Vous êtes sur la page 1sur 210

....

J
:::> ~'" '"
c eu'"
o Qi.~ c
«

0:::
> ... -­
::s
0 __-_ ...
CI
Zu.l~
...

OUVRAGES DE RAOUL AUCLAIR

POÉSIE

Un et Mille (épuisé), Le Rouge et le Noir.


ESSAIS

Le Livre des Cycles (épuisé), Les Portes de France.


Le Crépuscule des Nations (épuisé), La Colombe.
Les Centuries de Nostradamus (épuisé), Deux-Rives.
Les Epiphanies de Marie, Beauchesne (à paraître).
THÉATRE
Les Maléfiques, O.R.T.F.

Le Chemin de la Croix, O.R.T.F.

L'Annonce faite par Marie, O.R.T.F.

Pont-Main, ou l'Arcane de la Nuit, O.R.T.F.

La Chaîne et les Roses, O.R.T.F.

Si grande est sa beauté, O.R.T.F.

Vêtue de Soleil, O.R.T.F.

La Vierge du Second Noël, O.R.T.F.

DISQUES
Les Quinze Mystères de Marie, Unidisc.

Le Mystère de Noël, Unidisc.

Bernadette de Lourdes, N.-D. des Temps Nouveaux.

La Femme et le 'Dragon (Fatima), N.-D. des Temps

Nouveaux.
La Femme couronnée d'Etoiles (Médaille Miraculeuse),
N.-D. des Temps Nouveaux.
CINÉMA
Prodiges et Prestiges de Fatima, N.-D. des Temps Nouveaux.
RAOUL AUCLAIR

LA DAME

DE TOUS

LES PEUPLES

NOUVELLES EDITIONS LATINES


1, rue Palatine - PARIS (VI")
AVANT-PROPOS

Le bruit s'est répandu qu'une femme, à Amsterdam,


voyait la Sainte Vierge et recevait d'elle des messages. Ces
« apparitions ~, échelonnées du 25 mars 1945 au 31 mai
1959, ont donné lieu à cinquante-six « messages ~, recueil­
lis la plupart du temps pendant l'apparition même, avec
l'aide de certains témoins qui consignaient les paroles de
la voyante, celle-ci répétant ce que « la Dame ~ lui disait.
Ces textes étaient aussitôt communiqués discrètement
à certaines personnes. Ils étaient remis en particulier à
l'autorité religieuse, en l'occurrence l'évêque de Harlem,
par les soins du confesseur de la voyante, religieux domini­
cain. Ils ont formé peu à peu une collection de documents
bien datés dont l'authenticité ne fait pas de doute. Le pre­
mier recueil, en néerlandais, remonte à l'année 1955. D'au­
tres suivirent avec le complément des messages survenant
ch:ique année.
Dès le départ et surtout depuis 1951, après l' « impri­
matur ~ accordé à une image et à une prière dictée par
l'apparition, et concernant Marie sous le vocable de « Dame
de tous les Peuples », des théologiens, des prêtres, des laïcs,
en nombre croissant, ont cru à l'importance de ces messa­
ges pour l'avenir de l'Eglise.
« Les signes sont contenus dans mes paroles :t avait dit
la Vierge. Or, en relisant, après ces années écoulées et si
8 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

chargées d'événements, le texte des messages, bien des


passages hier fort obscurs s'éclairent à présent d'étonnante
façon.
Pour nous, ainsi que nous le développerons dans l'In­
troduction de ce livre, ce fut surtout le considérable évé­
nement du Concile, avec ses controverses ardentes et son
aboutissement inespéré, qui attira de nouveau notre atten­
tion sur plusieurs des messages d'Amsterdam auxquels
Vatican II nous paraissait apporter une bouleversante con­
firmation.
Et puis ce Concile n'a-t-il pas reconnu au peuple de
Dieu, et éventuellement aUX plus humbles des fidèles, une
participation à la fonction prophétique du Christ? La
constitution 4: Lumen Gentium » ne prend-elle pas en
considération les charismes « ajustés aux nécessités de
l'Eglise et destinés à y répondre, et qui doivent être reçus
avec action de grâces et consolation » ? Aux évêques, qui
ont seuls la charge de porter un jugement sur l'authen­
ticité de pareils dons, la même Constitution ne recom­
mande-t-elle point 4: non pas d'éteindre l'Esprit, mais de
tout éprouver pour retenir ce qui est bon » ?
Alors, nous avons cru utile de produire avec beaucoup
de soin une nouvelle traduction française des messages,
non certes pour en affirmer la céleste origine, mais pour
permettre une étude renouvelée, à la lumière d'événe­
ments qui nous invitent à ouvrir le dossier d'Amsterdam.
n est bien entendu que le récit de ces visions et messa­
ges, ainsi que le commentaire partiel que nous donnons
en manière d'Introduction, sont de notre part et sans
réserve, soumis aux prescriptions du pape Urbain VIII
concernant les faits de cette nature.
Enfin, la traduction que j'ai osé entreprendre, aidé en
cela par M. l'abbé Alphonse KRIJN, ne saurait être regar­
dée comme parfaitement conforme. Le texte original, en
hollandais, sera la seule référence s'il se présente quelque
difficulté de sens ou d'interprétation. R. A.
.5

INTRODUCTION

En ce monde où les structures sont demeurées chré-


tiennes quand les hommes le sont restés si peu, l'année
continue d'être jalonnée par les fêtes liturgiques dont cha-
cune marque une des étapes de la Rédemption. Or, parmi
toutes ces fêtes qui sont commémoration d'un fait du
passé, il en est une qui célèbre par avance un événement
du futur. Et c'est l'Epiphanie.
Noël et l'Epiphanie exaltent l'une et l'autre l'avènement
du Christ : Noël, pour les hommes en leur particulier;
l'Epiphanie, pour les peuples, tous les peuples de la terre,
qui doivent se convertir en tant que peuples et reconnaî-
tre la royauté du Christ. Avait-on suffisamment remarqué
cela? Et, pourtant, il n'est, pour s'en convaincre, que de
lire l'admirable liturgie de l'Epiphanie.
Que ce mystère en pleine lumière soit demeuré un mys-
tère caché, c'est que l'heure n'était pas encore venue où,
devenant actuel, entrant dans les exigences eschatologi-
ques et, donc, s'incarnant dans l'histoire, il devient néces-
saire et salutaire pour les hommes de se préparer à le
recevoir. Car nous voici, nous autres, en ce temps-ei, dans
la nuit de ce temps-ci, nous acheminant vers le Roi de
l'Epiphanie. Et l'étoile qui nous guide est rien de moins
que l'Etoile du Matin, la Vierge Marie elle-même.
10 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

Elle apparut, en 1830, dans le ciel des nations, à l'heure


où la nuit tombait sur les nations; et ce fut à Paris qui
était alors la capitale des nations. Et elle venait pour
conduire les nations, toutes les nations, dans le beau
matin de l'Epiphanie, par delà les ténèbres de l'apostasie
qui allaient tantôt s'étendre sur la terre.
Et tel est le secret, et tel est le message des épiphanies
de Marie : le cheminement vers la grande Epiphanie du
Christ-Roi.
L'Etoile du Matin s'arrêta ici et là, marquant différentes
étapes dans le cheminement : à la Salette, à Pontmain, à
Fatima, à Beauraing, qui sont des jalons eschatologiques.
Elle vient, enfin, de briller dans le ciel d'Amsterdam.
Cela, les hommes ne le savent pas encore. Cela, que les
hommes peuvent à présent connaître, ils ne sauraient pour­
tant déjà le reconnaître. C'est à l'Eglise seule qu'il appar­
tient de décider, de préciser et de proclamer si cette nou­
velle lumière, dans la nuit des nations, est lumière véri­
table et salvatrice, et non point clarté illusoire, artifice ou
maléfice.
Pour moi, me rendant par avance au jugement de
l'Eglise et, donc, donnant à l'exposé qui va suivre un tour
tout personnel et provisoire, mais ne pouvant sans cesse
revenir sur cette prudence et cette obéissance posées en
préambule, je parlerai désormais de ces faits avec l'accent
du préjugé favorable.

***
C'était en 1945, le jour de l'Annonciation, à Amsterdam.
Et ce fut jusqu'en 1959, le 31 mai, où l'Eglise célèbre la
Royauté de Marie.
Amsterdam marque donc, et de loin, la plus longue,
voire la plus importante étape du cheminement épiphani­
que de l'Etoile du Matin. En outre, Amsterdam paraît
INTRODUCTION 11

bien devoir être comme une sorte de terme et d'abou-


tissement.
Revenons à l'origine, au départ du cycle, à Paris, en
1830 ; Marie se présente ainsi : debout, les mains tendues
et ruisselantes de rayons, dressée sur le globe de la terre
surgissant des nuages. A Amsterdam, pour la première fois
depuis le début des apparitions, elle se replace dans la
même attitude et s'entoure des mêmes symboles. Toutefois
les symboles vont ici s'ouvrir et, en quelque sorte,
« s'actualiser ». C'est ainsi que les nations vont paraître
sur le globe et les nuages se muer en brebis. Et ce sont, ces
brebis, tous les peuples du monde destinés à l'unique ber-
gerie de l'unique Pasteur. En outre, le faisceau lumineux
jaillissant des mains de Marie de Paris se précise, aux
mains de Marie d'Amsterdam, en trois rayons qui sont la
Grâce - qui vient du Père - , la Rédemption - qui vient
du Fils -, et la Paix - qui viendra du Saint-Esprit.
Enfin, celle qui se taisait parle à Amsterdam. Et elle
parle longuement, explicitement, développant les messages
implicites contenus dans ses précédentes apparitions.
« Sous maintes formes, dit-elle, je suis déjà venue vers
ce monde. » Et, hochant la tête, regardant le globe du
monde sur lequel elle est posée, tristement elle constate :
« A quoi cela a-t-il servi 1 ~ (50 *)
« Constamment, de façon voilée, j'ai annoncé ce temps.
Eh bien, peuples, ce temps est arrivé. ~ (51)
Et quel est donc ce temps qui est arrivé? C'est le temps
où doit se former, où doit se forger, de bon gré ou sous la
contrainte, dans la joie ou dans la terreur, la grande
Unité, celle des chrétiens tout d'abord, puis celle de tous
les peuples de la terre, en vue de la Royauté universelle
du Christ et de l'effusion de l'Esprit-Saint.

* Le nombre inscrit entre parenthèses indique - et indiquera


désormais - la vision dont la citation est extraite; ici, la 50•.
12 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

« Le temps est arrivé. Le Saint-Esprit doit venir sur la


terre. » (44) « Le Saint-Esprit doit encore descendre; et
ce sera SUR LES PEUPLES. » (49) « Car c'est mainte­
nant, ET SEULEMENT MAINTENANT, que le Saint­
Esprit viendra sur la terre. » (51)
« Le Fils est venu selon la volonté du Père. A présent,
c'est l'Esprit qui viendra dans le monde; et moi je viens,
dit Marie, afin que l'on prie pour cela. » (28) Et encore:
« Le Saint-Esprit est plus proche que jamais; et pourtant,
le Saint-Esprit ne viendra que si vous l'en priez. » (51)
Quant à elle, la Dame et l'Epouse, elle vient, et c'est
pour annoncer l'Epoux, « elle vient, et c'est pour annon­
cer le Saint-Esprit ». (51)
Elle vient. Et c'est pour préparer les voies.

***
Quand il viendra, quand il reviendra, y aura-t-il encore
la foi sur la terre? Non, il n'y aura plus de foi. La tradi­
tion scripturaire s'en épouvante. Et la terre sera enfermée
dans les ténèbres du Mystère d'iniquité. Cela aussi la litur­
gie de l'Epiphanie le prévoit : « Les ténèbres couvriront la
terre et l'obscu'rité les peuples. »
Or, le Mystère d'iniquité est commencé. Mais il n'est
point achevé. Et Marie qui annonce la grande lumière du
grand matin de l'Epiphanie, est envoyée pour nous guider
au milieu des périls du passage, ce nouvel Exode vers la
nouvelle Terre promise. Elle, elle est la Lune mystique
dans la nuit des nations et la Colonne de nuées dans le
désert du monde.
Et voici, là, à Amsterdam, qu'elle révèle le nom nouveau
dont elle veut, désormais, qu'on l'honore : LA DAME DE
TOUS LES PEUPLES. Car elle vient, car elle est envoyée, et
c'est afin de conduire TOUS LES PEUPLES à la gloire de
l'Epiphanie.
« Je viens pour être la Dame de tous les Peuples. Non
INTRODUCTION 13

pas d'un peuple particulier - fût-ce le peuple chrétien - ,


mais de TOUS les peuples. » (30) « Je veux aussi venir,
précise-t-elle une autre fois, chez les peuples qui sont
tenus éloignés du Fils. » (32) « Car ces choses concernent
le monde entier. » (28)
L'admirable progression, l'admirable extension du règne
de Dieu qui est ici marquée! Durant la première phase de
la Révélation, seul le Père se manifesta aux hommes, et
ce fut à l'échelle d'un peuple infime, son peuple, Israël.
Durant la deuxième période, le Fils vint, selon la parole
de l'Evangile,« pour le salut d'un grand nombre * » ; et
la Révélation s'étendit à l'Occident. Et voici, au seuil de
la troisième et ultime époque que l'Esprit-Saint va
embraser toute la terre !
Et Marie, celle qui, à l'Origine, était l'Immaculée Concep­
tion, et qui fut un jour Marie, revient sous un nom nou­
veau : LA DAME DE TOUS LES PEUPLES. Et ceci afin d'opérer
le rassemblement des peuples, de les unifier dans le Peu­
ple de Dieu, répandu sous tous les cieux, présent sur tous
les continents, l'Eglise universelle.
Aussi bien, n'est-ce pas pour rien que le pape, à J'issue
de la troisième cession du Concile, a décerné à Marie,
comme prémisses à ce grand enfantement, le titre de Mère
de l'Eglise. Aussi bien, n'est-ce pas pour rien que le pape,
docile à l'Esprit-Saint, est allé à Jérusalem et à Bombay
à la rencontre et comme au devant des autres religions du
monde et qu'il a, à l'O.N.V., parlé à tous les peuples de la
terre.
Tout cela, ces événements si nouv,eaux, ces événements
uniques dans l'histoire de l'Eglise, et qui ont été pour
beaucoup un scandale, tout cela ne saurait être éclairé que
rlans la lumière eschatologique. Or, les apparitions de
Marie, depuis tantôt un siècle et demi, sont essentiellement

* Lue. II, 34.


14 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

eschatologiques. C'est donc Marie - et, très singulière­


ment, la Vierge d'Amsterdam - qui va nous donner à
entendre toutes ces nouveautés bouleversantes et, parfois,
déconcertantes auxquelles nous assistons depuis l'ouver­
ture du Concile. Et nous verrons que le Concile était pré­
cisément le premier signe contenu dans le Message et le
signal que tout, désormais, va s'accomplir. C'est aussi la
raison qui nous paraît devoir autoriser à faire état, pour
la première fois, de ces choses tenues encore si secrètes.

***
Marie, la Servante du Seigneur, ne s'arroge point de
mission. Elle vient parce qu'elle est envoyée :
« Le Fils fut envoyé par le Père. Maintenant le Père et
le Fils VEUT - c'est Marie qui emploie ce singulier théo­
logique sinon grammatical - VEUT envoyer la Dame et
l'envoyer à travers le monde entier. » (31)
Elle explique pourquoi : elle était et demeure Celle qui
précède. Elle a précédé le Fils à Cana. Elle l'a même pré­
cédé dans le Sacrifice, ayant, dès la Présentation au Tem­
ple, accepté le glaive qui lui fut montré. (32, 33) Et.
aujourd'hui, c'est elle encore qui précède et qui vient la
première.
« La Dame fut élue pour donner le Rédempteur au
monde. Maintenant, le Père, le Fils et le Saint-Esprit
VEUT qu'elle revienne en ce monde, en qualité de Co­
Rédemptrice et d'Avocate. » (32)
Durant la deuxième phase de la Révélation de Dieu aux
hommes, celle où le Fils vint tout d'abord « pour le salut
d'un grand nombre », « Marie, dit la Dame, fut connue
comme Marie par UN GRAND NOMBRE d'hommes; mais
maintenant, DANS L'ERE NOUVE<LLE QUI S'OUVRE (la
Révélation qui va s'étendre à toute la terre), je veux être
reconnue comme la 'Dame de tous les Peuples ». (34)
INTRODUCTION 15

***
Mais sans doute sied-il, avant d'aborder les enseigne­
ments et avertissements des messages d'Amsterdam, de
s'arrêter un instant pour en examiner la forme. Et cette
forme est insolite. La Vierge, d'ordinaire si sobre de paro­
les, parle ici d'abondance : cinquante-cinq apparitions.
cinquante-cinq messages tout au long de quatorze années.
Un autre message, en dehors du cycle, concerne la mort
du pape Pie XII.
n n'y a point là pourtant de prolixité. Et voici, à l'étude
attentive de ces messages, qu'une profonde et prudente
pédagogie se dégage. Ce sont, qui reviennent sans cesse, les
mêmes thèmes dogmatiques et eschatologiques, mais,
chaque fois, éclairés d'une lumière plus vive, afin d'en
révéler des aspects jusque là demeurés dans l'ombre.
Cette ouverture mesurée n'est pas réservée aux seuls
messages : la Dame, elle-même, dans l'Image qu'elle
entend donner d'elle-même, procède suivant la même pro­
gression. Tout d'abord elle se présenta, et simplement,
sans nul attribut. Puis les Rayons jaillirent des mains (13);
puis le Globe (24) ; puis la Croix et l'Arc avec les mots
« DE VROUWE VAN ALLE VOLKEREN ) (La Dame de tous les
Peuples) (28); enfin la Ceinture et les Brebis. c M'on
enfant, tu croyais voir des nuages autour du globe ; mais
regarde bien à présent. ) (33) Et, tout aussitôt, les nuages
se muèrent en vivantes brebis. Plus tard, et toujours selon
la méthode de ce progressif éclaircissement, elle révèlera
que ce sont là, figurés, tous les peuples de la terre. Nuages.
comme en l'apparition de Paris, ils n'étaient pas encore
formés, ils n'étaient pas encore informés, afin de devenir
Brebis pour le seul troupeau de l'unique Pasteur.
Mais l'explication ne s'arrête pas là : « Quand je dis
« les peuples », je désigne mes Brebis blanches, mais aussi
mes Brebis noires. » (51)
Doit-on comprendre que les brebis blanches figurent les
16 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

peuples qui ont été éclairés par la lumière du Christ, les


noires ceux qui n'ont pas été touchés par la Révélation
de l'Evangile durant ces vingt siècles de salut promis « au
grand nombre » et pas encore à la totalité ?
Ce sont aussi, et plus étroitement, et plus concrètement,
les peuples blancs qui, ayant reçu la parole du Fils, avaient
mission de la porter à toute la terre. Il n'est du reste, ici,
que d'écouter la Dame : « Peuples blancs, songez aux peu­
ples noirs. Eux aussi doivent étre conduits au Seigneur
Jésus-Christ. » Et elle ajoute, comme pour montrer qu'ils
le seront dans le troisième temps de la Totalité, durant
lequel se manifestera la plénitude de la Trinité par l'effu­
sion du Saint-Esprit : « Ils doivent être conduits au Pere.
au Fils, au Saint-Esprit. » (51)
Mais hélas ! ceux qui ont reçu dans le deuxième temps
ne craindront-ils point de se déposséder et de tout perdre
en dénouant les liens de leur suprématie? Et ce ne seront
pas les bonnes raisons qui leur manqueront!
Car, ce qui recommence, c'est le scandale des temps
apostoliques, mais grandi aux dimensions du monde. En
ce temps-là, il fallut Paul pour dégager l'Eglise des limi­
tations de la Synagogue et étendre aux Gentils ce qui, jus­
que là, en toute rigueur et de plein droit, avait été privi­
lège exclusif du seul Israël. Aujourd'hui, Israël, c'est
l'Occident.
« Voyez mes Brebis noires, dit la Dame, Brebis blanches,
prenez garde 1 Il est temps encore où, les unes et les autres,
pouvez collaborer en vue de l'Unité 1 » (47)
Or, l'Eglise des peuples noirs, avec ses évêques noirs,
donc affranchie de la tutelle des peuples blancs, a été
fondée par le pape Pie XII.

•••
INTRODUCTION 17
Ainsi en est-il des messages et de la Messagère céleste.
Mais la messagère terrestre qui les transmet? « Le Sei­
gneur, pour l'accomplissement de ses plus grands desseins,
choisit toujours ce qui est le plus faible. » (49) Et telle fut
la réponse que fit la Messagère du ciel à la messagère de
la terre que confondaient son impuissance et son indignité.
Ce n'est pas encore le temps de penser à la messagère.
Elle n'est rien. Elle fut élue parce qu'elle n'était rien. De
même que n'étaient rien les enfants de Lourdes, de Pont­
main ou de Fatima. De même que Marie, à Nazareth, non
seulement n'était rien, mais était le Rien, ce Rien qui est
immolation du Moi, donc absence de l'égoïsme qui referme
l'homme sur lui-même et fait obstacle à la grâce, ce Rien
ineffable seul capable du Tout divin, cet abîme de petitesse
qui sollicite l'abîme inverse de la grandeur de Dieu.

***
La messagère s'efface; seuls comptent les messages.
Mais qui donc nous donnera l'assurance que les messages
sont authentiques? L'Eglise, bien sûr, à qui il appartient
d'en décider. L'Eglise, toutefois, doit pouvoir fonder ses
arrêts. Il lui faudra discerner et reconnaître les signes. Et
la Dame de tous les Peuples nous assure avoir donné les
signes. Elle prévient : « Les signes sont célés dans mes
paroles. » (51), (53)
Que veulent dire ces mots? Ceci, apparemment :
« Quand les événements annoncés s'accompliront, alors,
à ce signe, vous reconnaîtrez que mes paroles sont paroles
de vérité. »
Cependant, ici, il nous faut prendre garde à ne pas
fausser la perspective eschatologique. Marie, à Amsterdam,
n'est point venue faire des prophéties concernant tel ou tel
événement historique, mais nous apporter la Prophétie, qui
est révélation du dessein de Dieu envers les hommes. Toute­
fois, l'accomplissement des décrets éternels s'incarnant
2
18 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

dans le temporel, donc dans l'histoire, ce sont ces événe­


ments historiques que Marie révèle afin qu'ils portent
témoignage. Aussi. bien, pour que puisse être reconnue et
confirmée l'aulhenticité du Message, faut-il, tout d'abord.
que les événements qui constituent les signes se soient
accomplis, ou, du moins, qu'ils aient commencé de s'accom­
plir.
Or, ils ont commencé de s'accomplir dans le premier
signe, au demeurant un signe essentiel, qui paraît avoir été
marqué par Marie d'un sceau tout particulier: le Concile.

***
Le 11 février 1951, dans l'anniversaire de Lourdes, la
Dame, de nouveau, apparut. Et voici, écartant le rideau du
futur, qu'elle montre à sa messagère une vaste église, la
basilique vaticane. Le Souverain Pontife, coiffé de la tiare
et tenant un sceptre, est debout, deux doigts levés, dans
l'altitude hiératique du Christ au porche des cathédrales.
Une foule de cardinaux et d'évêques emplit la nef. « Ce
sont, dit la Dame, les évêq,ues de TOUS les pays ). C'est
alors qu'un gros livre vient devant le pape. La Dame dit:
« La DOCTRINE est bonne, mais les LOIS peuvent et doi­
vent être changées ). Et, se .tournant vers le pape, la Dame
l'adjure, disant: « Tu peux sauver ce monde. Rome, l'oc­
casion t'est offerte, saisis-la ). Elle ajoute: « Aucune
église en ce monde n'est construite comme la tienne. Mais
il te faut marcher avec t(}n temps. Insiste afin que soient
introduites des structures nouvelles parmi les religieux, les
prêtres, les séminaristes... Les prêtres manquent, mais il y
a les laïcs. Qu'une action soit entreprise pour mobiliser le
laïcal. ) (27)
Est-il meilleure définition, meilleure justification du
célèbre « aggiornamento? ) Et que dire, ici, du Décret
APOSTOLICAM ACTUOSITATEM sur l'apostolat des laies! Enfin,
voici un avis qui n'est point entaché de la passion des
INTRODUCTION 19

hommes sur un 'Jbjet et une opportunité qui les ont telle-


ment partagés. La Vierge vint et, nous ayant par avance
donné le verdict du ciel, comment à présent refuser de
nous y soumettre ?
Comme au temps où Jésus modifia la Loi de Moïse sans
porter atteinte à la Doctrine éternelle, la même exigence
nous est proposée. «La doctrine demeure, mais les Lois
peuvent être changées ». (27) Cette formule la Dame ne
cesse de la reprendre. Déjà, une première fois, montrant à
sa messagère le pape en grande solennité de Conseil (ou de
Concile), entouré des évêques et des cardinaux, elle avait
dit: «La Doctrine est exacte; mais le pape est habilité à
changer les Lois ~. (19)
Le Concile semble bien être cette «grande occasion» sur
laquelle insiste tant et si souvent la Vierge d'Amsterdam,
cette «grande chance» qui est offerte à l'Eglise de Rome
« en ce temps-ci» en prévision des Nouveaux Temps.
« L'Eglise garde encore sa chance. Mais pourquoi donc
Rome se refuse-t-el,le à être moderne? Une grande occasion
lui est offerte ». (21)
« La grande occasion est là. Elle y est maintenant. Mais
à condition que le pape exécute ce qu'il a projeté ». (24)
« Tous les peuples gémissent sous le joug de Satan. Per-
sonne ne se rend compte à quel point 1 Aux peuples du
monde je lance cet avertissement: le temps est graue. LE
TEMPS PRESSE. C'est maintenant que l'Eglise de Rome a
sa chance ». (38)
« Eglise de Rome, saisis ta chance: le Père, te Fils, le
Saint-Esprit VEUT à présent magnifier l'Eglise ». (43)
Le pape, assis, tient un livre ouvert et le montre autour
de lui. La Dame dit:
« Mais beaucoup de choses doivent être changées ». (7)
Oui, beaucoup de choses doivent changer. « Mais dans le
bon sens, avec le bon Esprit ). (4)
Et voici qu'une lutte s'engage dans l'Eglise. Il semble que
20 LA DAillE DE TOUS LES PEUPLES

les protagonistes soient, d'un côté, ceux qui, animés d'un


mauvais esprit, veulent aller où les entraîne un goût fréné­
tique des réformes; de l'autre, les traditionalistes trop
étroits qui dénient à l'Esprit-Saint le droit de changer quoi
que ce soit dans les structures de l'Eglise.
Et la Dame, désignant une opposition qui se lève, nous
prévient que de puissants contre-courants voudront faire
obstacle aux réformes nécessaires et salutaires. (4)
Dans cette lutte où les deux moitiés de l'Eglise s'affron­
tent et se déchirent, le pape, en dehors et au dessus de ces
querelles, demeure assuré du secours de l'Esprit-Saint et
de la protection toute particulière de la Vierge. Désignant
le dôme de Saint-Pierre, elle dit à la messagère: « Voilà
le point central. Que ceci l'este le point central. Les esprits
du monde sont acharnés à le détruire ». Alors, étendant la
main sur le pape et sur l'église Saint-Pierre, la Dame
ajoute: « Je vous aiderai ». (20)
Cette lutte, ces pressions, ces oppressions même, n'est­
ce point là ce que nous avons vu tout au long du Concile?
Si l'aula conciliaire fut plus sereine que jamais peut-être
elle ne le fut dans des conciles du passé, les passions cepen­
dant se sont déchaînées dans le peuple de l'Eglise, alimen­
tées et amplifiées par la voix énorme de la presse. Chose
singulière, et selon que l'avait prédit Marie, le pape, ici et
là, fut l'objet des attaques: de ceux-ci parce qu'il mettait
obstacle à l'emportement des frénétiques de la réforme, de
ceux-là parce qu'il osait franchir des limites que nul pape,
avant lui, n'avait outrepassées.
Mais voici que parle Celle qui justifie - et c'était le
31 décembre 1951, dix ans avant que ne s'ouvre le Concile:
c Dis au pape qu'il est dans la bonne voie. Cela, il le faut
annoncer car on prétend le contraire ». (38)

***
TNT RODUCTION 21

Une chose toute nouvelle, hier encore la plus folle des


chimères, s'est imposée au peuple chrétien: le désir de
l'unité. Et le Concile vint qui donna forme et vie à cette
impérieuse exigence. Quinze ans avant cela, dès les pre­
miers messages, la Dame de tous les Peuples nous prévient
de la grave et très urgente nécessité de l'union de tous les
c.hrétiens et de la réconciliation des églises.
«Les chrétiens DEVRONT S'UNIR dans le monde
entier ». (36) « A tous les peuples chrétiens j'adresse un
nouvel appel: IL EST PLUS QUE TEMPS, UNISSEZ­
VOUS! » (36)
Montrant à sa messagère, en une vision symbolique, de
grands édifices qui sont, chacun, une église particulière, la
Dame nous presse et nous dit: « Il faut que cela devienne
une grande Communauté ». (4) Plus tard, cela formera:
« l'Eglise véritable, la Communauté ». (44)
Or, cette unité, ce grand corps de l'Eglise nouvelle, c'est
elle, et elle seule, Marie, Mère de l'Eglise, qui la doit for­
mer, qui la doit enfanter. Et tel est le décret divin:
« Le Seigneur et Maître veut apporter l'unité spirituelle
aux peuples de ce monde. C'est pour cela qu'il envoie
Myriam - ou Marie - , et il l'envoie comme la Dame de
tous les Peuples ». (36)
Quand, en présence de toute l'Eglise assemblée, au grand
étonnement de tous les Pères et pour la joie d'un grand
nombre, il proclama Marie Mère de l'Eglise, le pape, une
fois encore docile à l'Esprit-Saint, entrait dans le secret
dessein de Dieu, tel que le révèle la prophétie d'Amster­
dam.
Aussi bien la prophétie ne s'éclaire-t-elle et ne nous
éclaire-t-elle que dans l'événement survenu, quand cet évé­
nement est cause de trouble et de confusion. N'est-ce point
cela, justement, que produisit le Concile dans le peuple
chrétien, les uns peu satisfaits de ses réticences et de ses
limitations, les autres affolés de ses licences et de ses
22 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

extensions? Les uns déplorant le geste solennel du pape


promulguant la Maternité de Marie sur l'Eglise, ce qui leur
paraît aller à l'encontre de l'exigence œcuménique; les
autres que le pape se rende au devant de tous les peuples
- et des pires -, s'adresse à tous les peuples - dont les
plus grands ennemis de Dieu -, dans cet étrange lieu, ce
temple de Babel, où sont assemblés tous les peuples.
Qui donc tranchera en ce débat? Dieu lui-même, par la
prophétie qu'il en a donnée, par sa volonté qu'il a exprimée
bien avant que ces événements fussent entrés dans la seule
pensée des hommes, et se fussent accomplis dans l'action
de ses témoins.
Nous ne saurions trop le souligner : les messages de la
Dame de tous les Peuples paraissent bien devoir fournir la
plus éclatante justification des travaux de Vatican II, mais
aussi, mais surtout, des décisions extra-concilaires du Sou­
verain Pontife, qu'il s'agisse des Eclaircissements sur le
sens de la Collégialité, ou bien de la définition de la Mater­
nité ecclésiale de Marie, ou encore de l'encyclique MY STE­
RIUM FIDEl.

***
Mysterium fidei 1 L'on sait les motifs qui ont poussé le
pape Paul VI à lancer le pressant avertissement de son
Encyclique. Depuis quelque temps, une certaine théologie
se diffusait insidieusement qui, mettant en cause la Pré­
sence réelle dans l'Eucharistie, sapait le fondement même
de l'Eglise catholique.
Or, sachez de quelle manière explicite, et avec quelle
rigueur dogmatique, Marie, à Amsterdam, nous a prévenus
de ce péril et, sept ans à l'avance dénonçant l'hérésie, com­
manda au pape de la combattre et de la détruire!
Ce fut lors de l'avant-dernière vision, le 31 mai 1958, qui
se termina par le spectacle ineffable de l'apothéose de l'Eu­
charistie. Et la Dame demanda que Rome fût instruite de
l'erreur qui allait naître, ici, aux Pays-Bas. « Que le clergé,
\\ INTRODUCTION 23
dit-elle, soit averti, qu'il soit mis en garde contre les faus­
ses doctrines, particulièrement en ce qui concerne .l'Eucha­
ristie ~. (55)
Déjà, deux ans auparavant, elle s'était élevée contre les
pernicieuses subtilités théologiques des novateurs, rappe­
lant en termes très simples mais formels, quelle est et
demeure, en cette matière, la Doctrine certaine et inébran­
lable :
« Le Seigneur Jésus-Christ vous a laissé le grand mys­
tère, le grand miracle de chaque jour, de chaque heure, de
chaque minute: Il s'est donné Lui-iUême. »
Alors, soulignant ses paroles d'un geste énergique, elle
précise le point sur lequel va porter l'hérésie:
« Non, peuples, pas une « idée ~, non, peuples - enten­
dez ce qu'Il a proclamé - pas une « idée ~, non 1 - mais
LUI-MEil'1E,
« Sous la forme d'un petit morceau de pain, sous la
forme du vin ~. (53)

***
L'Eucharistie tient une grande place dans les messages
de la Dame de tous les Peuples. Car c'est par l'Eucharistie
que le monde, en ce péril dont il est menacé, l'épouvanta­
ble danger qui doit venir à l'heure de la puissance des
Ténèbres, c'est par l'Eucharistie que le monde pourra être
sauvé. Aussi bien, est-ce pour cela que la Dame nous dit
avoir choisi Amsterdam, « la cité du Miracle ». Il s'agit
du Miracle de l'Eucharistie qui se produisit en cette ville
dans l'année 1345, six cents ans donc, exactement, avant la
proclamation de l'eschatologique message d'Amsterdam.
Un jour, comme pour relier le mystère présent à ce loin­
tain passé, la Dame, dans une vision, fit assister sa messa­
gère à la très solennelle Procession du Miracle qui se
déroulait chaque année dans la ville. La Procession cessa
quand la Réforme triompha.
24 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

L'Eucharistie va devenir nécessité si urgente et si impé­


rieux moyen de salut que l'Eglise, nous dit la Dame, en
prévision des jours d'iniquité, devra en faciliter l'accès en
supprimant le jeûne préalable: c Un décret devra être
promulgué: Il ne sera plus nécessaire d'~tre à jeûn pour
communier ), (26)
Ceci fut dit le 25 janvier 1951 ; le 19 mars 1957 le pape
Pie XII publiait un décret qui, déjà, allégeait considérable­
ment le jeûne eucharistique.
Mais pourquoi, en face de l'Eucharistie, une telle insis­
tance, une telle exigence? Non, assurément, il ne s'agit
plus ici du seul salut individuel, mais de la vie ou de la
mort du Corps Mystique tout entier. Et le petit nombre qui
sera demeuré fidèle au temps de l'Apostasie - ce temps est
commencé - devra s'efforcer de recevoir toute la nourri­
ture spirituelle nécessaire à la survie du Corps Mystique.

