Vous êtes sur la page 1sur 10

CHAPITRE

© Nathan 2012 – Transmath Term. ES-L

Fonction

logarithme

népérien

ACTIVITÉS (page 100)

Activité
Activité

1. a) À e on associe 1. À e on associe 1.

b)

À 1 on associe 0.

2.

Si b > 1 le nombre qui lui est associé est supérieur

à 0 puisque e 0 = 1 et que la fonction exponentielle est strictement croissante. Si b < 1, le nombre associé à b sera négatif.

2
2

1. Mp = b a ; MQ = b a ; pN = b a ; QN = b a.

MNpQ est un quadrilatère dont les côtés sont égaux et qui

possède un angle droit, c’est donc un carré dont y = x est une diagonale.

2. Si b = e a , alors a = ln b, puisque ln et exp sont des

fonctions réciproques.

Au point A(a ; e a ) sera associé le point B(e a ; a). En

procédant de cette façon on obtient tous les symétriques par rapport à la droite y = x des points de la courbe d’équation y = e x et donc la courbe de la fonction ln.

3.

B 6 4 A B’ 2 A’ C O 2 4 6 C’
B
6
4
A
B’
2
A’
C
O
2
4 6
C’

EXERCICES

Travaux dirigés (page 108)

15 A GeoGebra b 1. a) f’(a) = 1 . a
15
A
GeoGebra
b
1. a) f’(a) = 1
.
a

b) Soit m le coefficient directeur de la droite (OA).

On doit avoir f’(a) × m = –1. On obtient m = – a.

2. a 2 = ln a.

La droite (OA) a pour équation y = – ax. Or A ln , son

ordonnée est ln a. C’est aussi – a × a = – a 2 . D’où ln a = – a 2 .

3. h’(x) = 2x +

a) h’(x) > 0 sur ]0 ; + [ et h strictement croissante sur

]0 ; + [. De plus h(0,1) < 0 et h(1) > 0. Le théorème des valeurs intermédiaires nous permet d’af- firmer que l’équation h(x) = 0 admet une solution unique

sur ]0 ; + [.

b) À la calculatrice, on trouve a ≈ 0,7.

c) On retrouve le résultat obtenu dans la partie A, c’est-à-

dire l’abscisse de C.

1

x .

16 A
16
A

1. a) log ab = ln ab

 

ln a

ln b

ln

10 = ln a + ln b =

ln 10

ln

10 +

ln 10

= log a + log b.

log a

b

=

ln

a

b

= ln a – ln b =

ln a

 

ln b

 

ln

10

ln 10

ln 10

ln 10

= log a – log b.

b) log(a p ) = ln a p

ln

10 = p ln a

ln 10

= p log a.

 

c) log 1a =

ln 1a

1

2 ln a

=

1

 

ln 10 =

ln 10

2 log a.

1 10 sur ]0 ; + [, x ln

1

10 > 0 et log’(x) > 0.

On en déduit que log est une fonction strictement croissante

sur ]0 ; + [.

1. M = log(5,01 × 10 6 ). M ≈ 6,7. M = log(5,01 × 10 6 ). M 6,7.

2. a) I = 10 log(10 5 ) = 50.

b) 3 = 10 13 3 0 .

d) log’(x) =

x ln

EXERCICES

Entraînement (page 110)

