Vous êtes sur la page 1sur 17
Dr. B. Ely Les crânes tziganes des collections du Musée de l'Homme. In: Bulletins et

Les crânes tziganes des collections du Musée de l'Homme.

In: Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, XII° Série, tome 1 fascicule 2, 1967. pp. 177-192.

Citer ce document / Cite this document :

Ely B. Les crânes tziganes des collections du Musée de l'Homme. In: Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, XII° Série, tome 1 fascicule 2, 1967. pp. 177-192.

doi : 10.3406/bmsap.1967.1383 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1967_num_1_2_1383

Bulletins et Mémoires de la Société ď Anthropologie de Paris,

tome 1, XIIe série,

1967, pp.

177 à

192.

LES CRANES TSIGANES

DES COLLECTIONS DU MUSÉE DE L'HOMME

PAR LE

Dr

B.

ELY

Cette note porte sur 28 crânes tsiganes des collections du Musée de l'Homme. La majeure partie appartient à la série Cantacuzène et provient de Tsiganes roumains. Pour deux autres il s'agit de moulages donnés par Kopernicki dont les originaux ont probablement été déjà étudiés et publiés. Ces 28 crânes se répartissent en 15 hommes et 13 femmes.

Sujets masculins :

A.C. 3 713 : sujet de 37 ans, front fuyant, en N.L. courbure régulière sans

saillie ni méplat, en N.S. crâne ovoïde. Mésocrâne (77), crâne haut (87), indice frontal transversal de valeur moyenne (88,5), leptène (56,6), leptoprosope (92,9), mésoconque (78), lepto- rhinien (44).

3

719 : moulage d'un sujet mésocrâne (76,5).

3

481 : sujet étiqueté « bohémien » sans lieu d'origine, pas de maxillaire infé rieur ; courbe régulière en N.L., ovoïde, brachycrâne (83,8), méso conque (78,9), chamaerhinien (52).

17

444 : sujet de 45 ans, crâne régulier, pentagonoïde, mésocrâne (75,2), mé- sène (54,4), chamaerhinien (52,2), mésoconque (82).

17

445 : sujet de 38 ans, crâne ovoïde, courbure régulière en N.L. Nombreux petits os wormiens au niveau des astérions ; aspect général robuste et très masculin, mésocrâne (76,5), crâne haut (87,3), leptène (52,3), leptorhinien (46,1), mésoconque (78).

178

SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS

1 7 8 SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS Fig. 1. — Crânes tsiganes : sujets masculins.

Fig. 1. — Crânes tsiganes : sujets masculins.

В.

ELY.

CRANES TSIGANES

179

17

446 : sujet de 60 ans, crâne pentagonoïde, nombreux os wormiens, écaille temporale haute et arrondie, hyperdolichocrâne (69,6), moyenne menthaut (81,5), mésoprosope (85,6), euryène (48), mésoconque (81,5), mésorhinien (47).

17

447 : sujet de 40 ans, crâne régulier ovoïde, os épactal, dolichocrâne (69,6), crâne bas (78,3), hyperleptoprosope (97,6), leptène (58,7), hypsi- conque (87,1), leptorhinien (39,6).

17

448 : sujet de 35 ans, crâne ovoïde, relief sus-orbitaire net, mésocrâne (75,7), haut (85,5), leptène (59,3), mésocoque (80,9), leptorhinien

 

(40,3).

17

449 : sujet de 66 ans, crâne ellipsoïde, cryptozygie, dolichocrâne (74), crâne haut (87,5), euryène (49,6), mésoconque (82,5), mésorhinien

 

(50).

17

450 : sujet de 30 ans, rhomboïde, métopisme, dolichocrâne (73,3), de hau teur moyenne (84,6), chamaeconque (75), chamaerhinien (51).

17

451

:

sujet de 60 ans, pas de maxillaire inférieur, crâne ellipsoïde, N.L. :

 

profil régulièrement arrondi, dolichocrâne (76,6), de hauteur moyenne (83), mésoconque (77,5), chamaerhinien (54,1).

17

452 : sujet de 50 ans, crâne régulièrement arrondi avec légère saillie sus- orbitaire, mésocrâne (79), crâne haut (85), mésène (50,3), hyper- euryprosope (79,3), chamaeconque (69,7), mésorhinien à la limite de chamaerhinien (50,9).

17

453 : sujet de 42 ans, crâne ovoïde avec légère plagiocéphalie, brachy- crâne (81,9), de hauteur moyenne (84,9), mésène (54,4), mésopro sope(89,5), mésoconque (80), leptorhinien (46,2).

17

454 : sujet de 45 ans, ovoïde, front fuyant, écaille temporale allongée,

 

brachycrâne (82,6), crâne bas que(69,8), leptorhinien (40).

(73,2), leptène (56,5),

chamaecon

17

455 : sujet de 67 ans, crâne régulier, mésocrâne (79,4), crâne haut (87,9), mésène (51), mésoconque (77,7), chamaerhinien (55,5).

Sujets féminins :

3 718 : moulage d'un sujet dolichocrâne (73,2).

17

17

456 : sujet de 28 ans, dolichocrâne (71,5), crâne haut (92,5), hyperlep- tène (61), hyperleptoprosope (99,1), hypsiconque (89,4), leptorhi

nien(89,4).

457 : sujet de 40 ans, métopisme complet, mésocrâne (77,9), de hauteur

(49,5), mésoconque (76,9), chamaerhi

moyenne (80,3), euryène

nien(51,1).

180

société d'anthropologie de paris

180 société d'anthropologie de paris Fig. 2. — Crânes tsiganes : sujets féminins.

Fig. 2. — Crânes tsiganes : sujets féminins.

В.

ELY.

CRANES TSIGANES

181

17 458 : sujet de 55 ans, plagiocéphalie, hyperbrachycrâne (87,4), crâne haut (88,1), chamaeconque (74,4), chamaerhinien (52).

de hauteur moyenne (81,2),

17 459

:

sujet

de

50 ans,

mésocrâne

(76,9),

hypsiconque (85), leptorhinien (42,3).

