Vous êtes sur la page 1sur 20
Centexbel INFO Numéro 1 du 29 janvier 2010 usage responsable des produits d’ennoblissement

Centexbel INFO

Numéro 1 du 29 janvier 2010

Centexbel INFO Numéro 1 du 29 janvier 2010 usage responsable des produits d’ennoblissement

usage responsable des produits d’ennoblissement

Colophon

Éditeur responsable Jan Laperre, Centexbel

Comité de rédaction Jan Laperre, Bob Vander Beke, Ann De Grijse & Eline Robin

Rédacteurs invités Myriam Vanneste, Hilde Beeckman Isabel De Schrijver, Dirk Weydts David Van de Vyver, Geert Hebbrecht Claire Van Causenbroeck, Guy Buyle Anneke Saey, Stijn Devaere Tania De Meyere

Photographie Marc Van Hove, Steven Vander Beke (photos Nouvelle-Zélande)

Layout

Eline Robin

© Centexbel 01/2010

Centexbel INFO 01-2010 p. 3

Contenu

ennoblissement textile au mouillé

L’ennoblissement textile et la législation environnementale

4

Produits d’ennoblissement textile alternatifs

Retour à la nature

8

Les enzymes, d’anciens et de nouveaux produits prometteurs !

9

Les “produits biodégradables” peuvent-ils sauver notre planète ?

10

Le rose saumon et l’indigo annoncent la “couleur bio” !

11

Analyses et certification

Oeko-Tex ® : Nouvelle liste de produits défendus et autres changements en 2010

12

REACH-Package de Centexbel

14

Evaluation de la présence de phtalates

15

Recherche & Développement

Ennoblir au cours de l’extrusion pour obtenir de meilleurs résultats: FAFEX

16

UV-Coat I & II: les enductions UV textiles fonctionnelles à la fois écologiques et économiques

17

Résultats remarquables

Enduction aux hotmelts pour des coutures plus fortes et des coutils à matelas ignifugés !

18

CORONA augmente l’efficacité de l’enduction et de l’ennoblissement textiles

19

Centexbel INFO 01-2010 p. 4

l’ennoblissement textile

Vlarem, Bref & Reach appliqués aux produits ennoblis

A u cours des différentes étapes d’ennoblissement au mouillé, de nombreux apprêts / produits chimiques présentant un impact plus ou moins nocif sur l’environnement sont utilisés. Sous la pression de

la sévérité accrue de la législation environnementale, plusieurs produits moins nocifs ont été mis sur le marché. Dans le cadre de cet article, nous abordons par traitement, les produits les mieux adaptés conformément à BREF (Best Available Techniques REFerence), Vlarem et REACH.

Par ennoblissement au mouillé, nous entendons :

prétraitement (lavage, blanchiment, débouillissage, désencollage)

teinture ou impression

apprêtage du textile Par étape de production, nous renvoyons aux recommandations reprises dans le document BREF. BREF recommande d’éviter l’usage de produits chimiques – dans la mesure du possible – et d’opter pour des produits (alternatifs) qui présentent un risque minimal pour l’environnement.

Prétraitement

Au cours de cette étape du processus, le textile est rendu apte à subir des traitements ultérieurs à l’aide des produits suivants:

Agents tensio-actifs :

Pour rendre le textile hydrophile (absorbant l’eau), les produits chimiques se trouvant sur/dans le matériau (produits d’encollage, huile d’ensimage, impuretés naturelles telles que graisses, résines, pectines…) sont éliminés à l’aide:

d’agents tensio-actifs non-ioniques, dont les éthoxylates d’alkylphénol qui donnent lieu, après dégradation à du nonylphénol, une substance bioaccumulante et toxique. Les éthoxylates d’alcools gras, les éthoxylates de triglycéride et les éthoxylates d’acides gras sont biodégradables et constituent dès lors une bonne alternative.

d’agents tensio-actifs anioniques : produits linéaires et biodégradables tels que les sulfates, les sulfonates…

d’agents tensio-actifs cationiques tels que les sels d’ammonium quaternaires, qui sont rarement utilisés en raison de leur comportement récalcitrant. Agents complexants, détergents et enzymes Les agents complexants stabilisent les métaux lourds de façon à ce qu’ils ne présentent pas d’effets négatifs au cours du prétraitement. L’acide nitrilotriacétique (NTA) et l’acide phosphorique (H 3 PO3) sont les substances les plus utilisées à cet effet. Les dérivés de l’acide gluconique (biodégradables) sont également utilisés. Au cours du prétraitement des matières synthétiques, des détergents sont utilisés pour éliminer les huiles d’ensimage qui peuvent contenir des HAP (hydrocarbures aromatiques polycycliques). Lors du désencollage sont surtout utilisés des enzymes (amylases), des détergents et des agents complexants afin d’éliminer les produits d’encollage (amidon et dérivés, dérivés cellulosiques, acrylates, alcool polyvinylique (PVA), polyesters) et les additifs (huile, cire et stabilisateurs). Ce traitement augmente la demande biologique en oxygène (DBO), la demande chimique en oxygène (DCO) et le nombre de matières en suspension (MS) dans les effluents.

Vlarem et Reach ont mis en place des

restrictions sur l’utilisation du nonylphénol et des éthoxylates de nonylphénol. Ces produits ne peuvent être ni mis sur le marché, ni utilisés en tant que substances ou comme constituants de mélanges à des concentrations de 0,1 pour cent en masse

ou plus pour (

)

le traitement des textiles

et du cuir, sauf :

lorsque le traitement est sans rejet dans les eaux usées

dans des systèmes comportant un traitement spécial dans lequel la fraction organique est entièrement éliminée de l’eau de processus avant le traitement biologique des eaux usées (dégraissage de peaux de mouton)

Conditions sectorielles Vlarem

Art. 5.41.1.5. § 1

 

L’utilisation de substances nocives pour l’environnement doit être limitée et évitée si possible. Il est préférable d’utiliser des substances totalement biodégradables et/ ou bio-éliminables, présentant une faible toxicité humaine et écologique et de faibles niveaux d’émissions et olfactif.

S’il n’est pas possible de procéder à un remplacement, il est recommandé de pren- dre les mesures nécessaires pour réduire au maximum le risque pour l’homme et l’environnement.

Conditions sectorielles Vlarem Art. 5.41.1.5. § 2 Les huiles minérales contenant des HAP doivent être remplacées autant que possible.

Conditions sectorielles Vlarem Art. 5.41.1.5. § 3 Vlarem interdit l’utilisation de l’acide éthylènediamine-tétracétique (EDTA) et de l’acide diéthylènetriamine-pentacétique (DTPA) pour l’adoucissement de l’eau de processus.

Centexbel INFO 01-2010 p. 5

et la législation environnementale

Conditions sectorielles Vlarem

Art. 5.41.1.5.

§ 2.

Les substances/groupes de substances ci-dessous doivent être remplacés au maximum :

les éthoxylates d’alkylphénol

les huiles minérales contenant des HAP

l’hypochlorite de sodium pour des applications de blanchiment, excepté pour l’obtention d’un degré de blanc élevé et des tissus sensibles (acrylique)

les pigments contenant du cadmium

les véhiculeurs chlorés : par ex. le 1,2 dichlorobenzène; le 1,2,4 trichlorobenzène; le dichlorotoluène.

§ 3.

