Vous êtes sur la page 1sur 1

0123

Mercredi 19 septembre 2012

international

3

Pékin encadre la flambée antijaponaise enChine

La controverse surla souveraineté des îles Senkaku, enmer de Chine, provoque un regain de tension entreles deux pays

Chengdu (Chine)

Envoyé spécial

A ppelé en Chine « Journée de l’humiliation nationale » enmémoiredel’incidentde

Mukden,qui, en 1931,a servidepré- texte à l’invasion de laMandchou- rie par l’armée japonaise, la jour- née du mardi 18 septembre est sous haute surveillance: les déra- pages du week-end dans plusieurs villes de Chine,la venue à Pékin du secrétaire américain à la défense, Leon Panetta, et le débarquement dedeuxmilitantsjaponais – repar- tis depuis – sur l’un des îlots des Senkaku (Diaoyu, pour les Chinois, mer de Chine orientale) dans la matinée, forment un cock-

tailexplosifpourlesrelationssino-

japonaises. A Chengdu (Sichuan), quelques centaines de jeunes

manifestantsencadréspardescor-

dons de policiers en uniforme ont, dans la matinée, défilé et effectué des allers-retours sur une avenue de la ville qui avait été bloquée. L’heure est au recadrage, com- me l’indique la réprobation offi- cielle de la «poignée de vandales » qui ont détruit des magasins, des usines et des véhicules lors de ras- semblements àChangsha,Canton, Qingdao et Xian, samedi et diman- che. Les autorités ne cessent d’ap- peler – dans la presse, mais aussi par des SMS et sur les microblogs delapolice – «àl’expressionration- nelle et pacifique du patriotisme». L’agence Chine nouvelle (Xin- hua), qui titrait mardi sur «l’impo- pularité du vandalisme auprès du public chinois », a décrit comme «exemplaires» les manifestations qui se sont tenues devant l’ambas- sade du Japon à Pékin, et s’est félici- té que «l’ensemble des Chinois, réa-

s’est félici- té que «l’ensemble des Chinois, réa- Des Chinois appellent à « reprendre les îles

Des Chinois appellent à « reprendre les îles Diaoyu », lors d’une manifestation antijaponaise, à Chengdu (Sichuan), le 18 septembre. A.WONG/AP

gissantàl’achatd’unepartiedel’ar- autorités n’est un secret pour per-

chipel des Diaoyu par les Japonais, avaient défilé pour exprimer leur soutien aux actions entreprises par la Chine pour préserver sa souverai- neté et dénoncer les méfaits du Japon ». Des enseignes japonaises ont été incitées à fermer boutique.

sonne:l’encadrementdesmanifes-

japonaises échappent comme par hasard à une censure extrême- ment tatillonne chaque fois qu’il s’agit de protestations. «Le parti a la capacité de contrôler la situa- tion. C’est le grand metteur en scè- ne, c’est lui qui décide, les manifes- tants sont comme des acteurs », estime Ran Yunfei, un écrivain de

sionsliéesauxmanifestationsanti- Chengdu qui fustige «le lavage de

tants est très étroit et les militants des groupuscules antijaponais sont surveillés de très près par la

police.Des internautesont rappor- té qu’ils avaient reçu des appels au rassemblement de la part de per-

Quelesmanifestationsantijapo- sonnels administratifs;les expres-

naises aient reçu l’imprimatur des

cerveau» de «l’éducation patrioti- que» dispensée dans les écoles. Récurrentes en Chine, les flam- bées antijaponaises sont toujours àdouble tranchantpourles autori- tés: dans les années 1980, elles avaient fragilisé la position de Hu Yaobang, le secrétaire général réformiste limogé en 1987. Dans plusieurs villes, des portraits de

Lacrisepèse surles relations économiques entrelesdeuxpays

Tokyo

et des usines d’entreprises nippo- nes. Ces incidents ont déjà incité certains groupes japonais com- me Panasonic à suspendre leurs activités. Du côté du tourisme, les entre- prises du secteur comptaient sur les célébrations fin septembre du

quarantième anniversaire de la reprise des relations diplomati- ques bilatérales pour dynamiser leurs ventes. Mais les annulations se multiplient pour les voyages de groupes, les excursions scolai- res et les déplacements pour affai- res. Le rythme de réservation des particuliers ralentit. L’agence japo- naise du tourisme signale des annulations de voyages de grou- pes venus de Chine. Ces problèmes interviennent alors que les échanges touristi- ques n’ont pas encore retrouvé leurs niveaux d’avant octo- bre2010, lors de la précédente cri- se diplomatique bilatérale, déjà autour des îles Senkaku-Diaoyu. Cette fois, les consommateurs chinois appellent aussi au boycott des produits de l’Archipel. Les ven-

tes de téléviseurs fabriqués par Sharp, Sanyo ou Toshiba ont bais- sé d’environ un tiers en août, quandla crise a commencé à pren- dre de l’ampleur. Plus généralement, les échan- ges entre les deuxième et troisiè- me puissances économiquesmon- diales, qui ont atteint en 2012 165milliards de dollars (126mil- liards d’euros) entre janvier et juin, pourraient être durablement affectés.