17 460 : sujet de 20 ans, crâne régulier ovoïde, os wormiens, brachycrâne (81,6), de hauteur moyenne (81,6), leptoprosope (90,8), mésène (53,3), mésoconque (80), chamaerhinien (80).

17 461

:

deux os wormiens, mésocrâne (77,3), de

hauteur moyenne (80,5), leptoprosope (93,2), leptène (56,7), hypsi

sujet

de

50

ans,

ovoïde,

conque

(85,7), leptorhinien (46,8).

17

462 : sujet de 28 ans, métopisme, brachycrâne (82,3), de hauteur moyenne (83,8), mésoconque (83,3), leptorhinien (42).

17

463 : sujet de 63 ans, ovoïde, brachycrâne (80,6), de hauteur moyenne (82,5), leptène (56,2), hypsiconque (90), leptorhinien (43,1).

17 464

: sujet de 40 ans, en N.L. un méplat au voisinage

du bregma et de la

région occipitale donne un aspect quadrangulaire au crâne ; hyper brachycrâne (86,1), de hauteur moyenne (83,7), mésène (52,5), hypsiconque (90), chamaerhinien (53,3).

17

465 : sujet de 32 ans, pentagonoïde, os wormiens, mésocrâne (79,9), méso- prosope (85,2), euryène (49,1), mésoconque (83,3), leptorhinien (46,6), crâne haut (85,4).

17

466 : sujet de 34 ans, ellipsoïde, dolichocrâne (72,8), de hauteur moyenne à la limite du crâne haut (84,9), leptène (56,4), hyperleptoprosope (97,4), mésoconque (80), mésorhinien (48,8).

17

467 : sujet de 25 ans, mésocrâne (77,4), bas (79,6), mésoconque (83,7), leptorhinien (44).

Caractères descriptifs.

En norma superior, les crânes montrent un aspect régulier le plus souvent ovoïde, parfois ellipsoïde ou pentagonoïde. Trois crânes (un homme et deux femmes) présentent une suture médiofrontale non fermée, pour 26 crânes étu

diés

suivants :

à ce point de vue, soit près de 10 %. Aioutchine

Blancs : 8,2 % , Mélanodermes : 1,2 % Mongoliques : 5 1 %
Blancs
:
8,2
%
,
Mélanodermes : 1,2 %
Mongoliques
:
5
1
%

(1)

donne les chiffres

Pour 80 crânes du Pendjab, une publication récente donne 5 % de méto pisme complet et 77,5 % de suture incomplète à la partie inférieure du fron

tal(2).

(1) Cité par G. Paul-Boncour, p. 81.

(2)

Indar Jit et Shah (M. A.).

182

SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS

En norma lateralis, on peut souligner le caractère régulier des crânes ts les bosses frontales sont plutôt peu saillantes ; il n'existe ni saillie, ni

;

iganes

méplat, tant au niveau des pariétaux que de l'occipital. Aspect également arrondi et régulier de l'écaillé temporale. En norma occipitalis, la plupart des crânes ont un contour pentagonal sans saillie sagittale. Il existe de nombreux crânes présentant des os wormiens (7 sur 26). La plupart de ceux-ci se trouvent au niveau des sutures temporo- occipitales, certains ptériques, d'autres lambdaïques. Un d'entre eux volumi neuxpeut être considéré comme un os épactal. Pour les norma facialis et basilaris, il n'existe pas d'éléments descriptifs particuliers qui ne soient exprimés par les mensurations.

Age.

L'âge moyen est de 47 ans pour les hommes qui vont de 30 à 67 ans, et de 39 ans pour les femmes avec un intervalle de 20 à 63 ans.

Caractères métriques.

Capacité.

Nous avons noté le volume indiqué sur le crâne, cubage probablement effec

tuéau Musée de l'Homme lors d'une étude générale des volumes crâniens. Pour

12 hommes, on a un volume moyen de 1511 cm3 avec un intervalle allant de

1305 cm3 à 1745 cm3. Pour 12 femmes, on a un volume moyen de 1347 cm3 avec un intervalle allant de 1145 cm3 à 1565 cm3. Ce qui nous donne une va

leur

pour les hommes que pour les femmes, on trouve donc des valeurs considé réescomme moyennes mais plutôt faibles.

moyenne de 1429 cm3

avec une différence sexuelle de 164 cm3. Tant

Longueur, largeur et indices crâniens.

La longueur moyenne du crâne pour 14 hommes est de 183 mm avec un

maximum de 198 et un minimnm de 172.

moyenne de 171 mm pour 12 femmes, avec un maximum de 181 et un min imum de 159. La différence sexuelle est pour les deux moyennes de 12 mm, ce qui est un chiffre élevé. Pour le diamètre transverse on trouve une lar geur de 138 avec un maximum de 152 et un minimum de 132 chez les hommes, et une valeur moyenne chez les femmes de 136 avec un maximum de 146 et un minimum de 126. La différence sexuelle n'étant que de 2 mm au point de vue indice, on arrive donc aux résultats suivants :

Chez

la femme, on a une valeur

N. Moy. Max. Min. Hommes . 14 76,2 82,6 69,6 Femmes 12 79,3 87,4 71,5
N.
Moy.
Max.
Min.
Hommes .
14
76,2
82,6
69,6
Femmes
12
79,3
87,4
71,5

В. ELY.

CRANES TSIGANES

183

On a donc des valeurs indiquant la mésocranie, à la limite de la brachy- cranie chez les femmes, avec une différence sexuelle notable de 3,1 unités.

Dolichocrânes Mésocrànes Brachycrânes Hommes 5 7 3 Femmes 3 5 5
Dolichocrânes Mésocrànes Brachycrânes
Hommes
5
7
3
Femmes
3
5
5

Indice moyen de hauteur.