e x e x De tête 32 A = = 2x ; B = x
e x
e
x
De tête
32
A =
=
2x ; B = x 2 ; C = e 2 .
e ln2x
17
a) 1.
33
a) ln(1 + e –x ) = ln 1 1 + 1 x 2 = ln e x + 1
e
e
x
b) 4.
e x + 1
c)
0.
ln(e x + 1) – x = ln(e x + 1) – ln e x = ln
.
e x
d) 2.
L’égalité est vérifiée.
1
a) ln 3 + 4 ln 3 = 5 ln 3.
1
+
b) 1 + e –x
e
x
e x + 1
=
b) ln 35 – ln 35 = 0.
1 – e –x =
1
e x – 1 .
1
c) ln 25 + ln 25 + ln 5 = 5 ln 5 = ln 5 5 .
e x
d) ln 2 + ln 6 – ln 6 + ln 2 = 2 ln2.
L’égalité est vérifiée.
19
a) ln 9 + ln 4 – ln 9 – ln 4 = 0.
D’où ln 1 1 + e –x 2 = ln 1 e x + 1
2 .
1 – e –x
e x – 1
b) – ln 2 + ln 2 = 0.
c) ln 16 – ln 9 – ln 16 + ln 9 = 0.
34
A = 4 ln 2 ; B = –5 ln 2 ; C = 2 ln 2 ; D = –3 ln 2.
d) ln 3 – ln 3 = 0.
35
a) 3 ln 2 + ln 3 = ln 8 + ln 3 = ln 24.
1
1
1
b) 2 ln
4 + 3 ln 2 = ln
+ ln 8 = ln
16
2 .
ensembles De Définition
c) 2 ln 100 – 3 ln 10 + ln 1 000 = 4 ln 10 – 3 ln 10 + 3 ln10
= 4 ln 10.
20
a) D f = ]– ∞ ; 0[.
4
36
b) D f = ]– ∞ ; 3[.
A = ln 8 – ln 3 – ln 2 = ln 8 – ln 6 = ln
3 ;
212
B = ln 18 – ln 27 = ln
.
21
a) D f =  * .
27
b) D f = ]0 ; + ∞[.
5
1
37
A = ln 5 – ln 4 = ln 4
; B = ln 1 32 × 3 2 – ln 2 = ln 16
3 .
22
a) D f = ]3 ; + ∞[.
b) D f = ]– ∞ ; –3[ ∪ ]3 ; + ∞[.
38
A = ln 10 3 = 3 ln(2 × 5) = 3 ln 2 + 3 ln 5 ;
B = ln(5 × 100) = ln(5 3 × 2 2 ) = 3 ln 5 + 2 ln 2 ;
23
a) D f = ]0; 2[ ∪ ]2 ; + ∞[.
C = 3 ln 2 – 2 ln 5 ;
b) D f = ]– ∞ ; –3[ ∪ ]0 ; + ∞[.
D 25 000 = 2 ln 5 – 3 ln 2 – 3 ln 5 = –3 ln 2 – ln 5.
= ln
1
24
a) D f = ]3 ; + ∞[.
b) D f = ]– ∞ ; –3[ ∪ ]3 ; + ∞[.
39
a) x = ln 8 et y = ln 9, d’où x < y.
5
b) x = ln
2 et y = ln 12 d’où y < x.
5
logArithme et opérAtions
40
a) D f = ]0 ; 1[.
x 2 (1 – x)
b)
f(x) = ln 3 x 2 (1 – x)
4 g(x) =
.
25
a) 5 ln e – 4 ln e = ln e = 1.
2
2
b) –9 ln e + 5 ln e = –4 ln e = –4.
41
a) ln 56 = 3 ln 2 × ln 7 ≈ 4.
1
b) ln 3,5 ≈ 1,3.
26
A = –5 ln e + 15 = 10 ; B =
+ 4 = 17
4
4 .
c) ln 24,5 ≈ 3,2.
27
A = e ln18 × e = 212 e; B = e 1+2ln2 = e × e ln4 = 4e ;
Remarque : il manque dans l’énoncé ln 5 ≈ 1,6.
9
C
= e 2ln3–3ln2 = e ln 9
=
8
42
a) ln 27 = 3 ln 3 ≈ 3,3.
8 .
A = ln e 2 = 2; B =
1
1
b) ln 15 = ln 3 + ln 5 ≈ 2,7.
28
2 ln e +
ln e = 1.
2
c) ln 45 = 2 ln 3 + ln 5 ≈ 3,8.
29
A = 3 ; B = 3.
3
30
A = 3e ; B =
2 .
équAtions systèmes
31
A = ln3112 + 12 2 1– 212 + 324 = ln13 + 212 2 1–212 + 32
= ln 1 = 0 ;
43
a) 3x – 1 = ln 3 ; S = 5 ln 3 + 1
6 .
3
3
B
= ln 3 17 1 217 +
17 24 = ln 17.
b) x – 1 = ln 2 ; S = {ln 2 + 1}.
© Nathan 2012 – Transmath Term. ES-L

© Nathan 2012 – Transmath Term. ES-L

44 a) – x = ln 2 ; S = {–ln 2}. 1 1 b)
44
a) – x = ln 2 ; S = {–ln 2}.
1
1
b)
= ln 2 ; S = 5
x
ln 2 6 .

ln 2 ; S = {–ln 2}. 1 1 b) = ln 2 ; S =

a) x = ln

1

2 ; S = {–ln 2}.

b) 3x = ln

1

2 ; S = 5 ln 2

6

3

.

46
46

a) e x = 0 (impossible) ou e x = 2 ; S = {ln 2}.

b) e x = –3 (impossible) ou e x = 5 ; S = {ln 5}.

47
47

a) e x = 2 ou e x =

1

2

x = ln 2 ou – x = ln

1

2 ; S = {–ln 2 ; ln 2}.

b) e 3x – 1 = 2 ou e 3x – 1 = –2 (impossible) ;

3x = ln 3. S = 5 ln 3 6 . 3 48 a) x
3x = ln 3. S = 5 ln 3
6 .
3
48
a) x 2 – 3 = ln 2 ; S = 5– 9ln 2 + 3 ; 9ln 2 + 36.
b) S = Ø. 49 a) e 2x –
b) S = Ø.
49
a) e 2x –

2 2x = 1 équivaut à e 4x 2 = 1, soit encore à

e

e

2x

e 4x – e 2x – 2 = 0. posons X = e x , l’équation devient X 2 – X – 2 = 0.

Deux solutions : –1 et 2.

e x = –1 (impossible) ; e x = 2 pour x = ln 2, d’où S = {ln 2}.

b) e x – 1 = 1 ou e x – 1 = –1 (impossible) ; e x = 2 d’où

S = {ln 2}. 50 a) S = {–0,4 ; 3}.
S = {ln 2}.
50
a) S = {–0,4 ; 3}.

b) posons X = e 2x . L’équation devient 5X 2 – 13X – 6 = 0.

D’après le a) on a e 2x = –0,4 (impossible), e 2x = 3 d’où

= 5 ln 3 S 6 . 2 1 51 • I = 4 –
= 5 ln 3
S
6 .
2
1
51
• I = 4 –
3 ; +∞ 3 .
1 + 3x = x + 1
x
= 0
0
∈ I d’où S = {0}.
52
• I = ]1 ; + ∞[.

• 2x + 1 = x 2 – 1.

x 2 – 2x – 2 = 0

x = 1 + 13 ou x = 1 – 13 (I) d’où S = 51 + 13 6.

53 • I = ]3 ; + ∞[. • x – 3 = e x
53
• I = ]3 ; + ∞[.
x – 3 = e
x
= 3 + e
3
+ e ∈ I, S = {3 + e}.
54
• I = ]1 ; + ∞[.

x(x – 1) = 1

x 2 x – 1 = 0

x

=

1 + 15

ou x =

1 15

2 2 55 • I = ]– ∞ ; 4[. • 4 – x =
2
2
55
• I = ]– ∞ ; 4[.
4 – x = 1
x
= 3
3
∈ I, S = {3}.

I, S = 5 1 + 15

6

2

.

56 • I = ]0 ; 1[. x • 1 – x = 2 2
56
• I = ]0 ; 1[.
x
1 – x = 2
2
x =
3
2
∈ I, S = 5 2
6 .
3
3
• I = ]1 ; + ∞[.
x – 1
= 1

2x

x = –1 ∉ I, S = Ø. 58 • I = ]3 ; +
x = –1 ∉ I, S = Ø.
58
• I = ]3 ; + ∞[.

• (2x + 1)(x – 3) = x + 5.

2x 2 – 6x – 8 = 0

x = 4 ou x = –1

–1 ∉ I, S = {4}. 59 D f = ]1 ; 2[. (x –
–1 ∉ I, S = {4}.
59
D f = ]1 ; 2[.
(x – 1)(2 – x) = 6x.
x 2 – 3x – 2 = 0.
x
= –2 ou x = –1.

–2 I et –1 I d’où S = Ø.

60
60

1. S = {–1 ; 3}.

2. a) –1 n’appartient pas à l’ensemble des contraintes de

cette équation qui est ]–2 ; + [, en revanche 3 est solution. –1 et 3 sont solutions de l’équation ln1x(x – 2)2 = ln 3 car son ensemble de définition est ]– ; 0[ ]2 ; + [.

61
61

1. I = ]–2 ; + [.

L’équation se ramène à (x + 3)(x + 2) = x + 11, c’est-à-dire

à x 2 + 4x – 5 = 0 dont les solutions sont 1 et –5. Seul 1 I ; d’où S = {1}.

2.

I = ]–11 ; –3[ ]–2 ; + [

S

= {–5 ; 1}.

62
62

1. S = 5 –2 ;

1

2 6 .

2. posons X= ln x pour x > 0.

L’équation devient : 2X 2 + 3X – 2 = 0.

ln x = –2 pour x = e 2

ln x = 63
ln
x =
63

1

2 pour x = 1e, d’où S = 5e 2 ; 1e6.

1. I = ]0 ; + [.

L’équation devient (ln x) 2 – 2 ln x = 0 ce qui équivaut à

ln x (ln x – 2) = 0. S = {1 ; e 2 }.
ln
x (ln x – 2) = 0.
S
= {1 ; e 2 }.
64
a) S = 5(5 ; 4)6.
b) S = 5(ln 5 ; ln 4)6.
65
a) S = 5(5 ; 9)6.

b) S = 5(–ln 5 ; ln 9)6.

Le système s’écrit, pour x > 0 et y > 0 5

3

2 ;

2 26 .

1

66
66

Soit encore 5 xy = 3 = 2 , S = 51

4

x + y

ln(xy) = ln 3

x + y = 2

4

.

© Nathan 2012 – Transmath Term. ES-L

inéquAtions

67
67

a) I = ]0 ; + [. x < e 3 , d’où S = ]0 ; e 3 ].

b) I = ]– ; + [

S = ]ln 2 ; + [.

a) I = ]0 ; + ∞ [ I = ]0 ; + [

S = ]e e ; + [.

b) I =

S = ]– ; ln 3].

a) I =  I =

S

b) I =

S = ]– ; ln 2 + 1[.

