Vous êtes sur la page 1sur 2

P

DECEMBRE 2012

http://www.leschretiensdelamolette.net

n° 118

DECEMBRE 2012 http://www.leschretiensdelamolette.net n° 118  Notre Dame, Ste Thérèse, St Charles de Blanc -

Notre Dame, Ste Thérèse, St Charles de Blanc-Mesnil St Louis de Drancy St Nicolas du Bourget St Denis de Dugny

Weekend JADE à Reims

« Je veux à mon tour partager ce que jai reçu », -transmettre, devoir, continuité dans la créativité, relais-, autant de mots forts qui soulignent la conviction profondément enraci- née en nos animateurs JADE (jeunes acteurs dans léglise), que leur rôle nest pas celui dun prof de plus dans la vie de nos jeunes. »

cest avant tout un engagement à partager,

une expérience tout à la fois personnelle et

collective de la présence de Dieu à lœuvre

dans nos vies, un témoignage. Accompagner

des jeunes en recherche, cest accepter de

regarder le monde avec leurs yeux, leur réa-

lisme parfois très dur, mais aussi leur enthou-

siasme, leur naïveté. Cela peut parfois ébran-

ler nos certitudes, il faut aussi surfer

sur « leur zapping » pour arriver à les at-

teindre. Mais quelle joie de voir celui-ci peu à

peu prendre confiance en lui, souvrir à la

discussion, celle-là apprivoiser cette foi qui

ose se dévoiler jusquà sépanouir. Des diffi-

cultés, il y en a, tenant à la diversité cultu-

relle, aux filtres épais de notre éducation, de

notre vécu, et la présence de jeunes anima-

teurs est alors un bien précieux.

, Avec le Père Simplis, notre diacre Landry

nous a habilement amenés à ressentir et

mieux comprendre notre engagement auprès

des jeunes pousses de chrétiens, ouvriers de

Dieu. Revenant sur la notion de lautorité en

milieu éducatif et partant de létymologie

latine de ce mot, Landry nous a rappelés que

lautorité signifie « faire croitre ». C'est-à-dire

aider nos jeunes à devenir des chrétiens res-

ponsables mais aussi des garçons et filles

heureux, pleinement en phase avec leur so-

ciété et disciples du Christ dans leur univers

que nous avons encore à comprendre

TEMOIGNAGE

LANDRY est avec nous depuis 3 mois
LANDRY est avec nous depuis 3 mois

« Nul nest prophète chez soi ». Disait Jésus! Comment devenir prophète chez soi ? Oui chez soi ! Dans le secteur je me sens chez moi pour- tant jai encore des choses à apprendre. Beau- coup de visages me sont familiers, pourtant Il y a encore de nouvelles personnes à rencontrer, des noms à mettre sur certains visages. Voila le grand paradoxe quun diacre peut vivre quand il débute sur un terrain quil « connaît » déjà. Voi- la comment je me situe et me sens en tant que religieux missionnaire et diacre ici à Blanc- Mesnil.

Après lordination à Saint Charles et ses réjouis-

sances, cest maintenant le temps du « bouleau »

sances, c ’ est maintenant le temps du « bouleau » Beaucoup de personnes venues de

Beaucoup de personnes venues de la Pologne et du Gabon ont été frappées par la qualité de lorganisation et de laccueil à loccasion de notre ordination. Ne faut-il pas leur répondre de la manière suivante : « venez voir comment il fait bon vivre dans notre secteur et allez en témoigner chez vous ! » ? Cette organisation et laccueil que vous nous aviez réservé mont surpris au point de me laisser augurer une année fructueuse et pleine damitié. « Se mettre au bouleau ! » Non il vaut mieux dire « se mettre au service » car cest cela le sens du diaconat. Mais comment se mettre au service de personnes si serviables ? Voilà une autre question qui me taraude lesprit. Car je savais bien quici les gens sont serviables mais je navais jamais mesuré jusquà quel point cela pouvait aller. En fait débuter chez soi, cest

vraiment un exercice de tact. Il faut être disponible à des personnes disponibles. Il faut rendre

service à des personnes toujours promptes à servir. Il faut être inventif chez des personnes pleines dimagination. Ou encore il faut savoir programmer les choses chez des gens qui savent cinq ans à lavance la surprise à faire pour dire au revoir à quelquun. Cest le cas de nos jeunes du groupe ANGEL. Pour dire au revoir à Assis, « le citoyen du monde qui a chan- gé leurs vies », ils ont récolté des photos de 2009 à 2012, le temps quils ont passé avec lui. Ils en ont fait un album. Cest vraiment une histoire de vie. Car en regardant les photos on peut voir comment ces jeunes ont grandi. Mais aussi et surtout on peut conter lhistoire des cheveux du citoyen Assis

peut conter l ’ histoire des cheveux du citoyen Assis … Il y a pleins de

Il y a pleins de défis grands ou moins grands. Comment être inventif ? Même du côté de nos

frères musulmans on trouve des jeunes ouverts et très sympa, avec qui il est possible de faire des projets communs. Venez à St. Charles et vous verrez quon na pas besoin dêtre rassasié en année ou théologien du dialogue pour comprendre que la religion ne doit pas nous empê-

cher de vivre ensemble.

Apprendre encore, se laisser surprendre, découvrir. Je crois que ce sont les mots qui jalonne- ront mon séjour ici. Car chaque jour japprends du nouveau et jobserve quil y a mille et une choses possibles à faire. Je découvre que les jeunes sont disponibles. Cest le cas à St. Louis de Drancy. Il y a là bas des jeunes pleins de vie, joyeux et surtout contents dêtre au service de la paroisse. Avec eux on peut faire plein de truc. En somme on ne finit jamais dêtre surpris ici. Il faut être attentif, savoir repérer et imagi- ner les attentes des uns et des autres. En même temps il faut pouvoir souvrir à lapport effi- cace et discret de nos paroissiens. Cest cela à mon avis quon pourrait appeler à juste titre :

débuter chez soi.