Les indices moyens de hauteur sont pratiquement identiques chez les hommes (83,8) et chez les femmes (83,6) et correspondent à des crânes de hauteur moyenne. Mais si l'on étudie séparément les valeurs trouvées, on voit que les crânes hauts sont plus nombreux chez les hommes.

Hauts Moyens Bas Hommes 6 4 2 Femmes 3 8 1
Hauts
Moyens
Bas
Hommes
6
4
2
Femmes
3
8
1

Rapport des segments sagittaux.

Chez la plupart des femmes (7 /10), on trouve un segment frontal plus im

portant

que le pariétal, qui est lui-même supérieur à l'occipital, on a donc

F>P>0. Chez 8 hommes, on trouve tantôt P>F>0, tantôt F>P>0.

Frontal : la valeur moyenne de la courbe frontale est de 124 mm chez les hommes et 120 mm chez les femmes, la corde étant de 1 10 mm chez les hommes et de 107 mm chez les femmes ; l'indice traduisant la courbe élevée du frontal est identique dans les deux sexes (88,2).

Pariétal : la valeur moyenne chez les hommes est de 126 mm et de 119 mm

chez les femmes, la corde étant de 113 mm et 109 mm ;

vexité

Occipital : la valeur moyenne de la courbe occipitale est chez les hommes de 116mm, chez les femmes de 111 mm, les cordes étant de 96 mm et 92mm ; les indices d'aplatissement chez les hommes sont de 82,8 et 82,9 chez les femmes. Il n'existe donc pas de différence sexuelle au point de vue courbure, tant pour le pariétal que pour l'occipital.

les indices de con

du pariétal sont de 90 chez les hommes et 90,4 chez les femmes.

Frontal, dimensions et indices.

Les diamètres trouvés sont très faibles et correspondent à des fronts part

iculièrement

étroits.

Hommes: diamètre frontal minimim — 96,2 Femmes : Diamètre frontal maximum — 115 — —
Hommes: diamètre frontal minimim
96,2
Femmes :
Diamètre frontal maximum
115
92
114

SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS

Indice frontal transverse. — Les indices indiquent des crêtes frontales le plus souvent intermédiaires tant pour les hommes (ind. = 83,3) que pour les femmes (ind. = 81,3) ; quelques crânes présentent des crêtes divergentes (2 hommes et 2 femmes).

184

Moy. Max. Min. Hommes . 83,3 88,5 73,1 Femmes 81,3 83,4 77,5
Moy.
Max.
Min.
Hommes .
83,3
88,5
73,1
Femmes
81,3
83,4
77,5

Indice fronto-pariétal. — Les valeurs trouvées correspondent chez la femme

à un front moyen à la limite des fronts larges (métriométope) et chez l'homme

à un front large (eurymétope). L'étude des résultats individuels montre que la plupart des crânes se trouvent à la limite des fronts moyens et des fronts larges.

Moy. Max. Min. Hommes . 69,9 77,2 65,2 Femmes 67,4 72,2 61,6
Moy.
Max.
Min.
Hommes .
69,9
77,2
65,2
Femmes
67,4
72,2
61,6

Indice fronto-zygomatique. — Les valeurs de l'indice fronto-zygomatique (72,9 chez les hommes, 76,6 chez les femmes) objectivent la saillie transvers alerelative de la face que l'on peut noter parfois sur le vivant.

Moy. Max. Min. Hommes . 72,9 76,9 69,4 Femmes 76,6 83,4 70,3
Moy.
Max.
Min.
Hommes .
72,9
76,9
69,4
Femmes
76,6
83,4
70,3

Face, dimensions et indices.

L'étude du tableau des mensurations et des indices faciaux (tabl. I) montre

que, malgré une hauteur de la face peu importante, les crânes tsiganes ont un indice facial relativement fort du fait des valeurs également faibles de la largeur bizygomatique. L'étude globale des moyennes sur d'aussi petites sé

ries

étant sujette à critique, il est préférable d'étudier les résultats individuels

qui indiquent eux aussi la même tendance.

Tableau I.

Hommes Femmes Moy. Max. Min Moy. Max. Min. Hauteur supérieure de la face Hauteur faciale
Hommes
Femmes
Moy.
Max.
Min
Moy.
Max.
Min.
Hauteur supérieure de la face
Hauteur faciale totale
68
78
52
66
73
57
114
120
104
112
118
104
Largeur bizygomatique 132
143
125
120
128
115
Indice facial supérieur
Indice facial total
52
58,7
38, 2
55,1
61
49,1
88,9
97,6
79,
3
94
99,1
85,2

В. ELY.

CRANES TSIGANES

Tableau

II

185

Euryène Mésène Leptène Hommes 2 4 5 Femmes 1 2 4 Euryprosope Mésoprosope Leptoprosope Hommes
Euryène
Mésène
Leptène
Hommes
2
4
5
Femmes
1
2
4
Euryprosope
Mésoprosope
Leptoprosope
Hommes
2
2
Femmes
1 1
1
4

La série de crânes étudiée est trop petite pour vérifier s'il existe une disso

ciation

peut résumer les résultats de la façon suivante :

entre les indices faciaux totaux et les indices faciaux supérieurs. On

Crânes leptènes et leptoprosopes 5 — mésènes et mésoprosopes 1 —- euryènes et mésoprosopes 1
Crânes leptènes et leptoprosopes
5
mésènes et mésoprosopes
1
—-
euryènes et mésoprosopes
1
euryprosopes et mésènes
1
mésènes et leptoprosopes
1
dont seul l'indice supérieur est connu
10

Orbites, dimensions et indices.

Les crânes présentent une hauteur orbitaire peu importante qui, associée à une largeur également peu importante, donne une valeur moyenne à l'indice. La différence sexuelle se retrouve dans cette série où les femmes ont un indice légèrement plus élevé (tabl. III).

