Vous êtes sur la page 1sur 14

LA $Êlto C(fir\L

ATrt€tfi ad ÀlA

DAÀtçoeS utnr.ulcLs gDtâr(tÊ"

ECOLL

AthènesausiècledePériclès

La naissancede la démocratie Au vI" siècleavantJésus-Christ,Athènes estunecité aristocratiquegouvernéepar un petitnombredegrandspropriétaires. Mais cesderniersdoiventpeuà peu accepterqueleslois soientécriteset que pauweset richesaientlesmêmesdroits. Toutle mondepeutalorsparticiper augouvemementdela cité : c'est la démocratie.La sociétéathénienne restecependantinégalitaire: lesfemmes n'ont pasle droit devote et lesplus richesfamilles contrôlent de fait le pouvoir.

l-es:éitoyens

Seréunissentsur

laPnyx'enune

assemblée

appeléeI'ecclésia. oourexécuter

Peuventproposer lesdécisions

deslois.

L€smagistrats

Sontdésignés

chaqueannée

parlescitoyens

prisesparle

peuple.

PourlesGrecs.I'esclave n'est pas unhomme,c'est

Lestravaux les plus durs luisontréservés.

Lesstratèges

MagistratsIes

plusimportants,

ilsdirigent

I'armée,les

financesetla

diplomatie.

Sontsurveillés

parI'ecclésia.

liîiiiistratège

ffryS

:iî,:îrj,Ï:il";î"fuæ

ffi*t.'"."',:.,r

appelésièclede

à protégerleslibertésacquises, encouragele commerceet favorisetout ce qui permetd'enrichir la cité. Convaincuquecetessorne peutse réaliserquedansla paix, il doteAthènes

d'unepuissantearméepour la protéger. Lesplusgrandsartistesde l'époque travaillent soussoncontrôle. Sur l'Acropole,il fait édifier le

Périclès.Il s'attache

En 429avantJésus-Christ,

il meurt,victime de la pe:

Métèqueset esclaves Lesmétèquessontlesétrangersvivant

à Athènes.Au nombrede 60 000,

ils nepeuventni participerau gouvernement dela cité,ni posséderdesterres,ni épouser uneAthénienne.Ils sontartisansou commerçants.200 000 esclavesvivent

à Athènes.Ils appartiennentà I'État,

auxcitoyensou auxmétèques.Ce sontdes prisonniersdeguerreou desfils d'esclaves. P.endantque métèqueset esclavestravaillent pour eux,les40 000 citoyensd'Athènesse

consacrentà la vie politique.

l

1

t

d

COLLLGL

[e fonçtionnçrnsn? ds lq d6meercrtlçEtft#nlenns

À U

est une démocratie. Le gouvernement de la cité est exercé par tous les citoyens qui participent eux-mêmes

à I'assemblée où sont prises toutes les décisions concern.rnt la vie de leur cité. Mais la qualité de citoyen n'est accordée qu'à un nombre restreint d'habitants d'Athènes.

nrr du vf

siècle av. J.-C., Athènes

Êtracttsy*n à Atùèncs

)ur

tentsenviron que compte la cité d'Athènes auv'siècleav.J.-C., seuleune minorité

(40000)possèdela

qualité de citoyen.Le citoyen estun homme libre. Il doit être né d'un père citoyen athénien et d'une mère fille de citoyen.Un jeune homme ne devient

citoyen

accomp[ sonservrce militaire entre 18 er 20 ans.La possession d'une terre n'estpas obligatoire,mais seulle citoyen peut en posséder une.Lui seulparticipe aux décisionsconcernanr la cité. Le3citoyens, quellesque soient leurs richesses,sont égâux devantla loi. Si le citoyen a desdroits,il a égalementdesdevoirs.

218

les300000 habi-

.qu'après avoir

Il doit défendresacité par lesarmes;il a le droit, maisaussile devoir d'assisteraux ouatreréunions men- ùe[es de l'ecclésia(assemblée descitoyens)et il prend part au culte poliade en I'honneur du dieu protecteur de sacité. x

ks juges ile I'Heliée iléciilent ile la sententeauec iles jetons ile bronze; la tige creusesignife I' acquittement et la tigepleine, commeici, la conilamnation,

La elepsyiheest une horlogeà eauqui m se'

viilait muureie'tà^ps'::,ti,':,

le parole au' trit)u.naî.

ii'i.

