Vous êtes sur la page 1sur 17

Université Jean Moulin – Lyon 3

Faculté des Lettres - Département de Géographie et Aménagement


Licence 1 – CM – Bruno MORISET
Géographie économique de la Mondialisation

Lectures
Source : Le Monde et Le Monde Diplomatique

Document à usage pédagogique – Diffusion interdite

La nouvelle vulgate planétaire..................................................................................................2


2007, année du grand retour des Etats ....................................................................................5
ÉDITORIAL - Une nouvelle donne ...........................................................................................7
Le capitalisme éthique, un principe fragile, par Michel Rocard .................................................8
DOSSIER : Perte d'influence pour les jumelles de Bretton Woods .........................................10
Dossier Wal-Mart ...................................................................................................................13
Chine, Inde : l'offensive internationale....................................................................................16
2

La nouvelle vulgate planétaire Ces lieux communs, au sens aristotélicien de notions


ou de thèses avec lesquelles on argumente mais sur
PIERRE BOURDIEU (†) Sociologue, professeur au lesquelles on n'argumente pas, doivent l'essentiel de
Collège de France. leur force de conviction au prestige retrouvé du lieu
LOÏC WACQUANT Professeur à l'université de dont ils émanent et au fait que, circulant à flux tendu
Californie à Berkeley et chercheur au Centre de de Berlin à Buenos Aires et de Londres à Lisbonne, ils
sociologie européenne. LE MONDE DIPLOMATIQUE sont présents partout à la fois et sont partout
| MAI 2000 www.monde-diplomatique.fr puissamment relayés par ces instances prétendument
neutres de la pensée neutre que sont les grands
DANS tous les pays avancés, patrons et hauts organismes internationaux - Banque mondiale,
fonctionnaires internationaux, intellectuels Commission européenne, Organisation de
médiatiques et journalistes de haute volée se sont mis coopération et de développement économiques
de concert à parler une étrange novlangue dont le (OCDE) -, les « boîtes à idées » conservatrices
vocabulaire, apparemment surgi de nulle part, est (Manhattan Institute à New York, Adam Smith Institute
dans toutes les bouches : « mondialisation » et « flexi à Londres, Deutsche Bank Fundation à Francfort, et
bilité » ; « gouvernance » et « employabilité » ; de l'exFondation Saint-Simon à Paris), les fondations
« underclass » et « exclusion » ; « nouvelle de philanthropie, les écoles du pouvoir (Science-Po
économie » et « tolérance zéro » ; en France, la London School of Economics au
« communautarisme » , « multiculturalisme » et leurs Royaume-Uni, la Harvard Kennedy School of
cousins « postmodernes » , « ethnicité » , « minorité » Government en Amérique, etc.), et les grands médias,
, « identité » , « fragmentation » , etc. inlassables dispensateurs de cette lingua franca
passe-partout, bien faite pour donner aux
La diffusion de cette nouvelle vulgate planétaire - dont éditorialistes pressés et aux spécialistes empressés
sont remarquablement absents capitalisme, classe, de l'import-export culturel l'illusion de
exploitation, domination, inégalité, autant de vocables l'ultramodernisme.
péremptoirement révoqués sous prétexte
d'obsolescence ou d'impertinence présumées - est le Outre l'effet automatique de la circulation
produit d'un impérialisme proprement symbolique.Les internationale des idées, qui tend par la logique
effets en sont d'autant plus puissants et pernicieux propre à occulter les conditions et les significations
que cet impérialisme est porté non seulement par les d'origine, le jeu des définitions préalables et des
partisans de la révolution néolibérale, lesquels, sous déductions scolastiques … tend à masquer les
couvert de modernisation, entendent refaire le monde racines historiques de tout un ensemble de questions
en faisant table rase des conquêtes sociales et et de notions - l'« efficacité » du marché (libre), le
économiques résultant de cent ans de luttes sociales, besoin de reconnaissance des « identités »
et désormais dépeintes comme autant d'archaïsmes (culturelles), ou encore la réaffirmation -célébration de
et d'obstacles au nouvel ordre naissant, mais aussi la « responsabilité » (individuelle) ...
par des producteurs culturels (chercheurs, écrivains, Ainsi planétarisés, mondialisés, au sens strictement
artistes) et des militants de gauche qui, pour la grande géographique, en même temps que départicularisés,
majorité d'entre eux, se pensent toujours comme ces lieux communs que le ressassement médiatique
progressistes. transforme en sens commun universel parviennent à
faire oublier qu'ils ne font bien souvent qu'exprimer,
Comme les dominations de genre ou d'ethnie, sous une forme tronquée et méconnaissable… les
l'impérialisme culturel est une violence symbolique qui réalités complexes et contestées d'une société
s'appuie sur une relation de communication contrainte historique particulière, tacitement constituée en
pour extorquer la soumission et dont la particularité modèle et en mesure de toutes choses : la société
consiste ici en ce qu'elle universalise les américaine de l'ère postfordiste et postkeynésienne.
particularismes liés à une expérience historique Cet unique super-pouvoir, cette Mecque symbolique
singulière en les faisant méconnaître comme tels et de la Terre, est caractérisé par le démantèlement
reconnaître comme universels (1). délibéré de l'Etat social et l'hypercroissance
corrélative de l'Etat pénal, l'écrasement du
Ainsi, de même que, au XIXe siècle, nombre de mouvement syndical et la dictature de la conception
questions dites philosophiques, comme le thème de l'entreprise fondée sur la seule « valeur-
spenglérien de la « décadence » , qui étaient actionnaire » , et leurs conséquences sociologiques,
débattues dans toute l'Europe trouvaient leur origine la généralisation du salariat précaire et de l'insécurité
dans les particularités et les conflits historiques sociale, constituée en moteur privilégié de l'activité
propres à l'univers singulier des universitaires économique.
allemands, de même aujourd'hui nombre de topiques
directement issus de confrontations intellectuelles Il en est ainsi par exemple du débat flou et mou
liées aux particularités et aux particularismes de la autour du « multiculturalisme » , terme importé en
société et des universités américaines se sont Europe pour désigner le pluralisme culturel dans la
imposés, sous des dehors en apparence sphère civique alors qu'aux Etats-Unis il renvoie, dans
déshistoricisés, à l'ensemble de la planète. le mouvement même par lequel il les masque, à
l'exclusion continuée des Noirs et à la crise de la
mythologie nationale du « rêve américain » de
3
l'« opportunité pour tous » , corrélative de la transnational comme une nécessité naturelle… Le
banqueroute qui affecte le système d'enseignement remodelage des rapports sociaux et des pratiques
public au moment où la compétition pour le capital culturelles conformément au patron nord-américain,
culturel s'intensifie et où les inégalités de classe qui s'est opéré dans les sociétés avancées à travers
s'accroissent de manière vertigineuse. la paupérisation de l'Etat, la marchandisation des
biens publics et la généralisation de l'insécurité
L'adjectif « multiculturel » voile cette crise en la salariale, est accepté avec résignation comme
cantonnant artificiellement dans le seul microcosme l'aboutissement obligé des évolutions nationales,
universitaire et en l'exprimant dans un registre quand il n'est pas célébré avec un enthousiasme
ostensiblement « ethnique » , alors que son véritable moutonnier. L'analyse empirique de l'évolution des
enjeu n'est pas la reconnaissance des cultures économies avancées sur la longue durée suggère
marginalisées par les canons académiques, mais pourtant que la « mondialisation » n'est pas une
l'accès aux instruments de (re)production des classes nouvelle phase du capitalisme mais une
moyenne et supérieure, comme l'Université, dans un « rhétorique » qu'invoquent les gouvernements pour
contexte de désengagement actif et massif de l'Etat. justifier leur soumission volontaire aux marchés
financiers. Loin d'être, comme on ne cesse de le
Le « multiculturalisme » américain n'est ni un concept, répéter, la conséquence fatale de la croissance des
ni une théorie, ni un mouvement social ou politique - échanges extérieurs, la désindustrialisation, la
tout en prétendant être tout cela à la fois. C'est un croissance des inégalités et la contraction des
discours écran dont le statut intellectuel résulte d'un politiques sociales résultent de décisions de politique
gigantesque effet d'allodoxia national et intérieure qui reflètent le basculement des rapports de
international (4) qui trompe ceux qui en sont comme classe en faveur des propriétaires du capital.
ceux qui n'en sont pas. C'est ensuite un discours
américain, bien qu'il se pense et se donne comme En imposant au reste du monde des catégories de
universel, en cela qu'il exprime les contradictions perception homologues de ses structures sociales, les
spécifiques de la situation d'universitaires qui, coupés Etats-Unis refaçonnent le monde à leur image : la
de tout accès à la sphère publique et soumis à une colonisation mentale qui s'opère à travers la diffusion
forte différenciation dans leur milieu professionnel, de ces vrais-faux concepts ne peut conduire qu'à une
n'ont d'autre terrain où investir leur libido politique que sorte de « Washington consensus » généralisé et
celui des querelles de campus déguisées en épopées même spontané, comme on peut l'observer
conceptuelles. aujourd'hui en matière d'économie, de philanthropie
ou d'enseignement de la gestion (lire pages 8-9). En
C'est dire que le « multiculturalisme » amène partout effet, ce discours double qui, fondé dans la croyance,
où il s'exporte ces trois vices de la pensée nationale mime la science, surimposant au fantasme social du
américaine que sont a) le « groupisme » , qui réifie les dominant l'apparence de la raison (notamment
divisions sociales canonisées par la bureaucratie économique et politologique), est doté du pouvoir de
étatique en principes de connaissance et de faire advenir les réalités qu'il prétend décrire, selon le
revendication politique ; b) le populisme, qui remplace principe de la prophétie autoréalisante : présent dans
l'analyse des structures et des mécanismes de les esprits des décideurs politiques ou économiques
domination par la célébration de la culture des et de leurs publics, il sert d'instrument de construction
dominés et de leur « point de vue » élevé au rang de des politiques publiques et privées, en même temps
proto-théorie en acte ; c) le moralisme, qui fait que d'instrument d'évaluation de ces politiques.
obstacle à l'application d'un sain matérialisme Comme toutes les mythologies de l'âge de la science,
rationnel dans l'analyse du monde social et la nouvelle vulgate planétaire s'appuie sur une série
économique et condamne ici à un débat sans fin ni d'oppositions et d'équivalences, qui se soutiennent et
effets sur la nécessaire « reconnaissance des se répondent, pour dépeindre les transformations
identités » , alors que, dans la triste réalité de tous les contemporaines des sociétés avancées :
jours, le problème ne se situe nullement à ce désengagement économique de l'Etat et renforcement
niveau (5) : pendant que les philosophes se de ses composantes policières et pénales,
gargarisent doctement de « reconnaissance dérégulation des flux financiers et désencadrement du
culturelle » , des dizaines de milliers d'enfants issus marché de l'emploi, réduction des protections sociales
des classes et ethnies dominées sont refoulés hors et célébration moralisatrice de la « responsabilité
des écoles primaires par manque de place (ils étaient individuelle » :
25 000 cette année dans la seule ville de Los
Angeles), et un jeune sur dix provenant de ménages L'impérialisme de la raison néolibérale trouve son
gagnant moins de 15 000 dollars annuels accède aux accomplissement intellectuel dans deux nouvelles
campus universitaires, contre 94 % des enfants des figures exemplaires du producteur culturel. D'abord
familles disposant de plus de 100 000 dollars. l'expert, qui prépare, dans l'ombre des coulisses
ministérielles ou patronales ou dans le secret des
On pourrait faire la même démonstration à propos de think tanks, des documents à forte teneur technique,
la notion fortement polysémique de couchés autant que possible en langage économique
« mondialisation » , qui a pour effet, sinon pour et mathématique. Ensuite, le conseiller en
fonction, d'habiller d'oecuménisme culturel ou de communication du prince, transfuge du monde
fatalisme économiste les effets de l'impérialisme universitaire passé au service des dominants, dont la
américain et de faire apparaître un rapport de force mission est de mettre en forme académique les
4
projets politiques de la nouvelle noblesse d'Etat et
d'entreprise ...

