Vous êtes sur la page 1sur 4

50 | Migros Magazine 8, 22 février 2010

50 | Migros Magazine 8, 22 février 2010 C heveux courts, silhouette élan- cée, Sandrine Viglino,

C heveux courts, silhouette élan-

cée, Sandrine Viglino, 34 ans,

ouvre la porte de sa «maison

de Barbie», comme elle l’appelle. Pas de rose à l’horizon, ni sur elle. En noir de la tête jusqu’aux che- villes. De manière que ses chaussu- res multicolores, elles, se voient bien. Même que des gens l’accos- tent dans la rue pour lui en parler. C’est que dans la famille de son «Ken», on tient un magasin de sou- liers à Martigny depuis plusieurs générations. Autant dire que l’ar- tiste a trouvé chaussure(s) à son pied. Ses deux mazots non plus n’ont rien d’un logement de fifille. Plutôt un nid douillet, réchauffé de boiseries apparentes et surtout d’une cheminée. C’est au milieu des vignes qu’habite la Barbie de Fully (VS). Enfin, depuis qu’elle brûle les planches avec son nouveau specta- cle L’air de rien, elle y transite.

Une question

de sincérité

A peine lancé, son one woman

show cartonne déjà. Pour une co- médienne qui avertit les specta- teurs d’un «Je n’ai rien à dire», c’est plutôt une bonne nouvelle. C’est que cette brindille brune a un se- cret. «Si on est sincère avec soi, on fait du bon travail.» Simplement, elle raconte ce qui lui passe par la tête. Egratigne des mythes inatta-

quables, à commencer par Barbara.

La chanteuse française, elle la pi-

cote parce que, après tout, c’est à cause d’elle qu’elle a dû apprendre

le piano. Car elle lui ressemblait.

Ce que la fillette de l’époque n’a pas

pris pour un compliment, «Barbara

était déjà vieille». La comédienne dit se poser des questions insignifiantes. Comme

de savoir ce qu’est devenue la petite

Marie de la chanson. Se demande

Secrets de cuisine Cuisiner pour vous, c’est si je suis toute seule. Une contrainte Mais
Secrets de cuisine
Cuisiner pour vous, c’est
si je suis toute seule.
Une contrainte
Mais c’est un
plaisir de cuisiner pour
des amis, des gens
que j’aime.
Votre plat préféré?
gâteau au fromage
Le
de maman avec
salade verte du jardin.
une bonne
Avec
qui aimeriez-vous
partager
un repas?
Avec Pascal
Couchepin
pour connaître
les dessous de la politique ou avec
Véronique Sanson que j’admire au
niveau artistique.
Qu’avez-vous
toujours
chez
vous?
Des
pâtes,
du risotto
pour
pouvoir
toujours
Et cuisiner quelque moka,
je spontanément, chose
des
yogourts
les
adore,
une
ou
deux
tomates,
des
oignons
pour
pouvoir
préparer
bon
et
simple.
bien
sûr
un
bout de
de
fromage.

encore pourquoi on se moque tou- jours des miss. Si la belle de Fully n’a pas fait le concours, il y a bien une raison. «Je n’ai pas de copines. C’est vrai, les miss disent toujours que c’est leurs copines qui les ont inscrites.» Plutôt qu’un groupuscule de na-

nas, Sandrine Viglino est entourée de mecs: Jean-Luc Barbezat (met- teur en scène de son one woman show), et ses potes de La Soupe est pleine Thierry Meury, Laurent Flütsch, Christophe Bugnon ou en- core Yann Lambiel. De sa- crés numéros, dont certains

en- core Yann Lambiel. De sa- crés numéros, dont certains Un secret de famille au Sandrine

Un secret de famille au

Sandrine Viglino cartonne avec son nouveau spectacle «L’air de rien». Entre deux représentations, Fully, sa recette de la «mousse mythique aux framboises».

CUISINE DE SAISON SANDRINE VIGLINO | 51

CUISINE DE SA ISON SA NDRINE VIGLINO | 51

goût fruité

la comique valaisanne dévoile, chez elle à

goût fruité la comique valaisanne dévoile, chez elle à   RÉDUIRE les framboises en purée dans
goût fruité la comique valaisanne dévoile, chez elle à   RÉDUIRE les framboises en purée dans
goût fruité la comique valaisanne dévoile, chez elle à   RÉDUIRE les framboises en purée dans
 

RÉDUIRE les framboises en purée dans un robot ménager.

Sandrine Viglino:

AJOUTER le sucre glace puis mélanger.

«Cette mousse de framboises est un dessert affectif.»

FOUETTER LA CRÈME et

l’incorporer à la purée.

 

DRESSER dans des verres.

est un dessert affectif.» FOUETTER LA CRÈME et l’incorporer à la purée.   DRESSER dans des

52 | Migros Magazine 8, 22 février 2010

52 | Migros Magazine 8, 22 février 2010 sont frappés de misogynie aiguë. Un peu maso,

sont frappés de misogynie aiguë. Un peu maso, San- drine? «J’ai su les mater», répond- elle avec malice. Et d’ajouter qu’ils ont tous commencé ensemble dans cette émission satirique domini- cale de la radio romande voilà dix ans et que ces joyeux lurons sont toujours prêts à s’entraider. L’autre émission radiophonique, Les Dicodeurs, elle y est entrée plus ou moins à la même époque. Très présente dans les deux variantes de rendez-vous qui dézinguent l’actua- lité, on l’entend souvent sans s’en rendre compte. Si on l’écoute, c’est en musique. Car à la base, elle est pianiste avant d’être humoriste. D’ailleurs, elle n’avait jamais songé à faire de la scène son métier. «Depuis l’âge de 4 ans, j’ai toujours voulu devenir institutrice.» Une profession qu’elle

a exercée plusieurs années. «J’étais

une prof assez stricte, mais atypi- que.» Ses élèves ont été son premier public. Il faut dire que Sandrine Vi- glino ne considérait pas la comédie comme un métier. Du moins pas pour elle. «Le spectacle reste un hobby, avant j’enseignais et je faisais ça à côté.»

