Vous êtes sur la page 1sur 5

La responsabilité de la parole

Makkah

Cheikh Oussaamah Khayaat


Vendredi 16/1/1426 (25/2/2005)

Serviteurs d'Allah !

Craignez Allah car la crainte d'Allah est le meilleur viatique dans la vie de ce monde et
le jour de la résurrection :

{Le jour où ni les biens, ni les enfants ne seront d'aucune utilité, sauf celui qui
vient à Allah avec un coeur sain} [Ach-Chou'âraa : 88-89].

O Musulmans !

Le fait que l'homme prête beaucoup d'attention à la perfection de sa religion, au fait que
son islam soit bon et que sa foi soit correcte, est une preuve apparente et un signe
évident de sa sagesse, de la droiture de son chemin et de la perfection de sa réussite.
Donc, la religion du musulman - serviteurs d'Allah -, est son guide vers tout bonheur
dans la vie ce monde et vers toute réussite dans l'au-delà, avec tout ce qui est venu
dans la religion comme explications et guidée avec lesquelles nous sommes protégés
de l'égarement, nous nous éloignons des chemins du malheur, et des sentiers du regret
et de la perte. Et le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue), qui prêta beaucoup
d'attention à indiquer le bien à sa communauté et qui était compatissant et
miséricordieux envers elle, nous orienta vers une politesse complète, une qualité noble,
et un bon comportement avec lesquels l'Islam de l'homme est bon et il atteint ainsi le but
qui est la satisfaction d'Allah, et ceci selon le hadith rapporté par Tirmidhi, Ibn Maajah et
Ibn Hibbaane, d'après Abou Houréïra (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d'Allah
(qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Le fait de ne pas se préoccuper de ce qui ne le concerne pas, fait partie du bon
Islam de l'homme).

Et comme l'imam Al-Haafidh Ibn Abdel-Baar (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit :

- "Ce hadith fait partie des paroles concises qui contiennent beaucoup de significations
majestueuses en utilisant peu de termes ; et c'est parmi les choses que personne n'a dit
avant lui (qu'Allah prie sur lui et le salue), car celui dont l'Islam est bon, abandonnera ce qui
ne le concerne pas parmi les paroles et les actes, étant donné que l'Islam exige
l'accomplissement des devoirs religieux et l'abandon des choses interdites. Et si l'Islam
est bon, il faut alors abandonner ce qui ne nous concerne pas parmi les choses
interdites, les doutes, les choses réprouvées et les surplus des choses permises ; et
c'est ce qui est excédent à ce dont nous avons besoin".

Et le musulman n'a pas besoin de s'intéresser à ses choses si son Islam est complet et
s'il a atteint le degré de la piété [Al-Ihsaane] dont le messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui
et le salue) a expliqué la réalité dans le hadith d'Omar ibn Al-Khattab (qu'Allah soit satisfait
de lui) lorsque l'ange Gabriel (que la paix soit sur lui) l'interrogea au sujet de l'Islam, de la foi
et d'Al-Ihssaane en disant :

(C'est que tu adores Allah comme si tu le voyais, car si tu ne le vois pas, Lui,
certes, te voit) Rapporté par Mouslim et d'autres.

Et quiconque adore Allah en étant conscient qu'il est proche de son Seigneur, ou que
son Seigneur est proche de lui, son Islam sera alors bon ; et il doit donc abandonner
tout ce qui ne le concerne pas dans l'Islam, et il doit se préoccuper de ce qui le
concerne comme la croyance correcte, la foi complète, les bonnes oeuvres, et la
recherche des choses permises qui sont nécessaires à sa subsistance et sans
lesquelles sa vie ne peut être stable. Et ceci est le contraire de celui qui perd des heures
précieuses en se préoccupant de ce qui ne le concerne pas, il utilise son cerveau dans
des choses qui ne lui sont d'aucune utilité, qui ne le font pas s'élever, et qui ne le font
pas atteindre les buts corrects, les intentions honorables et les rangs nobles ; et il sera,
certes, voué à une perte évidente. Et parmi les choses dont l'homme se préoccupe et
qui ne le concerne pas :
apprendre les sciences qui ne sont pas importantes, et abandonner les sciences les
plus importantes dans lesquelles se trouvent la piété de son coeur, la pureté de son
âme, l'utilité pour ses frères, et l'élévation des affaires de son pays et de sa
communauté. Et parmi ces choses : ne pas préserver la langue des paroles inutiles et
des choses qui n'ont pas d'importance, ainsi que parler aux gens de leurs situations, de
leurs biens, de leurs dépenses et de leurs achats, et leur énumérer ces choses ; et
chercher à connaître les paroles qu'ils prononcent et les actes qu'ils font à l'intérieur de
leurs maisons, et entre leurs familles et leurs enfants, sans aucun motif légal, mais tout
simplement pour découvrir ce qui ne nous concerne pas parmi leurs affaires
personnelles et leurs affaires cachées. Et parmi les choses dont l'homme se préoccupe
et qui ne le concerne pas - serviteurs d'Allah - : le fait que l'homme parle de ce qu'il ne
connaît pas et qu'il ne pratique pas, et à propos duquel il n'a aucune spécialisation et
aucune expérience, et sans qu'on ne lui demande d'en parler ou de donner son avis,
mais tout simplement pour se divertir, pour passer le temps, pour occuper une place
d'honneur dans les assemblées, et pour que les regards se tournent vers lui. Et il se
peut qu'il parle de choses qui ne sont pas permises comme les paroles obscènes, la
description des parties intimes du corps, l'accusation des femmes chastes, croyantes et
inattentives ; diffuser de mauvaises paroles ; répandre les rumeurs, les mensonges et
nouvelles mensongères ; et il se peut que soient ajoutés à cela des mensonges que l'on
appelle les analyses et les prévisions fondées pour la plupart sur des suppositions et
des illusions. Et ce sont des choses qu'il n'est permis de faire ; il ne faut pas en parler, ni
s'appuyer sur ces choses, ni être trompé par ces choses, et il ne faut pas travailler selon
ces choses. Et parmi ce qui aide l'homme à abandonner le fait de se préoccuper de ce
qui ne le concerne pas : se rappeler que les devoirs religieux sont plus nombreux que
les heures, et que la vie est courte comme le messager de la guidée (qu'Allah prie sur lui et
le salue) a dit dans le hadith rapporté par Tirmidhi, Ibn Maajah et Al-Haakim, d'après
Abou Houréïra et Anass (qu'Allah soit satisfait d'eux) :