L’utilisation des substances ci-dessous est interdite:

les colorants azoïques cancérigènes et les colorants azoïques qui dégagent des amines aromatiques cancérigènes dans des conditions réductrices.

les colorants contenant du pentachlorophénol (PCP)

le Cr VI pour l’oxydation des colorants au soufre et des colorants à cuve.

l’arsenic, le pentachlorophénol et les composés d’étain organiques pour les traitements antiputrides, anti-mites et anti-acariens.

l’acide éthylenediamine-tétracétique (EDTA) et l’acide diéthylènetriamine- pentacétique (DTPA) pour l’adoucissement de l’eau de processus.

le chlorure de distéaryldiméthylammonium (DSDMAC), le chlorure di(suif durci)- diméthylammonium (DHTDMAC) et le chlorure bis(alkyl de suif hydrogéné)- diméthylammonium (DTDMAC) (adoucisseurs)

Lors du débouillissage des alcalis, des agents tensio-actifs, des agents complexants et des agents réducteurs sont utilisés pour éliminer les substances accompagnatrices (pectines, graisses et cires, substances inorganiques) et les impuretés (pesticides). Le blanchiment se fait à l’aide de peroxyde, de stabilisateurs et d’agents tensio-actifs, afin d’éliminer les colorants naturels.

Le débouillissage et le blanchiment augmentent le DCO, DBO, MS,

N

(composés azotés), P (composés phosphorés) et les métaux lourds.

Limitez dès lors la quantité d’agents complexants en utilisant de l’eau

de processus adoucie et déferrée.

Il

est également recommandé d’éliminer les particules de fer à

l’aide de détecteurs magnétiques avant le blanchiment et de limiter l’utilisation de peroxyde d’hydrogène et d’hypochlorite.

Au cours du blanchiment, l’utilisation de peroxyde d’hydrogène et d’hypochlorite doit être limitée en raison de la formation d’hydrocarbures chlorés (AOX). L’hypochlorite peut uniquement être utilisé pour obtenir un degré de blanc élevé ou pour blanchir des tissus sensibles tels que l’acrylique. Selon BREF, il est possible de limiter l’utilisation d’agents anti-mousses en utilisant des machines qui injectent une quantité minimale d’air dans l’eau et en utilisant autant que possible des agents facilement biodégradables (silicones, esters d’acide phosphorique, alcools à haut poids moléculaire).

Teinture du textile

Les produits auxiliaires utilisés au cours de la teinture sont les agents mouillants, les agents d’unisson, les dispersants, les agents complexants, les agents tensio-actifs, les agents anti-mousses, les agents oxydants et

Ceux-ci se retrouvent quasi intégralement dans l’effluent.

réducteurs, le sel

Les agents mouillants comprennent principalement des agents tensio- actifs anioniques. Optez dès lors pour des produits facilement dégradables ou bio-éliminables.

Les dispersants sont contenus dans les formules de teinture ou peuvent être dosés en supplément dans le bain de teinture. Généralement, il

s’agit d’agents tensio-actifs non-ioniques et anioniques.

Les agents d’unisson pour la teinture en discontinu sont sélectionnés en fonction du type de fibre à teindre et du colorant utilisé. Dans ce cas également, il est conseillé d’opter pour des produits qui se dégradent facilement.

Les agents anti-mousses : les dérivés siliconés surtout sont bio- éliminables.

Lors de la teinture du PES en combinaison avec de la laine ou de l’élasthanne, l’utilisation de véhiculeurs est encore autorisée jusqu’à présent. Le benzoate de benzyle et le N-alkylphtalimide sont les produits les moins nocifs. Pour les autres matières premières, l’utilisation de véhiculeurs est interdite.

Le sulfure est utilisé pour la réduction des colorants de cuve mais donne lieu à une augmentation de la charge DCO et présente une toxicité aquatique.

L’hydrosulfite de sodium est utilisé pour un nettoyage réducteur suite à la teinture du PES. Lors de cette étape, la formation de sulfite, substance toxique pour les poissons et les bactéries, peut avoir lieu.

Le

bromate, l’iodate et le chlorite sont utilisés pour oxyder les colorants

de cuve et les colorants au soufre, ce qui donne lieu à la formation d’AOX.

Centexbel INFO 01-2010 p. 6

l’ennoblissement textile

BREF fournit les recommandations suivantes pour obtenir un procédé de teinture plus écologique :

réduisez le nombre de colorants

utilisez des dosages automatisés

évitez les véhiculeurs en utilisant du PES modifié (PTT polytriméthylène téréphtalate)

optez pour des produits alternatifs pour le nettoyage réducteur au cours de la teinture du PES, tels que les dérivés d’acide sulfinique qui sont biodégradables

utilisez des colorants dispersés (colorants azoïques contenant des groupes phtalimides) de façon à ce que les colorants fixés puissent être éliminés en milieu alcalin plutôt que par réduction

pour la teinture aux colorants au soufre, utilisez des colorants non pré-réduits exempts de sulfure

utilisez du glucose en qualité d’agent réducteur et du

H 2 O 2 en qualité d’agent oxydant de manière à réduire la concentration en sulfures dans les effluents

pour la teinture aux colorants réactifs, utilisez des colorants polyfonctionnels (à haut rendement et nécessitant de faibles teneurs en sel).

remplacez l’urée et le silicate par des solutions d’alcali concentrées exemptes de silicate

Apprêtage du textile

Nous nous limitons ici au traitement le plus courant, notamment l’adoucissement.

Nous pouvons répartir les “adoucissants” en trois catégories:

1. Les adoucissants cationiques qui se composent typique- ment de sels d’ammonium quaternaires. Bien qu’ils soient permanents et efficaces en faibles concentrations, ils ne sont pas facilement biodégradables.

2. Les adoucissants non-ioniques tels que les acides gras, les esters gras et les amides gras, qui, bien qu’ils soient facilement biodégradables, ne présentent pas de solidité au lavage.

3. Les silicones sont efficaces et augmentent le caractère hydrophobe. En outre, ils sont biodégradables.

Contact Hilde Beeckman Guideur technologique “ennoblissement” tel: 09/243 82 32 gsm: 0472/39 79 19 hb@centexbel.be

Dirk Weydts Guideur technologique “environnement” tel: 09/243 82 22 gsm: 0494/35 70 64 dw@centexbel.be

Stijn Devaere Conseiller textile durable & REACH tel 09/243 82 27 sdv@centexbel.be gsm: 0497/43 60 77

Quelques restrictions reprises à l’annexe XVII à REACH

Phosphate de tri (2,3 dibromopropyle) N° CAS 126-72-7

Ne peut être utilisé dans les articles textiles destinés à entrer en contact avec la peau, par exemple les vêtements, les sous-vêtements et les articles de lingerie.

Les articles non conformes ne peuvent pas être mis sur le marché.

Oxyde de triaziridinylphosphine N° CAS 5455-55-1

Ne peut être utilisé dans les articles textiles destinés à entrer en contact avec la peau, par exemple les vêtements, les sous-vêtements et les articles de lingerie.

Les articles non conformes ne peuvent pas être mis sur le marché.

Polybromobiphényle (PBB) N° CAS 59536-65-1

Ne peut être utilisé dans les articles textiles destinés à entrer en contact avec la peau, par exemple les vêtements, les sous-vêtements et les articles de lingerie.

Les articles non conformes ne peuvent pas être mis sur le marché.

Diphényléther, dérivé pentabromé C12H5Br5O

Ne peut être mis sur le marché ni employé en tant que substance ou constituant de préparations à des concentrations supérieures à 0,1 % en masse.

Les articles ne peuvent être mis sur le marché s’ils (ou des parties d’eux-mêmes agissant comme retardateurs de flammes) contiennent cette substance à des concentrations supérieures à 0,1 % en masse.

Diphényléther, dérivé octabromé C12H2Br8O

Ne peut être mis sur le marché ni employé en tant que substance ou constituant de préparations à des concentrations supérieures à 0,1 % en masse.

Les articles ne peuvent être mis sur le marché s’ils (ou des parties d’eux-mêmes agissant comme retardateurs de flammes) contiennent cette substance à des concentrations supérieures à 0,1 % en masse.