Un déclic lors d’un séjour aux Etats-Unis

C’est en animant des bals qu’elle fait la connaissance de l’humoriste Yann Lambiel. L’accompagne en musique. Regarde ses collègues ra- diophoniques monter sur scène. Jusqu’en 1999. Un déclic se produit. Elle s’envole pour les Etats-Unis suivre des cours dans une école de musique durant sept mois. De retour en Suisse, elle cogite. Puis se lance. Prépare Drôle de Gam- mes puis C’est ma Tournée quelques années plus tard. Sur scène, elle s’éclate. Donne vie aux textes des

autres plutôt qu’aux siens. Ses réfé- rences humoristiques, ses confrè- res Flütsch ou Meury, placent la barre haut. Cette fille qui confie douter souvent a dû «simplement

y croire un peu» pour se jeter à l’eau et faire du 100% Viglino AOC pour la première fois dans son nouveau spectacle. Peut-on rire de tout? «Non, il faut rire avec les bonnes personnes au bon moment», estime-t-elle. Aux chroniques assassines d’un Stéphane Guillon, elle préfère l’humour de

d’un Stéphane Guillon, elle préfère l’humour de Sandrine Viglino: «J’aimerais partager un repas avec
d’un Stéphane Guillon, elle préfère l’humour de Sandrine Viglino: «J’aimerais partager un repas avec

Sandrine Viglino: «J’aimerais partager un repas avec Pascal Couchepin pour connaître les dessous de la politique.»

«On ne peut pas rire de tout. Il faut rire avec les bonnes personnes au bon moment»

Christophe Alévêque. La méchan- ceté gratuite, très peu pour elle. Et puis, elle n’aime pas se mo- quer des autres. Sa première cible, c’est elle. «Je me moque de moi,

mais tout le monde se retrouve.» Elle raconte faire tellement de conneries. Comme conserver toutes les déco de mariage pour le jour improbable où on lui demandera

d’en confectionner. Son mariage à elle? «Je préfère le divorce, répond l’artiste. Je ne ris-

Et

que rien, je suis une fille

»

d’ajouter: «C’est ça être rebelle en Valais: ne pas être mariée, ne pas

» un jour peut-être qu’elle dira oui à son Ken qui cuisine «très très bien». Parfois ils se mettent ensemble der- rière les fourneaux. Lui dirige les opérations tandis que sa chérie «Je me tais et puis c’est tout bon.» Le grand désespoir de Maman Viglino, c’était que sa fille ne cuisine pas. Mais Sandrine s’y met genti- ment. Suit scrupuleusement les recettes. Elle se dit gourmande et

Mais

avoir de maison ni de 4≈4

prépare pour l’occasion une «mousse mythique à la framboise». Mythique, car la recette fami- liale incontournable des réunions et les assiettes léchées tellement c’est succulent est préparée avec les framboises de Tatie qui a de grandes framboisières au Brocard, en montant au Grand-Saint-Ber- nard. La famille s’y retrouve pour la cueillette. Sandrine, qui adore ces rendez-vous, assure qu’elles sont bien meilleures que les autres, ces framboises. Et puis, la jeune femme les a congelées sur une plaque à gâ- teau pour qu’elles restent super jo-

lies, comme si elles avaient été ré- coltées le matin même. «C’est un dessert affectif», reconnaît l’artiste tout en picorant des baies bien ju-

teuses.

Laurence Caille Photos François Wavre / Rezo

Dates des prochains spectacles et infos sur le site: www.sandrineviglino.ch

CUISINE DE SAISON SANDRINE VIGLINO | 53

CUISINE DE SAISON SA NDRINE VIGLINO | 53 De savoureuses recettes sur www.saison.ch Pour s’abonner: 0848
CUISINE DE SAISON SA NDRINE VIGLINO | 53 De savoureuses recettes sur www.saison.ch Pour s’abonner: 0848
CUISINE DE SAISON SA NDRINE VIGLINO | 53 De savoureuses recettes sur www.saison.ch Pour s’abonner: 0848

De savoureuses recettes sur www.saison.ch

Pour s’abonner: 0848 87 7777, abonnements@saison.ch (39 fr. seulement pour 12 numéros)

«Mousse mythique à la framboise»

Une recette de Sandrine Viglino

my thique à la framboise» Une recette de Sandrine Viglino DESSERT POUR PRÉPARATION 4 PERSONNES Réserver
my thique à la framboise» Une recette de Sandrine Viglino DESSERT POUR PRÉPARATION 4 PERSONNES Réserver

DESSERT POUR

PRÉPARATION

4 PERSONNES

Réserver quelques framboises

500

g de

pour la décoration. Réduire les autres

framboises

en purée dans un robot ménager.

surgelées

Ajouter le sucre glace et mélanger.

4 cs de

sucre glace

2 dl de

demi-crème

Fouetter la crème et l’incorporer à la purée de framboises. Ajouter la glace

et mélanger. Dresser dans des verres et décorer d’une meringue et des

100

g de glace

framboises réservées.

vanille, légère-

ment dégelée

Préparation: env. 20 minutes

4 petites

meringues

Valeur nutritive:

Par personne, env. 4 g de protéines, 15 g de lipides, 31 g de glucides, 1200 kJ / 290 kcal