Vous êtes sur la page 1sur 9
La Chronique des arts et de la curiosité. 1910/08/13. 1/ Les contenus accessibles sur le

La Chronique des arts et de la curiosité. 1910/08/13.

La Chronique des arts et de la curiosité. 1910/08/13. 1/ Les contenus accessibles sur le site

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

N" 28. -1910.

BUREAUX: 106, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (6e)

13 Août.

CHRONIQUE

ET

DE

LA

LA

DES

CURIOSITÉ

ARTS

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS

PARAISSANTLE SAMEDIMATIN *** abonnésà la Gazette des Beaux-Artsreçoiventgratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

^aris, Seine et DéPartements

Prix de l'abonnement

pour un an

Seine-et-Oise.

10 fr.

12 fr.

Le Numéro

Étranger (Etats faisant partie de

l'Union postale) 0 fr. 25

15

fr.

PROPOS

DU JOUR

ES défenseurs du Mont-Saint-Mi-

chel viennent d'obtenir un succès

La Commission

a récemment voté une

la fameuse

très

important.

zt

du budget termes

Proposition aux

d'gue

simplement

d

la bataille

qui et il suffira d'en

aPpeler brièvement la cause. Des Sociétés

l'our

t

de laquelle

élevée près du mont doit

supprimée.

lecteurs de la

être purement

connaissent se livre au-

Les

epUIS longtemps de la citadelle

Chronique

antique,

gricoles ou financières ont imaginé de cons-

pire

e

digue à l'abri de laquelle

pratique

on élève la culture

une

niveau de la terre et on

son

qu3

araîchère. Le résultat de ce travail d'ingé-

*jleUr, c'est

e , eauté du site,

abbaye

libque,

Pfenient

historique, demeurait « au péril

le Mont-Saint-Michel a perdu

caractère. Ce qui faisait l'incomparable

c'était que le vieux village et

le domine étaient une île véritable

à marée basse,

remparts

les flots battaient

qui, par sa

de ce mont

qui

sauf

les

digue change tout;

elle ruine elle fait à irréparable.

illustre du

paysage; une offense

esiRnation

ce

d

l'e la mer ». La

^r'8inalité

sbeauté est

leaux,

les

litaire

délollcé cent fois avec

quell'-el ec

av

l'onUe\ie

tj'sion

a*ent

sio11 du budget,

e Parti qui

légendaire

qu'ont

senti, dès le début des tra-

paysages

et

tous ceux qui aiment les

monuments du pays. Le vandalisme uti-

des constructeurs

de digue a été avec élo-

courage,

et, ce qui était le plus nécessaire,

n'y

faisait: la discussion

ténacité. Rien

des Beaux-Arts était

qui

suivies d'aucun acte. La Commis-

budget de déclarations incertaines,

du moins, vient de

qui

prendre

sage ;

est net et

est le seul

a bien mérité des touristes et des amis

des monuments. Mais son œuvre n'est

terminée. Il ne faut pas se reposer sur le

pas

Le vote

plaisir de ce premier

émis par la Commission du budget doit être

succès du

goût.

confirmé par la Chambre : c'est à obtenir ce

résultat

d'ici la discussion du

déjà

et pour sauver le Mont-Saint-Michel.

que peuvent utilement travailler,

pour

budget, ceux qui ont

l'opinion publique

éclairer

tant fait

)* <Z>te NOUVELLES

*** Par décret rendu sur la du ministre de l'Instruction

Beaux-Arts sont promus ou publique nommés dans

l'ordre de la

proposition et des

Légion

d'honneur :

Commandeur : M. Albert Dawant, artiste

peintre Officier ; : MM. Paul Pelliot, chargé de mis- sion en Asie centrale ;

Chevaliers : MM. Henry Février,

Félix,

artistes

chef d'atelier, professeur

compo-

Guiguet, à peintres la Manu- ;

siteur de musique ; F. Cachoud, F.

A. Larteau, Désiré Lucas,

"H.

facture nationale des Gobelins; Ch. Lacher-

Ravaisson-Mollien, conservateur adjoint de, musées nationaux.

du mi-

Georges Cain, con-

servateur du Musée Carnavalet, est promu

du mi-

MM. Ch.-W.

de Bériot, sujet belge, compositeur

que;

peintre;

Par décret rendu sur la proposition

M.

d'honneur.

proposition

nistre de l'Intérieur,

officier de la Légion

Par décret rendu sur la

nisire des Affaires étrangères,

de musi-

A. Chabanian, sujet ottoman, artiste

J.-E.

peintres,

de la Légion

d'honneur.

à Vaux-le-Pénil (Seine-et-

municipal de

Pagèset L.-C. Walden, citoyens

ont été nommés

chevaliers

*** Ont été inaugurés pendant la dernière quinzaine :

américains, artistes

Le mardi 2 août,

Méry,

Marne), un monument à la mémoire de Gas-

ton

ancien conseiller

Paris, œuvre du sculpteur Antoine Forestier;

218

LA CHRONIQUE DES ARTS

la

en 1245, du

Le dimanche 8

août, au foyer

du théâtre de de Constant

d'un

réception qui eut lieu à l'abbaye,

pape

cortège historique qui représenterait

et de plusieurs souverains.

que

fait

opérer

Dieppe, un buste en marbre

Coquelin, œuvre du sculpteur A. Maillard.

