Vous êtes sur la page 1sur 8

HOMMES et MONTAGNES

Les déserts et les sentiers du monde

MAROC 2008
Atlas pré saharien

Djbel Sarho, de roche et de lumières


De roches et de lumières

Randonnée muletière – 8 jours


Code voyage : MAR 04
Niveau : modéré
Groupe : 4 -12 participants
Jours de marche : 4,5 jours

Le Djbel Sarho est un petit massif au sud de la Vallée du Dadès, s'étendant d'Ouest en Est le long de la
vallée, approximativement de Skoura à Tinerhir sur 120 Km environ.
Séparé du Siroua par la trouée du Drâa, bordé au nord par la large vallée du Dadès, confinant au Sahara
vers le sud, le Sarho, moins arrosé que le Siroua a un aspect plus sauvage et tourmenté. Son charme
particulier tient à la variété de ses paysages dus essentiellement à une géologie exceptionnelle. Le relief
très tourmenté est constitué de plateaux immenses et déchiquetés, de hautes falaises et de profondes
gorges, de chicots et de culots effilés, de pitons abrupts, de tours, d’escarpements tabulaires – au milieu
desquels circulent des caravanes de chameaux – et de gorges, souvent sèches, mais agrémentées de
buissons de buis, et de monolithes en conglomérats.
A deux journées de marche à l’ouest du Drâa, surgissant du reg, ce volcan est un lieu de légendes et de
croyances populaires. Comme par un coup de baguette magique, le désert de pierre se change en un
vallon verdoyant, moucheté d’amandiers en fleurs. Le long du torrent bienfaiteur, une haie de bouleaux
argentés, droits comme des oriflammes

Hommes et Montagnes
10 boulevard Gambetta, B.P. 122
38001 GRENOBLE Cedex 1 - Tél. : 04 38 86 69 19 – Fax : 04 76 19 07 11
E-mail : contact@hommes-et-montagnes.fr http://www.hommes-et-montagnes.fr
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
HOMMES et MONTAGNES. SARL au capital de 105 520 €.- Siret 419 039 813 000 11. RCS Grenoble. - APE 633 Z. Garantie financière : A.P.S. - 15 rue Carnot - 75017 PARIS.
RCP : GENERALI France. 5, rue de Londres. 75009 PARIS. Police 51 503 511 C.N°TVA FR 33419039813.Licence : Li. 038 010004
Le Jbel Sarho est le lieu de nomadisation de la tribu Aït Atta dont les bergers vont l'été dans le Haut-Atlas
avec leurs troupeaux. On y rencontre peu de gros villages, mais des bergeries ou des fermes isolées qui
ont chacune leur puits bien aménagé, de vastes pâturages où se courbent de hautes herbes, des champs
minuscules dans les méandres limoneux des oueds, des amandiers qui mettent au printemps une touche
de lumière, des champs d'orge en labour à l'automne...

ITINERAIRE
Le Sarho étonne par la richesse de ses lumières, déjà limpides comme celle du Sahara tout proche. Il
règne ici sur les paysages, la douceur légère que l’on connaît dans la vallée du Dadès, faite de sensibilités
subtiles et de demi-teintes, mais faite aussi de cette ardeur qui avive et exacerbe l’horizon comme souvent
en montagne lorsqu’on monte près du ciel. Le djebel Sarho offre le plaisir de randonner paisiblement en
compagnie de la caravane des mulets, comme celui d’explorer des gorges et des falaises enchevêtrées,
ou de vagabonder sur des sommets et des crêtes lointaines. Au Sarho, lorsqu'on monte sur un plateau,
l’horizon lunaire est si vaste de toute part, que naît l’envie d'aller partout à la fois pour voir si, ailleurs, c’est
aussi beau…

Les étapes sont données à titre indicatif et peuvent subir des modifications par rapport au descriptif car
elles restent fonction de la saison et de la longueur des jours, des conditions climatiques des pâturages,
des points d'eau et de la forme physique du groupe lui-même.
5 à 7 heures de marche par jour sont prévues, sur des sentiers muletiers, à travers des alpages ou en
terrain caillouteux. Les détours et ascensions sont toujours facultatifs.
Les bagages sont transportés par les mulets et les participants n'ont eux-mêmes à porter dans leur sac à
dos que les effets indispensables pour la journée (gourde, veste, vivres de marche et parfois pique nique).

Jour 1 – FRANCE Æ OUARZAZATE


Départ de France pour Ouarzazate (parfois Marrakech), généralement via Casa. Accueil, transfert et
installation à l’hôtel. Le repas (selon horaire aérien) est à votre charge.

Jour 2 –OUARZAZATE Æ TAGDILTE 1650 m


Par la route du Tizi n-Tichka (2260 m), nous gagnons le versant sud du Haut Atlas et la ville de
Ouarzazate. Le long du Lac Mansour Eddahbin, nous continuons entre les deux massifs du Haut Atlas et
du Saghro. Arrivée au village de Tagdilte au pied du Djebel Saghro. Nuit en gîte d’étape.

Jour 3 – TAGDILTE Æ ALMOU N-OUGHIOUL 2100 m


Notre équipe de muletiers, de la tribu des Aït Atta, nous attendent le matin. Nous commençons notre
traversée du massif du Saghro, vers le campement des Almou n-Oughioul. Bivouac. Env. 5 h de marche.

Jour 4 – ALMOU N-OUGHIOUL Æ IGLI


Nous montons et franchissons le col de Tizi n’Ouargue à 2550 m. Passage au col de Kouaouch (2600 m),
nous apercevons plusieurs petites maisons et tentes de semi-nomades. Nous rejoignons le campement à
Igli. Bivouac. Env. 6h de marche.

Jour 5 – IGLI Æ BAB N’ALI 1450 m


Une très belle étape ! Par un petit col, nous traversons le fascinant et mystique plateau de Taggourt à 1800
m d’altitude qui domine des formations superbes de rochers (forêt de pitons, tête du chameau,
l'éléphant…), Bivouac près des pitons imposants de Bab n'Ali. Env. 5 h de marche.

Jour 6 – BAB N’ALI Æ HANNEDOUR 1150 m


Par la vallée de Taoudachte, à travers plusieurs villages et oasis et après une petite montée, nous arrivons
à l’oasis de Hannedour. Bivouac. Env. 5 heures de marche.

Jour 7 – HANNEDOUR Æ OUARZAZATE


Après avoir dit au revoir à nos compagnons berbères, nous reprenons la route pour Ouarzazate via Nkob,
la vallée du Drâa, le col Tizi n’Tinififft. A certaines dates nous pouvons devoir rentrer sur Marrakech via tizi

MAR 04 – Djebel Sarho Page 2 sur 8 Hommes et Montagnes 2008


n'Tichka (2260 m). Dans ce cas, pique nique durant le trajet et arrivée à Marrakech dans l'après-midi.
Installation à l'hôtel et fin de journée libre.
Hôtel (nuit et petit déjeuner). Repas du soir à la charge des participants.

Jour 8 – RETOUR EN FRANCE


Dans la journée, transfert à l'aéroport et retour en France, généralement via Casa. Le repas de midi, s'il y a
lieu (selon horaire aérien), est à votre charge.
Les horaires exacts des vols seront communiqués ultérieurement.

Cartes
Carte Michelin N° 743 au 1/1 000 000ème (carte générale du Maroc).
Direction de la Conservation Foncière et des Travaux Topographiques du Maroc.
Feuilles au 1/100 000ème : Qalaat Mgouna, Agdz, Boumalne, Tazzarine.

Le guide, les muletiers et les mulets


Guides et muletiers sont des Berbères de religion musulmane qui vivent dans les vallées du Haut Atlas. Le
guide parle français ; les muletiers parlent quelques mots de français mais pour converser avec eux, il
vous faudra apprendre les quelques rudiments du dialecte berbère ! On aime rire, plaisanter, chanter et
danser !
Les mulets portent les bagages. Ils ont le pied incroyablement sûr, même sur des sentiers et des pentes
abruptes. Il n’est pas prévu de faire un bout de piste à dos de mulet, sauf peut-être en fin de parcours
quand les bêtes sont moins chargées, en cas de fatigue et de maladie.

La tribu des Aït Atta est une confédération qui comptait environ 135 000 individus en 1969 (D.Hart)
disséminés dans diverses régions : Sarho, Tafilalet, Todra, Ziz et Dadès.
Les Aït Atta se seraient organisés au XVIe siècle pour résister aux Arabes qui avaient envahi le Sud
Marocain. Leur principal point d'attache est le Jbel Sarho. Ils avaient comme ancêtre Dadda Atta, disciple
de Moulay Abdallah ben Hocein, marabout fondateur de la Zaouia de Tamesluth, près de Marrakech.
Dada Atta serait originaire du Sarho et enterré à Taqqat n'Ilektawen (Haut Dadès).
« Dadda avait 40 fils qui se marièrent tous le même jour ; durant les festivités de la noce, un berger des Aït
Siddrat prit les fusils des époux et remplit d'eau leurs canons puis se rendit chez les contribuables, les
invitant à attaquer les Aït Atta. Les fils de Dadda Atta ne purent se défendre et furent tous massacrés. Mais
comme ils avaient déjà passé deux nuits avec leurs épouses, le temps venu, les veuves mirent au monde
39 fils et une fille. Dadda Atta vécut assez longtemps pour assister à la vengeance de ses petits-enfants
qui chassèrent les Aït Siddrat jusqu'au Tizi n'Illaz dans le Haut-Atlas Central ».
Cette légende reflète bien la progression des Aït Atta, à partir du Sarho vers le nord, mais celle-ci se fit
aussi dans d'autres directions de part et d'autre du massif qui fut toujours considéré comme leur foyer
principal".
« La plus grande partie de leur territoire est acquise par droit de conquête ; le foyer ancestral est le massif
rocheux et austère du Jbel Sarho. Ce fut non seulement leur terre d'origine mais aussi le théâtre de leur
dernière résistance aux forces françaises, lorsqu'ils menèrent les rudes combats du Bou Gafer en 1933 ».
« Cette dispersion extrême s'explique par le genre de vie traditionnel fondé sur le nomadisme pastoral. La
plupart des Aït Atta étaient et restent des éleveurs transhumants. Leur expansion vers le nord fut
certainement motivée par la recherche constante de nouveaux pâturages pour leurs moutons. (...) La
transhumance impliquait cependant des résidences permanentes et une activité saisonnière agricole, de
médiocre qualité et limitée aux fonds des vallées. Elle impliquait bien évidemment deux mouvements
annuels : la montée vers l'alpage du Haut-Atlas Central au printemps et le retour dans les vallées
méridionales au début de l'automne, avant les pluies et la neige. Pendant l'été, les bergers vivent sous la
tente en poils de chèvre ».
« L'industrie est des plus réduites : les femmes tissent les parois des tentes en poils de chèvre et de
chameau et certaines pièces de vêtement en laine. Ces djellabas de couleur brune ont fait surnommer les
Aït Atta, "izan", les mouches. Les femmes, comme toutes celles des groupes berbères du sud marocain
portent la handira, pièce de laine tissée de forme rectangulaire et dont la décoration, propre à chaque
groupe est faite, chez les Aït Atta, d'une succession de rayures noires, blanches et rouges. Les femmes Aït
Atta portent les habituels bijoux en argent et colliers d'ambre ; en revanche chaque fraction se singularise
par une coiffure différente, dont l'armature est parfois constituée par du bois de tamaris ».
Ces citations sont tirées de l'Encyclopédie Berbère, Tome VII (Unesco).

MAR 04 – Djebel Sarho Page 3 sur 8 Hommes et Montagnes 2008


Géologie
Le Jbel Sarho est le principal massif anti atlassique nord-oriental. Il est constitué de terrains très anciens
(cambriens et précambriens surtout) appartenant au socle primitif du bouclier saharien. Il a été soumis à
l’orogenèse calédono-hercynienne et à un volcanisme intense au Précambrien notamment.
On y trouve essentiellement des grès et des schistes avec des séries volcano-détritiques (tufs, laves,
brèches andésitiques, ryolithes et ignimbrites) recouvertes par des séries calcaires anciennes (Dévonien).
Les roches volcaniques s'y présentent en filons ou en couches recoupant les terrains antérieurs.
Au nord, face au Haut-Atlas Central, et le long du sillon Dadès-Todra, le Sarho est caractérisé par un
régime de failles et de cassures. Au sud, il est caractérisé par un régime de plate-forme. C'est ce qui
explique que son démantèlement par les agents atmosphériques si agressifs en climat pré-saharien ait,
dans toute la bordure septentrionale notamment, donné ce relief particulièrement tourmenté et ruiniforme
où l'érosion a dégagé dykes et culots volcaniques, ou taillé dans ces amas de brèches détritiques, des
reliefs singuliers qui ajoutent au caractère insolite du paysage.

Historique
Le Jbel Sarho fut le dernier bastion-refuge des rudes Aït Atta si opposés à l'autorité de l'Empire Chérifien. Il
fut réduit en 1934 seulement. Les opérations de pacification furent conduites par le Capitaine De
Bournazel aidé de ses goumiers et méharistes.

Climat
La position géographique et le climat de ce massif pré saharien d'altitude peu élevée (culminant à 2712 m)
favorise les randonnées durant l'automne, l'hiver et le début du printemps. En dehors de ces époques, il
peut y faire très chaud. L’altitude du Sarho tempère donc le climat saharien. Il peut y faire froid en plein
hiver et, en cas de précipitations, il n’est pas rare que la neige recouvre les plus hauts sommets.

RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

1/ FORMALITES
Passeport en cours de validité ou pour les ressortissants de nationalité française carte nationale
d’identité accompagnée d’une attestation que nous vous remettrons à votre demande. Les enfants
voyageant avec leurs parents doivent avoir propre leur pièce d’identité.

Ressortissants étrangers : passeport obligatoire.


Renseignements auprès du consulat marocain dont vous dépendez en précisant que vous partez d’une
ville française.

2/ SANTE ET FORME PHYSIQUE


Nous vous rappelons que vous devez être en parfaite santé. Pour ces voyages, nous insistons sur la
difficulté à obtenir du secours pour une évacuation d'extrême urgence : les liaisons radio sont inexistantes
et les centres de soin sont très souvent éloignés. En cas de besoin, nous possédons une pharmacie de
première urgence. Prévoyez néanmoins une petite pharmacie personnelle (cf. liste de matériel individuel).

Pour entrer au Maroc aucune vaccination n’est obligatoire. Comme pour la plupart des voyages que nous
organisons, nous vous conseillons d’être à jour des vaccins ordinaires (diphtérie, tétanos et polio).

3/ LA RANDONNEE CHAMELIERE
C'est une randonnée à pied avec portage des bagages par chameaux de bât.
Les étapes sont de 5h à 7h de marche par jour, suivant le circuit que vous avez choisi.
Voici comment se déroule, en principe, une journée de randonnée muletière ou chamelière :
Réveil avec le lever du jour, puis petit déjeuner. Bouclage des sacs et préparation des charges. Pendant
que les chameliers s'occupent de charger les bêtes, nous nous mettons en route avec l’accompagnateur.
Les participants marchent à pied, les bagages étant transportés par des chameaux de bât. Vous n'avez à
porter dans votre sac à dos que les effets indispensables pour la journée (chandail, chapeau de soleil,
lunettes, crèmes solaires, gourdes), ainsi que quelques vivres de marche. Halte de midi entre 11h et 12h.

MAR 04 – Djebel Sarho Page 4 sur 8 Hommes et Montagnes 2008


Repas froid. Après le déjeuner et un petit temps de repos, départ pour l'étape de l'après-midi. Arrivée à
l'emplacement du bivouac entre 16h et 17h.
Un ou deux chameaux de secours sont prévus en cas de fatigue, malaise ou maladie, et ne seront
employés que dans ces cas. Si vous êtes en forme, vous ne devez pas compter faire une partie des
étapes à chameau.

4/ LES DEPLACEMENTS EN AVION ET EN VOITURE


Avion : Vols réguliers (Royal Air Maroc) ou vols charters. Dans ce cas, les horaires exacts nous sont remis
au plus tôt 8 jours avant le départ.
Dans un cas comme dans l’autre, les horaires seront communiqués ultérieurement, avec votre dernier
dossier de voyage.

Voiture : certains voyages, ou à certaines dates, partent de Marrakech. Les secteurs d'où nous partons en
randonnée, peuvent être distants de plus de 300 km de Marrakech. La route franchit l'Atlas par le Tizi
n'Tichka (2250 m). Franchir ce col en hiver n'est pas toujours aisé à cause de l'éventuelle présence de
neige. Bien que le col soit ouvert toute l'année, son franchissement peut entraîner un retard dans notre
programme, parfois une modification éventuelle de la randonnée.

5/ L'HEBERGEMENT
Le nom de votre hôtel et ses coordonnées (adresses et téléphones) vous seront communiqués dans le
dernier dossier de voyage.
Les chambres sont toujours prévues pour 2 personnes (exceptionnellement 3 personnes).
Si vous désirez une chambre individuelle, il faut nous en avertir dès l'inscription. Un supplément vous sera
demandé. Néanmoins, nous tenons à vous informer qu'il n'est pas toujours possible d'obtenir une
"chambre single", et notamment en période de grande affluence.

6/ NOS PRIX COMPRENNENT


Le vol aller - retour
Les déplacements selon le programme
La pension complète durant tout le séjour
Les services d’un accompagnateur marocain de l’équipe d’Hommes et Montagnes
Une pharmacie de première urgence
Les taxes aériennes et de sécurité

7/ NOS PRIX NE COMPRENNENT PAS


L'assurance "Annulation", "Rapatriement" et "Risques de voyage", facturée selon les options choisies lors
de l’inscription
Tous les repas à l'hôtel à Marrakech, Ouarzazate et à Fez sont à votre charge. Cette formule permet
plus de liberté et d'indépendance dans l'utilisation de votre temps libre.
Vos frais personnels : toutes les boissons durant les repas au restaurant, à l'hôtel (eau comprise) à
Marrakech, Ouarzazate ou à Fez.
Les transferts aéroport-hôtel-aéroport lorsque vous avez choisi de voyager à des dates différentes de
celles du groupe (départ anticipé, ou retour différé).
Tous les frais entraînés par un éventuel séjour prolongé indépendant de notre volonté en dehors du
programme prévu (hôtellerie, repas et transferts supplémentaires, etc.).

8/ CHANGE ET ARGENT PERSONNEL


Le Dirham marocain est la monnaie locale.. Le change peut se faire dans les aéroports si l’arrivée n’est
pas trop tardive ou bien dans les hôtels à Marrakech.
Il est toujours difficile de vous conseiller une somme pour votre argent de poche, car tout dépend bien sûr
de vos projets d'achats et du cours du Dirham. Nous vous suggérons d’emporter avec vous un minimum
de 60 € par personne. La carte bleue est acceptée dans les banques à Marrakech durant la semaine,
excepté le week-end. Dans les grandes villes certains commerçants acceptent les cartes de crédit. Les
chèques de voyage ne sont pas toujours acceptés et il vaut mieux prévoir un complément en espèces. Il
est interdit de quitter le territoire marocain avec des Dirhams et vous devez donc rechanger les Dirhams en
trop avant votre départ du Maroc. A chaque opération de change, vous devez demander un certificat de
change car il sera exigé si vous désiriez rechanger des Dirhams en quittant le Maroc.
MAR 04 – Djebel Sarho Page 5 sur 8 Hommes et Montagnes 2008
9/ LE CLIMAT, LES NUITS, LES BIVOUACS
Le Maroc présaharien et saharien a un climat désertique sec. Néanmoins, il est plus humide que le
climat du sud-Sahara car la présence de la mer atténue les écarts de température, tempère les saisons et
accroît l’humidité de l’air.
Il est difficile de donner des précisions sur les températures d'une saison car elles dépendent vite d'un
nuage devant le soleil comme de l'altitude, de l'humidité et du vent. La température peut être négative la
nuit entre décembre et février, mais il fait bon en journée, si le vent n’est pas important.
Nuits sous tentes (2 ou 3 personnes, et/ou tente collective).

10/ HALTE DANS LES MAISONS


Il peut nous arriver de faire halte dans une maison uo un campement. Nous y sommes chaleureusement
accueillis, selon la légendaire loi d'hospitalité marocaine. Nous insistons sur le fait que notre passage doit
être pour notre hôte une occasion de plaisir. Nous devons agir chez lui comme nous aimons que nos
propres invités se conduisent chez nous. Gentillesse, tact, discrétion, politesse, savoir-vivre...

11/ L’EAU, LA BOISSON ET LA TOILETTE


Nous vous demandons d'agir toujours avec économie car elle nécessite souvent de la part des chameliers
beaucoup de peine et de travail. Plusieurs étapes étant démunies de points d'eau, nous sommes obligés
de remplir des outres et de les transporter sur les chameaux.
La boisson : nous buvons l'eau que nous offre le pays et nous devons prendre quelques précautions car
bien que claire elle peut contenir des parasites. Il faut donc la désinfecter très soigneusement avec des
pastilles de chlore (cf. "Liste de matériel individuel").
La toilette : peu d'eau est nécessaire pour un semblant de toilette... Prévoir un savon, une serviette et une
petite cuvette, pour une toilette rapide lors d'un passage à un point d'eau. Mais cela est exceptionnel et
n'arrive que lorsque les oueds ont coulé.

La déshydratation : A ces latitudes basses l’exposition à une forte insolation, même si la température
n’est pas particulièrement élevée peut provoquer la déshydratation ou un coup de chaleur plus ou moins
grave. Il n’y a souvent pas de signe avant-coureur et la gêne peut fortement nuire au bon déroulement du
séjour, tant pour soi que pour les autres. La prévention est essentielle ; la règle est simple : avoir le
minimum de peau exposée au soleil, garder la tête couverte, boire suffisamment. La protection des yeux
ne doit pas être oubliée. Lorsque la chaleur devient importante, il est important d’apprendre à distinguer la
pépie de la soif. La bouche sèche n’est pas forcément synonyme d’un besoin physiologique d’eau. Si on
est attentif, on se rend compte que l’organisme s’adapte et les réflexes de comportements changent ; le
besoin de boire diminue. Un excès de consommation d’eau, comme le manque, amènent des
dysfonctionnements.

12/ LA NOURRITURE ET LES REPAS


Il n'est pas toujours aisé de transporter des vivres frais pour un groupe important et nous faisons au mieux
pour vous offrir des menus copieux et variés.
Petit déjeuner : thé noir, Nescafé, chocolat, lait, céréales, confiture, beurre, pain, biscuits.
Repas de midi : salades composées, poisson en conserve, fromage (type Vache qui rit), fruits.
Repas du soir : potage, riz, pâtes, couscous, tajines (ragoûts de légumes avec ou sans viande). Et bien
sûr, les fameux thé et pain berbères.
Desserts : fruits frais, fruits au sirop, compotes, crèmes au chocolat, fruits secs, et tisane tous les soirs.
Vivres de marche : fruits secs, amandes, raisins, chocolats, biscuits, etc.

13/ UN PEU D'ECOLOGIE.


L'équilibre écologique des régions désertiques est précaire et la dégradation des ordures est quasi nulle.
Chaque visiteur est responsable de la propreté et de l'état des sites qu'il traverse et où il bivouaque. Ainsi
faut-il s’appliquer à laisser le paysage aussi vierge que l’on a eu le plaisir de le découvrir. Chacun doit donc
se munir d’un briquet ou d’une boîte d’allumettes pour brûler papier toilette, lingettes (vérifiez qu’il soit bien
consumé car ce n’est pas toujours facile).
Les reliefs de cuisine profiteront toujours aux insectes ou petits mammifères. Les autres déchets doivent
être brûlés, avec un peu de bois, puis il faut récupérer le métal, le verre et l’aluminium, les stocker et les

MAR 04 – Djebel Sarho Page 6 sur 8 Hommes et Montagnes 2008


rapporter en ville. L’expérience montre que l’on ne peut pas confier cette tâche, et qu’il faut absolument
s’en charger soi-même. Il ne faut jamais rien mettre dans le feu, hormis le bois, lorsque les chameliers sont
autour ou qu’ils vont profiter de ce feu pour faire une galette. Nous vous rappelons aussi que, dans toutes
les régions du Sahara, on ne jette jamais un noyau de datte dans le feu.

14 / PARTICIPATION
Il nous semble naturel que chacun participe au travail de la caravane. La cohabitation avec nos
compagnons, guide et chameliers, doit être empreinte de cet échange qui donne au voyage sa valeur.
Chacun peut donner à sa mesure dans les maintes tâches quotidiennes : le matin, faire les charges,
charger les chameaux, et le soir, les décharger, défaire les charges, placer les bagages collectifs de
l'intendance pour le bivouac... Le coup de main peut aussi être apprécié pour le ramassage du bois pour le
feu, l'épluchage des légumes pour les repas, la vaisselle...

15/ VOUS, VOTRE APPAREIL PHOTO ET LA POPULATION


La tentation est toujours grande de fixer sur la pellicule les personnes rencontrées ; et bien souvent ce
désir est d’autant plus fort que la rencontre est brève. Or ce devrait être le contraire. Il est plus acceptable,
pour l’autochtone de se faire photographier par l’étranger s’il y a eu un réel échange. La moindre des
choses est de demander l’autorisation, et si on vous la refuse, n'insistez pas. On parle parfois de photo
volée, faite à la volée. Mieux vaut emprunter, et pouvoir rendre, donc envoyer un tirage. Ce qui est souvent
promis, et pas toujours tenu. Et puis comment faire parvenir un cliché si on ne prend pas le temps de
relever l’adresse des personnes ? Même les nomades ont le moyen de recevoir du courrier, par
l’intermédiaire de la boite postale d’un ami ou d’un proche.
Il faut prévoir une excellente protection pour vos appareils, ainsi que pour vos pellicules (sacs en plastique
résistant).

16/ CADEAUX
Si vous désirez témoigner satisfaction et reconnaissance à vos compagnons de voyage (guide et
chameliers), sachez qu'ils seront comme vous sensibles à toute preuve ou marque d'amitié, mais sachez
aussi qu'ici, davantage que chez nous, la façon de donner vaut mieux que ce que l'on donne.

MAR 04 – Djebel Sarho Page 7 sur 8 Hommes et Montagnes 2008


LISTE DE MATERIEL INDIVIDUEL
Cette liste a été établie pour TOUTE LA SAISON, d'octobre à avril. Suivant la période, il se peut que vous n'ayez pas besoin de la veste en duvet ou
que vous n'utilisiez pas le maillot de bain...

DOCUMENTS DE VOYAGE -------------------------------- CHAUSSURES ------------------------------------------------


• Passeport en cours de validité Impératif : testez vos chaussures avant le départ !
OU carte nationale d’Identité (pour les ressortissants * Une paire de chaussures montantes, légères du
français uniquement) + voucher. type trekking" pour avoir la cheville tenue.
• Billet d’avion (ou convocation aérienne) * Les sandales sont agréables pour la marche.
• Votre contrat d’assurance Certaines sont robustes et permettent même de
• Carte de groupe sanguin, si possible. longues randonnées (type TEVA).