Tableau III

Hommes Femmes Moy. Max. Min. Moy. Max. Min. Hauteur 33 39 30 32 36 30
Hommes
Femmes
Moy.
Max.
Min.
Moy.
Max.
Min.
Hauteur
33
39
30
32
36
30
Largeur
41
45
38
40
48
35
Indice
78,4
87,1
69,7
82,6
90
74,4

Nez, dimensions et indice.

La série masculine indique la mésorhinie à la limite de la leptorhinie, alors

que la série féminine a un indice

mésorhinie. L'étude des valeurs trouvées est intéressante et montre le faible pourcentage de mésorhiniens (tabl. IV) avec un nombre plus élevé de lepto- rhiniens et de platyrhiniens. Cette tendance que l'on retrouve aussi bien chez les hommes que chez les femmes, si elle était vérifiée sur une série plus import ante, serait dans le sens de l'hypothèse souvent formulée de l'existence de deux groupes tsiganes différents. Cette tendance ne se retrouve absolument pas sur le vivant dans la série de Pittard.

plus

faible, leptorhinien à la limite de la

186

SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS

Tableau IV.

Hommes Femmes Moy. Max. Min. Moy. Max. Min. Hauteur 53 60 47 49 58 45
Hommes
Femmes
Moy.
Max.
Min.
Moy.
Max.
Min.
Hauteur
53
60
47
49
58
45
Largeur
25,4
30
23
22
26
21
Indice
47,5
54,1
40
46,7
53,3
40
Leptorhinien
Mésorhinien
Platyrhinien
Hommes
6
3
4
Femmes
7
1
4

Maxillaire inférieur.

Les valeurs trouvées pour l'indice mandibulaire confirment l'impression générale de finesse du maxillaire inférieur puisque l'on trouve une valeur moyenne mésognathe dans la série masculine à la limite de dolichognathe, valeur que l'on trouve dans la série féminine. Pour l'indice goniocondylien, on trouve une valeur moyenne normale avec une différence sexuelle assez notable. L'indice de la branche montante montre des valeurs habituellement trouvées dans les races blanches, de même pour l'angle goniaque (tabl. V).

Tableau V.

Hommes Femmes Moy. Max. Min. Moy. Max. Min Longueur totale Longueur bicondylienne Largeur bigoniaque Indice
Hommes
Femmes
Moy.
Max.
Min.
Moy.
Max.
Min
Longueur totale
Longueur bicondylienne
Largeur bigoniaque
Indice mandibulaire
Indice des largeurs
Hauteur branche montante
Largeur branche montante
Indice branche montante
108
115
103
101
ПО
87
119
130
114
112
127
104
103
120
98
91
96
86
89,7
96,6
82,1
90,3
100
68, 5
87,4
99,1
78
81,3
86,1
75,
5
62
71
47
53
58
46
30
35
20
28
35
25
49,1
59,3
32,8
52,9
61,6
44,
8

Caries dentaires.

L'étude des caries dentaires est difficile sur des crânes en assez petit nombre et qui ayant été manipulés ont un nombre important de dents perdues, en particulier en ce qui concerne les incisives. Seules les dents dont la chute était post mortem ont été soustraites du nombre total. On a calculé en fait le rapport suivant :

(dents cariées + alvéoles résorbées ou perte de la dent autre que post mortem) par rapport à :

(dents cariées + alvéoles résorbées ou perte de la dent autre que post mortem + dents saines).

В. ELY.

CRANES TSIGANES

187

Ce pourcentage a été calculé pour chaque dent et donne le résultat suivant :

vin vu ví v iv ni il i i il ni iv v vi vu
vin
vu
v
iv
ni
il
i
i
il
ni
iv
v
vi
vu
vin
Maxillaire
70
50
60
52
52
56
57
72
77
53
53
52
50
60
37
66
Maxillaire
38
63
72
53
40
30
50
55
62
55
41
42
52
63
50
33

L'ensemble porte sur 529 dents présentes ou dont la chute n'est pas post mortem. Si on exclut les résultats des incisives et celui des troisièmes molaires, on peut signaler aussi bien pour le maxillaire inférieur que pour le supérieur la rareté des caries au niveau de la canine et la fréquence au niveau de la pre mière molaire. Ce résultat est classique et se retrouve dans de nombreuses publications (Herpin, 1911). Par ailleurs, il serait difficile de comparer ce résultat global à une population non tsigane, car le genre de vie intervient, encore que les sujets du Musée de l'Homme devaient être assez souvent sé dentaires si l'on en juge par les professions indiquées. Pour les Tsiganes de Hongrie, il existerait une fréquence moins élevée des caries par rapport aux Hongrois et plus spécialement pour les Tsiganes nomades (Balogh et Huszar,

1962).

Caractères généraux du crâne des Tsiganes.

En norma supérieur, le crâne tsigane est régulier, le plus souvent ovoïde sauf pour la série de De Blasio dont l'appartenance à des Tsiganes est peut- être discutable car, d'une façon générale, il paraît certain que les Tsiganes soient restés plus homogènes dans les pays d'Europe Centrale qu'en Europe

Occidentale. L'aspect régulier est signalé par Kopernicky et par Hovelacque (1) tant pour la vue supérieure que pour la vue latérale où l'on ne signale ni mé

plat

pariétale. Les dessins de Duhousset donnent également cette même impres

sionde régularité. Dans l'ensemble, tant pour les crânes tsiganes du Musée de l'Homme que

ceux d'Hovelaque et de De Blasio, on se trouve en présence de crânes de vo

lume

1385 cm3 pour 15 hommes, de même que Gluck pour 5 crânes (1200 cm3). L'impression qui domine est que les crânes de volume important sont rares. Pour l'indice crânien, il aurait été intéressant de donner la distribution de l'ensemble des indices. Malheureusement, et c'est une remarque valable pour les autres caractères des crânes, certains auteurs n'ont donné que la valeur moyenne, comme Gluck. D'autre part, il nous serait difficile, en l'absence de l'original de certaines publications, d'affirmer qu'aucun résultat n'ait pu être publié deux fois. En effet, il est difficile de connaître l'origine de certains chiffres cités et, par ailleurs, il n'est pas impossible que certains crânes aient

moyen ; par contre, Kopernicky donne une valeur moyenne faible de

ni saillie, l'occipital prolongeant de façon régulière la courbure fronto-

(1) « Impression très suivie du crâne tsigane »

