. du contrôle budgétaire (préfectures), observa-
toires locaux, collectivités, ADEME, INSEE.

Pression fiscale par habitant en fonction du Montant moyen prélevé par habitant selon le classement de sa R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Centres départementaux d’Assiette, bureaux
milieu commune (semi-urbain, semi-rural, rural). Exprimer en €/hab. l’évolution dans le temps. du contrôle budgétaire (préfectures), observa-
toires locaux, collectivités, ADEME, INSEE.

Pression fiscale par habitant en fonction du Montant moyen prélevé par habitant selon le type d’intercommu- R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Centres départementaux d’Assiette, bureaux
type d’intercommunalité bénéficiaire nalité bénéficiaire (syndicat, communauté d’agglomération, com- l’évolution dans le temps. du contrôle budgétaire (préfectures), observa-
munauté de communes) à laquelle appartient sa commune. toires locaux, collectivités, ADEME, INSEE.
Exprimer en €/hab.
Pression fiscale en euros par tonne collectée Rapport entre le produit global prélevé et le tonnage total de R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Centres départementaux d’Assiette, bureaux
déchets ménagers collecté (OM résiduelles + collectes sélectives l’évolution dans le temps. du contrôle budgétaire (préfectures), observa-
+ encombrants de déchèteries). Exprimer en €/tonne. toires locaux, collectivités, ADEME.
Coût moyen par habitant Montant moyen par habitant des dépenses liées au service R, D, E. Comparer à d’autres périmètres. Suivre Observatoires locaux, ADEME, collectivités,
déchets. Exprimer en €/hab. l’évolution dans le temps. INSEE.
Taux de couverture des dépenses par les pré- Rapport entre les prélèvements (REOM, TEOM, …), les recettes R, D, E. Connaître la part du budget général Observatoires locaux, ADEME, collectivités.
lèvements et les recettes de service de service (ventes matériaux, CNASEA, soutien Eco-Emballages…) dans le financement du service.
et les dépenses totales. Exprimer en %.
ÉCHELLE DE
NOM INDICATEUR DÉFINITION CALCUL DE OBJECTIF SOURCES DE DONNÉES
L’INDICATEUR
DÉCHETS DE LA RESPONSABILITE DES
COLLECTIVITÉS

Première destination des déchets de la res- “Les déchets de la responsabilité des communes sont : R, D, E. Aide au suivi des PDEDMA. ADEME , Observatoires locaux, Eco-emballa-
ponsabilité des collectivités (en tonnage et/ou - les ordures ménagères et les déchets des artisans, commer- ges, Adelphe, SATESE.
pourcentage) çants et professions libérales collectés avec,
- les déchets verts des particuliers et des espaces publics,
- les déchets ménagers spéciaux,les encombrants,
- les boues de stations d’épuration urbaines.
La destination des déchets considérée ici correspond à leur pre-
mière destination, c’est-à-dire que :
- les quantités indiquées dans les filières de recyclage matière et
biologique correspondent aux quantités de déchets entrants
dans ces installations ; les refus de tri et de compostage ne sont
pas déduits ;
- les quantités indiquées en stockage ou en incinération s’enten-
dent hors refus de tri ou de compostage mis en définitive en
décharge ou incinérés ;
LISTE D’INDICATEURS DÉCHETS (non exhaustive)

- les quantités indiquées en stockage s’entendent hors mâche-


fers ;
- les quantités recyclées ne comprennent pas les métaux récu-
pérés sur mâchefers ou compost.”
Destination finale des déchets de la responsa- “La destination des déchets considérée ici correspond à leur R, D, E. Aide au suivi des PDEDMA. ADEME , Observatoires locaux, Eco-emballa-
bilité des collectivités (en tonnage et/ou pour- destination finale, c’est-à-dire que : ges, Adelphe, SATESE.
centage) - les quantités indiquées dans les filières de recyclage matière et
biologique correspondent aux quantités de déchets sortants de
ces installations ; les refus de tri et de compostage sont déduits ;
- les quantités indiquées en stockage ou en incinération s’enten-
dent y compris les refus de tri ou de compostage mis en défini-
tive en décharge ou incinérés ;
- les quantités recyclées comprennent les métaux récupérés sur
mâchefers ou compost ;
- les quantités indiquées en stockage s’entendent hors mâche-
fers”.

BOUES DE STATIONS D’ÉPURATION

Production de boues par les stations d’épura- Quantités de boues produites par les stations d’épuration des R, D, E. Suivi des quantités de boues à gérer. SATESE, DDASS, agences de l’eau.
tion collectivités (hormis les lagunes et jardins filtrants), exprimées en
tonnes de matières sèches. Quantités de boues produites par les
stations d’épuration (hormis les lagunes et jardins filtrants), expri-
mées en tonnes de matières sèches.
Valorisation des boues de stations d’épuration Part des boues produites par les stations d’épuration qui sont R, D, E. Suivi de la valorisation des boues. Aide SATESE, DDASS, agences de l’eau.
en Bourgogne destinées à être recyclées en agriculture, après étude préalable au suivi des PDEDMA.
à l’épandage et avec un suivi agronomique. Cet indicateur prend
également en compte les quantités de boues qui font l’objet
d’une valorisation agronomique dans d’autres domaines que
l’agriculture (après compostage par exemple). Part des boues
produites par les stations d’épurations qui font l’objet d’une valo-
risation agronomique (après compostage par exemple).