*** M. Blavette, du Conservatoire, du

palais

architecte du Muséum et est nommé architecte du de

*** Les fouilles

la Société

des sciences de Semur sur le Mont-Auxois

viennent de mettre au jour un

lois de la ville

« En Curiot

antique

quartier

931"

d'Alesia. Au lieu

directeur des fouil- dit

creu"

),, M. Pernet,

les, a découvert six habitations gauloises

sées

deur de 1 mètre à 1 m. 50. Dans l'une de ces

habitations, pée après

siège d'Alesia, on a recueilli de

nombreux objets

parmi lesquels c'est un de

gne,

stimuli et dont les Romains s'étaient servis

pour

l'approche de leur camp sous

les murs d'Alesia.

sous le nom de

partiellement

le

qui

dans le roc

sur une profon-

avait continué d'être occu-

gaulois

ou

gallo-romains'

précieux - César

dési*

il en est un très

que

ces aiguillons dans ses

défendre

Commentaires,

*** L'Union

provinciale des Arts décoratifs

se tien-

ouvrira cette année un

dra à Toulouse, les 20,21,22et23

congrès, qui

traitées,

août. on Parfit

signaJe et

de

les

les suivantes : 1° de la décentralisation

la reconstitution des métiers

questions qui y

seront

et

règles d'enseignemeo régionaux ;

des proggammes

en matière

professionnel de l'influence des nouveaux

l'enseignement

l'artisan ;

industries d'art ; de la situation sociale deS

artisans.

du cill-

quantenaire

France, annuel de

de la Savoie », et qui sera décerné ehaqjle

année par

que

à la

d'apprentissage de

de

des

du dessin sur programmes l'éducation

économique

3° de la situation

*** A l'occasion de la célébration

de l'annexion de la Savoie

M. Antoine Girard a fondé un Pr!

1.000 francs, qui s'appellera « Prl

le ministre de l'Instruction pu^11

jeune pe^fL

et des Beaux-Arts à un

peu fortuné qui aura obtenu une prenner

dée au Puy, a donné

d'Ambert, pour son musée, le

député

testament à

par

portrait la ,illc

»

sa

du Tiers-Etat Vimal-Flouvat,

parent.

*** La ville de

vient de recevoir

Liége

don de

collections

Mlle Sophie Maxhon,

comprenant

des

l'ensemble de ses

porcelaines, o

miniature

g

des

ét°" l

Ces

C'es

majoliques,

des

des médaillons, des

montres, des bijoux, des éventails,

bois, des ivoires, des vitraux anciens, des

cuivres et des bronzes, des soies,

des broderies,

les, des dessins signés Madou, Gavar

des tableaux de diverses e

Gustave Dore.

véria, Paul Delaroche,

collections seront installées au musée curtl

*** Sous le titre « Les Amis de Bruges la

OC

sous

de M. C. Tulpinck,

but la

sauvegarde,

une

sous

une les

e

nte,

velite?, lU

vient de se créer dans cette ville,

présidence qui a pour

des vieux édifices. Toutes originale, vieille maison sera mise en

qu'une risquant ainsi d'être remplacée par une

Louvre, en remplacement

M. Charles Girault, de l'Institut, naire.

*** Par son

démission-

testament, Mme Ambroise

Thomas, décédée dernièrement, a légué 1.200

francs de rente à l'Académie des Beaux-Arts

pour doter les logistes de composition musi- cale.

en outre 1.200 francs de rente

Elle a

légué

au Conservatoire

vantes : un prix ayant remporté

deux

l'élève homme, l'autre à l'élève

les fondations sui-

annuel pour de 30Ufr. à l'élève

le

premier prix

de

fugue ;

prix annuels,

les

de 300 fr. chacun, l'un à

femme avant

pour le solfège. d'autre

part, des Taylor de deux

premiers prix d'opéra-comique ; de 150 fr. chacun à l'élève chan-

teur et prix à l'élève chanteuse qui auront obtenu

remporté

deux

les

MmeAmbroise premières Thomas

médailles

lègue, à l'Association création

600 fr. de rente

artistes musiciens

pensions de retraite pour ou de secours de 300 fr.

chacune

an. Elle laisse par au musée du Louvre le beau

portrait d'Ambroise Thomas peint à Rome

par Hippolyte Flandrin,

qui entra comme

la

même année que le futur auteur de Mignon

et dCHamlet,

du même artiste et ceux des deux frères

Flandrin formant médaillon.

à la Villa Mèdicis en

pensionnaire

1832,

ainsi que le portrait au crayon

*** La commission du Vieux-Paris vient

de faire apposer sur une des faces de la fon-

taine du Palmier, au pied du sphinx qui re-

le théâtre

du Châtelet, une plaque

de

portant cette inscription : « SUR CET

»

Le Parloir aux Bourgeois s'élevait à cette

époque, entre l'église Saint-Leufroy

au marquis

de Solesmes a été

au tribunal de la

prochain pour

organisées

et le

Châtelet. En 1357, il fut tranféré

Grève, dans la maison aux Piliers, et prit peu

de temps après le nom d'Hôtel de ville.

*** L'abbaye semaine dernière,

adjugée la

place de

Flèche,

moyennant 301.000 francs, plus les charges.

de Juigné, maire de Juigné (Sar-

the), député de la Loire-Inférieure.

*** Des fêtes seront bre

la fondation de

un rôle considérable

contribua si

conservation des richesses littéraires de l'an-

tiquité en les recopiant dans des manuscrite

occasion,

nombreux et

l'Académie de Mâcon ouvrira un congrès

d'histoire, d'archéologie comité étudie en ce

en septem-

célébrer le millénaire de

au Moyen âge

sa

part

et

à la

Un

l'abbaye de Cluny, qui joua

qui

largement pour

précieux.

A cette

et d'art

religieux.

moment l'organisation

marbre garde

EMPLACEMENTS'ÉLEVAIT LE PARLOIR AUX récompense à la Société des Artistes françaIS.

*** MmeBalme de Mons, récemment dé?é;

QU'EN1357.