***
Ce Concile nouveau, tant par son ampleur que par
l'entrée en son sein de membres des églises séparées, cela,
déjà, parce que tel était le dessein du ciel, avait été annoncé
par Marie à Amsterdam.
N'oublions pas que le Concile n'est que la première
phase du mystère qui vient et qui sera, au terme, l'unité de
tous les peuples, unité opérée par Marie, Dame de tous
les Peuples, en vue de « l'Ere nOllvelle ~ (34) où tous les
peuples reconnaîtront la Royauté du Christ. Afin « que tous
les peuples soient UN en Jésus-Christ ) (35).
Et cela, voulu par Dieu, transmis par la Dame, sera
entrepris et mené à bien par l'Eglise de Rome: « L'Eglise
- Rome - s'occupera des peuples de ce monde. Il faut que
les brebis soient rassemblées en un troupeau unique ).
(39) (40)
Or, durant le Concile, ce sont - si nouvelles alors et si
incroyables - les prémisses de la grande union, de la
INTRODUCTION 25
grande réconciliation, qui ont ét.é posées et, déjà, affermies.
C'étai l en 1\145. La Dame montre les différentes églises
à la messagère et l'assure que tout cela, un jour, ne doit
plus former qu'une seule église, « une grande Commu­
nauté ». (4)
Une autre fois, dans une vision symbolique, elle présente
les Eglises d'Angleterre, d'Arménie et de Russie tout contre
Saint-Pierre de Rome. Et voici qu'un cordon lie ensemble
ces Eglises. Le pape, qui préside, tient les deux extrémi­
tés du cordon qui enserre les Eglises. (16)

***
« Celui qui, il y a seulement cinq ans, aurait prédit que
l'Archevêque anglican rendrait visite au Prince de l'Eglise
catholique, eût été tenu pour fou». Ces mots, ce fut l'arche­
vêque de Canterbury lui-même qui les prononça alors qu'il
devait se rendre auprès de Jean XXIII. Or, cette folle pré­
diction, Marie, elle, l'avait faite. Dix ans avant cette mémo­
rable entrevue, la Dame de tous les Peuples l'avait, non
pas décrite, mais montrée. Ecoutons la messagère:
« La Dame me désigne quelqu'un. C'est un évêque, mais
non point catholique. Ce doit être l'évêque de Canterbury...
Et maintenant, là, sur notre gauche, deux doigts levés, le
pape; à notre droite, l'évêque de Canterbury. Un autre
ecclésiastique paraît à ses côtés. Celui-ci porte une perru­
que blanche aux boucles raides et il est vêtu d'un habit
long à collet blanc. La Dame se tient au-dessus et en arrière
des prélats anglicans. Elle tend le doigt vers le Saint-Père;
puis, avec force, elle introduit le doigt qu'elle pointe entre
les deux doigts levés du pape. (23)
Déjà, en 1946, le 29 mars, elle avait préfiguré cette scène:
c Je vois, dit la messagère, je vois aux pieds de la Dame
comme un lion de pierre qui porte une auréole ~.
Comment ne pas discerner ici le Lion de Saint-Marc, le
26 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

Lion de Venise et, par extension, le Patriarche de Venise,


cardinal Roncalli, futur Jean XXIII ?
En même temps que le Lion symbolique, la vision com­
porte des édifices représentant diverses Eglises. Parmi cel­
les-ci l'Eglise d'Angleterre soudain se détache et vient en
premier plan.
Après les Eglises paraissent des évêques; et la Dame
inspire à la messagère ces mots qu'elle doit prononcer tout
haut: « Ils ne sont pas de notre Eglise :f>. (9)
Et tel est bien, en tout ceci, un exemple des « signes ~
qui scellent les paroles de la Dame de tous les Peuples. Si
le « signe » demeurait fermé tant que l'événement n'en
avait pas rompu le sceau, dès lors que l'accomplissement
est venu, on ne peut plus ne pas reconnaître celui qui a
convoqué le Concile et, en ce Concile, ce qui constitue une
étrange nouveauté: l'exigence œcuménique et l'appel aux
Eglises séparées.
La vision ne s'arrête pas là. Une part est encore réservée
;lU futur:
Un grand X vient sur les évêques non romains, qui les
barre et les rature. Le sens en est clair. Non, ils ne sont
pas dans TOUTE la vérité; non, ils ne sont pas dans TOUTE
la légitimité. Mais, ô merveille, voici que vient s'insérer
dans les bras de l'X (ou le khi grec) une autre lettre, la
lettre P (ou le rô grec) qui, reformant le monogramme du
Christ et l'emblème de la victoire, fonde la promesse de
l'union des Eglises dans l'Eglise unique.
Le Concile, et le mouvement qu'il suscita, et les profonds
changements qu'il apporta, semble bien devoir constituer le
premier des « signes ~ annoncés. S'il en est ainsi le Mes­
sage ne doit plus être tenu secret. Dès cet instant il devient
actuel, opportun, nécessaire. Il doit être entendu. Il doit
être répandu.

Mais voici, par delà l'unité de l'Eglise, cette première


exigence, qu'une autre unité nous est présentée et imposée
INTRODUCTION 27

par les paroles de Marie : l'unité de tous les peuples du


monde, unité préalable à l'épanouissement du mystère de
Dieu sur la terre régénérée.
Certains se sont étonnés, d'aucuns se sont scandalisés de
la visite que fit Paul VI à l'Assemblée des Nations Unies.
Voyons si cette exorbitante nouveauté n'est pas dans
l'esprit du Message qu'est venue nous apporter celle qui,
désormais, veut être appelée DAME DE TOUS LES PEUPLES?
Ne serait-ce point lui, Paul VI, ce pape dont elle dit qu'il
est « le Pionnier des Nouveaux Temps?» Car, précise­
i-elle, il doit préparer. Et c'est pour le TEMPS A VENIR ». (43)
« Quand le temps du Seigneur Jésus-Christ arrivera ­
observez bien, je vous prie, ce futur, car ce temps, non, ce
temps n'est jamais venu, parce qu'il ne s'agit plus du seul
règne dans les âmes, mais du règne dans les nations, ce
règne qui n'est pas venu et que les chrétiens ne cessent de
demander, encore qu'ils ne sachent pas toujours ce qu'ils
demandent quand ils disent « QUE VOTRE RÈGNE ARRIVE »,
ce règne dont la fête toute récente du Christ-Roi marque
déjà la promesse et l'imminence - « quand le temps du
Seigneur Jésus-Christ arrivera, dit la Dame, vous vous
apercevrez que les faux prophètes, la guerre, la discorde,
les disputes iront en disparaissant. Et voici que ce temps
va venir » (51) « Et il Y aura la Paix, la Paix véritable.
Peuples, ceUe Paix véritable, C'EST LE REGNE DE DIEU;
et il est plus proche que jamais. Comprenez bien ces
paroles ». (51)
Et voici, en cet extraordinaire événement que fut la
parole du Vicaire du Christ adressée à toutes les nations
de la terre, que nous est donné la clef qui ouvre le temps
et que nous est présenté le Signe. Le Signe scripturaire,
le Signe par excellence, le Signe eschatologique.
Il est écrit: « La Bonne Nouvelle du Royaume sera pro­
clamée dans le monde entier, en témoignage, A LA FACE
DE TOUS LES PEUPLES; et alors VIENDRA LA FIN » (Matth..
XXIV, 14).
28 LI1 Dr1ME DE TOUS LES PEUPLES

Ecoutons bien, entendons bien, c'est-à-dire littéralement,


le Signe inscrit dans l'Evangile. Il ne s'agit pas de la conver­
sion de tous les peuples, mais de la nécessité qu'il y a pour
eux d'avoir reçu la Parole.
L'on peut aisément convenir, en ce second versant du xx'
siècle, que la Parole a été répandue sur toute la terre et
que, donc, l'exigence eschatologique est remplie. Mais le
propre de la Parole de Dieu est de ne point demeurer en
ce vague état d'idée ou de généralité, mais de revêtir une
forme concrète, de s'incarner dans un événement précis. Et
cet événement précis, ce fut la Proclamation du Vicaire de
Jésus-Christ, le 4 oelobre 1965, à la face de tous les peuples.
Le Signe ayant été accompli, la Fin peut venir, puisque
la Fin était soumise à l'accomplissement du Signe.
Or, qu'est-ee donc que le Message à tous les peuples de
la Dame de tous les Peuples? Rien d'autre que cela: le
Message de la Fin qui vient; le Message de la Fin com­
mencée.
Mais enfin, qu'est-ce donc que « la Fin? »

***
La Fin, ce n'est pas forcément, ce n'est pas même ici,
assurément, la fin du monde, mais la fin de ce monde. Et
ce monde est celui sur lequel, toujours, règne le Prince
DE CE MONDE.
Toujours, donc encore aujourd'hui. Mais non pas à
jamais.
Le Christ vint en ce monde. Et Noël, ce fut, déjà, Satan
chassé des âmes, la possibilité, pour chacun, de chasser
Satan de son âme. L'Epiphanie, ce sera Satan chassé des
nations. Mais jusqu'à ce qu'éclate l'Epiphanie, le Prince
de ce monde continuera de dominer le monde.
Le Prince de ce monde s'est emparé du monde quand
Adam, le Roi du monde, lui livra son royaume. Plus tard,
dans le renversement des temps, lorsque le Fils de
INTRODUCTION 29
l'Homme, le Nouvel Adam, le nouveau Roi du Monde, fut
à l'heure de consommer par sa mort sa victoire sur la
Mort, il fit cette annonce surprenante: c Voici que vient
le Prince de ce monde» (Jean XIV, 31).
Il était là, et voici qu'il vient! Oui, il vient! Car il doit
régner encore. Et régner totalement. Et régner monstrueu-
sement. Et son règne définitif sera aussi la fin de son
règne. Or, le règne définitif est commencé dans l'expansion
du Mystère d'iniquité; et il se terminera avec la chute de
l'Homme de péché, l'Antéchrist.
Mais écoutez donc ce que dit à Amsterdam la Dame de
tous les Peuples:
c Satan est toujours le Prince de ce monde ). (49)
c Satan n'est pas encore chassé. Peuples, prenez garde aua::
faux prophètes / » (51) « Ah / que puissant est .le règne de
Satan, Dieu seul le sait! » (51)
C'est de Satan que l'Antéchrist tiendra son sceptre, ainsi
que ces choses sont annoncées dans l'Apocalypse, où le
Faux-Prophète reçoit de la Bête de l'Abîme ce pouvoir de
séduction qu'il étend à toute la terre. Or, n'est-ce point de
cela que nous prévient Marie; n'est-ce pas en vue de ces
jours de ténèbres qu'elle lance son déchirant et maternel
appel? « Sais-tu bien, mon enfant, dit-elle à sa messagère,
quelle sorte de temps ce sera là? Jamais, en aucun moment
du passé, le monde n'a connu un temps pareil, ni pareil
déclin de la foi. » (29) « Avant que vienne l'an 2000 bien
des choses changeront dans l'Eglise et la Commu-
nauté ». (40)
Ce qui est annoncé, en visions symboliques, dans le livre
de l'Apocalypse - la guerre entre la Femme et le Dra-
gon - est ici développé en d'autres séries de visions, de
moins en moins abstraites où, déjà, commencent à se des-
siner les premiers linéaments de l'Histoire. L'on y voit, dans
le contexte du temps présent, la Dame, l'Immaculée que
Dieu, dès l'Origine, avait prédestinée à vaincre Satan, venir
30 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

enfin consommer sa victoire. Et, rappelant la promesse


elle dit : « Elle vaincra Satan, selon qu'il a été prédit. Elle
posera ses pieds sur la tête de Satan ». (51)

***
Lors de la première apparition du cycle, à Paris, en 1830,
Marie, dans une sorte de sublime prologue, condensait tout
le mystère de la grande Annonciation et de la grande Visi­
tation qu'elle allait faire à la terre, comme pour la prépa­
rer à la Nativité du second Noël, l'Epiphanie. C'est ainsi,
Femme du Commencement et de la Genèse, qu'elle foulait
du pied le Serpent; Femme de la Fin et de l'Apocalypse,
qu'elle était couronnée des douze étoiles.
Or, on ne peut pas ne pas voir combien, ici, à Amster­
dam, Marie se présente de façon analogue à celle de son
apparition de Paris. Toutefois, à Paris, les attributs de la
vision gardaient encore l'aspect de grands symboles; à
Amsterdam vont se préciser les formes qui feront entrer
la prophétie dans l'Histoire et le dessein de Dieu dans le
geste des hommes.
Comment, par exemple, ne point prendre garde à l'insis­
tance que met la Darne - qui d'abord nous rappelle être
promise par Dieu pour écraser du pied la tête de l'En­
nemi - à nous dire qu'elle pose ses pieds sur l'Allemagne
et la Hollande. N'est-ce point indiquer que ce sont de ces
pays que viendra la subversion? Ne l'avons-nous déjà vu,
en ce qui concerne les Pays-Bas, d'où risquait de se répan­
dre, sans l'arrêt de l'Encyclique de Paul VI, la détestable
hérésie contre l'Eucharistie?
Mais l'Allemagne? Serait-ce donc de cette malheureuse
Allemagne, qui vit déjà se dresser Luther et Hitler, que
naîtra la forme ultime du Mystère d'iniquité? « Pauvre
peuple d'Allemagne! N'as-tu donc pas su/lisamment
appris! (37) Et, une autre fois, dans un sentiment de pathé­
tique et toute humaine pitié, elle s'éerie : « Pauvre Allema­
INTRODUCTION 31

gne 1 Ils SERONT, ils SONT la victime de cet autre


grand ». (20)
Et le pape, dans la conjoncture de ces futurs événements
est pressé de réagir ainsi que, déjà, il le fit pour la Hol­
lande: « Que le Pape vienne au secours; qu'il lance un
appel aux ecclésiastiques, sinon l'Allemagne se perdra »
« Il y a UNE GRANDE, UNE EPOUVANTABLE APOS­
TASIE ». (24)
Or, Marie, posant le pied pour écraser, le pose aussi pour
s'élancer. En ces nations où il semble que le Dragon aux
sept têtes ait dressé l'un ou l'autre de ses hideux visages,
c'est aussi, de là, qu'elle veut prendre son essor pour voler
au secours du Peuple de Dieu.

***
La Femme combat le Dragon. Il y a guerre entre Marie
et Satan. Mais cette lutte, dont les hommes sont l'enjeu, se
déroule à travers les hommes et par les hommes. Et l'un
et l'autre, le Prince de ce monde et la Reine du monde, ont
leur armée.
« Non, Satan n'est pas chassé. Maintenant la Dame de
tou's les Peuples a reçu pouvoir de venir pour chasser
Satan ». (51)
L'armée de Satan, nous la connaissons! L'armée de
Marie se reconnaîtra à ce signe : sa fidélité à Rome et au
pape.
« Satan n'est pas encore chassé. Peuples de l'Eglise de
Rome, c'est à vous qu'en incombe la tâche ». (51)
Quand, donc, certains se prétendent de l'armée de Marie,
mais se dressent contre Rome, ils mentent! Quand, donc,
certains se servent du Message de la Dame de tous les Peu­
ples pour attaquer Rome, ils mentent ! Mais que Rome se
hâte d'entendre le Message qui lui est destiné, car l'Autre,
le Menteur, va s'en emparer - s'en empare déjà - pour
32 Lll DAilJE DE TOUS LES PEUPLES

infuser son venin dans la Parole du salut. c Le temps


presse! ~ C'est Marie qui le dit. « Le temps presse! ~

***
La lutte - et la Dame précise: « une lutte spirituelle »
- va se nouer et se mener tout au long d'une période
marquée par le pontificat de trois papes illustres. Ce ne
sont pas des papes successifs. De ces trois, nous en con­
naissons deux.
« La Dame, rapporte la messagère, me montre trois
papes : En haut, à gauche, Pie X ; au milieu, notre pape
(la vision est de 1945 et, donc, il s'agit de Pie XII) ; à droite,
un pape futur. « Ces trois papes, dit la Dame, forment une
époque. Ce pape-ci (c'est-à-dire Pie XII) et le nouveau sont
les LUTTEURS ~. (4)
Qui est le troisième? Paul VI ? Peut-être.
Ces trois papes, hérauts de Dieu sur la terre, sont l'objet
d'une particulière prédilection et d'une toute spéciale pro­
tection de la part de la Dame. Elle ne cesse de nous préve­
nir en leur faveur. Et sans doute n'est-ce point sans raison,
eu égard aux oppositions qu'ils rencontreront à l'intérieur
même de l'Eglise !
« Ce pape-ci est le Lutteur. Il est le Saint-Pere des chré­
tiens du présent et de l'avenir; et les. peuples de l'avenil1
l'honoreront ». (39).
Et encore;
«Tu es le Lutteur, le Pionnier des NOUVEAUX
TEMPS ~. (43)
Et encore:
« Je dis: Tu es le Lutteur, tu es le sauveur de ce
monde ». (37)
Comment ne pas être saisi par une telle affirmation sor­
tant d'une telle bouche! Mais aussi quelles difficultés le
INTRODUCTION 33

guettent, quelles embûches seront dressées sur son che­


min, quelles luttes, ouvertes ou sourdes, il lui faudra
mener! Et, l'on devine la rage avec laquelle le Démon va
s'acharner contre lui. Contre eux, car ils sont un et ils sont
trois.
Il: Le pape de Rome a une tâche plus écrasante que
n'était celle de tous ceux qui l'ont précédé ~. (44)
Et la Mère de l'Eglise adjure le chef de l'Eglise visible
de se montrer ferme et vigilant. Elle le met aussi en garde
contre un certain esprit, qu'ellè montre sous la forme d'une
colombe noire, et qui, opérant dans le sein de l'Eglise, tend
à la dominer et à la subjuguer.
Ce faux-esprit que la Dame n'arrête pas de dénoncer,
nous le connaissons bien, nous autres! Nous le décelons à
ceci, nous en mesurons le degré de perversité à ceci: l'hos­
tilité déclarée ou larvée contre Marie! Et pourquoi cela?
Parce que ce faux-esprit appartient toujours par quelque
côté à l'Esprit des ténèbres, et que l'Esprit des ténèbres, le
Prince de ce monde, sait bien, lui, quelle est Celle qui le
doit vaincre! Et il sait bien aussi que c'est à l'intérieur de
l'Eglise qu'il pourra recruter ses seuls alliés efficaces,
hélas!
Donc, que le pape soit prévenu et qu'il agisse:
c Sachez-le: de graves menaces pèsent sur l'Eglise et
sur le monde ~. (46)

***
Or, le monde, ce monde-ci, en ce temps-ci, doit être
sauvé. Et sauvé par Marie. Et nous entendons, ici, Marie
demander au pape de tout mettre en œuvre afin que soit
promulgué un dogme nouveau, condition du salut exigée
par Dieu lui-même.
Ce dogme, le dernier dogme marial, sera vigoureusement
combattu, haineusement controversé. Marie, elle-même,
1
34 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

nous en avertit. Mais le pape devra s'acharner lui aussi et


user de toute son autorité pour en assurer la définition.
« Voici, et c'est MAINTENANT, le moment est venu où
tu dois parler de Marie et, sous .le titre de la Dame de tous
les Peuples, la définir comme CO-REDEMPTRICE, MEDIA­
TRICE ET AVOCATE ».
« Pourquoi Marie te demande-t-elle cela? Et, donnant
elle-même la réponse, elle ajoute: « Parce qu'elle a été
envoyée par son Seigneur et Créateur afin, par ce titre et
cette prière *, DE PRtSERVER LE MONDE D'UN DtSASTRE UNI­
VERSEL ». (46)
S'en étonneront ceux-là seuls qui ne voient pas que la
condition du salut posée ici par Dieu, aujourd'hui, « en ce
temps-ci », n'est rien d'autre que celle définie dès le début
des temps et formulée par la Sainte Ecriture : la victo­
rieuse, promise aux jours de la Genèse, sera couronnée
aux jours de l'Apocalypse.
Eve entraîna Adam dans la chute; la Nouvelle Eve
ouvre la voie de la Rédemption au Nouvel Adam. C'est par
Marie, la Vierge-Mère, que Jésus vint à Noël; c'est par
Marie, Mère de l'Eglise, que le Christ-Roi viendra dans
l"Epiphanie pour régner sur tous les peuples.

***
Oui, le dogme; mais aussi, dit Marie, la Prière. Il nous
faut bien, enfin, dire un mot de la Prière. Et c'est une
Prière que donna Marie.
Le dogme est affaire de théologiens; la Prière, affaire
de tous les hommes. Or, la Prière, qui s'accompagne de
l'Image de la Dame de tous les Peuples, doit précéder et
préparer le dogme, lui-même nécessité préalable au grand

* La Priêre qu'elle a elle-même dictée à sa messagère.


INTRODUCTION 35
mystère de joie qui viendra après les périls, les terreurs
et les séductions de la nuit du Passage.
La Prière, répandue dans le monde à des myriades
d'exemplaires, a déjà reçu l'imprimatur de maints évêques.
Comment n'y point voir un heureux présage à la reconnais­
sance du Message en sa totalité? Car la Prière vaut autant
que vaut le Message.
Et voici ce que dicta à la messagère Celle qui fut, un
jour, dans le temps, Marie, Mère de Jésus, Mère de la Tête
du Corps Mystique et qui veut à présent, au seuil des
~ Nouveaux Temps », être reconnue comme la Mère des
Membres - MATER ECCLESIAE - dans la plénitude du Corps
Mystique, afin que désormais on l'appelle de son nom nou~
veau : LA DAME DE TOUS LES PEUPLES:
~ SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, FILS DU PÈRE, RÉPANDS A PRÉ­
SENT TON ESPRIT SUR LA TERRE. FAIS HABITER L'ESPRIT-SAINT
DANS LES CŒURS DE TOUS LES PEUPLES, AFIN QU'ILS SOIENT
PRÉSERVÉS DE LA CORRUPTION, DES CALAMITÉS, DE LA GUERRE.
« QUE LA DAME DE TOUS LES PEUPLES, QUI FUT UN JOUR
MARIE, SOIT NOTRE AVOCATE. AMEN ».

***
Donc, et cela est selon l'ordre rigoureux du Mystère d'ini­
quité, Marie, la seule que craigne le Prince de ce monde, est
attaquée dans l'Eglise, et non pas au grand jour, ouverte­
ment, ce qui serait sans effet, mais insidieusement, perfide­
ment, théologiquement. Il en ira de même, et selon la même
ténébreuse exigence, pour ces trois papes, témoins de Dieu
en ce temps. Considérez ce désert, la vaste zone de silence
que l'on étend autour de Pie X ! Et qui donc, à présent,
entend sa grande voix?
Mais Pie XII! Pie XII, le pape de Marie, quelle cible
pour Satan! quelle rage à l'atteindre! quel acharnement
à le blesser devant l'impuissanc à l'abattre! Le monde
retentit encore des clameurs de l'abominable,> de la diabo­
36 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

lique querelle ourdie contre lui par les ennemis de l'Eglise.


Et tant d'hommes illustres dans l'Eglise qui, non seu­
lement ne se sont pas levés pour défendre, mais ne sont
pas toujours parvenus à dissimuler la hideuse joie qu'ils
éprouvaient à chaque coup porté contre l'immense Pie XII !
Alors, et comme une réponse anticipée à cette trahison,
Marie vint elle-même apporter le verdict du ciel :
« Le Saint-Père actuel, le pape Pie XII, rejoindra les
Nôtres; et ce sera au début du mois d'oelobre de cette
année. La Dame de tous les Peuples, Co-Rédemptrke,
Médiatrice et Avocate, le conduira à la joie éternelle ». (54)
Ceci fut annoncé le 19 février 1958. La confidente trans­
crivit le message, le cacheta, le remit à son confesseur sans
rien lui révéler de son contenu. Le message, toujours scellé,
plus tard fut envoyé à Rome.

***
Nous allons clore ces préliminaires au Message, n'ayant
rien fait qu'effleurer l'un des aspects de la grande révéla­
tion mariale d'Amsterdam. Une grande révélation contenue
dans l'unique Révélation et n'en débordant point. Que si
elle en débordait, ce serait le signe qu'elle n'a pas été don­
née par Celle qui n'a pas d'autre vérité que la Vérité du
Fils. Et il l'a donnée tout entière. Mais, tout entière don­
née, elle n'est pas encore tout entière entendue.
J'ai tenu à souligner une chose, assurément digne de
fixer l'attention, et qui ne paraît point avoir été remar­
quée : l'étonnante similitude et complémentarité entre les
apparitions de Paris et d'Amsterdam.
La même en l'attitude, la même dans les attributs et les
symboles, Marie, à Paris, venait ouvrir le temps des
Mauvais temps: « LES TEMPS SONT TRÈS MAUVAIS ~ dit-elle.
A Amsterdam, elle déploie les événements de la traversée
des Mauvais Temps. Elle, elle est l'Arche d'Alliance du
nouvel Exode, cette sortie de la terre de servitude du grand
INTRODUCTION 3ï

Peuple de Dieu, - Peuple cette fois composé de tous les


peuples - , et son acheminement vers la nouvelle Terre
Promise du Royaume. A Paris, elle donnait une Médaille.
A Amsterdam, elle donne une Icône. Ici et là, son signe et
son sceau.
Mais voici, à Amsterdam, un détail particulier: le glohe
est surmonté d'une croix devant laquelle se tient la Dame
de l'Icône. Or, ce détail particulier ne l'est peut-être pas
autant qu'il y paraît. Le revers de la Médaille de Paris ne
porte-t-il pas, en effet, un 1\1 surmonté d'une croix?
Ainsi donc, déjà, à Paris, dès cette apparition, véritable
prologue au cycle des apparitions, Marie nous est montrée
liée au mystère de la Croix, et qui n'est pas, ici, la seule
Croix du Golgotha.
Un mystère: et qui est le mystère de la Croix confondu
avec le mystère du temps. Car voici, de nouveau, que vient
le temps de la Croix: « LE CHEMIN DU MARTYRE RECOM­
MENCE ), (16) dit la Dame.
Et ce chemin du martyre paraît bien devoir être le Che­
min de la Croix de l'Eglise.
Là où la Tête, le Christ, dut passer, les Membres devront
aussi passer. Le Chemin de Croix du Corps Mystique! La
crucifixion de l'Eglise!
« Peuples, par votre Chemin de croix, vous aussi, vous
montez vers le Père. Par votre Chemin de croix, vous aussi,
vous montez vers le Fils. Or, en cela, vous serez aidés par
le Saint-Esprit ). (50
Ce chemin, Marie nous rappelle ici qu'elle l'a fait avant
nous, que donc elle le connaît et qu'elle vient pour nous
conduire. Et le terme du Chemin est la station de la. Mère
des Douleurs durant l'agonie du Fils.
Or, Marie se tenait DEBOUT au pied de la Croix où mou­
rait Jésus. Elle vient, maintenant, « en ce temps-ci ) ; et
une nouvelle fois elle se tient DEBOUT devant la Croix. Et
c'est toujours son Fils qui est cloué à la Croix. Mais non
pas le même Fils, C'était, hier, au Calvaire, le Fils « pre­
38 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

mier-né •. Ce sera, aujourd'hui, le Fils cadet. « Mère,


voici ton Fils ~. Nous autres, ce Fils. Et qui étions, à tra­
vers Jean, présents au Calvaire quand la Mère reçut sa
seconde Maternité. Nous autres, les Membres. Nous autres,
rEglise. Et qui avons enfin, par la bouche du pape, pro­
clamé de façon solennelle la Maternité de la Mère.
Elle vient; et déjà elle se montre à nous, DEBOUT, devant
la Croix de la crucifixion du Corps Mystique. Stabat Mater!
Car on n'accède pas au Royaume, car on ne va pas à la
résurrection sans passer par la mort.

***
Le Message de la Dame de tous les Peuples est un mes­
sage urgent. Mais si pressant qu'il soit, il n'est pas soumis
aux mouvements de nos impatiences ni à l'élan de nos
impulsivités. Il est scellé. Les sceaux en seront brisés un
à un. Le premier à l'être fut le sceau, le signe du Concile.
Aussi bien, n'ai-je pas voulu déborder le cadre de cette ini­
tiale et peut-être primordiale ouverture. Le reste s'ouvrira
en son temps et selon l'opportunité.
Au demeurant, n'ai-je fait qu'effleurer cette grande jus­
tification que le ciel, par la voix de la Dame de tous les
Peuples, donnait par avance aux déconcertantes nouveau­
tés du Concile. Et voilà bien, justement, l'irrécusable témoi­
gnage et le moyen, enfin, de dissiper le trouble qui s'est
emparé d'une notable partie du peuple de Dieu.
Ecoutez encore ceci et voyez combien, jusqu'aux moin­
dres détails, tout ce qui se fit au Concile, ou autour du
Concile, entre en conformité avec le Message d'Amsterdam:
C'était le 14 septembre 1964. En ce jour où l'Eglise célè­
bre solennellement l'Exaltation de la Croix, le pape, saisis­
sant la Croix. marchant à la tête de l'extraordinaire pro­
cession des cardinaux et des évêques de tous les peupl~,
ouvrait de cette étrange manière l'ultime cession de Vati­
can II.
INTRODUCTION 39
Car, dit la Darne de tous les Peuples, qui fut un jour
Marie, et dont c'étaient les Douleurs de l'enfantement du
Corps Mystique, la septuple Douleur de l'enfantement des
Sept Eglises qui sont l'Eglise, les Sept Douleurs de la Mère
de l'Eglise qui allaient être, le lendemain 15 septembre,
exaltées dans cette Eglise qui entrait en Concile, car, dit
Marie:
« Vous, chrétiens, disciples de Jésus-Christ, prenez la
Croix en main. »
Cette Croix en main, vous parviendrez au Royaume ~.
(39)
Vous ne la porterez, chrétiens, jamais mieux ni jamais
tant que durant le Vendredi-Saint de l'Eglise. Et ce sera
durant trois ans et demi, quarante-deux mois, ou mille
deux cent soixante jours, au temps de l'Homme de péché.
De mystérieuses dates nous sont données: «50 », «51 »,
«53 ~.
Quelles sont ces années? La Dame de tous les Peuples
dévoile et tout aussitôt revoile. Mais le voile se lèvera
quand il sera nécessaire, pour le salut des fidèles, de dis-
cerner le temps et de connaître les moments.
Mais n'oublions pas que si Marie vient nous prévenir des
périls du Passage et nous prémunir contre les artifices de
la séduction, c'est avant tout le grand embrasement de la
Pentecôte universelle qu'elle est chargée de nous annoncer.
Depuis tantôt deux mille ans que les hommes deman-
dent: « Que votre règne arrive », voici, enfin, que Dieu
nous l'accorde. Et ce sera, dit Marie, en ce temps-ci, en une
heure qu'il a destinée de toute éternité.
J~~6~~;~
~ •••• ·.~ZT·+~ ••••
frBlPAt~;~J)IOjc:(y

*ftlllo
@U~~.&~R~.·U.~~~.

~(ii~~~'ü~

fI"·jI[!f&"4F-m~o
•• ~z.·fiaS~B·A~~Z~
r. III /.. ..,....

tt· ."""~1)~ ".ac


11·.:1:0

.:ft • • .x:f.tl5.ill:1é /fil


A-..h.I!ccI. H..-I.".. No. 34 I.prlmalur

C"."N. Me,..;ng Dr. l'. A. Sc"-llI'"0nn O.P.

W_ 2().6.·'1 Noolll"l/i 1·7-·~


CooYTlc·'
e-r dcp. Libr. ~r

.C~f

Ja. Tuhan Jesus Kristus. Furera Allah


ltAAl~~ t!~J ~"'!.' e;jUl'im
i1i~, ~"l!" ~o"itnr.8~ e:tno 8JUla
Bapa. uruslah Rohmu keseluruh c1unia
~onet' ~eJi"
sekarang ini djuga.
1ildF'a13f' dtlHF'olR ~ol!i~aF"oN
Hendaknjalah Roh Kudus lm Mggal
~ OIRoWC' t!woQ. e;N ~ a:lznF'o~ didalam hali semua bangsa. supaja
tfAotA ~"'d~oto, ~ï'lb~~o mereka dJangan merosot arau kena
tfN ~tnot 0 ~"AoO. ;:!)O, 1$af". malapelaka serra peperangan.
a:ltnF'otS ;1;i:l:ltl~r tSflo:t tf~ 'n~. Moga-moga !bu semua bangsa jairu
tfo1>~r Santa Maria mendjadi Fembela klra.
Amin.
Imprimatur: + R. D'Mello l_pOOlI potut. "'sr. A. Djojucpoetr. s. J~ Vic. ApooI.
SepL 7lb 1961 BiJhDp of MangalDr, Djouru. 2 ob. 1955
e..w>~'

fOCnOJlH HHcyce XpHCTe, OTQHA Urunk Jézus Krisztus. az Aryc1nalt Fia.


CblH, HHcnOWAH nb/He .llyxa TBoero kü/d a Sunt Lelket m 0 5 r a vi/clgra.
CBSITOrO Ha 3eMJlIO. Engedd. hogy aSZI!nrltlek lakjék ln indeJ1
lla 06HTaeT .llyx CBSlToA B cepJluax nip szivében. hogy megôvassanak pusz­
Bcex HapOJlOB, lfT06b1 oxpaHHTb BX lulâsl61. csapâsokr61 is hdborUtô/.
OT norH6eJlH, 6eJlbl H BoAHbI. Legyen a minden népek Asszonya. aki
OyeTb Marepb Beex HapOJlOB, I(OTO­ egykor Mdria voIr. a Sz6sz616nk.
pu KOrJl.a-Yo 6b1J1a MapHeA 6YJleT Amen.
Hawei saCTynHHueA. AMHHb. App•. Ecel. H••I..... No. >-t Impri... l.r
C. N. M.y.ing 'Dr. f. À. S<hwelgmou O.p.

Wo_r.••• 20-6019.5' NCOlOOQi 1-7·19.51

Approbolion Ecd. Harlem, N•. ,.; C. N. M.,..ing, Waseo':'" Cen_ ... h. dep. L1br. ccaao•.

30+."., c... L ~~ dep; - Im~riui&Nri Dr. F. A. S,*,,,.eii­ Oop,.lp.