(La vie des gens de ma communauté est entre soixante et soixante-dix ans, et peu
parmi eux dépassent cela).

Et cette vie qui n'est pas suffisante pour les devoirs religieux comme certains savants
ont dit, suffit-elle pour les surplus et ce qui ne nous concerne pas ? Et l'homme est
responsable de sa vie et comment il l'a passée, comme il est mentionné dans le hadith
rapporté par Tirmidhi, d'après Abou Bazrah Al-Aslami (qu'Allah soit satisfait de lui) le
messager d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(L'homme ne s'en ira pas le jour du jugement avant qu'on ne l'interroge sur sa vie
et comment il l'a passée ; sur sa science et ce qu'il en a fait ; sur son argent,
comment il l'a gagné et comment il l'a dépensé ; et sur son corps et comment il l'a
utilisé).

Et toutes les paroles que l'homme prononce, sont inscrites dans les pages du livre de
ses actions, et il sera jugé pour ses paroles, afin qu'il sache que la parole a des
responsabilités et des conséquences, comme Il a dit (qu'Il soit glorifié) :
{Nous avons effectivement créé l'homme et Nous savons ce que son âme lui
suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire, quand les deux
recueillants, assis à droite et à gauche, recueillent. Il ne prononce pas une parole
sans avoir auprès de lui un observateur prêt à l'inscrire} [Qaaf : 16-18].

Et le grand savant Al-Haafidh Ibn Kathir (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit au sujet de ce
verset :

- "L'ange inscrit toutes les paroles, et ce commentaire est appuyé par la parole d'Allah
(qu'Il soit glorifié) :

{Il ne prononce pas une parole sans avoir auprès de lui un observateur prêt
à l'inscrire}

Car ce verset englobe toute parole".

Et Maalik, Ahmed, Tirmidhi, An-nassaa'i et Ibn Maajah ont rapporté d'après 'Alquamah
Al-Laïthi qui rapporte de Bilal ibn Al-Haarith (qu'Allah soit satisfait de lui) que le messager
d'Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(L'homme prononce parfois une parole dont Allah (qu'Il soit exalté) est satisfait,
sans penser qu'elle atteigne ce qu'elle atteint, et Allah lui écrit grâce à cette parole
Sa satisfaction jusqu'au jour où il Le rencontrera ; et l'homme prononce parfois
une parole qui met Allah (qu'Il soit exalté) en colère, sans penser qu'elle atteigne
ce qu'elle atteint, et Allah lui écrit à cause de cette parole Sa colère jusqu'au jour
où il Le rencontrera).

Et 'Alquamah Al-Laïthi disait :

- "Combien de paroles le hadith de Bilal ibn Al-Haarith m'a empêché de prononcer"

C’est-à-dire ce hadith et les menaces qu'il contient. Et le fait d'aimer occuper la place
d'honneur dans les assemblées et aimer que les gens tournent leurs regards vers soi,
est une intention blâmable, une qualité méprisable, et celui qui est éprouvé par ces
mauvaises qualités n'obtient que la colère d'Allah et des croyants. Donc, craignez Allah -
serviteurs d'Allah -, et imitez les meilleurs serviteurs du Miséricordieux en abandonnant
ce qui ne vous concerne pas parmi les paroles et les actes, vous serez alors parmi ceux
qui auront le succès et qui seront gagnants dans les Paradis des délices :

{Ce sont ceux-là qu'Allah a guidés et ce sont eux les doués d'intelligence !}

[Az-Zoumar : 18].
Deuxième sermon :

Serviteurs d'Allah !

Il est rapporté qu'Al-Hassan Al-Basri (qu'Allah lui fasse miséricorde) a dit :

- "Parmi les signes qui indiquent qu'Allah se détourne du serviteur, le fait qu'Il le fasse
se préoccuper de ce qui ne le concerne pas".

Donc, celui qui est doué d'intelligence, qui espère obtenir la satisfaction d'Allah et le
Paradis dans l'au-delà, doit se préoccuper de ses affaires, protéger sa langue, savoir ce
qui ce passe à son époque, et il doit considérer que ses paroles sont parmi ses actions,
car celui qui considère que ses paroles sont parmi ses actions, ne parlera que de ce qui
le concerne. Et ce que nous désignons le plus à propos de ce qui ne nous concerne pas,
comme l'a dit le grand savant Al-haafidh Ibn Rajab (qu'Allah lui fasse miséricorde) est :

La protection de la langue des paroles inutiles. Et le fait que se préoccuper de ce qui le


concerne pas, empêche l'homme d'accomplir beaucoup de biens avec lesquels il élève
son rang, sa dignité et sa position, et qui lui donne une vie agréable et une fin heureuse
dans l'au-delà, lui suffit comme préjudice !".

Donc, craignez Allah - serviteurs d'Allah -, et accomplissez ce qui vous est utile dans ce
monde et dans l'au-delà.

http://www.alharamainonline.net/