Centexbel INFO 01-2010 p. 7

et la législation environnementale

Nonylphénol C6H4(OH)C9H19 et Éthoxylate de nonylphénol

(C2H4O)nC15H24O

Ne peut être mis sur le marché ni employé en tant que substance ou constituant de préparations à des concentrations égales ou supérieures à 0,1 % en masse dans les cas suivants:

nettoyage industriel et institutionnel, sauf:

les systèmes fermés et contrôlés de nettoyage à sec dans lesquels le liquide de nettoyage est recyclé ou incinéré;

les systèmes de nettoyage avec traitement spécial dans lesquels le liquide de nettoyage est recyclé ou incinéré;

nettoyage domestique;

traitement des textiles et du cuir, sauf:

traitement sans rejet dans les eaux usées,

systèmes comportant un traitement spécial dans lequel l’eau utilisée est prétraitée afin de supprimer totalement la fraction organique avant le traitement biologique des eaux usées (dégraissage de peaux de mouton);

Cadmium N° CAS 7440-43-9 composés

Ne peuvent être utilisés pour colorer les articles finis fabriqués au départ des substances et préparations suivantes:

chlorure de polyvinyle (PVC)

polyeréthane (PUR)

polyéthylène à basse densité, à l’exception du polyéthylène à basse densité utilisé pour la production de mélanges-maître colorés

acétate de cellulose (CA)

acétobutyrate de cellulose

résine époxy

résine mélamine-formaldéhyde

résine d’urée-formaldéhyde (UP)

polyesters insaturés (UP)

téréphtalate de polyéthylène (PET)

téréphtalate de polybutylène (PBT)

polystyrène cristal/standard

méthacrylate de méthyle

acrylènitrile (AMMA)

polyéthylène réticulé (VPE)

polystyrène impact/choc

polypropylène (PP)

Ne peuvent être utilisés pour stabiliser les produits finis suivants fabriqués au départ des polymères et copolymères du chlorure de vinyl:

matériaux d’emballage (sacs, conteneurs, bouteilles, couvercles)

N° EINECS 231-152-8 et ses

garnitures pour meubles, carrosseries ou similaire

vêtements et accessoires du vêtement (y compris les gants)

revêtements des sols et murs

tissus imprégnés, enduits, recouverts ou stratifiés

cuirs synthétiques

Nickel N° CAS 7440-02-0 N° EINECS 231-111-4 et ses composés

Ne peuvent être utilisés dans les types de produits destinés à entrer en contact direct et prolongé avec la peau, tels que:

boucles d’oreilles, colliers, bracelets et chaînes, bracelets de cheville et bagues, boîtiers, bracelets et fermoirs de montre,

boutons à rivets, boucles, rivets, fermetures éclair et marques de métal, lorsqu’ils sont utilisés dans des vêtements, si le taux de libération du nickel qui se dégage des parties de ces produits entrant en contact direct et prolongé avec la peau est supérieur à 0,5 μg par centimètre carré et par semaine;

dans les types de produits énumérés ci-dessus, lorsqu’ils sont recouverts d’une matière autre que le nickel, à moins que ce revêtement ne soit suffisant pour assurer que le taux de libération du nickel qui se dégage des parties de ces produits entrant en contact direct et prolongé avec la peau ne dépasse pas 0,5 μg par centimètre carré et par semaine pendant une période d’utilisation normale du produit de deux ans auminimum.

Colorants azoïques

Les colorants azoïques pouvant libérer, par coupure réductrice d’un ou plusieurs groupements azoïques, une ou plusieurs des amines aromatiques énumérées dans l’appendice 8 du présent règlement, en concentrations détectables, c’est-à-dire supérieures à 30 ppm dans les articles finis ou dans les parties teintes de ceux-ci, selon les méthodes d’essai énumérées dans l’appendice 10, ne peuvent être utilisés dans les articles en tissu et en cuir susceptibles d’entrer en contact direct et prolongé avec la peau humaine ou la cavité buccale, tels que:

vêtements, literie, serviettes de toilette, postiches, perruques, chapeaux, couches et autres articles d’hygiène, sacs de couchage,

chaussures, gants, bracelets de montre, sacs à main, porte-monnaie/ portefeuilles, porte-documents, dessus de chaises, porte-monnaie portés autour du cou,

jouets en tissu ou en cuir et jouets comportant des accessoires en tissu ou en cuir,

fil et étoffes destinés au consommateur final

En outre, les articles en tissu ou en cuir visés au § 1 ne peuvent être mis sur le marché, sauf s’ils sont conformes aux exigences fixées dans ce paragraphe.

Les colorants azoïques énumérés dans la “liste des colorants azoïques” figurant à l’appendice 9 ne peuvent être mis sur le marché ou utilisés pour teindre des articles en tissu ou en cuir en tant que substance ou composante de préparation à des concentrations supérieures à 0,1 % en

masse.

Les phtalates suivants

a. di (2-éthylhexyl) phtalate (DEHP) No CAS 117-81-7 No Einecs 204-

211-0

b. dibutyl phtalate (DBP) No CAS 84-74-2 No Einecs 201-557-4

c. butyl benzyl phtalate (BBP) No CAS 85-68-7 No Einecs 201-622-7

Ne peuvent pas être utilisés comme substances ou composants de préparations, à des concentrations supérieures à 0,1 % en masse de matière plastifiée, dans les jouets et les articles de puériculture.

Les jouets et articles de puériculture contenant ces phtalates dans une concentration supérieure à 0,1 % en masse de matière plastifiée ne peuvent pas être mis sur le marché. Au plus tard le 16 janvier 2010, la Commission réévalue les mesures prévues par ce point à la lumière des nouvelles informations scientifiques concernant ces substances et leurs substances de remplacement et, si cela se justifie, ces mesures seront modifiées en conséquence.

Centexbel INFO 01-2010 p. 8

Produits d’ennoblissement alternatifs

Retour à la nature

A u cours de la production et plus particulièrement au cours de l’ennoblissement du textile, un grand nombre de produits chimiques (différents) sont

utilisés. Sans ces substances chimiques, bon nombre de textiles que nous connaissons aujourd’hui n’existeraient pas, et à plus forte raison, nous ne pourrions pas les teindre, les apprêter… ou les laver correctement.

Au cours du vingtième siècle, les produits auxiliaires textiles, fabriqués à l’origine à base de matières premières végétales ou animales, ont été remplacés par des produits dérivés du pétrole. L’industrie textile du siècle précédent qui utilisait de plus en plus des fibres entièrement synthétiques, appréciait tout particulièrement les atouts spécifiques des substances chimiques d’ennoblissement :

excellente reproductibilité des effets d’ennoblissement (surtout grâce à une composition plus constante et une plus grande pureté)

persistance importante (absolument pas ou difficilement biodégradables)

résistance élevée au vieillissement (solidité au lavage, à la lumière…)

Toutefois, en ce nouveau siècle, l’attention se porte de plus en plus et de manière plus générale sur la santé de l’être humain et l’environnement. La dégradabilité, la diversité et la toxicité des substances chimiques, la menace d’épuisement des réserves pétrolières… ne sont que quelques facteurs qui accélèrent clairement l’appel à un “retour à la nature”.

Actuellement, les fibres naturelles et les colorants, les agents tensio-actifs, les résines et autres apprêts naturels … sont redécouverts. D’ici peu, les bioproduits joueront un rôle important au sein de nos processus industriels. La future production de plusieurs substances chimiques sera de plus en plus souvent basée sur la biomasse tandis que les processus chimiques classiques permettant d’affiner et d’améliorer ces produits continueront à revêtir une grande importance. A terme, les produits non dérivés du pétrole et divers produits recyclés détermineront considérablement notre société.