Landry

Chrétiens dans la crise

Le 16 novembre 2012, lEquipe Pas- torale dAulnay, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne et lAction Catholique Ouvrière ont invité des représen- tants des salariés de lusine PSA. Ils ont convié les chrétiens des com- munes voisines à une soirée de ré- flexion à propos de la fermeture de lusine. Le Père Eugène Doussal re- présentait le Père Pascal, notre évêque (alors à Rome). Il sagit dun drame social pour notre département. Il y a un peu plus de 3000 salariés à Aulnay. Il faut multi- plier ce chiffre par 3, compte-tenu des emplois indirects : fournisseurs, équipementiers, recherche et déve- loppement (Saint-Ouen, Saint-Denis, Aulnay, Tremblay, Bobigny, Drancy). Derrière le désastre social, les drames individuels. Il a été soumis à lassemblée un petit tract de solidarité qui, après modifications, a été distribué à len- trée de lusine par un groupe de chrétiens. Ce texte est reproduit dans « lEcho de nos Paroisses » du 25 novembre. Les propos qui suivent sont extraits dinterviews dE. Perrot (jésuite), de J-P. Rive (pasteur de lEglise Réfor- mée) et de M. Sollogoub (laïc ortho- doxe). "La crise financière nen finit pas de causer des ravages économiques et sociauxLa bonne politique, cest celle qui pose des balises simples, stables, facilement contrôlablesLes hommes politiques sont face aux analystes financiers et aux banquiers (les banques sont indispensables au bon fonctionnement économique). Ils doivent, devant toute décision, se demander : est-ce que cela nuit ? Qui va en payer le prix ? Outre les devoirs de tout citoyen, le chrétien a le devoir « despérer contre toute espérance » (Saint Paul). Face à cette crise, plus encore quen temps normal, chacun est concerné par le service du frère. Les paroisses peuvent aider à privilégier les initiatives de proximité, à revenir à des relations plus conviviales. Nous vivons avant tout de la grâce et du don. Il faut dabord célébrer la gratuité des relations et des échanges. Le Royaume nest pas dans laccumulation de biens mais dans la rencontre personnelle avec le Christ, en nous-mêmes et dans la communauté humaine."

en nous - mêmes et dans la communauté humaine." Méditation Quand la vie prend la couleur

Méditation

Quand la vie prend la couleur de lautomne, quand les rêves sen vont balayés par le vent, quand le ciel

devient gris, lhorizon, monotone, il

nous faut espérer le printemps!

Avec A.N.G.E.L nos jeunes confirmands ont célébré leur 1 er temps fort !

A Notre Dame, le dimanche 18 Novembre dernier les jeunes de notre

secteur se sont donnés rendez-vous l ’ après midi pour célébrer en- semble leur foi et leur joie d ’ être disciples de Jésus. A l ’ initiative du groupe A.N.G.E.L, cette messe rassemblait des collégiens et lycéens

ayant déjà fait leur confirmation et d ’ autres encore entrain de la prépa-

rer. Toutes nos paroisses étaient représentées et la présence de quelques adultes témoignait bien de l ’ intérêt et de la fierté que nous avons à voir des jeunes s ’ engager et prendre des responsabilités dans notre église. Ce premier temps fort pour nos jeunes était l’ o ccasion d ’ entendre le Christ leur parler. Les textes du jour étaient bien en phase car ils appelaient les jeunes à

avoir un nouveau regard, plein d ’ espérance sur les difficultés qu’ i ls vivent et sur leur quotidien.

Lorsqu ’ a commencé la célébration, tous se sont unis comme un seul

homme pour sortir leurs voix et les laisser monter en signe de louange pour le nom du Seigneur dont le Diacre a dit qu ’ il était le maitre du temps et de l ’ histoire. Cette attitude était bien en résonnance avec les paroles du chant de gloria, « louange et gloire à ton nom, alléluia, allé- luia », qui témoignent de la joie que l ’ on a de louer Dieu. Et de la joie, il y en avait ce jour là ! Dans son homélie, Landry les a invités à vivre de l ’ espérance chré- tienne qui ne signifie pas se contenter d ’ avoir la foi ou attendre que Jé- sus fasse tout à leur place. Mais à s ’ engager selon qu ’ ils le peuvent

dans leur milieu quotidien en témoins de Jésus, afin qu ’ en les voyant vivre, d ’ autres jeunes comme eux et même les adultes, leurs parents puissent s ’ interroger sur ce qui les animent et inspire leur engagement. Le Diacre a donc invité les jeunes à « donner à voir » afin que les gens ne pensent pas que la foi, l ’ église ne sont que des affaires de pépés et

la foi, l ’ église ne sont que des affaires de pépés et A NOTER Le

A NOTER

Le Mercredi 5 décembre à 20h30 à Notre Dame : rencontre de léquipe pastorale avec un membre de chaque EAP. Le Jeudi 6 décembre à 20h à Ste Thérèse: rencontre dun membre de chaque paroisse pour faire le point sur laccueil de sans abris pendant lhiver sur notre secteur. Le vendredi 14 décembre à 19h à St Charles: rencontre des couples qui se sont mariés ces dernières années. Le samedi 15 décembre à partir de 14 heures à St Charles: fête de Noël avec les enfants et les jeunes du secteur.

Quand le corps pèse lourd de souffrances, quand le mal envahit et ronge jusquaux os, quand la

force des cris traduit nos impuissances, il nous faut pourtant croire à nouveau!