= 4 ln 3

5

; +3 .

70
70

a) • I = 4 2 ; +3 .

1

1

2e +

1

2 ; +3 .

.

L’inéquation s’écrit : 2x – 1 > e 1 , soit encore : x > e 1 + 1

D’où S = 4

b) • I = ]– ; –2[.

L’inéquation devient : 1 + 2 x > 3, c’est-à-dire 0 < x < 1, d’où S = Ø.

2

a) • I = ]2 ; + ∞ [. • I = ]2 ; + [.

• L’inéquation devient : x < x 2 – 2x soit encore x 2 – 3x > 0 c’est-à-dire x < 0 ou x > 3, d’où S = [3 ; + [.

b) • I =

• S = [–ln 2 ; ln 2].

1. S = ]–5 ; 1[. S = ]–5 ; 1[.

2. • I = ]–5 ; 1[.

L’inéquation devient : x 2 4x + 5

8

73
73

1. ln

1

e

= –ln e = –1.

> 0, d’où S = ]–5 ; 1[.

2. • I = ]0 ; + [.

• L’inéquation devient : (ln x)(ln x + 1) > 0,

 

x

0

1 e

1

+

ln x

 

0

+

ln x + 1

 

0

+

+

(ln x)(ln x + 1)

 

+

0

0

+

d’où S = 4 0;

1 e 3 ]1 ; + [.

 

On cherche x le nombre d’heures tel que x le nombre d’heures tel que

p 0 (0,95) x <

ries, c’est-à-dire x tel que 0,95 x <

1

2 p 0 , où p 0 est la population initiale de bacté-

1

2 .

On trouve x >

1

ln ln 0,95 , soit environ après 14 heures.

2

1. On cherche x tel que (0,93) x < 0,25. On cherche x tel que (0,93) x < 0,25.

On trouve x > ln 0,25 , soit environ après 20 ans. ln 0,93

2. On cherche x tel que 1,1 x > 2.

On trouve x > ln 1,1 2 , soit environ après 8 ans. ln 1
On trouve x >
ln 1,1 2 , soit environ après 8 ans.
ln
1
76
1. a’ = a 1 1 –
100 2 = 0,99a.

2.

Au bout de n jours, on aura a n = a 0 × 0,99 n = 90 × 0,99 n .

ln

5

3. a) n >

b)

d’alcool.

9

ln 0,99 ; n > 58,48.

Au bout de 59 jours, le mélange titrera moins de 50 %

équAtions De lA forme x n = k

a) 12 ln x = ln 25 ; S = 5e ln 25

6.

12

ln x = ln 90 ; S = 5e ln 90

6.

10

a) 15 ln x = ln 500 ; S = 5e ln 500

6.

15

ln x = ln 800 ; S = 5e ln 800

6.

20

a) 7 ln x = ln 3 ; S = 5e ln 3

6.

7

b) 8 ln x = ln 0,75 ; S = 5e ln 0,75

6.

8

80
80

a) 3 ln(2 + x) = ln 5 ; 2 + x = e ln 5 ; S = 5e ln 5 – 26.

3

3

b)

12 ln 1 1 +

100 2 = ln 1,1 ; 1 +

x

x

100

=

e ln 1,1

12

;

S = 51e ln 1,1

12

– 12 × 1006.

81
81

a) 10 ln(0,1 + x) = ln 2 ; 0,1 + x = e

64

27

b) 6 ln x = ln 64 ; S = 5 e ln

27

6

6

.

ln 2

10

; S = 5e ln 2 – 0,16.

10

82
82

7

3

a) –3 ln x = ln 1 7 2 ; S = 5 e ln

3

6 .

3

b) 3 ln x = ln 6 ; S = 5e ln 6

6.

3

83
83

a) x = e

ln 2

13

; S = 5e ln 2

6.

13

b) π ln x = ln 3 ; S = 5e ln 3

6.

π

84 1 b) 6
84
1
b)
6

a) 0,4 ln x = ln 1,2 ; S = 5e ln 1,2

6.

0,4

ln x = ln 10 ; S = {e 6ln10 }.

Avec lA cAlculAtrice

2 85 a) n > 1,3 d’où n > 8. ln n > –100 b)
2
85
a) n >
1,3 d’où n > 8.
ln
n > –100
b)
ln 0,2 d’où n > 63.
86
a) n ln 1,05 > ln 2 d’où n >

ln 1,05 2 , d’où n > 15. ln

b) n ln 0,95 < ln 0,2 d’où n >

ln 0,2

ln

0,95 , d’où n > 32.

