Vous êtes sur la page 1sur 8

Les dettes

Madina

Cheikh Husayn Aal-Sheikh

Vendredi 23/3/1422 (15/6/2001)

Mes frères dans l’islam :

Quiconque lit les lois de l’Islam avec lesquelles est venu le prophète Mohammed en
entier ou en détail, comprend que le but général des lois est la sauvegarde de
l’organisation de la communauté et de sa vie, la continuité de sa bonne conduite et de
sa droiture, en commençant par une bonne croyance et de bonnes actions, puis en
finissant par la bonne situation et le bien dans les affaires des gens quelque soit leur
genre ou leur diversité, dans une organisation complète pour acquérir ce qui est bon et
l’augmenter, ainsi que repousser le mal et le diminuer. Parmi les moyens de la loi
islamique pour atteindre ce but, le fait qu’elle est venu en donnant une grande place et
une grande importance aux droits des serviteurs d’Allah, un degré très élevé d’estime et
de respect ; parmi ses droits : ce que la loi islamique a décidé en ce qui concerne la
désignation de ceux qui ont des droits et comment ils peuvent profiter de leurs droits
d’une façon naturelle qui ne repousse pas les gens et sans qu’ils ressentent d’injustice
dans le jugement. Ainsi, les enseignements de l’Islam ont porté beaucoup d’attention
aux droits des serviteurs d’Allah pour leur protection, leur sauvegarde, leur estime, et
leur respect. De même, les gens de la science ont décidé de leur règle connue :
“les droits des serviteurs reposent sur le resserrement et la discussion, les droits d’Allah
reposent sur la facilité et le pardon”

Allah - qu’il soit exalté - montre un aspect des aspects de l’importance attaché aux droits
des serviteurs, dans deux endroits de son livre, en disant :

{O, vous qui avez cru! Ne mangez pas vos biens entre vous à tort}

Le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) lui aussi a dit :

(il est interdit de prendre l’argent d’un musulman sauf s’il est d’accord)

Rapporté par Ibn Hibbane et Al-Hakem dans leurs deux recueils authentiques.

Il a dit aussi (qu’Allah prie sur lui et le salue) :

(Votre sang, votre argent, et vos propriétés, vous sont interdits entre vous,
comme ce jour qui est sacré, dans ce mois, dans cette ville).

Il confirme ce sens (qu’Allah prie sur lui et le salue) en disant :

(à lui ce que tu as pris, jusqu’à ce que tu lui rendes)

Rapporté par Ahmed et Al-Hakem a dit qu’il est authentique en confirmant avec le hadith :

(Donne le dépôt à celui qui te l’a confié, et ne trahie pas celui qui t’a trahi)

Rapporté par Abou Dawoud et Attirmidhi, Al-Hakem a dit qu’il est authentique.

Oh, serviteurs d’Allah! :

Parmi les droits des serviteurs dont l’Islam a fondé les bases, a organisé les règles, et
lui a donné des principes ainsi que des assurances qui l’a complètent, l’affaire des
dettes qui sont particulières aux hommes, l’Islam a averti contre le fait de pas
rembourser les dettes, ou le retard dans le remboursement, ou encore penser que ce
n’est pas un problème de ne pas rembourser les dettes ; la dette due à un homme, dans
l’Islam, est un grand dépôt et une grande responsabilité, Allah a dit :

{Allah vous ordonne de restituer les dépôts à leurs ayants-droit et si vous arbitrez
entre les gens d’arbitrer avec justice}

Al-Boukhari a donné à un chapitre de son recueil authentique le titre :

“chapitre : le remboursement des dettes”


Ensuite il a cité ce verset :

Allah - qu’il soit exalté - a dit en donnant un ordre à ses serviteurs :

{Si l’un de vous fait confiance à l’autre, que celui à qui on a fait confiance restitue
intégralement son dépôt et qu’il craigne Allah son Seigneur!}

{O vous qui avez cru! Respectez scrupuleusement les pactes qui vous lient}.

De plus, la loi islamique a aggravé la peine si ces droits ne sont pas respectés, le
prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue), selon ce que rapporte Al-Boukhari, a dit :

(celui qui a commis une injustice envers son frère, qu’il s’en dégage, car après il
n’y aura plus de dinar ni de dirham, avant qu’on ne prenne ses bonnes actions
pour les donner à son frère (dans l’Islam) ; s’il n’a pas de bonnes actions, on
prendra les péchés de son frère et on les lui donnera).

L’Islam a donné une grande importance à la dette due à quelqu’un à un tel point qu’il l’a
exclue des choses qui sont la cause du pardon des péchés, le prophète (qu’Allah prie sur
lui et le salue) a dit :

(tous les péchés du matyr lui sont pardonnés sauf les dettes)

Rapporté par Mouslim, et dans une autre de ses versions :

(la mort dans le chemin d’Allah efface toute chose sauf les dettes).

