Vous êtes sur la page 1sur 4

TD 24 - Modélisation des AM de contact surfacique - Lois de Coulomb

Page 1/4

Exercice 1 : ASSEMBLAGE PAR FRETTAGE (SURFACES DE FRICTION CYLINDRIQUES)

(voir vidéos sur site du professeur)

FRICTION CYLINDRIQUES) (voir vidéos sur site du professeur) Le frettage consiste à encastrer deux pièces en

Le frettage consiste à encastrer deux pièces en utilisant le phénomène d’adhérence.

Avant l’assemblage réalisé à l’aide d’une presse, l’arbre 1 possède un diamètre légèrement supérieur à celui de l’alésage (trou cylindrique) de la pièce 2 dans laquelle il vient se loger.

Après frettage, il subsiste donc une pression de contact p (souvent supposée uniforme sur toute la surface de contact) entre les deux pièces.

Les caractéristiques de cet assemblage par frettage sont données ci-dessous :

Rayon de l’arbre 1 : R

sont données ci-dessous : Rayon de l’arbre 1 : R Longueur du contact : L Coefficient

Longueur du contact : L

Coefficient d’adhérence entre les deux pièces :

Objectif : Déterminer l’effort axial maximal transmissible et le couple maximal transmissible d’une pièce à l’autre.

EFFORT AXIAL MAXIMAL TRANSMISSIBLE L’effort axial maximal transmissible correspond à la valeur maximale de la composante axiale de la résultante de l’action mécanique qui peut être transmise d’une pièce à l’autre sans qu’elles se désolidarisent.

Pour simplifier notre étude, on considère la pièce 2 fixe et on cherche à déterminer la composante axiale de la résultante de l’action mécanique à appliquer à la pièce 1 pour atteindre le glissement de 1/2 suivant z .

1 pour atteindre le glissement de 1/2 suivant  z . Question 1 : Refaire en
1 pour atteindre le glissement de 1/2 suivant  z . Question 1 : Refaire en

Question 1 : Refaire en grand les 2 schémas ci-contre : un dans le plan (y, z) et l’autre dans le plan (x, y), en plaçant les actions élémentaires normale et tangentielle de 2 sur 1 en un point Q quelconque de la surface de contact.

2 sur 1 en un point Q quelconque de la surface de contact. Question 2 :

Question 2 : Exprimer dF21(Q) .

Question 3 : Déterminer

la

résultante

axiale

maximale

caractéristiques géométriques du frettage.

L Tendance au 2 glissement de 1/2 1 transmissible en fonction de
L
Tendance au
2
glissement
de 1/2
1
transmissible
en
fonction
de

p

y x et des
y
x
et
des

COUPLE MAXIMAL TRANSMISSIBLE Le couple (ou moment) maximal transmissible correspond à la valeur maximale de la composante sur l’axe z du moment résultant de l’action mécanique qui peut être transmise d’une pièce à l’autre sans qu’elles se désolidarisent.

Pour simplifier notre étude, on considère la pièce 2 fixe et on cherche à déterminer la composante sur l’axe z du moment résultant de l’action mécanique à appliquer à la pièce 1 pour atteindre le glissement de 1/2 autour de z .

pièce 1 pour atteindre le glissement de 1/2 autour de z . Question 4 : Refaire
pièce 1 pour atteindre le glissement de 1/2 autour de z . Question 4 : Refaire
pièce 1 pour atteindre le glissement de 1/2 autour de z . Question 4 : Refaire
pièce 1 pour atteindre le glissement de 1/2 autour de z . Question 4 : Refaire

Question 4 : Refaire en grand les 2 schémas ci-contre : un dans le plan (y, z) et l’autre dans le plan (x, y), en plaçant les actions élémentaires normale et tangentielle de 2 sur 1 en un point Q quelconque de la surface de contact.

2 sur 1 en un point Q quelconque de la surface de contact. Question 5 :

Question 5 : Exprimer dF21(Q) .