SIENNE, DEPUISLE MILIEUDU XIIIESIÈCLEJUS-

BOURGEOIS, SIÈGEDE LA MUNICIPALITÉPARI-

ET DE LA CURIOSITÉ

219

ISOII de rapport, la Société l'achètera avec

argent des

Les

leurs fort modestes.

es uette idée originale mérite d'être étudiée et

donateurs et l'exploitera.

rapporteront

des

actions

intérêts, d'ail-

""rtout

imitée.

*** Une

de Rome annonce

bourg

pas,

¿U en Procédant rorrespondance à des fouilles dans le

de t-n

Partie

très Ile

i

Agostino,

on a mis à découvert la

d'une tombe très belle et

antique, et

supérieure

bien

conservée, de l'époque

autre tombe dont on ne connaît

our le moment, l'époque.

* Un des chefs-d'œuvre de Rembrandt

lent encore de

d'un

l'a

passer en Amérique : le Por-

polonais

du régiment

datant

de

de la

entre 1650 et

au comte Tarnowski.

Pittsburg,

M. II. C. de 1.500.000

cavalier

Vsows/« eiiieUre

Jv5, et qui appartenait de

francs. fran

collectionneur

imysage,

période du maître,

dans un

acquis pour la somme

LE RAPPORT SURLES OPérations des Musées nationaux en 1909

Le Journal

Officiel du G août a publié

Bonnat, président

sur les

rapport du Conseil

le

de M. Léon

~Quel

s

Musées nationaux,

opérations de ces

Ihllsées pendant

S Le cette budget

lesquels

somme,

les

l'année dernière.

des dépenses s'élevait à 1.008.121 fr.

il n'a été

567.063fr. 39,

dépensé

que

acquisitions

nouvelles entrent

d ans Ur

0llr les chiffres suivants :

Département des antiquités égyptiennes

lot

lot

d'antiquités égyptiennes.

d'antiquités égyptiennes

lot d'antiquités égyptiennes.

Dn

n

n

2.200 »

10.000

»

2.700

»

Partemetit des antiquités orientales et de la

céramique antique

antiques

lot de terres cuites

a

ne tablette babylonienne

4.270

»

4.000

»

Département des antiquités grecques et romaines

11 disque en bronze.

tête

"Il-

antique

gllG tête de Dn fragment tête

2.500 »

38.000 »

5.000 »

7.000 »

10.000 »

de

»

en marbre.

femme, marbre blanc.

de

figure

décorative.

marbre.

antique en

une clJ~lrtcmentdes la objets d'art du

Renaissance,

des

temps

gne

Moyen âge,

modernes et de

V Extrême-Orient cruche en faïence italienne

2.500

de de l ne collectionde poteries archaïques Da Chine.

paravent D-x feuilles de

japonais

peintures

japonaises.

1.500 »

3.000

7.000

»

»

11.000 »

6.000 »

D oUzeplaquesd'émail par MOnyaerlll 120.0C0 »

de Riccio 'Six S,n carreaux bronze de faïence italienne.

fJartement de la

eux

sculpture du Moyen âge, de

temps

modernes

xv. siècle

1.500

»

pierre.

2. QC0»

1) la Renaissance et des

culs-de-lampe,

11e statuette en

Une Vierge d'Annonciation

Un médaillon en

siècle,

Une

deux

2.300 »

21.000 »

8.000 »

50.000 »

marbre, XVIesiècle

(un

Une Tierge (I'Annonciation, xv- s

anciennes

Sculptures

bas-relief

xiv*

tures et deux hauts-reliefs xvie

fragments de sculp-

xive s

siècle). 33.500 »

30.000 »

Vierge, école française,

Un buste de

femme, par Chinard".

Département

de la

peinture

et des dessins 3.018 60

» Raeburn. 20.000 »

Un tableau Un tableau Un Portrait

de Lenain. par Corot

3.500

d'officier, par

Un Portrait de

jeune femme, par

David. Un Portrait d'homme, école hollan- daise.

30.000 »

7.500 »

Collection Grandidier

Le crédit de 6.000 francs pour l'accroissement

M. Grandidier

intégralement employé en acquisitions d'ob-

des collections offertes à l'Etat

a été

jets chinois.

par

Musée de Cluny faites à la vente Gay

l'âge

Acquisitions

Un coffret hollandais. Musée de Saint-Germain

Un

2.311 05

1.100 »

lot d'objets préhistoriques

de

de fer

5.000

2.000 »

»

1.500 »

»

Un lot

Un taureau en bronze.

Un lot d'os

d'objets

3.000

gravés.,.,

Exécution sur Saint-Germain du

place et transport de l'arc

à

moulage antique de Carpentras. Musée de Versailles

4.943 60

Un portrait

Un

de Baudelaire.

tableau, par Largillière, repré-

8.094

sentant Le Festin du Sacre (vente

Doistau)

2.183 25

»

Musée du Luxembourg

Un tableau de M. Zorn

Un lot de

2.000

3)

1.500

»

29.641

57

plaquettes et de médailles,

Divers départements

prix d'acquisition a

par M. Roty.,.

Objets

dont le

été inférieur à 1.500 francs. Suit l'énumération des dons et Musées nationaux dans le courant nous avons signalés en leur temps.

faits aux

legs de 1909 et que

de son article La Chine en France au

propos xviii6 siècle, paru

M. R. Kœchlin nous informe

laque

l'un dans l'hôtel Pontalba, à Paris, sppartenant

aujourd'hui

l'autre au château de le comte de Chabrillan.

Thugny, près Rethel. à M.

