Vous êtes sur la page 1sur 5

La médisance

Madina

Cheikh Ali ibn Abderrahmane Al-Houdéïfi

Vendredi 20/7/1423 (27/9/2002)

Craignez Allah (qu'il soit exalté), obéissez-lui et ayez peur d’un jour où vous retournerez
vers Allah, puis chaque âme recevra la récompense de ce qu’elle aura accompli, et ils
ne subiront point aucune injustice.

Serviteurs d’Allah !

Les grands péchés sont la cause du malheur, du mal et du châtiment dans ce monde et
dans l’autre ; et parmi les grands péchés la médisance et la calomnie. Allah (qu'il soit
exalté) a interdit ces deux péchés dans son Livre et sur la langue de son messager
(qu'Allah prie sur lui et le salue) car ils corrompent les coeurs et les séparent, ils répandent
le mal, provoquent les problèmes, et celui qui commet ces péchés, regrettera un jour où
il ne lui servira à rien de regretter. De même qu’ils engendrent les disputes, la haine et la
jalousie; ils provoquent aussi l’hostilité entre les familles, les voisins et les proches
parents ; ils diminuent les bonnes actions, augmentent les péchés, et amènent à
l’humiliation et l’abaissement. La médisance et la calomnie sont une honte et mènent à
l’enfer ; celui qui commet ces péchés n’est pas aimé, il meurt dans une mauvaise
situation, les coeurs s’éloignent de lui et ses défauts augmentent. Allah (qu'il soit exalté) a
interdit ces deux péchés par sa parole :
{O vous qui avez cru ! Evitez beaucoup de conjectures (soupçons), certaines
conjectures sont un péché.

Ne vous espionnez pas et ne médisez pas les uns des autres.

Est-ce que l’un de vous aimerait manger la chair du cadavre de son frère?

Cela vous répugne évidemment.

Craignez pieusement Allah !

Allah agrée toujours le retour des repentis et il est infiniment Miséricordieux}.

Allah (qu'il soit exalté) a comparé le médisant à celui qui mange la chair du cadavre de
son frère ; donc, si le médisant déteste manger la chair du cadavre de son frère, il ne
doit pas manger sa chair alors qu'il est vivant avec la médisance et la calomnie, car la
médisance est comme manger sa chair alors qu'il est vivant. Et la signification de la
médisance est : le fait de parler du musulman en mentionnant ce qu'il déteste pendant
son absence. Selon Abou Houréïra (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah
(qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Savez-vous ce qu’est la médisance ?) ils dirent :

- “Allah et son messager sont plus savant que nous”. Il dit :

(Le fait de parler de ton frère en mentionnant ce qu'il déteste). Quelqu’un dit :

- “Et si ce que je dis à propos de mon frère est vrai ?”. il dit :

(Si ce que tu dis à propos de ton frère est vrai, tu auras alors commis la
médisance contre lui ; et si ce n’est pas vrai, tu l’auras alors calomnié)

Rapporté par Mouslim.

O musulmans !

Protégez vos langues contre la médisance, car celui qui aura protégé sa langue contre
les mauvaises paroles et accompli les bonnes actions, obtiendra la réussite ; selon Sahl
ibn Sâad (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Celui qui me garantit de protéger ce qui se trouve entre sa moustache et sa barbe


(sa langue), et ce qui se trouve entre ses jambes (son sexe), je lui garantis le
paradis) Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.
Méfiez-vous des péchés commis par la langue, car elle peut amener à la destruction et
à la chute, selon Abou Saïd Al-Khoudri (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah
(qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(Lorsque le fils d’Adam se réveille le matin, les membres renient la langue et lui
disent : crains Allah, car nous dépendons de toi, si tu suis le droit chemin, nous le
suivons aussi ; et si tu ne le suis pas, nous ne le suivons pas non plus)

Rapporté par Tirmidhi.

Selon Anas (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a
dit :

(Lorsque j’ai fait l’ascension au ciel, je suis passé devant un groupe de personnes
qui avaient des ongles en fer (acier) avec lesquels ils se griffaient le visage et la
poitrine ; je dis : (Qui sont ceux-là, ô Gabriel (l’ange Gabriel) ?) ; il dit :

« Ce sont ceux qui mangent la chair des gens et les calomnient) rapporté par Abou Dawoud.