_O.P~N-... '"7"'''', Libr.:l:fiDOOC. ,..... CoP7"llht

L'image « La Dame de tous les peuples ~, portant au


répandue à plus de 8 millions d'exemplaires. Voici la prièrt
indoustani, slovaque, chinois, malais, hongrois, kinyarwall
vietnamien.
NyogaJll1li Yaz! Wlu, U1lIlIllIIIa 11'11 Palri, StUl ~~~~T~9~1I7.À·*~À~
uh Rollo yawe Icw'ui. Tuza Roho MutagatiJu J: •• !t q) m
f ~;1 t.l (1!II!:J'I.!':'!Ilh l,
IIIltlma y'aoon/u bost,lcull'rango bakirc ububi
11111 tt t..
(., I)- \, t' li 5 ~t 1" -~ -..:; "-H~ 0) .01:: l'll'
bw'llmIlUma. ibyago by'icyorezo n'intamoora.
lJ.;I!Cll:~~c!;ae,lH.>-:S:~~;'f~ t..
Uwo Mugabeltazi w';lmahanga YOSt, \vigne
~~~H..
!tuba Maria umunsi IImwt, arakatubera Umu­ t --<1:' Il) Ac1J. A6 t a ~:) ~f,UI ~ ~ 1;
vugizi WaeL:. Allthla. ~;;,l:e.T-)l:-.

l~.tur. dl' ,. ''''lJ(W~1 tYe1 Uçr ç."1ONI loclA, Vi:. GM.


~~'N.~:f~ u...., M•• )t l::..~,ial~l'h"',,""M O.P.
Yw!u l'hU'W. Il'lU HMIlJ . N)'1,lr,u.;, (RH~(l.d.ll)
W ....n ....' JO·&-IG.)1 lCWCR.. 1-1·1161

C-..ot •• 1II. de,. c.P7r~t Llbr .....n....

Herr Jesus Chrislus, $oh" des Valers. sende


,;,~.o..;i (P'" ~--'":: V- ~ 1 A):/ je 1 Z 1 Deinen GeiSI über die Erde.
'rJ~ (~""'.J!.-ôJ.!J ..,.:>'~.jY Lass dm Heiligen Geisl wohnen in dtn
Herzen aIl e r Vlllka, damil sie bewaftrl
~";'V:I ~1....X~~.p bleibeJ1 magen vor Verfal/, Unheil und
.,:-,,.,wJ(~t ~"CJl ;~'A.;,.~ lCr~g.
Moge die Frau aller Volker, die. tinsl
~~~
Maria war, unsere Fürsprecherin sein.
d.'~It::""'+
Amen.
~~~

ApD' Ecd H.riem, Ne. a4 I".,rir.'l~tur


\,,"''':;;..;.-.-:'~
S;.~~'28.a.t8tU g~~l~'~~lr.,NDf. . .
Cu..- _.ta. deo.
AU. RIChie vorbeh.!I:.,.
~.g'jfl&bu'\l '-1.1*

Ohe M01'ena Jesu Kl'iste, Mora oa Lq.y Chua GUs"" con Chua Cha, :rin
Ntate, ail 't, romele hona ioalc Moea oa Chtia hày chOng gi/i Tha,zil·TUill XilOnc
hao holim'Q le/aUe lohl~. thl-gia•.
Moea0 Halalelang a 0 phelt ka lipe­ Xi» cha Thdn./a·Thd'n ng'" wia lbng c~
long tsa lichaba tsoh/e, hore li tic se ke tst;:, dân-tçc, Mu 4U9' .trdnh kliOi tt'\'IY.-!.;i&,
sekamela bobeng, timelong Zeha e le ta,i-kça và chibl-trafill. u6c g,\ "Dr1c -Bd
ntoenlf' Mofumahali oa lichaba .tsohle,
uena M'a 1'ona Maf'ia, ak'ube 'MU811i
cua cac dd" -*"
ma xull Ilia C!Il ùi
thi~-nit' Maria,doâi thu'ong !JlnIHJtic
oa rona, A ho be joalo. Ckl$f!g co·n. Amen.

Imprimatur 15-12-1960
+E. G. 'Mabathoana, O.M 1. ~~'tCl~'~~ 1"r1•• , ..... }:~~~~~fHl'''''.IIID&A O.P.

'W.... nuor'MI 8-d,j1. ._QlI~\ 1·'·INl

Mobl&hopo oa Leribe. c••••, a. Il.d.p. c.,rr'p, Lib,. ~


,erso la prière déjà traduite en 29 langues, est maintenant


en 12 de ces langues. De haut en bas et de g. à dr. : urdu,
fa, arabe, sesotho (ex. Basutoland), japonais, a(lemand.
~5

PREMIERE VISION

25 MARS 1945

Soudain, debout, à gauche, au-dessus de moi, Quelqu'un.


C'est une Femme vêtue d'une robe blanche. Il me semble
que c'est la sainte Vierge. Elle dit :
« Ces trois figurent mars; ces quatre, avril; et les cinq,
sont le cinq mai. » (l)
Disant cela elle lève trois doigts, puis quatre, puis cinq.
Elle montre le Rosaire et dit:
« C'est grâce à ceci. Persévérez 1 »
Après un moment de silence elle ajoute
« La Prière doit être propagée. »
Et me voici devant une multitude; ce sont des soldats.
dont beaucoup de soldats alliés. Celle que je crois être la
sainte Vierge me les montre. Puis elle saisit la petite croix
de son chapelet et m'invite à regarder Jésus crucifié. De
nouveau elle fait un geste vers les soldats. C'est comme
s'il me fallait comprendre que cette croix est destinée à
devenir le soutien de la vie de ces soldats. La voix dit :

(1) La guerre, en Hollande, cessa le 5 mai 1945.


44 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

« Maintenant, ils retourneront vite chez eux, ceux-là. )


Je demande : « Etes-vous Marie? ~ Elle sourit et dit :
« L'on m'appelera la Dame, Mere. »
La vision s'efface. Je regarde dans ma main. Une croix est
à ce moment déposée devant moi. Je la dois soulever. Je
la soulève lentement, lentement. Elle est si lourde! Et,
tout à coup, tout a disparu.

DEUXIEME VISION

21 AVRIL 1945

Me voici soudain dans une église. Devant moi, un autel.


Je me dis en moi-même: « Un autel bien particulier ». J'y
vois 11mage de la Dame au milieu des fleurs. Il y a des
fleurs jusque sur les marches. Des milliers de fidèles, à
genoux, prient devant l'Image.
L'Image s'anime. La Dame me regarde. Elle lève un
doigt, l'agite en un geste d'avertissement, et dit:
« La Paix, vous la conserverez, VOllS, les hommes, si
vous croyez en Lui. )
La Dame me dépose un crucifix dans la main. Il me
faut le montrer autour de moi. Et, par trois fois, désignant
la croix, elle prononce :
« Il faut propager ceci. »
Après cela, nous nous trouvâmes hors de l'église. Devant
moi, un vide immense. Et en ce vide immense je discerne
des têtes humaines. Et je suis comme invitée - ou pous­
sée - à retirer une tête ici et là. La dame dit :
c Il y a des chefs qui, de nouveau, préméditent quelque
chose. )
Puis je vois la sortie des Juifs de l'Egypte. Au-dessus
VISIONS ET MESSAGES 45
d'eux, dans les nuées, Quelqu'un, que je crois être Dieu le
Père. De la main il se voile la face.
« Et Yahveh a honte de son peuple », dit la Dame.
Caïn et Abel. Je vois Caïn et Abel. Près d'eux, à terre,
devant moi, une mâchoire d'âne. Soudain Caïn s'enfuit.
De nouveau l'église, l'autel. Au loin passe une proces­
sion: la Procession du yIiracle, à AMSTERDAM.
Tout disparaît.

TRüISIEME VISION

29 JUILLET 1945

La Voix retentit :
« Yavelz met son peuple en garde. »
Et je vois un autel du sacrifice dans les temps anciens.
La fumée s'en rabat. La Voix dit encore:
« Soyez fidèles. Ils ont dispersé mes agneaux. »
La Dame dresse une Croix sur l'autel du sacrifice. Une
foule immense, debout - il me semble voir le monde
entier - entoure l'autel. Mais la multitude baisse la tête et
se détourne de la Croix. J'entends :
« Venez, les fidèles. »
Je vois, parmi la foule, circuler un calice. Mais ...
« Mais, pour une partie, c'est en vain. »
Jo lève les yeux et je vois la Darne. Elle sourit. Elle
ouvre les bras :
« Viens! ».
Devant moi, maintenant, une foule d'hommes de toutes
sortes et de toutes conditions, bons et mauvais mélangés.
Beaucoup de noirs dans cette foule. La Darne invite la mul­
titude à la suivre. Elle montre le chemin. Je le vois, devant
46 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

moi, ce chemin, long, difficile ; mais au terme brille une


vive lumière. D'un geste large la Darne presse tous ces
hommes à s'engager dans la voie qu'elle montre:
c Voilà 1 ».
Le cheminement est pénible, accablant. Sur les côtés
des hommes s'écartent et trébuchent. La Dame les contem­
ple avec une maternelle sollicitude et sourit à leurs efforts.
Une écriture se forme. Je lis :
« De nouveau marchons dans la vie, avec le Christ. »
Un voile de tristesse passe sur le visage de la Darne. Elle
dit:
« L'Angleterre me retrouvera. »
Après un moment, elle reprend, d'une voix lente et
posée:
« Et ailssi l'Amérique. »
Et, lentement, la Dame s'en va. Je vois une nuée singu­
lière flotter sur le monde.

QUATRIEME VISION

29 AOUT 1945

Soudain, la Dame. D'un signe elle m'invite à regarder


dans ma main. Je regarde et je vois des choses étranges qui
sortent de ma main. J'y discerne aussi une grande tristesse.
Oui, une grande tristesse déposée là, dans ma main. La
Darne sourit et dit:
« En fin de compte, la joie viendra. »
Et des rayons, un faisceau de rayons jaillissent de mes
mains.
Et voici, à présent, en ma. main, comme de grands édi­
fices. Ce sont des églises, de nombreuses églises. La Dame
dit:
VISIONS ET MESSAGES 47
« Il faut que tout cela devienne une grande commu­
nauté. »
Je ressens en ma main une douleur atroce. Et je vois
toutes sortes de tempêtes déferler sur les églises.
La Dame me montre trois papes. En haut, à gauche.
Pie X ; au milieu notre Pape; à droite, un pape futur. La
Dame dit:
« Ces trois, c'est' toute une époq,ue. » « Ce pape-ci et le
nouveau sont les LUTTEURS. »
La Dame me fait voir une guerre. Elle viendra beaucoup
plus tard. C'est une guerre nouvelle, étrange.
Dans l'Eglise bien des choses doivent changer.
« La formation des ecclésiastiques doit être modifiée. »
Et je vois passer des jeunes prêtres qui défilent en rang.
« Une formation plus moderne, mieux adaptée à ce
temps-ci. »
La Dame ajoute insistant sur ces mots:
«... mais dans le bon sens, avec le bon Esprit. »
Et je vois autour de ma main, tenue serrée, voler une
colombe. De la colombe une lumière rayonne.
La Dame montrant le Pape s'écrie:
« Des vues larges, plus sociales. Il faut en arriver là.
Diverses tendances penchent vers un bon socialisme. C'est
bien, mais à condition que ce soit fait sous la direction de
l'Eglise. »
La Dame prend un air abattu.
« Beaucoup, beaucOfup de choses sont à changer dans la
formation. »
Je vois se lever une opposition : de puissants contre­
courants. Une grande lutte s'engage dans l'Eglise.
La Dame disparaît.
48 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

CINQUIE~IE VISION

7 OCTOBRE 1945

Je vois, en Extrême-Orient, le soleil et la lune. La lune


est à la moitié de son plein. Le drapeau rouge flotte sur la
Chine.
Voici des mahométans; voici tous les peuples de
l'Orient. Au-dessus de ces peuples il y a, d'un côté, du
rouge et, de l'autre, du noir. Beaucoup moins de rouge que
de noir. J'entends la voix :
« C'est comme si cela se rétrécissait à l'extrême. >
Un long, un beau chemin s'ouvre devant moi. Il me le
faut prendre; mais je n'en ai point envie. (En ce moment
je sais que je représente l'humanité). Je me décide enfin.
Je m'engage sur le chemin. Accablée, fatiguée, j'avance len­
tement, si lentement... Je continue pourtant et j'arrive au
terme du chemin.
Je me trouve alors devant une sorte de château surmonté
de tours. Une porte s'ouvre, mue de l'intérieur, et une main
m'invite à entrer. Je suis tentée de retourner. Enfin
j'entre. Une main saisit ma main; et c'est alors que je
reconnais la Femme, vêtue de blanc, la Dame. Elle sourit :
« Viens 1 »
Ma main me fait mal - la douleur est insupportable ­
mais la Dame la serre fermement en la sienne. Elle me
conduit. Nous voici dans un jardin magnifique. En un cer­
tain endroit de ce jardin, elle dit :
« Ceci est la Justice. Ceux du dehors doivent se mettre
à sa recherche. »
Elle dessine un grand geste comme pour me désigner
l'extérieur.
VISIONS ET ll-IESSAGES 49

4: Il faut qu'on l'y retrouve, sinon le monde se perdra


de nouveau. »
Et la main qui me fait si mal! Je n'en puis supporter la
douleur. Mais la Dame sourit et me conduit plus loin. Nous
arrivons en un autre enclos du jardin. Elle dit:
« Ceci est la Vérité. Ecoute bien... »
Elle agite le doigt en manière d'avertissement.
« La Vérité est ici, à l'intérieur; mais elle n'est pas
là-bas, dehors ... Non, pas du tout là-bas. »
Et je voudrais, moi, que la Dame me lâchât la main!
Elle me tient si durement! Mais, tout à coup, me voici
comme planant au-dessus de quelque chose que me désigne
la Dame... Je lève deux doigts et soudain m'apparaît le
Pape. Le Vatican est sous lui. Bientôt, c'est toute l'Eglise
de Rome qu'il m'est donné de contempler. Dans l'air un
mot est écrit. Je lis :

ENCYCLIQUES

« Voilà, dit la Dame, le bon chemin. »

Elle prononce ces mots d'un ton pénétré. Puis, triste-


ment elle ajoute :
« Mais elles ne sont pas vécues. »
Je revois le Vatican. L'Eglise catholique tout entière. La
Dame me regarde et, mettant un doigt sur sa bouche, elle
dit:
« Comme un secret entre toi et moi. »
De nouveau elle pose le doigt sur la bouche, et, très
doucement:
« Pas toujours M, non plus. »
Elle me sourit encore, me regarde comme pour me récon-
forter et dit :
4
50 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
« Mais cela peut s'arranger ).
Alors me sont montrées d'autres églises de diverses
confessions. La Dame lève le doigt en signe d'avertisse­
ment. Me désignant l'Eglise catholique tout entière, elle dit:
« L'Eglise catholique peut certes s'agrandir, mais... »
Et je vois toutes sortes de gens au service de la religion,
étudiants, prêtres, religieux et religieuses, etc... défiler en
rangs très denses. La Dame hoche la tête et, lentement,
appuyant sur les mots, elle prononce :
« C'est bien triste à dire, mais cela ne vaut rien. »
Elle regarde devant elle. Son regard est sévère. Me mon­
trant à nouveau tous ces étudiants, ces prêtres, ces ecclé­
siastiques, elle ajoute - et sa voix est d'une extrême fer­
meté:
« Une meilleure formation ... S'adapter à ce temps-ci, de
façon plus actuelle, plus sociale. »
Et je vois, sur l'église, planer une colombe noire. Je dis
bien : une colombe, et NOIRE ! Du doigt la Dame la dési­
gne:
« Ceci est le vieil esprit. Il faut q'!l'il disparaisse. )
Il disparaît en effet car, tout aussitôt, la Colombe noire
devient une COLOMBE BLANCHE.
« Voici la Colombe nouvelle. »
IL diffuse sa clarté partout et sur tous. Le monde est
en train de périr; il s'écroule. Encore quelques années et
le monde ne serait plus. Cependant voici qu'IL vient. Il
rétablira le monde. MAIS ... »
Elle s'arrête. On sent que l'avertissement est solennel
« Il faut... »
Elle prononce ces mots avec gravité :
« IL FAUT qu'ils écoutent. Ils veulent retourner. Ils veu­
lent sortir d'ici. Ils refusent de venir en ce LIEU... )
(Nous sommes, pour lors, dans le Château).
VISIONS ET MESSAGES 51
c Cela ne leur dit rien, aux hommes. )
Poursuivant notre chemin, entrant profondément dans
le jardin, nous voici parvenues devant une grande croix...
« Porte-la 1 Il t'a précédée. »
Je refuse. Or, je sais, je sens, à travers mon refus, tous
les hommes du monde refuser et se détourner de la Croix.
Une main saisit ma main. Et je vois la Dame, debout,
devant moi, ma main dans sa main.
e Viens 1 )
Et, là, tout en lumière, Quelqu'un. Un long manteau le
couvre. Il nous précède. Il porte une croix très grande;
non, il la traîne. Je ne discerne pas son visage tout ébloui
de lumière. La Dame dit :
« Tout seuil Vois, li va dans le monde chargé de la
Croix; et personne ne le suit 1 Tout seuil Il marche là,
tout seul, et personne ne le suit 1 )
e Cela va mal, de plus en plus mal... Quelque chose alors
surviendra, de tres grave. Et, t'out d'un coup, au beau
milieu du monde la Croix sera redressée. Les voila bien
obligés de regarder, qu'ils le veuillent ou, non. )
Ensuite paraissent maints emblèmes étranges. Je vois.
sous la Croix, des croix gammées. Elle tombent. Puis vien­
nent des étoiles; elles s'éclipsent. Il y a des faucilles; il
Y a des marteaux. Et tout cela tombe sous la Croix. Du
rouge aussi. Mais le rouge ne disparaît pas tout à fait.
Elle dit :
« A présent, tous élevent leur regard. A présent ils
consentent, mais à quel prix 1... Il faisait si noir su'r la
terre; et lJ{Jici que tout s'est éclairé! »
Elle ajoute:
« Tu vois, maintenant, que tout cela n'en vaut pas la
peine. »
L'étreinte qui retient ma main se relâche. Et, soudain,
52 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

voici: la Dame est là ; je la vois. Elle est debout. Elle tient


le Rosaire.
« Il faut persévérer dans la prière. Le monde entier doit
prier. )
Elle désigne la Croix.
«11 faudra bien qu'e le monde y revienne, grands et
petifs, pauvres et riches; mais qlle cela cotifera de peine... )
Le globe de la terre est devant moi. Elle dit:
« Je pose mon pied sur le monde. Je les aiderai. Je les
conduirai et les menerai au but. Mais il faut qu'ils m'écou­
tent. )
Et tout disparaît.

SIXŒME VISION

3 JANVIER 1946

J'entends la Voix:
« Angleterre, prends garde 1 »
Je vois, en Angleterre, une grande église. Il me semble
que c'est l'Abbaye de Westminster. Un évêque m'est montré,
mais point de notre église romaine. A ce moment paraît le
Pape. Il est assis, l'air grave. lei, de nouveau, l'évêque. Tout
cela, je sais, concerne l'Angleterre.
Un mot s'imprime:

« LUTTE»

Que se passe-t-il en moi? Quel trouille, quel dérange­


ment? Tout mon être se transforme. C'est une sensation
inexplicable, inexprimable. Je lève les yeux. La Dame est
là, à gauche, debout, à quelque hauteur. Elle est toute
VISIONS ET MESSAGES 53

blanche. Elle me montre quelque chose. Je regarde. C'est


l'Angleterre. La Dame parle:
« Il viendra une lutte dans toute .l'Europe et au-dehors. »
Une affreuse sensation de paralysie envahit mes mem­
bres.
« Cette luite est grave; c'est une LUTTE SPIIU­
rUELLE. »
La Dame dit :
« Viens! »
Elle désigne ma main. Quelque chose, comme une croix,
y est déposé. La Dame me fait alors comprendre ce qu'elle
attend que je fasse: il me faut parcourir le monde et
montrer la croix. La Dame dit :
« Oui; regarde cette croix. »
Je regarde. Tandis que je regarde, la croix disparait de
ma main. Et je ferme la main (Je sais qu'il me faut bien
observer cela: je ferme la main). La Dame dit:
« Regarde de nouveau la croix. »
Et, de nouveau, la croix est en ma main. La Dame lève
le doigt et le balance en signe d'avertissement.
« Ils prétendent remplacer cette croix par d'autres
croix. »
Diverses choses, ou emblèmes, passent dans l'air, comme
flottant. Je discerne ce qui appartient au Communisme, et
aussi à un autre genre de subversion, non encore venu,
sorte de synthèse du Marxisme et du Nazisme :
« Les chrétiens seront FATIGUES de la lutte, dit la
Dame. Elle appuie tristement sur ce mot: « fatigués ».
Elle me montre un objet. Je reconnais une chaire de
vérité. La chaire est emportée; et, tout aussitôt, devant
moi, le désert. J'entends une clameur. Plusieurs fois cette
scène passe très rapidement devant mes yeux.
64 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

Voici, à présent, le Vatican. point central du monde.


C'est comme si le Vatican tournait. Le Pape est assis, grave,
immobile, deux doigts levés, regardant devant lui.
n me faut, là, me frapper par trois fois la poitrine.
Quelqu'un survient. Il est à cheval et vêtu <l'une cuirasse.
Je demande: « Qui est-ce? ). Et j'entends:
« JEANNE D'ARC)

Après cela, je suis comme contrainte à regarder dans mes


mains. (Je sais, par une sorte de certitude intérieure, que
ce qui se passe en moi concerne l'humanité). Je dis:
c Elles sont vides ». La Dame considère mes mains. Et me
voici portée à les joindre. Elle sourit.
La Dame fait un mouvement, comme pour descendre.
Elle dit:
c Viens! »
Et nous voici, ensemble, parcourant le monde. Soudain,
il me vient à travers tout le corps la sensation d'une fati­
gue extrême. Je dis: « Je suis si fatiguée, si désespérément
fatiguée ! ». Mais, sans paraître y prendre garde, la Dame,
poursuivant son chemin, m'entraîne avec elle.
Un mot paraît, fait de grosses lettres. Je le lis à voix
haute:
« VÉRITÉ»
Gravement, tristement, la Dame hoche la tête.
« Vois-tu, toi, l'amour du prochain? »
Je regarde mes mains et réponds: « J'ai les mains
vides ).
Et c'est aussi, devant moi, le vide, un vide immense. La
Dame m'a saisi la main. Elle dit:
c Equité, justice, mais où donc les trouver? »
De nouveau paraît la Croix. Elle est érigée au point
central du monde. La désignant d'un geste, la Dame m'in­
VISIONS ET MESSAGES 55

vite à la soulever. Au lieu de cela je me détourne. (En ce


moment je sais que je représente l'humanité). Je saisis la
croix, mais c'est pour la rejeter au loin.
La Dame dit:
« Non !... Cette Croix doit être relevée et dressée au
point central. Des hommes viendront qui lutteront, qui
lutteront pour cela. C'est moi qui les mènerai. »
Durant ces paroles, j'éprouve par tout le corps une dou­
leur atroce. Je gémis et me plains: « Oh. ! que cela me
fait m.al ! ) Alors j'entends que l'on crie puissamment:

« JERICHO! )
La Dame s'est élevée et replacée en son attitude pre­
mière. Elle regarde en bas. Elle me regarde, moi, et me
dit:
« Il te faut annoncer cela. Cela doit être fait, sinon il
n'y aura pas de paix. »
Je revois le Pape. Un groupe d'ecclésiastiques, ainsi que
d'autres personnes, sont à ses côtés. Je dis: « On dirait
qu'ils sont en conférence ). La Dame dit:
« La lutte spirituelle se répand dans le monde. Celle-ci
est pire que les autres. Et le monde en est sapé. )
Et, tout à coup, me voici comme à la surface de la terre,
et puis, comme à l'intérieur de la terre. Jerne sens pénétrer
dans l'épaisseur de la terre. Je rampe à l'intérieur de la
terre. Et je passe par toutes sortes de galeries. Et puis,
rien; il n'y a plus rien. Ulle voix. dit:

« J'Y SUIS. »
Une autre Voix dit :

c: EGO SUMo »
56 Lil DAME DE TOUS LES PEUPLES

Et moi, doucement, je dis: « Et le monde est petit. ~


Et la Dame ciessinant du doigt un geste large, dit:

« ALLEZ ET PROPAGEZ. »

Et tout, tout d'un coup, disparaît.

SEPTIEME VISION

7 FÉVRIER 1946

Soudain, debout, la Dame. Elle agite le doigt en manière


de remontrance et d'avertissement:
« Contemple l'Europe. Avertis les peuples d'Europe. »
Son regard est fixe et grave. Elle ajoute:

« ORA ET LABO RA »

Je vois un loup. Il va, vient, passe et repasse. Le loup


disparaît. A présent, la Dame me montre une tête de bélier.
Les cornes sont comme entrelacées. La Dame dit :
« L'Europe doit se tenir sur ses gardes. Avertis les peu­
ples d'Europe. »
Je vois Rome. Je vois le Vatican. Il tourne, le Vatican.
La Dame, comme pour m'appeler, me fait signe du doigt.
« Viens! Regarde bien. »
Je regarde. La Dame lève trois doigts, puis tous les
doigts de la main. Plusieurs fois elle renouvelle ce geste.
« Regarde bien et écoute: L'Orient contre l'Occident.
Europe, prends garde! »
Et soudain l'Angleterre. La Dame fait un pas comme
pour descendre. Elle pose le pied en Angleterre. Elle joint
les mains. Elle dit :
VISIONS ET illESS.:1GES 57
« Angleterre, malheur à toi 1 ~
La Dame, de nouveau, me fait signe de bien regarder.
Et je vois Rome. Je vois le Pape. Il est assis. Il tient un
livre ouvert. Il me montre ce livre. Je ne puis discerner
quel est ce livre. Alors le Souverain Pontife montre ce
livre tout autour de lui. La Dame dit:
« Mais beaucoup de choses doivent changer. ~
La Dame désigne l'endroit où se tient le Pape. Elle prend
un air grave, hoche la tête, et, de nouveau, élève trois
doigts, puis cinq doigts. J'entends:
« De nouvelles calamités s'abattent sur le monde. »
Une vaste plaine s'ouvre devant moi. J'y vois un gros
œuf. Une autruche s'enfuit. Après cela, paraissent, un peu
partout, des enfants noirs. Vient un avertissement et ce
sont, à présent, qui me sont montrés, des enfants de race
blanche. J'entends:
« Laissez venir à moi les enfants. »
Et je vois Quelqu'un. C'est un personnage lumineux. Je
pense que ce doit être Notre-Seigneur. Il est debout et des
enfants l'entourent.
Des mots s'inscrivent. Je lis :
« LES ENFANTS DOIVENT tTRE ÉLEVÉS DANS LA DOCTRINE
CHRÉTIENNE. »

Maintenant, devant moi, un fragment de carte géogra­


phique. J'entends:
« J,A .TUDÉE »
Un mot est écrit:
« JÉRUSALEM »
Deux flèches se dessinent; l'une indique
« LA RUSSIE ~
58 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

l'autre:

« L'AMÉRIQUE»

Alors je revois la Dame et la lune est à ses côtés. Je dis:


« Il lui arrive quelque chose à cette lum 1 ) Après cela
je suis comme élevée au-dessus du globe de la terre. Tout
est si étrange autour de moi que je m'entends me dire:
« C'est une sorte de phénomène de la nature. »
La Dame parle. Elle dit :

« Peuples d'Europe, unissez-vous 1 )

Quelque chose, ici, ne va pas! Au milieu de l'Europe,

l'Allemagne. L'Allemagne fait des efforts comme pour sor­


tir de l'Europe.
Et de nouveau, l'Angleterre. Il me faut, de mes deux
mains, solidement, retenir la Couronne. C'est comme si la
Couronne oscillait. Il me semble à présent parcourir l'An­
gleterre, traînant la Couronne. J'entends :
« Angleterre, comprends bien quelle est ta tâche. Angle­
terre, il te faudra revenir au plus haut, THE HIGHEST. »
La Dame a disparu.

HUITIEME VISION

25 FÉVRIER 1946

Ce fut, tout d'abord, une lumière éclatante. Puis je vis


la Dame. De là-haut où elle était elle me fit signe de regar­
der en bas, sous moi. Et j'aperçus l'Europe.
La Dame hoche la tête. De petits anges se tiennent à ses
pieds. Ils se voilent la face de leurs ailes. Là-haut, la Dame
est debout dans l'éclat d'une vive clarté; mais abaissant
mon regard vers la terre je vois que tout est noir; et plus
je regarde et plus tout devient de plus en plus noir.
VISIONS ET MESSAGES 59

Je lève les yeux vers la Dame dans la lumière; mais


Elle, le visage sévère, m'oblige à les tourner vers la terre.
Un mot se forme, largement imprimé sur les ténèbres:

« VÉRITÉ»

Levant encore les yeux, je revois les anges aux pieds de


la. Dame. De nouveau ils se couvrent le visage de leurs
ailes. La Dame dit:
« Avertis! La Vérité a disparu. )
Je réponds en moi-même: «Comment pourrais-je, moi,
faire cela ? )
« A liez et propagez. »
Elle dit. Et ce disant, elle désigne du doigt le monde. Je
discerne, mais vaguement, des ecclésiastiques et des égli-
ses, en grand nombre.
« Cherche ; et vois si tu peux LE trouver? »
Et son geste, une fois encore, me désigne le monde. Je
cherche... Je cherche... Je dis: «Je suis si fatiguee ! Il me
prend un ma.l terrible ! »
Alors je vis une grande croix descendre d'auprès de la
Dame. Et l'on eût dit que cette croix était comme trainée.
Mais je ne voyais pas qui la tirait ainsi. Je ne voyais que
la croix. La croix fit le long chemin qui va du haut vers le
bas, vers la terre. Et, tout d'un coup, la croix est redressée,
plantée toute droite au point central du monde.
Je me tourne vers la Dame. Je vois un long cortège qui
s'avance. Ce sont, je pense, des pèlerins. Elle dit :
« Regarde. »
Je regarde. La Dame dessine un arc au-dessus du
monde. L'arc déployé, c'est comme si elle inscrivait quel-
que chose. Un mot parait au sommet de l'arc. Je lis tout
haut : « VÉRITÉ ». Puis elle écrit à gauche. Je lis : « FOI :t.
Puis elle écrit à droite. Je lis : « AMOUR ».
60 LA D.4Ll1E DE TOUS LES PEVPLES

Me montrant le tout, elle dit:


« A liez et propagez. »
La Dame fait un nouveau geste en direction de l'arc:
« Cela doit revenir; apparemment cela y est; en réalité,
cela n'y est pas. »
Disant cela son visage exprime une tristesse infinie. Et
me voici, moi, poussée à dire: «Calamités sur calamités
el désastres naturels. »
Alors des mots parurent. C'étaient:
« FAIM », « CHAOS POLITIQUE »
Elle dit:
« Non pas pour ton seul pays, mais pour le monde
entier. »
Un affreux mal me gagne. Je dis: « Voici des jours de
douleur et d'oppression sur le monde. »
Des mots surgissent:
« SANS ISSUE »
Mais, tout d'un coup, éclate la lumière. La Dame fait un
mouvement comme pour descendre. Me désignant les trois
mots : « VÉRITÉ, FOI et AMOUR », elle sourit et dit :
« Mais il faudra qu'on apprenne beaucoup de choses! »
D'un geste elle m'invite à regarder vers la droite. Et
voici: Un homme est assis. Cet homme porte une barbe et
il élève deux doigts serrés. Sous son coude, un gros livre.
Devant lui, une clef. L'image s'efface. La Dame dit:
« Regarde. »
Et je vois une grande pierre. Sur la pierre, un Agneau
couché. J'entends:
« ECCE HOMO»
ILl tout, tout d'un coup, disparatt, la Dame et la lumière
VISIONS ET MESSAGES 61

NEUVlEME VISION
29 MARS 1946
La Dame apparaît tenant un enfant dans ses bras. Et
puis, comme subitement descendue, la voici, là, debout sur
le globe. Et le globe tourne sous ses pieds. Elle me regarde
et dit :
« Viens 1 Suis-moi. ~
Je la suis. Et c'est comme si nous parcourions le globe.
La Dame se tourne vers moi, et, désignant l'Enfant:
« C'est Lui, de nouveau, que je veux porter au monde. »
Disant cela, sans cesse sa tête oscille de gauche à droite
et de droite à gauche.
Je considère l'Enfant; mais ce n'est plus un Enfant;
l'Enfant est devenu une Croix. La Croix tombe sur la terre
et se brise. Je vois le monde. Le monde est couvert de ténè­
bres. La Dame dit:
« Portez-le, DE NOUVEAU, dans ce monde. »
Elle montre la Croix. La Croix est dressée au point cen­
tral du monde. Une foule l'entoure. Il y a là des gens de
toutes sortes ; mais tous se détournent de la Croix. Alors je
suis saisie d'une fatigue extrême. Je m'en plains à la Dame.
Elle me répond d'un sourire.
Or, voici: la Dame me paraît à présent comme assise
dans une sorte de fauteuil; et l'Enfant, de qui émane une
grande lumière, repose sur ses genoux. Elle dit:
« Tout d'abord retourner à Lui. Alors seulement vien­
dra la VRAIE PAIX. ~

La Dame appuie sur le mot « VRAIE ». Des mots se


forment, dessinant comme un arc au-dessus de la Dame.
Je sens les devoir lire à haute voix. Je lis :
« VÉRITÉ»
62 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

Je m'adresse à la Dame et lui dis : « Encore? :t La


Dame fait c Oui :&, de la tête. Je continue de lire à voix
haute; à gauche:
« JUSTICE ~

à droite:
c AMOUR DU PROCHAIN :t

Alors je vois aux pieds de la Dame comme un lion de


pierre dont la tête porte une auréole. Des clochers, des
églises, se profilent à présent derrière le fauteuil où la
Dame est assise. L'Eglise d'Angleterre passe en premier
plan. Voyant des évêques, je dis: c Ils ne sont pas de
notre Eglise. ) Tandis que je regarde ces prélats un grand
X vient les biffer.
La Dame sourit. L'Enfant, sur ses genoux, a grandi. Il
est debout et tient un calice. Alors, tout contre, se présente
une échelle. Je la dois gravir. Parvenue tout en haut un
signe m'est offert. Un X traversé par un P. La Daroe dit:
« La religion devra mener un dur combat. On la veut
anéantir. Ce sera fait avec tant de raffinement que per­
sonne, ou presque, ne s'en apercevra. Je mets en garde. »
Son visage est grave. Elle désigne le calice et dit:
« CHRISTUS REGNUM :t

Maintenant, devant moi, Jérusalem. Un combat s'y dé­


roule.
Des prêtres arméniens surviennent. Je lève deux doigts.
Je revois la Dame sur son trône. L'église d'Angleterre
est là, ainsi qu'une église russe, une église arménienne et
beaucoup d'autres églises. Et tout cela tourne, se noue et
se mêle en une sorte de tourbillon. La Dame contemple,
soucieuse. Alors, scandant les mots, fermant le poing, elle
prononce:
c Rome, veillez! »
Elle disparaît subitement.
VISIONS ET MESSAGES 63

DIXIEME VISION

9 JUIN 1946

Devant moi, debout, la Dame. Elle agite le doigt; l'aver­


tissement qu'elle donne est pour le monde:

« URBI ET ORBI »

« Cela, pour le moment, est l'essentiel. »


Elle descend; et alors je remarque qu'elle porte un
enfant emmailloté de langes. D'un signe elle m'invite à la
suivre. Je la suis. Et voici: Parvenue au point central, la
Dame y dépose l'Enfant. L'Enfant se met à pleurer. Elle
dit:
« Hommes, qui êtes pour LUI, mais VEILLEZ DONC! »
Elle ajoute:

« Je ne saurais assez vous mettre en garde. »

Quand, de nouveau, je portai les yeux sur le point cen­

tral, là où l'Enfant avait été déposé, l'Enfant n'y était plus.


Et la Dame, debout, aflligée, regardait le monde. Elle parla;
plaintive était sa voix:
« Non, impossible... Ce n'est point parmi ces hommes
qu'on les trouvera: la Justice, la Vérité, l'Amour. »
Elle parut regarder quelque chose au loin, fixement.
« Calamité sur CALAMITE ... Je vous le dis pour la
seconde fois: aussi longtemps que tout cela n'y sera pas,
