Vous êtes sur la page 1sur 2

Gouvernement Flamand

Dialogue communautaire septembre 2008

1. Le gouvernement flamand a dans son accord de gouvernement de 2004 et dans la


déclaration de l'Octopus de février 2008, opté pour une réforme approfondie de l'Etat qui
transfère le centre des compétences aux Etats-fédérés, et il a formulé ses objectifs.

L'accord de gouvernement (flamand) complémentaire du 18 mai 2005 a acté, en vertu du


principe d'homogénéité linguistique et territoriale, le rejet sous quelque forme que ce soit
de toute extension de la Région Bruxelles-Capitale, de toute modification unilatérale de la
législation linguistique à Bruxelles, de droits d'inscription et de tout autre privilège
supplémentaire pour les habitants francophones de Flandre, et des compétences de la
communauté française en Flandre.

2. Pour pouvoir réaliser ces objectifs flamands relatifs à une réforme de l'Etat, le
Gouvernement flamand est prêt à participer à un dialogue communautaire sous réserve
d'un certain nombre de conditions strictes et nécesaires.

3. En ce qui concerne la composition du dialogue communautaire, le gouvernement flamand


est d'avis que:
a. c’est une dialogue paritaire d’Etat-fédéré à Etat-fédéré, entre les grandes
communautés linguistiques: ce sont donc leurs gouvernements qui donnent un
mandat clair aux représentants qu’ils désignent pour négocier la réforme de
l'Etat.
b. il est souhaitable que les ministres fédéraux des réformes institutionnelles
soient invités au dialogue communautaire.

4. Les partis du gouvernement flamand s'engagent, pour autant que nécessaire, à ce que les
accords obtenus dans le dialogue communautaire soit aussi approuvé par le niveau
fédéral. Le gouvernement flamand attend le même engagement de la part de tous les
partis politiques qui participent à la négociation communautaire.

En ce qui concerne la scission de l'arrondissement électoral de BHV, la solution pour le


gouvernement flamand et les partis de gouvernement flamands, se trouve, en accord avec
son programme gouvernemental, uniquement dans le traitement et l'approbation finale
des propositions en cours au parlement fédéral.

5. Le Gouvernement flamand est d'avis que le dialogue communautaire doit lui-même


déterminer son ordre du jour afin de transférer le centre des compétences aux Etats-
fédérés. Pour appliquer cette méthode l'ordre du jour doit être en premier lieu absolument
ouvert.

Les critères d'attribution des compétences sont ceux en vigueur dans d'autres Etats (con-)
fédéraux: le respect réciproque; l'intégrité territoriale; subsidarité/efficience/homogénéité;
solidarité; responsabilité fiscale et financière.

Cette méthode à agenda ouvert implique la modification de l'article 195 de la


Constitution afin de permettre une révision de la Constitution sans déclaration de révision
préalable.
Pour le Gouvernement flamand, il est essentiel que ce dialogue soit mis sur pied et mené
de manière crédible et que, comme contenu dans l'accord de gouvernement flamand, des
résultats concrets soient engrrangés pendant son actuelle législature.

6. Tous les partis et personnes qui participent au dialogue de communauté doivent être
pleinement conscients que ceci ne peut avoir une chance de réussir que moyennant le
respect de la confidentialité la plus stricte.

Bruxelles, 5 septembre 2008