Et l'on peut voir l'incarnation par excellence de la ruse


de la raison impérialiste dans le fait que c'est la
Grande-Bretagne, placée, pour des raisons
historiques, culturelles et linguistiques, en position
intermédiaire, neutre (au sens étymologique), entre
les Etats-Unis et l'Europe continentale, qui a fourni au
monde ce cheval de Troie à deux têtes, l'une politique
et l'autre intellectuelle, en la personne duale de Tony
Blair et d'Anthony Giddens, « théoricien »
autoproclamé de la « troisième voie » , qui, selon ses
propres paroles, qu'il faut citer à la lettre, « adopte
une attitude positive à l'égard de la mondialisation » ;
« essaie (sic) de réagir aux formes nouvelles
d'inégalités » mais en avertissant d'emblée que « les
pauvres d'aujourd'hui ne sont pas semblables aux
pauvres de jadis (de même que les riches ne sont
plus pareils à ce qu'ils étaient autrefois) » ; « accepte
l'idée que les systèmes de protection sociale
existants, et la structure d'ensemble de l'Etat, sont la
source de problèmes, et pas seulement la solution
pour les résoudre » ; « souligne le fait que les
politiques économiques et sociales sont liées » pour
mieux affirmer que « les dépenses sociales doivent
être évaluées en termes de leurs conséquences pour
l'économie dans son ensemble » ; enfin se
« préoccupe des mécanismes d'exclusion » qu'il
découvre « au bas de la société, mais aussi en haut
(sic) » , convaincu que « redéfinir l'inégalité par
rapport à l'exclusion à ces deux niveaux » est
« conforme à une conception dynamique de
l'inégalité» . Les maîtres de l'économie peuvent
dormir tranquilles : ils ont trouvé leur Pangloss.

PIERRE BOURDIEU et LOÏC WACQUANT.

------------------------------------------------------------------------
(1) Précisons d'entrée que les Etats-Unis n'ont pas le
monopole de la prétention à l'universel. Nombre
d'autres pays - France, Grande-Bretagne, Allemagne,
Espagne, Japon, Russie - ont exercé ou s'efforcent
encore d'exercer, dans leurs sphère d'influence
propre, des formes d'impérialisme culturel en tout
points comparables. Avec cette différence toutefois
que, pour la première fois de l'histoire, un seul pays
se trouve en position d'imposer son point de vue sur
le monde au monde entier.
(4) Allodoxia : le fait de prendre une chose pour une
autre.
(5) Pas plus que la mondialisation des échanges
matériels et symboliques, la diversité des cultures, ne
date de notre siècle puisqu'elle est coextensive de
l'histoire humaine…
5
2007, année du grand retour des Etats environnement (Suez, Veolia), énergie (Areva, EDF)...
Article paru dans l'édition du 23.12.07 - Frédéric rarement le commerce international et la politique ont
Lemaître eu autant partie liée. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard
si les négociations menées par l'Organisation
Les temps sont durs pour les apôtres du libéralisme. mondiale du commerce (OMC) pour la libéralisation
En quelques mois, Londres, Wall Street, Zurich, les des échanges piétinent.
trois places fortes de la mondialisation financière,
viennent de lancer d'humiliants SOS à destination Les Etats, là aussi, reprennent la main. Nombre
d'un adversaire jugé jadis moribond : la bonne vieille d'entre eux préfèrent signer des accords bilatéraux
puissance publique. Première à ouvrir le bal cet été, sur lesquels ils ont une prise directe que de s'engager
Northern Rock. La banque de Newcastle reçut l'aide dans une démarche multilatérale qui les dépossède
de la Banque d'Angleterre. Quelques semaines après peu à peu de leurs prérogatives.
son arrivée au pouvoir, Gordon Brown entendait
mettre rapidement un terme à la panique des Dans la même logique, les privatisations se font au
épargnants. C'était peu glorieux mais Northern Rock compte-gouttes. Le 10 décembre, le gouvernement
n'était pas une star de la City, et l'affaire fut réglée néerlandais a gelé la privatisation des trente dernières
entre gentlemen. entreprises publiques. L'ancien commissaire
européen, Frits Bolkestein, vilipendé en France pour
Rien de tel de l'autre côté de l'Atlantique. Citigroup, son libéralisme, a été, dès 2006, très clair : « Il serait
première banque américaine, elle aussi victime de la naïf d'affaiblir les compagnies néerlandaises, alors
crise des subprimes, ces prêts immobiliers risqués, a qu'ailleurs dans le monde, en Chine et en Russie
dû appeler à la rescousse un fonds arabe, celui d notamment, les entreprises d'Etat tiennent solidement
'Abu Dhabi. En investissant 7,5 milliards de dollars, les rênes », a-t-il reconnu.
celui-ci détiendra 4,9 % du capital de ce fleuron de
Wall Street. Certes, il n'aura pas voix au chapitre mais BRUXELLES : RÉGULATEUR MONDIAL
recevra une coquette rémunération garantie : 11 %
par an. La démarche sera imitée quelques semaines L'émergence de nouveaux pays bien peu libéraux
plus tard par Morgan Stanley qui rémunérera 9 % par n'explique pas, à elle seule, ce retour en grâce des
an le fonds public chinois CIC. Pour 5 milliards de Etats. En Occident notamment, la mondialisation est
dollars, celui-ci s'offre 9,9 % du capital de la banque perçue comme une des principales raisons de
américaine. l'augmentation des inégalités, une réalité désormais
reconnue par l'OCDE, la Banque mondiale, et le FMI.
L'Europe continentale n'est pas épargnée : confrontée Logiquement, les opinions publiques attendent des
aux mêmes difficultés, UBS, première banque suisse, Etats qu'ils les protègent. C'est sur ce thème qu'a été
vient de faire entrer l'Etat de Singapour dans son élu M. Sarkozy. Et aux Etats-Unis, où Hillary Clinton
capital. A la différence d'Abu Dhabi et de la Chine, la semble moins libérale que ne l'était son mari, la
cité-Etat n'a accepté de verser 9,6 milliards de dollars campagne porte notamment sur la mise en place
qu'à la condition de siéger au conseil de la banque d'une couverture santé universelle. Selon un sondage
dont elle deviendra le premier actionnaire. UBS paru dans The Economist du 8 décembre, une
pourrait donc avoir à son conseil Lee Kuan Yew, majorité (relative) d'Américains pensent que le
fondateur de l'Etat de Singapour, ou son fils, l'actuel gouvernement devrait garantir un système
premier ministre ! d'assurance-santé même s'il faut augmenter les
impôts.
Signe que l'heure est grave : cette crise de
l'immobilier pourrait amener le gouvernement Les libéraux le reconnaissent aujourd'hui : la
américain à intervenir. Même Alan Greenspan, compétitivité d'un pays ne se mesure pas à la seule
l'ancien président de la Réserve fédérale, connu pour aune de la faiblesse des dépenses publiques. En
ses idées libérales, y est favorable. L'Etat doit, selon témoigne le classement établi par le World Economic
lui, aider les propriétaires étranglés par leur prêt Forum. Selon cette ONG qui organise le Forum de
immobilier. Comme l'observe, amer, le Wall Street Davos, les 8 pays les plus compétitifs sont, dans
Journal (du 14 novembre), « le capitalisme n'est pas l'ordre : les Etats-Unis, la Suisse, le Danemark, la
parfait ». Autre enseignement : les fonds souverains, Suède, l'Allemagne, la Finlande, Singapour et le
ces structures créées par les Etats richissimes pour Japon. Dans la plupart d'entre eux, le poids des
gérer leurs recettes pétrolières ou leurs excédents impôts y est élevé. La Grande-Bretagne, n'est que 9e.
commerciaux, sont devenus les principaux banquiers
de la planète. Forts d'environ 3 000 milliards de Il est vrai que la France est 18e, signe que des
dollars, ils achètent ce que bon leur semble. Par une dépenses publiques élevées ne sont pas forcément
curieuse pirouette de l'histoire, mondialisation rime un gage de compétitivité ! Stabilité des institutions,
aujourd'hui avec nationalisations. qualité des infrastructures, politiques de santé et
d'éducation, dépenses de recherche et
Les pays émergents ne se contentent pas d'investir, développement sont aujourd'hui au moins aussi
ils achètent également des biens. Ce n'est sans doute déterminantes que le coût du travail et la flexibilité
pas grandir la fonction présidentielle que de se pour évaluer un pays ou un espace économique. La
transformer en VRP, mais Nicolas Sarkozy n'a pas le Commission européenne l'a intégré : le secteur privé
choix : aéronautique (EADS), transports (Alstom), se montre incapable de financer le système de
6
satellites Galileo ? Chose impensable il y a peu,
Bruxelles a décidé de le financer sur ses propres
deniers.

