Vous êtes sur la page 1sur 2

Rapport annuel 2010 – Service cantonal Santé et solidarité (SSAS)

Pastorale de la Rue, Pré-du-Marché 9, Lausanne

Par la situation de précarité et d’urgence des « gens de la Rue », les préoccupations et activités de la Pastorale sont réparties en six types d’activités :

1) l’Accueil à Pré-du-Marché 9 2) la présence dans la rue 3) les moments cultuels à la Chapelle de la Maladière 4) l’accompagnement à moyen et long terme des usagers 5) la pastorale spécifique élargie à d’autres champs de l’activité ecclésiale 6) celle des tâches du « ministère sida », en particulier l’accompagnement en continuité des malades du sida.

1) Durant l’année 2010, environ 30-40 personnes par après-midi ont fréquenté l'accueil. Gens de tous âges, majoritairement des usagers souffrant de toxicodépendance et de grande précarité (SDF). Lieu d'écoute, d'orientation au sein des structures médico- sociales; lieu de pause et de réconfort, petits dépannages alimentaires aussi et un repas une fois par mois pour vivre une soirée conviviale et communautaire.

2) La présence dans la rue : aux environs de la Place de la Riponne et au centre ville. Les liens de rue existant entre les différents lieux fréquentés par les usagers facilitent la présence dans la rue et offre aux usagers un cadre plus vaste de rencontre et d’accompagnement.

3) Les moments cultuels à la Maladière : ce sont d’une part les célébrations de chaque dimanche soir, centrées sur le feuillet liturgique préparé par l'officiant chaque semaine. Les feuillets de la Maladière sont envoyés tous les deux mois en Suisse et à l’étranger à environ 300 personnes. D’autre part, des moments de recueillements et des services funèbres ont lieu à la Maladière. L’année a été marquée par un nombre important de décès de nos usagers (16 décès), tous très jeunes ou à peine à la fleur de l'âge. Un baptême d'une petite fille a été célébré (famille en lien avec la Pasto suite au décès du grand-père de la petite).

4) L’accompagnement à moyen et long terme des usagers et le ministère Sida : cette activité s’est élargie en fonction de l’augmentation du nombre d’usagers. Les situations d’urgence et de précarité devenant de plus en plus fréquentes, les demandes d’aide continue sont elles aussi de plus en plus nombreuses. Au fil de l’année, elles représentent un accompagnement soutenu et régulier là où les personnes se trouvent, par des visites et rencontres dans des conditions moins stressantes, avec des opportunités de sorties (week-ends, mini-vacances) et des possibilités de relations en dehors de la « zone » ; relations qui revalorisent ces personnes et débouchent sur des débuts de réinsertion sociale. Accompagnements aussi des malades et des personnes en fin de vie ; accompagnement des familles et des proches, également des endeuillés. D’autre part, la Pastorale de la Rue porte, au sein de la coordination du 1er décembre (Journée mondiale du Sida), les valeurs spirituelles dont elle est, aux dires mêmes des autres associations, la seule représentante.

5) la Pastorale de la Rue élargie à d’autres champs de la vie de l’EERV : environ une fois par mois, la Pastorale a été appelée à célébrer le culte dominical dans les paroisses de la Région 12 Lausanne et dans des paroisses du canton. Ces cultes permettent à chaque fois de faire connaître la Pastorale de la Rue en tant que forme particulière d’Eglise. Dans le même type d’activité, la Pastorale a accueilli des groupes de

catéchumènes et de jeunes. En tant que pasteur de la Pasto, j'ai été invitée à enseigner et à participer à des journées de formation et tables rondes au sein de l'Ecole Sociale du Tunnel à Lausanne.

PS: depuis fin mars 2010 et jusqu'à aujourd'hui, je suis seule ministre responsable de la Pasto, mon collègue diacre ayant été absent pour burn-out puis ayant quitté la Pasto.

Roselyne Righetti, pasteur