Vous êtes sur la page 1sur 32
Les Les caractéristiques caractéristiques de de l’enfant l’enfant intellectuellement intellectuellement
Les Les caractéristiques caractéristiques de de l’enfant l’enfant intellectuellement intellectuellement
Les Les caractéristiques caractéristiques de de l’enfant l’enfant intellectuellement intellectuellement
Les Les caractéristiques caractéristiques de de l’enfant l’enfant intellectuellement intellectuellement
Les Les caractéristiques caractéristiques de de l’enfant l’enfant intellectuellement intellectuellement

LesLes caractéristiquescaractéristiques dede l’enfantl’enfant intellectuellementintellectuellement précoceprécoce

intellectuellement intellectuellement précoce précoce Claudia Jankech-Caretta Spécialiste FSP en psychologie de
intellectuellement intellectuellement précoce précoce Claudia Jankech-Caretta Spécialiste FSP en psychologie de
intellectuellement intellectuellement précoce précoce Claudia Jankech-Caretta Spécialiste FSP en psychologie de
intellectuellement intellectuellement précoce précoce Claudia Jankech-Caretta Spécialiste FSP en psychologie de
intellectuellement intellectuellement précoce précoce Claudia Jankech-Caretta Spécialiste FSP en psychologie de
intellectuellement intellectuellement précoce précoce Claudia Jankech-Caretta Spécialiste FSP en psychologie de

Claudia Jankech-Caretta

Spécialiste FSP en psychologie de l’enfant et de l’adolescent et en psychothérapie

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts -
Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts -
Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts -
Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts -
Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts -

DéfinitionDéfinition

Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts - -
Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts - -
Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts - -
Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts - -
Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts - -
Définition Définition QI QI supérieur supérieur à à 130 130 (2 (2 écarts écarts - -

QIQI supérieursupérieur àà 130130 (2(2 écartsécarts--typetype dede lala moyenne)moyenne)

maismais zonezone sensiblesensible dèsdès 125125 (enfants(enfants enen surcapacitésurcapacité intellectuelleintellectuelle dèsdès cece chiffre)chiffre)

5%5% desdes enfantsenfants ontont unun QIQI supérieursupérieur àà 125125

SiSi lele QIQI estest supérieursupérieur àà cesces valeursvaleurs nousnous pouvonspouvons affirmeraffirmer qu’ilqu’il estest surdoué,surdoué, lele contrairecontraire n’estn’est paspas forcémentforcément vraivrai

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en

SurdouanceSurdouance etet niveauniveau socialsocial

Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en en
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en en
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en en
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en en
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en en
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social En En valeur valeur absolue, absolue, en en

EnEn valeurvaleur absolue,absolue, enen France,France, ilil yy aurait,aurait, selonselon J.ChJ.Ch Terrassier,Terrassier, autantautant d’enfantsd’enfants dépassantdépassant lele QIQI dede 125125 dansdans lesles 22 catégoriescatégories sociales,sociales, àà savoir:savoir:

OuvrierOuvrier--employéemployé

CadreCadre--supérieur,supérieur, professionprofession libéralelibérale

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de

SurdouanceSurdouance etet niveauniveau socialsocial

Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de de
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de de
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de de
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de de
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de de
Surdouance Surdouance et et niveau niveau social social Or Or au au niveau niveau de de

OrOr auau niveauniveau dede l’enseignementl’enseignement supérieur,supérieur, lesles enfantsenfants dede cadrecadre supérieursupérieur représententreprésentent lele doubledouble enen valeurvaleur absolueabsolue

NotreNotre responsabilitéresponsabilité dede spécialistesspécialistes faceface àà lala surdouancesurdouance estest doncdonc engagéeengagée avecavec lesles enfantsenfants quiqui nene bénéficientbénéficient paspas d’und’un milieumilieu quiqui peutpeut lesles soutenirsoutenir

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés

PréjugésPréjugés

Préjugés Préjugés Les Les enfants enfants surdoués surdoués sont sont des des petits petits génies génies
Préjugés Préjugés Les Les enfants enfants surdoués surdoués sont sont des des petits petits génies génies
Préjugés Préjugés Les Les enfants enfants surdoués surdoués sont sont des des petits petits génies génies
Préjugés Préjugés Les Les enfants enfants surdoués surdoués sont sont des des petits petits génies génies
Préjugés Préjugés Les Les enfants enfants surdoués surdoués sont sont des des petits petits génies génies
Préjugés Préjugés Les Les enfants enfants surdoués surdoués sont sont des des petits petits génies génies