il ne saurait y avoir de paix véritable. »
Elle ajouta:
« PRIERE et une saine ACTION. Non pas seulement
prier. AGIR, VEILLER. »
Quand je levai les yeux la Dame s'était déplacée latéra­
64 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

lement; et voici, du côté opposé, que s'avance ven moi


quelque chose qui ressemble à des démons.
« Voici venir un nouveau, un grand désastre sur le
monde. »
Elle dit. Et tout en elle marque la détresse et l'affiiction.
« Si seulement les hommes voulaient entendre /... »
Alors me sont montrés des jours qui vont venir. Ce sera
une période de peu de durée. J'entends:
« En apparence, pendant un temps assez court, tout
marche bien. »
Et voici : la Dame me montre le globe. Le globe éclate.
La Dame fait signe en l'air. Elle est à ma droite, donc à
l'Occident: elle désigne l'Orient et dit:
« C'est de là que cela vient. »
Et je vois dans l'air, partout, des étoiles.
Or, soudain, devant moi, un chapeau de cardinal. Un
signe, en forme d'X, vient le recouvrir; Rome m'est mon­
trée. Une contestation au sujet du Pape. Je vois de nom­
breux évêques qui ne sont pas catholiques romains.
Un mot retentit:
« QUELLE PITIÉ! »
La Dame disparaît.

ONZIEME VISION
4 JANVIER 1947
La Dame apparaît. Elle dit:
« Qu'ils cherchent donc appui dans la VERITE. »
Comment exprimer cela: Elle me fait comme tâter le
monde. Je tâte de la main le monde; et j'en éprouve une
douleur immense. Elle dit:
VISIONS ET MESSAGES 65

« Et tel est le monde d'aujourd'hui. :t

Ma main continue de « sentir» le monde.


« Cela, c'est le monde à venir. Il est très chargé. Il se
détruira lui-même. »
Elle saisit le globe. Elle « retourne » le monde.
« Cela doit s'améliorer, mais... »
Elle montre quelque chose. Je regarde. Je vois différen­
les églises. Parmi les églises, au centre des églises, Rome.
« Rome, mais tiens-toi donc sur tes gardes! »
Ainsi parla la Dame.

Voici l'église d'Angleterre. Un changement y survient.

La Dame paraît faire un pas en avant. Elle dit :

« Regarde ».
Je regarde. Ce sont des clochers. Ils paraissent groupés.
La dame les lie ensemble avec une ceinture de fer. Et tan­
dis qu'elle el moi contemplons cette gerbe de tours, elle
dit :
« Plus haut! » « Plus haut! » « Plus haut! »
Et voici: Elle écrit quelque chose au-dessus de cette
église ; je lis à haute voix :
« AMOUR DU PROCHAIN »
Elle met ces mots au milieu et au-dessus des clochers.
A présent, elle écrit à droite et plus bas. Je lis :
« JUSTICE »

Elle va vers la gauche et trace un autre mot. Je lis


« VÉRITÉ»

« Tout cela n'y est pas encore effectivement. Combien de


fois ne l'ai-je déjà dit? »
5
-----------....

66 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES


Elle hoche la tête d'un air compatissant. Rome, de nou­
veau, se présente. La Dame me la montre et dit :
« Je ne saurais assez insister: qu'ils poursuivent, mais
dans le BON sens. »
Et je vois advenir de grands changements. Et je vois
jaillir comme d'énormes flots rouges. Ils pénètrent de plus
en plus profondé.ment; ils s'étendent de plus en plus
largement. Elle dit :
« C'est bien, MAIS ... plus spirituel; VRAIMENT dans
la Vérité, la Justice et l'Amour du prochain. »
Des années me paraissent devoir s'écouler. Et voici poin­
dre de nouvelles formes de spiritualité. Ce ne sont que des
tendanees.
li « De nouveau, j'avertis Rome. Large... ils doivent voir
large, MAIS... »
La Dame fait un dernier geste vers les mots qu'elle a tra­
cés et disparaît.

DOUZIEME VISION
30 AOUT 1947
J'entends la Voix. Je lève les yeux. Je suis oppressée.
accablée. La Voix dit:
« Ah 1 qu'il taz't lourd 1 »
Cette pression, cette oppression, je l'éprouve. Et, soudain,
devant moi, l'Italie. Un orage terrible, formidable, éclate
sur l'Italie. J'entends:
« EXIL»
Et me voici comme marchant au-dessus de l'Italie. Et me
voici comme chargéè de frapper et frappant. J'entends :
c C'est comme si elle recevait coup Sur coup. »
VISIONS ET MESSAGES 67

Le nord de l'Italie. Le sud de l'Italie en sa pointe


extrême. Je les discerne nettement. Mais au centre, entre
les deux, paraît régner la mort. Un dôme surgit, le vaste
dôme d'une église. De grosses gouttes commencent à tom­
ber. Des gouttes de sang. Il pleut du sang sur le dôme et
l'église. Une croix lumineuse brille au loin. J'entends:
c Ce sera un grand combat politico-chrétien, une polé­
mique ecclésiastique. ~
Je suis alors comme transportée en un vaste apparte­
ment du Vatican. Le Pape est assis. Il semble que quelque
chose ici se trame. Des séances secrètes se tiennent au Vati­
can. A maintes reprises des hommes se sont réunis et je
crois comprendre qu'un délégué américain y assiste. Le
Pape est tenu au courant de ces complots et il sait quelle en
sera la suite. Devant lui, de nombreux papiers.
Une apparente, une fallacieuse paix règne sur le monde;
mais, en réalité, tout est camouflage et tromperie.
Alors je dois d'une main passer deux fois sur l'autre.
J'entends:
4: Cela fera le tour deux fois. ~

Et quelque chose m'est montré: une époque différente.

TREIZIEME VISION

7 DÉCEMBRE 1947

Je vois. La Dame est là, debout. J'entends


« Rome menacée ».
Un chiffre paraît. Le chiffre 4. Un cercle se forme et
se ferme autour du chiffre 4. La vision s'efface.
Autre chose paraît. Une croix. Les quatre bras de cette
croix sont égaux. Un cercle se forme et se ferme autour de
la croix. Au centre de la croix, les lettres I.H.S. Je saisis
68 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

la croix, la brandit, la montre. Des foules s'assemblent.


Tous regardent la croix; mais beaucoup la récusent.
Des nuages montent, épais et lourds. Sous ce sombre
ciel des flots violents s'avancent et roulent sur l'Europe.
Je vois la Dame, vêtue de blanc, debout dans une gloire
de lumière. De ses paumes ouvertes jaillit un faisceau de
rayons. Je me sens devoir lever la main. Je lève la main.
Et ma main recueille les rayons qui émanent des mains
de la Dame. J'en éprouve comme une sensation de courant
et de chaleur. Désignant ma main, la Dame fait « oui »
d'un mouvement de tête et sourit. Je ne sais ce que cela
veut dire.
Le visage de la Dame s'empreint de tristesse. Elle me
montre, tout affligée, ces nuages et ces flots.
« Il leur faudra tout d'abord périr en cette marée et
ALORS SEULEMENT... »
Ces mots s'inscrivent. Puis j'entends prononcer et je
vois écrit le mot :
« TOUS... »
Le visage de la Dame s'éclaire. Je vois l'eau comme
s'élever en vapeur; et le soleil, un instant, en paraît per­
cer les nuées. La Dame me montre la terre. Et je vis que
tout était passé. Le sol était partout jonché d'ossements
épars. La Dame dit :
« Et telle est la perdition. A lors travaillez, mais travail­
lez donc! »
D'un signe elle m'invite à lever les yeux. Elle dit:
« Lis! »
Des lettres se forment. Je lis :
« ÉQUITÉ »
Une douleur atroce me vient en la main, une main
lourde, lourde, comme de plomb. La Dame dit :
VISIONS ET MESSAGES 69

« Viens, lis encore. ~


.Je lis :
« AMOUR DU PROCHAIN ».
Ce sont de très grandes lettres, que vient recouvrir
comme un rideau de chandelles de glace. Elles fondent
goutte à goutte. La Dame dit :
« Lis encore. »
Mais je ne puis déchiffrer ce qui est écrit. Des flammes
dansent parmi les lettres et me voilent le mot. Les flammes
baissant un peu, je lis:
« JUSTICE»
La Dame me désigne quelque chose. Je regarde. Ce sont
des croix. Ce sont, partout, des croix, uniformément des
croix, pareilles à celles des cimetières militaires. Elle tom-
bent les unes après les autres, renversées.
La Dame fait un signe et de nouvelles croix apparais-
sent : des croix blanches.
Et plus je regarde et plus je vois de croix. Aussi loin que
porte mon regard, je les vois, ces croix, comme sortant
de terre. La Dame dit :
« Tel est le message que j'apporte aujourd'hui. ~
La Dame s'en va. Je sens un vide immense. Tout s'as-
sombrit.

QUATORZIEME VISION

26 DÉCEMBRE 1947

Soudain, une grande lumière et, dans ma main, une


douleur. Ma main est comme blessée par un faisceau de
rayons. Et, maintenant, dans la lumière, la Dame. Elle dit:
70 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
« Des désastres vont venir. Ce sera du Nord au Sud, du
Sud à l'Ouest et de l'Occident à l'Orient. li)
Un dôme se profile. Il me semble que ce soit à Jérusa­
lem. J'entends:
« De durs combats se livreront autour et près de Jérusa­
lem. ~
Tout à coup, le Caire. Et, en moi, un étrange sentiment
de malaise. Voici venir des peuples de l'Orient, des Perses,
des Arabes, etc. La Dame dit :
c Le monde sera comme déchiré en deux. :&
Et le monde m'apparaît et se déchire en deux. D'épaisses
nuées roulent sur la terre. La Dame dit :
« 1.1 y aura beaucou1p de malheur, beaucoup de misère. »
Et j'éprouve la sensation du malheur et de la misère.
L'Orient passe devant mes yeux. Je vois ses villages aux
toits plats et blancs. Quelque chose de lourd me vient en
la main. Je regarde. Et je vois se former une croix. Il me
faut la dresser sur la terre. La croix est lourde; elle chan­
celle et balance, oscillant dangereusement de droite à gau­
che et d'avant en arrière. Elle va tomber... Non, elle se
redresse, s'affermit et, enfin, se fixe solidement au sol. Il
me semble qu'elle est devenue plus légère.
Or, regardant au pied de la croix, je vois, répandus, des
casques parmi des ossements. Une grande clef se met en
ma main. Elle m'échappe. Elle tombe au milieu des osse­
ments et des casques. Un défilé s'avance. Ce sont de jeunes
soldats. J'entends:
« Mais soutenez donc nos jeunes gens par une aide spi­
rituelle. »
Des tombes surgissent: elles sont blanches. De petites
croix surgissent: elles sont blanches.
De nouveau, une douleur en ma main. Je vois, côte à
côte, l'Europe et l'Amérique. Des mots sont tracés:
c GUERRE ÉCONOMIQUE ~ « BOYCOTT ~ « DEVISES ~
« DÉSASTRES :&
VISIONS ET MESSAGES 71
Divers symboles apparurent et disparurent ainsi rapi­
dement. Je me souviens de torches. Elles ne répandaient
leur lumière que sur trois côtés: l'Occident, le Nord et
l'Orient. Je vis aussi des traits entrelacés, bleus et blancs.
Puis ce furent des étoiles.
Mais viennent la Faucille et le Marteau. Le Marteau se
détache de la Faucille et tous les deux choient dans un
tourbillon. Et voici entrant dans le tourbillon un soleil et
une demi-lune. Un animal, bouc ou chamois, bondit au tra­
vers de ces choses désordonnées et tandis que tout, confu­
sément, se précipite, un cercle se forme sur la gauche, au
centre duquel tourne le globe. Soudain, un grand cadran
solaire. J'entends:
« Le cadran solaire est retourné. »
Le cadran solaire s'efface. Une autre image le remplace,
mais si rapidement que j'ai à peine le temps de la fixer,
car l'objet est en vol et passe près de moi. C'est une sorte
de cigare ou de torpille qui serait comme d'aluminium.
La chose explose et, tout aussitôt, j'éprouve de terribles
sensations. C'est tout d'abord un complet, un total engour­
dissement : je suis à la fois vivante et morte. Ensuite se
présentent des visages - de larges visages - couverts
d'ulcères affreux. Me voici, à présent, ressentant les affres
d'épouvantables maladies (choléra, etc.)
De petits engins noirs planent dans l'air. Toutefois je ne
les vois point directement du regard de mes yeux : il me
faut, pour les discerner, comme regarder au travers de
quelque chose. Et alors je distingue ces petits engins,
agrandis, qui volent en des espaces blancs et merveilleux.
Je dis : « Des bacilles? » La Dame dit :
« C'est infernal. »
Mon visage se boursoufle. Ma tête, hypertrophiée, se roi­
dit. Je ne puis remuer. La Dame dit :
72 LA DAME DE TOUS LES PEUP[.ES

« Et voilà ce qu'ils sont en train d'inventer... ~ (Ici la


voix se fait toute faible.) « ... ces Russes, mais les autres
aussi. ~
Elle ajoute: « Peuples, soyez avertis. »
Elle disparaît.

QUINZIEME VISION

28 MARS 1948

La Dame est là. Elle parle.


« C'est le droit qui sera en jeu. Dans tres peu de temps
viendra le temps des choses graves. Cela commencera par le
chaos, une période de doute et de désespoir. De sombres
nu<ées s'amassent sur l'Eglise Saint-Pierre. Elles. se dissi­
peront, mais au prix de grandes luites et de beaucoup
d'efforts. »
Elle dit : « SINON, PERIR. »
« Tous les chrétiens doivent se liguer. Unissez-vous, la
luite commence. Il y aura beaucoup de douleur et beaucoup
de misère. »
« Les portes s'ouvrent. A Jérusalem, les peuples de
l'Orient se couvrent le visage de kurs mains. Ils disent:
« Malheur sur leur ville! »
La Dame dit:
« Il y a une grande source et, tous, pouvez vous y laver. »
Des mots paraissent. Je lis: «ÉQUITl:;» «AMOUR»
« JUSTICE ~.

« Aussi longtemps que ces mots ne brilleront pas au


regard des hommes, aussi longtemps qu'ils ne brûleront
pas dans leur cœur, il n'y aura pas de paix en vue. ~
Et voici: Une croix est plantée dans le sol. Un serpent
VISIONS ET MESSAGES 73
ondule tout autour. Les ténèbres tombent. Je vois un
glaive. Il est suspendu au-dessus de l'Europe et de l'Orient.
De l'Occident vient une lumière.
La Dame dit:
« PEUPLES CHRETIENS, LES PAIENS VOUS L'AP­
PRENDRONT. ~
Alors m'apparaît le Pape. Des gardes du corps - une
garde renforcée - l'entourent. La Dame dit :
« DES CHAUSSE-TRAPPES, DES PIEGES ... »
De gros nuages pèsent sur l'Eglise Saint-Pierre. La Dame
dit :
« Soyez justes. Agissez selon votre doctrine. » « Cou­
vre-toi les yeux de tes mains et rentre en toi-même. )
De nouveau une croix douloureuse se forme en ma main;
elle est si lourde que je peux à peine la tenir. La Dame
dit: « Tiens-la bien ferme. »
Et, soudain, c'est comme s'il tombait de grands rayons
de lumière.
La lumière s'en va ; la Dame aussi.

SEIZIEME VISION
7 MAI 1949
Il me faut lever deux doigts. Je les lève et je vois un
évêque. Il est en habits de grande cérémonie.
Un catafalque m'est montré: un catafalque de pierre.
Sur le catafalque un haut dignitaire ecclésiastique est
étendu. Au-dessus du catafalque, un chapeau de cardinal
surmonté d'un glaive et d'une couronne qui en retombent.
Une grande porte se présente à moi. Un personnage en
habit long se tient devant la porte. Il me la faut franchir.
J'ai comme un recul à devoir passer ce seuil.
74 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

Soudain, la Dame. Elle dit: « Fais ce pas. )


Arrivée à l'intérieur, je distingue un vaste espace circu­
laire. « Cela, c'est une tache noire », dit la Dame. « Tu
dois y pénétrer profondément. - LA EST LA PROFON­
DEUR ET L'OBSCURITE DES TEMPS. »
Et je vois la Dame, assise, en vêtements de deuil, la tête
couverte d'un voile blanc. Ses traits sont flétris; son visage
est ridé; elle est affaissée, courbée en avant. Elle parle et
dit:
« Nous sommes, ici, dans les ténèbres. C'est la CORRUP­
TION dans l'humanité. »
J'aperçois la Croix. Elle est penchée. Le Corps s'en
échappe et glisse. Et la Croix reste nue.
« LE CHEMIN DU MARTYRE RECOMMENCE» dit la
Dame.
De grosses larmes coulent sur sa face, dans le sillon des
rides.
Nous nous enfonçons dans les ténèbres. Plus loin; plus
loin; et toujours dans les ténèbres! Et voici que nous arri­
vons dans une grotte.
. Je demande: « Eh ! qu'est-ce que cela? Mais nous som­
mes dans une grotte! ». La Dame me fait toucher la paroi.
C'est de la pierre, de la pierre naturelle. Et maintenant,
par terre, un peu de paille. Un enfant y est déposé. Alors,
de toutes parts, des gens surviennent. La Dame dit:
« Des gens ordinaires. Les moindres des Miens. »
Elle précise: « Il n'y a plus de place pour eux... Des
(oules entières... Les moindres des Miens. »
Soudain, cette grotte se transforme en une église, en
d'interminables rangées d'églises. Dans cette église il y a
de la paille et, sur la paille, un enfant.
La Dame m'emmène. Nous longeons toutes les églises.
Elle me désigne les bancs. Ils sont vides. Elle dit :
« Vois-tu l'erreur? Le vide ... »
VISIONS ET MESSAGES 75
Tandis que nous regardons, les bancs se recouvrent de
petites cartes blanches, pareilles à des cartes de visite. Une
fois encore elle prononce :
« Vois-tu l'erreur? l)
La Dame ayant alors passé la main sur toutes ces ran­
gées d'églises, les bancs, de nouveau, furent sans cartes,
nus, vides.
c Les moindres des Miens. »
Il me semble percevoir son désir de faire occuper toutes
ces places vides. Alors paraît un évêque. La Dame dit:
c Dis cela, dis cela. >
Elle désigne les églises et ajoute:
c Le MONDE doit être DETACHE de tout, et, surtout,
l'Eglise. >
Je revois l'Eglise Saint-Pierre. Le Pape est assis, la tête
penchée. Près de lui, sa garde du corps. Cette scène est
alors comme transportée dans la grotte. La Dame trace le
signe suivant: un grand X que traverse un P. Elle dépose
le signe à ses pieds et une croix surgit, plantée devant le
signe. C'est une croix renversée. La Dame dit :
c Ou sont tes soldais? >
Le Pape est assis, les doigts levés. Au-dessus de sa tête
sont écrits ces mots :

c LUTTE » « TOUJOURS PLUS DE LUTTE »

Des soldats apparaissent derrière le Pape. Ils ont de


grands bonnets. Eux aussi tiennent deux doigts levés.
La Dame avertit:
c Pu'is viendra un grand duel dans le monde. >
Et je vois deux puissances qui s'opposent.
Or, soudain. la scène est devenue une plaine avec des
76 LA D.4ME DE TOUS LES PEUPLES

champs de blé qui balancent lentement, en un mouvement


de va et vient.
La Dame dit: « CORRUPTION ». Elle répète « CORRUP­
TION ».
Elle dit encore :
« La Russie fera tout en apparence. » et : « Voici venir
une grande révolution. »
Et la terre m'est montrée. Il semble qu'un grand combat
s'y déroule et que tout soit mis sens dessus dessous. La
Dame dit:
« La nature change aussi. »
Une voix crie: « LE CHRIST N'EST PLUS. »
Je vais tâtonnant et j'entends:

« HÉALISME » « UN ESPRIT DE RÉALISME »

Et je vois pour ainsi dire cet « esprit ».


Nous voici revenues dans la grotte. J'y discerne, amonce­
lés, tous les fruits, toutes les richesses de la terre. La Dame
dit:
« Maintenant, PARTAGEONS. TEL ETAIT L'ESPRIT
QU'ILS N'ONT PAS COMPRIS. »
Elle me montre la Croix nue. Elle l'étend à plat, sur le
sol.
Je vois quelque chose. C'est quelque chose que nous ne
connaissons pas encore. C'est quelque chose de central, de
tout bleu, comme un espace, et d'une profondeur infinie.
Tout autour, des anneaux, des couleurs magnifiques. Je
me sens attirée. C'est comme une sorte d'aimant. La Darne
dit:
« Ce sont des forces de la nature. Tu en entendras par­
ler. »
Nous continuons; et, tout à coup, nous arrivons DANS LA
LUMIÈRE.
VISIONS ET MESSAGES 77

Nous parvenons à un autre cercle. A l'intérieur de ce


cercle mes mains s'engourdissent, s'appesantissent, de­
viennent extrêmement lourdes. J'éprouve en mes mains
une souffrance d'une certaine sorte: ce sont des douleurs
terribles, Ceci c'est le cercle clair.
A présent, de nouveau, brusquement, l'église Saint­
Pierre. A côté: l'église d'Angleterre; puis une église d'Ar­
ménie ; puis l'église russe, Un cordon est passé autour des
églises dont le Pape tient les deux bouts. Le Pape préside.
Un mot retentit :

« ATHEES »

Et les athées forment un demi-cercle. Puis vient un


autre demi-cercle qui finit d'encercler l'Eglise. J'entends
la Dame. Elle dit:
« De cette façon, nous n'arriverons pas. »
Je vois un âne et des hommes en fuite. Sur l'âne une
femme est assise, tenant un enfant: scène orientale.
Je ,"ois, devant moi, l'Europe et, à côté, l'Amérique. Il
me faut recueillir une « poignée » dans l'Amérique du
Nord et la répandre sur l'Europe. J'ignore de quoi, cette
poignée que je répands.
Des peuples d'Orient se profilent au loin.
« Voilà ceux qu'il réveillera », dit la Dame.
Une tête de mort apparait. .J'entends :
« Voici venir une grande calamité. A cause de cela ils
s'arrêteront. Les mers orientales sont pleines; voilà ce que
tu ne Dois pas. »
Alors il me faut tirer une ligne du nord à l'ouest, puis,
obliquement, vers le bas. J'ignore ce que cela signifie. La
Dame dit:
({ Ils cherchent la paix; mais ils ne la trouveront pas. »
Elle disparaît.
78 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

DIX-SEPTIEME VISION

1cr OCTOBRE 1949

La Dame parle :
« Mon enfant. je t'aide; aie confiance, même dans les
moments difficiles. »
Elle dépose en ma main une croix.. C'est une lourde, une
très lourde croix.
« Mon enfant, tu devras porter la croix et la montrer. »
Des chiffres apparaissent. Je lis : « 1950 ».
Puis : « 1951-1953 ».
L'église Saint-Pierre m'est présentée. Des gouttes tom­
bent sur l'édifice.
Est-ce de la pluie ou des larmes? La Dame dit:
« Il faut avertir 1 De cette manière-là, cela ne va pas
bien. Mon Fils est de nouveau persécuté. Saisis la Croix
et plante-la au beau milieu. Alors, mais alors seulement,
viendra la Paix. )
Tout à coup, les Balkans. Il y a lutte. On s'y bat de nou­
veau. La Dame dit:
« Mon enfant, ce sera une lutte acharnée. Nous ne som­
mes pas encore sortis de cette lutte. Surviendront des
DESASTRES DE NATURE ECONOMIQUE. L'empire d'An­
gleterre chancelle. »
Je vois la Couronne d'Angleterre. Une corde y est atta­
chée que l'on tire, comme pour maintenir l'équilibre de
l'Empire.
Et voici le Pape. Il est en compagnie d'un Patriarche. La
Dame dit:
c Viens avec moi en Russie. »
Et je vois, en Russie, toutes sortes de gens qui travail­
VISIONS ET MESSAGES 79

lent, les uns dans de grandes bâtisses de verre, les autres


sous terre. Il me semble que ce sont des Allemands. des
Français. des Polonais, etc. La Dame dit:
«Ils fabriquent des produits chimiques. Amérique,
tiens-toi sur tes gardes. Interviens, mais interviens donc! »
La Dame ajoute:
« Il ne s'agit pas seulement de vies humaines, mais aussi
de valeurs plus hautes. »
Elle dit encore :
« Ramène donc la foi dans le monde. Mais les fidèles ... ~
Et, disant cela, elle hoche la tête.
« Mettez-la dans votre vie, et aimez votre prochain.
L'Amour demeure le premier commandement. Après, vient
la Justice. »
Nous descendons le Danube. Et la Dame de dire, embras-
sant du geste les lieux d'alentour:
« Il s'agit de travailler ici ; il s'agit de travailler ta. »
Elle fait un signe de gauche à droite.
« Il faut un RETOUR à Dieu. Le peuple, lui, est mûr. Ce
sont les chefs qui ne veulent pas. »
La Dame s'en est allée.

DIX-HUITIEME VISION

19 NOVEMBRE 1949
La Dame est là, qui me montre l'Italie. Elle dit :
« Il faut, en haut-lieu, que l'on travaille. Les PAROLES
SEULES ne sauraient suffire. Il faut des actes. »
Et je vois chanceler l'Eglise Saint-Pierre. La Dame
ajoute:
80 L.-l DAME DE TOUS LES PEUPLES

« Il faut, en Italie, mener un combat plus intense contre


le Communisme. Avertis l'Allemagne et l'Italie: il est
encore possible qu'elles soient sauvées. Ce que je dis, il
te le faut transmettre: Que l'on réagisse contre la COR­
RUPTION de l'Allemagne.
Les hommes sont bons; ce sont les circonstances qui les
égarent. Il faut, ici, revenir à la Croix et la dresser au
point central. Tout d'abord commencer par ranimer la
foi chez les jeunes. Ranimer la foi 1 Si l'Italie ne travaille
pas à cela, et dur, elle périra. Les moindres des Miens, il
faut qu'on les réveille 1 »
Et voici: il semble que la Dame conduise toute une foule
et la pousse vers un autel que surmonte une grande croix.
Elle dit:
« Cela, c'est le travail des GRANDS de la terre, mais... »
Elle lève le doigt, l'agite, hoche la tête.
« Pour cela, il nous faut, TOUS, coopérer. Transmets ce
message. Tous doivent prier et prier davantage. Prier con­
tre la CORRUPTION. S'ils ne le font pas, le monde se
détruira de lui-même. C'est en vue de cela que je t'ai mon­
tré ceci. »
Et la vision soudain s'efface.

DIX-NEUVIEME VISION

3 DÉCEMBRE 1949

La Dame est là, debout. Elle parle.


e Mon enfant, c'est encore un message pour l'Allema­
gne que je t'apporte. Elle DOIT être sauvée. »
Et nous voici, la Dame et moi, comme si nous parcou­
rions l'Allemagne afin de me montrer en quel état elle se
trouve. Elle dit :
VISIONS ET MESSAGES 81

« Que les év~ques agissent donc 1 Qu'ils commandent


à leurs prêtres de se tourner vers la jeunesse afin de la
préserver de l'humanisme, ce paganisme moderne. :t
Et là, devant moi, beaucoup de croix. La Dame me mon­
tre comment ces croix doivent être portées en divers lieux.
A présent, Berlin; une vaste place; la place où se dresse
le Reichstag. La Dame y plante une grande croix. Elle
dit :
« C'est ici que doivent être conduits les hommes. La
jeunesse, il la faut préserver du paganisme moderne. Qu'on
travaille donc à cela, et de toutes ses {orees. »
Et Rome m'est présentée. La Dame, en un geste d'aver­
tissement, tend le doigt vers Rome. Elle prononce:
« Hélas, hélas, pourquoi ne pas commencer par là 1 Tout
doit être remis en place 1 )
Ce disant, elle paraît, de la main, tout renverser et met­
tre sens dessus dessous. Elle dit :
« Les Pays-Bas, eux aussi, commencent à s'engager sur
la pente. )
Me montrant la jtmnesse :
« Elle est af.l bord de la pente. »
La Dame me conduit en un lieu où se dressent deux
montagnes fort élevées. Entre les deux, un gouffre très
ténébreux et très profond. Et moi, soudain, je me trouve
comme transportée au faite de l'une des montagnes. La
Dame dit: « Regarde :t.
Je regarde; et je vois un abîme au point central du
monde.
Alors la Dame fit un geste. Il me sembla qu'elle rappro­
chait l'une de l'autre les deux montagnes. Elle dit
c Cet abtme doit ~tre comblé. »
Et l'église Saint-Pierre parut. La Dame dit :
li
82 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

« Mon enfant, vois le Pape, en habits de grande cérémo­


nie et tenant deux doigts levés. ~
Elle reprend :
« LA DOCTRINE EST EXACTE. Mais le Pape est HABI­
LITE à changer LES LOIS. Qu'il persévère donc. »
Assis, immobile, deux doigts levés, je le regarde. Puis
je le vois, toujours assis, mais cette fois dans une grande
salle de Conseil. La Darne dit :
« Mon enfant, CES LOIS PEUVENT être changées. Cela
PEUT, cela DOIT être changé. Les distances doivent être
comblées. Que Rome poursuive en ce sens; que Rome
donne l'exemple. REFLECHIS, et PARLE. ~
« A toi, je le redis: c'est l'amour qui constitue le PRE­
MIER COMMANDEMENT; puis viennent, COmme unies
à l'Amour par un arc, la Vérité et la Justice. Mon enfant,
regarde. »
Je regarde; et voici: entre la Dame et le Pape un nom­
bre est écrit; et ce nombre est 50. La Dame dit:
« Cette année-là, il s'agira de travailler dur... et pas seu­
lement en paroles. ~
« La 'Doctrine du Christ est véritable. Pourquoi ne la
vit-on point véritablement, jusqu'en ses moindres
détails? »
De petits points se forment. Au milieu de ces points un
autre point, gros et rouge. Appuyant la main sur ce point,
la Dame prévient:
« Voilà l'essentiel. Cela n'est pas convenablement mis
en pratique. »
« Voici venir une révolution. J'avertis. S'ils ne m'écou­
tent, ils périront. Mais tout s'accomplira finalement. »
Et je revois les montagnes séparées par l'abîme. Je revois
aussi le Pape.
VISIONS ET MESSAGES 83
c QU'IL COMMANDE El' CE SERA FAl1' ~, dit la
Dame.
Et je vois, en Italie, dans une grande Salle de Conseil,
des dignitaires ecclésiastiques étrangers, des cardinaux,
des évêques, etc. C'est comme si LE PAPE PROMULGUAIT UN
DÉCRET.
A présent, c'est un pont qui s'offre à ma vue, un pont jeté
entre les classes supérieures et les classes inférieures. La
Dame dit :
c Voilà où il en faut venir. Rappelle-toi: à l'Amour et à
la Justice! Que ceux qui ont la foi collaborent pour le
Bien! »
Moi, à ce moment, je demande: « Mais, êtes-vous bien
la Dame? » Elle me regarde, sourit, et dit:
« Qlle ton conseiller te croie! Il a suffisamment de
preuves. Dis-lui encore ceci: Ses intentions sont bonnes
et l'amour est en lui. Pour son ŒUVRE et pour le reste... »
(La Dame fait un mouvement de la tête et de la main)
« Pour le reste, qu'il ne s'inquiète pas. Sa vie est orien­
tée en ce sens. Pour toi, la justification a été donnée. Je ne
puis, pour lors, en dire plus. AVEC LES ANNEES, vien­
dra la preuve. Dis-lui cela. »
Elle disparaît.

VINGTIEME VISION

16 DÉCEMBRE 1949

La Dame est là, le visage sévère. Agitant le doigt en un


geste d'avertissement, elle dit:
« Pauvre, pauvre Allemagne! Accepte donc les croix
et plante-les aH point central. »
« Stimule le clergé. Commence par ceux qui sont en
84 L.4 DAME DE TOUS LES PEUPLES
bas. Que le menu peuple fasse retour à LUI. Sache-le:
c'est ainsi que cela doit Ure. )
La Dame me montre son poing qu'elle serre.
Et devant moi, l'Eglise Saint-Pierre. La Dame étend la
main sur l'édifice et dit:
« VOILA qui DOIT être et SERA protégé. »
« Cet autre esprit pénètre si profondément! »
Soudain passent, roulent et se croisent des nuages blancs
et des nuages rouges. Ils se frôlent. Ils se pénètrent. Tout
cela, animé d'un vif mouvement. Et je perçois, sous ce
ciel, silhouettés pèle-mèle, toutes sortes de clochers et de
dômes.
La Dame, m'ayant d'un geste montré ces choses, sépare, à
présent, de ses mains, les nuages blancs et les nuages rou­
ges. Alors quelque chose s'ouvre comme un espace, inten­
sément bleu, très profond, où brille, en son centre, une
lumière éclatante. Et cette lumière ressemble à une étoile.
La Dame, de son index, touche, ou plutôt heurte cette
clarté - je ne sais comment dire - très doucement encore
que fortement, car j'entends les coups comme s'ils étaient
portés par un marteau. Elle dit:
« C'est là où ils doivent aller. »
Et voici, en dessous, que stagnent de noires et lourdes
nuées sur le dôme de l'église Saint-Pierre. J'entends la
Voix:
« Une lutte va vemr. Une atmosphère lourde, une
angoisse. Puis tout éclatera. Nous n'y sommes pas encore. »
De nouveau, devant moi, assis, le Pape. Le visage de la
Dame s'empreint de gravité. Elle incline la tête de côté et
dit :
« Stimule tes s:ubordonnés ! Non seulement stimule-les,
mais exige qu'ils agissent dans un esprit vraiment chré­
tien. Vous pensez que tout cela est bon; mais les actes sont
encore insuffisants. »
VISIONS ET MESSAGES 85

« Je parle assez CLAIREMENT••


« Insistez toujours plus sur les droits sociaux, sur la
justice, l'Amour du prochain. Mais ... ~
« Non pas seulement des paroles, des ACTES 1 Seuls
les actes les peuvent mener vers la lumière que je t'ai mon­
trée. »
Tout à coup, à mes yeux, l'Europe. La Dame dit:
« Europe, prends garde! UNISSEZ-VOUS DANS LE
BIEN. Ce qui se livre n'est pas une simple luUe économi­
que: il y va de la CORRUPTION de l'ESPRIT. C'est une
lutte politico-chrétienne. Que cela soit compris d'en-haut.
C'est d'en-haut que doit venir l'exemple, y compris, hélas,
des ecclésiastiques. Il faudra descendre jusqu'aux moindres
des Miens. ~
Alors, au-dessus du Pape, au-dessus de l'Eglise Saint­
P~erre, je lis les mots suivants qui viennent de s'inscrire
en très gros caractères :

« AMOUR DU PROCHAIN ». « JUSTICE »

« Tel est le grand péché de ce temps. Si l'on n'enlend


cela et ne le met en pratique, tout ira de plus en plus mal
et le monde tombera de plus en plus bas. Que chacun, pour
soi, s'efforce, 'ui aussi, d'observer et de pratiquer cela. »
Maintenant la Dame dépose - ou me donne l'impres­
sion qu'elle dépose - une croix en ma main. Se désignant
elle-même, elle dit:

« NON PAS MOI, MAIS LA CROIX. »


Des nombres me sont montrés, inscrits sur un tableau.