Le retour de la puissance publique dépasse largement


le cadre de l'économie. En témoigne la conférence de
Bali sur le climat. L'environnement mais aussi l'eau ou
la santé deviennent des « biens publics mondiaux »
qui ne peuvent pas être laissés aux seules forces du
marché. Même les nouvelles technologies ne rendent
pas forcément obsolètes les régulations politiques,
comme on le prévoyait à la fin des années 1990.

Microsoft se croyait tout puissant. Erreur. A l'issue


d'un bras de fer de plusieurs années, la Commission
européenne a obtenu en 2007 que l'entreprise soit
condamnée pour abus de position dominante. Ce
faisant, Bruxelles joue le rôle d'un régulateur mondial
puisque sa décision a un effet planétaire. Quant aux
fournisseurs d'accès à Internet, leur honteuse
collaboration avec le régime de Pékin montre que la
liberté d'expression offerte par la Toile reste soumise
aux contingences politiques nationales. Le retour des
Etats n'a pas que des avantages.
7
ÉDITORIAL - Une nouvelle donne siècle, le nombre des personnes très pauvres sera
Article paru dans l'édition du 30.12.06 - Jean-Marie divisé par deux. 2006 a vu la Chine dépasser le Japon
Colombani en dépenses consacrées à la recherche. 2006 a aussi
vu une multinationale dirigée par un Indien, Mittal,
Au moment de vous présenter nos meilleurs voeux et racheter Arcelor, le grand sidérurgiste européen : on
de vous remercier pour votre fidélité retrouvée, que ne saurait mieux signifier à quel point l'économie
retenir de l'année 2006 ? Au-delà du flot continu de mondiale est en train de changer. D'autres Indiens,
l'actualité immédiate - de l'espoir toujours repoussé des Russes, des Brésiliens et d'autres entrepreneurs
d'une paix au Proche-Orient à la promesse d'un du Sud sont désormais acheteurs d'actifs importants
renouveau de notre vie publique, en passant par les au Nord et deviennent des joueurs mondialisés.
doutes bienvenus des Etats-Unis sur leur stratégie en
Irak -, cette année fut de transition, de gestation d'un - La perte du monopole des classes moyennes. Le
monde nouveau et, à bien des égards, phénomène va devenir massif, avec l'accession au
méconnaissable. Une tendance lourde est apparue, bien-être matériel, traduit par un revenu par tête
de celles qui bouleversent notre avenir : l'organisation moyen comparable à celui du Nord, de centaines de
géopolitique de la planète non plus selon le millions de personnes. Et une première manifestation
traditionnel rapport de force Nord-Sud, mais cette fois de cette évolution : le bonheur des uns (les nouvelles
bel et bien Sud-Sud. Ce sont des pays dits « classes moyennes) semble alimenter le mal-être des
émergents », les puissances de demain (Chine, Inde, autres (les nôtres). A Washington, Londres ou Paris,
Brésil), qui, ayant pris le chemin de la croissance et les couvertures des magazines et des journaux
du développement, ont commencé de s'organiser consacrées à l'émergence de ces jeunes et petites
hors des directives et des impulsions venues du Nord, bourgeoisies succèdent à celles que nous consacrons
de nos pays. à la stagnation, voire à la déstabilisation des couches
sociales qui forment le substrat économique et
Un événement, qui a paru sur le moment presque démocratique de nos pays ; déstabilisation que traduit
anecdotique, fait figure de symbole de ce la tentation de votes extrémistes. Il est vrai que les
renversement au profit d'une dynamique Sud-Sud : le puissances naissantes du Sud ne se contentent plus
sommet qui a réuni à Pékin les principaux pays de tirer profit de leur avantage comparatif (donc du
d'Afrique. La mondialisation, c'est d'abord cela. Non dumping social) dans les seuls secteurs à forte main-
pas seulement un geste politique qui symbolise la d'oeuvre ; ils s'installent et avancent très vite dans des
puissance montante, commerciale, de plus en plus créneaux où leurs ingénieurs et multiples
financière et politique, de la Chine, mais aussi le signe informaticiens trouvent à s'employer, souvent grâce à
annonciateur d'un moment où les pays émergents des transferts de technologies venues du Nord.
cesseront d'être notre périphérie pour devenir les
moteurs de la croissance mondiale, et les acteurs - La perte du monopole de l'impérialisme économique.
d'une nouvelle géopolitique dont nous tardons à C'est principalement de la Chine qu'il est question.
prendre conscience tant elle bouleverse nos Pékin se comporterait en Afrique en prédateur de
représentations traditionnelles. Nouveauté qui, matières premières, vendeur de produits made in
rapportée à notre point de vue de pays du Nord China et soutien de régimes dictatoriaux et
développé et riche, se traduit par la perte de « corrompus. La Chine est en effet en passe de
monopoles » traditionnels. déployer sur le continent africain un néocolonialisme
qui n'a rien à envier à celui des Européens ou des
- La perte du monopole de la richesse. Américains et Américains. A l'ONU, en tout cas, Pékin défend bec et
Européens s'y étaient habitués : le monde développé, ongles un de ses plus importants fournisseurs de
c'était ici, chez nous. Les autres s'efforçaient de nous pétrole, le Soudan, dont le régime, mélange de
rattraper ou, à la suite de l'URSS, s'épuisaient dans tyrannie islamiste et de dictature militaire, est
l'expérimentation peu concluante, voire désastreuse, responsable de certaines des pires atrocités
d'autres modèles. perpétrées sur ce continent depuis le génocide du
Rwanda. En d'autres termes, le monde « multipolaire
Reproduisant en fait ce que les Japonais ont réalisé » que Jacques Chirac appelle de ses voeux ne sera
au lendemain de la seconde guerre mondiale, pas, ipso facto, synonyme de paix. Plus près de nous,
Chinois, Philippins, Indonésiens, Malaisiens, Indiens, le retour de la Russie à une politique de puissance,
Brésiliens et d'autres bâtissent à leur tour des sans contestation possible à l'intérieur, laisse penser
économies fondées sur la consommation et que l'Europe, de ce côté-là aussi de ses frontières,
l'exportation de masse - et une formidable dépense devra vivre sous une pression grandissante.
énergétique... Ces économies se construisent sur
l'ouverture des frontières ; elles vivent de la - La perte, enfin, du monopole du récit sur le monde.
globalisation croissante des échanges. C'est nous qui racontions l'histoire à travers le prisme
de nos préjugés ; ce sont nos agences de presse, nos
Les défenseurs de la mondialisation sont au Sud - au télévisions, nos magazines, nos journaux qui
moins dans ce Sud-là ; la tentation protectionniste est dominaient le monde des médias. Instrument de
au Nord. Dans son dernier rapport de l'année, la pouvoir, cette prépondérance médiatique n'est plus.
Banque mondiale observe que la mondialisation a Elle est malmenée par la Toile et concurrencée par
sorti une grande partie de la population de la planète les chaînes de télévision du Proche-Orient, d'Asie, qui
de la misère et prévoit que, dans le prochain quart de racontent à leur tour l'histoire à l'aune de leur
8
perception, c'est-à-dire à travers le prisme de leurs système. Même Steve Jobs, l'emblématique créateur
préjugés, et ceux de leurs pays. L'empire CNN est d'Apple, vient d'être pris les doigts dans la confiture, à
contrebalancé, et même contredit, par l'empire Al- propos d'une obscure affaire de manipulation de
Jazira. Les frontières de la bonne - et de la mauvaise dates de valeur pour ses stock-options. La semaine
- conscience vont donc elles aussi changer. précédente, c'est l'industrie lourde allemande,
notamment dans le secteur automobile, qui exhale un
Il est impossible de ne pas se réjouir des perspectives parfum de corruption massive. Depuis une dizaine
qui sont ainsi ouvertes : la croissance mondialisée d'années, la liste des grandes entreprises mondiales
continuera de faire reculer la pauvreté, à l'échelle poursuivies en justice pour irrégularités ou corruption
planétaire. Il n'est pas davantage possible de refuser massive s'est allongée de manière impressionnante :
de voir les turbulences que ces grandes Enron, Parmalat, Arthur Andersen, etc. Sans parler
transformations créent dans nos sociétés, impossible d'affaires judiciairement distinctes mais de même
de ne pas voir les inégalités nouvelles qui surgissent, nature comme la faillite de la banque anglaise Barings
ici comme dans les pays émergents. Plus que jamais, ou l'affaire des frégates de Taïwan. Le Japon
donc, la gestion du monde qui vient aura besoin de également a connu son lot d'affaires douteuses.
régulations.
Le plus grave, le plus massif, et sans doute le plus
En même temps, ces zones de turbulences dans immoral de ces scandales ne relève pourtant pas de
lesquelles nous sommes durablement entrés font le lit la même catégorie puisqu'il est légal. C'est le fait que,
des marchands de peur. Là où nous aurions besoin salaires plus stock-options plus avantages divers, la
de marchands d'idées : pour repenser, ici, nos rémunération des présidents et des deux ou trois plus
mécanismes et nos centres de création de richesse ; hauts responsables des grandes sociétés
ainsi que le mode d'organisation de nos sociétés. multinationales contemporaines soit passée en
Nous aurions besoin aussi de repenser notre idée des quelque trente ans d'environ quarante à cinquante
frontières, n'en déplaise à celle et celui qui, désormais fois le salaire moyen de leurs employés - le ratio de
en France, s'emploient à délégitimer la construction décence d'Henry Ford - à quelque trois cent cinquante
européenne ; au moment précis où, dans le cours ou quatre cents fois aujourd'hui.
d'une histoire qui n'attend pas et ne nous attendra
pas, nous aurions besoin d'y croire de nouveau (mais S'il est vrai que souvent les surfaces commerciales de
précisément l'Europe n'est-elle pas minée aujourd'hui ces entreprises se sont étendues dans les mêmes
par le fait qu'elle n'a pas de frontières ?). Avant donc proportions - c'est l'argument essentiel de leurs
que le duel « Sarko-Ségo » ne capte toute l'attention, patrons -, ce n'est pas une raison suffisante pour
et ne recentre celle-ci sur le bon vieux village gaulois, accepter le principe d'un capitalisme prédateur à ce
n'oublions pas que la Terre tourne ! point-là.