'.:-

''1':i+,,"::

,.",,.1f"

,;Ei

i

i

i r.

P:

I

t

Periclès,êlu stratègequinze Jois de suite, fait uoterI'inilemnitépour lesjures et

:*eegouvernement est I'affaire de tous. Les citoyens athéniens parti- cipent à I'assembléeou ecclésiaqui se réunit sur la colline de la Pnyx. L assembléediscute et vote les lois, elle décide de la guerre ou de la paix. On vote à main levée après discussion, chacun peut prendre la parole.L,ecclésiapeut décider I'exil pour ceux qui menacent la démo- cratie. Chaque citoyen rnscrlt sur un tesson de céramique I'os- trakon, le nom de celui qu'il veut exiler.

un conseilpermanent,

la boulê,composéde

500 citoyenstirés au sort,prépareleslois.

II seréunit surI'Agora. Pour faire appliquerles décisionsde I'assemblée, desmagistratssont dési-

gnéspar tirâgeau sort touslesans.Seulslesdix stratègesqui dirigent I'arméesontéluset rééligibles.Le tribunal de l'héliée,qui rendla justice, esrconsriruéde 6000 citoyens.Ceux-ci reçoiventune indem- nité.Cependanr,seule une minorité de

. In eonstructioniles monummtsde

I'Acropole.

$Sû qv. J,-e"

Réforme de Clisthène:

tous les hommes libres

sont citoyens, ils parti-

cipent à I'ecclésia.

rl"$S cv. J,-*,

Périclès,stratège,fait attribuer une indem-

nité journalière

aux

jurés des triburraux populai.res.

rû41[ sv. J

4"

Périclès est de nouveau élu stratège; il le sera quinze fois dè suite.

Le* cxclus de lq d*moerqflc

L

ou-o

r,ieathé-

sanset des commer- çants. S'ils ne peuvent pasparticiper aux déci- sions.politiques, ils,sont reconnus cotnme Cles hommes libres,paient desimpôts, participent à la défense de la cité et à la vie religieuse. Les esclavesn'ont aucun droit. Certains appartiennent à l'Émt, mais la n-rajorité tra- vaille pour des familles athéniennes.Les esclavessont considérés coûrme des<instrumens animés,>,qui font le travail. s

nienne ne concerne qu'une perite partie des habitants de la cité: les femmes,les métèques et les esclavesen sont exclus.Les femmes, épousesde citoyens, n'ont pas de droits poli- tiques.Elles s'occupent des travaux domes- tiques.Eiles transmet- tent cependant lâ citoyenneté et partici- pent à la vie religieuse. Les métèques sont des

vivent à Athènes. Beaucoup sont des arti-

citoyensparticiperéelle- non-Athéniens qui

ment à I'assemblée,

lescitadinssurtout.H

Dico .,}

ogoro ocité o citoyenoecclésiqr héliée. ostrocismeopêricrès2 79

Lq v$eeivfiqueè AthèrTe$

Placée sous le regard des dieux et, plus particulièrement, de la déesseAthéna, la vie civique est ponctuée par des fêtes religieuses auxquelles participent tous les citoyens. Elles rythment en effet le calendrier de la cité et contribuent à renforcer son unité.

L"Aeropole. mirqir

F]J lJ abordcitadelle fortiûée,I'Acropole qui domine la ville d'Athènes devient une colline sacrée,demeure desdieux protecteursde la cité.Au rr siècleav. J.-C., Périclès fait voter par I'ecclésiaun projet de grandstravaux ûnancéspar le trésordes alliés.LAcropole se

de

220

lq cit6

couwe de monuments de marbre blanc en particulierle Parthénon. Ce temple dêdiê à la déesseAthéna estI'ceuwe

de I'architecteIctinos et

du sculpteur Phidiasqui

coordonnaI'ensembledes travaux,Il abrite une stâ- tue de la déesse,couverte d'or et d'ivoire.r

[es pono]hénées

P ntat., réalisele décor

sculptédu Parthénon, dontla frisedespana-

thénées.Celle-cirepré-

sentela procession

organiséechaqueannée en I'honneur d'Athéna, déesseprotectrice de la cité. La processiontra-

versela ville et s'achève à I'Acropole. Conduite par lesmagistrats,elle réunit toute la popula- tion d'Athènes: citoyens, femmes,métèques.

