Vous êtes sur la page 1sur 4

Fiche de lecture

ETAPE 1 :

Nom et prénom de l’auteur : Romain Gubert

Profession et diplôme légitimant le livre : rédacteur en chef adjoint du service


Economie au magazine Le Point, auteur de nombreux livres dont L’Arrogance
française (2003)

Titre du livre : La France doit-elle quitter l’Europe ?

Editeur, collection, nombre de pages : Larousse collection "à dire vrai" 126 pages

Année d’édition : 2008

ISBN : 978-2-03-584302-9

ETAPE 2 :

Descripteurs/ mots clés libres : Europe, France, Union européenne, institutions


européennes, Bruxelles, Constitution européenne, euro, Banque Centrale
Européenne (BCE), Erasmus, PAC, Parlement européen

Niveau(x) auquel le livre correspond : classe de 1ère et terminale. En termes de


difficultés, ce livre peut correspondre aux deux niveaux. Cependant il semble tout de
même plus intéressant pour la terminale car les chapitres auxquels il se rapporte
sont plus nombreux.

Chapitres pouvant être enrichis grâce à ce livre :

• En 1ère : "mesure de l’activité économique" ; thème d’ECJS sur l’Europe.

• En terminale : croissance, capital et progrès technique →" accumulation du


capital, progrès technique et croissance" ; internationalisation des échanges et
mondialisation →"commerce international, croissance et développement" ;
intégration européenne et politiques économiques et sociales → "L’UE et la
dynamique de l’intégration régionale".

Notions du programme définies et enrichies : intégration européenne, PIB,


recherche et développement (R&D).

Apport du livre par rapport au cours de SES : ce livre présente la position et la


démarche d’un auteur reconnu sur un thème du programme. En effet, Romain
Gubert (rédacteur au magazine Le Point et auteur de nombreux livres) pose ici la
question de l’appartenance de la France à l’Union Européenne. Il présente des
arguments pour et contre mais donne clairement son opinion personnelle en
démontrant à la fin que la France ne doit pas quitter l’Europe. Ce livre se rapproche
ainsi du thème d’ECJS sur l’Europe mais aussi sur des thèmes d’économie
(utilisation de termes "techniques").

ETAPE 3 :

Présentation du livre :

1) Introduction :

-Problématique : La France doit-elle quitter l’Europe ? L’auteur se propose d’y


répondre en faisant le bilan du passé de l’Europe et de la France et en essayant
ensuite d’imaginer ce que l’Union et l’Etat peuvent encore accomplir ensemble.

-Plan : l’auteur utilise un plan simple et clairement défini.

• L’introduction définit tout d’abord le "sujet" en établissant le cadre spatio-


temporel et en fournissant des explications sur l’Union Européenne, et
expose la problématique.

• Ensuite, l’auteur pose un développement en cinq parties principales


(elles-mêmes divisées en une dizaine de sous-parties) présentant des
arguments et leurs exemples ainsi que des hypothèses (« Et si la France
abandonnait l’euro ? »).

• Enfin, la conclusion répond à la problématique en s’appuyant sur le


développement puis ouvre le sujet en se projetant dans l’avenir.

2) Principales étapes du développement :

• La thèse de l’auteur est que « les français n’aiment plus l’Europe ». Il


appuie cette thèse à l’aide d’arguments et d’exemples tout au long de la
première partie.

• Il constate ensuite que « les européens ne supportent plus la France »


et donne plusieurs arguments dans ce sens dans la seconde partie.

• Les troisième et quatrième parties reposent sur la mise en place de


deux hypothèses : « La France a-t-elle à gagner en restant dans l’UE »
et « Et si la France abandonnait l’euro ? ».

• Enfin dans la cinquième et dernière partie, le journaliste propose une


"solution" au conflit franco-européen en écrivant que « la France doit se
réapproprier l’Europe ».