LesLes enfantsenfants surdouéssurdoués sontsont desdes petitspetits géniesgénies

IlsIls sontsont surduoéssurduoés parceparce--queque leursleurs parents,parents, ambitieux,ambitieux, lesles poussentpoussent

TousTous lesles enfantsenfants sontsont surdouéssurdoués (négation(négation dede lala différence)différence)

IlsIls deviennentdeviennent desdes adultesadultes exceptionnelsexceptionnels

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés

PréjugésPréjugés

Préjugés Préjugés Ils Ils sont sont immatures immatures (confusion (confusion émotivité émotivité et et
Préjugés Préjugés Ils Ils sont sont immatures immatures (confusion (confusion émotivité émotivité et et
Préjugés Préjugés Ils Ils sont sont immatures immatures (confusion (confusion émotivité émotivité et et
Préjugés Préjugés Ils Ils sont sont immatures immatures (confusion (confusion émotivité émotivité et et
Préjugés Préjugés Ils Ils sont sont immatures immatures (confusion (confusion émotivité émotivité et et
Préjugés Préjugés Ils Ils sont sont immatures immatures (confusion (confusion émotivité émotivité et et

IlsIls sontsont immaturesimmatures (confusion(confusion émotivitéémotivité etet immaturité)immaturité)

LeLe plusplus nocif:nocif: idéaliseridéaliser l’intelligencel’intelligence quiqui amèneamène àà laisserlaisser l’enfantl’enfant livrélivré àà luilui--même,même, carcar ilil estest intelligent,intelligent, commecomme s’ils’il n’avaitn’avait paspas besoinbesoin dede l’adultel’adulte

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés
Préjugés Préjugés

PréjugésPréjugés

Préjugés Préjugés L’idéalisation: L’idéalisation: héritage héritage de de Descartes: Descartes: « « je
Préjugés Préjugés L’idéalisation: L’idéalisation: héritage héritage de de Descartes: Descartes: « « je
Préjugés Préjugés L’idéalisation: L’idéalisation: héritage héritage de de Descartes: Descartes: « « je
Préjugés Préjugés L’idéalisation: L’idéalisation: héritage héritage de de Descartes: Descartes: « « je
Préjugés Préjugés L’idéalisation: L’idéalisation: héritage héritage de de Descartes: Descartes: « « je
Préjugés Préjugés L’idéalisation: L’idéalisation: héritage héritage de de Descartes: Descartes: « « je

L’idéalisation:L’idéalisation:

héritagehéritage dede Descartes:Descartes: «« jeje pensepense doncdonc jeje suissuis »» queque DamasioDamasio inverseinverse enen «« jeje suissuis doncdonc jeje pensepense »» (prof.(prof. neuropsychologie,neuropsychologie, USA).USA). ImportanceImportance dede l’émotionnell’émotionnel dansdans lele fonctionnementfonctionnement intellectuelintellectuel

Conséquence:Conséquence:

ExigenceExigence d’uned’une perfectionperfection inatteignableinatteignable

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif,
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif,
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif,
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif,
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif,

QuelquesQuelques donnéesdonnées sursur lele développementdéveloppement

données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif, réactif, entre rapidement en
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif, réactif, entre rapidement en
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif, réactif, entre rapidement en
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif, réactif, entre rapidement en
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif, réactif, entre rapidement en
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Bébé très vif, réactif, entre rapidement en

Anamnèses:

Bébé très vif, réactif, entre rapidement en relation et/ou capable de fixer longuement un objet dès les premières semaines, très observateur

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont

QuelquesQuelques donnéesdonnées sursur lele développementdéveloppement

données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont l’impression de devoir courir
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont l’impression de devoir courir
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont l’impression de devoir courir
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont l’impression de devoir courir
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont l’impression de devoir courir
données sur sur le le développement développement Anamnèses: Les parents ont l’impression de devoir courir

Anamnèses:

Les parents ont l’impression de devoir courir après cet enfant curieux, les sollicitant beaucoup, ils ont du plaisir à partager les activités qui lui plaisent mais ne se sentent pas les initiateurs de ce bouillement intellectuel précoce.