Les produits chimiques dérivés de matières premières renouvelables (les bioproduits) et toute une panoplie de “recyclats” seront alors nos nouveaux outils axés sur le principe “cradle to cradle”.

Dans le domaine du textile de l’avenir, nous utiliserons des fibres à base de biopolymères, la teinture se fera aux biocolorants, la finition fera appel aux biorésines et aux bio-apprêts, nous ferons la lessive aux biotensides. Nos matières synthétiques ultralégères seront des biocomposites réalisés à partir de fibres naturelles rigides (lin, chanvre …) en combinaison avec des fibres à base de biopolymères.

Contact Bob Vander Beke directeur Sales & Marketing tel: 09/243 82 17 gsm: 0475/52 41 50 bvb@centexbel.be

Centexbel INFO 01-2010 p. 9

Produits d’ennoblissement alternatifs

Les enzymes, d’anciens et de nouveaux produits prometteurs !

L es enzymes sont probablement les seuls “bioproduits” que l’on ne désigne pas sous ce nom spécifique. Toutefois, les enzymes constituent actuellement le plus

grand groupe de bioproduits utilisé dans le domaine textile. En raison de leurs effets positifs sur l’environnement tels que biodégradabilité, sécurité et efficacité des processus (à faibles températures), conditions industrielles modérées, … l’importance de ces produits croîtra encore à l’avenir. De nombreux processus textiles aux enzymes portent la dénomination de “bioprocessus”. Voici quelques exemples :

bioscouring, biostoning, biopolishing et biofinishing. Les enzymes sont des protéines générées par des organismes vivants (animaux, plantes, insectes, moisissures, bactéries), qui provoquent des réactions spécifiques. Elles accélèrent certaines réactions chimiques sans qu’elles ne soient consommées ou modifiées au niveau de leur composition. Les enzymes sont extrêmement spécifiques et peuvent aussi bien générer des produits (synthèse) que les décomposer. Toutefois, pour le moment, les enzymes sont utilisées uniquement pour décomposer des produits spécifiques. Elles trouvent application par exemple dans l’épuration des fibres textiles naturelles (rouissage de fibres libériennes, désencollage, blanchiment, dégraissage, débouillissage, …), la décoloration, l’élimination de peluches, l’adoucissement, la réduction du boulochage, le défeutrage de la laine, le lavage du textile, l’épuration des effluents textiles… Le nom de la plupart des enzymes utilisées en ce moment fait référence, soit aux réactions chimiques qu’elles catalysent (les oxydoréductases sont des enzymes qui catalysent des réactions d’oxydo-réduction, les hydrolases sont des enzymes qui favorisent l’hydrolyse, les décarboxylases, les déhydrolases, …), soit au produit (les amylases pour l’amylose, les cellulases pour la cellulose, les protéases pour les protéines, les lipases pour les lipides (graisses), … etc.) qui fait l’objet de la réaction. Chaque classe contient plusieurs sous-classes reprenant des enzymes très spécifiques. Chaque enzyme a sa propre préférence (spécificité) pour certains acides aminés ou groupes fonctionnels et cela, surtout en fonction de leur propre composition chimique et structure spatiale.

Le tableau ci-dessous donne un aperçu de quelques classes d’enzymes qui sont utilisées dans le cadre du traitement des textiles.

ENzymE

domaine d’application

 

amylases

désencollage du coton encollé à l’amidon

 

pectinases

rouissage du lin, débouillissage du coton

 

laccases

apprêtage de denim (décoloration sélective indigo), épuration des effluents textiles, …

catalases

décomposition

des

résidus

de

H 2 O 2

après

blanchiment,

protéases

défeutrage de la laine, élimination de la séricine dans la soie, élimination de restes protéiques lors du lavage de textiles, élimination de peluches de laine lors du lavage,

cellulases

biopolishing (élimination de peluches de cellulose sur le textile), biostoning de tissus denim, adoucissement du coton lors du lavage par l’élimination de petites saletés entre les fibrilles cellulosiques, solidité des couleurs au lavage (élimination de peluches de cellulose qui perturbent moins la lumière incidente ou réfléchie)

lipases

dégraissage (élimination d’huiles et de graisses)

L’ingénierie protéique permet de modifier certains acides aminés au sein de la structure enzymatique afin d’améliorer certaines propriétés. Ainsi, le remplacement de la méthionine par un autre acide aminé permet de produire des protéases qui présentent une résistance aux agents de blanchiment. L’ingénierie protéique a également permis de produire des enzymes qui présentent une activité de lavage très élevée à de faibles températures (lavage à froid). L’isolement d’enzymes d’organismes qui vivent dans des conditions extrêmes (volcans, mers profondes, régions polaires, …), ainsi que la modification génétique et l’ingénierie protéique permettront de développer un grand nombre de nouvelles enzymes qui modifieront profondément certains processus textiles.

qui modifieront profondément certains processus textiles. Contact Bob Vander Beke directeur Sales & Marketing tel:

Contact Bob Vander Beke directeur Sales & Marketing tel: 09/243 82 17 gsm: 0475/52 41 50 bvb@centexbel.be

Centexbel INFO 01-2010 p. 10

Produits d’ennoblissement alternatifs

Les “produits biodégradables” peuvent-ils sauver notre planète ?

D evant la montée de toutes sortes de bioproduits

(biopolymères, biotensides, colorants naturels…),

Nous voulons dès lors mettre quelques points d’interrogation à propos de l’histoire environnementale positive non nuancée que l’on raconte à propos de nombreux “bioproduits”. Pour comparer de façon objective différents produits, nous devons oser les examiner sous toutes leurs coutures et ne pas s’intéresser uniquement à certains aspects tels que la biodégradabilité et la toxicité des matières premières et des matières auxiliaires utilisées. Les processus de production de ces substances (consommation d’eau et d’énergie, l’utilisation d’engrais et de produits de pulvérisation tels que les pesticides, les herbicides…), l’origine des produits (aspect du transport…), la durée de vie du produit fini, la facilité d’entretien, les possibilités de réutilisation et de recyclage… Bien souvent, on est confronté à différents aspects environnementaux qui sont difficiles à comparer les uns aux autres comme par exemple une consommation d’eau élevée par rapport à une grande consommation d’énergie.

nous pouvons sérieusement nous demander si ces

produits, qui portent souvent l’étiquette “biodégradable” (apposée avec de la colle bio !) sont réellement des bienfaits pour notre planète. Les bioproduits qui, à la fin de leur vie, doivent être détruits par un procédé thermique ne doivent-ils pas être considérés comme les parias des produits industriels ?

Les réponses à ces questions sont nuancées. Les produits biodégradables sont constitués de substances qui sont “digérées” (consommées) par des bactéries ou autres micro- organismes. Un tel processus de digestion n’est pas toujours salvateur. Bien entendu, nous ne voulons certainement pas justifier ainsi l’utilisation de produits entièrement synthétiques qui ne sont pas biodégradables ou le sont difficilement.

Un produit biodégradable dans l’eau signifie concrètement que le produit satisfait au minimum légal en matière de dégradabilité. Malheureusement, cette norme n’est pas très sévère. Les agents tensio-actifs ne doivent être dégradés à 90´% qu’endéans 3 à 4 semaines. La décomposition complète n’est pas légalement obligatoire. Un produit biodégradable n’est certainement pas synonyme de produit respectueux de l’environnement.