Ne minimise pas la médisance, ô musulman, car ce péché représente un grand danger,


Allah (qu'il soit exalté) a dit :

{Vous croyiez la chose de peu d’importance alors que pour Allah c’est énorme}.

Abou Bakr (qu'Allah soit satisfait de lui) prenait sa langue et disait :

- « C’est cela qui m’a amené vers les destructions, il disait cela à cause de sa modestie
et parce qu’il se jugeait beaucoup lui-même ».

La médisance s’est répandue dans les assemblées, elle provoque la colère, la haine et
la jalousie ; il se peut que le médisant pense qu'il cache ses défauts par la médisance,
et qu’il nuit à celui qu'il médit, et il ne sait pas que les dangers et le mal de la médisance
sont contre lui-même ; le médisant est injuste, et celui à propos de qui il parle, est
victime d’une injustice ; le jour du jugement, l’injuste et celui qui est victime de l’injustice
seront debout devant Allah qui est le juge juste ; la victime de l’injustice demandera à
son Seigneur de juger entre lui et l’injuste, Allah donnera à la victime de l’injustice les
bonnes actions de l’injuste ou jettera sur celui-ci les mauvaises actions de la victime
selon l’injustice commise à cause de la médisance, le jour où le fils ne donnera pas une
seule bonne action à son père, et l’ami intime ne donnera pas non plus une seule bonne
action à son ami ; chacun dira : “Moi, moi (c’est-à-dire : je ne peux rien pour toi). Et dans
le hadith :

(L’intérêt renferme environ soixante-dix portes (façons de le pratiquer), le plus


facile est que l’homme a des rapports sexuels avec sa mère, et le plus grand est
que le musulman dise du mal de son frère en Islam).
Et selon Abou Darda (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le
salue) a dit :

(Quiconque prend la défense de son frère lorsque l’on dit du mal de lui, Allah
éloignera son visage de l’enfer le jour du jugement) rapporté par Tirmidhi.

Allah (qu'il soit exalté) a dit :

{O vous qui avez cru ! Craignez Allah et dites une parole juste, il vous corrigera
vos actions et pardonnera vos péchés.

Et quiconque obéit à Allah et à son messager, aura une grande réussite}.

Deuxième sermon :

O musulmans !

Craignez Allah, car celui qui le craint, il le protégera du châtiment et augmentera sa


récompense ; Allah (qu'il soit exalté) a dit :

{Oui, Nous avons effectivement créé l’homme, Nous savons les mauvaises
pensées que fait naître en lui-même son âme bestiale et Nous sommes plus près
de lui que sa veine jugulaire.

Quand les deux enregistreurs (les anges gardiens), assis l’un à sa droite et l’autre
à sa gauche, enregistrent au fur et à mesure (l’un ses bonnes actions et
l’autre ses mauvaises).

Il ne prononce pas une parole sans qu'il n’ait à ses côtés un observateur bien
prédisposé (à ce rôle}.

Serviteurs d’Allah !

La médisance et la calomnie sont parmi les grands péchés que le diable a embellis à
l’homme, et celui-ci est tombé dans son piège et a été injuste envers lui-même. Et la
calomnie est une sorte de médisance répugnante ; c’est le fait de transmettre les
paroles des gens entre eux avec l’intention de semer la discorde et la dispute entre eux.
Allah (qu'il soit exalté) a dit en blâmant le calomniateur :

{N’obéis à aucun être ne faisant que jurer et n’inspirant que mépris,


mauvaise langue et rapporteur}.
D’après Houzéïfa (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le
salue) a dit :

(Le calomniateur (rapporteur) n’entre pas au paradis)

Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Donc, craignez Allah, ô musulmans, et jugez-vous vous-mêmes avant que vous ne


soyez jugés.

O musulmans !

Les savants ont justifié qu'il est permis à la victime de l’injustice de mentionner l’injustice
qu’il a subie au gouverneur ou au juge ; il est permis aussi à celui qui a vu une action
illicite de la dénoncer à celui qui a le pouvoir de changer cela et de punir celui qui l’a
commise ; il est permis à celui qui interroge un savant de mentionner l’injustice qu’il a
subie ; et il vous est permis de dire la situation d’une personne à celui qui vous interroge
à propos d’elle, et vous n’avez pas le droit de cacher ce qui pourrait l’induire dans
l’erreur ou faire qu'il soit trompé ; dans tous ces cas, la médisance est permise.

http://www.alharamainonline.net/

Vous aimerez peut-être aussi