Vous êtes sur la page 1sur 6

Food retailing in Europe

The Germans are coming


Aug 14th 2008 | PARIS
From The Economist print edition

Germany’s “hard discount” model of


supermarket retailing is spreading in Europe

Guardian News & Media

IT IS as far from the charming ideal of French farmers’ markets and small
family-owned shops as you could imagine: strip lights glare down on a
narrow range of products in ugly packaging, displayed in cardboard boxes
piled on the floor and on low shelves. But sales are booming at the new
Lidl discount supermarket in south-west Paris. Previously, the German
chain stuck to the suburbs, where poorer folk live, says Fatouh Mourad,
the store’s manager. But rising food prices and widespread concern about
“pouvoir d’achat”, or purchasing power, in France, has given Lidl the
confidence to push inside the city’s limits.

IL EST comme loin de l'idéal charmant des marchés des fermiers français
et des petits magasins familiaux comme vous pourriez imaginer : lumière
éblouissante de néons en bas sur une gamme de produits étroite dans
emballage laid, montré dans boîtes cartonnées empilées sur le
plancher(l'étage) et sur planches basses. Mais les ventes
prospèrent(grondent) au nouveau supermarché de remise(d'escompte) de
Lidl dans le sud-ouest Paris. Précédemment, la chaîne allemande a
persévéré dans la banlieue, où des gens plus pauvres en direct, dit Fatouh
Mourad, le magasin(dépôt) Mais des prix des denrées alimentaires
naissants et le souci(l'entreprise) répandu "de pouvoir d'achat", ou le
pouvoir d'achat, en France, ont donné à Lidl la confiance pour pousser à
l'intérieur des limites de la ville.

As economic prospects worsen across Europe, discounters such as Lidl—


and Aldi, another German chain—are taking market share. They generally
charge some 30-50% less for groceries than ordinary supermarkets. In
France, according to TNS, a research firm, discounters increased their
market share to 11.2% in the second quarter of this year, up from 10.5%
a year ago, whereas the share fell at Carrefour, the world’s second-largest
retailer. In Belgium a local discounter, Colruyt, is gaining share at the
expense of Carrefour and other pricier chains. Dutch shoppers too are
trading down to discounters, says TNS, and in Britain, where Aldi and Lidl
struggled for years, they are now the fastest-growing grocers.

Comme des perspectives économiques empirent à travers l'Europe, les


magasins discount comme Lidl-et Aldi, une autre chaîne allemande -
prennent la part de marché. Ils facturent(chargent) généralement environ
30-50 % moins pour l'épicerie que des supermarchés ordinaires. En
France, selon TNS, une société de recherche, les magasins discount ont
augmenté leur part de marché à 11.2 % dans le deuxième trimestre de
cette année, en haut de 10.5 % il y a une année, tandis que la
part(l'action) est tombée au Carrefour, le détaillant deuxième en taille du
monde. En Belgique un magasin discount local, Colruyt, gagne la
part(l'action) à la charge du Carrefour et d'autres chaînes de pricier. Des
clients hollandais négocient aussi en bas aux magasins discount, dit TNS
et en Grande-Bretagne, où Aldi et Lidl ont lutté pendant des années, ils
sont maintenant les épiciers connaissant la croissance la plus rapide.

Discounters affect prices well beyond their own stores. “There’s a massive
global price-war in food retailing, much of it provoked by the gains by Aldi
and Lidl and other discounters,” says James Amoroso, a food-industry
consultant. Tesco, the world’s fourth-biggest retailer, is fighting an all-out
price war against Lidl in Ireland, and Belgium’s Delhaize recently slashed
prices in response to discounters. Carrefour, too, is under pressure to cut
prices.