Je crains cependant que la justice et l'indignation


Le capitalisme éthique, un principe fragile, populaire n'y puissent pas grand-chose. Une
par Michel Rocard - LE MONDE | 09.01.07 condamnation, et même une mise en faillite, de temps
Michel Rocard, premier ministre de 1988 à 1991, est en temps, ne sauraient corriger la logique du système.
député européen. Car c'est bien d'un système qu'il s'agit.

Henry Ford, constructeur automobile américain (1863- Un bon exemple nous en fut donné en décembre
1947), ne fut pas seulement pendant une quinzaine lorsque la presse française nous informa du montant
d'années le plus gros industriel du monde. Il fut aussi et des modalités de calcul du bonus des opérateurs
l'un des sauveteurs du capitalisme frappé gravement bancaires. Et le fait nouveau était l'information selon
par la crise de 1929 : c'est la politique des hauts laquelle les banques employeuses étaient bien
salaires, dont il est l'inventeur, qui assura le obligées d'en passer par là pour garder ces agents
redémarrage de la consommation. C'est dire toute qui savent très vite trouver, n'importe où dans le
l'importance de ses intuitions. monde, de nouveaux employeurs acceptant d'en
passer par leurs conditions. Il y a donc bien un
Il aurait affirmé à diverses reprises que le capitalisme système qui touche la banque mais encore plus le
ne saurait vivre et se développer sans respecter une monde industriel au sein duquel se répandent salaires
éthique rigoureuse. Il était à ses yeux mauvais - mirobolants et stock-options indécentes. A un tel
moralement - qu'un chef d'entreprise se paye plus de niveau d'immoralité, le système n'est plus défendable,
quarante fois la rémunération moyenne de ses et cela ne manque pas d'être inquiétant dans nos
employés. Lui-même respectait cette règle à son sociétés fragiles parce que complexes. Mais le plus
propre endroit. La clé de ce jugement tient en ceci grave n'est peut-être pas de l'ordre de l'éthique. Il
que le capitalisme est assurément la forme pourrait bien être de l'ordre de l'économie.
d'organisation sociale qui garantit les plus grandes
marges de liberté à tous les acteurs du système. Cela En effet, le passage de la rémunération directoriale
ne peut évidemment pas tenir sans un haut degré d'un petit 3 % de la masse globale des salaires à un
d'autolimitation et d'autocontrôle. gros 10 % oblige à pressurer le reste de la pyramide.
Cette pression, conjuguée à celle des actionnaires
Or il est clair, en ce vingt et unième siècle débutant, maintenant massivement organisés - fonds de
que quelque chose a craqué quelque part dans le pension, fonds d'investissement, fonds d'arbitrage ou
9
hedge funds - pour exiger le dividende maximal, Il va devenir nécessaire de plafonner fiscalement les
oblige en effet les sociétés à licencier toute main- hautes rémunérations, de limiter à l'extrême les OPA,
d'oeuvre non indispensable, à externaliser toutes les et de mettre fin au racket des cabinets spécialisés sur
tâches non directement liées au savoir et à l'identité les pouvoirs d'actionnaires. Tout cela, pour être
de la marque. Et bien sûr à limiter les augmentations efficace, devrait se faire au niveau européen. C'est
au strict minimum. Le salaire réel moyen aux Etats- affaire de moralité publique autant que de cohésion
Unis est ainsi stagnant depuis vingt ans, il l'est sociale et c'est aussi le seul moyen de sauver la libre
maintenant en France depuis cinq ou six ans. Le entreprise en lui rendant sa respectabilité.
développement du travail précaire est le produit direct
de cette évolution, qu'atteste dans tous nos pays la
baisse tendantielle sur une longue période de la part
des salaires dans le PIB. En France, elle a ainsi
baissé de 11 % de 1981 à 2005.

L'âpreté au gain de cette nouvelle couche de rapaces,


actionnaires et dirigeants, pousse aujourd'hui les
entreprises à la fraude, pour compte personnel ou
pour compte d'autrui. Je ne vois pas la justice capable
de triompher de forces aussi massives. Au
demeurant, George W. Bush, qui avait il y a quelques
années nommé après le scandale Enron un très
vigoureux président de la SEC - Securities and
Exchange Commission, la COB américaine -, s'est
débarrassé de lui un an et demi après pour en
nommer un plus accommodant. Le système résiste à
tout.

Il suit de tout cela qu'entre la masse des salariés qui


sont atteints par le chômage, la précarité ou tout
simplement la pauvreté, celle de ceux qui ne sont plus
dans ces situations mais les ont connues, et celle
encore plus grande de ceux qui sont rongés d'anxiété
à l'idée d'y tomber, une grande désespérance s'est
emparée non seulement des classes populaires, mais
largement aussi des classes moyennes. Le désarroi
des classes moyennes est aujourd'hui au coeur du
débat public américain. C'est lui aussi qui explique les
réponses négatives des Français et des Néerlandais
au référendum récent sur la Constitution européenne.
Et si l'Allemagne avait été saisie de la ratification par
voie référendaire, elle aussi aurait voté non.

C'est l'insécurité dominante de l'emploi qui inquiète


tous nos concitoyens. Elle découle directement de
l'aggravation démesurée de cette pression capitaliste
sur le travail. Nos opinions ne supportent plus un
système pareil. Si maintenant la disqualification
morale s'y ajoute, les tensions sociales risquent de
s'aggraver beaucoup.