Selon Abou Quatada (qu’Allah soit satisfait de lui), dans le hadith qu’il a transmis, le
prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) se leva, puis dit :

(“Le combat dans le chemin d’Allah et la croyance en Allah sont les meilleurs
actions”) un homme se leva et dit :

“si je meurs dans le chemin d’Allah, tous mes péchés me seront-ils pardonnés?” le
prophète dit :

“oui, si tu es patient recherchant la récompense auprès d’Allah, en avançant vers


l’ennemi et non en reculant, sauf les dettes car l’ange Gabriel (que la paix soit sur
lui) m’a dit cela” rapporté par Mouslim.

Ainsi, en suivant cette révélation divine, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) ne priait
pas sur le mort qui avait des dettes. Jabir (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit :

“un homme parmi nous mourut, après que nous l’ayons lavé, parfumé, et mis dans son
linceul, nous allâmes voir le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) et nous dîmes :

est-ce que tu pries sur lui? Il avança, puis dit :


“a-t-il des dettes ? Nous dîmes :

Deux dinars, alors il partit ; Abou Quatada prit la charge de payer la dette, nous allâmes
donc le voir, et Abou Quatada dit :

je vais payer les deux dinars, le prophète dit alors :

(le créancier a eu son droit, et le mort n’est plus endetté”, il dit :

oui, il accomplit donc la prière sur lui.

Rapporté par Ahmed, Abou Dawoud, et Annassaï, Ibn Hibbane et Al-Hakem ont dit que c’est un
hadith authentique.

Selon Abou Houreira, parfois, on amenait au prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) un
homme mort qui a des dettes, il demandait :

(A-t-il laissé quelque chose pour rembourser ses dettes ?)

Si on lui disait qu’il a laissé quelque chose, il priait sur lui, dans le cas contraire, il disait :

(priez sur votre compagnon) ;

Puis, lorsqu’Allah lui ouvrit les portes des conquêtes, il dit :

(Je suis responsable des croyants, quiconque meurt en laissant des dettes, je me
charge de les payer) rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Les gens de la science ont dit :

“le prophète n’accomplissait pas la prière sur les morts ayant des dettes, car sa prière
(qu’Allah prie sur lui et le salue) est une intercession, et son intercession est acceptée, elle
n’est jamais refusée, tandis que la dette n’est effacée que si elle est payée”.

Mes frères dans l’Islam :

Le retard dans le paiement des dettes que l’on doit au riche, est une grande injustice, ne
pas lui restituer son droit ou le retarder alors qu’il est possible de payer, est une
transgression énorme. Le prophète a dit :

(retarder le paiement de la dette du riche est une injustice …).

Et rapporté par abou Dawoud, Annassaï, et Al-Boukhari qui a dit que ce hadith est bon.
Comme il est dit dans “Fathoul Bari” :

(Celui qui ne paye pas les dettes alors qu’il peut payer, peut être punis).

Les gens de la science ont dit :

“Al Moutal en arabe veut dire le retard, et dans le hadith, il veut dire : retarder le
paiement de la dette sans raison valable alors que l’on peut payer.”

Mes frères dans l’Islam :

Après ces instructions d’Allah et ces conseils prophétiques en ce qui concerne les
dettes, voyons la mise en pratique ; elle demande la bienfaisance, la miséricorde, et la
compassion ; ainsi que la facilité et la souplesse :

Le serviteur ne doit prendre des dettes que s’il en a vraiment besoin, avec de bonnes
intentions, avec la volonté sincère de rembourser les dettes ; il ne doit pas avoir de
mauvaises intentions ou cacher un mauvais but.

Le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(quiconque prend l’argent des gens en voulant le rembourser, Allah le


remboursera pour lui, et quiconque le prend avec l’intention de le gaspiller, Allah
le gaspillera) rapporté par Al-Boukhari.

Les gens de la science ont dit :

“le fait qu’Allah va rembourser sa dette pour lui, veut dire qu’il va lui faciliter pour le
remboursement dans ce monde, et aussi, il va rembourser sa dette pour lui dans l’autre
monde, en satisfaisant son créancier avec ce qu’Allah voudra, si le serviteur ne peut pas
rembourser”

Ibn Majah, Ibn Hibane, et Al-Hakem ont rapporté ce hadith :

(Le musulman qui prend une dette, alors qu’Allah sait qu’il veut la rembourser,
Allah la remboursera pour lui dans ce monde et dans l’autre)

Et faites attention d’avoir une mauvaise intention ou un mauvais but en pensant à ne


pas rembourser la dette, car celui qui fait cela, sera dans la situation de gaspillage qui
est dit dans le hadith, selon la parole du prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) :

(et quiconque le prend en voulant le gaspiller, Allah le gaspillera)


Les gens de la science ont dit :

“le gaspillage ici, comprend le gaspillage de la personne elle-même en le détruisant, et il


comprend aussi le gaspillage du bien de sa vie, ses affaires et ses demandes seront
rendues difficiles, la bénédiction s’en ira de sa vie, de plus, il sera puni dans l’autre
monde” .