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino,
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino,
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino,
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino,
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino,

QuelquesQuelques donnéesdonnées sursur lele développementdéveloppement

données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino, Bammatter, 2001)165
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino, Bammatter, 2001)165
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino, Bammatter, 2001)165
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino, Bammatter, 2001)165
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino, Bammatter, 2001)165
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP (d’Agostino, Bammatter, 2001)165

Enquête ASEP (d’Agostino, Bammatter, 2001)165 enfants/adolescents:

Marche précoce autour de 12 mois (m=14) Langage oral avant 2 ans, bon à 25 mois Maîtrisent la lecture et/ou le nombre entre 3 et 5 ans (39/165 entre 3 et 4ans ½ ss aide)

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants
Quelques Quelques données données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants

QuelquesQuelques donnéesdonnées sursur lele développementdéveloppement

données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants ont présenté ou
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants ont présenté ou
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants ont présenté ou
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants ont présenté ou
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants ont présenté ou
données sur sur le le développement développement Enquête ASEP 2001: 2/3 enfants ont présenté ou

Enquête ASEP 2001:

2/3 enfants ont présenté ou présentent des troubles du sommeil (endormissement difficile et/ou sommeil + court) Motricité moins performante: 27% des G et 21% des F

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Apport Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail
Apport Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail
Apport Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail
Apport Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail
Apport Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail

ApportApport dede lala neuropsychologieneuropsychologie

Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail est 2,5
Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail est 2,5
Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail est 2,5
Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail est 2,5
Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail est 2,5
Apport de de la la neuropsychologie neuropsychologie Selon J.C. Grubar: La mémoire de travail est 2,5

Selon J.C. Grubar:

La mémoire de travail est 2,5 fois supérieure entre un sujet ayant un QI de 140 et un avec 95.

Cela concerne:

a) la mémoire de stockage

b) la quantité d’information stockée

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Seuil Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du
Seuil Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du
Seuil Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du
Seuil Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du
Seuil Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du

SeuilSeuil d’activationd’activation dudu cerveaucerveau

Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du rapport entre
Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du rapport entre
Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du rapport entre
Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du rapport entre
Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du rapport entre
Seuil d’activation d’activation du du cerveau cerveau Le seuil d’activation du cerveau dépend du rapport entre

Le seuil d’activation du cerveau dépend du rapport entre l’intelligence du sujet et le niveau de difficulté de la tâche proposée Lorsque les demandes d’attention et de performances augmentent, les régions du cerveau impliquées dans une tâche sont plus nombreuses Prof. S. Clark, neuropsychologie, CHUV- Lausanne

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale,
Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale,
Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale,
Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale,
Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale,

SommeilSommeil paradoxalparadoxal

Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale, l’enfant
Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale, l’enfant
Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale, l’enfant
Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale, l’enfant
Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale, l’enfant
Sommeil Sommeil paradoxal paradoxal L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale, l’enfant

L’étude du sommeil a démontré que, à quantité de sommeil égale, l’enfant précoce présente des phases plus longues de sommeil paradoxal.

J.C. Grubar

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau
Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau
Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau
Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau
Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau

PlasticitéPlasticité dudu cerveaucerveau

Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau du
Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau du
Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau du
Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau du
Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau du
Plasticité Plasticité du du cerveau cerveau Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau du

Le surdoué conserve plus longtemps la plasticité du cerveau du nouveau-né, capable d’apprentissages complexes dans un court laps de temps.

J.C. Grubar

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité
Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité
Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité
Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité
Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité

RapiditéRapidité dede l’informationl’information

Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité
Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité
Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité
Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité
Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité
Rapidité Rapidité de de l’information l’information L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité

L’étude des potentiels évoqués démontre que, en unité de temps égale, l’enfant surdoué parvient à transmettre au cortex plus d’informations.

J.C. Grubar

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme

FonctionnementFonctionnement intellectuelintellectuel

Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Caractéristiques: Capacités mnésiques supérieures à la norme

Caractéristiques:

Capacités mnésiques supérieures à la norme

Rapidité

Capacité à dégager les bons critères

Possibilité de coordonner différents critères

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la

FonctionnementFonctionnement intellectuelintellectuel

Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Ce qui entraîne: Pensée catégorielle très supérieure à la

Ce qui entraîne:

Pensée catégorielle très supérieure à la norme

Très bonnes capacités d’abstraction

De plus:

Attiré par ce qui est plus complexe

Désintêret par ce qui lui paraît simple et répétitif

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous

FonctionnementFonctionnement intellectuelintellectuel

Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous
Fonctionnement Fonctionnement intellectuel intellectuel Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous

Si nous ne lui proposons pas des tâches plus complexes nous risquons de:

passer à côté de son potentiel

d’avoir une fausse image de lui

de contribuer à la construction d’une image déformée de lui-même.