Le redressement de cette situation passe


naturellement par une correction au profit des salaires
dans le partage du produit brut. Mais il ne sert à rien
de pousser uniquement le bas de l'échelle vers le
haut : augmentation du SMIC, appui aux négociations
salariales, quand la pression du marché est si forte en
sens inverse. Ou alors la prime pour l'emploi prendra
des dimensions himalayennes. Il n'y a pas d'autre
moyen pertinent que d'alléger le haut de la pyramide,
sinon toute hausse momentanée des petits salaires
aggravera la pression sur la sécurité des emplois
comme sur les rémunérations, pour les couches
intermédiaires, c'est-à-dire les classes moyennes.
10
pour bénéficier d'ajustements, d'ores et déjà objets
DOSSIER : Perte d'influence pour les jumelles d'âpres négociations entre gagnants et perdants.
de Bretton Woods Sans compter qu'il ne faudra pas laisser sur le bord
Qui a encore besoin du FMI et de la Banque de la route les plus pauvres, dont l'importance reste
mondiale ? économiquement négligeable mais qui sont devenus
Article paru dans l'édition du 19.09.06 - Laurence les principaux clients du Fonds.
Caramel
Ce n'est en effet pas le moindre des paradoxes
Pour la première fois depuis la crise de 1997, le auquel se trouve confronté Rodrigo de Rato : ses
Fonds monétaire international (FMI) organise son membres fondateurs peuvent depuis longtemps se
assemblée annuelle en Asie. Tout un symbole. En passer de ses services, les autres - pays émergents
moins de dix ans, le visage de l'économie mondiale a et à revenus intermédiaires - préfèrent et peuvent à
profondément changé. Les pays balayés par l'une des leur tour lever des capitaux sur les marchés
plus graves débâcles financières de l'histoire de internationaux. Incontournable, il ne l'est plus que
l'après-guerre se sont relevés. L'Asie a conforté sa pour les pays les plus pauvres dont l'effondrement -
place dans le concert des nouvelles nations d'un point de vue purement financier - serait indolore
émergentes, mais les remèdes de cheval infligés à au reste du monde. Comment alors - sans aucun
l'époque par le gendarme de la planète ont laissé moyen de pression sur les principaux acteurs de la
dans les mémoires de telles rancoeurs que la globalisation - remplir sa mission première, qui est
défiance, loin de disparaître, s'est durablement d'assurer la stabilité financière de la planète ? La
installée. Au point de pousser certains gouvernements stratégie de moyen terme - accroître la surveillance
encore endettés à rembourser leurs créances de du système financier international - proposée par le
façon anticipée. Comme le Brésil, l'Argentine et directeur général pour redéfinir le rôle de l'institution
l'Indonésie qui, forte d'une croissance retrouvée, a témoigne du repli auquel elle se trouve contrainte.
décidé de solder ses comptes avec le FMI dès cette Depuis 1997, les principales initiatives prises pour
année, exorcisant par ce geste l'humiliation ressentie demeurer au centre de l'arène ont échoué. A la
devant le spectacle d'un président Suharto contraint, création d'un tribunal des faillites pour les Etats,
pour obtenir un prêt de 30 milliards de dollars, de inspiré de la législation américaine en faveur des
signer ses lettres d'intention sous le regard hautain du entreprises, la communauté internationale a préféré
directeur général d'alors, Michel Camdessus. une solution « privée » consistant à introduire des
clauses spécifiques dans les contrats entre créanciers
Le cliché a fait le tour du monde, mais il est et emprunteurs. De même, la « ligne de crédit
aujourd'hui le souvenir d'une époque en grande partie préventive » imaginée pour venir en aide très tôt aux
révolue. Le FMI, pour s'être beaucoup trompé, a pays menacés a été boudée.
perdu de son influence et de sa puissance. Au coeur
de ses prescriptions, le consensus de Washington Près de dix ans après la tempête asiatique, le FMI
fondé sur le postulat des bienfaits de la libéralisation reste donc en quête d'une nouvelle feuille de route.
et de la privatisation n'a pas produit les résultats Sa jumelle de Bretton Woods, la Banque mondiale, en
escomptés, même amendé de politiques sociales engageant plus précocement son « examen de
censées protéger les populations les plus fragiles. Et conscience », sort moins affaiblie de cette décennie.
les pays qui tirent le plus grand parti de la En 2000, l'adoption des objectifs du millénaire par la
mondialisation sont finalement ceux qui, à l'instar de communauté internationale devant aboutir à la
la Chine ou de l'Inde, mènent des politiques jugées réduction de moitié de la pauvreté d'ici à 2015, lui a
hétérodoxes. fixé un cap précis et un nouveau cadre d'action. Ses
méthodes continuent de faire l'objet d'un vif débat et,
VIEILLE REVENDICATION comme le FMI, elle voit aussi certains de ses clients
se tourner vers des investisseurs privés ou les
C'est donc un directeur général plus modeste, marchés pour financer leurs projets. Elle subit la
Rodrigo de Rato, qui se rend à Singapour pour concurrence des fondations, qui dans le domaine de
soumettre, entre autres, à son conseil d'administration la lutte contre le sida, par exemple, ont pris une place
la première étape d'une réforme devant accorder à de premier plan. Mais ces évolutions ne menacent
chacun de ses actionnaires un pouvoir de décision pas pour l'instant le train de vie de l'institution. A
plus conforme à son poids dans l'économie mondiale. l'inverse du FMI, qui n'a plus pour gros client que la
Vieille revendication des pays en développement et Turquie.
des nations asiatiques en particulier, à laquelle les
pays riches - régnant en maître sur l'institution depuis
sa création en 1944 - avaient jusqu'à présent fait la Michel Aglietta : « Le FMI risque de devenir un
sourde oreille. Autisme devenu intenable devant le organisme technique d'appoint »
rôle croissant des économies émergentes d'autant Article paru dans l'édition du 19.09.06 - Propos
plus déterminées à prendre la parole qu'au sein de la recueillis par Laurence Caramel
jeune Organisation mondiale du commerce (OMC),
créée en 1995, ils bénéficient de la règle « un pays - Le FMI a perdu beaucoup de son influence, pourquoi
une voix ». La Corée du Sud, la Turquie, le Mexique ?
et la Chine sont les premiers servis. Les autres Après la crise asiatique, les pays émergents,
devront attendre 2008 au plus tard - a-t-il été promis - jusqu'alors sous la coupe du FMI sont passés d'une
11
situation de débiteurs à celle de créanciers disposant le faire en monnaie nationale ou régionale, et le dollar
de confortables réserves les mettant à l'abri d'une perdra en importance. Disposer d'une monnaie
crise de change. Du coup plus personne ou presque internationalement reconnue sera alors de leur intérêt,
n'a eu besoin ou n'a souhaité lui emprunter, préférant et pour cela il vaudra mieux être partie prenante du
le rembourser à marche forcée pour ne plus en FMI.
dépendre. Si bien que le rôle d'intermédiaire financier
que le Fonds assumait pour les pays en Le FMI doit engager un vaste plan de réformes
développement depuis les années 1970 s'est internes 20.09.06
énormément rétréci. Avec lui a disparu la tutelle qu'il
exerçait sur les politiques économiques. Dans le Les assemblées annuelles de la Banque mondiale et
même temps, la Chine, qui n'avait jamais eu affaire au du Fonds monétaire international se sont closes
Fonds, s'est imposée comme le principal créancier mercredi matin 20 septembre à Singapour. Dans son
mondial, et il est fort probable que l'Inde, qui va attirer discours de clôture, le directeur général du Fonds,
énormément de capitaux, deviendra aussi une Rodrigo Rato, a souligné la nécessité d'une vaste
puissance financière. Les déficits se sont ainsi réforme interne dont l'objectif "était de rendre le FMI
concentrés sur les Etats-Unis dans une forme de plus représentatif de l'actuelle économie mondiale".
compromis tacite et satisfaisant pour les deux bords. Les Etats membres ont approuvé à 90,6 % une
Les Etats-Unis achètent des biens, et les banques hausse des droits de votes de quatre d'entre eux
centrales asiatiques des titres du Trésor qui (Chine, Corée du Sud, Mexique et Turquie), qui
permettent de boucler le financement du déficit souffraient d'une sous-représentation flagrante au
américain sans crise du dollar. Cette situation est sein de l'institution. La Turquie a par ailleurs été
porteuse d'énormes déséquilibres sur lesquels, dans choisie pour accueillir à Istambul la prochaine réunion
ce contexte, le FMI n'a pas les moyens d'agir. annuelle à l'étranger, à l'automne 2009.
Les autres grandes économies émergentes, comme
La réforme en cours peut-elle lui permettre de l'Inde, le Brésil ou l'Argentine, devront attendre la
redevenir un acteur de premier plan ? Non. Le FMI a deuxième étape du chantier de réformes ouvert à
été fondé sur un principe d'assurance mutuelle des Singapour, au cours de laquelle seront redéfinis les
Etats pour aider ceux-ci à gérer leurs contraintes critères retenus pour calculer le poids des 184 Etats
extérieures dans des conditions où l'appel aux membres.
marchés de capitaux était limité. Dans une économie
globale, le problème crucial est la stabilité financière. Censée être bouclée d'ici 2008, la réforme s'annonce
Pour que le FMI soit en mesure de l'assurer, il faudrait difficile, car l'Europe et les Etats-Unis, qui dominent
lui confier la fonction de prêteur en dernier ressort l'institution créée il y a 61 ans, vont s'efforcer de
international. Il deviendrait un embryon de banque limiter au maximum leur perte d'influence."Il en va ici
centrale supranationale. Il est évident que cette de la crédibilité et de la légitimité du FMI", les a
transformation est aux antipodes des moeurs pourtant prévenu le ministre des finances indien
politiques actuelles. La coopération entre les Etats est Palaniappam Chidambaram, qui juge "totalement
au niveau le plus bas. C'est d'ailleurs pour cette faussé" le système actuel, largement hérité de la
raison que le projet de nouvelle architecture financière donne de l'après-Seconde guerre mondiale. Les pays
lancée en 1998 par le G7 a échoué. riches du G7 détiennent à eux seuls près de la moitié
des droits de vote du Fonds.
Comment voyez-vous l'avenir de l'institution ?
Le FMI ne peut tenter de se réinsérer parmi les En cette période de forte croissance mondiale, le FMI
grands acteurs de la globalisation que sur un mode n'a aucune crise financière à gérer. Et les pays d'Asie
mineur, en devenant un organisme technique et d'Amérique latine, jadis sous sa tutelle, ont
d'appoint qui exercera son expertise sur la largement remboursé leur dette, ce qui pèse du reste
surveillance du système financier international. Les sur ses finances internes puisque celles-ci sont en
propositions de son directeur général, vont dans ce partie alimentées par les intérêts sur les prêts
sens. On pourrait ainsi imaginer qu'un G7 élargi aux accordés. L'Asie et l'Amérique latine gardent un
grands acteurs de la mondialisation, à commencer par souvenir amer des cures d'austérité imposées lors
la Chine, s'appuie sur ce FMI réformé pour constituer des crises financières qui ont secoué ces continents.
une sorte de Conseil de sécurité financier chargé de "La mondialisaton financière et le fait que les pays
désamorcer les crises. Si le FMI est marginalisé, quel asiatiques détiennent l'essentiel des réserves de
est l'intérêt pour les pays émergents d'obtenir une change dans le monde ont réduit la dépendance à
revalorisation de leurs droits de vote ? La situation l'égard du FMI", souligne Mukul Asher, ancien
actuelle ne durera pas toujours. Brutalement ou de responsable économiste à la National University de
façon progressive, les déséquilibres se résorberont Singapore.
car il est aberrant que l'épargne mondiale finance à
crédit la consommation du pays le plus riche du CONTRÔLE ACCRU DES POLITIQUES
monde. Pour des raisons démographiques, il est tout ÉCONOMIQUES
à fait probable que les flux d'épargne s'inversent. Les Les pays d'Asie ont également critiqué à Singapour
pays émergents, engagés dans une croissance plus une autre réforme qui vise à renforcer le contrôle du
autocentrée, devront à nouveau emprunter, dans des Fonds sur les politiques économiques des Etats
conditions de stabilité qui ne soient pas celles des membres, notamment les questions de change. La
années 1980 et 1990. Ils chercheront probablement à Chine, accusée de maintenir artificiellement sa
12
monnaie à un bas niveau pour soutenir ses décollage économique et d'un mieux-être des
exportations, redoute d'être placée sur la sellette. populations. La lutte contre la corruption est un
facteur essentiel du développement, mais n'est ni un
Autre contentieux : la question de la présidence du but en soi ni la panacée.
FMI comme celle de son institution soeur, la Banque
mondiale. En vertu d'un accord informel en vigueur Le Tchad devait consacrer une grande partie des
depuis 1945, les Européens se réservent la première recettes de son pétrole au développement humain. En
et les Etats-Unis la deuxième. Washington jouit en décembre 2005, il est revenu sur ses promesses et la
outre de facto d'un droit de veto. "Les Asiatiques ont Banque lui a coupé les vivres pour finalement les lui
le sentiment que le FMI ne peut pas s'opposer aux rétablir. Qui a gagné, le Tchad ou la Banque mondiale
Etats-Unis", estime Eisuke Sakakibara, qui enseigne ?
la finance à l'Université Waseda de Tokyo. Les pays Les deux. La situation était très compliquée parce que
émergents veulent prendre exemple sur l'ONU et son le gouvernement tchadien était dans une impasse
système de rotation régionale pour le poste de financière, à court terme. Nous ne pouvions rompre
secrétaire général. Ainsi, le successeur en 2007 du définitivement avec lui, car les plus pauvres des
Ghanéen Kofi Annan sera un Asiatique. Tchadiens en auraient fait les frais.