Je lis :
« 50 • « 51 ~ « 53 »
La Dame dit : « CE SERA UN TEMPS DE LUTTE ET DE CALA­
MITtS. »
86 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

Alors, se voilant d'une main les yeux, elle étend l'autre.


en un geste de protection, sur le dôme (de Saint-Pierre).
J'éprouve dans ma main, en cet instant, l'atroce douleur
d'une brtilure. Je dis: « C'est vraiment insupportable. :&
La Dame dit:
« Cet esprit n'aura de cesse qu'i~ ne pénètre sous de mul­
tiples formes, s'insinuant peu à peu. Il pénétrera avec {ant
de raffinement que les peuples ne le reconnartront pas. Je
t'avertis. Transmets cela. »
Un homme, en Italie, m'est montré. C'est un simple prê­
tre. Il se tient debout et parle au milieu d'un groupe. La
Dame sourit et le désigne. Je regarde l'homme.
« Ce Lombardi, lui, travaille bien. Celui-là travaille dans
le sens que NOUS voulons. »
A présent surgissent deux rangées d'églises différentes.
Je vois la Dame comme marcher vers la première rangée et,
de la main, effleurer les églises qui la composent. Alors,
toutes ensemble, les églises s'effondrent et disparaissent
La Dame parle:
« Mon enfant, (elle dessine une sorte de losange) mon
enfant, voilà le point central. »
Un dôme paraît dans le losange. Entourant le dôme, un
mur. Un ruisselet court autour du dôme, séparé du monu­
ment par une étroite bande noire. Ce dôme est celui de
l'église Saint-Pierre. La Dame reprend:
« VOILA LE POINT CENTRAL (1). »

(1) « Sous le point central de la gigantesque coupole de la basi­


lIque se trouvait et se trouve encore le lieu de sépulture de saint
Pierre. » (Déclaration de Pie XII aux étudiants, en 1949 : Daniel
Rops, Histoire de l'Eglise. Tome Il, p. 93.)
c Dans l'état actuel des fouilles, on peut affirmer que le tombeau,
malgré les tremblements de terre et les incendies, malgré les guerres,
les invasions barbares et les pillages qui les accompagnèrent, malgré
VISIONS ET MESSAGES 87
Elle agite le doigt, d'un geste lent et grave; et dit:
« Qu'e ceci reste le point central! Les esprits du monde
s'acharnent à le détruire. Je t'aiderai. ~
Et elle étend la main sur le Pape et Sur l'église Saint­
Pierre.
Alors, soudain, surgit, à gauche, une grande griffe noire.
Et voici: la griffe se met à fourrager à travers le tout. Ah !
quelles douleurs me saisissent! Tout devient rose et rou~
à mes yeux. Tandis que fourrage et fourrage la griffe je vois
voler un aigle, une sorte d'aigle noir, qui se dirige vers la
gauche.
L'Allemagne est là, sur la droite. La Dame dit:
« Allemagne, prends garde! »
Un triangle plane au-dessus de l'Allemagne. La Dame
dit :
« L'esprit du Triangle cherche à y pénétrer sous une
autre forme. ~
« Les hommes sont bons, mais tiraillés en tous sens, ils
ne savent plus comment s'en tirer. ~
« Pauvre Allemagne. Ils SERONT, ils SONT la victime
de cet autre grand. »
Ici paraît un évêque allemand. Il est en habit de grande
cérémonie. C'est un homme assez âgé et d'aspect énergique.
Un laïc, d'allure tout aussi virile et énergique, se met à ma
droite. J'entends:
« Les évêques sont sur son territoire; et voila que quel­
qu'un vient sur un autre territoire. Mais ceci est pour plus
tard. »
« L'Allemagne essaiera de se libérer. L'Italie aussi. »

toutes les vicissitudes architecturales de la basilique, a été conservé,


par la volonté déterminée des hommes et par l'intervention manifeste
de la Providence divine. :t Apollonii Ghetti, architecte des fouilles.
(Note du traducteur.)
(

88 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES


Ce simple prêtre que je vis tout à l'heure m'est à nou­
veau montré. Des hommes l'entourent. La Dame dit:
c Il essaie, parmi les hommes, de répandre LA VERITE.
Et, s'adressant à moi, elle dit :
c Tu publieras ceci. Ne manque pas de le dire. ~
Et, soudain, la Dame n'est plus là.

VINGT-ET-UNIEME VISION

14 FÉVRIER 1950

La Dame parle :
« Mon enfant, je viens afin que tu saches quel est le mes­
sage que j'apporte: Il convient de travailler, de travailler
très dur. ~
Faisant alors un geste comme pour inviter une foule à se
rassembler à ses côtés, elle constate:
« Je ne les vois pas encore, ces légions de jeunes gens
et de jeunes filles. Pourquoi ne commence-t-on pas? Pour­
quoi néglîge-t-on mon appel ? ~
La Dame jette un regard circulaire, comme cherchant,
mais en vain, ces troupes juvéniles et résolues.
« Et voila pourquoi je viens: pour susciter. Mon appel
est aussi destiné à l'Allemagne. »
La Dame parle:
« Il y a dans le monde un fort courant qui le porte vers
le Bien. C'est pourquoi l'autre esprit redouble d'ardeur.
Il n'a de cesse qu'il ne séduise et corrompe. Les hommes,
eux, sont moins mauvais que faibles. )
Une croix étant venue dans la main de la Dame, la
Dame dresse cette croix sur une sorte d'estrade.
VISIONS ET MESSAGES 89
« Tu vois cette croix: c'est vers elle, de nouveau, qu'il
faut conduire les hommes. Je le demande instamment: que
les hommes, dans ce monde moderne, avec sa technique
moderne, n'oublient pas cette simple croix. ~
Maintenant, le Pape. Et le Vatican: tout le Vatican. Et
la Dame, au-dessus, debout, qui domine. Il tombe de grosses
gouttes sur le Vatican. Elles semblent provenir du lieu où
se tient la Dame.
La Dame dit - et c'est un avertissement:
« Pour lors cette Eglise garde encore sa chance; je n'en
dis pas plus. »
If. Je viens de parler du monde moderne. Que Rome
l'eCoure à des moyens modernes pour gagner cet esprit du
monde. Que l'Eglise fasse pour l'esprit ce que d'autres font
pour le corps. Et vOI'là, justement, parce que l'humanité est
en pleine recherche, voilà qu'une grande chance lui est
offerte. »
If. Ce n'est plus contre les nations qu'on se dresse, mais
contre l'esprit. »
La Dame dit:
« Voici venir un grand conflit. L'Amérique, la Russie...
Cela approche. »
Il me vient dans les mains une douleur intolérable. La
Dame dit :
« Le Japon se convertira. »
Je ne sais le sens de ceci. Puis j'ai le sentiment d'une
terrible souffrance qui s'étend à l'Inde. Et c'est comme si
la Dame me faisait éprouver cette souffrance en ma main.
La Dame parle :
If. Si Rome consent à celte œuvre, ce sera, de toutes
parts, comme un grand attrait qu'elle exercera. ;)
La vision de la Dame planant sur le Vatican m'est de
nouveau montrée.
90 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
Et voici que la Dame fait un geste. Ses mains s'animent.
Il me semble la voir grouper plusieurs églises autour du
Vatican. Elle dit, paraissant se parler à elle-même:
« Maintenant, l'occasion y est encore. »
« Ce pape-ci doit comprendre à quelle grande tâche il
est appelé en ce temps-ci. »
Me montrant l'Allemagne :
« Demande que le Pape envoie des mandements. L'Alle­
magne a un si grand besoin du bon ESPRIT 1 Ces mande­
ments peuvent le lui apporter. »
Je vois, en Allemagne, un archevêque. C'est un person­
nage énergique. La Dame dit:
« Il mènera une lutte. »
Alors, voici : De ses deux doigts, index et médius large­
ment écartés, la Dame fait un geste sinueux, de long en
large. Elle prononce :
« Agissez donc auprès de la jeunesse Allemande, vous
tous qui êtes préposés à cela. »
Elle ajoute, avant de disparaître:
« Ce n'est pas pour rien que je vous le dis! »

VINGT-DEUXIEME VISION

27 MAI 1950
La Dame est là, debout, qui regarde dans ses mains:
« Mon enfant, mes mains sont vides, toujours vides. A
toi je demande de transmettre ceci: mon intention for­
melle est de susciter un groupe au sein de ce noyau d'hom­
mes qui VEULENT ,le Bien, qui FONT le Bien. »
« Ecoute encore: On consacre beaucoup de temps aux
choses matérielles: qu'ils le consacrent donc, eux, aux
VISIONS ET MESSAGES 91

choses spirituelles. C'est d'une si urgente nécessité! Je


voudrais tant que ce groupe d'hommes choisis le comprît /
Ils doivent, ces catholiques, travailler d'arrache-pied, car
un grand danger menace. En Italie, ce sera une manière de
duel. »
Et la Dame me montre l'église Saint-Pierre.
« C'est ainsi qu'il en est d'autres, ailleurs et autrement,
qui s'emploient à qu'elque chose de grandiose. »
« En Allemagne, il s'agit de travailler ferme. Certaines
tentatives heureuses ont été faites parmi les fidèles; mais
ce n'est pas suffisant, tant s'en faut / Que l'Allemagne soit
vigilante. On est en train de lui jouer un mauvais tour. »
Je vois, à présent, entourant la Dame, des jeunes gens
en grand nombre. Elle contemple le groupe et, le désignant,
me dit:
c: Mon enfant, qu'ils commencent... JI Et, après un nou­
veau geste en direction du groupe: « ...ù ramener les plus
jeunes aux pratiques de la juste religion. JI
« C'est une dure tâche, et difficile, pour ceux qui pren­
dront cela vraiment à cœur. Je ne saurais trop insister: il
est grand temps de commencer, de commencer dès main­
te'nant. De commencer aujourd'hui poulr plus tard. »
Et la Dame, d'un mouvement de la main, dessine comme
une sorte d'arc. Mais je n'en saisis pas le sens. Elle dit:
« Tu verras: Ce ne sera qu'après bien des maux et beau­
coup de calamités que la Croix, de nouveau, sera dressée. »
c: Que chacun fasse de son côté tout ce qu'i.l peut. »
« Le rappellerai-je assez? Le premier, le principal com­
mandement demeure la Charité, l'Amour du prochain. »
Elle disparaît.
92 LA. DAME DE TOUS LES PEUPLES

VINGT-TROISIEME VISION

15 AOUT 1950

Quelqu'un m'est montré. Trois fois il refait un même


geste: il croise les bras, la paume de la main tournée vers
le bas, puis, lentement, les bras se séparent, se croisent de
nouveau, les mains ouvertes vers le haut.
A présent, surgissent toutes sortes de signes: de petits
arcs, des tirets, des points, puis une lettre qui ressemble à
un J, enfin d'autres signes qui apparaissent séparément.
Un mm. Et le mur descend comme d'une montagne en
décrivant ùe grandes courbes. J'en éprouve une intense
douleur.
Une bête - un animal symbolique - soudain se dresse.
Après cela, ce sont des crabes et de grandes étoiles de mer.
Une île. Je crois comprendre qu'il s'agit de Formose.
Sous elle, une autre île, plus petite.
Il me faut, maintenant, me déplacer un peu vers la gau­
che et, comme sollicitée, j'effectue au-dessus de l'île un
mouvement de descente. J'entends:
« Amérique, sois ici sur tes gardes. »
Je sens devoir joindre les mains. Je les joins; je regarde
vers le haut, à gauche, et je vois la Dame. Elle dit:
« Voici venu le temps de la lutte politico-chrétienne.
Plusieurs fois, déjà, je l'ai annoncée. »
« LES GRANDS EVENEMENTS. TOUT VA S'AGGRA­
VER. »
« J'ai parlé du chaos: il vient. Les désastres, eux, sont
venus. l»
« Des gouvernements ont démissionné. D'AUTRES FE­
RONT DE MEME. l»
C Fais attention, mon enfant: c'est maintenant; la lutte
va s'engager. )

~
VISIONS ET MESSAGES 93

« Vois ces quatre doigts: je les entoure d'UR cercle.•


c Un chef vient: son règne sera bref et puissant. Toi,
en ton cercle limité, tw ne le verras pas. »
La Dame dit:
« REGARDE.»
Je regarde. Et je vois quelques bêtes. Elles se rassem­
blent. La Dame dit:
« Vois. »
Et je vois, à gauche de la Dame, un loup debout, dressé.
Puis, devant elle, un autre loup apparaît - mais peut­
être est-ce un chien. Cette bête tient une torche en sa
gueule et une lionne l'accompagne. Enfin, à droite de la
Dame, vient un grand aigle.
c Regarde. »
La Dame faisant un signe vers le haut, j'y porte mon
regard et je vois une colombe immaculée. La Dame dit:
c Voila le nouvel esprit. Il viendra. »
Et, soudain, des rayons jaillissent de la colombe : deux
rayons vers le bas, deux rayons à droite, deux rayons à
gauche.
c Ceci, tu le comprendras plus tard. »
Et tandis que je contemple la Dame, les Bêtes e.t la
Colombe, des étoiles éclosent et cernent la vision. La Dame
esquisse un pas comme pour descendre. Elle dit :
« Viens. »
Et nous voici abordant une sorte de plateau. Nous nous
arrêtons aU milieu. La Dame dit:
« Vois-tu ceci? »
Elle fait un geste de l'Orient à l'Occident. Puis elle tend
les bras et il me semble la voir dresser deux murailles face
à face. Les murailles s'étendent loin, très loin, sur le pla­
94 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

teau. La Dame se tient à présent au-dessus des murailles.


Elle dit, désignant l'Orient et l'Occident :
« Cela n'est rien. »
Elle étend les mains. Elle ferme le poing. Elle dit :
« Ecoute bien : autant de fois que je frapperai ce coup
tu le frapperas aussi. »
Elle ferme les poings; je ferme les poings. Elle frappe
les poings l'un contre l'autre, forteme,nt; je frappe les
poings l'un contre l'autre, fortement. La Dame dit :
« Trois fois. » « La moitié, c'est l'Orient. ~
Je vois les Balkans, la Grèce et l'Allemagne orientale,
liés par une grande chaîne. Il me semble que ce soit la
Dame qui les enserre de la sorte.
Un personnage se tient assis, la main sous la tête, au
fond d'une partie restée libre. J'entends :
« Ceux qui méditent et qui exécutent l'anéantissement
du monde. »
Et je vis quelque chose en Orient.
Nous gravissons une montagne. Un plateau la termine.
Nous nous arrêtons.
« Viens. ~
La Dame me montre quelque chose qui est par terre.
C'est une lourde poutre qu'il me faut écarter du chemin.
Brusquement, une traverse vient s'encastrer dans la poutre
pour former une croix. A ce moment, me souvenant d'être
chargée de demander à la Dame qui elle est, j'interroge
et dis: « Comment dois-je vous appeler? » Elle répondit:
« Dis-leur: LA DAME, simplement. »
Désignant la poutre qui barrait le chemin, à présent
écartée, la Dame dit
« La Chrétienté. ~
VISIONS ET MESSAGES 95
Elle ftt un mouvement des mains et des doigts, et ce
fut comme si tout explosait et flottait dans un tourbillon.
c Tu diras ceci : Chrétienté, tu ne sais pas quel grand
danger te menace 1 Un esprit est là qui te sape. MAIS ... »
Et faisant un geste de bénédiction, elle ajoute
c La victoire est à Nous. »

c Viens avec moi, je te montrerai. »

Et je vois l'Angleterre. Posant un pied sur l'Angleterre,

agitant le doigt selon sa manière de signifier un avertis­


sement, la Dame prévient :
c Pourquoi t'obstiner à tout garder? Ne peux-tu retour­
ner à la simplicité? »
Ayant dit, elle dépose une très grande couronne SUl'
l'Angleterre.
c Sur celle-ci également, on tirera. »
Et voici: la Dame me paraît percer de petits trous
autour de la couronne et, y passant des lacets, les fixe à
l'Angleterre. Cela faH, elle retire son pied posé sur
l'Angleterre.
c Angleterre, non, ta pqlitique n'est pas bonne. »
Et, soudain, le Roi. Il semble impliqué dans un conflit.
Puis la tête de Churchill se profile, obliquement, au-dessus
de son pays. La Dame me désigne quelqu'un. C'est un
évêque, mais non point catholique. Ce doit être l'évèque
de Canterbury. La Dame le considère et balance le doigt.
Alors, de partout, surgissent des flèches et des clochers.
La Dame annonce (mais il me semble que ce soit pour
plus tard) :
c Ji y aura bien du changement. »
Et maintenant, là, sur notre gauche, deux doigts levés,
le Pape; à notre droite, l'évêque de Canterbury. Un autre
ecclésiastique paraît à ses côtés. Celui-ci porte une perru­
96 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

que blanche aux boucles raides et il est vêtu d'un habit


long à collet blanc.
La Dame se tient au-dessus et en arrière des prélats
anglicans. Elle dit : « Regarde. »
Elle tend le doigt vers le Saint-Père; puis, avec force,
elle introduit le doigt qu'elle pointe entre les deux doigts
levés du Pape. Cette scène disparaît.
Des chiffres s'inscrivent. Je lis :
« 51 - 53 »
Tandis que la Dame me désigne ces nombres, je sens
quelque chose venir en ma main, cependant que je fais le
geste de saisir en l'air. Cela vient de très haut. J'entends
« Des météores. Prends-y garde. ~
La Dame dit: « Viens. »
Nous poursuivons notre chemin. La Dame dit
« Ce conflit en Corée : un symbole et le commencement
d'une grande misere. »
Je vois, là, s'organiser des DÉLIMITATIONS et des pauses.
Quelqu'un, qui me paraît être Staline, la tête appuyée
sur la main, réfléchit gravement. La Voix retentit tout
contre moi:
« Je vous ai mis en garde contre ce danger. »
Il me faut alors regarder par dessus l'hémisphère de la
terre, et tandis que ma main est posée sur la partie gau­
che du globe, comme le retenant, je m'entends dire :
« Ici, je regarde en profondeur. Je le maintiens. »
Alors, contrainte à descendre obliquement vers la droite,
je dois, ici, plus loin, tracer une ligne droite, en consé­
quence de quoi j'éprouve la sensation d'une terrible
angoisse.
« Continuons », dit la Dame.
Voici l'Italie septentrionale dont il me faut m'emparer.
Puis l'Italie du Sud se présente : je pose mon pouce sur
VISIONS ET MESSAGES 97
le talon de la botte et j'étale les quatre autres doigts sur
la partie méridionale de la péninsule. Tous ces gestes, je
les exécute comme obéissant à un ordre. La Dame dit:
« Non, cela n'est pas du tout comme il taut. Mais où sont
donc les Encycliques? »
Je suis incitée à un nouveau geste : je croise les mains,
les paumes vers le haut. Et je constate que mes mains
demeurent vides.
L'église Saint-Pierre surgit. La Dame dit :
« Sais-tu bien quelle est ta -puissance? Mais connais-tu
la doctrine? »
Et la Dame écrit ce mot : « ENCYCLIQUES. »
Elle dit:
« Cela est bien. Mets-les donc à exécution! Fais-les ruis­
seler à droite, à gauche, vers le haut, vers le bas. Le sais-tu
(elle ferme le poing) que cette puissance a tant de
pouvoir? »
La Dame me montre quelque chose: d'abord un 1, un 2.
un 3 ; puis un livre ; puis une main sur le liVre. Elle dit :
c Aie l'œil sur tes lois! »
Et la Dame semble étendre quelque chose largement et
de plus en plus loin. Elle dit :
« Sache-le, ton temps est venu. »
Elle ajoute : « URBI ET ORBI. »
Tandis qu'elle prononce ces mots, je nous vois, elle et
moi, sur une élévation, d'où nous contemplons l'église
Saint-Pierre. Elle ajoute :
« Pourquoi si durement? Fais-le donc plus largement, el
vers l'extérieur. »
Alors elle me conduit en un certain lieu. Elle dit :
c Voilà où il tauit aller. »
Mais tout me paraît confus, une sorte d'embouteillage.
7
98 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

La Voix proclame :
« Du chaos jaillira la lutte; mais, plus tard, tout sera
reconstruit. »
Une grande mélancolie m'étreint. La Dame s'en va, et,
s'en allant, elle dit :
« Je viendrai encore, avec des messages. »

VINGT-QUATRIEME VISION

16 NOVEMBRE 1950
La Dame.
« Mon enfant... »
Elle désigne, sous elle, le globe.
« Je suis debout sur le globe, parce que JE VEUX tTRE
APPELÉE LA DAME DE TOUS LES PEUPLES. »
Et les mots « DE TOUS LES PEUPLES » s'inscrivent en demi­
cercle autour de la Dame.
« Je t'ai dit: « Apostolat en ton propre pays. »Mainte­
nant je vais te montrer quelque chose. »
Elle fait un geste vers le globe et je vois ses pieds, serrés
l'un contre l'autre, posés sur l'Allemagne. Puis l'un de ses
pieds paraît se porter sur l'Angleterre. Elle dit :
« Là, j'ai déja mis un pied. »
Elle ramène le pied dont elle couvrait r Angleterre tout
contre l'autre demeuré sur l'Allemagne. Droite, les mains
étendues, le visage empreint d'une grande affliction, elle
regarde l'Allemagne.
« Mon enfant, ici j'ai posé mes deux pieds. L'Allemagne
DOIT être sauvée. »
Elle ajoute :
VISIONS ET MESSAGES 99

c Le Fils t'a conduite ici afin que tu puisses mieux com-


prendre. J'ai guéri beaucoup de malades. :t
Je vois, comme sur une carte de géographie, Lourdes
et d'autres lieux.
« Comprends-tu, maintenant, ce que je veux ICI? Ici,
tant d'AMES sont malades. Ji me: les faut sau,ver. Pourquoi,
ici, en Allemagne, tant' de prêtres partent-ils en mission?
Qu'ils restent donc ici. Il Y a tant à faire ici. )
Surgit le Vatican.
« Que le Pape vienne au secours; qu'il lance un appel
aux ecclésiastiques. sinon l'A llemagne se perdra. »

« IL Y A UNE GRANDE, UNE ÉPOUVANTABLE APOSTASIE. »

« Les hommes, par le refus de leurs offrandes, ne veulent


point aider à l'érection de nouvelles églises. Il faut encou-
rager les prêtres à susciter cet effort. C'est une tâche ardue.
Je vous mets simplement en garde. »
« Les autres sont, eux, fort occupés à séparer le peuple
allemand de Rome. »
Survient une tête de mort entre deux os croisés. La Dame
saisit cela et le dépose à ses pieds, sur l'Allemagne.
« I,e Fils est prêt à donner Sa toute spéciale protection.
Il m'a envoyée pour porter secours à l'Allemagne. Mais
il faut les exhorter à faire ce qwe je dis. »
De petits enfants paraissent, venant de partout, se ras-
semblent et se rangent autour de la Dame. Ils la regardent
et une sorte d'extase illumine leur visage. Elle, elle mon-
tre ces enfants. A une grande distance de la Dame et des
enfants, j'aperçois, à gauche, des hommes et des femmes.
La Dame joint les mains et dit:
« Pour commencer, que chacun, en Allemagne, rétablisse
l'union dans sa propre maison. Que les enfants, de nou-
100 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

veau, forment un tout avec le père et la mtre. Qu'ils s'age­


nouillent en famille; qu'ensemble ils récitent le Rosaire. »
Ce disant, la Dame a un geste comme pour disperser les
enfants. Elle dit :
« C'est du foyer que vient la formation; de là, elle
s'étendra au monde. »
« Ne vous relâchez point dans l'amour du prochain. Il
faut que naisse et se propage une intense action parmi les
catholiques. Usez de la propagande; prêchez dans les
églises. Une action intense. »
Prononçant ceci la Dame paraît pousser la foule comme
pour l'exhorter à aller de l'avant.
« Il est important que cette action soit entreprise. Les
autres, eux, s'acharnent afin d'anéantir l'Allemagne. Main­
tenant le peuple est prêt. Dis cela 1 Dis cela! »
'1Ij
La Dame agite le doigt en signe d'avertissement
1
« Qu'ils travaillent d'arrache-pied 1 »
Et je vois le Pape.
« Qu.'on le demande au Pape el il y pourvoira. »
La Dame croise les mains et les étend sur l'Allemagne.
Ses pieds se détachent de l'Allemagne. Le globe tourne.
Elle reprend sa place sur le globe et me montre Rome. De
nouveau elle balance le doigt et dit :
« Que le Pape continue toujours AINSI. C'EST MAIN­
TENANT que Rome a sa grande occasion. »
Différentes églises me sont présentées. La Dame fait un
geste, les églises s'écroulent. Le Dôme du Vatican se pro­
file au fond de la vision.
« La grande occasion est là. Elle y est MAINTENANT.
A CONDITION QUE LE PAPE exécute ce qu'il a projeté. »
Et la Dame, en un geste de protection, étend la main sur
le Souverain-Pontife. Elle dit :
VISIONS ET llŒSSAGES 101

< Voici venir une grande tourmente sur le monde. Le


Russes ne se résigneront pas. Et c'est pourquoi je dis

« JE SUIS LA DAME DE TOUS LES PEUPLES. »

VINGT-CINQUŒME VISION
10 DÉCEMB.RE 1950
Sur la gauche, une lumière qui vient vers moi. Mes
mains sont portées à se joindre. Et, brusquement, la Dame,
debout sur le globe. Après cela ce fut comme si la Dame
m'emmenait. Ce fut aussi comme si la Dame venait de
déployer le globe et de l'étaler à la manière d'une carte.
Elle dépose quelque chose sur cette carte et j'en ressens
une douleur vive. Je vois à présent ce qu'elle a déposé :
une très grande, une très grosse croix. Et tandis que je
regarde la croix, un mal aigu me vrille les mains et la
tête. Tous mes muscles se contractent. La Dame dit :
« Voici la poutre qui sera posée sur le monde. »
Et la Dame montre la poutre. Puis elle montre la tra­
verse. Enfin, toute la Croix. Elle dit :
« Je te fais éprouver les douleurs de la poutre. »
Et ma tête s'emplit de fièvre. J'ai soif. La Dame me fait
lever la main droite, deux doigts et le pouce étendus. Je
dois fermer la main gauche.
« Ta main droite pour représenter la Vérité. L'autre,
c'est le Poing. Lève-le, afin que les hommes .le voient. »
Et voici, ce faisant, qu'apparaissent, au-delà du globle
et de la Croix, des hommes de toutes sortes et de toutes
les nations. Alors il me faut tenir le poing fermé devant
les yeux. J'en éprouve une sensation si horrible que je me
tords de douleur. Je pleure et m'écrie : « Le poing me fait
si mal! )
102 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

De nouveau mes mains se joignent. La Dame dit


« Viens 1 Nous nous arrêterons au point central. Je met­
trai le pied sur le milieu du monde et je te montrerai. »
« Voici l'Amérique. »
Me désignant une autre région, elle dit :
« La Mandchourie. » Une révolution terrible s'y pré­
pare. »
Je vois des Chinois en marche. Je vois une ligne qu'Us
franchissent.
Il me faut à présent promener ma main de long en large
sur Formose et la Corée. J'entends la Voix:
« Mon enfant, j'ai dit : « Cela n'est qu'apparence. »
J'ai voulu dire qu'il y aurait des périodes d'un apparent
repos. Cela ne saurait durer longtemps. »

« LES PEUPLES DE L'ORIENT ONT ETE REVEILLES


PAR UNE SORTE D'HOMMES QUI NE CROIENT PAS
AU FILS. »

Nous continuons. Voici la Grande Chine. Je dois croiser


les bras d'étrange façon. Et, tout à coup, assis sur un trône,
un grand homme. (Grand, mais non point dans le sens de
haute stature.) La Dame dit :
« Il est triste. Son pays sera provisoirement partagé. »
Elle désigne l'Amérique, agite le doigt en un geste de
désapprobation et dit :
« Ne pousse pas trop loin ta politique 1 »
Et, par deux fois, elle me fait passer la main sur la
Croix. La Croix pèse aussi lourdement sur l'Amérique.
L'Asie m'est montrée.
La Dame étend les deux mains en un geste de protec­
tion au-dessus d'une contrée qui me parait être l'Ukraine.
Et je vois un feu infernal, en haut, à gauche, en Russie.
VISIONS ET MESSAGES 103

Cela me semble une explosion qui jaillit du sol. La Dame


dit :
« Et puis, tu vois, il n'y a plus rien. ~
Et je contemple, en effet, une plaine desséchée. Des hom­
mes paraissent. Ils tiennent les mains croisées sur la poi­
trine. Leur tête est entourée de bandes d'étoffes et ils sont
enveloppés dans de vasles manteaux. La Dame montre ces
hommes et dit :
« Là aussi on se battra. De nouveau on se battra pour
la Terre Sainte. Duels, combats pour NOS lieux (l). ~
« Le .Japon, lui aussi, doit être prudent. »
« Je te dis ces choses, parce que tu les vivras. ~
c Car je suis LA DAME DE TOUS LES PEUPLES »
« ET TU LE DIRAS. »
Et la Dame, ici, se replace dans l'attitude ordinaire où
elle m'apparaît, les mains étendues. Je demande : « Les
hommes me croiront-ils? »
« Oui, parce que je suis venue à toi, antérieurement aux
événements. Tu ne comprenais pas alors. Ce n'était pas
nécessaire. C'était la preuve pour maintenant. »
Ici, de nouveau, il me faut répéter le geste : d'une main,
fermer le poing, lever l'autre les doigts tendus. La Dame
dit:
« Ces deux mains se combattront. Après une longue lutte
et beaucoup de maux, la main avec le poing tombera, car,
toùjours, la Vérité triomphera. Mais hélas, que de choses
devront encore changer! »
« Annonce que l'Eglise s'est engagée dans la bonne
voie. »
La Dame se tait un instant et reprend
« LES SÉCULIERS ET LES RÉGULIERS. »

(1) J'ai mal entendu ces derniers mots, note la messagère.


104 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

Il me semble voir la Dame frapper du poing sur une


table. Elle hoche la tête :
« Chez les Séculiers il y a encore tant d'indifférence
qu'il faut vaincre. Qu'ils prennent donc leur tliche à cœur
en ce temps-ci. »
La Dame me paraît à présent ordonner une foule, la
groupant sur deux rangs. A sa droite sont les hommes;
à sa gauche, les femmes. Elle désigne les femmes. Son
visage prend un air d'extrême compassion. Elle hoche la
tête et, toute pitié, elle prononce :
« Savez-vous quels sont encOre oos devoirs? Ecoutez
ceci: Tant vaut la femme, tant vaut l'homme. Vous,
femmes, donnez l'exemple. Revenez à votre ROLE DE
FEMME. »
Se tournant vers les hommes :
« Et vous, hommes, j'ai une question à vous poser:
« Où sont les soldats du Christ? C'est tout ce que j'ai à
vo!ls dire. »
A son geste, les deux rangées n'en forment plus qu'une
qu'elle enserre dans un arc. Des hommes et des femmes
côte à côte, infiniment, dans cette courbe. Tout à coup,
l'arc devient une coupole. Au-dessus de cette coupole appa­
rait une grande église. Et voici : dans cette église une
image se forme. C'est une colombe. Elle est blanche. Des
rayons en jaillissent.
« Que Celui-ci descende donc sur .les hommes de la
terre », dit la Dame. Elle ajoute : « JE LES Al'DERA1. »
Mais il sied de travailler ferme, et vite. »
Alors parait le Pape. (Je ne vois que son buste.) Il se
tient au faite des scènes de la vision. Il porte une couronne
toute ornée de pierres précieuses. J'entends prononcer

« UNE TIARE. »
VISIONS ET MESSAGES 105

La Dame se tourne vers le Pape. Elle dit


« Tu es dans la bonne voie. Je t'aiderai. Use DA VAN­
TAGE encore des moyens modernes. Réalise. L'occasion
est venue pour Rome. Sers-t'en donc. Tu auras à traverser
des tempêtes. Tu seras secouru. »
Et la Dame tend au Pape une couronne qu'elle tient en
sa main droite.
« Continuons! », me dit la Dame.
La France.
« En France, cela va très mal! »
Au milieu de la France, je vois comme l'image de Napo­
léon. J'entends :
« France! Militairement, économiquement, spirituelle­
ment, tu es bien tombée! Où sont à présent ta gloire et
ta fierté? »
De nombreuses taches rouges parsèment la France. J'en­
tends la Voix :
« Pourtanf, il en faudrait si peu pour amener ces hom­
mes à se convertir. »
La Dame me montre plusieurs nations. Elle dit : « Mais
pourquoi donc ne s'um'ssent-elles pas? »
Ce sont les Pays-Bas, la France, la Belgique, l'Angleterre.
Me désignant une grosse ligne sur l'Allemagne, elle
ajoute:
« L'Europe est divisée en deux. »
Et, sur l'heure, voici que, moi, j'etrace cette ligne. Alors
se forme une tache très noire. (Les régions maritimes, que
je perçois fort bien, ne sont pas touchées par cette tache.)
J'entends : c L'Oder. »
Un fleuve coule. Je le vois couler. J'entends : « Il est
rouge de sang. »
Et tandis que vers l'Occident je vois s'avancer comme
1
Il

106 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

des branches rouges, j'entends que l'on dit : « Turquie,


fais-tu bien attention? »
Le Bosphore. Les Dardanelles. Je les vois.
Et voici ce qu'il me faut faire, selon le commandement
de la Dame : mes deux mains, comme des pattes griffues,
solidement posées sur la carte. Mes bras : comme s'ils
étaient des pattes. La Dame dit :
« Figure cela. Sois comme une b~te, les griffes Sur l'Eu­
rope, pr~te à bondir. »
La Bête regarde à droite, à gauche. Très lentement les,
pattes lâchent prise. La Voix s'élève : « Apres des angois­
ses et des douleurs, tu verras ce qui suit. »
Et c'est, soudain, une calme campagne ou COURENT DES
AGNEAUX ET DES BREBIS. Un berger se tient au milieu du
•.
1
' troupeau. La Dame dit :
« COMP/ŒNDS BIEN TOUTES CES CHOSES ET FAIS­
LES PASSER. »
Elle disparaît.
LI

VINGT-SIXIEME VISION

25 JANVIER 1951

J'eus un songe. C'était en la nuit du 24 au 25 janvier


1951. Je me tenais, en mon rêve, quelque part, très loin,
dans une petite salle ou chambre. Et, soudain, la Dame fut
près de moi. Elle était vêtue d'un ample manteau replié.
Un châle était posé sur sa tête. Elle avait aux pieds des
sandales. Elle dit :
« Regarde et écoute. »
Et je vis une longue table. Derrière la table, un banc.