Tout au long du livre, l’auteur cite différents écrivains, journalistes, économistes


ou hommes politiques : il réfute les thèses de divers souverainistes (de droite)
qui sont pour une sortie directe de la France de l’union européenne (Jean
Bournazel, Paul-Marie Coûteaux…) mais s’appuie souvent sur les constats de
l’économiste Mathilde Lemoine ou sur les propos du journaliste Jean
Quatremer, tout deux plutôt pro-européens.

3) Réponses apportées par l’auteur, perspectives ouvertes :

Pour Romain Gubert, la France n’a pas intérêt à quitter l’Europe. En effet, les
réponses qu’il donne à ses hypothèses démontre que l’Europe aide la France et
la "protège" : la France sans l’Europe ne serait qu’un petit pays et aurait du mal
à retrouver la légitimité que son appartenance à l’UE lui fournit. Sans l’euro, la
France perdrait aussi la protection que cette monnaie nous apporte : l’euro est
tout d’abord une monnaie « crédible » pour les autres pays, notamment par
rapport au dollar qui a subit de nombreuses chutes, mais favorise également
« les échanges intracommunautaires » et permet de ne plus être victime des
marchés et des spéculateurs qui déterminaient la valeur des monnaies
européennes et pouvaient facilement les faire chuter.

Dans sa conclusion l’auteur répète que la France doit rester dans l’Union. Il
ouvre aussi de nouvelles perspectives : il cite les propos de Denis MacShane,
ancien ministre britannique de Tony Blair qui dit que « l’Europe ne pourra
prospérer dans les cinquante années à venir sans la France ». Pour lui, l’UE
doit se réinventer et la France doit jouer un rôle dans ce changement. L’auteur
explique que la France pourrait par exemple s’impliquer dans de nouveaux
projets européens et finit son livre en déclarant que la France finira par se
réconcilier avec le « beau et grand projet » qu’est l’Europe.

ETAPE 4 :

Critique personnelle du livre :

1) Points forts:

Dans la forme, les paragraphes sont construits avec des phrases courtes qui
permettent de bien comprendre les idées de l’auteur. De plus, la construction
est identique à celle d’une dissertation, ce qui permet là encore de suivre
facilement la progression du livre. Le développement est en cinq parties
clairement annoncées et assez courtes, donc bien adapté à un élève de lycée.
Enfin, le livre ne comporte que 126 pages, se lit vite et n’est pas très difficile à
comprendre.

Dans le fond, le contenu est accessible pour un élève de lycée (surtout de


première ou terminale) car il reprend le contenu de différents chapitres traités
en cours de SES ou d’ECJS. Le livre présente principalement l’opinion de
Romain Gubert, qui est assez pro-européen, mais sa position n’est pas
radicale, il n’affirme pas que la France n’est rien sans l’Europe ou que l’union
ne présente que des avantages. De nombreux constats sont également
présentés (le "conflit" franco-européen, la place de la France dans l’Europe,
les intérêts de l’euro…) ainsi que plusieurs exemples d’actualités pouvant
facilement être repris dans des devoirs (pour une amorce dans l’introduction,
pour une ouverture dans la conclusion ou pour le développement).

L’ouvrage datant de ayant été publié en mai 2008, il peut être considéré
comme livre de référence : les données ne sont pas obsolètes et illustre bien
une question d’actualité.

2) Limites :

Dans la forme, le vocabulaire est parfois complexe pour un élève de lycée (en
particulier de seconde et de première) car certains termes ne sont pas
expliqués : BCE, souverainistes, OPA, lobbying…

Le livre ne comporte aucune illustration, ni aucun tableau ou graphique qui


pourrait permettre d’exposer clairement des chiffres pouvant faciliter la
compréhension de certains arguments.

Dans le fond on peut tout de même regretter de n’avoir presque que


l’orientation théorique de l’auteur, bien qu’il soit normal qu’il défende en
priorité sa thèse.

Enfin, l’ouvrage est d’actualité maintenant mais risque de perdre quelque peu
de son intérêt dans quelques années. Cependant, il pourra toujours être
intéressant de relire ce livre plus tard pour noter l’évolution de la situation de
la France et de l’Europe.