Vous êtes sur la page 1sur 3

Ruckebusch

Marlène

Fiche de lecture du livre en première ES

Etape I :

•L’auteur se nomme Albéric HOUNOUNOU il a été Docteur en économie et docteur en

sociologie puis enseignant-chercheur en Organisation et en Sociologie à l'Université Paris


IX Dauphine et à l'Ecole Centrale Paris.
•Le titre du livre est Sociologie et Modernité

•Edition Bréal, Collection Thèmes&Débats, 124 pages

•Année d’édition : 2007

•ISBN : 978 2 7495 0601 2

Etape II :

1. Descripteurs/mots clés : Sociologie, modernité, sociétés modernes, individualisme, lien


social, phénomènes sociaux, société démocratique, société égalitaire, égalisation des
conditions, lien social, despotisme démocratique, capitalisme, intégration, société
communiste, suicide, division du travail, sociologie compréhensive, sociologie des religions,
sociologie politique.

2.
• Niveau Première dans les chapitres ; Organisation politique, pour comprendre
l’égalisation des conditions et la démocratie dans les sociétés modernes, d’après les
théories de Tocqueville, ainsi que la notion de sociologie politique par Weber, cela
enrichirait le cours et nous permettrait de voire quels sont les différents aspects
sociologique d’une organisation politique telle qu’une société démocratique ; La
stratification sociale, pour approfondir la conception réaliste et holiste de K.Marx sur le
conflit des classes sociales et le changement social ; La socialisation et les interaction,
puisque tout au long du livre les conséquences des différentes conceptions holiste et
individualiste sont démontrées, telles que l’intégration, le lien social, l’étude sur le
suicide etc.

•Niveau terminal dans les chapitres ; Intégration et solidarité, Tocqueville et Durkheim


remettent en cause l’individualisme par au lien social entre les individus et les différentes
formes de solidarité, Stratification sociale et inégalités, les inégalités entre les groupes
sociaux et leur transformation au cours du temps par K.Marx

Il y a certes des notions du programme utilisées dans le livre à plusieurs reprises comme le
capitalisme, lien social, rationalisation etc. mais elles ne sont pas définies exactement.
Le seul mot dont la définition est écrite précisément et « suicide »

•Ce livre est un complément et un enrichissement du cours en particulier au niveau des


démarches théoriques, et ou des analyses statistiques.
•C’est aussi une enquête qui a pour intérêt d’illustrer le cours et de montrer l’intérêt des

démarches étudiées en analysant un cas particulier.


Etape III :

1. Dans l’introduction la problématique que se pose l’auteur est : Comment aborder la


modernité sous l’angle sociologique ?
•Il y répond en s’appuyant sur des thèses de sociologues reconnus

•Il adopte un plan en 4 chapitres dans lesquels il y a 2 ou 3 grandes parties dans lesquelles

il y a encore plusieurs petites parties.


Chaque chapitre s’appuie sur une thèse d’un sociologue dont la biographie est écrite au
début de chaque chapitre, ici :

Chapitre I : Tocqueville, comment comprendre l’égalisation des conditions et la démocratie


dans les sociétés modernes ?
Chapitre II : Mark, comment penser le conflit dans les sociétés modernes ?
Chapitre III : Durkheim, l’individualisme est-il un danger pour le lien social ?
Chapitre IV : Weber, qu’est-ce qui change ?

2.
Démarches théoriques :

La thèse que défend Tocqueville à travers l’auteur est que l’individualisme fait parti des
causes qui engendre la crise du lien social dans notre société démocratique actuelle.
Tocqueville définie la société démocratique en précisant ses contraintes, ses valeurs
(indépendance du pouvoir judiciaire, fédéralisme) puis ses risques, comme la menace du
despotisme démocratique qu’il met en évidence.

La thèse que défend Marx selon l’auteur est que les sociétés modernes maintiennent
l’existence des classes sociales. Pour cela l’auteur utilise l’idée de matérialisme historique et
met en scène la conception anthropologique de Marx puis analyse les conflits de classes et le
changement social qui en résulte d’après ses idées.

La thèse de Durkheim selon l’auteur est que les sociétés modernes doivent renforcer les
normes collectives. Il développe donc l’idée de sociologie de l’intégration qui doit respecter
plusieurs règles fondamentales, l’étude sur le suicide de Durkheim puis les deux formes de
solidarités (solidarité mécanique et solidarité organique).

Max Weber n’a pas de thèse précise puisqu’il essaie de donner une signification et un ordre à
la connaissance sociologique et tente en même temps de capter la signification de la
modernité et tous ses développements possibles. Dans un premier temps l’auteur nous
informe donc de ses pensées à propos de la sociologie ainsi que ses principes fondamentaux
ensuite il développe la rationalisation des activités sociales selon Weber.

•Exemples : Grâce au livre j’ai pu mieux caler mes connaissances sur la théorie de Marx
ainsi la notion de capitalisme est plus claire dans ma tête.
J’ai compris en générale le développement de l’auteur par rapport à chaque problématique
correspondant au sociologue ainsi mettre en place de nouvelles notions telles que société
égalitaire, despotisme démocratique, sociologie compréhensive etc.

3. Toute les réponses sue l’auteur apporte sont dans les conclusions après avoir traité chaque
sociologue, d’après lui-même si chacun de ces 4 auteurs fait ses propositions de départ en
fonction de ses propres points de vue, ils sont tous les 4 complémentaires sur la thématique
de la modernité.

Etape IV :

1. Ce livre est très intéressant dans le fond : accessibilité du contenu pour un élève de
lycée, diversité des analyses présentés permettant d’opérer une synthèse, richesse
des constats, illustration par des exemples possibilités de réinvestissement dans le
cours et les devoirs.
2. Dans la forme, le vocabulaire est peut-être à certains moments trop lourds pour un
élève de 1ère certains développement sont trop longs et durs à suivre et il y a très peu
d’illustrations.
3. J’aurai aimé que certaine idée soient plus développées que d’autres.