Des hommes arrivèrent qui s'y assirent, ou, plutôt, s'y
tinrent dans une position à demi-eouchée. Au milieu était
VISIONS ET MESSAGES 107
Quelqu'Un. Il resplendissait. Devant l'homme : du pain,
et un calice de vin. La Dame reprit.
« Regarde et écoute. »
Et, brusquement, la modeste salle se change en une vaste
église. Une foule la remplit. La Dame et moi sommes au
sein de cette foule. La Dame parle :
« Un décret DEVRA ETRE promulgué. Il ne sera plus
nécessaire d'être à jeun pour communier. Il y en a tant
qui, à l'église, saisis du désir ardent de s'approcher de la
table sainte, en sont exclus parce qu'ils ne sont pas à
jeun. »
Et tandis que, rapidement, repasse devant mes yeux la
vision de ces hommes réunis dans une salle, j'entends ces
paroles :
« Ceux-ci, ils sont venus tout droit de la rue à la table, »
« Vois, dit la Dame me montrant la foule dans l'église,
combien peu vont à la table de communion. »
Alors une voix retentit. Elle venait de l'extérieur. El la
voix promulguait le décret. Après cela les fidèles en grand
nombre vinrent au banc de communion. La Dame dit
« Ainsi il faut qu'il en soit; ainsi il en sera. »
Elle ajouta : « Vois-tu, maintenant, la différence? ».
Le songe cessa et je m'éveillai.

VINGT-SEPTIEME VISION

Il FÉVRIER 1951

Une vive, une éclatante lumière précéda la Dame. Elle


vint et dit :
« JE SUIS LA DAME, MARIE, MÈRE DE TOUS LES PEUPLES ~,
108 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

- « Tu peux dire : La Dame de tous les Peuples ou la


Mere de tous les Peuples ~ - « QUI, A L'ORIGINE, ÉTAIT
MARIE. ~

« Je viens AUJOURD'HUI, en ce jour précis, pour te


1
'j
dire que JE VEUX être cela. Les enfants des hommes, de
1
toutes les nations, en fin de compte, un jour seront « UN. ~
Fixée en son attitude ordinaire, immobile, et me regar­
dant intensément, elle ajouta :
1
« Le monde entier est en ébullition; mais le pire, c'est
que les hommes de ce monde soient incités à tout bou­
leverser.
1
Le globe alors tourna. Il sembla que la Dame marchât
sur le monde. Et nous nous trouvâmes au-dessus de l'Italie.
Le Vatican. Le Pape. Debout, ceint de la tiare, tenant d'une
main le sceptre, il présente l'autre, deux doigts levés, en
un geste hiératique. Autour du Pape, des cardinaux et des
évêques en grand nombre. La Dame dit :
« Vois: CE SONT LES EVEQUES DE TOUS LES
PAYS. ~
Et vient devant le Pape un grand et gros liVre.
« ECO/lte bien, mon enfant, dit la Dame. Déjà des chan­
gements sont survenus. D'autres sont à l'étude. Cependant,
je veux apporter le message du Fils. »
« La 'DOCTRINE est bonne, mais les LOIS peuvent et
doivent êt're changées. »
c Je te dis cela aujourd'hui, car le monde est en proie
à une grande confusion. On ne sait plus de quel côté se
tourner. C'est pourquoi le Fils me charge d'un message. ~
Brusquement, une grande croix surgit devant moi. Je la
regarde, et, tout aussitôt, de violentes, d'épouvantables

~
douleurs m'étreignent. Les muscles des bras se contrac­
tent tellement que mes mains se ferment, poings crispés.

Ma tête est comme à l'instant d'éclater. La fièvre me ronge.

N'en pouvant plus de tant de maux, je pleure et supplie la

i
VISIONS ET MESSAGES 109

Dame d'abréger mes souffrances. Elles persistèrent un


moment; puis toute douleur s'effaça.
« Que tous reviennent à la Croix; alors, mais seulement,
la Paix règnera, et la tranquillité. »
La Croix est là, toujours, dressée. La Darne dit :
« Répète après moi cette prière devant la Croix. »
Elle commence :

SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST,
FILS DU PÈRE,
RÉPANDS A PRÉSENT TON ESPRIT sun LA TEnnE.
FAIS HABITER L'ESPRIT-SAINT DANS LES CŒURS DE TOUS LES
PEUPLES,
AFIN QU'ILS SOIENT PRÉSERVÉS
DE LA CORRUPTION,
DES CALAMITÉS,
DE LA GUERRE.
QUE LA DAME DE TOUS LES PEUPLES,
QUI FUT UN JOUR MARIE,
SOIT NOTRE AVOCATE.
AMEN.

Et j'ai, devant la Croix, répété tous les mots de la Prière,


selon que les prononçait la Darne. Or, je les vois, à pré-
sent, ces mots de la Prière, inscrits en gros caractères
devant mes yeux.
« Mon enfant, cela est si SIMPLE et si COURT que cha-
cun, en sa propre langue, peut le dire devant sa propre
croix. Et que ceux qui ne disposent pas d'une croix le disent
devant eux-mêmes. »
« Tel est le message que j'apporte en ce jour: c'est
maintenant que je viens dire qf.le je veux SAUVER LES
AMES. »
« Que tous collaborent donc à cette grande œuvre. Ah !
110 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
Si chacun des enfants des hommes voulait, pour lui-méme,
essayer d'imiter ceci / ~
La Dame lève un doigt :
« Surtout en ce quz1 concerne le premier, le principal pré­
cepte : l'Amour. ~
Et le mot « AMOUR » tout aussitôt apparaît formé avec
de grandes lettres.
[1' « Qu'ils commencent donc par là. »
Et la Dame ajoute:
« Les petits de ce monde diront alors: Que pouoo·ns­
nop.s, nous autres, changer, puisque tout cela vient des
grands? » Aux petits, je réponds: « Aimez-vous entre
vous, ayez toutes sortes de délicatesses les uns envers les
autres, et les grands n'auront plus l'occasion de faire du
mal. »
« Recourez à votre croix; dites la Prière que je vous ai
enseignée; et le Fils oous exaucera. »
La Dame parle:
« Voici de nouveau que vient un grand DESASTRE DE
LA NATURE. »
« Les grands de ce monde continueront à n'être point
d'accord entre eux. »
c Les hommes chercheront une issue de TOUS COTES. »
c Pense aux prophètes. Cherche et demande le véritable
Esprit-Saint, et lui seul. Ce qui se déroule en ce moment
est une guerre idéologique, une guerre pour l'esprit. Ce
n'est plus là, conflit de peuples et de races, mais un combat
pour l'esprit. Comprends-le bien. »
La Dame joint les mains. Je revois le Pape entouré des
cardinaux et des évêques. La Dame parle. Et ses paroles
sont pour le Pape :
« Tu peux sauver ce monde. Je l'ai dit plus d'une fois:
"Rome, l'occasion t'est offerte, saisis-la." Aucune Eglise
VISIONS ET MESSAGES 111
en ce monde n'est construite comme la tienne. Mais il te
faut marcher avec ton temps. Insiste afin que soient intro­
duites des structures nouvelles parmi les religieux, les prê­
tres, les séminaristes, etc. Tiens-y l'ŒIL. Que tout soit
mené jusque dans les moindres détails. La Doctrine de­
meure; mais les Lois peuvent être changées. »
« Et, de plus en plus, faire bénéficier les enfants de ce
monde de la COMMEMORATION DE MON FILS. ~
La Dame se tourne vers moi;
« Je t'ai montré dans un songe, COMMENT rendre plu.~
fréquente .la communion. Je te dis cela pour les Pays-Ba.'i
et pour tous les pays où cette carence existe. l)
« A l'Allemagne, je dis: " Travaillez donc avec force, e.n
ce pays, afin de ramener à ce qui constitue le centre - LA
CROIX - tous ceux qui se sont égarés si loin, si loin ... Le.~
prêtres manquent; mais il y a les laics. Qu'une action soit
entreprise pour mobiliser le laïcat. Mais agis, surtout ici,
avec grand amour et charité. l)
« Que les grands, en Allemagne, apportent leur aide et
qu'ils ne se détournent point de l'Eglise. » « Deutschland
jedoch liegt mir sehr am Herzen. » (La 111ère de Dieu
pleure sur les enfants de l'Allemagne.)
« A LA FRANCE, A LA BELGIQUE, AUX BALKANS,
A L'AUTRICHE, je dis: "Ne vous laissez pas séduire par
l'ESPRIT MAUVAIS," »
« A L'ITALIE, je dis: "Grands d'Italie, connaissez­
vous vos devoirs?" »
« A L'ANGLETERRE, je dis: "Angleterre, je reviens. " »
« A L'AMERIQUE, je dis: "Ne pousse pas trop loin ta
politique. Cherche l'ESPRIT VERITABLE. Je me réjouis
de ce que l'Amérique, en ce moment, vive mieux sa foi." »
« A L'AFRIQUE, je dis: "J'aimerais qu'on y fonde un
séminaire. " Dis cela. »
« J'aiderai les Dominicains. Dis cela à ton confesseur.
Dis-lui aussi que le Fils est content de son œuvre et de sa
112 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

direction. Mais qu'il pousse plus à fond et s'engage avec


plus de hardiesse. »
« Je veux me servir de toi seule afin de satisfaire à la
volonté de mon Fils en CE TElYIPS-CI. A toi, enfant des
hommes, je te demande d'aider les hommes dans la mesure
où tu peux .le faire. Je te donne pour cela force et soutien.
Ton confesseur a été choisi: il t'a été donné pour t'aider
en cette tâche exclusive. Quant au reste, tout peut demeu­
rer dans l'état actuel: il comprendra. »
« Et maintenant, AUX PEUPLES DE L'ORIENT ET DE
UASIE, qu'ils connaissent ou non le Fils, je dis: "Ils sont
l'objet de notre sollicitude." »
La Dame fait un geste vers le globe sous ses pieds. Elle
dit:
« CE TEMPS-CI EST NOTRE TEMPS. »
« Toi, mon enfant, tu es l'instrument chargé de trans­
mettre ces choses. Tu les feras connaître. Oui, il y a des
preuves suffisantes. J'en ai, aujourd'hui, DONNÉ DE NOUVEL­
LES par mes paroles. Dis que je veux être

" LA DAME DE TOUS LES PEUPLES" »

VINGT-HUITIEME VISION

4 MARS 1951
Il Y eut une vive lumière. Du sein de la lumière la Voix
se fit entendre:
« Me voici, de nouveau. »
Et je vis la Dame, debout, dans la lumière. Elle dit:
« Regarde BIEN et ECOUTE ce que j'ai à te dire. »
Elle hoche la tête en un geste de réprobation.
« Mon enfant, je t'en prie, fais passer mon message. Je
VISIONS ET iUESSAGES 113

liai pas d'autre but, en ce temps-ci, que de faire connaUre


la volonté du Fils. Comprends bien: tu n'es, toi, que l'ins­
trument. »
Et la Dame vient devant moi, comme pour se bien mon­
trer. Elle dit :
« VOIS MON IMAGE. REGARDE-LA BIEN. »
Je regarde bien. Je vais même jusqu'à promener ma
main sur le contour de la silhouette, de la tête jusqu'aux
pieds.
« Bon. Garde tout cela dans ta mémoire. - Vois : Je
suis debout sur le globe. Mes deux pieds y sont solidement
posés. - Tu distingues nettement mes mains, mon
visage, mes cheveux et mon voi.le; mais tout le reste est
flou. - Remarque bien ce qui dépasse au-dessus de ma
tête et, de chaque côté, à hauteur de mes épaules. »
Je dis: « C'est une croix. Je vois dépasser de chaque
côté les bras horizontaux et, au-dessus de la tête, le mon­
tant. » La Dame dit:
« Tu as donc bien vu. Je t'ai montré que ma tête, mes
mains et mes pieds sont semblables à ceux d'un être
humain. Retiens cela : semblables à ceux de l'Homme. Le
reste: c'est l'Esprit. »
4: TU FERAS FAIRE CETTE IMAGE. TU LA PROPAGERAS EN
M~ME TEMPS QUE LA PRIÈRE QUE JE T'AI DONNÉE. Tel est,
aujourd'hui, mon désir. »
« Que la Prière soit traduite en de nombreuses langues.
Cec'i pour répondre à ton conseiller. Mon enfant, j'insiste:
il faut que tout ceci se fasse. Il est de .la plU's haute impor­
tance que toi, enfant des hommes, ne te laisses empêcher
par quiconque. La force te sera donnée qui te permettra de
persévérer. »
Je dis: < Mais je me sens si faible. Et puis, me croiront­
ils ? » Elle répond :
8
114 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

c Je te demande uniquement de faire ce que je dis. Je


n'exige rien d'autre. Mais je désire que cela soit fait. »
« Toi, enfant des hommes, tu ne saurais comprendre la
portée de tout cela. Dis aussi cela à ton conseiller, »
« Je veux être la Dame de tous les Pewples. Je le veux
EN CE TEMPS-CI. C'est pourquoi je désire que la Priere
- avec l'Image - soit propagée dans ,les langues les plus
usuelles et qu'elle soit dite chaque jour. »
« Toi, ne crains pas. »
La Dame se tait et se tient immobile. Je vois tout en elle
avec une grande netteté. A présent, elle parle:
« Je vais te dire pourquoi je me présente sous cette
forme: JE SUIS LA DAME DEBOUT DEVANT LA CROIX. La
tête, les mains, les pieds, semblables à ceux de l'homme;
mais le reste du corps témoigne pour l'Esprit. Parce que le
Fi.ls est venu par la volonté du Pere ET QUE C'EST L'ESPRIT,
A PRÉSENT, QUI DOIT VENIR DANS LE MONDE. Et je viens afin
que l'on prie pour cela. »
Elle ajoute, après un moment de silence:
« Je suis debout sur le globe PARCE QUE CELA
CONCERNE LE MONDE ENTIER. »
Alors, d'un geste de la main, dessinant, d'un bras
à l'autre de la croix, un demi-cercle au-dessus de sa tête,
elle fait paraître un arc d'une lumière toute particulière
dans lequel s'inscrivent des mots formés de lettres noires.
Et je lis : à gauche: LA DAME, au sommet: DE TOUS, à
droite: LES PEUPLES.
La Dame dit:
« Plus tard on connaîtra mon intention et l'on saura
pourquoi c'est ici que j'ai révélé ces choses. Toi, retrans­
mets {idelement. Tel est mon message de ce jour. »
« L'esprit du mensonge pénetre si profondément qu'il
est urgent de faire ce que je demande. Le monde entier est
entré en corruption. C'est pour cela que le Fils envoie la
Dame de touiS les Peuples qui fut un jour Marie. »
VISIONS ET MESSAGES 115

VINGT-NEUVIEME VISION

28 MARS 1951

Une vive lumière. Du sein de la lumière une voix se fait


entendre:
« Me voici de nouveau: la Dame de Tous les Peuples. )
Et je la vois, soudain, devant moi. Elle dit ;
« Ces simples mots tout d'abord: "Dis à ton conseiller
que tout va bien. Mais le Fils veut être OBEI. Sa volonté
doit être faite." »
Elle dit: « Regarde bien et vois comment je me pré­
sente. »
Elle fait un mouvement, s'avance comme pour m'inviter
à la bien regarder. Je la regarde; je la contemple tout
entière et très distinctement. Elle dit: .
« C'est ainsi qu'il faudra me représenter. Quant au texte
de la Prière que je t'ai dicté, rien n'y saurait être changé. )
Et la Dame répète la Prière dont le texte, au fur et à
mesure des paroles, s'imprime devant moi. Les mots c A
PRÉSENT » (Répands à présent) et C TOUS ) (la Dame de

...
Tous les Peuples) sont soulignés. Elle précise:
C QUI FUT UN JOUR MARIE » doit rester ainsi.
« Dis encore à ton conseiller: La prudence est bonne;
mais le Fils m'envoie vers toi pour que Sa Volonté s'ac­
complisse. Ne crains rien, mon enfant. »
« Je me tiens devant la Croix parce que je suis la Dame.
C'est de cette manière que je veux être ramenée dans le
monde. )
c Toi, mon enfant, tu es l'instrument, rien d'autre que
l'instrument. )
Elle ajoute:
116 LA DAM.E DE TOUS LES PEUPLES

c Déjà, précédemment, je t'ai montré ceci: "51·59". »


c Sais-tu bien, mon enfant, quelle sorte de temps ce sera
là? »
« Jamais, en aucun moment du passé, le monde n'a
connu temps pareil, ni pareil déclin de la foi: c'est pour­
quoi je veux que mon message soit reçu sans crainte et
réalisé de toute urgence. »
« Dis à ton conseiller: "En ces temps modernes, en ce
monde moderne qui sait si promptement agir pour des
entreprises matérielles, i.l faUit de même, par des moyens
modernes, travailler, et très vite, à l'œuvre spirituelle." »
Et Rome m'est montrée. La Dame, l'air désapprobateur,
agite le doigt et dit : .
« Connais-tu tes lois? »
Puis s'adressant à moi:
« Dis à ton conseiller, de ne point craindre. Il compren­
dra. C'est MOI qui l'ai choisi, comme je t'ai choisie; et
c'est pour transmettre mon message. Et voici mon message
1 pour aujourd'hui: Que l'on agisse! »
« Déjà je t'ai dit que "la Croix doit être de nouveau
III portée dans .le monde durant les années 51-53." »
« Tu ne peux savoir ce que réserve l'avenir. Tu n'as pas
idée du grand danger dont Rome est menacée. Rome se
croit forte; elle ignore COMMENT elle est sapée. Sais-tu
bien avec QUELLE URGENCE IL CONVIENT D'AGIR?
Sais-tu bien que la Théologie doit céder le pas aux affaires
de mon Fils? »
La Dame s'écarte de la Croix. Elle dit:
« Je quitte la Croix et me place à côté. »
Alors je suis, moi-même, comme portée devant la Croix.
Et, tout aussitôt, d'atroces douleurs me saisissent. Cela
dura peu, le temps que la Dame, écartée de la Croix,
revienne s'y placer.
« Tu feras ce que je te dis, mon enfant. Je vous aiderai,
VISIONS ET MESSAGES 117

toi et les autres. Je désire que la diffusion soit faite, et en


de nombreuses langues. Je viendrai en aide. Ne sois pas si
anxieuse. Que peut-on redouter quand on s'emploie aux
affaires de mon Fils? Propage donc le message. Sinon le
monde va continuer de se corrompre; sinon, de lui-même,
le monde va s'anéantir; sinon les guerres vont succéder
aux guerres et la destruction à la destruction. »
« Ce temps-ci est aussi celui où Rome doit être instruite
de son devoir. »
« Rome sait-elle bien quel ennemi se tient aux aguets et,
tel un serpent, rampe à travers .le monde? Ce n'est pas du
seul Communisme que je parle. D'autres prophetes vien­
dront encore: DE FAUX PROPHETES. »
« C'est à cause de cela, c'est contre cela qu'il faut recou­
rir aux moyens qU'e j'apporte. Je suis, là, debout, comme
Dame devant la Croix, comme Mere dez1Unt mon Fils, Lui,
par le Pere, qui est venu en moi. Et c'est pourqu'Oi je suis
debout devant mon Fils, Médiatrice et Annonciatrice du
Message dans le monde moderne. »

TRENTIEME VISION

1er AVRIL 1951

Une grande lumière; et la Voix dans le sein de la


lumière:
« Mon enfant, la précédente fois que je vins, ce fut
seulement pour me manifester. »
Ayant dit, la Dame apparut dans la lumière.
« Et je reviens, à présent, pour t'expliquer. Regarde
bien; écoute bien ce que j'ai à te dire. »
« Je suis ici, debout. Je veux être LA DAME DE TOUS
LES PEUPLES. Non pas d'un peuple particulier, mais de
TOUS les peuples.
118 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

« Ecoute, car je vais t'en donner le sens. Essaie de com­


prendre ce que contient ce message. »
1 « Je me tiens debout devant la Crolx: la tête, les mains,
les pieds sont de la nature de l'homme; le reste de mon
corps ressortit à la nature de l'Esprit. ~
« Pourquoi je me présente ainsi? Mon corps a été enlevé,
comme fut le Fils. MAINTENANT, je me tiens devant la
Croix; et c'est comme Sacrificatrice, car j'ai souffert avec
mon Fils; souffert SPIRITUELLEMENT, mais aussi, mais
surtout, souffert CORPORBLLEMENT. »
« CE DOGME SERA FORTEMENT CONTROVERSE. »
J'ose dire à la Dame l'angoisse que me cause ce mes­
sage.
« l'fIon enfant, annonce-le. ) Tu diras aussi: « A VEC CE
DOGME TOUS LES DOGMES MARIAUX SERONT
CLOS. ) « Tu n'as rien d'autre à faire que transmettre. )
c J'ai dit : "La Théologie doit céder le pas aux affaires
de mon Fils." Voilà ce que j'ai voulu faire entendre aux
Théologiens: "Théologiens, le Fils, pour SON AFFAIRE,
ne cherche que ce qui est petit et simple. Cagez-vous à
cette petitesse et à cette simplicité que vous enseignez?
CROIRE AVEC SIMPLICITE /" »
c Nous n'avons plus le temps d'attendre longtemps. Ce
temps-ci est NOTRE temps. »
La Darne se tut. Elle demeura un long moment immobile,
souriante et me regardant. Puis elle s'écarta de la Croix,
et, tout aussitôt, je ressentis par tout le corps les vives
douleurs que je connus déjà dans cette même circonstance.
Cela commence par des crampes dans tous les muscles
puis, quand elles disparaissent, il me reste une étrange
sensation d'abattement spirituel. Les maux cessèrent quand
la Dame revint se placer devant la Croix.
Mais voici, à présent, que la Dame est comme floue et,
pour ainsi dire, transparente, car je vois la Croix à tra­
VISIONS ET MESSAGES 119

vers son corps. Aussi bien les épouvantables douleurs


recommencent-elles. Cela dure peu. La Dame parle:
« Mon enfant: « COMME LUI A SOUFFERT, AINSI
MOI J'Al SOUFFERT, COMME MERE DU FILS DE
L'HOMME. ~ Répète cela exactement. »
La Dame me désigne le globe sur lequel elle est posée.
On dirait qu'il neige. Elle sourit et dit:
« Tu ne comprends pas? Mais regarde bien Je globe. »
Je regarde le globe. Une couche épaisse de neige le
recouvre.
De nouveau elle sourit :
« Regarde encore le globe. »
Et je vois la neige fondre lentement, absorbée par le
sol.
« Tu t'interroges sur la signification de ceci? Je vais
te la donner: ce sera l'objet de ma venue d'aujourd'hui. »
« De même que les flocons de neige voltigent et tombent
sur la terre, la recouvrant d'une couche épaisse, de même
en sera-t-il de la Prière et de l'Image qui, propagées à tra-
vers le monde, tomberont dans les cœurs de tous les
peuples. ~
« Or, ainsi que fond la neige dans la terre, ainsi le fruit
- L'ESPRIT - descendra dans les cœurs des hommes qui,
chaque jour, diront la Prière. Ne demandent-ils pas, en
effet, que l'Esprit-Saint vienne dans le monde? »
« ll'!aintenant je m'adresse à ceux qui réclament un mira-
cle et je leur dis: " Allez, soyez pleins de zèle et d'ardeur;
accomplissez cette œuvre de rédemption et de paix et vous
constaterez le miracle." »
« Voilà pour aujourd'hui mon message, car LE TEMPS
PRESSE. »
« Il convient de commencer la grande œuvre, pour le
Fils, pou'r la Croix, pour l'Avocate qui a mission d'apPQr-
ter la paix et le repos, la Dame de Tous les Peuples. :t
120 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

c Toi, mon enfant, tu collaboreras à cette œuvre, sans


craindre ni t'effrayer. Tu auras II souffrir spirituellement
et corporellement. Plus tard les hommes verront quels
ont été mes desseins. Je te donnerai des instructions pour
la diffusion de ce qui doit ~tre propagé. »
« Je t'ai amenée ici, aujourd'hui, en ce lieu de calme et
de repos afin que tu' puisses transmettre ponctuellement
mOn message. Dis bien que c'est urgent. »
« Le monde est dans un tel état de corruption, il est
devenu si matérialiste qu'il est grand temps d'apporter de
nouveau LA FOI SIMPLE parmi les hommes. De cela seul
ils ont besoin: la Croix et le Fils de l'Homme. »
« Vous, anciens de ce monde, enseignez donc vos enfanls
afin de les ramener à la Croix. Je les aiderai, comme Dame
de tous les Peuples. »
« Pour toi, mon enfant, je dépose en ton sein tous les
enfants des hommes qui sont dans le monde. Regarde-moi
et prends confiance. »
Longtemps la Dame me regarde. Et tandis qu'elle dispa­
raît lentement elle prévient une fois encore :
c CE TEMPS-CI EST NOTRE TEMPS. »

TRENTE-ET-UNIEME VISION

15 AVRIL 1951

La grande lumière. Et de cette lumière, la Dame, lente­


ment. très lentement, se dégage et s'avance. Elle est là, à
présent, devant moi, me regarde et me sourit. Je la vois
d'une façon parfaite. Elle parle:
c Mon enfant, regarde bien encore. »
Elle me désigne l'étoffe qui la ceint à la taille et je
comprends qu'il me faut y porter toute mon attention.
VISIONS ET MESSA.GES 121

c Tu as transmis fidèlement; tu es en bonne voie. li te


reste à bien observer ce linge. ~
Alors tout se passe comme si la Dame enlevait sa cein­
ture et me montrait la manière dont elle se ceint: d'abord
un tour, puis un second tour. Enfin, elle enlace les extrê­
mités et, les passant par dessus la masse que fait l'étoffe,
les glisse, à gauche, vers l'intérieur laissant pendre un peu
les deux bouts.
« Ecoute et retiens la signification de ceci: Ce linge est
semblable au linge qui ceignit le corps du Fils. Je me tiens,
en effet, comme la Dame, debout devant la Croix du Fils.
Cette Image précèdera... ~
La Dame se tait un instant.
« PRECEDERA un dogme, un dogme nouveau. »
« Je t'explique. Ecoute. Le Christ est venu dans le
monde. Il est venu comme Rédempteur des hommes. La
Rédemption s'opéra par la Croix, avec TOUTES ses souf­
frances, spirituelles et corporelles. ~
La Dame s'écarta de la Croix et ce fut moi, de ce fait.
qui me trouvai placée devant le bois. Aussitôt, màis plus
violemment encore que les autres fois, j'en ressentis les
atro'Ces douleurs. Je souffris longtemps, à ce qu'il me
sembla.
La Dame, mais en une forme vague et transparente,
revient se placer devant la Croix.
La Dame s'affaisse; et voici qu'elle pleure. Oh ! quelle
inexprimable douleur s'imprime sur son visage tout baigné
de larmes!
« Mon enfant. »
Et ce fut, avec ces paroles, comme si la Darne versait
en moi ses propres douleurs. J'éprouvai d'abord un senti­
ment de lassitude spirituelle qui m'accabla; puis mon
corps fut de nouveau la proie des tortures affreuses qu'il
avait endurées devant la Croix, mais toutefois, un peu atfé­
122 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

nuées. Puis ce fut comme si, moi aussi, je m'affaissai~. Et


j'implorai. Je dis: « Je n'en peux plus. )
Cela dura un instant encore et tout passa. Et soudain,
debout, la Dame devant la Croix.
« Ecoute et comprends. Je t'explique. Je répete. »
« Le Fils vint dans le monde comme Rédempteur des
hommes. Et l'œuvre de la Rédemption, c'était la Croix. Il
était envoyé par le Père. Maintenant, le Père et le Fils
« veut » envoyer la Dame, l'envoyer à travers le MONDE
ENTIER. )
« Car, c'est elle, jadis, qui a PRECEDE le Fils; c'est
elle qui l'a SUIVI. C'est pourquoi, MAINTENANT, je suis
debout sur le monde - le globe - ; et la Croix y est soli­
dement fixée et PLANTEE. De nouveau la Dame vient,
debout, se tenir devant la Croix, comme la Mère du Fils:
la Mère qui, avec lui, a accompli l'œuvre de Rédemption. »
« L'image exprime tout cela fort clairement. C'est pour­
quoi, dès maintenant, il faut la porter au monde: car le
monde a de nouveau besoin DE LA CROIX. Et la Vame
est debout devant la Croix en qualité de Co-Rédemptrice et
d'Avocate. »
« Bien des controverses surgiront à ce sujet. Il ne faut
pas que l'Eglise de Rome craigne de s'engager dans ce
débat. Cela ne pourra que la rendre plus forte et plus
puissante. Je le dis pour les théologiens. Je leur dis en
outre: "Prenez cette affaire au sérieux." Je le répète:
" Le Fils, pour Ses affaires, c1zo.isit toujours ce qui est petit
et simple." )
« Mon enfant, j'espère que tu as bien compris cela et que
tu sauras l'expliquer. Maintenant, je m'adresse à toi tout
spécialement, mon enfant: emploie-toi afin que la diffusion
soit menée rapidement. )
J'ose répondre: « Comment suis-je à même de le faire?
Tout cela me fait peur. )
« Tu as peur, et c'est moi qui t'aide 1 Tu verras combien
VISIONS ET MESSAGES 123
cette diffusion se fera comme d'elle-même. Il faut que cela
se fasse, et cela sera fait. Va, tu es dans la bonne voie. Tu
ne saurais comprendre l'insigne valeur de la Prière pour les
hommes qui la recevront el qui promettront de la dire
chaque jour. Tu ne sais pas ce que l'avenir réserve. »
Disant cela, la Dame fait un geste pour me montrer
quelque chose, et ce sont comme des serpents Sur le
monde. Ils enserrent le globe tout entier.
« Les hommes s'obstinent à ne point ooir la gravité de
la situation mondiale. Ils sont devenuiS si superficiels qu'ils
ne peuvent comprendre combien cet état de chose est dom­
mageable pour la Foi. »
La Dame s'arrêta de parler. Son regard se porta et se
fixa longtemps sur quelque chose qu'elle semblait contem­
pler au loin. Elle reprit:
« Mon enfant, ce temps est semblable à ce.lui qui précéda
la venue du Fils; c'est pourquoi je ne saurais trop insis­
ter: que les hommes - que Rome - QUE TOUS ­
entrent dans la lutte pour défendre la cause du Fils. »
« Je le sais, il y a, ici et là, une renaissance; mais il
s'en faut de beaucoup QUE CE SOIT ASSEZ POUR POU­
VOIR SAUVER LE MONDE. Et le monde doit être sauvé
de la Corruption, des Calamités, de la Guerre. Propage donc
la Prière et l'Image dans les pays où la foi est en recul. ,
« A présent, c'est pour ton confesseur que je parle; dis­
lui qu'il sache agir. Moi, j'aiderai; et toi, tu ne feras que
ce que je dis. »
« Je veux être la Dame de tous les Peuples qui, en ce
temps-ci, veut coopérer à secourir le monde. Personne ne
sait plus où aller? Eh bien, revenez-donc à la foi toute
simple et le monde retrouvera la Paix. »
Et tandis que la Dame lentement s'éloigne, je l'entends
qui dit encore :
« CE TEMPS-CI EST NOTRE TEMPS. ,
l2!l LA D.HlE DE TOUS LES PEUPLES

TRENTE-DEUXIEME VISION

29 AVRIL 1951

La lumière. Et la Dame peu à peu se dégage de la


lumière. Elle s'avance. Elle est debout. Elle dit :
« Je suis ici, debout, comme la Dame de tous les Peu­
ples. Je viens maintenant, précisément, pour montrer que
je veux être la Dame de tous les Peuples. »
« Ecoute: Tu me vois, ici, debout sur la terre et rontre
la Croix du Fils. Cela, déjà, tu l'as fait connaître. Mais
la Ceinture manquait encore. C'est le linge qui fut porté
par le Christ. Transmets aussi cela. »
« Je viens en qualité de CO-REDEMPTRICE et d'A VO­
TE ; et tout le reste en découle. »
« Répète donc après moi: Le dogme nouveau sera le
dogme de la Co-Rédemptrice. J'insiste sur CO. »
« J'ai déjà dit combien ce dogme susciterait de contro­
verses. Toutefois, l'Eglise de Rome, qui aura beaucoup à
lutter pour cela, le promulguera enfin. L'Eglise de Rome
saura faire face aux résistances. L'Eglise de Rome crotira
en force et en puissance dans la mesure même Où elle
affrontera ces résistances. Ce que je désire - et ce que
j'attends de toi - ce n'est rien d'autre que de pousser
l'Eglise et les théologiens à s'engager dans cette lutte. »
« Car la Dame fut élue pour donner le Rédempteur au
monde. Maintenant, le Père, le FiJls et le Saint-Esprit
« veut » qu'elle revienne en ce mo·nde, en qualité de Co­
Rédemptrice et d'Avocate. »
« J'ai dit: « CE TEMPS EST NOTRE TEMPS. » En
voici le sens: Le Monde est en état de corruption; il
devient de plus en plus superficiel; il ne sa.it plus Où il
va. C'est a cause de cela que le Père m'envoie en qualité
d'Avocate pour annoncer la VENUE DU SAINT-ESPRIT. :t
VISIONS ET lUESSAGES 125

« Le Monde ne se sauvera pas par la violence; le monde


sera sauvé par l'Esprit. Eh bien, donc, Eglise de Rome,
.~ache où est ton devoir: Répands SES idées; apporte à
nouveau le Christ. »
Ayant dit, la Dame quitte la Croix, et, tout aussitôt j'en
ressens les atroces douleurs. Après un certain temps de
cette souffrance intense la Dame, en une forme diaphane,
revient se placer devant la Croix. Et me voici encore assail­
lie de toutes sortes de maux, tant spirituels que corporels.
Je suis à bout de forces. Je me sens défaillir. Je gémis: « Je
n'en peux plus.... »
Et je vois, en cet instant précis, la Dame qui s'affaisse
au pied de la Croix. Elle embrasse les pieds de son Fils et
pleure amèrement.
Elle se relève. Un glaive parait. Il vient de la droite. La
pointe du glaive est dirigée vers son cœur. Elle soupire:
« Le glaive qui m'avait été prédit! »
Mes forces reviennent; les maux de mon corps s'apai­
sent et l'angoisse de mon esprit se dissipe, Je revois alors,
en sa forme ordinaire, la Dame devant la Croix, Elle me
regarde et dit:
« Mon enfant, transmets donc fidèlement: Que ceux
qlui luttent et travaillent pour cette Cause que le Fils
veut voir triompher - et son dessein s'accomplira - le
fassent avec grand zèle et ardeur. »
Elle sourit et dit:
« Je les aiderai. »
Elle ajoute:
« J'ai formulé, puis je t'ai dicté la très simple Prière
adressée au Père et au Fils, Fais en sorte qu'elle soit
l'épandue dans le monde, parmi tous les peuples. TOUS
l,ES PEUP.LES y ONT DROIT. »
« Le monde changera, je te l'assure! »
126 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
c Toi, mon enfant, tu n'as qu'à transmettre. Que ton
directeur, lui a'-!ssi, très simplement, fasse ma volonté. Tu
te demandes comment agir? Il sulfit de répandre; rien
d'autre n'est encore demandé. Et ceci, pour lors, doit pré­
céder le reste. J'insiste: CECI DOIT PRECEDER. »
« L'image et sa diffusion, telle est l'œuvre préalable à
celle de la paix et de la Rédemption. Plus tard cette image
sera l'emblême de la Co-Rédemptrice. »
« Les douleurs du Fils, tant spirituelles que corporelles,
la Dame, la M'ère, les a endurées avec Lui. BLLE A TOU­
JOURS PRECEDE LE FILS. Quand le Père l'eut choisie,