Rothschild,

A

dans la Gazette du 1er août,

deux salons en été signalés,

que subsistant en France lui ont

à M. le baron Edmond de

Nous saisissons cette occasion pour rectifier une

qui s'était glissée

dans ce même

7 : le grand cabinet en laque

à M. Weisweiller est

de l'ébéniste de ce nom de

faute

d'impression article, p. 95, ligne

indiqué comme appartenant

ouvrage la seconde moitié du xviii- siècle.

en réalité un

-,

220

LA CHRONIQUE DES ARTS

Au Musée du Louvre

La collection des dessins du xix* siècle vient

d'ètre

heureux et blement et

l'objet,

au Louvre, de remaniements très

en valeur. Ils devaient

peu près uniquement, autrefois,

d'un

qui en rafraîchissent l'aspect,

y ont été introduits çà

et

Regnault,

typique

don récent

qu'on

a

honora-

se contenter à

étroit couloir reliant les salles Thiers à l'escalier

Ce couloir même a été réinstallé

qui les mettent beaucoup plus

avantageusement

Thomy-Thiéry. dans des conditions

et de nouveaux éléments

là. Des aquarelles

charmantes de Granet, de Cabat,

sont venues voisiner avec

celles de Paul Huet. Dehodencq y fraternise avec

comme Corot de

géné-

Cals (Portrait

avec Millet. On y voit un morceau

Delacroix et avec Henri

d'Isabey ou de Lami y

de

femme âgée),

en

reusement fait par Mrao Bellery-Desfontaines

souvenir de son mari, ainsi

goût classique Mais c'est au second étage du musée

surtout une

nouvelle y a été installée, à proximité des salles de

sorte le

complément

des dessins de

que

de Ravier ou du P. Besson.

agréable surprise.

en est en

Une salle toute

quelque

peinture moderne, qui

hommage

la salle

si bien

et qui, réunissant un choix des plus

mérité. Ce sera désormais la salle

Ingres y

est avant

la

pour

Ternes (1842) ou pour

pas vue depuis

homogénéité

d'ensemble, re-

décoratif,

beaux dessins des maîtres du xix* siècle, leur rend

un

d'honneur des dessins modernes.

tout le triomphateur et y prend une telle impor-

pourrait presque porter son

tance, que

nom. La belle série des cartons de vitraux

chapelle

celle de Dreux

longtemps dans une installation d'une

est

Saint-Ferdinand des

(1845),qu'on

n'avait

ici

appropriée,

exposée

en haut des murailles son rôle

fresques

panneaux

gloires

du musée.

pouvait lui servait de

prenant comme une suite de

nieuses. Au-dessous sont venus se

aux matités harmo-

en un les merveilleux ranger dessins du

ou deux

maître, études, compositions et portraits, qui sont

une des

d'être vu ainsi sous un double

délicate en même temps qu'en

mieux qu'il ne

cabinet

Ingres ne perd pas en sa finesse

aspect,

sa noble

grandeur,

l'être jadis dans le petit

Près qui de lui ont trouvé

d'une

chapelle.

place

en deux autres

part, Delacroix, repré-

groupes homogènes:

senté par un ensemble de notes

couleur, considérablement enrichi en ces derniers

surtout

ferme et nerveux ou d'un brillant éclat de

variées, d'un crayon

temps,

grâce au généreux concours de la Société

Louvre;

de

l'autre, Millet, Corot, le souvenir du

grand

Ravier, évoquant

sur ce introduire point de

le Lou-

grands

la

des Amis du

Hervier ou

mouvementnaturaliste du siècle et de l'observation

attentive de la réalité, notamment dans le paysage.

Il est

vre n'ait pu, faute d'éléments,

noms comme ceux de Théodore Rousseau ou de

Troyon, par exemple,lacunes qui seront à combler dans l'avenir. Enfin une étonnante aquarelle de

fâcheux, d'ailleurs, que

Lami, Souper de la reine d'Angleterre clans

salle de

au Louvre,

spectacle

de

Versailles, récemment rentrée

est enchâssée comme une

pierre pré- de pièces colorées,

cieuse dans un entourage choisi

d'époque ou d'esprit romantique, qui la soutien-

harmonieusement, à une dis- vive lumière

trop

ne puisse en souffrir, tandis que, sur une paroi

voisine,

Regnault ou Carpeaux célèbrent, de

pour qu'elle

nent et l'encadrent

tance suffisantede la

Henri

les élégances et les fêtes du Second Eiû"

leur côté,

pire. On s'est appliqué ainsi de place en place soit

a

constituer des ensembles intimement unis,

par le sujet, soit par

les tonalités ou le sentiment.

pastels, autre-

va recevoir très prochai-

ensemble de miniatures, de

Le cabinet voisin de la salle des

occupé par Ingrce,

magnifique

digne pendant

fois

nement le

dessins et d'aquarelles de Jean-Baptiste Isabey, si

libéralement

légué au musée par MmeRolle, qu*

de la petite salle Van Blaren*

ausii que,

portraits dans la salle des Portraits

placés les quatre pre.

le Louvre à la vente A-

charmante miniature dufl

Signalons

destinés aux nou-

se trouvera là évidemment dans son cadre, pal

l'emplacement comme par les dimensions. Ce sera

le

berghe, qui

sur le revers d'un des

lui fait vis-à-vis.

velles

d'artistes, viennent d'être

cieux dessins

von Lanna,

livre d'Heures français du XVIesiècle (La Vierge

et l'Enfant), provenant de la vente Anatole Gruyer

et

son habituelle

menues, délicates et fines constitue

harmonie d'un goiit exquis.

acquisitions,

acquis par ainsi

qu'une

qu'a

récemment donnée M. Jules Maciet avec

générosité. Ce groupe

d'œuvres

également une

Académie des Beaux-Arts

Séance du 6 août Donations. — Lecture a été donnée:

1° Du décret autorisant l'Académie à accepte1 éte

définitivement la donation entre vifs

faite

qui

lui a

M.