A cette occasion.des

jeunesfilles offrent à

Athéna une tunique qu'ellesont brodée et

dont on habille la statue. Des animaux destinés aux sacrificessuiventle cortège.Le plus spectâ- culaireestI'hécatombe au cours de laquelle on immole cent bceu6 à la suite.Touslesquatreans, lespanathénéesrevêtent un éclatparticulier:

ce sontle.sgrandespana-

thénées.A cette occasion,desconcours sportifi et musicaux sont orgâmses.I

On pétrètredansI'enceinte sacréepar ilesportesmonu- mmtala, lesPropylées, Unegigantesquestatue enbronzeil'Athéna accueillele fidèle.

t&t$frtrçsc *emics de tE aîtd

e théâtre est lié

au culte de Dionysos.

A Athènes. lors des

grandes dionysies, un concours est organisé. Des citoyens parmi lespius riches sont

chargés de I'organi- sation du spectacle

et en assurent les

frais.D'autressont tirésau sortpour composerlejury qur recompense lesmeilleures pièces.Chaque auteurdoit présenter trois tragédies et une comédie.

A l'origine, seul un

chæur chante des poèmes sacréssur une esplanade semi- circulaire : I'orchestre. Les acteurs,peu nom- breux, se donnent la réplique sur une scène

surélevée et dialoguent avec le chæur.Tous les rôles sont tenus par des hommes. Les soecta- reursse reumssent

durant trois iours dans

des théâtres -en olein

air. La tragédie èst à

I'honneur

Sophocle ou Euripide, qui abordent des ques- trons graves,comme la puissance des dieux ou

le gouvernement

cité. La comédie cri- tique les mceurs de la

avec Eschyle.

de la

société,commedans lesGuêpes,une pièce d'Aristophane. Le théâtrecontribue ainsià l'éducationdu citoyen.La plupart des

grands sanc- tuarresont leur théâtre. r

De nombreuses statues il'Athéna, la iléessepoliade (celle qui protège la cité), se dressentsur I'Acropole, comme

cetteAthéna ilue au sculpteur Phiilias.

Dico {

Acropoleo citér ecclésio.ponathénées

Les femmes ne sontpas autoriséesà montersur scène. Tbus les rôIessont ilont tenuspdr ileshomma qui portent desflasques et da chaussuresà semel- le qtaLssepour se

;. 'ï:i\

grandir

221

L/cÉt

l

,

o

e$oyem*et

non*eltçVen$ en Snèeç

Le terme de citoyen, qui ne s'applique

qu'à

d'Athèo", au v" siècle' recouvre des réalités diftrentes selon l'âge et le sexe' La participation politique, un des asPects

est réservée aux hommes'

de Îa citoyenneté, En conséquence,

une minorité des 400 000 habitants

les femmes et les enfants

en sont exclus, comme les métèques

et les esclaves.

Qqi ssnt

los clioynn*?

I

La citoyenneté à Athènes

s'exeLcedansle cadre de

circonscriptions, créées Par Clisthène (2" moitié du

s.av.J.-C.).Pour être

inscrit dansI'un des

139 dèmes et donc

appartenirà I'une des

dix tribus,Ie jeune homme

de dix-huit

prouver, depuis la réforme de Périclès,qu'il est nê non seulentent de Père citoyen, mais ausside mère ûlle de citoyen. Après deux annéesd'exer- cicesphysiqueset mili- taires,il devient citoYen à palt entière:il a le droit de parnciperaux Gtesreli-

vf

ans doit

gleuses,a la vle Polltlque

et d'être propriétaire fon-

cier. ll ne peut Plus être mis en esclavage Pour dettes.Enfin, il a le devoir de défendre sa cité.Uaccèsà la citoYett- neté estfermé. m

