Vous êtes sur la page 1sur 3

Le français familier, un «autre» français

Prof . IULIAN UNTARU

La distinction principale, en français, se fait pour quelqu’un qui veut rentrer en contact
entre la langue écrite et la langue orale. avec des francophones ou avec une certaine
ÉCRIT culture francophone, qui veut lire des livres
1.La langue académique: contemporains, écouter la radio, regarder la
- la langue littéraire télévision. A titre d’exemple, voilà le même
- langue des manifestations officielles texte en français familier et en français
2.La langue surveillée: standard :
- langue juridique Au téléphone
- langue administrative - : Allô ? Salut mon pote. Ça boume ?
- langue scientifique - : Pas des masses, j’ai la crève en ce
- langue épistolaire moment. J’dois aller chez l’ toubib.
ORAL - : C’est pas l’ moment de tomber malade :
1 . La langue familière: - langue courante il faut met’ le paquet, t’as oublié que tu as
de tous les jours une interro’ en maths?
2. La langue populaire - langue simplifiée - : J’m’en tape, j’arrive pas à bosser.
qui dispose d'un vocabulaire limité (1500 à - : Tu vas r’piquer en septembre si tu fais
3000 mots) et d'une syntaxe restreinte. Les pas gaffe.
nuances d'expression sont réduites au - : J’en ai ras l’bol : y peuvent pas nous
minimum et le peu de structures lâcher les baskets ? J’en peux plus,
syntaxiques et morphologiques rend parfois j’retourne me pieuter.
les énoncés fautifs. - Bon, j’ te laisse. J’te passerai un coup de
3. L’argot - A l'origine une langue fil un de ces quat’.
spécialisée utilisée par un segment anti- - : Au fait, qu'est-ce qu'il glande Paul ?
social de la société. Par extension, on - : Oh, il doit s'pointer d'stage bientôt.
appelle ainsi une langue très altérée, à Au téléphone
structures non grammaticales et disposant - : Allô? Salut mon ami. Tu vas bien?
d'un vocabulaire particulier. - : Pas très bien, non, j’ai un rhume en ce
4. Le jargon: - Souvent confondu avec moment. Je dois aller chez le médecin.
l'argot ; il s'agit de la langue particulière - : Ce n’est pas le moment de tomber
d'une classe professionnelle ou sociale: le malade: il faut te remettre au travail, tu as
jargon des médecins, des avocats, etc. oublié que tu as une interrogation en
Le registre familier est le français correct mathématiques?
utilisé dans des situations qui marquent - : Cela m’est égal, je ne parviens pas à
l’intimité. Le niveau familier, c’est celui travailler.
qu’on utilise, par exemple, entre collègues - : Tu vas redoubler en septembre si tu n’y
et amis dans un contexte informel. Même si fais pas attention.
les profs de français sont censés enseigner - : Je n’en peux plus: ils ne peuvent pas
la belle langue française, nous laisser tranquilles? J’en ai assez, je
grammaticalement correcte et retourne au lit.
scrupuleusement fonctionnelle, on ne peut - : Bon, je te laisse tranquille. Je
ignorer qu’il existe un « autre » français. t’appellerai bientôt.
Un français quotidien qui est indispensable - : A propos, tu as des nouvelles de Paul ?
- : Eh bien, il doit rentrer de stage bientôt. - partitif + adjectif antéposé au singulier :
Par rapport à un niveau de langue standard, du bon vin --- de bon vin. Au pluriel on
la langue familière française se observe la règle :de beaux livres
caractérise par : - contractions
- l’utilisation du «tu»; Chuis =je suis
- un moins grand nombre de liaisons; y’a =il y a
- tendance à prononcer le "t" final, comme t’as =tu as
dans "nuit" "tout". c’t’à dire =c’est-à-dire
- réduction de la négation ne…pas = pas : v’la =voilà
Il ne vient pas---il vient pas chais pas =je ne sais pas
- interrogation sans inversion : t’ à l’heure =tout à l’heure
Quand vous partez? pro’lème =problème
Vous partez quand? Tu as reçu ma lettre? pasque =parce que
- emploi abusif de ‘ ça’ : je = ch/te=t/me=m/le=l
a) + interrogatif—où ça ? quand ça ? aut’chose =autre chose
b) pour ‘il’ (météo): il pleut = ça pleut j’trouve =je trouve
c) pour reprendre un nom: le gendarme, ça - ellipses :
se lève tôt début / fin septembre=au début / à la fin de
d) pour remplacer ‘cela’: je pense à ça septembre
e) en expressions (obligatoire): ça va! - c’est pour ce sont : C’est mes parents qui
- emploi de ‘quoi’ en tant que cliché: Vous l’ont acheté
ferez ça, quoi! -c’est + adjectif = pour il est+ adjectif :
- reprise/anticipation d’un pronom C’est surprenant qu’il soit en retard = Il est