87
87

a) n ln 2 < ln 100 000 d’où n < ln 100 000 , n < 17. ln 2

b) n ln

1

3 > –6 ln 10 d’où n <

c) n ln 0,2 > –4 ln 10 d’où n <

6 ln 10 , n < 12. ln 1

3

4 ln 10 , n < 5.

ln 0,2

© Nathan 2012 – Transmath Term. ES-L

étuDe De fonctions

. 88
.
88

1. f’(x) = – 3

2

 

2

–3 + 2x

+

=

 

x 2

.

 

x

x

 

x

1

3

+

2

2

f’(x)

 

0

+

 

6 – 2 ln 2

 

+

f(x)

 
f ( x )   2 + 2 ln 3

2 + 2 ln

3
3
 

2

2.

8 7 6 5 4 3 2 1 O -1 1 2 3 4 5
8
7
6
5
4
3
2
1
O
-1
1
2
3
4
5
6
7
8
89
89

1. f’(x) = ln x + x × 1 x

– 1 = ln x

 
 

x

0

1

+

 

f’(x)

 

0

+

f(x)

1

f ( x ) 1 0 + ∞

0

f ( x ) 1 0 + ∞

+

90
90

2. f(x) > 0 sur ]0 ; + [ car f(1) = 0

 

f’(x) = 2x – 8 + 6

2x 2 – 8x + 6

=

 
 

.

x

x f’(x) = 0 pour x =1 ou x = 3.

 
 

x

0

1

3

+

2x 2 – 8x + 6

 

+

0

0

+

x

 

+

+

+

f’(x)

 

+

0

0

+

f(x)

 

–7

–7
f ( x )   –7 + ∞

+

 

–15 + 6 ln 3

 
2 O -2 2 4 6 8 1 0 1 2 1 4 1 6
2
O
-2
2
4
6
8
1
0
1
2
1
4
1
6
-2
-4
-6
-8
-1 0
-1 2
-1 4
1
1
= –1 + x
91
1. g’(x) = –
+
.
x
2
x x 2

2.

x

0

 

1

+

–1 + x

     

0

+

x

2

     

+

+

g’(x)

     

0

+

g(x)

   

+

+ ∞ 1 + ∞

1

+

92
92

5 a +

f’(2) = 0 ; f(2) = 2 ln 2 ; f(1) = 1 avec f’(x) = a +

c

2 = 0

c

x .

1

x 2 .

5 a = –1

b

c

= 2

= 2

2a + b + c ln 2 = 2 ln 2

a + b = 1

D’où f(x) = – x + 2 + 2 ln x.

1. f (1) = 0, f’ (1) = 3 avec f’ ( x ) = a f(1) = 0, f’(1) = 3 avec f’(x) = a

2. a) f’(1) = 3 car deux droites parallèles ont le même coef-

ficient directeur.

D’où a + 1 = 3 et donc a = 2.

x 1 2

ln x +

b) f(1) = 0 d’où a + b = 0, c’est-à-dire b = –2. 3.
b)
f(1) = 0 d’où a + b = 0, c’est-à-dire b = –2.
3.
f(x) = 2x – 2 + 1
x
ln x.
1
1
94
1. a 1 2 2 = –8 300 ln
2 ≈ 5 753 (au bout de 5 753 ans).
2. a(0,25) = –8 300 ln 0,25 ≈ 11 506 (au bout de 11 506 ans).
20
000
10
000
A
O
-4
-2
2
4
6
8
1
0
1
2
1
4
-10 000
-20 000
95
95

1. a) g’(x) = e x (1 + x).

 

x

 

–1

 

+

x

e

 

+

+

1 + x

 

0

+

g’(x)

 

0

+

g(x)

 
– 1
– 1

+ 1

g ( x )   – 1 + 1
 

e

g(–1) = 1 –

1

> 0.

1

= g(x)

.

b)

e D’où g(x) > 0 pour tout réel x.

2. a) f’(x) = e x +

b)

sur .