194

Lçelammes q$x

msr*ôsda lo cit6

I

(( lpes femmes, rnêne Iorsqu'eiles sont liées aux citoyens en tant que mères,épousesou ûlles, sont des citoyennes mineures. Àinsi, elles ne parricipent Pas à la vie politique. Elles n'ont Pas be peisottnalité juridique et ne peuvent posseoer aucun bien à usage oroductif. Elles sont toute Îeur vie sousla tutelle d'un hom-me,d'abord leur père,puis leur mari. F.*.t légitimes,elles transnettent la crtoYennete et occupent une Place essentielleau cæur de la nraison Q' oikos)constituée desbiens et de toutes les personnesqui Y vivent. Elles sont cePendantasso- ciéesà la vie religieusede la cité et peuvent accéder librement aux sanctualres publics. Leur présenceest ittestée dansles grat-rcles

À Athènu la femme règne

srr lbikos, la mdison.

Citcymnemineure,elle Parti'

cipetoutefoisà

la uie teli-

sort.dorc

gîrrt, dï to cité4

dc sondomaineréservê.

Ëtes civiques.Certaines leur sont réservées,

par exemple les thesmo- phorles, consacrees a

bé*ét

fertilité. Au cours de ces fêtes,les femmes âccom- plissentdesrites qui sont Îiét à 1" fertfité et à la

la déessede la

,

{écondité, essentiels à la survie d'Athènes. s

x,esexclus : mêtèques et eEctcves

I

Les cités grecques reconnnaissentaux étrangers qui y sont domiciliés (métèques à Athènes, parolÈoiailleurs) certains avantages,mais leur imposent également descontraintes. Les étrangers résidant plus d'un mois à Athènes doivent être recensés comme métèqueset être parrainéspar un citoyen. Ils sont environ 130000, c'est-à-direalrtant que les citoyens au sensiarge. Les étrangerssont protégéspar la cité, Prennent part à la vie culturelle, mais ne participent pasà la vie politique. lls ne peuvent être propriétaires fonciers, doivent payer un impôt (capitation)et défendre Athènes,uniquement comme hoplites (fantas- sins)ou rameurs,I'accès

à la cavalerie leur étant fermé. Souvent mar- chands,ies métèques représentent une force économique essentiel. Les esclaves,principale- ment d'origine barbare, ne sont considérés que comme de simples objets animés.C'est pourquoi ils peuvent être vendus ou achetés par des particuiiers ou par la cité eile-même. Toutefois,ils jouent un rôle important dans la vie d'Athènes en raison de leur travail domestique ou de leurs activités productives à la campagne,dans les mines du Laurion et dans les chantiers de construction. Ces uesclaves-marchandisesI n'ont aucun droit et ils sont rarement affranchis. *

Dico {

citéo citoyen. métèque

Chaquecitoyend'Athènes esttenu ile s'armetet de s'ëquipu à ses ftais. Ixs citoyensile classeinJérieure, qui n'en ont pas les moyens, serventsur les trières,

S;S&srf!

"fi"*C,

Solon supprime I'escla-

vage pour dettes. Il partage les citoyens en quatre classes:penta-

cosimédimmes, hippeis, zeugiteset thètes.

$#,&-S#fsw'.&.-q"

Clisthène divise I'Attique en 139 circonscriptions, les dèmes, chargéesde dresserla liste des citoyens et regroupées en trois régions: la Ville (Astu), I'Intérieur (Mésogée) et la Côte (Paralie).

&"$,1&w.,&.*C.