Les magasins discount affectent des prix bien au-delà de leurs


magasins(dépôts) propres. "Il y a une guerre des prix globale(mondiale)
massive dans la vente au détail d'alimentation, beaucoup de cela
provoqué par les bénéfices(acquisitions) par Aldi et Lidl et d'autres
magasins discount," dit James Amoroso, un consultant d'industrie
alimentaire. Tesco, le quatrième-plus-grand détaillant du monde, se bat
avec une guerre par tous les moyens des prix contre Lidl en Irlande et
Delhaize de Belgique a récemment tranché(réduit) des prix en réponse
aux magasins discount. Le carrefour, aussi, doit sous pression couper des
prix.
But can the discounters can hold onto their gains? Tesco’s finance director
recently suggested that they were merely having a “moment in the sun”.
He was quickly contradicted by the head of buying for Aldi in Britain, who
pledged to open a store a week and win a tenth of the market (it has
2.9% now). In Germany, the heartland of discounting, cut-price operators
have some 30% of the market, according to Planet Retail, a consultancy
(see chart), and shopping at Aldi and Lidl is the norm for rich and poor
alike. The two firms doubtless reckon they have a shot at replicating that
position elsewhere.

Mais peuvent les magasins discount pouvoir vous tenir sur leurs
bénéfices(acquisitions) ? Le directeur de finance de Tesco a récemment
suggéré qu'ils aient simplement "un moment au soleil". Le chef l'a
rapidement contredit l'achat contre Aldi en Grande-Bretagne, qui a promis
d'ouvrir un magasin(dépôt) par semaine et gagner un dixième du marché
(il a 2.9 % maintenant). En Allemagne, le centre d'escompte, des
opérateurs à prix réduit ont environ 30 % du marché, selon la Vente au
détail de Planète, une consultation (voir le diagramme) et faisant des
courses à Aldi et Lidl est la norme pour riche et pauvre(faible) de la même
façon. Les deux sociétés comptent(estiment) sans aucun doute qu'ils ont
un tiré reproduisant cette position ailleurs.

They may well succeed, at least in some markets. “It’s the best business
model for retail in the world,” says Philippe Suchet of Exane BNP Paribas in
Paris. Discounters stock a fraction of the goods that a normal supermarket
offers, resulting in fewer suppliers, a high volume of purchases and sales,
and massive economies of scale. “You would find 16 brands of tomato
ketchup in a normal big supermarket,” says Paul Foley, managing director
of Aldi in Britain. “In my store you will find a choice of one.” Discounters
mostly sell their own private-label goods, which are more profitable than
branded goods, where the brand owner takes a big cut, and also more
efficient—having bar codes in exactly the same place on every product, for
instance, says Mr Foley, means faster checkouts.
Ils peuvent bien réussir, au moins à quelques marchés. "C'est le meilleur
modèle économique pour la vente au détail dans le monde," dit Philippe
Suchet de BNP Exane Paribas à Paris. Les magasins discount
approvisionnent une fraction des marchandises qu'un supermarché normal
offre, aboutissant aux fournisseurs de moins, un grand volume d'achats et
des ventes et des économies d'échelle massives. "Vous trouveriez 16
marques de ketchup de tomate dans un grand supermarché normal," dit
Paul Foley, le directeur général d'Aldi en Grande-Bretagne. "Dans mon
magasin(dépôt) vous trouverez un choix d'un." Les Magasins discount
vendent surtout leurs marchandises d'étiquette privée propres, qui sont
plus rentables(profitables) que des marchandises de marque, où le
propriétaire de marque prend une grande coupe(diminution) et aussi plus
de codes barres efficace ayant en exactement le même endroit(place) sur
chaque produit, par exemple, dit M. Foley, signifie plus rapidement des
contrôles plus rapides.

Aldi and Lidl, which dominate the world of discounting, have annual sales
estimated at €43 billion ($64 billion) and €35 billion respectively,
compared with €102 billion for Carrefour. They are privately owned and
can take a long-term approach to expanding abroad. New stores cost little
to open and generate rapid sales, says Jürgen Elfers, retail analyst at
Commerzbank in Frankfurt, so the discounters can expand during hard
times more rapidly than any other kind of retailer.

Aldi et Lidl, qui domine le monde d'escompte, fait évaluer des ventes
annuelles à 43 milliards de € (64 milliards de $) et 35 milliards de €
respectivement, comparés avec 102 milliards de € pour le Carrefour. Ils
sont privés et peuvent prendre une approche à long terme à l'expansion à
l'étranger. De nouveaux magasins(dépôts) coûtent peu pour ouvrir et
produire des ventes rapides, dit Jürgen Elfers, l'analyste au détail à
Commerzbank à Francfort, donc les magasins discount peuvent s'étendre
pendant des temps durs plus rapidement qu'une autre sorte de détaillant.