x x

D’après 1. b), f’(x) > 0 sur et f strictement croissante

partie A 98 partie A g(e) = 0 et g’(e) = 2. 2x 2 –
partie A
98
partie A
g(e) = 0 et g’(e) = 2.
2x 2 – 8
1.
f’(x) = 2x – 8
=
.
b
x
x
g’(x) = a –
2.
x(ln x) 2 .
b
x
0
2
+∞
g’(e) = a –
et g(e) = ae + b
2x 2 – 8
0
+
e
b
x
+
+
5 a –
= 2
b = –e
5
.
e
a = 1
f’(x)
0
+
ae + b = 0
e
D’où g(x) = x –
f(x)
8 – 8 ln 2
ln x .
partie b
e
1.
a) f’(x) = 1 +
partie b
x(ln x) 2 .
1. Au mois de février 2012.
b)
Sur ]1 ; + ∞[, f’(x) > 0 et f strictement croissante.
2. Sa dépense s’élèvera à 2 500 × (8 – 8 ln 2) × 10, c’est-à-
2.
T e : y = 2(x – e)
dire environ 61 371 euros.
y = 2x – 2e.
3.
partie A
15
1.
f’(x) = – 100 (3 – ln x) + 100
1 – 1 x 2 .
x 2
x
10
f’(x) = – 100 (4 – ln x) = 100 (ln x – 4).
x 2
x 2
5
2. f’(x) > 0 pour x > e 4 .
x
10
e 4
50
O
-5
5
10
15
100
+
+
x
2
-5
ln x – 4
0
+
f’(x)
0
+
= –4x 2 + 20x – 16
97
1. a) f’(x) = –4x + 20 – 16
.
10(3 – ln 10)
2(3 – ln 50)
x
x
– 100
f(x)
f’(x) = 0 pour x = 1 et x = 4.
e
4
x
1
4
6,5
f(10) ≈ 14,34.
–4x 2 + 20x – 16
0
+
0
x
+
+
f(e 4 ) ≈ –1,83.
f(50) ≈ –1,82.
3. f(e 3 ) = 0.
f’(x)
0
+
0
b)
x
10
e 3
50
x
1
4
6,5
f(x)
+
0
f(x)
30 – 16 ln 4
≈ 7,82
partie b
0
1
1.
B’(q) = –100 ×
q (ln q – 3) = – 100 (ln q – 3) = f(q).
c)
q
2.
q
10
e 3
50
B’(q)
+
0
10
30
B(q)
5
3.
B(q) est positif pour 10 < q < 43.
O
4.
Le bénéfice est maximum pour q = e 3 c’est-à-dire environ
-5
5
1
0
1
5
20 unités, et s’élève à 30 000 euros.
-5
100
partie A
1
× x – 1 – ln x
x
= – ln x
1. f’(x) =
.
2.
a) Il faut fabriquer 400 pièces pour avoir un bénéfice
x 2
x 2
maximal.
b)
Ce bénéfice est d’environ 7 819 euros.
© Nathan 2012 – Transmath Term. ES-L

© Nathan 2012 – Transmath Term. ES-L

2.

x

0

1

5

–ln x

 

+

0

x

2

 

+

+

f’(x)

 

+

0

f(x)

 
f ( x )   1 1 + ln 5

1

f ( x )   1 1 + ln 5

1 + ln 5

5

f(x) = 0 pour ln x = –1, c’est-à-dire pour x = 1 e . S = 5 1 e 6 .

3.

x

0

1 e

5

f(x)

 

0

+

partie b

 

1. B(q) = 10 f(q).

B’(q) = 10 f’(q). B(q) est positif pour q > 1 e milliers d’unités, c’est-à-dire pour 368 unités.

2. Le bénéfice est maximum pour 1 000 unités et vaut

10 000 euros. 101 partie A
10 000 euros.
101
partie A

1. a) R(2) = 3.

La recette sera de 3 000 euros.

b)

8 B 6 4 2 O A -2 2 4 6
8
B
6
4
2
O
A
-2
2
4
6

2.

est [0,75 ; 4,5]. b) pour x = 2, on lit un bénéfice d’environ 1,8 millier d’euros. c) pour x 2,8 le bénéfice sera maximal pour 280 litres. Il s’élèvera à environ 2 100 euros.

a) Graphiquement on lit que l’intervalle de rentabilité

partie b

1. C T (x) = x 2 – 2x ln x.

B(x) = 1,5x x 2 + 2x ln x. B(2) = –1 + 4 ln 2.

2.

B’(x) = –2x + 2 ln x + 3,5.

3. a) B’ est positive sur [0,25 ; 1].

Sur [0,1 ; 5] B’ est strictement décroissante. De plus B’(1) > 0 et B’(5) < 0. Le théorème des valeurs intermédiaires nous permet d’affirmer que l’équation B’(x) = 0 a une et une seule solu- tion a ∈ [1 ; 5].

B’(x) = –2x + 2 ln x + 2x + 1,5.

x

b)

x

0,25

a

5

B’(x)

 

+

0

B(x)

 
B( x )   0
B( x )   0

0

4. a) Le bénéfice sera maximal pour 277 litres et vaut

2 127 euros.

b) Il y a cohérence avec la lecture graphique.

1. La réponse 3 : e – 1 est l’abscisse du point d’inter- La réponse 3 : e 1 est l’abscisse du point d’inter-

section de la courbe avec l’axe des abscisses. La réponse 4 : le bénéfice est positif pour x > e 1 . La réponse 5 : le maximum est 10, ordonnée du point le plus haut de la courbe sur [0,1 ; 10].