Clausse, architecte, d'un titre de rente

archr

Médicis, pour faciliter leurs tra-

pensionnaires

antique;

par

de 1.090 francs en faveur des

tectes de la Villa

vaux de restauration d'un monument

20 De l'extrait d'un testament de Mmaveuve

Thomas, léguant

à l'Académie,

en

IllC-

entre les

jeunes musiciens de

grand prix

prix

Jean Leclaire

(architedure" dO

égalemefl c

Le

prix Abel-Blount a été décerné à M. Tour-

Ambroise

moire de son mari, une rente annuelle de 1.200fr-i

pour être partagée

admis au concours définitif du

Rome. Prix. — Le

la valeur de 1.000 francs, est partagé

entre MM. Castel, élève de M. Louis Bernier,

Maillard, élève de M. Laloux.

non, élève de M. Louis Bernier.

----a

Académie des Inscriptions

Séance du 30 juillet

celle

d'Autriche,

l

Condoléances; Don. - Le secrétaire perpétue

donne lecture des adresses de condoléances

nant de

royale de Belgique,

lin, etc.,

e

de 4.000 francs, avec charge

celle de sa femme et celle de Burnouf. Le devra être consacré à l'achat de livres pour surpug la

C 'e

plusieurs académies étrangères: l'Acade©

celle de

exprimant leurs condoléances au suj

Delisle. M. Léopold Edmond

Pottier,

*>e,

de la mort de M.

Le

président,

annonce 5 lle

son.

toiiibel

l'éminent savant a légué à l'Académie une

d'entretenir sa

bibliothèque. Documents chinois. — M. Chavannes ctu

ET DE LA CURIOSITÉ

221

chinois écrits sur des fiches

documents de qui

long

ouest de ?x

pW e

H°treei'°-

ton Ils détails la vie des

chargées

les co

rilt, rueternps quelques

Parjjj-

de

Société Française de Numismatique

Séance du 7 mai

ont été découverts, au nombre de près

Aurel Stein, le

par l'explorateur

j

ille,

Ancienne Grande Muraille

la

l'extrême

mille, par l'explorateur Aurel à l'extrême

Chine. Ces documents sont datés la

après

Us nous permettent de reconstituer dans

qui

la route menant dans

.08 d'Occident. Il nous ont conservé en

du 1er siècle avant et du 1ersiècle

de

La Société est informée que l'Académie des Ins-

lui a décerné le

prix Duchalet,

et que l'un

prix

Drouin.

présente

une

pièce

d'or de 5 francs et d'une d'ar-

communique

pour

Sorgues.

criptions

de ses membres, le colonel Allotte de la Fuye, a

pièce d'essai, frappée à

la Monnaie en 1879, et obtenue en unissant les

métaux d'une

gent Le comte de Castellane

inédit du

naissin émis en 1300dans l'atelier de

un denier

le Comté Ve-

colonies militaires

obtenu le

protéger

M. Sudre

débris de livres anciens,

autre de 59 avant Jésus-

es<îuels un recueil de recettes médicales,

Unk,ai.J'®, de divination, un calendrier de l'an 63

avantSU£ -^hrist, un

Clirisj

de même valeur.

pape

Boniface VIII

M.

Bordeaux produit un document d'archives

sur des monnaies de

Séance du 5 aoùt

établissant que le rat qui figure

de Louis

signale

XII,

«

ensuite

L'

!^e funéraire. — M. Franz

n.t etranger, rappelle que

régulièrement

Il se demande

quelle

l'atelier d'Arrasest le différent» du maître Edmond

Artus. Il

en outre,

tous les ate-

Le Dr Baillache décrit trois pièces inédites de la collection de M. de Marchéville.

liers de France en 1786.

la liste des différents des

lettre de l'atelier de

Cumont, les stèles funérai-

corres-

ornées d'un

l'emploi, sous le règne

gothique

comme

l'esd'

resd'T?l-erapolis sont de

Syrie, la ville sainte de la déesse

aigle

du b minuscule

Bourges. Il présente,

graveurs pour

Couroe tenant dans ses serres ou dans son bec une

idée on attachait à

cessynno,

Paul ~boles

ÇaëaQisme

l'aigig e. taitl suivant les

iïiesSa«Wger des

corpser Jusqu'à

cor 011 doit, lui semble-t-il, rapprocher ces em-

e!l1Pe,8 du

ern Urs

In aiMe

Ceg Sv ? es adoptés dans un des centres princi-

sémitique. Il fait voir que

le

croyances populaires,

Bails

solaires, chargé

de faire re-

eux les âmes libérées de leurs

rituel usité lors de

l'apothéose

des

romains. On lâchait du haut du bûcher

selon les auteurs

anciens, portait au

du souverain divinisé.

* ^Hgnon, le duc de Loubat, Bouché-Le-

qUelq, CLermont- Ganneau, Heuzey, présentent

vulgarisation

queicr;?S

cuit6 »

raPpeli qu'en

ns, »Voirete substitué

sOllnei Chaque impératrice avait, comme génie per-

à l'épervier égyptien et ainsi, à

Isis. L'aigle de Jupiter peut

rappelflalre. Egypte

Observationsrelatives à la

° ? l'apothéose

M,

et au développement du

Clermont-Ganneau, en particulier, tout défunt devient un Osi-

défunte un

ne" sa Junon; chaque empereur, son Jupiter

remontait au ciel.

0,1son Apollon

qui, à sa mort,

j. I¡

»t

rait

ea*It,dit

d' QnUscrit le comte de Paul la

,

Laurentienne. On igno- Jean

Durrieu, pour qui

vivait au milieu du

entre autres

entre autres

chanoine de Lille, qui

,

le

XVesiè 'elot *

traduit en

ll'll'eseCie, avait traduit en

français,

français,

l'es

'°ire egeo

M. j)

de Roberto della Porta,

Romuleon des Romains

^Ue le Il,,,,, age,

rMl

1

\:

aGU

adoptés dans un des centres princi-

M.