Enfin, nous voulons aussi attirer l’attention sur quelques aspects éthiques de certains bioproduits. • Peut-on
Enfin, nous voulons aussi attirer l’attention sur quelques
aspects éthiques de certains bioproduits.
• Peut-on tout simplement utiliser des céréales
alimentaires (le maïs, le riz, le froment, le manioc…)
comme matières premières pour des bioproduits
industriels ou des biocarburants ?
• Est-ce que la modification (manipulation?) génétique
est admissible sur des plantes pour la production
de matières premières et auxiliaires pour utilisation
industrielle telles que les enzymes, les biopolymères…?
Contact
Bob Vander Beke
directeur Sales & Marketing
tel: 09/243 82 17
gsm: 0475/52 41 50
bvb@centexbel.be

Si un produit ne se biodégrade pas totalement, il peut donner lieu à des substances toxiques pour l’environnement. Une dégradation aérobie peut durer très longtemps et consommer de grandes quantités d’oxygène qui sont indispensables à la vie des plantes aquatiques et des poissons. Une dégradation anaérobie (lors du compostage) de composés du carbone produit du méthane qui est beaucoup plus nocif que le CO 2 libéré lors d’une combustion complète (l’effet de serre du méthane gazeux est 25 fois plus grand que celui du CO 2 ).

Centexbel INFO 01-2010 p. 11

Produits d’ennoblissement alternatifs

Le rose saumon et l’indigo annoncent la “couleur bio” !

D epuis des siècles, le textile est teint aux colorants naturels extraits d’animaux, de plantes, de minéraux ou de fungi. Tout le monde connaît plusieurs colorants

naturels tels que le carmin extrait de la cochenille (pucerons

séchés), le rouge garance tiré de la racine de la garance, la pourpre “classique” sécrétée par les glandes de l’escargot pourpre Bolinus brandaris ou Hexaplex trunculus … Parmi les colorants les plus connus et les plus utilisés (en raison du succès commercial du jeans), citons le bleu indigo qui est extrait de la plante dénommée Indigofera tinctoria ou Isatis tinctoria. L’extraction de ce colorant naturel est une tâche à forte consommation de main-d’œuvre et est dès lors assez coûteuse. L’indigo synthétique est produit massivement à l’échelle industrielle depuis la fin du dix-neuvième siècle. La production synthétique de colorants “identiques au produit naturel” tels que l’indigo synthétique garantit en outre une meilleure reproductibilité des couleurs mais ne peut pas se présenter comme “produit vert”. Cependant, les produits écologiques connaissent un véritable engouement et sont devenus un argument de marketing extrêmement important. Tout ceci a conduit à un intérêt renouvelé et mondial pour la recherche sur la production durable de colorants naturels.

Les biocolorants sont produits à l’aide de la biotechnologie industrielle où les colorants naturels (généralement) d’origine végétale sont remplacés par des micro-organismes tels que des bactéries et de la levure. Le colorant produit par une bactérie est très pur (contrairement à l’extraction des colorants des plantes qui peuvent également libérer d’autres produits) et la qualité des colorants à base de micro-organismes est en outre plus constante. C’est ainsi que Genencor International a développé un indigo biosynthétique par modification des bactéries Escherichia coli. La teinte rose des saumons est produite d’une manière similaire à la production biosynthétique de l’indigo, notamment par des micro-organismes : un saumon acquiert

sa couleur par sa prise de nourriture.

A l’état sauvage, le saumon se nourrit de crevettes et de

petits crustacés. Ces crustacés contiennent un colorant rouge (un caroténoïde, un composé apparenté au ß-carotène) présent dans leur organisme par la prise d’algues et de plancton. Les plantes peuvent fabriquer ce colorant rouge mais … une levure rouge (xanthophyllomyces Dendrorhous) est également capable d’en produire. Le saumon stocke le colorant (astaxanthine) dans sa chair et acquiert ainsi sa couleur rouge saumon typique. Les salmonicultures ajoutent de l’astaxanthine à la nourriture pour donner aux saumons une jolie ‘couleur’ rose.

pour donner aux saumons une jolie ‘couleur’ rose. bactéries Escherichia coli (source: wikipedia) Contact

bactéries Escherichia coli (source: wikipedia)

Contact Anneke Saey Guideur technologique tel: 09/243 82 44 gsm: 0496/128 792 as@centexbel.be

Guideur technologique tel: 09/243 82 44 gsm: 0496/128 792 as@centexbel.be Structure d’astaxanthine (source: wikipedia)
Guideur technologique tel: 09/243 82 44 gsm: 0496/128 792 as@centexbel.be Structure d’astaxanthine (source: wikipedia)

Structure d’astaxanthine (source: wikipedia)

Centexbel INFO 01-2010 p. 12

Oeko-tex ®

Nouvelle liste de produits défendus et autres changements en 2010

Contrôle qualité

A partir du 1 er avril 2010, chaque entreprise (site de

production) sera soumise à un audit afin de vérifier le système qualité de l’entreprise dans le cadre de la certification Oeko-Tex ® 100. Les nouveaux clients seront soumis à l’audit tout juste avant ou peu après la délivrance de leur nouveau (premier) certificat (dans les 6 mois). Les clients possédant un certificat Oeko-Tex ® existant seront soumis à un audit lors de chaque 4 ème prolongement de leur certificat.

L’organisme de certification peut retirer le certificat sur base des résultats de cet audit. Les frais liés à cet audit sont à charge de l’entreprise.

Toute entreprise qui possède un Oeko-Tex® 1000 est déjà contrôlée sur base régulière et n’est donc pas soumise à cette réglementation.

Matelas (y compris les coutils à matelas) dans la classe de produits II

Les matelas (y compris les coutils à matelas), exemples typiques, ont été supprimés de la classe IV. Dorénavant, ces produits seront certifiés selon la classe II.

Cela signifie que les coutils à matelas peuvent subir un traitement d’ignifugation uniquement sur base des produits approuvés par l’organisation Oeko-Tex ® . Ces produits sont mentionnés sur le site d’Oeko-Tex ® . (www.oeko-tex.com)

Identification de la matière fibreuse (point 4.7 de la norme de base)

La composition qualitative des fibres peut être contrôlée par échantillonnage et comparée aux informations fournies par

le client dans sa demande ou dans d’autres déclarations.

Les frais liés à ce contrôle peuvent être facturés au client.

Paragraphe ajouté dans le texte de la norme de base (point 5.2):

Un article certifié perd immédiatement l’autorisation de porter le label Oeko-Tex ® dès le moment où l’article subit une transformation physique ou chimique professionnelle ultérieure (y compris un lavage ou un nettoyage).

Introduction des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)

Exigence dans toutes les classes:

somme des 16 HAP interdits : ≤10 mg/kg

à l’exception du benzo(a)pyrène : ≤1 mg/kg

La liste de ces 16 HAP est disponible dans la norme Oeko- Tex ® 100.

Ces HAP seront testés sur :

les fibres synthétiques (également l’élasthanne)

les fils synthétiques ou les fils à coudre

le plastique

les matériaux élastiques, uniquement lorsqu’ils n’ont plus subi de posttraitement au mouillé (par exemple:

chaussettes, rubans élastiques)

Accessoires en verre – Teneur en plomb extractible (Pb)

Dorénavant, la teneur en plomb extractible n’est plus une exigence pour les accessoires réalisés à partir de tous types de verre et cela pour les classes II, III et IV. Toutefois,

pour la classe I, cette exigence est maintenue.

Concentration totale en plomb (Pb) et en Cadmium (Cd)

L’analyse de la concentration totale en plomb (Pb) et en Cadmium (Cd) doit être effectuée sur tous les accessoires non-textiles (boutons, fermetures-éclair, …), fibres spun dyed et tous les matériaux contenant des pigments.