2. Résolvons B(x) = 0, c’est-à-dire 1 + ln x = 0.

Cette équation a pour solution x = e 1 . À partir de 37 objets

l’entreprise réalisera un bénéfice.

partie Apartir de 37 objets l’entreprise réalisera un bénéfice. 1. f (e 2 ) = 4e 2

1. f(e 2 ) = 4e 2 + 10 soit f(e 2 ) 39,56.

2. f’(x) = –ln x + (3e 2 x) × 1 x = –ln x +

3e 2

x

3. a)

x

0

e 2

20

 

f’(x)

 

+

0

b)

x

0

e 2

20

   

4e 2 + 10

f(x)

 
16,5

16,5

– 1.

4. a) Sur l’intervalle [0,6 ; 0,7], f est strictement crois-

sante dérivable, donc continue et de plus f(0,6) –1 et f(0,7) 2,3.

Le théorème des valeurs intermédiaires nous permet d’affirmer que l’équation admet une solution unique a ∈ ]0,6 ; 0,7[. À la calculatrice on trouve a ≈ 0,629 à 0,001 près par excès.

b) • Sur ]0 ; a[, f est strictement croissante, d’où f(x) < f(a),

c’est-à-dire f(x) < 0 pour x ]0 ; a[. f(x) > 0 pour x ]a ; e 2 [. • Sur ]e 2 ; 20[, f est strictement décroissante mais positive car f(e 2 ) et f(20) sont positifs.

Conclusion :

x

0

a

20

f(x)

 

0

+

partie b

1. D’après la question 4. de la partie A, le bénéficiaire

est positif pour x > 0,629. Il faut donc vendre au moins 629 DVD.

2. D’après la question 3. b), le bénéfice est maximal pour

la vente de e 2 milliers d’articles et f(e 2 ) 39,56. À 10 euros près, le bénéfice est maximal pour la vente de 7 390 DVD et s’élève à 39 560 E .

© Nathan 2012 – Transmath Term. ES-L

fonctions x ln u( x )

D f = ]– ; 2[ ; f’(x) = 1 +

1

2 – x .

D f = ]– ; 0[ ]1 ; + [ ; f’(x) =

1

x 1

2 × x – 1 =

x

x(x – 1) .

D f = ]– ; –1[ ]1 ; + [ ; f’(x) =

2x

x 2 – 1 .

D f = ]2 ; + [ ; f’(x) =

1

x – 2 +

1

2 1x .

D f = ]– ; –1[ ]1 ; + [ ; f’(x) =

C’(n) = 0,5 –

1,5

0,5n – 0,5

n + 2 =

n + 2

.

2

(x – 1)(x + 1) .

B(n) = 0,4n – C(n).

B’(n) = 0,4 – 0,5n 0,5 n + 2

B’(n) = 0 pour n = 13. Le bénéfice sera maximal pour 13 immeubles vendus, et s’élèvera alors à environ 262 075 euros.

–0,1n + 1,3

n + 2

.

=

pour lA logique

110
110

1. Fausse. Contre-exemple : ln 1 1 2 .

2. Vraie. posons f(x) = ln x x 2 définie pour x > 0.

x

f’(x)

f(x)

0

12

2

+

+

0

x > 0. x f’ ( x ) f ( x ) 0 1 2 2

–2,34

0. x f’ ( x ) f ( x ) 0 1 2 2 + ∞

f’(x) = 1 x

f’(x) = 0 pour x = 12

2 . f(x) < 0 pour tout x ]0 ; + [ c’est-à-dire f(x) < x 2 pour tout x ]0 ; + [.

– 2x = 1 2x 2

x

D’où f(x) x 2 pour tout x ]0 ; + [.

111
111

1. Vraie. ln e e 2 par exemple.

; + ∞ [. 111 1. Vraie. ln e ≠ e 2 par exemple. 2. Fausse.

2. Fausse. (voir 2. du 110 .)

112
112

Vraie. par exemple, ln 1 = 1 2 – 1 = 0.

113
113

Il suffit de prendre a = 1 et b = 1.

f(a + b) = f(2) = ln 2 0,69. On a bien :

f(a) + f(b) = f(1) + f(1) = 0. f(a + b) f(a) + f(b).

114
114

Il suffit de prendre l’abscisse du point d’intersection

des courbes représentatives des fonctions x ln x et

x

1 x , c’est-à-dire x 1,8.

EXERCICES

Accompagnement personnalisé (page 119)

soutien

115
115

A = ln 1 e 3 2 + ln(3e).

3

1.

2.

4.

ln 3e = ln 3 + ln e = ln 3 + 1.

et 3. ln 1 e 3 2 = 3 ln e – ln 3 = 3 – ln 3.

3

A = 3 – ln 3 + ln 3 + 1 = 4.

116
116

1. S = {1 ; 2}.

2.

a) posons X = ln x. D f = ]0 ; + [.

b)

L’équation devient X 2 – 3X + 2 = 0.

D’après 1. on a ln x = 1, c’est-à-dire x = e ou ln x = 2, c’est- à-dire x = e 2 .

c) S = {e ; e 2 }.

d) (ln e) 2 – 3 ln 2 + 2 = 0.

L’équation est vérifiée pour x = e.

ApprofonDissement

117
117

1. a) D f = * ; D g = ]0 ; + [.

b) par exemple, f(–3) = ln 9 et g(–3) n’existe pas ; f et g ne

sont pas égales.

2. 4 2 O -4 -2 2 4 -2 -4  g passe par 1
2.
4
2
O
-4
-2
2
4
-2
-4
 g passe par 1 1 e ; –2 2 ; (1 ; 0) ; (e ; 2).

3. a) Sur ]0 ; + [, ln x 2 = 2 ln x = g(x). f et g coïncident sur cet intervalle.

b) x < 0. ln x 2 = ln1(– x) 2 2.

f est une fonction paire, sa courbe est donc symétrique par

rapport à l’axe des ordonnées et sa partie droite est celle de g.

118
118

a) D f = .

b)

D f = 4 ; – 8 1 + 3 4 8 1 + ; –1 3

1

e

1

e

© Nathan 2012 – Transmath Term. ES-L

; 1 3

(en effet on doit avoir x 2 – 1 > 0, c’est-à-dire x < –1 ou x > 1

et ln(x 2 – 1) –1, c’est-à-dire x 2 – 1 1 e c’est-à-dire :

4 1; 8 1 +

e

1

3 4 8 1 +

e

1

120
120

1. • I = ]0 ; + [. S = ]– ; –2[ ]1 ; + [.

• (ln x) 3 – ln x = 0 ; (ln x)(ln x + 1)(ln x – 1) = 0.

S = 5 1 e ; e; 1 6 .

2. • I = ]0 ; + [.

8 1 + et x 8 1 +

1

x

c) D h = ]1 ; + [.

e

1

.

e 2

x

 

0

1 e

1

e

+

ln x

   

0

+

+

ln x + 1

   

0

+

+

+

ln x – 1

   

0

+

(ln x) 3 – ln x

   

0

+

0

0

+

 

1 e 4 [1 ; e].

 

x

0

e

5

 

f(x)

 

0

+

1. f’(x) = (ln x + 1) (x ln x) 2

.

 

1

 

e ; f’(x) > 0 pour x <

e

123
123

f’(x) = 0 pour x = 1

f’(x) > 0 pour x < 1 e ; f 1 1 e 2 = –e.

2. a) T1

e

b) T e : y = –

: y = –e.

2

(x – e) +

3

e .

e

2

T e : y = – 2x +

e

2

1

e

3.

a) pour –e < k < 0, aucune solution.

b)

pour k = –e, une solution.

c)

pour k < –e, deux solutions distinctes.

d)

pour k > 0, une solution.

124
124

1. c)

2. b)

3. b)

Justifications

ln

1.

2

2

+

3

<

e 2

d’où f(x) = e 2 pour deux valeurs de

x ]0 ; + [.

2. Sur ]0 ; ln 2[, f est décroissante et f’ négative,

or ln 1,5 0,4.

3. f(–ln 2) = –2 ln 2 + 1 +

1

– 1 = –2 ln 2 1 car –ln 2 =

2

1

2

1

2 2 .

119 1. • I = ]– ∞ ; –2[ ∪ ]1 ; + ∞[. x
119
1. • I = ]– ∞ ; –2[ ∪ ]1 ; + ∞[.
x – 1
= 1 impossible : S = Ø.
x
+ 2

2. • I = ]– ; –2[ ]1 ; + [.

x – 1

2 < 1 pour x > –2 d’où S = ]1 ; + [.

D’où S = 4 0;

x +

EXERCICES

1

e

e ; 0 2 .

1 1

(x – e) + 2

e

Le jour du BAC (page 120)

1

e .

1. a) B B

b) 1 + ln x > 0 pour ln x > –1, c’est-à-dire pour x >

2. a) T e : y = f’(e)(x – e) + f(e)

y =

y

= 1

x + 1.

e

b) C(–e ; 0) car 1

x + 1 = 0 pour x = –e.

c) E(e ; 0) et C(–e ; 0) sont symétriques par rapport à O(0 ; 0)

car leurs abscisses sont opposées et leurs ordonnées nulles.

122
122

A. 1. A(e ; 0), D(0 ; –e).

La droite (AD) a pour équation y = x – e.

2.

a) f(1) = –1 ; f’(1) = 0.

 

b)

x

0

e

5

f(x)

– 0

+

c)

x

0

1

5

f’(x)

– 0

+

b. 1. a) f’(x) = ln x – 1

+ x × 1 x

= ln x.

b) f’(x) > 0 pour x > 1.

x

0

1

e

5

f’(x)

0

+

f(x)

f ( x ) –1 0

–1

0