Périclès limite I'accès à

la citoyenneté en impo- I sant que la mère soit elle- i imême fille de citoven. i

I

1,.-

_--.-*"-.-*------

195

ii

iii

&,*

,ii

:ii

te fqmeflcnne'mqnt

de lc d6nruççrçtiecthfinienne

La démocratie athénienne repose sur la parti- cipation directe des citoyens à la vie politique. Pour permettre aux plus pauvres de se consa-

crer aux affaires de la cité, Périclès institue le misthos, un salaire en échange de leur partici-

pation à la vie de la cité. Mais

dirigée par ceux qui maîtri- sent I'art de la parole.

celle-ci

est

It kleroterionest une machineà tfuerau sort, danslaauelleon introdui- saitdes'jetonsportant les nomsile eeuxqui cottsti- tueruientle tribunal,

Une 6gelité

de principe

t

Les citoyensont le devoir d'exercer despouvoirs et de proposer deslois. Tous peuvent, à tour de rôle, commander et être commandés.L ecclésia, l'assembléedes citoyens, se réunit sur la colline de la Pnp< quatre fois par mois, ce qui nécessite une disponibilité que seule con{èrela richesse:or, tous les citoyensne sont pas égau:i dwant la fornrne.

Lesguerresnrédiquesfont progr-esserla démocratie en ouvrânt les affaires de la cité aux plus humbles. En effet, la victoire de Salamine

à démontré le rôle

de la flotte dansla défense d'Athènes et donc celui des rameurs recrutés parmi lescitoyenslesplus pauvres.Le trésor de la Liguede Délos permet

à Péricièsd'instituer

le misthos.m

196

Ses lnsflt$iions

çuvar*ç$ ù totts

I

fce ttrageau sort,

considéré cornrne une

intervention

garantitle lonctionne- ment desinstitutions. I1s'effectueen Procédant au tirage dans deux

urnes,I'une contenant

des fèves,I'autre des

noms. Pour être retenu, un nom doit être associé à une fève blanche. C'est ainsi que sont désignés les membres de la boulê,

un conseil populaire de 500 personnesâgées

des dieux,

de plus de 30 ans.La boulê prépare ie travail de I'ecclésiaqui vote, à main levée,leslois et la guerre.Pour lesdécisions importantes il faut qu'au moins 6 000 citoyens soientprésents.Pour la justice, on retrouve le tirage au sort effectué à I'aide du klérotérion et la participation équilibrée des tribus dans l'héliée (tribunal).Les6 000 héliu- tessont répartis entre les diflérents tribunaux. 6

ruffi

rc;Ése

,ryWq.

EMPIRE

PERSE

tt'

*ffi;*:

@n{9*

"

M,êdilerronée

il citésdeloligue

I Athènes

deDêlos

ffi

liguedeDélos

botoilles

l " guerremédique

2eguenemédique

Après la défaiteiles Perses à Platêe,en 479 au.J.-C., lesAthéniens Jondent la ligueile Délos.

5,94,qtl;.[.-C.

Solon instaure I'isono- mie, des lois semblables pour tous les citoyens.

S,O8'.$&7 qmr,ft.*e

Clisthène met en place I'ostracismeet la boulê.

49S cry".1"-C.

Victoire des hoplites contre les Persesdu roi Darius à Marathon.

4.SQEnr"J"*{.

 

Victoire

des Grecs

contre les Persesde

L'*rgoniso,tiq,fldu pouv,o,irr

Xerxès à Salamine.

t

kâ L curecÛonellecuveoe la cité est à la charge des mâgistrâts.Iis appartien- nent aux riches famiiles. Leur fortune leur permet d'être disponibles et instruits. Les magistrats ont plus de trente anset sont,selonieurs charges, tirés au sort ou élus. Seulesles magistratures électivesne sont paslirni- téesà deux ôis. C'est le caspour les dix stratèges

L'ostraleon, Sur ce tesson de poterie, les citoyens athéniens inscriuaient Ie nom de eelui qu'ils jugeaient dangereux pour la démoeratie; ici Thémistocle.

qui commandent I'armée et la flotte: ils désignent un président, mais sont tous responsablesdevant l'ecclésia.Celle-ci conserve donc sasouveraineté, mais peut être influencée par de brillants orateurs cornne, par exemple,lors de la procédure annuelle de I'ostracisme.*

4.,P* qsr

g"*C"

Victoire des Athéniens contre les Persesà Platée.

43Tsw.".!.*q.

Mise en place de la ligue de Délos: les cités alli[ss fournfu3snli Athènes hommes et navires.

.4$'Sc.*,$.-{.

Périclès(495-

429) est élu stratège. Il occupera cette fonc- tion plusieurs foisjusqu'en 444, puis, tous les ans jusqu'à samort.