O serviteurs d’Allah! :

Parmi ces instructions, la loi islamique a ordonné à celui qui emprunte de l’argent de
bien rembourser et d’être généreux avec celui qui lui a prêté l’argent lorsqu’il veut lui
rembourser. Selon Abou Rafîi, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) emprunta la
poulie d’un homme, puis des chameaux de l’aumône arrivèrent, il ordonna à Abou Rafîi
de rembourser la dette de l’homme, celui-ci dit : je ne trouve que de très bons chameaux,
le prophète dit alors :

(donne-lui, car le meilleur des hommes, est celui qui rembourse le mieux)

Rapporté par Mouslim.

O les musulmans! :

Parmi les conseils de la loi du prophète, le fait de faciliter à ceux qui sont dans une
situation difficile, le pardon, et rendre les choses faciles aux pauvres et à ceux qui sont
dans le besoin. Car parmi les devoirs de l’islam, permettre à ceux qui sont dans une
situation difficile de rembourser plus tard, et attendre jusqu’à ce que celui qui a
emprunté, puisse rembourser lorsqu’il le peut, Allah a dit :

{S’il est dans la gêne, donnez-lui un délai jusqu’à des temps meilleurs}

Et la gêne, est la situation difficile en ce qui concerne l’argent.

Mes frères dans l’Islam :

Le fait de faciliter à celui qui est dans une situation difficile a un grand mérite et une
grande récompense ; selon Abou Houreira, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a
dit :

(celui qui facilite à quelqu’un dans une situation difficile, Allah lui facilitera dans
ce monde et dans l’autre) ;
Parmi les plus grandes façons de faciliter, effacer la dette entièrement ou une partie.

Allah a dit :

{Et que vous fassiez l’aumône est mieux pour vous} ,

Dans les deux recueils de hadiths authentiques, se trouve le hadith du prophète (qu’Allah
prie sur lui et le salue) :

(un commerçant prêtait de l’argent aux gens, lorsqu’il voyait quelqu’un dans une
situation difficile, il disait à ses servants :

“pardonnez-lui, peut-être qu’Allah nous pardonnera, Allah lui pardonna donc).

Et selon Abou Massaoud Al-Ançari (qu’Allah soit satisfait de lui), il a entendu le prophète
(qu’Allah prie sur lui et le salue) dire :

(un homme mourut, on lui dit : par quelle action, Allah t’a-t-il pardonné? Il dit
alors :

je faisais du commerce avec les gens, je pardonnais à celui qui était dans une
situation difficile, et je diminuais à celui qui était dans une bonne situation) .

Mouslim rapporte, selon le hadith d’Abou Quatada, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le
salue) a dit :

(celui qui souhaite qu’Allah le sauve des tourments du jour du jugement, qu’il
facilite à quelqu’un qui est dans une situation difficile, ou qu’il lui pardonne).

Et aussi, selon Abou Attassir, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(quiconque prolonge le remboursement de celui qui est dans une situation


difficile, ou lui pardonne, Allah le mettra sous son ombre, le jour ou il n’y aura pas
d’autre ombre que son ombre).

Mes frères dans l’Islam, O vous les riches :

Cherchez les pauvres, et ceux qui ont des dettes, donnez-leur de ce qu’Allah vous a
donné et facilitez-leur, car Mouslim rapporte, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a
dit :

(celui qui dissipe à un croyant un tourment des tourments de ce monde, Allah lui
dissipera un tourment des tourments du jour du jugement)
Et dans le “Mousned” :

(celui qui veut que ses invocations soient acceptées, et que son tourment soit
dissipé, qu’il dissipe les ennuies de celui qui est dans un situation difficile).

Donc, mettez en pratique ces conseils, qu’Allah vous protège! ; suivez leur chemin, vous
serez heureux, vous gagnerez, vos affaires seront bien organisées, et votre société aura
une bonne conduite .

Le deuxième sermon :

Mes frères dans l’Islam :

Parmi les droits obligatoires dont l’Islam a insisté pour qu’il soit respecté, et que nous y
prêtions attention, et a insisté aussi pour qu’il ne soit pas retardé ou qu’il soit restitué
lorsqu’il doit l’être, le salaire des ouvriers, et les droits des travailleurs faibles. Selon
Abou Houreira, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Allah - qu’il soit exalté - a dit :

Trois personnes dont Je serai l’ennemi le jour du jugement :

un homme qui a donné pour moi, ensuite a trahi ; un homme qui a vendu
quelqu’un qui est libre, et a mangé le prix de sa vente ; et un homme qui a pris un
ouvrier , qui a eu ce qu’il voulait de lui, et il ne lui a pas donné son salaire)

rapporté par Al-Boukhari .

Et selon Ibn Omar, le prophète (qu’Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Donnez à l’ouvrier son salaire, avant que sa sueur ne sèche)

Rapporté par Ibn Majah, et c’est un hadith authentique.

http://www.alharamainonline.net/