L 2 1
L
2
1
Tendance au glissement y de 1/2 x
Tendance au
glissement
y
de 1/2
x

Question 6 : Déterminer le couple maximal transmissible en fonction de p géométriques du frettage.

et des caractéristiques

MPSI-PCSI

Sciences Industrielles pour l’Ingénieur

S. Génouël

11/03/2012

TD 24 - Modélisation des AM de contact surfacique - Lois de Coulomb

Page 2/4

Exercice 2 : EMBRAYAGE À FRICTION MONODISQUE DE VÉHICULES AUTOMOBILES (SURFACES DE FRICTION PLANES)

Situé en amont des boîtes à vitesses, l'embrayage monodisque a pour rôle de désolidariser le moteur de la boîte afin de pouvoir changer de rapports, ou lorsque le véhicule est arrêté moteur tournant au ralenti.

Ancien embrayage à ressorts hélicoïdaux

Embrayage actuel à ressort à diaphragme

Position Position Position embrayé (voir vidéos sur site du professeur) embrayé débrayé Entrée Sortie
Position
Position
Position
embrayé
(voir vidéos
sur site du
professeur)
embrayé
débrayé
Entrée
Sortie
Ressort à
diaphragme
Butée
Mécanisme de
commande
de l'embrayage
Embrayage complet
Disque

Position embrayée : Le disque est fortement serré entre deux surfaces lisses (plateau et volant) par la pression des ressorts. Le tout tournera donc d'un bloc, sans glissement et sans pertes. Position débrayée : La poussée du conducteur sur la pédale contrebalance la force des ressorts. Le disque, sous l'effet des vibrations, coulisse alors légèrement sur ses cannelures pour se positionner entre les surfaces lisses (plateau et volant), sans les toucher. Les vitesses angulaires du volant-plateau (solidaires du vilebrequin) et du disque (solidaire des roues par l'intermédiaire de la transmission) peuvent alors différer sans que le disque ne frotte.

On modélise l'embrayage par 2 disques creux identiques (1 et 2) en contact grâce à une action axiale Fa .

Le rayon intérieur des 2 disques vaut : Rmin. Le rayon extérieur des 2 disques vaut : Rmax. On donne le coefficient d’adhérence entre les deux pièces.

 le coefficient d’adhérence entre les deux pièces. 2 Tendance au glissement 1 Fa y x

2

Tendance au

glissement

1 Fa y x
1
Fa
y
x

de 1/2

(disque 1 enlevé)

Question 1 : Refaire en grand les 2 schémas ci-dessus : un dans le plan (y, z) et l’autre dans le plan (x, y), en plaçant les actions élémentaires normale et tangentielle de 2 sur 1 en un point Q quelconque de la surface de contact.

MPSI-PCSI

Sciences Industrielles pour l’Ingénieur

S. Génouël

11/03/2012

TD 24 - Modélisation des AM de contact surfacique - Lois de Coulomb

Page 3/4

des AM de contact surfacique - Lois de Coulomb Page 3/4 Question 2 : Exprimer d

Question 2 : Exprimer dF21(Q) .

Question 3 : Déterminer le couple maximal transmissible géométriques de l’embrayage.

en fonction de p et des caractéristiques

de l’embrayage. en fonction de p et des caractéristiques Question 4 : Déterminer l’action axiale Fa
de l’embrayage. en fonction de p et des caractéristiques Question 4 : Déterminer l’action axiale Fa

Question 4 : Déterminer l’action axiale Fa (qui crée les dN ) en fonction de p et des caractéristiques géométriques de l’embrayage.

Question 5 : En déduire le couple maximal transmissible en fonction de Fa (et non en fonction de p) et des caractéristiques géométriques de l’embrayage.

Exercice 3 : EMBRAYAGE CONIQUE DES SYNCHRONISEURS DE BOÎTE DE VITESSES (SURFACES DE FRICTION CONIQUES)

(voir vidéos sur site du professeur) 2 ème 1 ère Anneau de ème 4 3
(voir vidéos sur site du
professeur)
2 ème
1 ère
Anneau de
ème
4
3 ème
synchronisation
ème
ème
6
5
CONIQUE
Moyeu solidaire
Pignon fou
Baladeur
Arbre
de l'arbre
primaire
Arbre
secondaire
Boîte de vitesses Alfa
Roméo 147, 156 et 166
Synchroniseur