188

SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS

été utilisés par divers auteurs. Pour ces diverses raisons, nous n'avons pu utiliser les valeurs des indices crâniens que de façon un peu fragmentaire. Nous avons vu que les crânes du Musée de l'Homme sont surtout méso

crânes

ou dolichocrânes. La valeur moyenne de 76,2 pour 14 hommes se r

etrouve

dans la publication de Welker (76,3) mais sans précision de sexe ; de

TABLEAU VI HOMMES

3713 3719 17444 17445 17446 17447 17448 17449 17450 17451 17452 17453 17454 17455 May.
3713
3719
17444
17445 17446
17447
17448
17449
17450 17451
17452 17453
17454
17455 May.
Long, шах
Larg. max.
Basion-bregraa
Courbe nas.-bregma
Droite nas.-bregma
Courbe bregma-larabda
Droite bregna-lambda
Courbe lambda-opisth.
Droit* lambda-opisth.
Long. tr. occip.
Larg. tr. occip.
Frontal min.
"
Haut, nas.-pt ment.
174
183
178
175
198
191
177
185
180
184
172
172
184
185
181
134
140
134
134
138
133
134
137
132
141
136
141
152
147
138
134
127
135
137
127
133
141
132
135
131
133
123
146
133
112
117
123
138
129
122
127
123
130
122
125
120
128
124
104
103
106
120
110
110
111
109
112
109
110
108
112
110
116
116
140
140
122
118
133
135
115
-
-
-
126
104
106
127
122
109
107
118
123
104
-
-
-
113
109
125
-
120
117
105
130
112
122
105
-
-
-
116
90
101
99
89
92
111
91
100
92
-
-
-
96
32
28
35
42
33
38
39
35
36
35
34
36
39
36
32
*
27
32
32
27
33
31
31
32
29
31
28
35
31
93
95
95
90
97
95
96
102
91
97
100
104
96,2
max.
105
112
113
123
113
120
110
116
111
120
120
124
115
118
.
.
107
123
.
.
105
104
120
-
-
114
"
nas.-prosth.
72
67
68
60
74
76
67
59
52
66
73
78
73
68
Larg. bizygora.
127
127
130
125
126
128
135
.
136
131
134
138
143
132
Haut, orbite
32
32
32
31
34
34
39
30
31
30
32
37
35
33
Larg. orbite
Haut, nez
Larg. nez
Long, maxill. inf.
Larg. bicond.
Larg. bigoniaque
Haut, symphyse
41
39
41
38
39
42
40
40
40
43
40
43
45
41
59
44
52
51
58
57
50
47
48
51
54
60
54
53
26
23
24
24
23
23
25
24
26
26
25
24
30
25,4
108
103
108
114
112
103
115
108
107
101
113
113
106
108
114
116
121
115
116
111
123
123
121
123
121
130
125
119
100
100
110
101
100
98
105
96
109
105
102
103
120
103
35
30
32
27
33
30
27
27
39
30
26
32
29
"
tr. nourr.
30
26
29
21
28
28
27
25
30
30
30
27
Epaiss. tr. nourr.
Haut. br. mont.
Larg. br. mont.
Angle goniaque
11
11
10
12
11
11
08
-
12
09
10
11
10
59
61
60
66
58
70
63
64
65
59
47
66
71
62
34
20
31
33
34
31
31
31
28
35
25
29
33
30
126»
121»
122°
127»
119»
122e
129°
118»
122»
145»
126»
117*
125»
-
Ind. céphalique
77
76,5
75,2
76,5
69,6
69,6
75,7
74
73,3
76,6
79
81,9
82,6
79,4
76,2
"
moy. haut.
"
87
-
87,3
81,5
78,3
85,3
87,5
84,6
83
85
84,9
73,2
87,9
83,8
nas.-bregraa
92,8
-
88
87,8
86,9
85,2
90,1
87,4
88,6
86,1
89,3
88
90
87,5
88,2
" bregma-larabda
"
89,6
-
91,4
-
90,7
87,2
89,4
90,7
88,7
91,1
90,4
-
-
-
90
lambda-opisth.
82,5
80,8
-
82,5
76
87,6
85,3
84,3
81,9
87,7
-
-
-
82,8
" tr. occip.
84,2
-
96,4
91,4
76,1
81,8
86,8
79,4
85,5
88,8
82,8
91,1
77,7
89,7
85,7
" frontal
88,5
-
84,8
84
73,1
85,3
79,1
87,2
87,9
fl1,9
80,8
83,3
83,8
83,3
" fronto zygom.
73,2
-
74,8
73
72
76,9
74,2
71,1
.
-
69,4
72,3
72,4
72,7
72,9
" fronto-pariét.
"
69,4
.
70,8
70,8
65,2
72,9
70,8
70,0
77,2
-
66,9
68,7
65,7
70,7
69,9
facial
"
92,9
-
-
85,6
97,6
.
.
-
79,3
89,5
-
-
88,9
facial sup.
56,6
-
54,4
52,3
48
58,7
59,3
49,6
-
38,2
50,3
54,4
56,5
51
52
" orbitaire
"
78
82
78
81,5
87,1
80,9
82,5
75
77,5
69,7
80
69,8
77,7
78,4
nasal
44
52,2
46,1
47
39,6
40,3
50
51
54,1
50,9
46,2
40
55,*
47,5
" long, maxill»
"
87,7
-
86,2
90,9
99,1
86,2
88,2
85,3
78
90
85,3
84,2
79,2
96
07,4
long, bicond.
94,7
-
88,8
89,2
87,8
96,6
92,8
93,4
87,8
80,2
82,1
93,3
86,9
84,8
89,7
" rob. tr. nourr.
36,6
.
42,3
34,4
57,1
39,2
.
39,2
29,6
.
48
30
33,3
36,6
38,7
br. mont.
Capacité
"
57,6
-
32,8
59,8
52,1
58,7
44,3
49,4
48,4
48,2
59,3
53,3
43,9
46,4
49,1
_
1305
1450
1715
1500
1500
1600
1415
1635
1310
1380
1580
1745
1511

В. ELY.