Blanchet lit un passage de Sauvai intéressant

pour l'histoire monétaire.

»<.>t

REVUE DES REVUES

0 Bulletin des Musées de France

(1910, n° 3).

(3 fig.);

Articles de M. G. Lecomte sur les collections de

la mission Pelliot au Musée du Louvre

récem-

ment léguée au Louvre par ::\ImeVveRolle (4 rep.);

— de M. Henri Chabeuf sur les Pleurants des tombeaux des ducs de Bourgogne et l'histoire de

leurs vicissitudes.

Nouvelles des musées nationaux et des mu- sées de Paris et de province.

de M. L. D. sur la série d'œuvres

d'Isabey,

X

Les Arts (août).

Fascicule consacré à la

du dix-neu-

Petit : étude

pittoresque (août).

Sixtine, par

M. Abel

récente

vième siècle à la

Exposition des Vingt peintres

galerie Georges

par

Maurice Hamel, accompagnée de 36 reproduc-

M.

his- tions.

jusqu'à Constantin.

urrieu a rencontré récemment à la Biblio-

r^a'lrentienne

qui contient une dédicace au duc de

Z Le Mois littéraire et

(13reprod.)

de Florence un

exemplaire

en

outre,

Michel-Ange peintre de la

Fabre

Philippe le Bon. Il a reconnu,

pour

possesseur

d'abord le duc de

tard

fils de René de

fils de René de

dQcdgne Charles le

Téméraire, puis plus

Bon,

Bon,

BIBLIOGRAPHIE

a.Udéllle Lorraine Antoine le

Antoine le

duc de Lorraine

8 dl'

la

li(anuscP?rte à croire,

^Hscri-t pourrait bien être un

^ges J Par

conclut

ce

M. Durrieu, que de victoire

trophée

maison de Lorraine dans les ba-

TéméraIre, qui est venu, on le sait, périr

467 i TanlNancy-

i;C 6^te d'un monument antique. —L'Aca-

a!lt unfÇOlt une série de

photographies représen-

d'un monument

iQ f^S^eut

iîhr^eHtJ .C0Uvert dans

archaïque

récem-

l'île d'Eubée, représentant

Antiope par

Thésée. Ce

de l'amazone

emellt

rftok111-ae sera conservé au musée d'Athènes.

par P. de BOUCIIAUD (124 fig,) ; — Car-

Bologne,

thage, Timgad, Tebessa et les villes antiques

de

l'Afrique du Nord, par René CAGNAT, de

- Cracovie, par

MmoMarie-

par

et Provins,

l'Institut (113fig,) ;

Anne de BOVET (118 lig.) ; Bruxelles,

Henri IIYMANS (139fig.); Troyes

par Lucien

H.

bres).

MOREL-PAYEN (120 fig.). Paris,

Villes d'art célè-

— Va-

Laurens. In-4° (Coll. des

J. CHARLES-Roux (41 grav.);

Vienne, par

lence,

par Jeanne de FLANDREYSYet Etienne

222

LA CHRONIQUE DES ARTS

MELLIER (31grav.) ; - Légendes de Provence,

par J. CHARLES-ROUX (210fig.). Paris, Bloud

et C". In-8°

si riche en

ses vieilles rues pittoresques, tant de belles eg

gothiques

51

fut le centre d'une école de sculpture sonnelle dont le chef-d'œuvre est l'adcii

Sainte Marthe de l'église Sainte-Madeleme

tache cet illustre

h

'e PaflJli

1

Parwi

dé-

Se qui

qui

Pble

souvenirs, qui conserve encore,

et Renaissance, entre lesquelles

joyau Saint-Urbain; la ci

sa Tour de César,

par

(Bibliothèque régionaliste). Maxvon BŒHN(44grav.); - Brüssel,

Baedeker; Paris, P.

des volumes parus dans les

s'atta-

qui comprend

appel,

Toledo, par

von Fritz STAIIL(54grav.).'—Leipzig, Elinkhardt

et Bierniann. ln-8° (Coll. Stœtten der Kultur).

le Luxem-

Belgique et Hollande, y compris

K.

bourg ; manuel du voyageur, par Karl BAEDE- Provins, ensuite, avec sa physionomie e

KER,19eédit. Leipzig,

âgeuse, ses remparts,

aux dîmes, son hôpital fondé

sa

Thibaut 1 < s:s t

Ollendorff.In-16, avec cartes et plans.

La liste

déjà longue

églises Saint-Quiriace

dans

ces pages

et Saint-Ayoul, reV

écrites avec amour, qui

se

diverses collections françaises ou étrangères de

« Villes d'art » continue de s'accroître régulière-

ment, témoignage de la faveur justifiée qui

che à ces monographies de villes illustrées parles

souvenirs d'histoire et d'art.

un an, ont enri-

chi la série des Villes d'art célèbres,

actuellement 46 volumes. L'éditeur a fait

collstitiloet

vou

rioDe

pro,,:11sIe-

modèle comme nous

une

monographie en voir consacrer à toutes nos anciennes

La Bibliothèque régionaliste

spécialement

à

et Les

propose, J uSte- d'entreten

pays. Etl'OiS

el:e'1'0.11:

nce.

