Vous êtes sur la page 1sur 1

Tribu n° 15 15

Comment réconcilier éthique et
performance dans l’entreprise ?
Il est évident que l’amélioration des performances
constitue un impératif essentiel face à des pays à
main d’œuvre bon marché. Et cela dans un monde
où toutes les entreprises, quelle que soit leur
activité, sont en concurrence quant à la cap-
tation du pouvoir d’achat des consommateurs.
Une performance élevée est également indis-
pensable pour répondre à l’appétit des apporteurs
de capitaux à la recherche d’une rentabilité toujours
plus élevée.
On sait que cette performance accrue est parfois obtenue
au mépris de comportements éthiques. Pire, aux yeux de beau-
coup, l’éthique constitue un obstacle à la performance. Mais
interrogeons nous : Et si l’éthique était au contraire une source
de performance ?
Telle a été, il y a près de 2 500 ans, la position d’un penseur dont
l’influence reste aujourd’hui immense : Confucius. Appliquer
dans l’entreprise certaines de ses leçons peut être particuliè-
rement judicieux. En effet, opter pour un management éthique,
et de façon générale un comportement fondé sur le respect
de l’autre, engendre en général une harmonie des relations et
de meilleurs résultats. On le voit, une démarche éthique, qui
répond à des attentes de plus en plus pressantes de nos in-
terlocuteurs – clients, partenaires, actionnaires, salariés, etc.
- n’est pas totalement désintéressée !
Qu’enseignait le « Maître » qui peut être utilement transposé
aujourd’hui dans l’entreprise ? Sans viser à épuiser le sujet –
particulièrement riche – citons par exemple : se conduire « en
homme de bien », c’est-à-dire respecter l’autre, diriger avec
probité et intégrité. Citons également : chercher à progresser
et donner l’exemple, donc exiger beaucoup de soi. Mais aussi
exiger beaucoup des autres tout en conciliant bienveillance et
sévérité. « Diriger par le cœur » et viser l’harmonie, donc trou-
ver le juste milieu est une composante essentielle du mana-
gement éthique. Confucius préconisait également de toujours
apprendre, d’accepter d’apprendre des autres et de chercher
à mieux les connaître. Parmi ses autres préceptes, citons :
enseigner et faire progresser, user de charisme et séduire afin
d’« être obéi sans avoir à évoquer son droit de commander ».
Citons également : détecter des hommes de talent, c’est-à-dire
« droits, intègres et rigoureux » et faire confiance ; enfin avoir
le sens de l’humain - valeur essentielle du confucianisme - et
dans ce cadre mettre l’économie au service de l’homme ; et
non l’inverse.
Concrètement le management éthique a pour noms : le respect
des engagements vis-à-vis de ses partenaires, la prévention
des conflits d’intérêts, l’écoute et la volonté réelle de com-
prendre ses interlocuteurs, le courage au quotidien, l’ambition
pour soi et pour les autres, le développement des compétences
et des aptitudes, la reconnaissance de la valeur ajoutée de cha-
cun, etc. Dans ce cadre l’entreprise va définir une « culture »
spécifique, c’est-à-dire un ensemble partagé de valeurs (ce qui
est bien / ce qui est mal) et de croyances (qui est vrai / ce qui est
faux), d’où vont naître des normes de conduite et des solutions
permettant de fédérer et de mobiliser les équipes. Cela autour
d’un mot d’ordre essentiel : « bien faire en faisant le bien ».
Le respect de l’éthique peut être source de résultats accrus.
Comme le conseillait Confucius, conduisez-vous correctement,
ayez des exigences morales élevées et vous gouvernerez avec
plus d’efficacité. Le programme est ambitieux, mais comme
l’énonçait « Maître Kong » : « l’honnête homme ne donne pas
sa mesure dans les petites choses ».
Gérard Lelarge
GL FORMATION
www.glformation.com
Bonne question ! auront noté certains lecteurs… Bien que le verbe « réconcilier » laisse entendre que les
deux ncticns, étbique et perfcrmance, scnt antincmiques, cbIigeant Ies entreprises à cbcisir. D`autres
lecteurs, préoccupés par les dérives qui discréditent le monde des affaires, feront remarquer que beau-
coup d’elles privilégient la performance à l’éthique, définie comme l’ensemble des règles guidant la façon
d`être et de se ccmpcrter au quctidien. En un mct de « bien se ccnduire ».
Auteur de « Confucius. 18 leçons
pour réconcilier éthique et
performance » (Editions Maxima.
2011), Gérard Lelarge anime
sur ce thème des conférences
ainsi que des séminaires intra ou
interentreprises.
Contact : gérardlelarge@hotmail.
com - 06 89 15 09 43
CAHIER EXPERTISE