Centexbel INFO 01-2010 p. 13

Principaux changements en 2010

Modifications concernant la concentration totale (Pb):

Jusqu’au 31/07/2010 inclus :

Classe I: 200 mg/kg

Classes II à IV: 300 mg/kg Du 01/0/2010 au 31/03/2011

Classes I, II, III et IV: 90 mg/kg A partir du 1/04/2011

Classe I: 45 mg/kg

Classes II à IV: 90 mg/kg

Phtalate supplémentaire dans les exigences

Le di-isobutylphtalate (DIBP) est ajouté à la liste des phtalates problématiques dans toutes les classes.

Ce phtalate est également repris dans la liste candidate Reach des substances extrêmement préoccupantes (SVHC).

Composé d’étain organique supplémentaire dans les exigences

Pour répondre à la nouvelle législation européenne (2009/425/CE), le dioctyl-étain (DOT) a également été repris dans les exigences dans toutes les classes.

Classe I: 1 mg/kg

Classes II-IV: 2 mg/kg

Mention de CPSIA dans la norme Oeko-Tex ® 200

La méthode d’analyse utilisée pour évaluer la concentration totale en plomb (Pb) convient également pour l’analyse des matériaux conformément aux exigences de la législation américaine CPSIA.

Par conséquent, les matériaux testés dotés du certificat Oeko-Tex ® 100 répondront aussi automatiquement à cette législation pour le paramètre en question.

Référence à la législation sur le certificat

Dorénavant, le certificat reprendra la phrase suivante pour les matériaux de couleur.

“The certified articles fulfil the requirements of Annex XVII of REACH (incl. the use of azo-dyes, nickel, etc.) as well as the American requirement regarding total content of lead in children’s articles (CPSIA; with the exception of accessories made from glass).”

Auparavant, pour les matériaux de couleur, le certificat reprenait uniquement une référence à la législation européenne sur les colorants azoïques.

Les nouveaux paramètres entrent en vigueur dès janvier

2010.

Une période de transition de 3 mois est prévue pour les exigences nouvelles et plus sévères.

En outre, les nouvelles versions des documents suivants sont disponibles:

formulaire de demande d’obtention du certificat Oeko-Tex ®

déclaration de conformité

formulaire de demande de prolongation du certificat Oeko-Tex ®

Oeko-Tex ® 200 – description générale des méthodes d’essai

Vous pouvez obtenir la version 2010 de Oeko-Tex® 100 ainsi que les documents mentionnés ci-dessus en envoyant tout simplement un e-mail à: oekotex@centexbel.be Vous pouvez télécharger ces documents via:

http://www.centexbel.be/fr/oeko-tex-et-lecologie-humaine

L’équipe Centexbel Oeko-Tex oekotex@centexbel.be

Claire Van Causenbroeck tel: 09/432 82 40 cvc@centexbel.be Lut De Bruyn tel: 09/243 82 12 ldb@centexbel.be Evy Willems tel: 09/243 82 12 ew@centexbel.be

Centexbel INFO 01-2010 p. 14

ReACH-Package de Centexbel

Analyse des “substances extrêmement préoccupantes”

D émontrez que vos articles ne contiennent pas de substances extrêmement préoccupantes (SVHC, Substances of Very High Concern) et que votre

entreprise s’investit pleinement pour se mettre en conformité

avec REACH.

Centexbel a mis au point un package d’analyses pour tester vos produits en vue de déterminer la présence de substances extrêmement préoccupantes, telles qu’elles sont définies dans la législation REACH. Sur base de ces analyses, les producteurs, les ennoblisseurs à façon, les importateurs, les distributeurs et les marques peuvent répondre aux obligations de REACH SVHC.

Défi :

Le 28 octobre 2008, l’Agence Européenne des Produits Chimiques (ECHA) a inclus les 15 premières substances (chimiques) extrêmement préoccupantes dans la liste candidate des substances soumises à l’autorisation. Un second élargissement est attendu pour la fin 2009. A partir de cette date, toute entreprise doit communiquer à ses clients professionnels la présence d’une de ces substances contenues à une concentration supérieure à 0,1 pour cent en poids dans ses produits (par exemple des tissus d’ameublement, tapis, sièges, …). Cette obligation d’informer est également valable vis-à-vis du consommateur final, mais uniquement sur demande de ce consommateur. Dans ce cas spécifique, l’entreprise doit transmettre les informations dans les 45 jours suivant réception de la demande. Les entreprises qui importent des marchandises de pays extérieurs à l’Europe pour les mettre ensuite sur le marché européen, sont également concernées par ces obligations.

L’actuelle liste des 15 substances extrêmement préoccupantes compte déjà un certain nombre de substances susceptibles d’être utilisées pour des applications textiles (Hexabromocyclododécane (HBCDD): ignifugeant; Phtalate de benzyle et de butyle, Phtalate de bis (2-ethyl(hexyle)) (DEHP), Phtalate de dibutyle: plastifiants PVC; Dichlorure de cobalt: dans les colorants; …).

Solution :

Pour les entreprises qui souhaitent vérifier la présence de substances extrêmement préoccupantes (SVHC) dans leurs produits textiles en conformité avec les exigences de REACH et qui veulent donc se mettre en conformité avec REACH, Centexbel a mis au point un programme d’analyses pour l’évaluation des préparations ainsi que des objets.

ce test a été conçu pour et est limité à la détection de substances extrêmement préoccupantes (telles que publiées à l’annexe XIV / liste candidate de l’Agence Européenne des Produits Chimiques)

ce test est disponible pour les objets et les préparations

Que comprennent les analyses ?

Deux analyses de screening sont effectuées :

une extraction thermique à 120°C pour déterminer la présence de composés organiques

une mesure XRF (Fluorescence de rayons X) pour déterminer la teneur en métaux lourds (par ex. Co, As,…) et/ou en halogènes (Cl, Br,…)

Ces résultats permettent alors de formuler des conclusions sur la présence de composés de la liste des substances

sur la présence de composés de la liste des substances Mesure de la fluorescence de rayons

Mesure de la fluorescence de rayons X (XRF)

La liste candidate sera régulièrement mise à jour (2x par an). C’est pourquoi, on prévoit que le nombre de substances incluses augmentera très rapidement. Ceci rendra le contrôle d’articles (par ex. en cas d’importation) plus difficile et confus.

extrêmement préoccupantes (SHVC).

Si la concentration doit être mesurée par rapport au seuil de 0,1 pour cent en poids (par ex. s’il est nécessaire de savoir si elle doit être communiquée aux clients professionnels), une évaluation exacte de la concentration des produits peut être nécessaire dans certains cas. Les plastifiants aux phtalates constituent un des rares cas.

Dans ce cas, est effectuée une extraction quantitative des plastifiants de la matrice suivie d’un dosage sur GCMS (chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse).

Contact Stijn Devaere Conseiller textile durable & REACH tel 09/243 82 27 gsm 0497/43 60 77 sdv@centexbel.be

Centexbel INFO 01-2010 p. 15

evaluation des produits défendus

Evaluation de la présence de phtalates

L es phtalates sont des esters de l’acide phtalique et sont souvent utilisés comme plastifiants. Ces produits chimiques sont déjà utilisés depuis cinquante ans

environ, surtout dans le but de rendre le polychlorure de vinyle (PVC) souple et flexible (90 % de la production de phtalates en Europe). Ces produits ont permis d’élargir considérablement les applications finales du PVC.

Toutefois, les phtalates ne sont pas tous utilisés comme plastifiants dans le PVC. En raison de leurs propriétés, on les retrouve aussi dans les cosmétiques, les colles, les peintures …

Les phtalates permettent ainsi d’augmenter la valeur ajoutée des produits finis en raison de leur flexibilité, durée de vie et faible coût. En raison de leur usage multiple dans toute une panoplie de produits d’usage courant, de nombreuses études ont été menées sur leur impact éventuel sur la santé et l’environnement.