et a

dallt

e .))f$

,

'euS;

si préclegs, ayec Les:

r

ca

eS

ment, comme nous l'avons déjà dit,

ment, commenous l'avons déjà dit, d'entrefer

culte de ce passé provincial

ont plusieurs trait

de notre

Cinq

nouveaux ouvrages, depuis

plus justifiés par

nous

nouveaux volumes publiés par

l'archéologie Légendes de$

comme d'habitude, pour les écrire,

riens les

aux histo-

leurs travaux anté-

Vienne, Valence,

Le premier est dû à M. J. Charles-Roux, auteu

précédents

Fréjus. Il y

cienne cité antique, jadis si florissante,

volumes sur Aix-en-Provence, N1^êt

fait revivre toute l'histoire

de

et la

du Louvre sont des restes

rieurs et leurs connaissances spéciales. C'est M. Pierre de Bouchaud, familier avec l'histoire

des xv. et xvi* siècles, qui

nous retrace le tableau de son

parvenu à son apogée

au xve siècle sous la domi-

nation des Bentivogli,

églises,

teurs

Nicolo Pisano et Nicolo dell'Arca,

Dominique les créations par

présente Bologne, développement,

notamment le Temple d'Auguste

accroupie

puis

rure d'autres monuments non moins

cathédrale Saint-Maurice, mausolée du

de La Tour

maisons Renaissance, etc

MmeJeanne de M. Etienne

lence dans lo Mellier, même

la ville,

les œuvres d'art du

de la ville aux temps chrétiens,

d'Auvergne,

étudie successivementles

della Quercia à San Pe-

productions

enfin les

les nombreux palais, les œuvres des sculp-

tombeau de Saint-

(notamment le magnifique

de Jacopo

Reni,

Jacopo),

par R.-M. Slodtz, ^e^

racontant

en collaboration açoc o.'I'eC monographie

l'hlstOUSSI

9

des

tronio et à San

peintres : Primitifs du xiv8 siècle, et aux xv., xvil

et XVII*siècles, Ercole Roberti, F. Cossa, Lorenzo

Costa, Francia, les Carrache, le Dominiquin,

Flandreysy, a écrit la

esprit,

décrivant ses

monuments, étudiant

Guido

l'Albane, le Guerchin.

musée, parmi lesquelles S de

dessin de J^

,-oît

aprè.s r0ir

artistes:

logpuiS

des

origineg' .09

Mai'ieS'gaj#

te

sainte Madeleine Poei,

le

populaires. romans récit" Tou¡,¡leS

°tJIJ}"

1150'

sur Ta¡,qUe!1

renlarqtler,

sérieuses présentatio \ei$

d'értfd1 j/ Boehn'qvede

vil

o,

Y

^1»

'Wayres !?,

sanguines de Hubert Robert, des

Enfin,

M. J.

donné

donné

naguère,

naguère,

Charles-Roux, encore,

ont

inspiré trait aux héros

ses écrivains et ses

païens

Tarasque,

et des chansôns

de

M. Henri Cagnat, qui, par ses missions, ses pu-

la connaissance de

plus caractéristique

de la civilisation

captivante.

romaine;

la

cette

Léonard et de Parmesan ont fait l'objet

reproductions.

s'est fait une

spécialitéde

nous donne le tableau de trois civilisations dis-

en trois cités jadis florissantes et dont il

que des ruines : Car- punique; Timgad,type

parues

blications, les travaux qu'il dirige,

l'Afrique du Nord,

dans cette même collection. jotlt.

dans cette même collection' ^is-

toire du costume en Provence, nous d'hui, dans un charmant volume, les conte ®

légendeslégendes quiqui sont liées à l'histoire de ce

sont liées à l'histoire de ce P

ne reste plus aujourd'hui de la civilisation

thage, foyer le

Tebessa, dont les cdifices montrent la civilisation

byzantine. De nombreuses illustrations, pour

plupart inédites, complètent éloquemment

ayant

aux héros sacrés, comme les saintes

Marthe et la

tente, etc.; enfin, aux figures des

leresques

Provence revit dans ces poétiques

amateurs de traditions trouveront un

portant

tité d'illustrations.

résurrection

Avecle volume sur Cracovie,nous rentrons dans

Gazette, par

et tout récemment, de M. Réau, a

l'art dans la vieille

développement de

MmeMarie-Anne de Bovet

pénétrante compréhension

grâce

polonaise et de la

majesté

la civilisationmoderne. La

M. L. Fournier, retracé le

déjà

capitale des Jagellons.

l'expose à son tour de façon plus développée, mê-

lant aux souvenirs de l'art ceux de l'histoire en

une évocation pleine de

fière de cette cité

de ses nobles souvenirs.

passé que

Troyes

la plume de

folklore régional, et qu'illustren élém®sj»'

q

jn~

lèdeet

La collection allemande des Stœtten der

de son

a

côté, publié

récemment

précédents, par

qualités

leur

figure qui

a,

Bruxelles deux volumes qui se font

commeles

de goût et leurs

premier pour

de l'histoire et de la

belles illustrations concourent à évoquer o 50e

de l'âme

endormie dans la

Ce sont surtout aussi deux cités du

et Provins, les deux anciennes résidences

en

Le volume

comme il

vient

que

Champenois bien placé

convenait,

parler

auteur M. Max von

description

de la

place importante en est

une

de leur consacrer Champagne. un érudit et tout

désigné pour

M. Lucien

bliothèque de Troyes,

des comtes de

à

aspect tragique,

à la

de l'âpre

plus caractéristiques

et

Morel-Payen, conservateur de la Bi-

et

auteur

déjà d'un excellent

dans le département de l'Aube

comme l'incarnat* g je?

les

mystique Greco, dont

sont

Guide Troyes

reproduites. 'z 510.1119

M.

a

lie, 9.1 Is

signalé ici même, comptera parmi les meilleurs et

les plus séduisants de cette collection, par la pré-

cision et la sûreté de la documentation, le charme du style, l'intérêt de l'illustration. La ville, au passé

Dans son volume sur Bruxelles,

cherché surtout à donner aux visiteurs Frlgt9]jl9

de l'Exposition actuellement ouverte à

tale

belge un guide historique et artlS

ET DE LA CURIOSITÉ

223

et séduisant, et il y a pleinement

français,

nous no saurions

art. L'Etat reconnut ses mérites en le

en 1878,chevalier

nommant,

1,

de la

Légion

d'honneur.