The two firms are intensely secretive and say little about their expansion
plans, but new stores are opening all the time. They are expected to
expand quickly in France now that a law designed to keep discounters out
has been changed. Lidl is poised to go into Switzerland, and in a rare
interview last year its chief executive said it wanted to tackle America.
(Aldi is already present in both markets.)

Les deux sociétés sont intensément dissimulées et disent peu de leurs


plans d'expansion, mais de nouveaux magasins(dépôts) s'ouvrent tout le
temps. On s'attend à ce qu'ils s'étendent rapidement en France
maintenant qu'une loi conçue pour ne laisser pas entrer des magasins
discount a été changée. Lidl est balancé pour entrer à la Suisse et dans un
entretien(interview) rare l'année dernière son directeur général a dit qu'il
a voulu aborder l'Amérique. (Aldi est déjà le présent(cadeau) aux deux
marchés.)
Lidl recently caused a fuss in Dublin, when it bid for a site on fashionable
Grafton Street: critics complained it would lower the tone. But Lidl may
not be so out of place, since middle-class people are changing their
shopping habits to buy at least basic items at hard-discount stores. Five
years ago in Britain, says Mr Foley, a quarter of his customers were well-
off shoppers; now half of them are. Economic worries are part of the
reason for that, of course, but Aldi appeals to middle-class shoppers
because it manages to produce goods of surprisingly high quality at a low
price.

Lidl a récemment causé une agitation à Dublin, quand il a offert pour un


site dans la Rue Grafton à la mode : les critiques se sont plaints qu'il
baisse le ton. Mais Lidl ne peut pas être si hors de propos, puisque le
peuple(les gens) bourgeois change leurs habitudes faisantes des courses
d'acheter articles au moins de base aux magasins(dépôts) hard-discounts.
Il y a cinq ans en Grande-Bretagne, dit M. Foley, un
quart(quartier,trimestre) de ses clients était des clients aisés; maintenant
la moitié d'entre eux est. Des soucis économiques en font partie de la
raison, bien sûr, mais Aldi fait appel aux clients bourgeois parce qu'il
réussit à produire les marchandises d'étonnamment la grande qualité à un
prix bas.

What should perhaps worry conventional supermarkets most, in fact, is


that the discounters have proven themselves adept at moving upmarket,
even as they retain most of their efficiencies. In many markets, for
instance, Lidl now stocks a limited range of branded goods alongside its
cheaper own-label items. In Britain Aldi used to be known for tinned and
packaged foods, but has introduced fresh and delicatessen products. In
Germany Lidl even tried to buy a chain of organic supermarkets until an
outcry scared it off. But there is a limit to the range of products
discounters can stock while maintaining the efficiency of their model,
cautions Mr Amoroso.

Ce qui devrait peut-être inquiéter des supermarchés que conventionnels le


plus, en fait, soient que les magasins discount se sont prouvés experts en
déplacement d'haut de gamme, même comme ils conservent la plupart de
leur efficacité. À beaucoup de marchés, par exemple, Lidl maintenant
actions(stocks) une gamme limitée de marchandises de marque à côté de
ses articles d'étiquette propre meilleur marché. En Grande-Bretagne Aldi a
eu l'habitude d'être connu pour des produits alimentaires en conserve et
empaquetés, mais a présenté frais et des produits de plats cuisinés. En
Allemagne Lidl a même essayé d'acheter une chaîne de supermarchés
organiques jusqu'à ce qu'un tollé y ait fait peur. Mais il y a une limite aux
magasins discount de gamme de produits peut approvisionner en
maintenant(entretenant) l'efficacité de leur modèle, avertit M. Amoroso.

In recent years the German discount model has experienced only one big
setback. In March Lidl pulled out of Norway after four years of trying to
establish itself. Rema 1000, a local discounter, will take over Lidl’s stores
there. Executives at the posher kind of supermarket must be longing to
know how the Norwegians did it.

Ces dernières années le modèle discount allemand a éprouvé seulement


une grande rechute. En mars Lidl est sorti de la Norvège après quatre ans
d'essai de s'établir. Rema 1000, un magasin discount local, reprendra les
magasins(dépôts) de Lidl là. Les cadres à la sorte plus chic de
supermarché doivent avoir très envie de savoir(connaître) comment les
Norvégiens l'ont fait.