Une question en forme de mena- ces imposée par Pékin aux indus- triels et groupes financiers nip- pons. D’après le journal, elles pourraient concerner les «impor- tations de matériaux stratégi- ques», une allusion aux terres rares utilisées dans les produits de technologie avancée et dont la Chine est le principal exportateur. De quoi inquiéter le Japon, dont 19,3% du commerce se fait avec la Chine. Compte tenu de leur imbrication, les deux écono- mies seraient pénalisées,mais l’Ar- chipel semble avoir le plus à per- dre. Sans compter l’impact qu’une telle crise pourrait avoir à l’échelle mondiale,l’Asie de l’Est étant considérée comme le moteur de la croissance mondiale. p

Philippe Mesmer

Correspondance

Les tensions sino-japonaises autour des îles Senkaku-Diaoyu commencent à influer sur les échanges commerciaux bilaté- raux. L’intensité des manifesta- tions organisées depuis une semaine a incité les autorités du quartier de Chaoyang, à Pékin, à demander aux entreprises japo- naises de rester fermées ce mardi 18septembre, jour anniversaire de l’incident ayant déclenché en 1931 l’invasion de la Mandchourie par l’armée nippone. Les mouvements attendus font craindre de nouvelles scènes de violence, comme celles des 15 et 16 septembre quand des mani- festants ont détruit des magasins

Echanges commerciaux au premier semestre 2012

Volumes 165milliards de dollars (126milliards d’euros), + 1,1%.

 

Le Japon a le plus à perdre

 

Exportations du Japon vers la Chine 73,7milliards de dollars

Dans un texte publié le 17sep- tembre dans son édition interna- tionale, le Quotidien du peuple, organe chinois, s’interroge: «Le Japon pourrait-il perdre dix nou- velles années et éventuellement retourner vingt ans en arrière? »

(–5,7%).

Exportations de la Chine vers le Japon 91,3milliards de dollars (+ 7,5%).

Mao ont, ces derniers jours, été photographiés et ont circulé sur Internet: la figure du grand timo- nier a suscité toutes sortes de spé- culations sur les intentions des

«maoïstes », l’extrême gauche

chinoise, sur la défensive depuis l’affaire Bo Xilai. Signe de la vigilance extrême des autorités chinoises, trois mili- tants qui avaient déployé diman- che, à Shenzhen, en pleine mani- festation antijaponaise, une ban- derole demandant «la liberté, la démocratie, les droits de l’homme etle respect dela Constitution» ont

été prestement arrêtés par la poli- ce secrète et emmenés.

«LeParti ala capacité decontrôlerla situation.C’estle grand metteur enscène»

Ran Yunfei un écrivain de Chengdu

Leon Panetta, qui doit rencon-

trercemardileministredeladéfen-

se chinois ainsi que le futur prési-

dent,Xi Jinping,réapparuenpublic samedi après deux semaines d’ab- sence inexpliquée, n’est pas assuré de voir ses appels au calme pris au sérieux par ses hôtes. Plusieurs experts chinois des questions de défenseontcritiquélesdiscussions menées au Japon par M. Panetta

autourduprojetd’unnouveausys-

tème de radar antimissile dans le sud de l’Archipel, destiné à contrer la Corée du Nord, arguant qu’il visait en réalitéla Chine. Pékin, qui a, pour la première fois, soumis une demande officiel- le de reconnaissance de souverai- neté sur les îles Diaoyu aux Nations unies le 13 septembre, sait toutefois qu’il ne doit pas s’aliéner l’opinion internationale: «Lepara- doxe, c’est qu’après l’incident du 18 septembre 1931 à Mukden la Chineavaitle soutieninternational de son côté, et que le Japon a alors perdu tout son crédit », signale le journaliste Bruno Birolli, auteur d’un livre à paraître en octobre sur Ishiwara Kanji, l’officier japonais qui organisa le sabotage du che- min de fer à Mukden pour l’attri- buer aux Chinois (Ishiwara, l’hom- me qui déclencha la guerre, coédi- tion Artes Editions/Armand Colin). «Quoi qu’on en dise, la page de la guerre n’est pas tournée en Asie et reste une source potentielle de conflit énorme. Le Japon ne veut rien céder, ne veut pas admettre les pages les plus noires de son histoi- re. Et le Parti communiste joue aujourd’hui à fond l’exaltation de la xénophobie», poursuit-il. p

Brice Pedroletti