[iqg

{

cité o citoyeno démocratie. ecclésioo ostrocisme

197

Lespano?hên6*$I un eulteelvlque

Ë.,*".

'

fêtesrlligieuses d'Athènes. Données tous les ans

Les panathénéesétaient

I'une des principales

en I'honneur

d'Athéna,

la déesse protectrice

de

la cité. elles étaient aussi I'occasion d'intégrer

dans la vie d'Athènes

les femmes et les métèques,

qui participaient

à la procession,

ej de montrer

àux cités alliées la puissance d'Athènes'

Lecults de lo déasse

poliode

Flrrri",rn

fêtessont

dédiéesàAthéna,la

déessepoliade,c'est-à-

dire cellequi

la cité.La plusimportânte

de I'annéeestcelledes

Protège

Athéna est la fille de Métis et de Zeus.Elle estsortiearméeet eas- auéedu erânede son

itar".

vier aux Athéniensqui

nt,

a olfert I'oli-

a étê jugé plus beau, Par

lesdieux,que le cheval proposépar Poséidon.

l-'aspaeeciviqued'Afhènes

Â

^rnu,r.r,leslieux

de la vie civique_sontaust dessanctuaires.C'est la cité qui s'occupe desaffaires religieuses en votant les budgets de construction des temples ou en fixant le calendrier desfêtes. Les citoyensles plus riches doivent, à tour de rôle, financer certains cultes. D'autre part, chaque réunion de I'ecclésia

(assembléedes citoyens) comnrence par dessacrifices

et

Il

les tribunaux. La religion

et la politique sont étroi-

tement mêlées.IJAcroPole est le clornainedesdieux.

Adréna, à laquelle Plusieurs ternplessont consacrés,

y oic,tpe une place

de choix. C'est ici que se trouve I'olivier sacré.x

desrites Purificateurs.

en estde même Pour

panathénées.Tous les quatre ans.ellesacquiè- rent un faste encore plus grand: ce sont alors lesgrandespanathénées. Elles se déroulent à la fin de juillet ou au début d'août. Elles se composent de sacrifices, de jeux et de concours. Les vainqueurs reçoivent des amphores contenant I'huile des

oliviers sacrés.Toutefois, le but principal est de revêtir la statuede bois d'Athéna du temple de I'Erechthéion, d'un nouveâu péplos: cette tunique teinte âu safi'an, tisséepar les jeunes

filles et brodée des

exploits de la déesse contre les Géantsest

portée en procession (lapompé)jusqu'à l'Acropole. La pompé traverse des lieux sym- boliques corrune I'Agora.

La présence des femrnes et desmétèques témoigne de I'unité de la cité. m

198

Dans Ia religion grecque I'un des prinei-

paux

panathénêes,ce sont les magisttarc qui

mènent les bæufs. Consiil&és comme

rituels est le sdûifrce, I-ots des

plus prestipieuxdesanimaux

o;i';i:,'::;: ;;:ii:'i; *'

les

t

#

LEfrise du Fçrîhênon

I

Lors de la deuxième guerre médique I'Acropole est détruite. Périclès fait entreprendre des travaux grâce au tribut payé par les cités alliées.Dans la seconde moitié du v'siècle sont construits lespropylées. le temple d'Athéna Niké, I'Erechthéion et le Parthénon. La frise. dont il ne resteque quelques fragments, permet de connaître les Danathénées.Pour la première fois, un sujet non firythologique est représenté sur un temple.

Sculptéepar Phidias et sesêlèves,I'immense frise décrit ia pompé. On y voit les magistrats,de jeunes citoyens (cavaliers et hoplites) ainsi que tous les participants à la procession:deshommes âgésavec des rameaux à la main, les porteurs de

p;gq

{

qgoro.

ecclésioo Porthénon. propy'ées

vasessacrés.les filles de citoyens (les ergastines, les porteusesde corbeilles), def musiciens et les ani- maux promis au sacrifice. Le cortège rejoint l'assemblée des dieux illustrant ainsi I'imbrica- tion de la vie religieuse et politique dansla cité. I

199