Les phtalates ne sont pas liés chimiquement aux produits finis. C’est pourquoi, ils se libèrent facilement dans l’environnement, où ils se décomposent via plusieurs mécanismes, dont la biodégradation. C’est pourquoi, ces substances ne sont généralement pas persistantes dans l’environnement.

sont généralement pas persistantes dans l’environnement. chromatographie en phase gazeuse couplée à la

chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse

L’UE a mené une évaluation approfondie des risques concernant l’usage des phtalates. Sur base de cette étude, l’UE a rédigé en 2005 une directive (2005/84/CE) qui interdit l’emploi de trois phtalates dans les jouets et les articles de puériculture:

le di-(2-éthylhexyle) phtalate (DEHP) : CAS n° 117-

81-7

le di-n-butyle phtalate (DBP) : CAS n° 84-74-2

le butylbenzyle phtalate (BBP) : CAS n° 85-68-7

En outre, il est également interdit d’utiliser le DINP, DIDP, DNOP dans les jouets et les articles de puériculture qui sont susceptibles d’entrer en contact avec la bouche.

le di-isononyle phtalate (DINP) : CAS n° 28553-12-0

le di-isodécyle phtalate (DIDP) : CAS n° 26761-40-0

le di-n-octyle phtalate (DNOP) : CAS n° 117-84-0

Depuis le 16 janvier 2007, les états-membres de l’Union Européenne sont obligés de respecter ces règles.

Oeko-Tex® 100 impose certaines conditions concernant l’utilisation des phtalates. Dans les matériaux enduits, les matériaux d’impression à base de plastisols, les mousses flexibles et les accessoires en plastique, la somme des phtalates DINP, DNOP, DEHP, DIDP, BBP, DBP pour la classe de produits I (articles pour bébés) ne peut pas être supérieure à 0,1 pour cent en masse. Pour les classes de produits II à IV inclus, la somme des phtalates DEHP, BBP, DBP ne peut pas être supérieure à 0,1 pour cent en masse.

Centexbel dispose des connaissances et de la technologie (GC/MS) pour détecter la présence de ces phtalates dans les produits.

En outre, le labo chimique de Centexbel dispose de méthodes permettant d’évaluer la présence de plusieurs autres phtalates, tels que le diméthyle phtalate, dibenzyle phtalate, dicyclohexyle phtalate, diéthyle phtalate, diisobutyle phtalate …

Contact:

David Van de Vyver Chercheur tel 09/243 82 72 dvv@centexbel.be

Centexbel INFO 01-2010 p. 16

Recherche & Développement

Ennoblir au cours de l’extrusion pour obtenir de meilleurs résultats: FAFEX

T out produit textile - tant pour l’application la plus simple que la plus technique - est soumis à un processus d’ennoblissement. Au cours de ce traitement effectué

généralement au mouillé à la fin du processus textile de production, plusieurs composés chimiques sont déposés sur la surface du textile afin de lui conférer les propriétés souhaitées.

Alternative économique et écologique avantageuse

Afin d’assurer une bonne adhésion de ces produits chimiques sur la fibre polymère, ceux-ci sont fixés sur la surface par traitement thermique, vapeur, rayonnement ou un processus similaire. Ces techniques consomment non seulement beaucoup d’énergie mais elles engendrent aussi des frais supplémentaires au niveau logistique, stockage, etc. Il est possible de réduire fortement ces frais ainsi que les problèmes pratiques en intégrant l’étape d’ennoblissement dans une phase antérieure du processus, plus particulièrement au cours de la production des fils, par dépôt d’une solution polymère aqueuse sur la surface du filament au cours du filage par extrusion.

Cette technique est basée sur le principe LCST (Lower Critical Solution Temperature).

En raison de la hausse de température, une séparation de phases a lieu. Le polymère de certaines solutions polymères organiques aqueuses spéciales se dépose ainsi par précipitation, déposant ainsi une couche polymère ultrafine sur les filaments (voir la figure ci- dessous).

Objectif : systèmes LCST stables aux nano-additifs et aux additifs fonctionnels

En collaboration avec nos partenaires européens et plusieurs entreprises (dont quelques sociétés belges) au sein du projet de recherche ERANET Cornet intitulé ‘Fafex – inline fibre finishing at fibre extrusion’, Centexbel étudie la possibilité de développer des systèmes LCST stables aux nano-additifs et aux additifs fonctionnels.

Dans ce contexte, nous étudions l’application de systèmes LCST sur des monofilaments et des multifilaments et nous évaluons tant les différents processus d’extrusion (PP, PA, PES, POY - BCF - staple) que l’influence de LCST sur l’aptitude au filage et les propriétés finales des textiles. Nous procédons aussi à une visualisation de la distribution du LCST sur la surface du fil et à une évaluation critique des traitements ultérieurs sur fils.

Enfin, nous optimisons et caractérisons les propriétés fonctionnelles des fils et effectuons un monitoring de tous les produits intermédiaires au cours de chaque phase de la production.

Le projet a été lancé le 1 er janvier 2010 et se terminera le 31 décembre 2012. Si vous souhaitez participer, n’hésitez pas à nous contacter dans les plus brefs délais !

Contact Isabel De Schrijver Chercheur tel: 09/243 82 35 ids@centexbel.be

T 2 t wo p has es ∆T ∆ T LCST one ph ase T
T
2
t wo p has es
∆T
T
LCST
one ph ase
T
1
t
em per at ure

pol ym er c o nc e nt r at ion

Centexbel INFO 01-2010 p. 17

Recherche & Développement

UV-Coat I & II: les enductions UV textiles fonctionnelles sont à la fois écologiques et économiques

E n collaboration avec TO 2 C, Centexbel a orienté ses recherches au cours des deux dernières années sur l’étude de plusieurs formulations uv de base

susceptibles d’être appliquées sur textiles. L’accent s’est porté sur la flexibilité et la force d’adhésion de l’enduction. En outre, nous avons étudié l’efficacité du durcissement sur base d’une série de paramètres expérimentaux en fonction du type d’oligomère/de polymère, du type/concentration de photo-initiateur et de la vitesse de la ligne. Sur base d’un plan factoriel, nous avons évalué la compatibilité des différents produits dans les formulations ainsi que leur influence sur la flexibilité et l’adhésion. Nous avons en outre étudié l’émission de composés organiques volatils (COV) après durcissement aux uv.

Sur base d’une série de critères tels que le durcissement, la flexibilité et l’adhésion, nous avons retenu quelques systèmes aqueux ainsi que quelques systèmes 100 % uv qui pourraient être utilisés en qualité de formulation uv textile. Au cours des 2 prochaines années, nous adapterons ces formulations de base pour pouvoir conférer un effet ignifuge et un effet hydrophile/hydrophobe aux enductions. Le choix des effets/fonctionnalités peut être élaboré davantage à la demande de l’industrie textile. Ce projet de recherche sur les enductions uv fonctionnelles pour applications textiles peut inciter les entreprises à passer à un processus de production écologique accompagné d’une réduction drastique de la consommation énergétique et des émissions de COV.

Des résultats de l’UV-Coat aux formulations aqueuses

Une formulation uv aqueuse est composée de différents éléments, tels qu’une dispersion acrylate, des additifs et un photo-initiateur 1 .

La classe d’acrylates utilisée dans la formulation uv a un grand impact sur la flexibilité du matériau enduit. En général, on choisi un acrylate alphatique uréthane, mais même dans cette même classe, la flexibilité peut varier de manière très importante.

Un

flexibilité de l’enduction

certain

nombre

d’additifs

permettent

d’améliorer

la

certain nombre d’additifs permettent d’améliorer la L’ajout d’additifs à la formulation WB3 permet

L’ajout d’additifs à la formulation WB3 permet d’améliorer la flexibilité avec 38 %

De plus, il est relativement simple d’endurcir les systèmes uv aqueux.

relativement simple d’endurcir les systèmes uv aqueux. Les formulations WB3 ont, après une exposition à la

Les formulations WB3 ont, après une exposition à la lumière uv, une efficience d’endurcissement de 100%.

