Le loup blanc (2006) de Pierre-Luc Granjon

Deux frères jouent dans la forêt. L'un deux se lie d'amitié avec un étrange loup blanc, mais dans ces contrées éloignées la survie passe par la chasse des animaux sauvages...

Pierre-Luc Granjon, réalisateur de Léon et Mélie et de Petite escapade, a décidément une patte très personnelle. Cette fois-ci, son choix s'est porté sur la technique du dessin animé, alliant un graphisme enfantin et un univers plutôt sombre. Le monde dans lequel les enfants grandissent est bien loin des univers colorés et douillets, que l'on réserve en général aux jeunes spectateurs. L'univers du conte et sa férocité ne sont pas loin. C'est d'ailleurs ce qui fait le charme et la force de ce court métrage. Ici les animaux sont chassés et tués pour être mangés. Si rien n'est caché, rien n'est dramatisé ou larmoyant. Ce rapport sain aux choses du quotidien donne une fraîcheur particulière à cette oeuvre. Notons, au passage, que le loup est loin de sa représentation traditionnelle d'animal dangereux. L'imaginaire et l'amitié occupent aussi une place prépondérante. La complicité entre le grand frère et le loup, ainsi que la relation chaleureuse au sein de la fratrie rendent les personnages attachants. L'alliance de tous ces ingrédients crée une tension narrative efficace. Les enfants captivés ne lâchent pas un miette du spectacle. Si l'on ne peut pas à proprement parler de happy end - du fait de la perte de l'être cher - la chute est suffisamment ouverte sur l'avenir et ses

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful