Vous êtes sur la page 1sur 11

BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.

org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

Cours : Introduction

Introduction
Vous avez essayé de comprendre l'année dernière, en classe de première, comment fonctionnaient
l'économie et la société françaises. Cette année, la perspective change : d'une part, notre réflexion ne se
limitera pas à la France, même si cela restera souvent notre premier exemple, d'autre part l'accent sera
mis sur la dynamique, c'est-à -dire que nous essayerons de comprendre comment se font les
changements, tant économiques que sociaux au cours du temps.
Nous ne pouvons conduire cette étude sans utiliser des outils d'analyse qui ont été présentés en classe de
première. Certes, nous serons parfois amenés à les définir à nouveau mais il serait tout à fait judicieux
que vous commenciez par les revoir. Entre autres, nous utiliserons beaucoup cette année les instruments
de la Comptabilité nationale et les concepts de base de la sociologie (culture, classes sociales, catégories
socio-professionnelles).
Quand on regarde le monde et son histoire depuis deux siècles, ce qui frappe, c'est l'ampleur des
changements que l'on peut observer : le niveau de vie semble s'être considérablement élevé, les conditions
de vie se sont transformées. On a même l'impression que ces changements vont de plus en plus vite : il n'y
a certes rien de comparable entre les conditions de vie d'avant la seconde guerre mondiale et celles
d'aujourd'hui, mais c'est vrai sans remonter si loin : quelle différence, par exemple, entre les conditions
d'installation d'un jeune quittant sa famille aujourd'hui et celles qui existaient au début des années 70, où la
douche et le téléphone étaient considérés comme le luxe absolu ! Il n'empêche que ces changements
positifs, qui nous semblent évidents parce que nous les vivons, ne sont pas partagés par tous dans le
monde, ni même par tous dans les pays riches. Ce sont donc ces deux questions que nous aborderons dans
cette introduction : en quoi peut-on parler de croissance, de développement, de changement social
d'une part, et, d'autre part, ces changements ne se sont-ils pas accompagnés de différences et
d'inégalités de réalisation entre les pays et au cours du temps ? Cependant, avant de commencer cette
présentation, il est nécessaire de rappeler en quoi consiste le cadre de ces changements.
Nos sociétés sont d'abord des économies de marché, c'est-à -dire que les actions des différents
intervenants sont rendues cohérentes grâce au marché par le système des prix. Cela signifie qu'existe la
liberté d'entreprendre et de contracter. Cela ne signifie pas que l'Etat n'a pas à intervenir. Le marché,
comme vous l'avez vu en première, ne peut pas fonctionner sans être organisé et sans un contrôle du
respect des règles. L'Etat a aussi d'autres raisons d'intervenir dans une économie de marché. Il n'en reste
pas moins que le fonctionnement de l'économie reste essentiellement déterminé par le marché.
Nos sociétés sont d'autre part des sociétés qui sont marquées par la montée de l'individualisme : les
sociétés modernes laissent une place grandissante à l'individu, la conscience collective pesant de moins en
moins lourd sur la conscience individuelle. L'individu peut donc affirmer des choix et adopter des
comportements qui le différencient par rapport aux autres. Les normes et les valeurs vont donc pouvoir se
transformer plus rapidement qu'avant. Nous reviendrons sur ces transformations plus loin.

1 - Croissance, développement, changement social, de quoi


parle-t-on ?
Avant de nous lancer dans la présentation des liens entre ces trois notions, il est nécessaire de les définir.

1.1 - Comment définir ces termes ?


Etudions successivement ces trois notions.

Page 1/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

1.1.1 - La croissance économique


De manière très simple, on peut dire que la croissance économique est l'accroissement sur une longue
période des quantités de biens et services produits dans un pays.
Cette quantité de biens et services est mesurée chaque année : on utilise en général pour cela un indicateur
que vous connaissez bien, le PIB (produit intérieur brut), c'est-à -dire, schématiquement, la somme des
valeurs ajoutées. Quand on le peut, on prend en compte la croissance du PIB par habitant qui est bien
plus significative que celle du PIB global.
[N'hésitez pas à aller voir la notion "valeur ajoutée " dans le chapitre 1 si vous avez besoin de réviser le
programme de première. Vous trouverez en bas de cette page des activités vous permettant de vérifier ce
que vous savez ou ne savez pas...]
Pour pouvoir comparer la valeur du PIB d'une année sur l'autre et voir si elle augmente, il est nécessaire
d'enlever les effets de l'inflation sur la mesure du PIB, c'est-à -dire de le calculer à prix constants. En
effet, comme le PIB est calculé en utilisant les prix des produits, si ce prix augmente, on peut croire que le
PIB augmente alors que ce n'est pas vrai réellement.
Le plus souvent, la croissance économique est donc mesurée par le taux de croissance annuel du PIB
réel (c'est-à -dire corrigé de l'inflation).
Remarquons que les économistes parlent tellement souvent de la croissance économique qu'ils en viennent
à ne plus parler que de " la croissance " et tout le monde comprend qu'ils veulent parler de la croissance
économique !
Enfin, signalons que nous ne nous interrogeons pas ici sur la validité de la mesure de la croissance et sur
l'intérêt de la notion elle-même. Nous reviendrons sur ces points, essentiels, dans le chapitre 1. Vous pouvez
(et devez !) également vous reporter aux notions du chapitre 1 : vous trouverez en particulier dans la notion "
PIB " un rappel de définition et des développements sur les problèmes posés par sa mesure, ce qui est très
important ici puisque c'est l'augmentation du PIB (ou du PIB par habitant) qui est retenue comme indicateur
de la croissance économique.

1.1.2 - Le développement
Pour définir le développement, citons François PERROUX, un grand économiste français du 20ème siècle :
" le développement est la combinaison des changements sociaux et mentaux d'une population qui la rendent
apte à faire croître cumulativement et durablement, son produit réel global " (in L'économie du XXè siècle,
PUG, 1991). Autrement dit, le développement, c'est l'ensemble des changements sociaux et culturels
qui rendent possible l'accroissement des quantités produites sur le long terme (c'est-à -dire la
croissance économique).
Le développement est donc une notion moins quantifiable que la croissance économique. Parler de
développement, c'est se poser des questions sur ce que l'on fait des richesses produites grâce à la
croissance : la santé de la population s'accroît-elle, par exemple (ce qui permettra à long terme d'avoir une
main d'œuvre plus productive, ce qui contribuera à renforcer la croissance) ? Mesurer le développement
est donc difficile. L'ONU a donc construit des indicateurs plus qualitatifs, au premier rang desquels l'I.D.H.
(indicateur de développement humain). : il s'agit d'un indicateur synthétique qui prend en compte le niveau
de vie (mesuré par le P.I.B. réel par habitant), la durée de vie (mesurée par l'espérance de vie à la
naissance), le niveau de scolarisation (mesuré par 2 indicateurs : le taux brut de scolarisation des jeunes et
le taux d'alphabétisation des adultes de plus de 15 ans). On peut citer également l'I.P.H. (indicateur de
pauvreté humaine), qui intègre davantage d'éléments que l'I.D.H. (accès à l'eau potable, part des enfants de
5 ans victimes de malnutrition, etc).
[N'oubliez pas d'aller consulter la notion "I.D.H ." dans les notions du chapitre 1. Vous y trouverez bien
davantage de précisions].

1.1.3 - Le changement social


On parle de changement social pour désigner la transformation durable de l'organisation sociale et

Page 2/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

de la culture (normes et valeurs, par exemple) d'une société. G.Rocher, dans Introduction à la
sociologie générale (tome 3, le changement social, Le Seuil, 1986), définit le changement social comme
"étant toute transformation observable dans le temps, qui affecte d'une manière qui ne soit pas provisoire ou
éphémère, la structure ou le fonctionnement de l'organisation sociale d'une collectivité donnée et modifie le
cours de son histoire".
Soulignons l'importance de l'aspect collectif du changement social : quand quelques couples ont des
enfants sans être mariés, il s'agit d'exceptions sans grande signification ; quand la proportion des enfants
nés hors mariage progresse pour atteindre les deux tiers des premières naissances (le premier enfant de
chaque femme), ce qui est le cas en France aujourd'hui, c'est l'indicateur d'un réel changement social par
exemple.
Dans les deux derniers siècles, le changement social a été d'importance : transformation de la
stratification sociale (organisation de la société en groupe sociaux hiérarchisés), urbanisation,
bouleversement des valeurs (pensez, par exemple, à la transformation des croyances religieuses),
émancipation des femmes, et on pourrait ajouter bien d'autres exemples.
Le programme de la classe de terminale porte comme titre "croissance, changement social et
développement". Maintenant que vous savez à peu près ce que désigent ces trois termes, nous devons
présenter leurs liens et les questions qui sont posées par leurs relations: ce sont ces questions qui vont nous
intéresser tout au long de l'année.

1.2 - Ces notions sont liées les unes aux autres.


Nous allons d'abord présenter les liens entre croissance économique et développement, puis nous
montrerons à quel point les changements économiques et les changements sociaux sont interdépendants.

1.2.1 - Les liens entre croissance et développement : du quantitatif au qualitatif.


Les deux termes ne sont évidemment pas équivalents. Avec " croissance économique ", nous sommes
dans le quantitatif, on mesure ce que les hommes ont réussi à produire au cours d'une année et on observe
l'augmentation de ces quantités produites. Le " développement " inclut la réflexion sur ce que l'on fait de ce
qui est produit et sur les transformations des structures économiques et sociales que la poursuite de la
croissance entraîne et implique. En simplifiant, la croissance, c'est avoir plus ; le développement, c'est être
mieux tout en rendant possible la poursuite de la croissance.
• Il peut y avoir croissance sans développement : dans ce cas, les quantités produites
augmentent, mais sans qu'il y ait une amélioration du niveau de vie de la majorité de la population,
sans que les structures se transforment de manière à ce que le fonctionnement de l'économie
satisfasse de plus en plus de citoyens du pays. Comment est-ce possible ? Il suffit que la production
supplémentaire soit accaparée par une petite minorité (par exemple, grande bourgeoisie ou classe
politique au pouvoir) et gaspillée ou consommée en produits de luxe, souvent importés. Mais
remarquons que ce type de croissance ne peut durer indéfiniment : à long terme, la croissance
nécessite un changement des structures économiques et sociales sous peine de se bloquer.
• Il peut y avoir développement sans croissance : dans ce cas, les quantités produites sont
stables, mais une répartition différente des richesses produites permet à plus d'habitants de
satisfaire leurs besoins vitaux ou à l'Etat d'augmenter les consommations collectives profitant à
tous (infrastructures de transport ou de télécommunication, instruction, santé, par exemple).
• Mais, souvent, il y a croissance et développement à la fois : les quantités produites augmentent
et la société parvient à utiliser ces richesses pour améliorer le bien-être du plus grand nombre,
réduire les inégalités, transformer ses structures de manière à ce que la croissance économique
puisse se poursuivre. Il est évidemment plus facile pour un pays de se développer quand les
quantités produites augmentent que quand elles sont stables ou, encore pire, diminuent.
Il est donc difficile d'envisager qu'il y ait croissance à long terme sans développement. C'est pourquoi
nombreux sont les économistes qui ne font pas de réelle différence entre croissance et développement.
Vous rencontrerez donc, en particulier dans les documents, les deux mots utilisés à peu près comme des
synonymes. Retenons cependant que produire plus (la croissance économique) ne peut pas être

Page 3/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

présenté comme l'objectif ultime d'un pays.

1.2.2 - Croissance, développement, changement social : trois sortes de


transformation de la société interdépendantes.
Par commodité, on étudie séparément ces trois ordres de changements, notamment les changements
économiques et les changements sociaux. Or, il faut bien souligner l'interdépendance de ces
phénomènes : ainsi, par exemple, le développement de l'industrie va entraîner le développement de
l'urbanisation (les industries se développent dans les villes et les travailleurs habitent là où ils travaillent) et
l'urbanisation va transformer radicalement les genres de vie et les solidarités (à la campagne, avant
l'industrialisation, les solidarités familiale et villageoise sont très fortes et encadrent les individus). Mais ce ne
sont pas toujours les changements économiques qui entraînent les changements sociaux : ainsi, par
exemple, la volonté d'émancipation des femmes, très liée à la meilleure scolarisation des filles, va amener
le développement de l'emploi féminin à un moment où, en France, on manquait de main d'œuvre, ce qui est
un facteur explicatif de la rapidité de la croissance.
Conclusion
Un des objectifs du programme de terminale est donc de vous amener à comprendre les relations entre
croissance économique, changement social et développement. Nous n'avons fait ici que les effleurer pour
les présenter. Dans cette introduction, nous allons encore voir, toujours de manière très schématique, que
les rythmes de croissance et de développement ont été très différents selon les époques et les pays. Mais
auparavant, nous allons préciser le cadre général dans lequel se produisent ces transformations : elles
touchent des sociétés que l'on qualifie de " modernes ", c'est-à -dire marquées par ce que l'on appelle la
rationalisation des activités et la montée de l'individualisme.

1.3 - Quelles sont les caractéristiques des sociétés modernes, cadre de la


croissance et du développement ?
On parle de sociétés modernes pour les sociétés qui naissent de la révolution industrielle à partir du début
du 19ème siècle. Mais les ferments de la modernité (ce qui fait advenir la modernité), on les trouve bien
avant, par exemple dès le Siècle des Lumières quand commence à se développer de manière systématique
l'esprit scientifique.
Il s'ensuit deux processus essentiels pour caractériser les sociétés modernes : la rationalisation des
activités et la montée de l'individualisme.

1.3.1 - Le développement de la rationalité.


[Attention à l'orthographe ! rationalisation et rationalité s'écrivent avec un seul " n " alors que rationnel en a
deux. Ce n'est pas très rationnel, mais c'est comme ça !]
Dans les sociétés modernes, les comportements des acteurs (en particulier dans le domaine économique,
mais pas seulement) sont marqués par une recherche croissante de rationalité. Qu'est-ce que la rationalité
? Pour Max Weber, c'est une des valeurs centrales des sociétés occidentales qui guident les
comportements. Elle conduit à adopter des comportements résultant d'un choix raisonné visant à
adapter ses moyens d'action à ses buts, indépendamment de la tradition, des croyances collectives
ou des passions. Par exemple, cela consiste pour une entreprise à comparer les coûts et les avantages de
telle ou telle décision en ne se fondant que sur les critères qui importent à l'entreprise, le profit ou l'image de
marque de l'entreprise, par exemple.
La rationalisation, est le processus qui se développe au cours du temps et qui accorde à la
rationalité une place de plus en plus grande. Dans les sociétés modernes, la rationalité triomphe. La
rationalisation touche notamment le domaine économique avec la recherche du profit, le développement du
progrès technique, mais aussi bien des domaines de la vie en société : ainsi, par exemple, lors d'un conflit,
la participation active pourra être décidée par chacun en fonction de ce qu'il espère en retirer et de ce qu'il

Page 4/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

pense y risquer. Ce développement de la rationalité s'accompagne de (et a été rendu possible par) la
séparation entre le politique et le religieux qui étaient, dans les sociétés traditionnelles, confondus (en
France, par exemple, le roi était " de droit divin "). Le fait que la rationalisation se développe n'empêche pas
la persistance d'autres modes de comportement.
La rationalisation des activités a pour conséquence le " désenchantement du monde " ( Max Weber). On
entend par là l'idée que tous les phénomènes observables ont une explication scientifique, la magie ou le
surnaturel n'expliquant rien : s'il ne pleut pas, ce n'est pas parce que les dieux sont en colère contre les
hommes mais parce que l'anticyclone des Açores est placé de telle façon qu'il repousse tous les nuages
ailleurs ! Le monde n'est donc plus " enchanté ", c'est-à -dire explicable par la magie.

1.3.2 - La montée de l'individualisme.


Il ne faut pas confondre individualisme et égoïsme : l'individualisme désigne le processus par lequel,
dans les sociétés modernes, les hommes se dégagent de plus en plus de l'emprise des institutions
(famille, caste, religion, etc…) qui, autrefois, réglaient tous leurs comportements. Le résultat de ce
mouvement est que chaque individu peut choisir librement son mode de vie, agir comme il l'entend (tant qu'il
respecte les lois communes). Il ne faut cependant pas oublier le poids des structures dans la
détermination des comportements des individus : vous avez vu en étudiant la socialisation en classe de
Première, que nous reproduisons beaucoup de ce qui nous a été transmis. Dans une société moderne,
l'individu peut choisir d'être égoïste, mais il peut aussi choisir de ne pas l'être, en fonction de ses valeurs, de
l'éducation qu'il a reçue et de sa propre appréciation de la réalité !
Il faut souligner le corollaire de (c'est à dire l'élément qui va avec) cette place prépondérante accordée à
l'individu : celui-ci est beaucoup plus seul pour assumer ses choix de vie. Quand la société dicte leurs
comportements aux individus, ceux-ci n'ont plus de responsabilité personnelle. Quand c'est l'individu qui
décide, il est responsable de ses décisions. Cette solitude peut être parfois difficile à supporter.
La montée de l'individualisme, si elle donne à chacun la liberté de choisir sa vie, n'est pas sans
poser des problèmes collectifs. Comment la société va-t-elle réussir à intégrer les individus et à faire que
le ciment social prenne ? Comment va-t-elle assurer la coordination et la régulation des activités
économiques ? Comment va-t-elle garantir à chacun des individus qui la composent l'exercice et la
protection de ses droits ? Enfin, si chacun se pense comme un individu détaché de toutes amarres sociales,
comment construire une société démocratique, comment la penser même ? Toutes ces questions vont bien
sûr être au cœur de ce que vous allez étudier cette année.
Depuis deux siècles, la croissance économique et le changement social ont bouleversé la physionomie du
monde. Cependant, il ne s'agit pas d'un processus linéaire et généralisé : tous les pays ne connaissent pas
les mêmes évolutions, toutes les époques ne connaissent pas les mêmes rythmes de croissance. Des
inégalités sont apparues ou se sont renforcées, posant aujourd'hui de nombreuses questions. C'est ce que
nous allons étudier maintenant.

2 - Différences et inégalités dans les rythmes de la croissance,


du développement et du changement social.
Après avoir montré les différences dans les rythmes au cours du temps, nous présenterons les inégalités
engendrées par ces différences et les questions que cela pose.

2.1 - Les différences dans les rythmes des changements.


La croissance et le développement, bien que récents, ont transformé les conditions matérielles d'existence
et l'organisation de la société.

Page 5/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

2.1.1 - Croissance et développement sont, à l'échelle de l'histoire, des


phénomènes récents...
Pendant des siècles, les hommes ne sont pas parvenus à accroître durablement leur production de
richesses et à transformer leur mode de vie. Bien sûr, il y avait les " bonnes " années, les années de vaches
grasses, et les " mauvaises " années, les années de vaches maigres, mais les hommes, au cours de leur vie
(qui durait certes moins longtemps qu'aujourd'hui) ne voyaient pas de changement significatif, ni dans leurs
ressources, ni dans leur façon de vivre. Jusqu'en 1500 environ, la croissance est quasi nulle. Entre 1500
et 1700, elle aurait atteint 0.1% par personne et par an en moyenne, soit peu de chose.
Ce n'est vraiment qu'à partir de la fin du 18ème siècle et du début du 19ème siècle que la croissance
économique s'accélère avec des taux de croissance comparables à ceux d'aujourd'hui et que débute,
avec elle, le développement. .En ce sens, ce sont donc des phénomènes récents. C'est la révolution
industrielle qui marque le passage à la période de croissance et de développement [n'hésitez pas à revoir
votre cours d'histoire à ce propos !]. Elle débute autour de 1780 en Grande-Bretagne, autour de 1810-1820
en France et en Allemagne, plus tardivement dans les autres pays européens, à partir de 1860 au Japon.
Il ne faut donc pas croire que la croissance et le développement ont toujours existé.

Et si la tendance générale (le trend) de la production est à la hausse sur ces deux siècles, la production
augmente de manière très irrégulière (elle a parfois même diminué), comme nous pouvons le voir dans le
tableau ci-dessous.
Si vous voulez tester votre capacité à bien lire ce tableau, vous pouvez faire l'activité qui est en bas de
page.
Titre : Taux de croissance annuel moyen du P.I.B. par habitant (en %)
Source : d'après les données d'A. Maddison, L'économie mondiale : une perspective millénaire, OCDE 2001.

1820-1870 1870-1913 1913-1950 1950-1973 1973-1998


Europe occidentale 0.9 1.3 0.8 4.1 1.8
Monde 0.5 1.3 0.9 2.9 1.
Des périodes de croissance relativement rapide (1870-1913, par exemple) succèdent à des périodes de
croissance ralentie. Sur le long terme, la croissance est donc cyclique.
La croissance que les pays d'Europe occidentale ont connue entre 1950 et 1973 (les "Trente glorieuses") est
une croissance exceptionnelle (et unique) par son ampleur. Le retour de tels taux de croissance est assez
improbable.
Observons également, et nous en reparlerons dans un prochain paragraphe, que la croissance des pays
européens est plus rapide que celle des autres pays du monde spécialement depuis 1950. Cela avait
déjà été le cas entre 1820 et 1870 au moment de la révolution industrielle en Europe.

2.1.2 - ... qui ont transformé les conditions matérielles d'existence et


l'organisation de la société.
• La croissance a permis une formidable hausse du niveau de vie.
Le niveau de vie est la quantité de biens et de services dont disposent les individus ou les ménages.
Dans les pays dits "développés", on peut repérer la hausse du niveau de vie par l'amélioration et la
diversification de la ration alimentaire quotidienne (comparativement à celle du 19ème siècle), ou
encore par la diffusion des biens durables (automobile, télévision, machine à laver, etc.). Enfin,
indirectement, l'allongement de la durée de vie, très net, est aussi un indicateur de la hausse du
niveau de vie.
• La croissance s'accompagne de bouleversements des structures économiques et sociales.
La part du secteur primaire dans la production et dans la population active a chuté, l'urbanisation
s'accroît rapidement, les structures socio-professionnelles se transforment profondément, les

Page 6/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

femmes s'émancipent, etc. Les modes de vie (la façon de vivre) changent comme le montre
l'évolution des structures de la consommation : en 1946, les Français consacraient en moyenne
45.4% de leurs dépenses à l'alimentation contre seulement 13.7% en 2000. Cela laisse de la place
pour d'autres types de dépenses comme les dépenses de santé ou de logement.. Cette
transformation rendue possible par la hausse des revenus est allée de pair avec l'augmentation des
consommations collectives (éducation, santé, etc.) qui sont à la fois la conséquence de la hausse
du niveau de vie et les signes du développement et de la transformation du mode de vie.

2.1.3 - Mais les pays ont eu des rythmes de croissance très différents.
Les pays n'ont ni les mêmes rythmes de croissance économique, ni les mêmes points de départ de la
croissance, comme on peut le voir dans ce tableau.
Titre : Niveau de départ et évolution moyenne annuelle du P.I.B. par habitant (en %).

1500 :PIB 1500- 1600- 1700- 1820- 1870- 1913- 1950- 1973-
moyen/hbt 1600 1700 1820 1870 1913 1950 1973 1998
Europe occidentale 137 0.14 0.14 0.10 0.90 1.30 0.80 4.10 1.80
Europe orientale 82 0.10 0.1 0.50 0.60 1.30 0.90 3.80 0.40
Ex-URSS 88 0.10 0.10 0.10 0.60 1.10 0.80 3.40 - 1.80
Pays d'immigration
71 0.00 0.20 0.80 1.40 1.80 1.60 2.40 1.90
européenne*
Amérique latine 74 0.05 0.20 0.20 0.10 1.80 1.40 2.50 1.00
Japon 88 0.04 0.10 0.13 0.20 1.50 0.90 8.10 2.30
Asie (sauf Japon) 101 0.00 0.00 0.00 - 0.10 0.40 0.00 2.90 3.50
Afrique 71 0.00 0.00 0.04 0.10 0.60 1.00 2.10 0.00
MONDE 100 0.05 0.004 0.07 0.50 1.30 0.90 2.90 1.30
Source : à partir des données d'A. MADDISON, L'économie mondiale : une perspective millénaire, OCDE
2001.
*il s'agit pour l'essentiel des Etats-Unis et du Canada.
[Lecture : la 1ère colonne donne le niveau de départ du P.I.B. par habitant en indices ayant pour base 100 le
P.I.B. moyen du monde. Cela signifie, par exemple, que l'Europe occidentale avait en 1500 un P.I.B. moyen
par habitant supérieur de 37% à celui du monde. De même, le P.I.B. moyen par habitant, en 1500 toujours,
est presque 2 fois plus élevé en Europe qu'en Amérique du Nord. Les autres colonnes donnent les taux de
croissance annuels moyens du P.I.B. par habitant pour une période. Ainsi, on peut voir que, entre 1700 et
1820, le P.I.B. par habitant de l'Europe occidentale a augmenté en moyenne de 0.1% par an.]
Que montre ce document ? D'abord que vers 1500, les écarts de développement étaient plus faibles, et
nettement, qu'aujourd'hui puisque, entre la zone la plus développée (l'Europe occidentale) et les zones les
moins développées (l'Afrique et les pays d'immigration européenne), l'écart n'est même pas de 1 à 2.
Ensuite, on voit que la zone européenne démarre sa croissance autour de 1820 (0.9% de croissance
annuelle moyenne entre 1820 et 1870, soit 9 fois plus vite que sur la période précédente) alors que
l'Amérique latine ou le Japon n'ont des taux supérieurs à 1% qu'à partir de 1870 et l'Asie après 1950
seulement. Quant à l'Afrique, elle n'a connu que deux fois des périodes de croissance supérieure à 1% par
an.

2.2 - Les inégalités qui résultent de ces différences de rythme de croissance.


On observe sur la planète de grandes inégalités ce qui se traduit par une hiérarchie dans les niveaux de
développement alors même que les inégalités à l'intérieur des pays, y compris des pays les plus

Page 7/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

développés, n'ont pas disparu.

2.2.1 - De grandes inégalités de niveaux de vie entre pays.


Les rythmes de croissance élevés dans certaines zones (Europe occidentale et Amérique du nord) se sont
cumulés ce qui explique que les écarts de niveaux de vie entre les pays s'amplifient. Et comme tous les pays
n'ont pas commencé leur développement à la même date, les niveaux de développement atteints
aujourd'hui sont marqués par de fortes inégalités. [Il ne faut comparer que des taux de croissance par
habitant : en effet, on doit se rappeler que la croissance démographique reste beaucoup plus forte dans les
pays où la croissance économique globale est la plus lente, d'où un taux de croissance du revenu par
habitant souvent très faible, voire négatif sur certaines périodes.]
Titre : P.I.B. par habitant (en dollars P.P.A.) dans quelques pays en 2000 et taux de croissance annuel
moyen (tcam), en %, de ce P.I.B. entre 1975 et 2000.
Source : P.N.U.D., Rapport mondial sur le développement humain, De Boeck, 2002.

U.S.A. Norvège Japon France Argentine Chine Inde Niger


P.I.B./hbt 34 142 29 918 26 755 24 223 12 377 3 976 2 358 746
t.c.a.m. 1975-2000 + 2.0 + 2.6 + 2.7 + 1 .7 + 0.4 + 8.1 + 3.2 -
Ainsi, le P.I.B. par habitant est 45 fois plus gros aux Etats-Unis qu'au Niger (alors que les U.S.A. ne sont pas
premiers au hit-parade du P.I.B. par habitant, et que le Niger n'est pas tout à fait le dernier, non plus). Et
comme la croissance annuelle moyenne (par habitant) est souvent plus faible dans les pays pauvres que
dans les pays riches, comme pour le Niger, l'écart continue donc de s'accroître : pour qu'il se réduise, il
faudrait que, de manière durable, le P.I.B. par habitant progresse plus vite dans les pays pauvres que dans
les pays riches.

2.2.2 - ... qui créent une hiérarchie dans les niveaux de développement,
Si l'on prend l'ensemble des pays du monde et qu'on essaie de les rassembler en groupes distincts, on
peut distinguer :
• Les pays développés (les pays d'Europe de l'ouest, les pays nord-américains, le Japon,
l'Australie) : ils ont commencé leur croissance au 19ème siècle, ils ont accumulé du capital et du
savoir-faire, ils ont la maîtrise des circuits financiers, ils ont un niveau de vie par habitant très élevé
(même s'il y a des différences entre eux) et ils dominent les échanges internationaux de
marchandises.
• Les pays pauvres, voire très pauvres : ils rassemblent la plupart des pays africains, des pays sud-
américains et certains pays asiatiques. Ces pays ont le plus grand mal à démarrer un réel
processus de développement. La production de richesses y augmente à un rythme à peine
supérieur à celui de l'augmentation de la population. Les infrastructures (par exemple de
communication) y sont très déficientes. La question du pouvoir politique y est souvent mal réglée : il
n'y a pas de réelle stabilité politique, la démocratie n'est souvent pas solidement installée, les
tensions entre communautés différentes à l'intérieur du pays sont souvent fortes, ce qui contribue à
rendre difficile la mise en place d'un processus de croissance économique. Il y a cependant une
grande diversité à l'intérieur de ce groupe de pays, tant dans le niveau de développement atteint
que dans les structures sociales et politiques. Les termes que l'on utilise pour désigner ces pays
sont assez variés (pays en développement, pays en voie de développement, pays sous-développés,
etc…). L'O.N.U. a constitué un groupe de pays qu'elle appelle les " pays les moins avancés "
(P.M.A.). On se rend bien compte que les appellations ne sont pas neutres : " les moins avancés ",
cela laisse entendre que tout le monde avance, mais plus ou moins vite, " sous-développés " ne dit
pas la même chose ! La question est évidemment de savoir pourquoi certains pays n'arrivent pas à
se développer et s'il n'y a pas des liens entre la diversité des rythmes de la croissance économique

Page 8/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

dans les différents pays. Autrement dit, on peut penser que ce qui se passe sur le plan économique
dans un pays n'est pas indépendant de ce qui se passe dans le reste du monde. C'est bien sûr une
des questions que nous aurons à nous poser quand nous étudierons la mondialisation.
• Les " nouveaux pays industrialisés " (N.P.I.) rassemblent des pays, essentiellement asiatiques,
qui ont réussi, semble-t-il, dans les trente dernières années du 20ème siècle, à amorcer un réel
processus de développement, même si celui-ci reste fragile, comme l'a montré la crise qui a affecté
les pays asiatiques dans les dernières années du 20ème siècle. Ces pays ont connu une croissance
économique forte, une élévation sensible du niveau de vie moyen, une transformation rapide de
leurs structures économiques et sociales (en particulier, chute de la part du primaire dans l'emploi et
la production). Il faut y inclure la Chine qui sera probablement le géant du 21ème siècle.
Du fait que la croissance économique est plus lente dans les pays déjà pauvres, l'écart entre les pays
développés et les autres n'a cessé de s'accroître, spécialement depuis 1945. C'est ainsi un fossé qui
s'est créé entre les pays riches et les pays pauvres et qui, pour le moment, ne cesse de s'agrandir si l'on
excepte certains pays asiatiques.
Titre : Croissance du P.I.B. par habitant entre 1820 et 2000 pour quelques pays et espérance de vie à la
naissance en 2000 ;
Source : d'après les données d'A. Maddison, L'économie mondiale : une perspective millénaire, OCDE 2001
et P.N.U.D., Rapport mondial sur le développement humain, 2001.

P.I.B. par habitant (en dollars internationaux


de 1990) Espérance de vie à la naissance (2000,
-
en années)
1820 1900 2000
Etats-Unis 1 287 4 096 27 272 76.8
Royaume
1 756 4 593 19 704 77.7
Uni
France 1 218 2 849 20 377 78.4
Chine 523 652 6 283 70.2
Inde 531 625 1 880 62.9
Ghana nc 462 1 111 57
En 1820, le Royaume Uni avait un P.I.B. par habitant 3.3 fois plus important que celui de l'Inde. L'écart est
somme toute modeste. Entre les Etats-Unis et le Ghana, l'écart est de 1 à près de 25 en 2000. Il y a là un
vrai fossé, d'autant que l'écart continue de s'accroître avec la plupart des pays pauvres. Pendant que le
Ghana multipliait par 2.5 environ son P.I.B. par habitant entre 1900 et 2000, les Etats-Unis le multipliaient par
6,7 et la France par plus de 7. Cette grande inégalité de niveau de vie se traduit par de fortes inégalités dans
l'espérance de vie à la naissance : l'écart est de 20 ans environ entre les pays développés et le Ghana
(pays d'ailleurs mieux placé pour ce critère que d'autres pays africains).

2.2.3 - sans que les inégalités à l'intérieur des pays, même développés, ne
disparaissent.
Les inégalités de niveaux de vie restent fortes à l'intérieur des pays, même dans ceux qui sont le plus
développés. Si toutes les inégalités ne sont pas condamnables, on peut quand même s'interroger sur
l'incapacité des pays les plus développés à régler la question de la pauvreté : dans tous ces pays, il
existe une partie de la population qui ne peut accéder au standard de vie considéré comme normal. Même
s'il est difficile de définir et de mesurer la pauvreté (nous reviendrons sur ces questions plus loin), on
observe qu'une partie significative de la population vit dans ce qu'il est convenu d'appeler la pauvreté dans
les pays occidentaux. Ainsi, à la fin des années 1980, la part de la population dont les ressources sont
inférieures à la moitié du revenu moyen de leur pays est variable selon les pays européens mais assez
élevée : environ 11% en Allemagne (partie ouest), 14% en France et au Royaume-Uni, 17% en Espagne,

Page 9/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

21% en Italie. Aux Etats-Unis, on estime que 15% environ des ménages sont pauvres, à cette même date.
(Ces données sont citées dans " Pauvreté et exclusion ", Rapport du Conseil d'Analyse économique, 1998)
Et cette partie, proportionnellement, ne régresse pas réellement, elle augmente même dans certaines
périodes, comme dans les 20 dernières années du 20ème siècle aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.
Dans les pays les moins développés, la grande pauvreté est encore plus frappante, d'autant qu'elle
est souvent juxtaposée à la richesse étalée par quelques uns.
La pauvreté pose la question de l'intégration sociale : la pauvreté économique se cumule avec d'autres
inégalités qui peuvent rendre difficile l'insertion dans la société et engendrer un processus d'exclusion. Or
une société ne peut se maintenir si elle n'intègrent pas ses membres. On voit là encore que les questions
sociales et les questions économiques sont imbriquées les unes dans les autres.

2.3 - Les questions qui sont posées par la croissance.


On peut recenser au moins deux questions : la croissance peut-elle se poursuivre indéfiniment et qui peut
(ou doit) réguler la croissance, c'est-à -dire plus ou moins la contrôler ?

2.3.1 - La croissance peut-elle se poursuivre ?


La formidable élévation du niveau de vie qu'ont connue certains pays donne envie à tous de suivre le même
chemin. Mais est-ce possible ? Le système économique qui s'est mis en place au fil des années et qui a
rendu possible cette croissance dans certaines zones, débouche sur une économie mondialisée marquée
par des phénomènes de domination et d'inégalités, où certains se demandent s'ils ont encore leur place
(d'où la contestation par certains de la mondialisation). La question des inégalités est une vraie question
politique qui risque de déboucher sur des conflits si elle n'est pas réellement traitée car on peut penser que
certains pays ne se satisferont pas indéfiniment de rester à l'écart du développement.
La poursuite de la croissance économique telle que nous l'avons connue depuis deux siècles est-elle même
souhaitable ? C'est la question que posent de nombreux écologistes : quelle terre allons-nous laisser aux
générations qui vont nous suivre ?
Nous reviendrons sur ces deux questions dès le premier chapitre.

2.3.2 - La question de la régulation de la croissance, donc celle de l'Etat et du


pouvoir.
La mondialisation de l'économie pose aussi la question de l'Etat : aux 19ème et 20ème siècles, la
croissance s'est faite dans un cadre national et elle était encadrée et soutenue par l'intervention de l'Etat qui
a joué un rôle essentiel. Aujourd'hui, les frontières sont perméables, pour les capitaux comme pour les
marchandises, moins pour les hommes. Cela change très nettement la donne. De nouvelles questions
apparaissent, dont la solution devrait souvent être trouvée au niveau international. C'est donc la question de
la régulation qui est posée ici. Pour le moment, on a encore des Etats nationaux et un embryon de pouvoir
supra-national, alors que la mondialisation se joue complètement à l'échelon international.
Conclusion : face aux différences et aux inégalités qu'a engendrées la croissance, des questions
fondamentales se posent tant au niveau des pays en développement qu'au niveau de la régulation et
des objectifs que l'on assigne à cette croissance.
Conclusion générale
Dans les transformations gigantesques que les sociétés ont connues depuis deux siècles, on peut voir
l'œuvre de la rationalisation croissante des activités humaines et de l'individualisme, comme nous l'avons
déjà dit plus haut. Nous y reviendrons sans doute dans tous les chapitres du programme. Cela débouche
sur une augmentation très sensible de l'efficacité des hommes avec ses bons côtés (on produit de plus en
plus, de plus en plus vite, etc) et ses côtés moins reluisants (les inégalités, les problèmes écologiques,
l'exclusion, etc). Ce sont donc tous ces aspects que nous essaierons de comprendre et sur lesquels nous
nous interrogerons cette année. Finalement, à propos de trois thèmes essentiels, la croissance
économique, les transformations sociales, la mondialisation, nous nous interrogerons toujours sur

Page 10/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés
BRISES-TERMINALES : Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales : http://brises.org
Cours conforme au programme de Sciences économiques et sociales de la classe de terminale, série ES (arrêté du 30 Juillet 2002).

le " comment ?", sur le " pour qui ?" et sur le " cela pourra-t-il durer ? " (c'est-à -dire les questions
posées pour l'avenir).
Dans une première partie, nous réfléchirons à ce qui rend possible (ou pas possible) la croissance
économique. Nous verrons dans une deuxième partie comment se réalisent les transformations sociales.
Enfin, nous verrons comment la mondialisation interagit sur la croissance et les transformations sociales.

Page 11/11
Vous pouvez utiliser librement ces cours à la condition d'en faire un usage personnel ou un usage en classe gratuit et d'en indiquer la
source : http://brises.org.
BRISES - CRDP de l'académie de Lyon. 47 rue Phillipe-de-Lassale 69316 Lyon Cedex 04 - ©BRISES Tous droits réservés