SACS ------------------------------------------------------------- DIVERS ----------------------------------------------------------


* Votre matériel doit être contenu dans un grand * Lunettes de soleil à verres filtrants et protections
sac de voyage à ouverture latérale (fermeture-éclair) latérales. Obligatoires.
qui est arrimé sur le toit des voitures ou sur les * 2 gourdes de 1 litre ou 1 d’un litre et demi.
chameaux de bât durant le voyage. Le sac plein ne * Couteau de poche (pas d'autres couverts), à mettre
doit pas excéder 15 Kg. A défaut, un sac marin ou un dans le sac de soute durant le voyage aérien.
grand sac à dos sans armature métallique fait l'affaire. * Objets de toilette peu encombrants et légers, dont
Il est préférable de n'avoir qu'un seul grand sac, plutôt une petite cuvette pour la toilette.
que deux petits. * Crèmes solaires (lèvres et peau) et crème anti-
* Un petit sac à dos pour les vêtements et le matériel moustiques (automne et printemps).
utiles dans la journée (chandail, gourde, vêtement de * Serviettes rafraîchissantes humidifiées (type
pluie, crèmes solaires, casse-croûte individuel et/ou "calinette" pour la toilette des bébés).
collectif). * Papier hygiénique et boîte d'allumettes (pour
brûler celui-ci).
* Lampe frontale (piles et ampoules de rechange). *
COUCHAGE ET VETEMENTS ---------------------------- * 2 grands sacs "poubelle" pour protéger vos
* Sac de couchage très chaud (type "sarcophage") + affaires dans le sac (vent de sable ou pluie).
un drap léger pour vous protéger d'un éventuel vent
de sable.
* Sur-sac de couchage : utile mais non obligatoire, PHARMACIE PERSONNELLE ------------------------------
c'est une protection supplémentaire contre le froid, le Nous possédons une pharmacie de première urgence
vent de sable, la rosée ou une courte averse complète mais il est nécessaire de vous munir au
* Veste en duvet ou fourrure polaire. Recommandée minimum de ces quelques produits : Tricostéril,
en automne et en hiver. pansements, bande Elastoplaste 6cm, compresses,
* Chandail épais. aspirine, collyre, anti-diarrhéique (Smecta, Tiorfan et
* Anorak ou coupe-vent parfaitement imperméable. Noroxine ou Ciflox), antalgique, désinfectant, biafine,
* Cape ou poncho de pluie (pensez au cas où vous pastilles désinfectantes pour l'eau de boisson
auriez à marcher sous la pluie). Toutes saisons. (Hydroclonazone, Aquatabs ou Micropure forte), un
* 2 pantalons de toile légère, suffisamment larges antibiotique type Augmentin ou Clamoxyl.
pour ne pas gêner les mouvements. Gel antibactérien.
(Nous recommandons les pantalons longs et un peu Pour prévenir ou soigner des ampoules, pensez aux
bouffants à la cheville qui sont les meilleures pansements de type « Compeed ».
préventions et protections contre les piqûres MATERIEL COLLECTIF PREVU PAR L'ORGANISATEUR
d'insectes et les morsures de vipères). * Tentes (2 personnes) disponibles.
* Chemises à manches longues (coups de soleil) et * Tente cuisine
Tee Shirts. * Tente Mess
* Survêtement ou jogging pouvant servir de pyjama. * Tente WC
* Sous-vêtements et mouchoirs. * Bâches pour abriter le matériel.
* Gants (froid et coups de soleil). * Matelas confortables, en mousse, avec housses de
* Casquette, foulard ou chapeau de soleil (toile ou protection, tapis de sol et couvertures.
paille). Chèche (turban) pour protection contre le soleil, * Pharmacie de première urgence.
le vent, le froid et le sable... * Matériel et batterie de cuisine (couverts compris).
* Chaussettes (plusieurs paires). * Jerrycans et outres pour le transport de l'eau.
* Maillot de bain. * Sacs de conditionnement imperméables H.M. pour le
transport de la nourriture et du matériel collectif.

MAR 04 – Djebel Sarho Page 8 sur 8 Hommes et Montagnes 2008

Centres d'intérêt liés