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,

FonctionnementFonctionnement affectifaffectif

Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante »,

Hypersensible et perspicace: « lucidité embarrassante », anticipations inhibantes, les injustices le révoltent en général Ne supporte pas l’échec car l’a très peu côtoyé, souvent perfectionniste Se dévalorise, trop conscient de ses limites GèreGère malmal sonson agressivitéagressivité

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses

FonctionnementFonctionnement affectifaffectif

Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses
Fonctionnement Fonctionnement affectif affectif Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses

Centré sur l’adulte, un interlocuteur qui répond volontiers à ses questions Tendance à la rationnalisation Se conforme parfois excessivement à son entourage ce qui risque de le couper de sa propre vie émotionnelle Passionné, très souvent, mais le cache à l’école

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre
Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre
Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre
Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre
Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre

DyssynchronieDyssynchronie

Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre
Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre
Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre
Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre
Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre
Dyssynchronie Dyssynchronie Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages: Interne: entre

Terme introduit par J. Ch. Terrassier pour illustrer les décalages:

Interne: entre intelligence et affectivité,

intelligence et motricité, âge réel et âge mental Externe: entre intelligence et développement social

Décalages très variables selon les enfants et pas forcément source de problèmes, notamment si l’enfant est reconnu avec ses qualités et soutenu

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très
La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très
La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très
La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très
La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très

LaLa positionposition desdes parentsparents

La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très gratifiant
La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très gratifiant
La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très gratifiant
La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très gratifiant
La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très gratifiant
La La position position des des parents parents Supportent souvent des préjugés pesants Enfant très gratifiant

Supportent souvent des préjugés pesants

Enfant très gratifiant mais difficile à éduquer?parfois, Pourquoi:

o Marges étroites: à quel niveau le traiter, âge mental ou âge réel?

o Répondre à ses questions: slalomer entre le danger de la censure et l’excès d’informations anxiogènes

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur
La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur
La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur
La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur
La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur

LaLa positionposition desdes parentsparents

La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur qu’il
La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur qu’il
La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur qu’il
La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur qu’il
La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur qu’il
La La position position des des parents parents Canaliser sans brimer Reconnaître sans avoir peur qu’il

Canaliser sans brimer

Reconnaître sans avoir peur qu’il prenne « la grosse tête »

Guider sans sur protéger cet enfant parfois malmené, cible de l’agressivité de ses camarades, car ne se défend pas et qu’il est un « intello »

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

1.Signes 1.Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de
1.Signes 1.Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de
1.Signes 1.Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de
1.Signes 1.Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de
1.Signes 1.Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de

1.Signes1.Signes dede surdouancesurdouance intellectuelleintellectuelle selonselon TerrassierTerrassier

intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de pouvoir déterminer si un bilan psychologique
intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de pouvoir déterminer si un bilan psychologique
intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de pouvoir déterminer si un bilan psychologique
intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de pouvoir déterminer si un bilan psychologique
intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de pouvoir déterminer si un bilan psychologique
intellectuelle selon selon Terrassier Terrassier Afin de pouvoir déterminer si un bilan psychologique

Afin de pouvoir déterminer si un bilan psychologique s’avère nécessaire pour cause de surdouance:

L’enfant a été capable d’apprendre à lire avant la 1ère primaire

Lit beaucoup et rapidement sans accorder de l’importance aux illustrations

Manifeste de l’intérêt pour les dictionnaires et les encyclopédies

A lu vite mais trouve plus de difficultés à écrire

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands
Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands
Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands
Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands
Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands

Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle

de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands que lui et aime
de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands que lui et aime
de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands que lui et aime
de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands que lui et aime
de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands que lui et aime
de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle choisit ses camarades parmi les plus grands que lui et aime

choisit ses camarades parmi les plus grands que lui et aime les activités d’intérieur

Aime beaucoup dialoguer avec les adultes

Pose beaucoup de questions, très variées et originales et/ou pertinentes

Veut toujours savoir le pourquoi de tout

Peut faire 2 ou 3 choses en même temps

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

3. 3. Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il
3. 3. Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il
3. 3. Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il
3. 3. Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il
3. 3. Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il