Nous avons imaginé un nouvel accord qui aménage


Paul Wolfowitz : « Si la Banque mondiale n'existait une plus grande flexibilité dans l'emploi de recettes
pas, il faudrait l'inventer » pétrolières promises à une augmentation dans les
Article paru dans l'édition du 16.09.06 deux ans. Cette souplesse profitera aux plus
Dans un entretien au « Monde », le président de défavorisés. Un nouveau budget a incorporé, en
l'institution souligne que « la lutte contre la corruption juillet, ce dispositif qui doit être soumis au vote de
est un facteur essentiel du développement », mais « l'Assemblée législative tchadienne d'ici à la fin de
n'est pas un but en soi » l'année.

Pourquoi avoir demandé au gouvernement Que fait la Banque mondiale pour la Palestine ?
singapourien d'autoriser les antimondialistes, si Cela fait quinze ans que la Banque aide l'Autorité
critiques à votre égard, à venir à Singapour manifester palestinienne à améliorer ses capacités de
durant les assemblées de la Banque mondiale et du gestionnaire, afin qu'elle soit plus crédible auprès des
Fonds monétaire international, les 19 et 20 septembre bailleurs de l'assistance internationale. Après les
? dernières élections législatives palestiniennes,
Pour deux raisons. En premier lieu, nous avions certains donateurs ont manifesté des réticences à
passé avec les autorités singapouriennes un accord poursuivre leurs efforts.
qui prévoyait explicitement cette expression de Avec l'Union européenne, nous travaillons à élaborer
groupes et de personnes accrédités par nous. Cet des mécanismes qui nous permettront d'aider en
accord de 2003 n'a pas été respecté. D'autre part, il direct les populations ayant des besoins criants en
est très important d'écouter ceux qui ne pensent pas matière de santé, d'éducation et de services sociaux.
comme nous. Car ils ont parfois raison. Il ne faut pas L'un de nos directeurs généraux, Juan José Daboub,
fermer ses oreilles. Salvadorien d'origine palestinienne, a reçu la
responsabilité de cette région. Notre institution finance
Lorsque vous êtes arrivé à la tête de la Banque des projets en matière d'eau, d'éducation et de
mondiale, en juin 2005, vous aviez fait une priorité de développement communal, dans les territoires de
la lutte contre la corruption. Est-ce toujours votre Gaza et de la rive gauche du Jourdain, pour 108
préoccupation principale ? Peut-on rendre les Etats et millions de dollars [85 millions d'euros].
les hommes irréprochables du jour au lendemain ?
Du jour au lendemain, évidemment non. Singapour L'aide au développement est-elle plus efficace quand
est un bon exemple du temps qui est nécessaire à un elle est multilatérale ou bilatérale ?
pays pour devenir un modèle de vertu. Si j'ai dit que la Dans tous les cas de figure, il faut que les aides
lutte contre la corruption était une priorité, c'est que soient coordonnées entre les différents bailleurs,
j'ai été affligé de voir que le niveau de vie de 600 sinon on se retrouve dans la situation d'une équipe de
millions d'Africains ne progressait pas et même foot composée de gamins qui veulent tous jouer au
régressait, à cause de la corruption. Quand il y a poste de gardien de but ! Les pays en développement
mauvaise gouvernance, comme au Zaïre du temps de n'ont pas seulement besoin de médecins, mais aussi
Mobutu, vous pouvez donner tout l'argent que vous de maîtres d'école, de routes, etc. Cela dit, une
voulez, cela ne sert à rien. émulation entre les donateurs n'est pas mauvaise, car
En Afrique, je suis heureusement surpris de constater si un seul organisme opère, on se trouve en présence
que bien des gouvernements, comme en Tanzanie ou d'un monopole, ce qui a toujours des effets pervers.
en Ethiopie, ont mis la bonne gouvernance au premier Il est très important qu'existe une institution
rang de leurs préoccupations. Mais il ne suffit pas que multilatérale comme la Banque mondiale, et je ne suis
les présidents et les premiers ministres soient pas du tout d'accord avec ceux qui prétendent que
convaincus de la nécessité de la transparence et de soixante ans ça suffit, et qu'elle doit disparaître. Si elle
l'honnêteté. Il faut que les ministres, les conseillers et n'existait pas, il faudrait l'inventer.
même les peuples partagent la conviction que la
bonne gouvernance est la condition sine qua non d'un
13
Dossier Wal-Mart Wal-Mart ou la mondialisation grandeur nature -
Le Monde, 21.11.06
Wal-Mart reconnaît son échec en Europe
continentale Le Monde 30.07.06 Le modèle controversé du géant de la distribution
Après l'électronique, l'alimentation et les produits
Wal-Mart, met fin à son aventure allemande et quitte bancaires, Wal-Mart commercialise maintenant des
ainsi l'Europe continentale. Wal-Mart et Metro ont médicaments génériques. L'enseigne américaine,
annoncé en effet, vendredi 28 juillet, que l'américain leader mondial de la grande distribution, n'a qu'une
allait céder ses 85 magasins au premier distributeur obsession : développer sans cesse de nouvelles
allemand. En Allemagne, Wal-Mart emploie plus de activités et ouvrir de nouveaux magasins, et demeurer
11 000 salariés et réalise un chiffre d'affaires ainsi l'une des plus grandes entreprises du monde.
d'environ 2 milliards d'euros. Metro, qui a réalisé, en Elle est passée, selon le classement du magazine
2005, 55,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires, Fortune, du premier rang en chiffre d'affaires en 2004
emploie 250 000 salariés et est le quatrième au second en 2005, derrière le pétrolier Exxon Mobil.
distributeur mondial après Wal-Mart, Carrefour et La baisse du prix du pétrole, parallèlement à la
Tesco. poursuite de l'expansion de Wal-Mart, pourrait faire
regagner à cette dernière le premier rang mondial en
Le géant américain avait pourtant donné depuis des 2006.
années des soucis aux groupes de distribution
allemands - mais aussi français -, qui redoutaient sa Le poids pris par cette entreprise dans les échanges
concurrence et craignaient même d'être sa cible par le économiques à l'intérieur comme avec l'extérieur des
biais d'une offre publique d'achat (OPA). Etats-Unis est devenu tel que les économistes
évoquent maintenant un « effet Wal-Mart, » visible au
Après s'être implanté fin 1997 outre-Rhin en rachetant niveau macroéconomique, qui se manifeste par une
des supermarchés Wertkauf puis Interspar, le géant baisse des prix et une hausse de la productivité. Le
de l'Arkansas n'a jamais réussi à y percer. Wal-Mart cabinet d'études Global Insight a ainsi calculé qu'entre
confirme qu'elle a toujours enregistré un résultat 1985 et 2004, Wal-Mart a réduit l'inflation de 3 % aux
négatif. Etats-Unis, et permis aux familles américaines de
réduire en moyenne leurs dépenses de 2 321 dollars
« Il est apparu de plus en plus clairement qu'il était par an !
difficile d'atteindre la taille et les résultats souhaités en
Allemagne, dans les conditions économiques difficiles POUVOIR DE VIE ET DE MORT
actuelles », a commenté Michael Duke, vice-président La médaille a son revers. Pour garantir la véracité de
de Wal-Mart. A l'international, le groupe s'est déjà son slogan - « everyday low prices » (des prix bas
retiré de la Corée du Sud en mai, mais reste présent tous les jours) -, l'enseigne a étendu le réseau de ses
au Canada, en Chine, au Japon, en Grande-Bretagne fournisseurs à la planète. En 2005, plus de 60 % des
et en Amérique centrale et du Sud. marchandises vendues étaient importées, contre 6 %
en 1995. Si Wal-Mart était un pays, il serait l'un des
En Allemagne, « nous avons fait des erreurs », premiers partenaires de la Chine, devant la Russie et
reconnaissait David Wild, le cinquième patron de la le Canada. « Wal-Mart est l'une des principales forces
filiale en huit ans, dans un entretien au Welt am qui poussent à la délocalisation des emplois
Sonntag du 18 juin. Par exemple sur l'assortiment : « américains », affirme Gary Gereffi, professeur à
Saviez-vous que les oreillers ont aux Etats-Unis une l'université Duke, spécialiste des chaînes
taille standard différente de celle en Allemagne ? d'approvisionnement. « Elle dispose aujourd'hui d'un
Maintenant, nous le savons, car nous sommes restés pouvoir exorbitant de vie et de mort sur la plupart des
assis sur des milliers de taies d'oreillers américaines industries de consommation aux Etats-Unis et de ses
dans lesquelles les oreillers allemands n'entraient 65 000 fournisseurs, parce qu'il est de loin le premier
pas. » distributeur et vendeur de leurs produits », ajoute-t-il.