elle était déjà la Co-Rédemptrice, associée au Rédempteur,
l'Homme-dieu qui vint dans le monde. )
« Dis cela à tes théologiens. L'opposition, je le sais, sera
âpre et dure. Mais ... »
Elle se tait, regarde au loin, puis dans un sourire elle
ajoute:
« Tout est déjà prédestiné. »
La Dame s'approche de moi, comme pour se mieux mon­
trer:
« Tu me vois en ce moment distinctement, très distinc­
tement. C'est ainsi qu'il faut me représenter et que l'Image
doit être répandue dans le monde. »
« Insiste, mon enfant, insiste pour que toutes ces choses
soient réalisées. Il ne sied pas de tergiverser, il faut agir,
car l'heure est grave. Personne ne peut savoir à quel point
elle est grave / »
« Je veux aussi venir chez les peuples qui sont tenus
éloignés du FOs. Sauve donc les hommes que l'on oblige à
se détourner de Lui. Là, est ton devoir. »
c La corruption du monde en est arrivée à un degré tel,
qu'il fallut que le Père et le Fils m'envoient parmi TOUS
LES PEUPLES de la terre, afin d'intercéder pour eux
comme Avocate et d'obtenir leur délivrance. Dis cela aux
théologiens. »
VISIONS ET MESSAGES 127
Et tandis que la Dame lentement s'éloigne, je l'entends
qui dit encore :
« CE TEMPS-CI EST NOTRE TEMPS. »

TRENTE-TROISIEME VISION

31 MAI 1951

Void la Dame. Elle dit:


« Je viens; je suis ici debout; et c'est pour te dire que
je veux être Marie, la Dame de tous les Peuple.~. »
« Regarde et vois: Je me tiens debout devant la Croix
du Rédempteur: ma tête, mes mains, mes pieds comme
ceux de l'homme, du Fils de l'Homme; mon corps ressor­
tit à la nature de l'Esprit. »
« lUes pieds sont solidement posés sur le sol, parce que le
Père et le Fils «VEUT », en ce temps-ci, m'envoyer dans
le monde en qualité de Co-Rédemptrice, Médiatrice et AVl()­
cate. Et tel sera l'objet du nouveau et dernier dogme ma­
rial. »
« L'image doit précéder le Dogme. »
« Le Dogme sera fortement controversé; mais il sera
promulgué. »
« J'ai insisté sur ces choses afin de les définir claire­
ment; j'y reviens une fois encore pour que tu puisses toi­
même les faire passer à ton Directeur et aux théologiens. »
« Maintenant observe et rapporte ce que tu vois: c'est
la DERNIERE INSTRUCTION que je te donne (JJl sujet
de l'Image. Regarde bien. »
« Je suis debout sur le globe. Tu croyais voir, mon
enfant, des nuages autour du globe. Regarde bien à présent
que je te les montre. »
Et je vois les nuages devenir brebis : tout un troupeau
128 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

de brebis. A droite, à gauche, entourant le globe, elles


paraissent monter des profondeurs. De ci, de là, je vois aux
brebis blanches mêlées des brebis noires. Près du globe
sont couchés les agneaux. Les brebis accourent; certaines
s'avancent tout en broutant; la plupart, cependant, lèvent
la tête, regardant fixement la Dame et la Croix. D'antres,
couchées, la tête dressée, regardent, elles aussi.
« Mon enfant, il te faut imprimer cette image dans ta
mémoire afin de la transmettre fidèlement. Le troupeau de
brebis figure les peuples du monde entier, lesquels ne trou­
veront de repos que se couchant et contemplant paisible­
ment la Croix, point central de ce monde. »
« Et maintenant observe mes mains et rends compte de
ce que tu vois. »
Et je vois, au milieu des mains de la Dame, comme s'il
y avait eu là une plaie d'où jaillissent trois rayons. Et
ces rayons vont frapper les brebis.
La Dame sourit. Elle dit:
« Ces trois rayons sont ceux de Grâce, de Rédemption,
de Paix. »
« Par la Grâce de mon Seigneur et Martre, le Père, en
son amour pour l'humanité, envoya s:ur la terre son Fils
Unique, le Rédempteur. »
« Tous deux, à présent, veulent ENVOYER LE SAINT
ET VERITABLE ESPRIT. Lui seul peut apporter la Paix. »
« Donc: Grâce, Rédemption, Paix. »
« Le Père et le Fils, EN CE TEMPS-Cl, veulent envoyer
Marie, la Dame de tous les Peuples, en qualité de Co­
Rédemptrice, Médiatrice, Avocate. »
« Te voici donc tout à fait et très exactement instruite
de la signification de l'Image. L'IMAGE EST AINSI COM­
PLETE. Toi, mon enfant, tu es l'intl'ument, rien d'autre que
l'instrument destiné à transmettre ces choses. Aie bien
soin que la Prière - elle est brève mais puissante - pour
VISIONS ET lYIESSAGES 12\l

demander l'envoi du Véritable el Saint-Esprit soit diffusée


le plus rapidement possible. :t
« Dis à ton conseiller, et à tous ceux qui collaborent à
cette œuvre, que je promets de dispenser les grâces pour
les âmes et pour les corps à tous ceux qui, dans la mesure
de la volonté du Fils, priant devant l'Image, seUicïteront
iUarie, la Dame de tous les Peuples. »
« Tu ne dois pas considérer ces choses comme une
affaire d'ordre local, car je suis LA DAME DE TOUS LES
PEUPLES. L'Image ira de nation en nation, de ville en
ville. L'œuvre de Rédemption en est le but. »
« Maintenant je m'adresse à ton 'Directeur ainsi qu'aux
autres collaborateurs: "Prenez conscience de l'otre devoir
et n'hésitez pas à entreprendre ce que je demande. Je le
dis encore: Je fais la promesse de secourir, dans la détresse
spirituelle ou corporelle, quiconque fait ma volonté, qui est
la volonté du Père." »
La Dame se tait et regarde au loin. De nouveau elle
parle:
« Vous, théologiens, vous n'aurez pas de diniculté si vous
considérez que le Seigneur et l,};laître avait prédestiné la
Dame au Sacrifice. Car le glaive, déjà, était préparé. Déjà la
pointe du glaive était dirigée sur le cœur de la Mère. Ceci
pour mo·ntrer que j'ai toujours précédé le Fils dans la
voie de la souffrance spirituelle et corporelle. »
« Et maintenant je m'adresse aux femmes de ce monde:
Femmes de ce monde, savez-vous ce que cela signifie que
d'être femme? Cela signifie: SACRIFIER. Rejetez donc
tout égoïsme et toute vanité. Essayez de conduire au Point
central, la Croix, tous les enfants et tous ceux qui flânent
en chemin, cueilllant çà et là. Sacrifiez-volIs donc, lXJUS
aussi, avec moi. »
« Et maintenant je m'adresse aux hommes de ce monde
et je dis: Hommes, c'est de vous que doit venir la force
9
130 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
et la volonté de conduire le monde vers le SEUL ROI de ce
monde, le Seigneur Jésus-Christ. )
« Et toi, mon enfant, tu sais, car je te l'ai expliqué, ce
que mon message signifiera pour le monde. Fais d()·nc en
sorte, aidée de ton Directeur et des autres, que ce message
parvienne au monde. Tel est pour lors mon désir, car il
faut que je sois reconnue comme Dame de tous les Peu­
ples. Agis promptement et use des moyens modernes. )
Et tandis que la Vision peu à peu s'efface, j'entends la
Voix qui dit encore:
« CE TEMPS-CI EST NOTRE TEMPS. )

TRENTE-QUATRIEME VISION

2 JUILLET 1951
La Dame, dans la grande lumière. Elle regarde autour
d'elle, sourit et dit:
« Je suis contente. Prends soin de la diffusion. »
c J'ai dit: Tout cela suscitera u'ne grande action de par
Dieu et tous doivent y collaborer. )
c Maintenant, regarde et écoute: Ce que je vais dire est
l'explication du dogme nouveau. )
c En qualité de Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate,
je me tiens sur le globe, devant la Croix du Rédempteur.
Par la Volonté du Pere le Rédempteur est venu dans le
monde. Pour cela, le Pere eut recours à la Dame. De La
Dame, donc, et uniquement - j'insiste sur .le mot UNI­
QUEMENT - le Rédempteur reçut chair et sang, c'est-à­
dire Son corps. De mon Seigneur et Maitre, le Rédempteur
reçoit Sa Divinité. Et c'est ainsi. que la Dame est deven~
Co-Rédemptrice. )
c J'ai dit: Ce temps-ci est Notre temps. Cela signifie que
le Père et le Fils, en CE TEMPS-Cl, " veut" envoyer la Co­
VISIONS ET MESSAGES 131

Rédemptrice, Médiatrice et Avocate, et renvoyer par LE


MONDE ENTIER. ~
La Dame se tut un long moment. Puis, examinant ses
mains, elle dit :
« Observe bien mes mains: Des rayons en émanent. Ce
sont: la Grâce, la Rédemption, la Paix. Ces rayons éc.lairent
toutes les brebis, c'est-à-dire tous les Peuples. »
« Parmi les hommes (qui composent ces peuples), nom­
breux sont ceux qui sont de bonne volonté. Etre de bonne
volonté, c'est observer le premier et principal commande­
ment. Or, le PREMIER ET PRINCIPALc.ommandement
est l'Amour. Celui, donc, qui possède l'Amour vénère ainsi
son Seigneur et Créateur en sa Création. »
« Qui possède l'Amour ne fera rien qui puisse déshono­
rer autrui. »
« Et voilà bien ce qui manque au monde: l'Amour ­
l'Amour envers Dieu et envers le prochain. »
« Ce temps-ci est notre temps: Tous les peuples y sont
appelés à honorer le Seigneur et Maître dans. Sa Création.
Tous les peuples solliciteront le Vrai et Saint Esprit. C'est
à cette fin que j'ai donné la brève, mais si puissante
Prière. »
« Je répète: Il importe que la Prière soit propagée de
toute urgence. Le monde entier est en train de se corrom­
pre. Que les hommes de bonne volonté prient donc, et cha­
que jour, I)Esprit Véritable, lui demandant qu'il daigne
venir. »
« Je suis .la Dame de tous les Peuples. »
« Ce temps-ci est notre temps. »
« Qui fut un jour Marie. ». Voici 'e sens de cette for­
mule: Des hommes, en grand nombre, ont connu Marie
comme MARIE. lllais, maintenant, dans l'ère nouvelle qui
s'ouvre, je veux être reconnue comme LA DAME DE TOUS
LES PEUPLES. Et cela, c'est tout le monde qui le com­
prendra. »
132 LA DAi\t1E DE TOUS LES PEUPLES
« Rapporte cela à ton conseiller. Dis-lui que je suis
contente de tout - et j'insiste sur" tout". »
« Et à toi, mon enfant, je dis de faire ce que je veux et
de transmettre. »
Avant de disparaître lentement, elle prononce encore:
« Ne rien craindre, transmettre. »

TRENTE-CINQUIEME VISION

15 AOUT 1951

La Dame est là. Elle parle:


« Je viens aujourd'hui; et c'est comme la Dame de
tous les Peuples. »
Elle fait un geste, embrassant tout ce qui l'entoure, me
regarde et dit:
« De mon pied, j'ai terrassé le Serpent. »
c J'ai été réunie au Fils comme, toujours, j'avais été
unie à Lui. »
c Ce dogme-ci (l'Assomption) a précédé les autres dans
l'histoire de l'Eglise. Mais maintenant, en ce temps-ci,
Notre temps, je me présente comme Co-Rédemptrice,
Médiatrice et Avocate. »
c Il fallait, d'abord, le dogme de l'Assomption. Ensuite
viendra le dernier et le plus grand. »
« Il faut, en ce temps-ci, que le Sacrifice soit présent ­
et il le sera - au point central du monde. »
Ayant dit, la Dame s'écarte de la Croix; et me voici tout
aussitôt saisie de violentes douleurs. La Dame revient se
placer devant la Croix. Je vois en elle une telle souffrance
que mon âme est tout accablée de tristesse.
Et voici que jaillit de la Croix une lumière intense. La
Dame dit:
VISIONS ET MESSAGES 1~~

« Les hommes ont été remis à la Mère. Ce fut quand le


Fils a dit: "Femme, voici ton fils; fils, voici ta Mère."
Ainsi donc, (dès ce moment-là), Co-Rédemptrice, Média­
trice et Avocate. Dis cela à tes théologiens. Dis-leur que je
veux être, - et que je serai - reconnue comme Co­
Rédemptrice, Médiatrice et Avocate. »
« Avant cela (et en vue de cela) il faut que l'Image soit
propagée. Dis cela à ton conseiller. »
« Je suis satisfaite de tout, prudence comprise. Mais ... »
« La Dame de tous les Peuples aura la place qui lui
revient dans le monde. C'est la volonté du Père et du Fils,
auquel je suis, à nouveau-, pleinement unie. Telle le Fils
m'a connue, telle il m'a reprise. »
« Le dernier dogme marial - et le plus grand - aura
pour effet de me· placer, en ce temps-ci, comme Co-Rédemp­
trice devant .la Croix. »
« J'ai dit: IL VIENDRA DES DESASTRES, DES
DESASTRES DE LA NATURE. »
« J'ai dit : Les Grands n'arriveront pas à se mettre
d'accord. »
« J'ai dit : Le monde court à la corruption. C'est à cause
de cela que le Père et le Fils "envoie" MAINTENANT,
envoie à nouveau, la Dame dans le monde. La Dame, telle
qu'elle était et qui fut, à l'origine, Marie. »
c Le monde court à la corruption; le monde est entré
en corruption. »
c Les Pays-Bas sont au bord de la corruption. Aussi
bien, est-ce pour cela que j'ai posé le pied sur les Pays-Bas.
Et ce sont des Pays-Bas que mes paroles se répandront sur
le monde. »
c Mon autre pied, je l'ai posé sur l'Allemagne. "Die
Mutter Gotter weint über die Iander Deutschland." (La
Mère de Dieu pleure sur les enfants de l'Allemagne.) De
tous temps, ils ont été mes enfants. C'est powrquoi, à partir
de l'Allemagne, je veux être également portée dans le
monde, comme la Dame de tous les Peuples. »
134 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
« Je t'aiderai, toi et tous ceux qui PRENNENT LA
CHOSE A CŒUR. )
« Je désire que .la diffusion se fasse, même dans les pays
qui sont isolés des autres. Là aussi la Dame de tous les
Peuples répandra sa bénédiction. »
« Prends la chose à cœur, sans hésiter. Rappelle-toi que,
moi-même, je n'ai jamais hésité. J'ai précédé le Chri.s..t sur
la voie de la Croix. Il en sera de même pour l'Image, qui,
répandue dans le monde entier, doit précéder, elle aussi. »
« Rome, sais-tu bien comment tout est sapé? Des années
passeront, des années passeront là-dessus; et plus il y
aura d'années et moins il y aura de foi, et plus il y aura
d'années et plus il y aura d'apostasie. »
« La Dame de tous les Peuples se tient, ici, debout et
dit : Je veux leur porter secours et cela m'est permis. »
« Le premier, le principal commandement est l'amour.
L'homme qui possede l'amour rendra gloire à son Seigneur
et Maître à travers Sa création. Cela veut dire qu'il perc.e­
vra la grandeur de la Création et la grandeur du Sacrifice. »
« L'amour est le premier, c'est le principa.l commande­
ment que le Christ a donné. Et c'est cela, aujourd'hui, QUE
JE VEUX APPORTER. C'est là le messaqe qu'il faut trans­
mettre. Et tu es, toi, l'instrument. »
« En ce qui concerne le nouveau dogme, l'Eglise aura à
surmonter bien des oppositions. Certains seront dans l'éton­
nement. L'Eglise ne pourra qu'y gagner en puissance et en
force. »
« Sais-tu, Rome, combien grande est ta puissance? Te
rends-tu compte de ce que tu as entre les mains? Amenez
simplement les hommes au Bien, amenez-les au Christ.
Tout le reste, des vétil.les sans importance. »
« Je veux être la Dame de tous les Peuples. A tous ceux
qui me le demandent, je veux dispenser - et je dispense­
rai - Grâce, Rédemption et Paix. J'en fais la promesse en
ce jour. »
VISIONS ET MESSAGES 135

« Pour toi, mon enfant, il te suffira d'attendre paisible­


ment. Ton Directeur ne doit pas être aussi anxieux. ,
« Embrasse tous les peuples en une seule pensée. »
« Que tous les peuples soient UN en JESUS-CHRIST. »
La Dame disparait lentement.

TRENTE-SIXIEME VISION

20 SEPTEMBRE 1951

La Dame est là qui, longtemps, me regllrde et se tait. A


présent, elle parle:
« On m'appelle Myriam ou Marie. Maintenant je veux
être la Dame de tous les Peuples. »
« Mon enfant, dis-leur bien que le temps presse. »
Et un nombre apparaît, un nombre écrit: « 52 ».
« 'De grandes, de graves choses se préparent, une édi­
fication spirituelle, économique et matérielle... Un travail
souterrain de l'esprit. »
« Les Chrétiens DEVRONT S'UNIR dans le monde
entier. »
« Savent-ils bien, les chrétiens, ce que d'autres sont en
train de faire? Tout ce que ceux-la sont capables de sacri­
fier pour leurs idéologies? »
« L'Eglise doit se préparer; elle doit se tenir prête pour
affronter de grands périls. Que les chrétiens rentrent donc
en eux-mêmes! Qu'ils prennent conscience de leur rôle en
ce monde! »
« A Rome, je lance un nouvel avertissement. Au Saint­
Père, je dis: TU ES LE LUTTEUR, en ce temps-ci. Obtiens
de tes subordonnés qu'ils soient larges et compréhensifs
dans ,leurs entreprises et dans leurs jugements. Ce n'est que
de cette manière que ce monde pourra ~tre gagné à la foi. »
136 LA D,4JlJ/E DE TOUS LES PEUPf,ES

Soudain, la neige. Les flocons voltigent autour de la


Dame et tombent sur le globe.
« Mon enfant, pourquoi ne propage-t-on pas la Prière?
Pourquoi tant attendre? Je te l'ai enseigné~ pour qu'elle
soit répandue parmi les hommes et cela dans le monde
entier. Puissent-ils donc, les hommes, réciter chaque jour
cette simple et si courte Prière. Très courte et très simple:
ainsi a-t-elle été donnée afin que chacun puisse la dire en
ce monde mooerne et pressé; donnée pour supplier le
VERITABLE ESPRIT de daigner venir dans le monde. »
La Dame porte son regard tout autour puis l'abaisse vers
le globe. Et je vois, çà et là, sur le globe, des taches noires
se former. La Dame dit:
« CE SONT DES EVENEMENTS D'ORDRE ECONOMI­
QUE ET MA TER/EL qui vont venir dans le monde. »
«J'ai dit: IL VIENDRA DES DESASTRES, DES
DESASTRES DE LA NATURE. Je préviens maintenant:
ces taches noires que tu vois sont des calamités futures.
Il ne s'agit pas seulement de calamités naturelles. »
«A tou'S les peuples chrétiens, j'adresse un nouvel
appel: IL EST PLUS QUE TEMPS, UNISSEZ-VOUS.
Mon enfant, transmets ce message. Dis au monde que c'est
la 'Dame de tous les Peuples qui le demande. »
« Préviens les théologiens qu'ils doivent continuer à
combattre afin d'obtenir la définition du dogme de Marie
Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate. Je les aiderai. »
« La 'Dame de tous les Peuples viendra; elle viendra
dans le monde entier et jusque dans les pays qui m'ont
rejetée. »
« Je reviendrai; et ce sera comme la Dame de tous les
Peuples; debout sur le globe, devant la Croix, au milieu
du troupeau du Christ. C'est ainsi que je veux venir; c'est
ainsi que je viendrai. »
« Ceux qui m'invoqueront sous le vocab.le de la Dame de
VISIONS ET jl-/ESSAGES 137

tOU$ les Peuple$, ceux-là seront exaucés; le Fil$ en a ainsi


décidé. »
« Le Seigneur et Maitre sera servi et adoré dans Sa
création. »
« Les hommes, entre eux, devront observer le premier
et principal commandement. »
« Je veux, en ce temps-ci, être nommée la Dame de tous
les Peuples. »
« Parce que le monde aspire à l'unité en tout ce qui
concerne les affaires de ce monde, le Seigneur et Maitre
vewt apporter l'Unité Spirituelle aux peuples de ce monde.
C'est pour cela qu'il envoie Myriam - ou Marie - et il
l'envoie comme la Dame de tous les Peuples. »
« Les couvents auront à cœur de diffuser cela. »
« Le Saint-Père bénira cette œuvre car il est, lui, "le
Lutteur" de ce temps-ci. Il sera élevé auprès des Nôtres. »
Et le Pape m'apparaît dans une lumière indicible, debout
à côté de la Dame de tous les Peuples. La Dame pose une
couronne sur la tête du Pape et lui met, dans la main
droite, une croix.
La vision du Pape disparait et la Dame reste seule.
« Mon enfant, transmets tout ceci fidèlement et le com­
munique à ton conseiller. Qu'il en soit ainsi. »
Et la Dame disparaît lentement.

TRENTE-SEPTIEME VISION

15 NOVEMBRE 1951

La Dame est là. Elle parle :


« Dis au monde que je veux être la Dame de tous les
Peuples. »
« Que le monde prie donc le Seigneu'r Jésus-Christ, Fils
du Père, d'envoyer l'Esprit-Saint, afin que l'ESPRIT VERI­
138 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
TABLE vienne habiter .les cœurs de tous les peuples.
'Demandez que la Dame de tous les Peuples, qui fut un
jour Marie, puisse être l'Avocate. »
« La Dame de tous les Peuples est, ici, debout devant
la Croix de son Fils ; ses pieds sont posés au beau milieu
du monde et le troupeau de Jésus-Christ l'entoure. »
« C'est comme Co-Rédemptrice et Médiatrice que je viens
en ce temps-ci. »
e Co-Rédemptrice, je le fus dès l'Annonciation. »
J'interroge la Dame et lui demande le sens de ses paro­
les. Elle répond.
e Voici .le sens : La Mère a été établie Co-Rédemptrice
par la Volonté du Père. Dis cela à tes théologiens. Dis-leur
également que ce dogme sera le dernier de l'histoire
mariale. »
e L'Image précèdera. Je répète : elle précèdera. Porte
cette Image dans le monde : dans le monde entier, pas
seulement en ton propre pays. »
« Le monde est entré en corruption. Le monde subira
calamité sur calamité. »
« Ce monde matérialiste court à .la ruine économique.
Il l'a déjà atteinte. »
« Des guerres, il y en aura encore, aussi longtemps que
tardera le secours du VERITABLE ESPRIT. Ramène donc
les hommes à la Croix. »
Ayant dit, la Dame fait un geste vers le globe. Et tandis
que je le vois s'obscurcir, une profonde angoisse s'empare
de moi et m'étreint. Or, à y mieux regarder, je m'aperçois
que le globe n'est pas uniformément sombre. Parmi tou­
tes ces ombres, la plus noire s'étend sur l'Orient. La Dame
dit:
« Mon enfant, transmets bien le message suivant :

c LES PEUPLES DE CE MONDE DOIVENT OBSER­


VER UN COMMANDEMENT, CELUI DE L'AMOUR. »
VISIONS ET MESSAGES 139

« CELUI QUI POSSEDE L'AMOUR, SERVIRA SON


SEIGNEUR ET MAITRE DANS LA CREATION. »
« UN COMMANDEMENT: L'AMOUR. »
« QUAND CELA SERA RESTAURE PARMI LES HOM-
MES, LE MONDE SERA SA UVE. »

La Dame lève le doigt, et, l'agitant d'avant en arrière,


elle dit:

« CHRETIENS, LES PAIENS DE CE MONDE VOUS


EN DONNERONT L'EXEMPLE. »

« CHE TIENS, apprenez à discerner votre devoir. »


« Maintenant, je m'adresse à l'Eglise de Rome et je dis
au Pape : "Veille à ce que tes subordonnés sachent, en
ce monde, EN CE MONDE CORROMPU, apporter l'amour
du Fils Jésus-Christ. L'Eglise de Rome devra s'attacher à
ce commandement jusqu'à la limite du possible." »
« J'ajoute: SOYEZ LARGES. Cherchez à prendre pied
dans ce monde MODERNE, et faites-le en union avec
Jésus Crucifié. »
« Essayez de comprendre ces paroles; mettez-les en
pratique : le monde ne peut étre sauvé que par l'Eglise
professant cette doctrine. »
« A présent, je parle à l'Angleterre et je dis : oc Je
reviens." " Toi, Angleterre, c'est par tes dominions que tu
seras atteinte. Toi, Angleterre, tu ne saurais subsister sans
le soutien des autres. Catholiques d'Angleterre, prenez
conscience de voire tâche et travaillez pour l'Eglise de
Rome. Que .la Dame de tous les Peuples soit apportée à
l'Angleterre!" »
La Dame prit une voix sévère :
« Amérique, où es·tu? Oseras-tu persister? Voilà ce
que te demande la Dame de tous les Peuples. »
140 LA DAME DE TOUS LES PEUPtES

La Dame dit : « Regarde. Vois où j'ai posé les pieds:


l'un est sur l'Allemagne, l'autre sur les Pays-Bas. Et je
dis:
« Pauvre peuple d'Allemagne 1 N'as-tu donc pas suffi­
samment appris? Ne te laisse pas séduire par de belles
paroles. Chrétiens d'Allemagne, RETOURNEZ A LA
CROIX et priez la Dame de tous les Peuples de venir en
aide li l'Allemagne. »
« Cela doit devenir un grand mouvement. )
« Et maintenant, ton propre pays. Je lui dis: Pays­
Bas, attention 1 Le Peuple des Pays-Bas, lui aussi, s'engage
dans la mauvaise voie. »
Et la Dame désigne la France :
« France, tu sems détruite dans ta foi. Tu l'es déjli. »
Je vois la France; et la France est toute rouge.
« Fmnce - et, ici, c'est aux grands que je m'adresse - :
" Vous devez sauver votre pays, mais vous le sauverez uni­
quement en ramenant le peuple li la Croix et li VOTRE
DAME. C'est li la Dame de tous les Peuples que doit être
conduit le peuple de France." »
« Italie, tu as eu tes croix. Reste prête! Rome, songe li
ton pauvre peuple. »
« Je m'adresse de nouveau au Pape et je dis : " Toi, tu
es " LE LUTTEUR ", tu es "LE SAUVEUR" de ce monde.
Tu seras élevé auprès des Nôtres. Ce Pape sera honoré par
tous les peuples de la terre." »
« A présent, le monde entier. Je parle au monde entier
et je dis : "Peuples, qui ou quoi que VOllS soyez, recou­
rez li votre Créateur en tous vos besoins. Où que vous soyez.
sachez le trouver. Demandez li la Dame de tous les Peu­
ples qu'elle se fasse votre Avocate." »
Ayant prononcé ces avertissements, la Dame me regarde
et sourit :
VISIONS ET MESSAGES 141

« iWon enfant, dis que je suis satisfaite de la manière


dont l'œuvre a commencé. Dis à ceux qui collaborent à
cette œuvre avec toi qu'ils propagent encore plus, toujours
plus, à travers le monde, l'Image et la Prière. Je les
aiderai. »
« Et maintenant c'est à toi, mon enfant, que je parle en
particulier: Il te faudra toujours venir devant cette Image.
Je précise : CETTE IMAGE-CI. Là tu m'imploreras pour
tous ceux qui sont dans le besoin, soit corporel, soit spiri­
tuel. Et tu continueras ainsi jusqu'à ce que vienne la fin. »
« J'ai des intentions spéciales, concernant cette Image.
Plus tard tu en apprendras davantage. »
« Dis à ton conseiller: " Qu'il en soit ainsi." »
Et, lentement, la Dame s'en va.

TRENTE-HUITIEME VISION

31 DÉCEMBRE 1951

La Dame. Elle me regarde. Elle me sourit. Elle se tait.


Elle parle :
« Mon enfant, regarde; et aussi écoule ce qu'aujour­
d'hui je viens dire : Ce n'est pas une DOCTRINE NOU­
VELLE que j'apporie. La DOCTRINE est bonne, mais les
LOIS' peuvent être amendées. »
La Dame désigne le globe. Je vois Rome.
« Dis au Pape qu'il est dans la bonne voie. Cela, il te
le faut annoncer, car on prétend le contraire. L'Esprit de
Justice et de Vérité doit régner sur le Monde. »
« Je répète : "Ce Pape-ci est dans la bonne voie." »
« Je répète : "Ce lemps-ci est Notre temps." »
« Voici l'objet de ma visite : Je répete : "Je ne viens
pas apporter de Doctrine nouvelle; la IDoctrine existe. Le
142 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

message que j'apporte est d'autre sorte; transmets-le


fidèlement." ~
Et la Dame se montre à moi avec une grande netteté.
L'on dirait qu'elle s'est avancée afin que je la voie mieux.
Elle dit:
« Transmets fidèlement ceci : le Père, le Seigneur et
Maître a donné au monde la Servante du Seigneur, comme
Myriam ou Marie. Elle fut choisie d'entre TOUTES LES
FEMMES comme Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate. ~
« Dis à tes théologiens : "DEJA, DES L'ORIGINE, elle
fut établie Co-Rédemptrice." »
« Ce temps-ci est Notre temps. A présent, en ce moment,
le Père et le Fils "veut" qu'on leur demande d'envoyer
l'Esprit. Je t'ai dicté la courte Prière. Je t'ai montré com­
ment je désire la voir répandre à travers le monde entier.
Eh bien, persévère dans cette diffusion. ~
« Cette Prière si simple a été donnée pour tous les peu­
ples. Accomplis ta tâche et veille à ce que la diffusion se
fasse. »
Je dis : «Mais on m'en empêche! » La Dame me
regarde, sourit, et dit :
« Tu feras ce que je te dis. Va voir ton Evêque et dis­
lui que je veux être la Dame de tous les Peuples, qui est
envoyée par le Père, en ce temps-ci. »
« Je répète: "L'Eglise de Rome ne fera rien qui contre­
dise la Doctrine. Or, l'action que je demande n'est pas en
contradiction avec la Doctrine." ~
« Le temps presse, sache-le bien 1 ~
« Tous les peuples gémissent sous le joug de Satan.
Personne ne se rend compte à quel point 1 »
« Aux peuples de ce monde, je lance cet avertissement :
la situation est grave, le temps presse 1 ~
« C'est maintenant que l'Eglise de Rome a sa chance.
L'Eglise verra croUre sa force au fur et à mesure que la
lutte s'aggravera. »
VISIONS ET MESSAGES 143

« C'est devant la Croix, dressée au point central au


monde, que se tient la Dame de tous les Peuples. C'est en
ce temps-ci qu'elle vient; et elle vient sous ce nom : Co­
Rédemptrice, Médiatrice ei Avocate. »
« C'est sous CE TITRE qu'elle entrera dans le mystère
marial. Le dogme nouveau, le dogme de Co-Rédemptrice
et de Médiatrice, sera le dernier de l'histoire mariale. »
« Et me voici comme Avocate en ce temps périlleux. »
« Qui ou quoi que vous soyez, demandez, demandez tous
que vienne le Véritable Saint-Esprit. Demandez-le au Père
et au Fils. »
« La Divine Trinité règnera de nouveau sur le monde. »
« La Dame se présente ici comme Avocate. Et c'est pour
les affaires du Créateur, non pour celles de la Dame. Dis
cela à tes théologiens. Demande-leur s'ils consentent à
répandre cette simple Prière de par le monde. S'ils le veu­
lent, la 'Dame leur donnera le moyen et le courage
nécessaires. »
La Dame désigne le globe. Elle dit :
« Je vais te montrer ce qui va arriver:
« C'EST PAR UNE LUTTE ET DES MAUX TERRI­
BLES que les peuples, y compris ceux qui se sont détour­
nés de la Trinité, reviendront à l'Eglise. C'est pourquoi
j'insiste : "Rome, saisis ta chance 1 Sois large (dans tes
vues). Agis, mais agis uniquement par amour. L'amour est
capable de sauver ce monde désemparé. Ramène tous les
peuples à LEUR CREATEUR. Apprends-leur combien ii
est simple de voir le Créateur." »
« Que les hommes traitent leurs semblables comme eux­
mêmes. Est-il doctrine plus simple 1 »
« Croire avec simplicité, voilà ce qui peut sauver les
hommes. »
« En Russie se produira un grand bouleversement. »
La Dame se tait. De nouveau elle parle. Elle parle len­
tement, détachant les mots :
144 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

4: Après beaucoup de luttes... la Chine se tournera vers


l'Eglise-Mère. »
La Dame suspend son discours, puis reprend avec plus
de lenteur encore :
« Après beaucoup de luttes .. , »
« Amérique, attention à ta FOI! Ne donne pas acces
au mauvais esprit ni à la confusion, tant chez toi qu'au
dehors. »
«Peuples d'Europe, cherchez la PAIX entre vous.
(Europe), venez en aide à ceux qui sont dans le besoin
spirituel. Europe, prépare-toi au combat, le combat spi­
rituel. »
« La Dame de tous les Peuples veut être portée à TOUS,
QUIou QUOI qu'ils soient. C'est dans ce dessein qu'elle a
reçu ce tUre de son Seigneur et Maitre. »
« Toi, mon enfant, n'aie pas peur de transmettre mon
Me:ssage. Je t'aiderai, toi et tous ceux qui tollaboreronl à
cette œUVI'e. »
« Dis à ton conseiller, au nom de la Dame de tous les
Peuples, de travailler à cette diffusion. 'Dis-Iui de ne rien
craindre, mais de faire ce qui lui est demandé. Qu'il solli­
cite l'autorisation de simplement propager dans le monde
l'Image et la Prière. »
« La Dame de lous les Peuples promet ici que ceux qui
prieront seront exaucés, selon la volonté du Père, du Fils
et du Saint-Esprit. Cette Prière a été donnée pour la
Rédemption du monde. Cette Prière a été donnée pour la
conversion du monde. En toutes vos actions, dites cette
Prière. »

« CETTE PRlERE DOIT ETIŒ PROPAGEE DANS LES


EGLISES ET PAR VOS i110YENS MODERNES, »

« Que les hommes de ce monde apprennent donc à


prier la Dame de tous les Peuples, qui fui un jour 11Jarie,
VISIONS ET MESSAGES 145

d'~tre leur Avocate, afin que le monde puisse ~tre délivré


de la corruption, des calamités et de la guerre. :t
« Dis cela à tes théologiens. :t
« Ce temps-ci est Notre temps. :t
« Viens devant cette Image et demande. »
Et, lentement, s'en va la Dame.

TRENTE-NEUVIEME VISION

17 FÉVRIER 1952

La Dame est là. Elle s'approche tout près de moi. Elle


parle.
« Ecoute bien et dis aux théologiens et aux peuples de
ce monde de bien présenter mon message et de le bien
comprendre. »
« Le Seigneur Jésus-Christ est venu. Il apporta l'Eglise
et la Croix comme don gratuit du Seigneur et Créateur.
L'Eglise est et restera. C'est le Seigneur et Créateur qui,
par son Fils, apporta l'Eglise dans le monde. Le Seigneur
et Créateur attend que sa créature lui en soit reconnais­
sante. »
« L'Eglise est la communauté des peuples qui adoreront
et glorifieront le Seigneu'r et Créateur, le Père, le Fils ei le
Saint-Esprit. Tous ceux qui ont été établis supérieurs et
placés à la tête de la communauté auront à veiller sur
l'Eglise, afin qu'elle se maintienne et s'étende. »
« Ce temps-ci est Notre temps. »