3.3. SignesSignes dede surdouancesurdouance

peut faire des

Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il a l’air de
Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il a l’air de
Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il a l’air de
Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il a l’air de
Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il a l’air de
Signes Signes de de surdouance surdouance peut faire des observations pertinentes même s’il a l’air de

observations pertinentes même

s’il a l’air de ne pas écouter ou d’être distrait

Juge volontiers les gens, les adultes

La routine, les activités répétitives l’ennuient

Surtout lorsqu’il les trouve faciles

Très sensible à l’injustice

A le sens de l’humour

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout
4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout
4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout
4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout
4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout

4.4. SignesSignes dede surdouancesurdouance

4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout le
4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout le
4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout le
4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout le
4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout le
4. 4. Signes Signes de de surdouance surdouance a un vocabulaire riche mais c’est surtout le

a un vocabulaire riche mais c’est surtout le niveau de ses réfléxions qui étonnent

Aime les jeux compliqués, y réussit

Populaire surtout dans les petites classes

Préfère travailler seul

Est intéressé par l’origine de l’homme et de l’univers

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire
5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire
5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire
5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire
5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire

5.5. SignesSignes dede surdouancesurdouance

5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire d’efforts
5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire d’efforts
5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire d’efforts
5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire d’efforts
5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire d’efforts
5. 5. Signes Signes de de surdouance surdouance est en tête de classe sans faire d’efforts

est en tête de classe sans faire d’efforts apparents

A un sens de l’esthétique très développé

Passionné par un hobby, change souvent

In: « Enfants surdoués ou la précocité embarassante » de J. Ch.Terrassier

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

6. 6. Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces
6. 6. Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces
6. 6. Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces
6. 6. Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces
6. 6. Signes Signes de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces

6.6. SignesSignes dede surdouancesurdouance intellectuelleintellectuelle

de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces aptitudes intellectuelles
de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces aptitudes intellectuelles
de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces aptitudes intellectuelles
de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces aptitudes intellectuelles
de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces aptitudes intellectuelles
de de surdouance surdouance intellectuelle intellectuelle La détection scientifique de ces aptitudes intellectuelles

La détection scientifique de ces aptitudes intellectuelles exceptionnelles: un bilan psychologique dont la pièce maîtresse est le test de QI, mais cela est insuffisant

Un test supplémentaire de raisonnement logique s’impose (Columbia, Raven, Bonnardel)

Un bilan affectif dès que des signes de mauvaise gestion émotionnelle et relationnelle sont présents (tests projectifs: Rorschach, TAT…)

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel
Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel
Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel
Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel
Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel

ConclusionConclusion

Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel
Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel
Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel
Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel
Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel
Conclusion Conclusion L’enfant L’enfant et et l’adolescent l’adolescent à à haut haut potentiel potentiel

L’enfantL’enfant etet l’adolescentl’adolescent àà hauthaut potentielpotentiel intellectuelintellectuel ontont besoinbesoin dede notrenotre assistance,assistance, commecomme lesles autres,autres, pourpour deuxdeux raisons:raisons:

L’enseignementL’enseignement officielofficiel n’estn’est paspas adaptéadapté enen généralgénéral àà leurleur remarquableremarquable efficienceefficience intellectuelle,intellectuelle, leurleur curiositécuriosité insatiableinsatiable etet leurleur sensibilité.sensibilité. LesLes décalagesdécalages dede sonson développementdéveloppement globalglobal peuventpeuvent êtreêtre sourcesource dede problèmes,problèmes, notammentnotamment s’ils’il n’estn’est paspas reconnureconnu etet soutenu.soutenu.

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003

Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue
Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue
Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue
Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue
Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue

ConclusionConclusion

Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue répandue
Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue répandue
Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue répandue
Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue répandue
Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue répandue
Conclusion Conclusion Nous Nous devons devons le le dire dire car car l’idée l’idée répandue répandue

NousNous devonsdevons lele diredire carcar l’idéel’idée répanduerépandue qu’ilqu’il peutpeut êtreêtre autonomeautonome parceparce qu’ilqu’il estest intelligentintelligent estest néfastenéfaste àà sonson développement;développement; ilil estest avantavant touttout unun êtreêtre enen développementdéveloppement et,et, n’enn’en déplaisedéplaise auau confortconfort dede l’adulte,l’adulte, l’enfantl’enfant etet l’adolescentl’adolescent doiventdoivent êtreêtre guidés,guidés, HPHP ouou pas.pas.

NotreNotre devoirdevoir dede spécialistes,spécialistes, dede parentsparents etet d’éducateursd’éducateurs estest dede l’aiderl’aider àà devenirdevenir cece qu’ilqu’il est.est.

C. Jankech-Psychologue FSP-Lausanne-

2003