Vous êtes sur la page 1sur 2

'amru khalid

Date 21/2/2005 19:30:00 | Sujet : Avertissements

‘Amru Khalid
Shaikh Fawzi Al-Athari

Ecoutez ce que dit shaikh Fawzi Al-Athari :

Question : Shaikh, je prends Allah à témoin que je vous aime en Allah, quel est votre avis
sur ‘Amru Khalid ?

Réponse : En fait, les gens dans son genre, les pieux prédécesseurs les appelaient les
conteurs (qusas), et les salafs ont avertis contre eux et leurs ouvrages. Et les gens de
science de notre époque comme shaikh Al-Albani, shaikh Ibn Baz, shaikh Al-‘Uthaymin,
shaikh Al-Fawzan ont mis en garde contre leurs livres et leurs cassettes. Donc il n’est pas
permis d’écouter ses cassettes, ni celles d’un autre parmi les conteurs, car ils sont les gens
du faux, ils rapportent des histoires fausses, des hadiths mensongers, une voie fausse, des
pensées étrangères (à l’islam) en contradiction avec le Qur’an et la Sunna. Ils comprennent
la religion avec leur compréhension et leurs avis et il n’est pas permis d’écouter ses
cassettes ou d’autres que lui parmi les conteurs. Il y a des livres qui avertissent contre les
conteurs, et comme ils sont nombreux à cette époque ! Shaikh Al-‘Uthaymin a un livre dans
lequel ils exposent ce que sont les conteurs, aussi l’imam As-Suyuti dans Tahdhir al-khawas
min al-qusas, aussi Ibn Al-Jawzi dans Kitab al-qusas, aussi en de nombreux endroits de ses
livres Ibn Al-Qayaim met en garde contre les conteurs, aussi l’imam ad-Dhahabi a rapporté
de nombreuses mises en garde des salafs contre les conteurs dans Syar a’lam an-nubala. A
l’époque des salafs, lorsqu’un conteur venait dans leur ville, ils ne se pressaient pas pour
d’asseoir avec lui comme le font les gens aujourd’hui, on leur dit : « il y a une conférence
d’un savant » et ils acceptent cela sans questionner ni même attendre de réponse, alors
qu’Allah dit : « demandez aux gens de science si vous ne savez pas ». En vérité, il se
peut que ce conteur soit égaré et qu’il t’égare, ignorant et qu’il te rende ignorant. Il t’expose
des hadiths faibles, mensongers comme le fait ’Amru Khalid. En vérité, les pieux
prédécesseurs n’agissaient pas ainsi, lorsque quelqu’un venait chez eux et voulait parler, ils
interrogeaient sur lui : est-il sûr ? A-t-il de la science ? Au point qu’on leur demandait
presque : vous voulez le marier ? En raison du grande nombre de leurs questions. Regarde
comment ils agissaient et regarde aujourd’hui tous ces groupes d’innovateurs qui sont
apparus d’un seul coup et qui répandent leurs messages partout dans le monde. Et ils font
des conférences dans les mosquées car ils savent que les gens n’interrogent pas sur cet
homme qui vient parler, mais au contraire ils acceptent. Ils sont comme le cheval qui
lorsqu’il voit le feu croit que c’est la lumière, et ainsi (il reste dans l’étable) et périt par le feu.
Ces gens aussi, lorsqu’ils voient un prêcheur, croient que c’est la lumière, la sunna, ils
s’installent un moment (pour écouter) puis ils sortent et ils n’ont rien appris du tout. Et il se
peut que tu demandes à l’un d’entre eux et qu’il te dise : j’ai pleuré et je ne sais pas
pourquoi, j’ai vu les gens pleurer alors j’ai pleuré. Ainsi cet homme (‘Amru Khalid) fait partie
des frères musulmans, il est connu pour son ignorance, les hadiths faibles et mensongers,
la fausseté de ces paroles et de sa voie. Il parle et les gens ne comprennent rien, il fait rire
les gens et il les a même fait chanter dans la mosquée, il fait du tamyi’ (il se mélange, il
accepte) avec le soufisme, il chante dans ses conférences et les gens chantent, et il n’y a ni
Qur’an ni sunna car celui qui n’a rien ne peut rien donner. Il y a quelques temps une frère et
venu me rapporter qu’un homme est venu le voir et lui a dit : as-tu assisté à al conférence
hier soir ? Il dit : non, je n’y ai pas assisté. L’homme lui répondit : Tu as manqué un grand
bien. Il dit : quel bien ai-je manqué ? Il dit : une conférence dans laquelle nous avons rigolé.
C’est cela le grand bien : de rire ? En vérité c’est une tromperie, et il nous faut différencier
entre les gens de la vérité et les gens du faux, comme je vous l’ai dit. Il faut une bonne
intention, un bon objectif et de la sincérité envers Allah.

Traduit par les salafis de l’Est

Cet article provient de Salafi de l'est


http://www.salafs.com

L'adresse de cet article est :


http://www.salafs.com/article.php?storyid=10074

Vous aimerez peut-être aussi