Les boîtes de vitesses automobiles ont pour particularité d'avoir tous leurs engrenages en prise. Les pignons et roues situés sur l’arbre primaire (arbre qui sera lié à l'arbre moteur) sont en liaison pivot sur ce dernier donc ils tournent tous à des vitesses différentes autour de cet arbre. Ces pignons et roues sont appelés pignons « fous » et roues « folles » Les pignons et roues situés sur l’arbre secondaire sont solidaires de ce dernier donc ils tournent tous à la même vitesse. Le rôle de la boîte de vitesses est de mettre en liaison encastrement un des pignons (ou roues) fous de l’arbre primaire avec l’arbre primaire. Or pour pouvoir solidariser un des pignons fous et son arbre, il faut synchroniser leurs régimes de vitesses, et c'est là le rôle des synchroniseurs.

On modélise le pignon fou et l'anneau de synchronisation par 2 cônes en contact grâce à une action axiale Fa .

par 2 cônes en contact grâce à une action axiale Fa . Le rayon maximal des

Le rayon maximal des 2 cônes vaut : Rmax. Le rayon minimal des 2 cônes vaut : Rmin. Le demi-angle au sommet des 2 cônes vaut : . On donne le coefficient d’adhérence entre les deux pièces.

Tendance au glissement de 1/2 Fa y x 1 2 (cône 1 enlevé)
Tendance au
glissement
de 1/2
Fa
y
x
1
2
(cône 1 enlevé)

MPSI-PCSI

Sciences Industrielles pour l’Ingénieur

S. Génouël

11/03/2012

TD 24 - Modélisation des AM de contact surfacique - Lois de Coulomb

Page 4/4

Question 1 : Refaire en grand les 2 schémas ci-dessus : un dans le plan (y, z) et l’autre dans le plan (x, y), en plaçant les actions élémentaires normale et tangentielle de 2 sur 1 en un point Q quelconque de la surface de contact.

2 sur 1 en un point Q quelconque de la surface de contact. Question 2 :

Question 2 : Exprimer dF21(Q) .

Question 3 : Déterminer le couple maximal transmissible en fonction de p et des caractéristiques géométriques de l’embrayage.

p et des caractéristiques géométriq ues de l’embrayage. Question 4 : Déterminer l’action axiale Fa (qui
p et des caractéristiques géométriq ues de l’embrayage. Question 4 : Déterminer l’action axiale Fa (qui

Question 4 : Déterminer l’action axiale Fa (qui crée les dN ) en fonction de p et des caractéristiques géométriques de l’embrayage.

Question 5 : En déduire le couple maximal transmissible en fonction de Fa (et non en fonction de p) et des caractéristiques géométriques de l’embrayage.

Exercice 4 : BARRAGE POIDS

Reprendre l’exercice 4 du TD 23 - Modélisation des AM à distance (cas de la pesanteur).

23 - Modélisation des AM à distance (cas de la pesanteur). z eau h Q barrage
z eau h Q barrage z O a
z
eau
h
Q
barrage
z
O
a

x

(cas de la pesanteur). z eau h Q barrage z O a x On redonne :
(cas de la pesanteur). z eau h Q barrage z O a x On redonne :

On redonne :

la masse volumique de l’eau est

l’accélération de la pesanteur

l’assise du barrage a 20 m

la hauteur du barrage h 30 m

la largeur du barrage l 80 m

g   9,81m 1kg / / dm s

2

3

l  80 m g   9,81 m 1 kg / / dm s 2

NB : O se situe au milieu du barrage dans le sens de la largeur (suivant y ).

Hypothèses :

la pression de l'eau sur le barrage n'est pas uniforme. Elle dépend de l'altitude : p(Q) .g.(h z) .

l'adhérence/frottement de l'eau sur la paroi est négligée.

de l'eau sur la paroi est négligée. Question 1 : Exprimer dF eau  barrage (

Question 1 : Exprimer dFeaubarrage(Q) .

Question 2 : Déterminer en O le torseur des actions mécaniques exercées par l’eau sur le barrage.

Question 3 : En déduire la position du centre de poussée A : point où l’action globale de l'eau sur le barrage ne crée pas de moment (pour cela lire avant, les notions sur l’axe central et torseur glisseur dans l’annexe 6 sur les torseurs). Application numérique.

MPSI-PCSI

Sciences Industrielles pour l’Ingénieur

S. Génouël

11/03/2012