CRANES TSIGANES

189

même de Quatrefages et Hamy pour 8 crânes donnent 77,9 ; Kopernicky pour 20 crânes donne 77,7 ; Gluck pour 5 crânes, 76,08. Ce qui indique donc, dans la classification de Martin, la mésocéphalie à la limite de la dolichocéphalie.

TABLEAU VII— FEMMES

17456 17457 17458 17459 17460 17461 17462 17463 17464 17465 17466 17467 Moy. Long. may.
17456
17457
17458
17459
17460 17461
17462
17463 17464
17465
17466
17467 Moy.
Long. may.
179
172
167
178
174
168
170
181
159
163
173
177
171
Larg. max.
128
134
146
137
142
130
140
146
137
132
126
137
136
Basion-bregma
142
123
138
128
129
122
130
135
124
126
127
125
129
Courbe nas.-faregma
1Z2
113
118
122
120
115
127
133
121
117
118
121
120
Droite nas.-bregraa
Courbe bregma-lambda
Droite bregma-lambda
Courbe lambda-opisth.
Droite lambda-opisth.
Long. tr. occip.
Larg. tr. occip.
Frontal min.
"
Haut. nas.~pt ment.
112
98
107
111
106
103
106
119
103
101
104
107
107
132
122
128
120
130
116
124
112
102
118
111
119
116
108
111
110
116
102
121
99
94
108
104
109
114
112
118
105
105
106
112
111
112
122
111
95
99
96
90
88
88
93
90
93
98
92
36
36
36
37
37
36
35
33
30
29
38
36
35
30
30
31
28
31
30
31
28
28
27
31
28
30
96
91
92
97
86
96
90
94
88
91
95
92
max.
116
111
120
108
118
116
114
111
109
114
114
117
-
-
109
110
118
.
.
104
114
.
112
"
nas.-prosth.
72
57
65
70
64
67
72
72
63
60
66
73
66
Larg. bizygora.
118
115
.
124
120
118
120
128
120
122
117
-
120
Haut, orbite
34
30
32
34
32
30
30
36
36
30
32
36
32
Larg. orbite
38
39
43
40
40
35
36
40
40
36
40
43
40
Haut, nez
55
45
50
52
45
47
50
58
45
45
45
50
49
Larg. nez
22
23
26
22
23
22
21
25
24
21
22
22
22
Long, maxill. inf.
Larg. bicond.
Larg. bigoniaque
Haut, symphyse
107
102
87
106
103
97
110
99
98
106
-
101
107
104
127
121
106
110
114
118
108
107
112
.
86
96
95
90
88
96
93
90
93
90
91
34
-
24
32
26
33
32
31
26
27
32
-
29
"
tr. nourr.
30
24
26
34
28
27
31
27
25
26
32
-
28
Epaiss. tr. nourr.
Haut. br. mont.
Larg. br. mont.
Angle goniaque
10
12
10
11
10
9
14
12
10
12
12
-
12
48
57
58
57
48
63
62
.
46
54
54
53
31
27
26
27
27
29
30
35
25
33
27
-
28
143e
129e
115»
130e
145*
129*
123»
122»
134»
127»
138"
-
130e
Ind. céphalique
71,5
77,9
87,4
76,9
81,6
77,3
82,3
80,6
86,1
80,9
72,8
77,4
79,4
moy. haut*
"
"
92,5
80,3
88,1
81,2
81,6
80,5
83,8
82,5
83,7
85,4
84,9
79,6
83,6
nas.-bregma
"
91,8
86,7
90,6
90,9
88,3
89,5
83,4
89,4
85,1
86,3
88,1
88,4
88,2
bregma-laabda
87,8
88,5
86,7
91,6
89,2
87,9
-
97,5
88,3
92,1
91,5
93,6
9CM
lambda-opi$th.
.
83,3
84,8
81,3
85,7
83,8
-
83
83
81
83
80,3
82,9
"
tr. occip.
83,3
83,3
86,1
75,6
83,7
83,3
88,5
84,2
93,3
86,6
81,5
77,7
83,9
"
frontal
82,7
-
82,8
80,8
79,6
81,3
77,5
82,4
79,2
83,4
83,3
81,3
"
fronto-zygom.
-
83,4
-
74,1
80,8
72,8
80
70,3
78,3
72,1
77,7
-
76,6
"
fronto-pariét.
-
71,6
62,3
67,1
68,3
66,1
68,5
61,6
68,6
66,6
72,2
69,3
67,4
"
facial
99,1
-
-
-
90,8
93,2
98,3
-
-
85,2
97,4
-
94
" facial sup.
61
49,5
-
56,4
53,3
56,7
60
56,2
52,5
49,1
56,4
_
55,1
" orbitaire
89,4
76,9
74,4
85
80
85,7
83,3
90
90
83,3
80
83,7
82,6
" nasal
40
51,1
52
42,3
51,1
46,8
42
43,1
53,3
46,6
48,8
44
46,7
" long, maxill.
"
-
82,6
75,5
78,5
84,9
80
84,2
-
76,2
86,1
84,1
81,3
long, bicond.
100
98
68,5
83,4
95,2
88,1
96,4
83,8
90,7
99
90,3
" rob. tr. nourr.
33,3
50
38,4
32,3
35,7
33,3
45,1
44,4
40
46 И
37,5
"9,6
br. mont.
Capacité
"
64,5
47,3
44,8
47,3
56,2
54,7
48,3
54,3
61,6
50
.2,9
1500
1275
1565
1340
1410
1230
1325
1515
1260
1145
1250
1360
1347

SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS

Pour Hovelacque, la moyenne est de 78,65 avec 4 dolichocrânes, 4 mésocrânes et 3 bachy crânes pour les crânes de Tsiganes napolitains, trois sur cinq sont brachycrânes et sur 4 crânes publiés par Duhousset 3 sont dolichocrânes. Dans l'ensemble, on peut dire que les crânes tsiganes sont mésocrânes à la limite de la dolichocrânie. En fait, si on calcule, faute de mieux, la moyenne pondérée pour 61 crânes, on obtient un indice de 77,47 donc de mésocéphalie, considérée dans la classi fication de Broca comme sous-dolichocéphalie à la limite de la mésaticéphalie. On peut comparer ce résultat aux différentes séries trouvées sur le vivant. Pittard pour 837 Tsiganes des Balkans donne, pour les hommes, un indice tout à fait comparable (78,18). Les autres séries (tabl. VIII) ont des valeurs analogues si l'on excepte deux petites séries de Tsiganes, celle de Steinberg et celle des Tsiganes blancs de Gluck pour laquelle la pigmentation ainsi que la haute taille associée à cette brachycéphalie relative ne laisse guère de doute sur un métisssage dinarique. Quant à la série de Tsiganes suédois d'indice également plus fort, on peut suspecter sa pureté raciale en raison du faible pourcentage de représentants du groupe sanguin B, ce qui naturellement ne correspond pas forcément à un métissage avec un élément nordique.

Tableau VIII. — Indices céphaliques sur le vivant (séries masculines).

190

79,7 Hongrie Weisbach 80,1 V. Steinberg 76,9 Bosnie 82,12 Bosnie Gluck (Tsiganes noirs) Gluck (Tsiganes
79,7
Hongrie
Weisbach
80,1
V.
Steinberg
76,9
Bosnie
82,12
Bosnie
Gluck (Tsiganes noirs)
Gluck (Tsiganes blancs)
78,18
Balkans
Pittard
79,2
France
Mac Auliffe
78,7
Prusse Orientale
S. Ehrhardt
78,8
Allemagne
78,8
Allemagne
79,1
Suède
Stein (Rom)
Stein (Romungri)
Beckman et Takman
78 France
Ely (Gitans)

En ce qui concerne l'indice moyen de hauteur, on trouve des valeurs moyennes identiques chez l'homme et chez la femme, mais, en fait, les crânes hauts sont plus nombreux chez les hommes que chez les femmes, ce qui est en opposition avec Kopernicky. Il n'est malheureusement pas possible de faire des comparaisons chiffrées avec d'autres auteurs étant donné les différences de méthode dans la mesure de la hauteur du crâne. Nous avons vu que, dans notre série, les valeurs trouvées pour le frontal indiquent un front étroit, ce qui est bien en accord avec les valeurs trouvées par Hovelacque qui insiste sur cette petitesse du front, opinion identique chez Kopernicky. Pour quatre crânes signalés par Gluck, on trouve également des valeurs faibles alors qu'elles seraient plus élevées dans la série des Tsiganes napolitains. Néanmoins, étant donné l'importance comparée des séries, il ne fait pas de doute que l'on doit retenir pour caractéristique l'étroitesse du front chez les Tsiganes. Pijttard avait également signalé ce fait sur le vivant. Il est intéressant de constater également que, malgré une largeur zygomatique faible, l'indice fronto-zygo-

В. ELY.

CRANES TSIGANES

191

matique reste néanmoins faible dans notre série ainsi que dans celle d'Hove-

lacque et de Kopernicky. Ces valeurs traduisaient une légère saillie des pomm

ettes,

aspect que l'on retrouve parfois sur le vivant mais pas dans la série de

Pittard en ce qui concerne les indices. D'une façon générale, la face est allon

géemalgré une hauteur faciale faible ; dans notre série, 5 sujets sur 10 étaient à la fois leptènes et leptoprosopes. Hovelacque signale également l'allong ementnotable de la face, de même que Kopernicky. Pour les orbites, leurs pro portions également assez faibles nous donnent un indice moyen de 78,4 pour les hommes et de 82,6 pour les femmes (Kopernicky 81, Hovelacque 82,08, Gluck 86,15, De Blasio 86,46). Les deux petites séries de Gluck et de De Blasio seraient donc à considérer à part. Le nez des Tsiganes est plutôt allongé et droit sur le vivant. Les Tsiganes du Musée de l'Homme ont une bonne proportion de leptorhiniens, ce qui est en accord avec les autres séries, la moyenne pour les séries féminines et masc

ulines

étant à la limite de la mésorhinie et de la leptorhinie.