personnel atone par un tonique: surprenant qu’il soit en retard
Moi, je ne veux pas de ça! Tu viens, toi? - abus de présentatifs : C’est Pierre qui a
- on = nous : On part demain gagné = Pierre a gagné
- adjectif pour remplacer un adverbe de - pas d’accord avec le COD antéposé : La
manière: il prononce correct lettre que j’ai écrit = La lettre que j’ai
- futur proche pour un futur simple: il va écrite
partir = il partira - pas de concordance au subjonctif : Il
- la chute de nombreux sons : "tre=t", fallait qu’il revienne immédiatement = Il
" bre=b " (J’ai coupé l’arb’) ou les groupes fallait qu’il revînt immédiatement
" ble =b" (C’est un gars très aimab’). - passé composé pour le passé simple
- des mots simples, chargés d’affectivité Il est mort est 1965 = Il mourut en 1965
(" maman " pour " mère ", " joujou " pour - plus-que-parfait pour remplacer le passé
" jouer ). antérieur
-forme interrogative du type Tu viens-tu? , Dès qu’il était arrivé, ils commencèrent =
I viens-tu? pour Viens-tu ?, Vient-il ? Dès qu’il fut arrivé, ils commencèrent
- des redondances: Moi, à mon avis, je - que = pour que :Apporte-le ici que je
pense que... "" Lui, Radu, je le rencontre puisse le voir = Apporte-le ici pour que je
souvent. puisse le voir
- des pléonasmes:Il est sorti dehors, prévoir - que = quand : Il est venu que j’étais pas là
d’avance, monter en haut, descendre en bas = Il est venu quand je n’étais pas là
- tendance à généraliser la liaison du pluriel - peut-être, sans doute que + S+Vb: = peut-
par le son «z«: «Cin-z-enfants attendaient être, sans doute+ Inversion Peut-être /
…..au lieu de «Cin-k-enfants attendaient …
Sans doute qu’il viendra = Peut-être/Sans une cuite. Et après on va s’éclater en boîte.
doute viendra-t-il Pierre, le copain de Sylvie, prend sa
-si, quand, comme + que: bagnole, il va venir avec ses potes, mon
Comme que je t’ai déjà dit= Comme je t’ai frangin sera également de la partie et
déjà dit Sophie avec son Jules. J’veux pas
-noms comme prépositions ----prépositions d’emmerdes avec les flics. Les poulets sont
Question/Côté travail =En ce qui concerne partout. Je ne viens pas. Laisse beton, tu
le travail … racontes des salades/ conneries. Allez
- vocabulaire spécial viens, on se casse. Putain alors, ma bagnole
- exclamations est encore en panne, ça me fait chier. Je ne
- insultes pourrai pas sortir ce soir, à moins de
- mots intensifs prendre la guimbarde de mes parents. Mais
- abréviations (A suivre, mai 2006) si un chauffard me rentre dedans, je suis
Devoir : Traduisez ces textes ! dans de beaux draps ! On prend ta bécane ?
Je suis dans la dèche/fauché, je n’ai même S’il ne pleut pas évidemment ! Je peux
pas de sous pour m’acheter des clopes. venir pieuter chez toi ce soir ? Ben quoi, et
Peux-tu me prêter un peu de fric ? Arrête, ta piaule alors, qu’est-ce qu’il lui manque ?
tu ne penses quand même pas que je vais te T’as qu’à aller crécher ailleurs. Démerde-
donner du blé/pognon, tu ne m’as même toi ! Hé, les potes, on va prendre une chope
pas rendu les 500 balles que tu m’as tapé la au bar ? Non, je crève de faim, je veux
semaine passée. Tiens donc, tu en as des bouffer d’abord. Alors, on va au « Café du
fringues ! Regarde cette jupe et ce jean ! sport », la bouffe est bonne et Paul y fait la
Elles sont belles ces godasses, c’est quelle plonge. Non, je ne rentre pas dans ce boui-
pointure ? 38, tu me les prêtes ? Cool, tu boui, ça pue le poisson et la bouffe est
changeras de look, ce sera en tout cas dégueulasse. Si on allait se goinfrer au resto
moins ringard que ce que tu as sur le dos ! chinois du coin ? Ecoute, fous-moi la paix,
T’as vu le mec, là-bas avec sa tignasse j’suis crevé, j’ai un coup de pompe. Y’a pas
rouge, il est mignon ! Ah non, je n’aime le feu, on ne peut pas y aller plus tard ? En
pas sa tronche, t’as pas vu son pif ? En plus fait, elle est nulle ton idée, c’est vachement
il a une nana, je peux pas la sentir. Ecoute, con. Oh, t’es casse-pieds, j’en ai plein le
le gosse est malade, il faudrait appeler le dos/le cul de ta mauvaise humeur. Fous le
toubib. Ah ces mômes, ils nous coûtent la camp, j’veux plus te voir ! Ca va, j’ai pigé,
peau des fesses, en plus ils chialent sans je me casse, salut ! (Articol dedicat special
arrêt ! Tu viens avec nous, on va au claselor a 12-a A si a 12-a K = pour
cinoche, puis on va se bourrer/se prendre rajeunir leur français !)