Le départ de Wal-Mart marque aussi l'échec de « Les gains de productivité obtenus par l'enseigne à
l'américanisation » du travail en Allemagne. Le groupe travers d'innombrables innovations d'organisation et
est aussi très critiqué aux Etats-Unis pour ses de gestion signifient aussi, pour les salariés
pratiques sociales. Outre-Rhin, il a défrayé la américains du groupe, des conditions d'emploi
chronique en tentant d'imposer une directive « dégradées : selon les derniers chiffres disponibles, en
d'éthique » réglementant, notamment, les relations 2001, un employé de Wal-Mart gagnait en moyenne
amoureuses au travail, qui a été jugée contraire aux 13 861 dollars par an - le seuil de pauvreté était alors
principes constitutionnels par le tribunal régional du de 14 630 dollars pour une famille de trois personnes
travail de Düsseldorf en novembre 2005. Selon une - et un sur deux n'avait pas d'assurance-maladie. De
porte-parole de Wal-Mart en Allemagne, il s'agissait plus, le premier employeur privé du pays établit de fait
uniquement de régler le cas des couples « qui sont une norme sociale, que ses concurrents et d'autres
dans un lien direct de dépendance » dans leur travail. entreprises de service ont imitée, tirant vers le bas les
revenus et les conditions de vie des travailleurs
modestes.
14
Pour ces raisons, Wal-Mart est à la fois l'une des On arrive à Dongguan par Shenzhen, la première
entreprises américaines les plus admirées, mais aussi zone économique spéciale de Chine. L'âge moyen de
les plus détestées, aux Etats-Unis même. Elle est ses 8 millions d'habitants, pour la plupart venus de
devenue aujourd'hui une cible de la gauche l'intérieur du pays, est à peine supérieur à 30 ans. La
américaine, des syndicats et de nombreux élus plupart sont venus ici pour trouver du travail et gagner
démocrates, surtout depuis la victoire de ces derniers en un mois beaucoup plus que dans les campagnes
aux élections du 7 novembre. Le sénateur de l'Illinois surpeuplées du pays.
Barack Obama, l'une des stars montantes du parti, et
John Edwards, candidat malheureux à la Wal-Mart, le géant américain de la distribution, se
présidentielle de 2004 avec John Kerry, ont annoncé fournit auprès de plus de 6 000 usines de cette
le 15 novembre qu'ils rejoignaient le groupe « Wake région, avec des commandes qui vont des bandages
Up Wal-Mart » (Réveille-toi Wal-Mart), qui mène élastiques pour protéger les jambes des chevaux aux
campagne contre le géant de la distribution, arguant appareils électroniques, pour une valeur de 18
du fait que « tous les travailleurs américains méritent milliards de dollars par an. Par ailleurs, le groupe
d'être payés un salaire décent et d'avoir accès à une emploie directement en Chine plus de 23 000
couverture santé complète ». Il est vrai que l'enseigne personnes, pour la plupart dans les ports où les
a consacré aux élections parlementaires plus de 1 produits transitent, et a déjà ouvert une soixantaine de
million de dollars, dont 71 % sont allés à des magasins en Chine, dont un à Shenzhen.
candidats républicains.
Une jeune ouvrière originaire du Sichuan, qu'on
Un documentaire dévastateur, Wal-Mart : The High appellera Mui pour préserver son anonymat, travaille
Cost of Low Price le coût élevé des prix bas), a dans une usine de jouets. Elle explique que « les
remporté en 2005 un succès considérable. La société conditions de travail peuvent changer beaucoup d'un
fait face à des dizaines de poursuites judiciaires pour mois à l'autre, tout dépend des commandes passées
avoir enfreint la loi sur les heures supplémentaires, aux fournisseurs. Nous produisons des jouets pour le
sur l'emploi d'immigrés en situation irrégulière et sur marché américain : en été, on travaille très dur pour
les discriminations raciales ou sexuelles. Le groupe les commandes de Noël, jusqu'à quatorze heures par
se défend en affirmant que ces affaires ne sont pas le jour parfois. Et, en hiver, plein de gens sont renvoyés
reflet de la culture de l'entreprise, mais de dérives parce qu'il n'y a pas suffisamment de travail. Mais,
locales. souvent, il est possible de rester ici en trouvant un
emploi dans une autre usine ». Une amie de Mui, qui
Reste que Wal-Mart se heurte désormais, à chaque vient aussi du Sichuan, confirme : « Les conditions de
fois qu'il veut implanter un magasin, à une forte travail sont dures, on le sait. On n'est pas dupe, on
opposition locale. Cette résistance freine son sait qu'on nous fait bosser trop. Mais on ne compte
expansion, et l'enseigne a pris conscience qu'elle doit pas faire cela toute la vie, seulement le temps qu'il
améliorer son image. Elle met en avant dans ses faut pour avoir assez d'argent et retourner au Sichuan
publicités ce qu'elle apporte aux familles les plus pour démarrer quelque chose avec nos économies,
modestes, ses gestes de générosité comme après le ou bien rester ici, sur la côte. C'est beaucoup plus
passage de l'ouragan Katrina, la diversité de ses développé et intéressant. Et, entre-temps, on gagne
employés et de ses clients. Le groupe a grandement jusqu'à 1 200 yuans par m ois ! » (près de 120 euros,
contribué à la naissance en décembre dernier d'une le salaire moyen étant de 300 euros par an dans les
association soi-disant indépendante qui prend sa campagnes), dit-elle.
défense, « Working Families for Wal-Mart » (les
familles de travailleurs pour Wal-Mart). Mais, à en Mais les exigences de prix et de délai imposées par
croire les sondages, 56 % des Américains pensent Wal-Mart à ses fournisseurs sont, d'après plusieurs
maintenant que Wal-Mart a une influence néfaste. organisations non gouvernementales (ONG), à
l'origine des mauvaises conditions de travail imposée
Dongguan vit au rythme des commandes venues à nombre d'employés des usines qui produisent pour
d'Amérique le géant américain. Depuis 1992, à la suite de
Dongguan, dans le sud de la Chine, n'est pas à dénonciations et de campagnes menées par les ONG
proprement parler une ville, mais un ensemble de dans les médias, en particulier aux Etats-Unis, Wal-
hangars d'usines, où est produite une partie énorme Mart a commencé à confier à des « auditeurs
des biens - jouets, radios, portefeuilles, lampes, indépendants » le rôle de contrôler que les standards
couvertures ou chaussures - utilisés chaque jour dans sociaux et légaux minimaux sont respectés par les
le monde entier. On ne voit ici que des usines, et fournisseurs choisis par les acheteurs de Wal-Mart.
l'économie qui se crée à leurs abords : ici, un petit Mais, comme l'affirme un rapport de la Clean Clothes
marchand de nouilles qui sert les ouvriers à la pause, Campaign, une ONG néerlandaise qui fait campagne
là, un petit magasin vendant des produits de beauté, pour le respect des droits humains et sociaux dans
des serviettes et des thermos. Partout dans les rues l'industrie textile, « les auditeurs de Wal-Mart restent
de la ville, des panneaux, écrits dans les mêmes gros seulement trois heures dans chaque usine, en
caractères rouges que les slogans maoistes vérifiant les salaires, le temps de travail et l'âge du
d'autrefois, annoncent : « Ceux qui ne travaillent pas personnel, font un tour d'inspection de l'usine et
dur aujourd'hui devront travailler dur demain pour rencontrent trois ou quatre ouvriers dans la salle des
chercher un emploi ! » réceptions ». Et, d'après des managers chinois
interrogés par l'ONG, « les inspecteurs de Wal-Mart
15
sont faciles à tromper. De plus, comme les prix
d'achat de Wal-Mart sont très bas, les inspecteurs ne
s'attendent pas vraiment à ce que les standards
soient respectés, parce que cela impliquerait des prix
plus élevés ».

Les cas de non-respect des standards dénoncés dans


la presse et par les ONG ont été toutefois si
nombreux que, dans les deux dernières années, Wal-
Mart a arrêté de travailler avec plus de 400 usines, en
particulier parce qu'elles dépassaient les durées
maximales légales de temps de travail. Et, cette
année, la Chine a été le seul pays où Wal-Mart a été
forcé d'accepter la présence d'un syndicat organisé, la
Fédération chinoise des syndicats, qui est d'ailleurs le
seul légal en Chine. Mais il s'agit d'une organisation
entièrement dirigé par le Parti communiste, et qui a
souvent été attaquée pour se contenter d'un rôle de
simple « intermédiaire neutre » entre les ouvriers et le
management, incapable de défendre les travailleurs
lorsque éclatent des conflits sociaux. Robin Munro,
animateur du groupe China Labour Bulletin, une
association de défense des droits syndicaux des
travailleurs chinois basée à Hongkong, remarque que
« Wal-Mart a ainsi trouvé le seul syndicat au monde
qu'il peut supporter ! ».