Quant au

aUX v^eurs

"t

Anker s'est adonné

à la peinture de

ll1ieu

*

(l'art d

POUrcé^res,

Pour rite en

j'%s

genre avec

profond

de tomber dans l'anec-

recommander que le volume récemment

plus

haut des Villes

une hauteur de

vues, avec un

sentiment

aris la collectioncitée

faIre

de l'art, qui l'ont préservé

dote banale. Il a étudié les habitudes et les

de son pays.

et dont il suffira de citer l'auteur

types

populaire en Suisse,

pressentir à nos lecteurs tout le mé-

plus accessible, et, artiste autant

Son œuvre, très

, Henri Hymans y a déployé, comme tou-

plus sure érudition,

la plus abondante et la

poétise la vie du

paysan bernois,

sans rien lui

charité,

enlever de son cadre rustique et de son robuste

caractère. Des

des

~rs i $ons qu'a ?°^^ue' af°rme la

la. Pl' eol?gue,a

la

CaPital6 dont

illoi9 pie ^cti v°^s'

al

lem g

cten--"paruece mois-ci,

dellx

pays

Vrià ger pour la

scènes de mœurs

villageoises,

de

plus accessible, et, artiste autant mariages, des enterrements, des actes

su donner un vivant tableau de

des richesses

artistiques

de cette

constitue la

précédé

du

poète,

des faits

du

Prodiletion et

t

des épisodes se rattachant à l'enseignement sco-

en pays suisse, des aperçus

laire, si développé

touchants de la vie intime, en particulier

enfants et chez les vieillards, dont il rend les

chez les

types avec la sagacité

historiques:

tour à tour charmantes ou émouvantes, défilent

son livre, à coup sûr,

la

en

plus parfaite. terminant,

lïion

un dernier ouvrage

sur Bruxelles: la 19eédition de l'excel-

psychologue et l'idéalisme

toutes ces

images,

qui

siit

dissimuler,

Belgique et en Hol-

de

es Sur l'histoire de l'art dans ces deux

U'^e Baedeker en

Le volume est

sous le pinceau du maître

grâce au prestige

plissement

Signéesde deux historiens de valeur: A.

partie ancienne, et le regretté

décédé,pour la période A. M.

de son art, l'effortmis à l'accom-

toujours consciencieuxde sa tâche.

1[10Cleel' Gensel, récemment

l'ne,

Anker était un

esprit instruit, cultivé, épris

ouvrages

de Jérémie

d'histoire et

Il a mis ces ressources au service de sa pensée

artistique en illustrant les

Gotthelf, inspirant

un souffle vivant à de vieilles

possédant une mémoire peu ordinaire.

fre Compterendu de l'ouvrage de M. G. BOUR-

110e Graveurs et gravures,

Utieec^arûation de

s

nous a valu

l'auteur, qui nous reproche

qui figurent,

rubrique

comme omis par lui plusieurs articles

P

nous écrit-il,

<oîVivre

t

IJlessi S

SUr Nanteuil et d'A. de Lostalot sur Brac-

Plessi

avis aux inté-

fa.1Jt : c'est au mot Gazette des Beaux-Arts qu'il

C

est

Dont

fIans

« Généralités »,

dans la Gazette et

ette

sous la

des Beaux-Arts. L'auteur recon-

aIlleurs avoir omis les articles de G. Du-

acte. Ainsi donc,

les articles sur

par

de

Carpeaux,

Cour-

MM. Jamot, Duret

la bibliographie

est bonne.

cas un mot d'indication dans la pré-

n'oserions

ajouter qu'elle

lercher Publiés chez nous

conception

bet, et

!\e\lVe es'

"6Uve'.n°us

f~Ce f ke Il' tout

eilt

pas été de trop pour orienter le lecteur.

histoires de son pays. Il était, en outre, foncière-

ment

de tous ceux figure d'artiste

bon, indulgent pour autrui, aimé et respecté

qui l'approchaient.

la Suisse

C'est une noble en lui.

perd C. DEMANDACH.

que

de

s'est noyé accidentellementla se-

Salvator Rocca,

âgé

à l'insurrection de la

Un jeune portraitiste,

vingt-deux ans,

maine dernière à Esbly.

On annonce également

prit part

la mort à Vienne d'un

Johan Selmer, qui habita

compositeur norvégien,

Paris en 1871,

Communeet fut nommé alors directeur du Con- servatoire. On vante de lui une composition: Le Génie du Nord.

C, D.

NECROLOGIE

architecte, contrôleurprin-

na-

0

f'Pal h

Bachellery,

°Q0raire des bâtiments civils et

palais

de la Légion d'honneur, est

: chevalier

a

SaInt-Germain le 3 août.

dernier

expirait subitement, à Anet

plus sympa-

né à Anet en 1831, s'était

les

Juillet

! 'îles

Un des peintres suisses

Anker,

l'atelier de Gleyre. Sa peinture

où il

QZettees 1850, Dans les années 1870 à 1874, la

d

6tltre gn mentions ce

to

Anker par-

pgeait«

r

Ivers

appréciée

Beaux-Arts consacra à ses œuvres

GrIllé" Albert

!:le t

as

;

Paris dans

e3

à être

aux Salons,

et

reproduisit l'une

constituait alors une marque

élogieuses

qui

t re ell OraQS OLQ i

5 • 6

e de succès. Il obtint une médaille

de 1866,

Jusqu'en 1890,

a VIe entre la Suisse et Paris où il passait

n aimait à travailler dans cette atmos-

srrUlante et utilisait les enseignements

autour de lui au profit de son

o

llIllulalent

juillet est mort à Dùsseldorf le peintre de

genre

en 1822à

l'Académie de Dùsseldorf. Plusieurs de ses toiles,

d'une facture très