11 n'est malheureusement pas possible de comparer valablement les résul

tats chiffrés des différents auteurs en ce qui concerne les différents

crâniens en raison des différences dans les techniques de mensuration, aussi il nous a paru préférable d'utiliser les conclusions que les auteurs tiraient de leurs mensurations. Si l'on veut résumer brièvement les caractéristiques qui paraissent se dé gager de notre étude et des publications antérieures, on peut dire que le crâne tsigane est assez peu volumineux, régulier de contour, méso- ou dolicho- crâne de hauteur moyenne, à front étroit, leptène et leptoprosope, méso conque et mésoleptorhinien. Il eût été intéressant, au terme de cette étude, de comparer les crânes ts iganes à ceux des populations que l'on considère comme voisines, malheureuse mentles publications concernant ces populations sont très rares, tout au moins en ce qui concerne l'étude des crânes. Quelques crânes d'Afghans, cités dans de Quatrefages et Hamy, ne sont pratiquement pas utilisables. Kappers a regroupé deux publications d'Havelock concernant la caste des Churha du Pendjab, caste de vidangeurs, probablement ancienne tribu d'après Have- lock ; les mensurations citées ne permettent guère de rapprochement. En ce qui concerne les Tsiganes du Proche-Orient, on possède quelques documents de valeur inégale. Pour deux séries, l'appartenance aux Tsiganes n'est pas certaine, tels les « Tsiganes de Lycie » publiés par Petersen et von Luschan (78,84) et les « Bohémiens du Ferghana » de Mezo-Kovest (78,73). Une valeur de 77,40 pour l'indice céphalique est également attribuée aux Bochas, Tsiganes de l'Arménie turque, mais sans justification d'auteur. Par contre, deux séries paraissent plus intéressantes, celle de Field sur les Tsiganes Narwar mesurés en Irak (ind. céphal. : 77,1 pour 6 hommes) et celle de Seltzer (ind. céphal. : 76,65) beaucoup plus valable en raison de son homogénéité et qui porte sur 11 Tsiganes de Syrie mesurés à Jérusalem. Seltzer insiste sur l'é- troitesse du front ainsi que celle de la face qui lui paraît caractéristique. Ce

indices

société d'anthropologie de paris

caractère, nous l'avons vu, est assez particulier au crâne tsigane. D'une façon générale, on peut situer le crâne tsigane parmi les populations du Pakistan et du Pendjab mais, en fait, c'est beaucoup plus par une analogie avec le vivant (1). D'autre part, il est difficile de préjuger de l'homogénéité et de l'existence en tant que tel des Tsiganes antérieurement à leur migration. De toute façon, l'absence de publications sur les crânes des populations pouvant être comparées aux Tsiganes rend toutes les hypothèses invérifiables. Signa lonsenfin que de telles comparaisons, si elles étaient possibles, ne feraient progresser l'étude des Tsiganes que dans la mesure où l'on pourrait comparer tel groupe de Tsiganes à telle population hindoue ou proche-orientale (2). Il semble bien, actuellement, que cet objectif très souhaitable ne soit pas près d'être réalisé.

BIBLIOGRAPHIE

Auliffe (M.)- Étude de 344 Romanichels. Comptes rendus des séances de Г Académie des Sciences de Paris, séance du 5 juillet 1920. Bekman (L.) et Takman (J.). On the anthropology of a Swedish gypsy population. Hereditas, t. 53, 1965, pp. 272-280 . Blasio (A. de). Gli Zingari di Napoli. Rivisla mensile di psichiatria forense antropologia criminale e scienze affini, t. 5, n° 3-4 et 5-6, Naples, 1902. Balogh (K.) et Huszar (G.). The teeth of Hungarian gypsies. Journal of the gypsy lore society, vol. XLI, parts 1-2, 1962, pp. 38-41. Blumenbach (F.). Secas altéra collectionis suae cranorium diversarum gentium illustrata. Gôttingen, 1793. Duhousset (E.). Note sur les Tsiganes. Mémoires de la Société ď Anthropologie de Paris, 2e s., t. VI, 1873, pp. 314-320. Ehrardt (S.). Les Tsiganes et métis de Prusse orientale. Volk. und Basse, Heft 3. Ely (В.). Les Gitans d'Avignon. L'Anthropologie, t. 70, n° 1-2, 1966. Field (H.). vol. The 46, Anthropology n° 2 et 3, 1952. of Irak II. Papers of the Peabody Museum of Amer. Arch, and Ethnol.,

Gluck (L.). Zur physischen Anthropologie der Zigeuner in Bosnien und der Hercegovina. Wien, 1897. Herpin (A.). Localisation de la carie sur les diverses dents. Bulletin de la Société d'Anthropologie de Paris, 1911, pp. 578-586. Hovelacque (M. A.). Sept crânes tsiganes. Revue d'Anthropologie, série 3, 1874, pp. 234-265. Indar Jit et Shah (M. A.). Observations sur l'atlas et l'axis chez les Penjabis. L'Anthropologie, t. 54, 1950, p. 317. Kappers (C. V.) et Parr (L. W.). An introduction of the Anthropology of the near east in ancient and recent times. Amsterdam, 1934. Kopernicki (I.). Ueber den bau der Zigeunerschadel. Archiv fiir Anthropologie, 1872, pp. 267-324. Mezo-Kovesd (Ch. de Ujfalvy). Résultats anthropologiques d'un voyage en Asie Centrale, Paris, 1880. Paul-Boncour (G.). Anthropologie anatomique, Douin, Paris, 1912. Pittard (E.). Les Tsiganes ou Bohémiens, Genève, 1932. Quatrefages (A. de) et Hamy (E. T.). Crania ethnica, Paris, 1882. Risley (H. H.). The People of India, 1915. Seltzer (С). Contribution of the racial anthropology of the near east. Papers of the Peabody Museum, 1940, vol. XVI, pp. 56-59.

Stein (G.). Zur Physiologie und Anthropologie der Zigeuner in Deutschland. Zeitschrift fiir Ethnologie,

. Тотн (T.). Tapalkoz'as 'es Fogszuvasodds Vizsg'alata szegedkónyeki Ciganyokon. Forgovosi Szemlea (Hungari), t. 48, 1954, p. 316 (cité par Balogh). Ulei (L.) et Baculescu-Pascu (M.). A caries Gyakorisaga cignyok fogain. Revisla stomatologica rumania, t. 35, n° 5, 1935 (cité par Balogh). Weisbach (A.). Beitráge zur Kenntnis der Schadelformen Oesterreichischer Vôlker. Medizinish Jahr- bucher, 1864, n°» 2 et 3.

aux (1) Hindous Pittard en a déjà général. signalé l'erreur de comparer, faute de mieux il est vrai, les Tsiganes en général (2) On peut également citer les Loris du Baluchistan qui paraissent bien appartenir à l'ethnie tsigane. Pour 58 sujets, Risley donne un indice céphalique de 78,7.

192

t. 72