Wal-Mart en Chiffres - Le Monde 23.02.06

Le groupe, qui a clos son exercice 2005-2006 fin


janvier, affiche un chiffre d'affaires de 312,4 milliards
de dollars (263 milliards d'euros), en hausse de 9,5
%. Le groupe a dégagé un résultat net de 11,231
milliards de dollars. Au niveau mondial, le groupe
emploie 1,6 million de personnes. Wal-Mart est
présent dans 15 pays en dehors des Etats-Unis, à
travers plus de 2 400 magasins. Au cours de
l'exercice 2005-2006, ses ventes à l'international ont
atteint 62 milliards de dollars (+ 11,4%).
16
Chine, Inde : l'offensive internationale doublement ou un triplement du flux annuel sortant de
Brice Pedroletti - Article paru dans l'édition du "sino-dollars" d'ici à 2010.
10.01.07
Le calcul des investissements directs sortants chinois
Si elle avait abouti, l'acquisition, par China Mobile, du (ID) est toutefois malaisé : une partie d'entre eux
fournisseur de services de téléphonie luxembourgeois reviennent en Chine après avoir transité par
Millicom aurait été, à 5,3 milliards de dollars (4 Hongkong ou des paradis fiscaux. En revanche, l'ex-
milliards d'euros), la plus élevée jamais réalisée par colonie britannique, qui continue d'être comptabilisée
une société chinoise à l'étranger. Elle aurait permis au séparément de la Chine dans les statistiques, est,
numéro un de la téléphonie mobile chinoise de avec 32 milliards de dollars d'ID sortants en 2005
prendre pied sur les marchés émergents d'Afrique, d'après la Conférence des Nations unies sur le
d'Amérique latine et d'Asie, où règne l'opérateur commerce et le développement (Cnuced), une plate-
luxembourgeois. forme de choix vers l'extérieur pour les groupes
chinois qui y ont leur siège. Ainsi, c'est dans les ID
Millicom a jugé l'offre insuffisante, et China Mobile, qui sortants d'Hongkong que sont comptabilisées une
en 2005 a tenté sans succès d'entrer dans le capital partie des opérations menées à l'étranger par les
de l'opérateur pakistanais PTCL, est désormais en sociétés publiques ou semi-publiques chinoises,
quête d'une autre proie. Tout comme l'équipementier comme Lenovo (rachat d'IBM en 2005) ou Cnooc
Wanxiang, devenu, à la faveur de l'explosion du (pétrole offshore).
marché automobile chinois, un fournisseur de premier
plan pour les véhicules Volkswagen et General En pourcentage, les ID chinois sortants (hors
Motors fabriqués en Chine : après avoir reniflé les Hongkong) représentaient à peine 1,6 % du total
restes de l'américain Delphi, ce groupe privé mondial en 2005, mais en Asie ils dépassent déjà, en
s'intéresserait à des actifs dont Ford souhaite se flux, ceux de Singapour ou de la Corée du Sud, tout
défaire. en restant inférieurs à ceux du Japon (40 milliards de
dollars en 2005).
SIPG, la société gérant le port de Shanghaï - le
troisième au monde pour les conteneurs -, est en A bien des égards, l'émergence des groupes chinois à
discussion pour acquérir 40 % de l'opérateur des l'étranger est une résultante de l'afflux en Chine des
terminaux portuaires de Zeebrugge (Belgique). Son multinationales du monde entier, qui y déversent 60
président a déclaré à la presse chinoise avoir milliards de dollars d'investissements annuels et font
provisionné l'équivalent de 1 milliard d'euros en vue main basse sur un nombre croissant de sociétés
de prises de participation à l'étranger, d'ici à 2010. locales, souvent les meilleures : le gouvernement
chinois est conscient qu'il lui faut lancer ses troupes
Au mois d'août 2006, c'est la société japonaise MSK dans l'arène internationale afin de les rendre plus
Solar, un fabricant de modules photovoltaïques, qui compétitives sur leur propre marché.
était rachetée par son client Suntech Power, le leader
chinois du panneau solaire. Fondée en 2001 par un Tel est l'objectif de la campagne "go global" ("devenez
étudiant en sciences revenu d'Australie, Suntech a pu globaux"), initiée en 2003 et mise en oeuvre
lever les fonds nécessaires à l'opération grâce à son essentiellement dans les secteurs stratégiques
entrée à la Bourse de New York, en 2005. partiellement fermés aux investisseurs étrangers -
comme les télécommunications, l'armement ou
Dans un rapport récent, le groupe de conseil en l'énergie - par la Sasac (State Assets Supervision and
stratégie Boston Consulting Group ne place pas Administration Commission). Cette agence d'Etat est
moins de 44 groupes chinois parmi les 100 nouveaux chargée d'orchestrer la mue des 161 entreprises
"challengers globaux" en provenance des "pays en qu'elle contrôle en "30 à 50 groupes compétitifs au
développement rapide", dont BYD Co., un gros niveau international et dotés de leurs propres droits
fabricant de batteries qui se lance dans l'automobile. de propriété intellectuelle et marques", réitérait
récemment devant la presse son directeur, Li
De plus en plus visible, la présence des entreprises Rongrong.
chinoises à l'étranger défraie la chronique et fait
ressurgir la peur du péril jaune. Pressés, les groupes Depuis quelques années, la stratégie
chinois privilégient l'acquisition d'actifs ou de sociétés d'approvisionnement en ressources naturelles est
existantes, selon qu'ils cherchent à sécuriser des pilotée en très haut lieu, notamment pour le pétrole :
approvisionnements en ressources naturelles, à rien qu'en 2006, PetroChina (filiale à Hongkong de
acquérir un savoir-faire et une image de marque, ou à CNPC), Sinopec, Cnooc - les trois géants étatiques
racheter un concurrent ou un fournisseur. du pétrole - et la structure publique Citic ont annoncé
pour plus de 10 milliards de dollars d'investissements
Principal indicateur de ce phénomène, à l'étranger, dont deux grosses acquisitions en Russie
l'investissement direct chinois vers l'étranger (ID) est (Udmurtneft) et au Kazakhstan (via le rachat du
en hausse rapide : en 2005, il a atteint 12,3 milliards canadien Nations Energy).
de dollars, soit un bond de 123 % par rapport à 2004.
En 2006, il devrait osciller entre 15 et 20 milliards de Pour le reste, le gouvernement, malgré sa rhétorique
dollars. La presse officielle chinoise évoque même un nationaliste, suit le mouvement bien davantage qu'il
ne le coordonne ou ne l'assiste : le Conseil d'Etat a
17
ainsi émis, en octobre 2006, ses premières directives Business Value) dans son rapport sur la globalisation
à l'attention des investisseurs chinois à l'étranger et des groupes chinois. Il est nécessaire, pour les
en appelle à plus de supervision et de soutien, via les sociétés chinoises désirant s'internationaliser,
ambassades. "d'acquérir une masse critique de talents
internationaux", estime Alan Beebe, directeur de
La Chine réfléchit également à diversifier ses recherche d'IBV China.
formidables réserves monétaires (un trillion de dollars,
placés majoritairement par la banque centrale en Le rapport n'identifie que 60 sociétés, parmi les 500
bons du Trésor américains), en créant par exemple plus grosses entreprises chinoises, aptes au test de
une structure d'investissement international comme l'internationalisation. Car les risques pour les sociétés
Temasek Holdings à Singapour. chinoises sont d'autant plus élevés qu'elles
choisissent le raccourci apparent des fusions-
La Chine d'aujourd'hui est donc loin d'offrir à ses acquisitions, un exercice réputé périlleux.
candidats à la mondialisation le soutien, et les
conditions, qui ont permis aux groupes japonais, puis L'échec peut être cuisant, comme celui de TCL, forcé
coréens, de se développer. "Quand les sociétés aujourd'hui de liquider l'activité téléviseur de Thomson
japonaises ont envahi le monde avec leurs voitures, acquise en 2004. Ses rivaux, qui ont choisi la
leur électronique et leurs appareils ménagers, ils croissance organique, s'en tirent mieux : c'est le cas
étaient confrontés à une réalité bien différente. Leur de Hisense, qui vend en France ses écrans plats
marché domestique était fermé au monde extérieur, assemblés en Hongrie. Cette société d'Etat de
ce qui a permis aux sociétés japonaises de réaliser Qingdao a grossi en rachetant des groupes locaux,
des marges confortables chez eux", écrit George dont Kelon, un ancien champion privé de
Zhibin Gu, dans China's Global Reach (éditions Fultus l'électroménager du Guangdong mis brusquement en
Corporation, 2006, 252 pages). faillite.

M. Zhibin Gu, consultant spécialiste de la Chine basé Une chose est sûre : les groupes chinois qui
à Shenzhen, prévoit que les groupes chinois ont survivront au double défi du marché chinois et
besoin de "dix ans d'apprentissage" avant d'être international seront redoutables. En attendant, le taux
suffisamment avertis des risques liés à l'expansion de roulement promet d'être élevé.
internationale, tant leurs "arrières" sont fragiles : ils
sont pour la plupart sérieusement endettés - plusieurs
scandales bancaires ont révélé l'existence de prêts
non remboursés au sein de grandes sociétés - et
évoluent en Chine sur un marché souvent saturé et
anarchique. Enfin, privées de visibilité juridique, ils
sont sans cesse exposés à l'arbitraire d'un "Etat-parti"
qui peut, à tout moment, changer les règles du jeu et
les prendre au piège.

Contrairement à leurs homologues indiens, les


groupes chinois sont souvent déconnectés des
marchés financiers et moins soumis aux exigences de
l'actionnariat - même quand ils sont cotés à Hongkong
et New York, tant la réalité de la gestion des actifs
chinois manque de transparence. La privatisation
partielle ou totale des entreprises d'Etat à la discrétion
de leurs gérants, le flou entourant la propriété des
entreprises en Chine - outre l'Etat, les régions et les
municipalités peuvent être actionnaires de grandes
sociétés parapubliques, comme Qingdao pour Haier,
et interviennent parfois de manière contre-productive -
sont autant de facteurs d'incertitude. Les groupes
privés, comme Huawei ou Wanxiang, ont donc
tendance, pour se protéger du "facteur
bureaucratique", à opacifier leur gestion.

Dans ce contexte, le déficit en expérience


internationale et en savoir-faire managérial est
devenu un motif de poids dans la quête de
partenaires à l'étranger.

Il apparaît au second rang des préoccupations des


groupes chinois, au côté de la technologie, et après la
recherche de nouveaux marchés, dans le sondage
récent réalisé par IBV China (IBM Institute for