L’ajout de monomères à la formulation WB4, par contre, empêche un endurcissment total.

Les systèmes à 100%, composés d’un oligomère, d’un monomère, d’additifs et des photo-initiateurs ont résulté en un système optimal lors d’un essai factoriel sur base de différents photo-initiateurs.

Contact David Van de Vyver Chercheur tel: 09/243 82 72 dvv@centexbel.be

1 un photo-initiateur est un composé chimique qui se décompose en radicaux à l’exposition à la lumière uv

Centexbel INFO 01-2010 p. 18

Résultats remarquables

Enduction aux hotmelts pour des coutures plus fortes et des coutils à matelas ignifugés !

L es hotmelts sont des polymères qui sont disponibles en plusieurs formes (poudre, granulés, blocs de matière à fondre,…). Ils sont appliqués sur les textiles (ou autres

substrats) à partir de la matière en fusion. Cette technique ainsi que ses nombreux avantages économiques et écologiques ont déjà été abordés en détail dans le Centexbel INFO 2-2009 et le Centexbel INFO

8-2009.

Hotmelts disponibles :

les hotmelts thermoplastiques : polyoléfines, polyester, polyamide, éthylène-acétate de vinyle, polyuréthane thermoplastique

les hotmelts réactifs : le polyuréthane durcissant à l’humidité, poly-α-oléfines amorphes, acrylate durcissant aux UV

les hotmelts fonctionnalisés : anti-feu, anti-microbien Les hotmelts constituent une alternative économique et écologique aux enductions traditionnelles à base aqueuse ou solvantée. Centexbel étudie les différentes possibilités d’application des hotmelts dans l’industrie textile ainsi que la fonctionnalisation des hotmelts (recherche bénéficiant de l’aide de IWT-Vlaanderen et de CORNET).

Hotmelts pour une meilleure résistance au glissement des coutures des coutils à matelas

Ainsi, nous avons pu démontrer que l’application d’une couche ultrafine d’enduction au hotmelt (15 à 20g/m²) sur un coutil à matelas suffisait pour réaliser une bonne résistance au glissement des coutures selon l’EN ISO 13936-2 : sur un échantillon soumis à une force maximale de 60N pour une mesure effectuée à 5N, nous avons observé une ouverture de couture de 0 à 2 mm, une valeur qui se situe largement sous la valeur maximale autorisée de 6 mm (EN 14976).

sous la valeur maximale autorisée de 6 mm (EN 14976). mesure de la résistance au glissement

mesure de la résistance au glissement des coutures

Hotmelts pour des coutils à matelas ignifugés

Nous avons pu démontrer qu’il n’y avait aucune inflammation (essai à la cigarette conformément à FR-EN597-1) après application d’une enduction de 15 à 25g/m² de hotmelt ignifugeant (FR) fonctionnalisé sur un coutil à matelas.

ignifugeant (FR) fonctionnalisé sur un coutil à matelas. essai à cigarette La ligne d’enduction de Centexbel

essai à cigarette

La ligne d’enduction de Centexbel est équipée pour réaliser des enductions au hotmelt

Centexbel a installé en 2009 un hotmelt slot-die coater flambant neuf qui est également à la disposition de vos projets d’innovation !

N’hésitez pas à consulter notre site pour en lire davantage:

http://www.centexbel.be/fr/enduction-hotmelt-slot-die

Contact Tania De Meyere Chercheur tel: 09/243 82 23 tdm@centexbel.be

Centexbel INFO 01-2010 p. 19

Résultats remarquables

CORONA augmente l’efficacité de l’enduction et de l’ennoblissement textiles

D ans le cadre de ses efforts au niveau de la production durable, Centexbel cherche à optimiser l’efficience énergétique et la rentabilité économique des

processus textiles. La consommation énergétique élevée de l’enduction et de l’ennoblissement textiles représente un majeur défi. De plus il est souvent nécessaire de prétraiter le substrat afin de le rendre réceptif au traitement ultérieur.

Nous vous présentons trois exemples concrets pour optimiser l’enduction et l’ennoblissement textiles à l’aide de la technique corona, tout en baissant les frais de production.

1. Top-coat sur tissu PVC enduit

Nous appliquons un top-coat aqueux sur un tissu en PVC enduit. En appliquant ce top-coat, on constate qu’il est très difficile d’humidifier la surface. Cet effet est visualisé par des particules de poussières posées sur le top-coat endurci.

a
a
b
b

Top-coat sur tissu PVC enduit, (a) le dessus est strié après un prétraitement corona faible (b) un prétraitement plus intense résulte en une enduction uniforme

Les photos représentent les résultats d’un traitement corona léger et d’un traitement plus intense. Nous constatons clairement que le traitement corona plus intense donne un résultat beaucoup plus homogène. Il est d’ailleurs impossible d’appliquer une enduction acceptable sans aucune forme de prétraitement.

2. Enduction aqueuse sur des tissus PP

L’application d’une enduction aqueuse sur du PP est très problématique, étant donné la nature hydrofuge de ce matériau. Un prétraitement corona résout ce problème. La photo montre le comportement du tissu en contact avec la pâte d’enduction, avec et sans prétraitement corona. Sur le tissu non-traité, des gouttes se forment ; le tissu traité absorbe l’humidité de manière uniforme. Le degré élevé d’humidification est représenté par le « pick-up mouillé »: celui augmente de moins de 50% à plus de 120%. Et ce avec des formulations et des procédures d’enduction identiques.

a
a
b
b

(a) référence (b) après prétraitement corona

3. Acrylate sur du non-tissé PES

Dans cet exemple, un non-tissé PES est imprégné avec un acrylate. Ce processus est effectué sans prétraitement spécifique où nous constatons un pick-up sec d’environ 30%. En appliquant un traitement corona, nous augmentons le pick-up jusqu’à ca. 35%, donc une augmentation de presque 20% (voir tableau). Un seul traitement corona suffit ; les traitements supplémentaires ne résultent qu’en de toutes faibles améliorations.

 

pick-up sec (%)

pick-up vis-à-vis de la référence

Référence

30,2

1

1x corona

35,8

1,18

2x corona

35,9

1,19

Tableau: non-tissé PES imprégné à l’acrylate. Augmentation du pick-up sec de presque 20%.

Conclusion

Le traitement corona est déjà solidement enraciné dans l’industrie des feuilles plastiques. Les exemples démontrent cependant que ce traitement peut également être très utile dans l’industrie textile où elle peut donner lieu à une efficacité optimisée. Entre-temps, plusieurs entreprises textiles ont déjà implémenté cette technique. Sans doute, il reste encore beaucoup d’applications à découvrir où la technique corona puisse apporter une valeur ajoutée. Nous vous tenons au courant des résultats de nos recherches !

Contact Guy Buyle Chercheur tel: 09/243 82 53 gbu@centexbel.be

votre partenaire en ennoblissement durable CENTEXBEL GENT Technologiepark 7 BE-9052 Zwijnaarde (Gent) Tel. +32 9

votre partenaire en ennoblissement durable

CENTEXBEL GENT Technologiepark 7 BE-9052 Zwijnaarde (Gent) Tel. +32 9 220 41 51 Fax +32 9 220 49 55 e-mail gent@centexbel.be

CENTEXBEL VERVIERS Avenue du Parc 38 BE-4650 Herve (Chaineux) Tél. +32 87 32 24 30 Fax +32 87 34 05 18 e-mail chaineux@centexbel.be

www.centexbel.be