« Le Seigneur et Créateur a jugé nécessaire de donner,
par la 'Dame de tous les Peuples, un avertissement à
l'Eglise. Le temps est venu. Dis cela aux théologiens. »
« L'Eglise - Rome - a M.AINTENANT son occasion. »
« Tous les chrétiens de ce temps-ci sont responsables
devant la postérité. »
10
146 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
« Dis au Pape que c'est bien. La Dame de tous les Peu­
ples l'assistera, telle est la volonté du Seigneur et Mattre.
Le Pape réalisera tout ce qui doit être réalisé. ~
« Ce Pape-ci est" Le Lutteur ". Il est le Saint-Père des
chrétiens du présent et de l'avenir; et les peuples de l'ave­
nir l'honoreront. »
« La Doctrine est et demeure. La forme, cependant, et
les lois, avec l'intervention de l'Esprit-Saint, peuvent étre
amendées. Dis cela à tes théologiens. »
« Le Christ, Fils du Père, lui aussi apporta, avec Lui, la
Croix dans ce monde. Et avec la Croix vint le Sacrifice. ~
La Dame se tut. Après un long silence, elle reprit:
« Le Seigneur et Maître a fait choix, d'entre tous les
peuples, d'une Dame appelée Myriam, Ou Marie. Par la
volonté du Pere, c'est elle qui donna au monde le Fils de
l'Homme, avec son Eglise et la Croix. La Dame était la
Servante du Seigneur. Ayant donc, par la volonté du Père,
donné le Fils de l'Homme, elle se devait, en conséquence,
d'être liée à l'Eglise et à la Croix. »
« La 'Dame est là, devant toi, en ce temps-ci; et c'est en
qualité de Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate. )
« Saisis bien le sens de ces paroles : "La Dame de tous
les Peuples peut apporter - et apportera - la Grâce, la
Rédemption, la Paix, à tous les Peuples de ce mon.de qui le
lui demanderont." »
« Quant à vous autres, vous porterez la Dame de tous
les Peuples au monde entier. »
La Dame désigne le globe. Et le globe tourne sous les
pieds de la Dame. La neige tombe et se répand en couche
épaisse sur la terre.
« As-tu vu ceci? C'est ainsi, à travers le monde, de ville
en ville et de pays en pays, que sera portée la Dame de tous
les Peuples. »
« Une seule communauté, voila, grdceà cette simple
VISIONS ET MESSAGES 147
Prière, ce que deviendra le monde. Demande donc à ton
Evêque qu'il consente à ce que la Prière soit transmise en
son intégrité .. "Puisse la Dame de tous les Peuples, qui
fut un jour Marie, être notre Avocate.» ~
« Préviens ton Evêqlle que la Dame de tous les Peuples
l'aidera et l'assistera. 'Dis-lui qu'il faut poursuivre la diffu­
sion et de manière eJ1icace. Ajou'te que le temps n'est pas
encore arrivé, qu'il faut d'abord que la Dame de tous les
Peuples soit portée au monde entier. Qu'ils comprennent
bien cela 1 Les puissances fallacieuses tomberont. ~
Longtemps la Dame se tut. Elle reprit :
« L'Eglise - Rome - s'occupera des peuples de ce
monde. Il faut que les brebis soient rassemblées en un trou­
peau u'nique. ~
« Vous, chrétiens, disciples du Christ, prenez la Croix
en main. »
« Cette Croix en main, vous posséderez le Royaume.
Cette Croix en main, vous irez à la rencontre de vos sem­
blables. Cette Croix en main, vous vaincrez votre ennemi. »
« Et les chrétiens du monde connaitront alors qu'ils sont
UN, avec l'Eglise et avec la Croix. »
« La commémoration du Seigneur Jésus-Christ devra
être davantage portée parmi les peuples. Vous, évêques,
pouvez faire que le Sacrifice soit offert de façon plus com­
munautaire. Saisissez bien le sens de ces paroles. »
La Dame de nouve/lU suspend son discours. Puis elle
dit:
« Chrétiens, vous voilà avertis. Abritez-vous sous la
Croix, (recourez) au Sacrifice; et vous ne serez pas subju­
gués par les paiens. »
« Je demande aux évêques et aux prêtres d'assister ce
monde, cette humanité. Je les aiderai. Le Seigneur Jésus­
Christ, Fils du Père, si vous tous le demandez, enverra le
Véritable Saint-Esprit. »
14S L,t DAjl,JE' DE TOUS LES PEUPI,ES

« Je répète : "La Dame de tous les Peuples peut appor­


ter - et apportera - Grâce, Rédemption et Paix." :)
« Et maintenant, c'est à toi, mon enfant, que je parle :
" Occupe-toi de la diffusion." »
« Travaillez tous à cette fin. Vous y aiderez, spirituelle­
ment et matériellement, en récitant la Prière de ta Damp.
de tous les Peuples. »
« Ayez recours à cette Image. Demandez. :)
« Quand le temps sera venu, je donnerai un message
concernant cette Image. »
« Dis que cette Image est destinée à tous. :)
Et la Dame s'en va lentement.

QUARANTIEME VISION

Hl MARS 1952

Je priais devant l'Image pour le Pape. Et VOIci : une


voix soudain se fait entendre et je vois, debout, devant moi,
la Dame de tous les Peuples.
« Dis au Pape que la Dame de tous les Peuples lui
donnera son signe. L'Eglise de Rome va entrer dans une
grande lutte. Avant que vienne l'an 2000 bien des choses
changeront dans l'Eglise et la communauté. Mais le noyau
demeurera. »
Et je vois, autour du globe, les brebis courir en tous
sens et se disperser. D'autres, beaucoup d'autres, s'enfuient.
La Dame me les montre du geste et dit :
« Vois-tu cela? L'Eglise, c'est-à-dire les brebis sont dis­
persées ; d'autres s'enfuiront encore. Mais la Dame de tous
les Peuples les ramènera et elles seront rassemblées en un
seul troupeau. :)
Et la Dame, cornille pour appuyer, reprend
VISIONS ET MESS.4.GES 14\1

« En un seul troupeau. )
« Demande à ton Evêque de recourir à la Dame de tous
les Peuples et je lui donnerai son signe. »
« Que tous sollicilent la Dame de tous les Peuples. »
« Toi, mon enfant, viens devant cette Image et sollicite-la
flussi longtemps que tu pourI'Qs. »
Et, soudain, la Dame a disparu.

QUARANTE-ET-UNIEME VISION

6 AVRIL 1952

La Dame est là. Elle dit :


« Ecoute bien ct transmets ce qu'aujourd'hui j'ai à te
dire. »
« Dis aux théologiens que je ne suis pas satisfaite des
modifications qu'ils ont apporiées à la Prière. Que la Dame
de tous les Peuples, qui fut un jour Marie, soit notre
Avocate. »
« Cela doit demeurer ainsi. »
« Ce temps-ci est Notre temps. »
« Dis aux théologiens : la Dame était présente au Sacri-
fice de la Croix. Le Fils dit à sa mère: "Femme, voici ton
Fils." C'est donc au Sacrz'fice de la Croix que remonte ce
changement. »
« Le Seigneur et Créateur a choisi, d'entre toutes les
femmes, pour être la Mère de son divin Fils, Myriam, ou
Marie. Elle devint la Dame, la Co-Rédemptrice et Média-
trice, quand se consomma le Sacrifice de la Croix. Et ce
fut le Fils qui le proclama à l'instant de retourner auprès
du Père. ~
c C'est pourquoi, en ce temps-ci, je révèle ce Nom nou-
veau et je dis: "Je .mis la Dame de tous les Peuples, qui
150 LA DAlI1E DE TOUS LES PEUPLES

fut un jour Marie. Dis cela à tes théologiens. Et tel est,


pour les théologiens, le sens de ces mots." >
« Ce temps-ci est Notre temps. »
« Le nouveau dogme, une fois promulgué, sera le der­
nier dogme marial: la 'Dame de tous les Peuples, Co­
Rédemptrice, Médiatrice et Avocate. C'est pour le monde
entier que le Fils, lors du Sacrifice de la Croix, a délivré
ce titre. Donc, qui ou quoi que vous soyez, je suis pour
vous LA DAlI1E. »
c Je viens, et je dis Il ce monde corrompu et désemparé:
Unissez-vous tous. »
« Vous, chrétiens, vous vous retrouverez les uns et les
autres auprès de la Dame de tous les Peuples, comme vous
vous trouverez les uns et' les autres auprès de la Croix du
Fils. »
c Beaucoup de choses sont appelées Il changer dans la
communauté, l'Eglise; et elles changeront. :P>
« Vous, hommes, qui ou quoi que vous soyez, portez­
vous assistance, aidez-vous les uns les autres. Tout ce qui
vous est nécessaire est contenu dans le premier et princi­
pal commandement.
« Que la Dame de tous les Peuples, qui fut un jour
Marie, soit notre Avocate. Or, la Dame veut venir sur­
tout la ou elle était, mais aussi la ou elle n'a pas encore
été. >
S'adressant à moi, elle ajoute :
« Tu as une grande œuvre à accomplir. Que tous ceux
qui y collaborent le fassent sérieusement et avec zèle. Ta
propre tâche, Il toi, mon enfant, n'est pas encore ter­
minée. >
« 'Dis à ton Evêque de répandre la Prière dans le monde.
Je l'assisterai. Quant à ton Directeur spirituel, je seral
avec lui jusqu'au bout. »
c Dis au Pape : c'est bien. Il me comprendra. Dis au
Pape de tout préparer en vue du dogme nouveau. Dis au
VISIONS ET MESSAGES 151

Pape de proposer les réformes et d'en discuter avec ceux


qu'il aura choisis. Dis au Pape que le temps vient. Il vient
maintenant. :1)
« La Dame de tous les Peuples se tiendra au-dessus de
la Communauté. Qu'on l'implore par cette simple Prière
et la Dame viendra en aide, selon que l'ont décidé le Père
et le Fils. »
« Elle fut, lm jour, Marie, la Servante du Seigneur.
Maintenant, elle veut être la Dame de tous les Peuples.
Qui ou quoi que vous soyez, venez à la Dame de tous les
Peuples. »
« Aux chrétiens je lance cet avertissement: "Mais pre­
nez donc conscience de la gravité de ce temps-ci 1" La
main dans la main, dressez la Croix au beau milieu du.
monde. Vous êtes tous responsables de la tâche qui vous
incombe en ce temps-ci. Ne déviez pas; ne vous laissez pas
entraîner par le mauvais esprit. »
« Priez chaque jour afin que le Seigneur Jésus-Christ,
Fils du Père, envoie le Saint-Esprit en ce monde; et la
Dame de tous les Peuples, qui fut un jour Marie, sera votre
Avocate. Ainsi soit-il. »
Et la Dame disparut.

QUARANTE-DEUXIEME VISION

15 JUIN 1952

« C'est moi, la Dame de tous les Peuples. :1)


Longtemps la Dame me regarde en silence. A présent
elle parle:
« Dans le précédent message, je t'ai éclairée sur le sens
du vocable: la Dame de tous les Peuples. »
« Aujourd'hui je viens et je dis: " C'est maintenant que
doit commencer la grande action de la Dame de tous les
152 Ltt DAME DE TOUS LES PEUPLES

Pellples. " 'Donc, diffuse les messagP!; ri travers le monde.


La Dame de tous les Peuples t'aidera, toi, et tous ceux qui
combattront pour cette cause. ~
« La grande action va commencer. Mais il faut, tout
d'abord, que l'Image précède. ~
« Plus tard il ne se trouvera plus un peuple qui n'ail
reconnu la Dame de tous les Peuples. lUais, c'est dès iU.UN­
TENANT que ce Nom doit se répandre. »
« Ce temps-ci est Notre temps. ~
La Dame se tut et, longtemps, regarda au loin, devant
elle. Elle reprit :
« La Dame qui fut un jour Marie! ~
« C'est au départ du Seigneul' Jésus-Christ que com­
mença la Co-Rédemption. C'est au départ du Seigneur
Jésus-Christ, et seulement alors, que la Dame devint
Médiatrice et A vocate. C'est au départ du Seigneur Jésus­
Christ que le Seigneur Jésus-Christ fit don aux peuples
de la Dame de tous les Peuples. »
« Voici: le temps est venu et elle apporte ce titre nou­
veau dans le monde. Dis cela à tes théologiens. ~
« Dis à ton Evêque que je suis satisfaite : la Prière est
convenablement propagée. »
c Dis aux collaborateurs qu'ils sont tenus à réciter la
Prière. »
« Que Réguliers et Séculiers collaborent. Qu'ils fassent
effort pour se rapprocher. "N'êtes-vous pas tous apôtres
du Maître? Cherchez-vous les uns et les autres et compre­
nez-vous. Si les apôtres sont divisés dans leurs opinions,
comment les peuples parviendront-ils à former l'unité?" »
« Je prie l'Eglise de Rome et lui demande de lutter una­
nimement en ce temps-ci pour l'unique Vérité: le Seigneur
et Créateur de ce Monde, le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
Ce temps est le temps de l'Esprit-Saint. ~
« Et, tous, implorez le Saint-Esprit afin qu'il envoie en
ce monde l'ESPRIT VERITABLE. »
VISIONS ET MESSAGES 153

4: I.e monde Nt entré en corruption. Les grands de ce


monde ne recherchent que la puissance. La pensée des
grands de ce monde est uniquement tournée vers des fins
matérielles. Les hommes sont égarés et dévoyés. ~
« Vois tous ces pays. »
Et la Dame me désigne le globe.
« L'unité, nulle part; la paix, nulle part; le calme, nulle
part .. mais l'angoisse cl la tension, partout. ~
« Le Seigneur Jésus-Christ le permet. Son temps vien­
dra. Mais tout d'abord viendra Un temps de trouble.
HUMANISME. PAGANISME. LES ATHEES ET LES SER­
PENTS viendront d'abord et tenteront une fois encore de
gouverner II! monde. »
« Je suis venue aujourd'hui et c'est pour dire que,
contre tout cela, la grande action doit' commencer. ~
« Et maintenant, je m'adresse à vos théologiens et leur
dis : "Prenez donc enfin conscience de la gravité de ces
faits." )
« Quant à ceux dont j'ai fait choix des le début de cette
action, je leur dis: " Que chacun, selon ses moyens et selon
sa manière, travaille à la diffusion. Le temps va venir
maintenant : le temps de la Dame de tous les Peuples. Je
les aiderai." )
La Dame se tut. Elle me fixa d'un regard pénétrant.
Après un long silence, elle parla de nouveau et dit :
« A toi, mon enfant, je dis encore ceci : "Tu as une
grande tâche à remplir. Aie courage et ne crains point. La
Dame de tous les Peuples se tient devant toi." )
« L'Image devra demeurer ici. La Dame donnera Le
signe. )
Et, lentement. la Dame s'en va.
154 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

QUARANTE-TROISIE:YIE VISION

5 OCTOBRE 1952

« Me voici. Je reviens. J'apporte un message particulier.


Transmets-le fidèlement. :t
« Jamais, officiellement, dans la Communauté, dans
l'Eglise, Myriam, ou Marie, ne fut appelée "Co-Rédemp­
trice ". Jamais, officiellement, elle ne fut appelée "Média­
trice". Jamais, officiellement, elle ne fut appelée "Avo­
cate". »
« Ces trois fonctions sont intimement liées. Ces trois
fonctions forment un tout. Cela constituera la clef de voûte
de la doctrine mariale et fondera le dogme de Co-Rédemp­
trice, Médiatrice et Avocate. »
« Ce n'est pas un blâme que j'adresse aux théologiens
quand je leur dis : "Pourquoi n'arrivez-vous pas à vous
mettre d'accord sur ce dogme?" »
« Je vais une fois de plus l'expliquer, et plus clairement
encore: »
« Le Père a envoyé le Seigneur Jésus-Christ; et il l'a
envoyé comme "Sauveur de tous les Peuples". Le seigneur
Jésus-Christ ETAIT cela depuis l'origine; il le 'DEVINT
au moment du Sacrifice et de son retour auprès du Père. »
« Myriam, ou Marie, DEVINT la Servante du Seigneur;
et c'est le Père et le Saint-Espz:it qui l'ont élue. Par celte
élection elle ETAIT, dès l'origine, Co-Rédemptrice, Média­
trice et Avocate pOUl' tous les peuples. Mais c'est seulement
au départ du Dieu-Homme, le seigneur Jésus-Christ, qu'elle
DEVINT la Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate. »
« Comme il partait, le Seigneur Jésus-Christ, dans un
geste unique, a fait don aux peuples de Myriam, ou Marie.
ELLE, la Dame de tous les Peuples. Et ce fut quand IL
prononça ces paroles : "FEMME, VOICI TON FILS; FILS,
VOICI TA MERE." »
VISIONS ET MESSAGES 155

« Un geste, un geste unique; et dans ce seul geste


Myriam, ou Marie, a reçu son litre nouveau. »
« Et maintenant, mais maintenant seulement, elle vient
dans le monde comme Dame de tous les Peuples. Pourquoi
maintenant? Parce que le Seigneur a attendu CE TEMPS­
Cl. »
« Comme la Vie devait précéder la Dame de tous les
Peuples, ainsi les dogmes antérieurs concernent LA VIE et
le départ de la !Dame. »
« Cette simple explication doit suffire aux théologiens.
Il était nécessaire d'y revenir. »
« Mais, toi, mon enfant, écoute à présent ce que j'ai à
te dire: »
« Dis à tes supérieurs et à ceux qui collaborent à l'œu­
vre, dis-leur: " LE TEMPS VA VENIR MAINTENANT." »
« Ne crains pas. Tu parviendras jusqu'au Saint-Père. Ne
crains pas. La Dame de tous les Peuples lui donne son
signe. Dis au Pape que c'est lui LE LUTTEUR, le Pionnier
des Nouveaux Temps. »
« Dis au Pape que le Seigneur et la Dame l'assistent
car sa tâche est lourde et difficile. Qu'il prépare et qu'il
exécute. Il sait, lui, ce que je veux dire. C'est pour les
temps à venir. »
« CE TEil-I'PS EST NOTRE TEMPS. »
« Une lourde charge pèse sur ses épaules. Qu'il contr6le
donc si tout ce qu'il dit et commande est bien exécuté dans
l'Eglise et la Communauté. Dis-lui cela. »
« Toi, mon enfant, tu parviendras jusqu'à lui. Tu n'hé­
siteras pas; tu ne craindras pas; tu diras cela. Et c'est la
Dame de tous les Peuples qui est venue, et qui parle. Elle
apporte des messages. »
« Pour toi, qu'il te suffise d'être SOn instrUment et de
lui obéir. :t
Alors, m'adressant en moi-même à la Dame, je me dis
et lui dis que je n'ai rien à donner, que je m'étonne que ce
soit moi qu'elle choisisse pour une pareille mission.
156 LA. D.tAlE DE TOUS LES PEUPLES

« Tu me dis n'avoir à m'offrir que tes mains vides? La


Dame ne te demande que de transmettre ces messages à
ceux qui en ont besoin. LA DAME FERA LE RESTE. )
« Sois fidele. Aide ceux qui sont dans le besoin; je veux
parler des besoins spirituels. Tu les aideras en disant la
Prière. On n'en demande pas davantage. )
« A ton Directeur dis qu'il se rassure et que tout esl
bien ainsi. Lui aussi, la Dame l'aidera. )
« Et maintenant, je m'adresse à tous les prêtres et à
toutes les religieuses: Vous êtes tous des apôtres, vous
êtes toutes des servantes du Père, du Fils et du Saint­
Esprit. - La Dame ne vous reprochera RIEN. Elle sait
bien qu'elle a devant elle des êtres humains. - Tout vous
accable en ce temps-ci; mais, de grâce, agissez selon l'es­
prit de votre Seigneur et Maitre, Jésus-Christ. Il vous a
précédés comme Dieu et Homme. »
« Soyez apôtres entre vous, puisque, tous ensemble, vous
êtes UN. Que chacun se considère comme étant un apôtre;
et de l'un à l'autre, que ce soit la concorde qui règne. )
« Comment la Communauté, l'Eglise, pourrait-elle être
grande et une si, entre vous, vous vous disputez? Tenez­
vous donc sur vos gardes et faites effort afin que l'équité et
la bonté s'établissenl entre vous. »
« Non, la Dame ne formule aucun reproche .. elle vient
seulement en tendre mère donner cet avertissement aux
apôtres de l'Eglise. Elle les met en garde contre les faux­
prophèles et contre le mauvais esprit. »
« Je vous ai donné une Prière: dites-la. »
« La 'Dame de tous les Peuples a été envoyée, elle a été
envoyée tout spécialement - et c'est en CE TEMPS-Cl
- pour vaincre la déchéance spirituelle et la corruption. »
« Que ceux, donc, qui sont dans le besoin spirituel,
viennent à la Dame de tous les Peuples: elle les assistera. »
c A présent, c'est aux ap6tres de ce temps-ci que je
m'adresse: « Soyez larges. Soyez indulgen~. Soyez bons
VISIONS ET llJESSAGES 157

envers les hommes. - Jugez et condamnez comme le fai­


sait le Seigneur Jésus-Christ. - Comprenez donc de quel
temps vous êtes; comprenez donc en quelle sorte de lutte
vous êtes engagés." ».
« Sachez que c'est l'Esprit qui combat. »
« CECI EST LE TEMPS DE L'ESPRIT. »
« La lutte est lourde; elle est dure; mais, a condition
que vous collaboriez tous, l'Esprit Véritable triomphera. »
« Eglise de Rome, saisis ta chance. Le Pere, le Fils et
le Saint-Esprit "veut" a présent magnifier son Eglise.
(Eglise de Rome) comprends bien ta Doctrine. Il fallait ­
cela était nécessaire - que la Dame vînt dire ces choses.
Souviens-toi du premier, du principal commandement:
l'Amour. Il contient tout le reste. »
« Enfin je m'adresse à N... : Je suis contente de toi. Le
Seigneur t'a demandé trois sacrifices: Et maintenant, c'est
la Dame qui te fait une demande:
« Cette Image, tu l'as offerte à la Dame; mais c'est aux
hommes qu'elle est destinée: à fous les hommes, à tous
ceux qui désirent aller à la Dame de tous les Peuples. Toi,
donne-leur cette Image. »
« La Dame désire que l'Image parvienne dans les Pays­
Bas, notamment à AMSTERDAM. Te demandant cela, la
Dame le fait dans une intention très précise: AMSTER­
DAM est la ville du Miracle; et c'est là, aussi, que viendra
la Dame de tous les PCtuples. »
« Les Pays-Bas sont entrés dans la voie de la corrup­
tion. La Dame veut encore les en préserver. C'est pour
cela qu'elle y pose un pied. »
« Elle a voulu que ce soit ici que l'action commence, el
elle veut que le Tableau vienne à AMSTERDAM. Fais ce
sacrifice. Donne-le, en cadeau, aux Dominicains. Les offran­
des qui seront faites ne seront pas deslinées aux seul~'
Dominicains, mais réparties selon les besoins de l'Eglise. »
« La iDame de tous les Peuples ne fait que confier le
158 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
Tableau aux Dominicains ; mais cela ne saurait constituer
un privilège exclusif, car il est destiné à tous les peu­
ples. »
« Plus tard je reviendrai et parlerai de tout cela en
détail. »
Et, lentement, s'en va la Dame.

QUARANTE-QUATRIEME VISION

8 DÉCEMBRE 1952

« Le message que j'apporte aujourd'hui est un message


pour tous les peuples. Je viens, et c'est en ce TEMPS-CI,
comme Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate. :t
Iif « Par un geste, un seul, le Seigneur a conféré ces trois
titres à Marie. Par un geste, un seu.l, il lui a conféré ces
trois dignités. »
c Ce nouveau dogme suscitera des controverses. C'est
pourquoi je t'en ai donné l'explication. »
c Le temps approche. »
« Informe le Sacriste du Pape et que par lui le Pape SQit
informé. Le Pape doit connafire la Dame de tous les Peu­
ples. Le Pape doit préparer le dogme et le proposer. »
« Dis ceci: "LE TEMPS EST VENU. LE SAINT·
ESPRIT DOIT VENIR SUR LA TERRE". »
« Que le Saint-Père soit ferme en ses décisions. CAR IL
EST LE LUTTEUR. Je lui donnerai mon signe. »
« J'ai dit : "Cette Image doit précéder. Cette Image, il
faut la répandre dans le monde entier. En elle, le dogme
nouveau est signifié et représenté. C'est pour cela que je
l'ai moi-même destinée à tous les Peuples". »
« La prière doit Ure maintenue en sa forme; elle res­
tera ainsi jusqu'à la fin. :t
« Marie, la Dame de tous 16s Peuples, a donné cette
VISIONS ET MESSAGES 159

Priere au monde : elle doit être dite dans toutes les égli-
ses. Usez, pour la répandre, de vos moyens modernes de
diffusion. Demandez, et les autorisations vous seront accor-
dées. :)
« Le temps approche, sachez cela. »
La Dame, ici, s'interrompt. A présent elle parle de nou-
veau, et, lentement, distinctement, prononce

« CINQUANTE-TROIS »

Elle abaisse les yeux vers le globe qui la porte et dit


« Nous sommes à la veille de grandes décisions. Nous
sommes à la veille de très fortes pressions. L'ennemi du
Seigneur Jésus-Christ a travaillé. Il a travaillé lentement,
mais sûrement. Il a réparti ses suppôts. Son œuvre est
presque achevée. »
« Peuples, soyez sur vos gardes. Beaucoup se laissent
séduire par l'esprit d'illusion, de mensonge et de Q.orrup-
tion. Nous sommes bientôt à la veille. »
La Dame se tait et, pensive, regarde devant elle. Elle
reprend:
« De graves menaces pèsent sur le monde. Les églises
déjà sapées le seront encore davantage. »
Son regard, une fois encore, se porte devant elle. Puis :
« Comprenez donc pourquoi je viens comme Dame de
tous les Peuples. Je viens j et c'est pour tous les peuples,
afin de les rassembler dans l'Esprit, le Véritable Esprit-
Saint. ~
« Hommes, sachez aller au Saint-Esprit / »
« Tendez vers la justice, la vérité, l'amour. Ne repoussez
pas vos frères. Faites-leur connaître l'Esprit véritable.
Hommes du temps présent, tel est le lourd devoir qui vous
incombe. ~
160 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

« Et vous, supérieurs, vous, parents, pensez a la jeu­


nesse. Conduisez-la a l'Eglise véritable, la Communauté. )
« Le Seigneur a été obligé d'envoyer Marie, sa Servante.
Et (1 l'envoie comme Dame de tous les Peuples, en ce
TEMPS-CI. »
« Je mets le monde en garde. C'est pour cela que j'ap­
porte ce message. »
« Et maintenant, je m'adresse aux apôtres et à tous les
religieux. »
(Et là, soudain, le visage de la DaIlle s'empreint de
gravité.)
« Ecoutez une Mère très bonne: C'est vous, en ce temps­
ci, qu'elle veut secourir. Dites la Prière. Ayez recours ci la
Dame de tous les Peuples. Elle vous viendra en aide. Entre
vous, soyez justes, véridiques, tout remplis d'amouI'. Colla­
borez ensemble à ce grand dessein : l'extension de l'Eglise.
Réguliers et Séculiers, comprenez-vous les uns les autres,
collaborez les uns avec les autres pour atteindre ce but, ce
but wnique. De toute façon vous êtes tous les mêmes. »
Dans le long silence qui suivit, la Dame, une fois de.
plus, porta son calme regard au loin, devant elle. Quand
elle reprit, ce fut pour dire, parlant lentement et détachant
ses paroles :

« SACHEZ JUGER ET CONDAMNER COMME LE FIT LE SEIGNEUR


JÉSUS-CHRIST. »

« La Dame de tous les Peuples ne saurait tI'Op insister


sur tout cela. Ecoulez-moi donc. C'est pour ces temps d'an­
goisse que je parle. »
« C'est à vous, a vous tous, que je m'adresse, et je dis:
Vous ne savez pas combien grave, combien sériellX est k:e
lemps-ci! »
Une fois encore la Dame se tait, regardant au loin:
VISIONS ET ivIESSAGES 161

c Le Pape de Rome a une tdche plus écrasante que


n'était celle de tous ceux qui l'ont précédé. Vous autres,
hommes, aidez le Saint-Pere! Faites ce qu'il dit 1 Réglez­
vous sur les Encycliques. Que le monde se conforme à leur
enseignement et l'esprit d'illusion, de mensonge et de cor­
ruption n'aura plus de prise sllr lili. »
La Dame promène son regard sur les brebis autour
d'elle.
c Vous, qui avez levé la tête, apprenez à celles qui brou­
tent à tever aussi la tête. :)
c Vous, blancs, reconnaissez les droits des noirs. »
c Aidez-vous, soutenez-vous les uns les autres. La Dame
de tOUIS les Peuples sera toujours là, où que vous soyez,
pour vous venir en aide. Car eUe est la Co-Rédemptrice,
Médiatrice et Avocate. :)
c Ce dogme sera le dernier dogme. Travaillez-y vite et
hâtez-vous. »
c La Dame de tous les peuples promet de porter secours
au monde si on lui décerne ce titre et si on l'implore SOUIL
ce vocable. :l)
c Toi, rends public ce message. Il est plus que temps. Ne
crains rien. Je t'aide. »
c Le Tableau est destiné aux Pays-Bas, à la ville d'AMS­
TERDAM. Cela en 1953. Il sera pour la nouvelle église,
l'église de la Dame, de tous les Peuples. »
c Le tableau est confié aux soins des Dominicains. On
l'installera, provisoirement, dans une chapelle, laissée au
choix des prêtres et de la donatrice. »
c Il faut que la nouvelle église soit édifiée au plus tôt.
[Je Tableau sera installé sur un autel érigé du côté de
l'Evangile. Du côté de l'EpUre, un autre autel sera d.édié au
Père, Fils et Saint-Esprit. »
c Là, où, pour lors, est encore une prairie, la Dame de
tous les Peuples viendra et ne tardera pas. C'est là - dis-le
11
162 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

il ton évéque - que .la Dame de tous les Peuples désire son
église. )
« Les Pères Dominicains prendront soin du Tableau et
diffuseront l'Image. ~
S'éloignant lentement la Dame dit encore:
« Invoquée sous ce titre j'accorderai des faveurs insi­
gnes. ~

QUARANTE-CINQUIEME VISION

20 MARS 1953

La Dame de tous les Peuples, ici, devant moi. Elle parle:


« Dis-leur: Le temps est arrivé MAINTENANT. Le
temps est là. Et c'est le temps où le monde saura que je
viens ici comme Dame de tous les Peuples. Je veux, MAIN­
TENANT, que ceci soit annoncé au monde. ~
« Préviens le Sacriste du Pape. Mon message est pour
lui. Ne crains pas. I.l lira les messages. Il les transmettra au
Saint-Père. N'aie pas peur, mon enfant. Tu iras. Sois sans
crainte. C'est MOI qui apporte le message. Le temps est
arrivé. )
Longtemps la Dame se tut.
« CINQUANTE-TROIS. Voilà l'année de la Dame de tous
Peuples. )
De nouveau un silence. Elle, elle regarde au loin.
« Avant que le Seigneur Jésu,s-Christ ne retournât auprès
du Père et avant que ne commençât le Sacrifice de la Croix,
le Seigneur Jésus-Christ, à tous les Peuples de .la terre, a
fait don du miracle quotidien. ~
Abaissant son regard, elle paraît chercher quelque chose
sur le globe.
« Combien sont-ils, pour qui ce grand miracle... »
VISIONS ET MESSAGES 163

Sa voix est lente, interrogative. Ce n'est qu'après un long


silence qu'elle achève:
(j: ••• est réellement vécu? Ils passent outre, dédaignant le

grand miracle. Il faut que le sacrifice quotidien soit rétabli


au milieu de ce monde corrompu. ~
Regardant au loin la Dame prononce :
« A présent, je m'adresse au Saint-Pere: "Tu as déjà
beaucoup fait. La Dame de tous les Peuples te demande,
une fois encore, en ce moment, de tenir bon et de parache­
ver TOUT ce qui reste à accomplir" »
(j: Il sait ce que je veux dire. C'est le Saint-Pere qU'i doit

préparer le dogme de Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avo­


cate. Elle l'aidera. »
Il y eut un long silence; et toujours la Dame regardait
au loin.
« J'ai dit. Et l'on saura que je suis la Dame de tous les
Peuples quand de grandes pU'issances s'écrouleront et que
des conflits politiques et économiques éclateront. »
(j: Pense aux faux-prophètes. »

« Observe les météores. »

« Il y aura des désastres. Il y aura des désastres de la

nature. »
« Nous voici devant de graves décisions, en présence
d'angoissantes menaces. »
Son regard paraît scruter et sonder comme une profon­
deur ouverte devant elle. Et, très lentement, elle prononce :

« CINQUANTE-TROIS »

« Peuples d'Europe, unissez-vous. C'est la Dam€.


de tous
les Peuples QUI VOUS LANCE CET APPEL, non pas pour
VAINCRE votre ennemi, mais pour GAGNER votre
ennemi. ~
« De même que vous serez un jour unis dans une politi­
164 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

que commune, de méme devez-vous vous unir dans l'Es­


prit-Saint Véritable. )
« Une lourde angoisse pèse sur le monde. L'ennemi
guette. )
« Eglise de Rome, saisis ta chance. »
« Humanisme moderne, réalisme, socialisme, commu­
nisme, voilà ce qui tient .le monde sous son joug. »
« Ecoutez la Dame; elle veut être votre Mère. »
« Peuples, priez, afin que votre sacrifice plaise au Sei­
gneur. Peuples, priez, afin que vienne l'Esprit-Saint Véri­
table. Peuples, priez, afin que la Dame de tous les Peuples
soit votre Avocate. »
Et, très lentement, mesurant ses paroles, elle ajoute:
« La Dame de tous les Peuples promet de donner .la Paix
lléritable. Mais les peuples, AVEC l'Eglise - entendez
bien: AVEC L'EGLISE - devront dire ma Prière cette
année-ci. »
« Dis cela au Sacriste. Dis que le temps est venu MAIN­
TENANT. »
« Et voici que de grands événements, à l'échelle du'
monde, se préparent... »
La Dame paraît devoir partir. Elle dit:
« Suis-moi. »
Et, soudain, je la vois au-dessus d'un pré, dans le quar­
tier du Wandelweg (une avenue d'AMSTERDAM). Elle
dit:
« Là où tu me vois, dans ce champ, s'élèvera la nouvelle
église. »
Et, tout aussitôt, me voici entrant avec elle et la suivant
dans cette église.
« Ici, au maître-autel, le Sacrifice de la Croix, le " Mira­
cle quotidien". »
(Elle me montre du geste le Tabernacle et la Croix.)
VISIONS ET MESSflGES tf)!)

~ A gauche, cMé de l'Evangile, l'autel de ,la Dame de


tous les Peuples. Côté Epare, l'autel du Pere, Fils et Saint­
Esprit. Regarde bien: tout ceci de plain-pied avec le lieu
du Sacrifice. ~
Et je vois le maître-autel, et je vois les trois autels, tous
trois à la même hauteur, se fondre en un unique autel.
« Mon choix s'est porté sur les Dominicains. La dona­
trice, en cet endroit, dressera .le Tableau. Il faut, de toute
urgence, qu'il soit exposé à AMSTERDAM. Car c'est AMS­
TERDAM que j'ai choisie pour être la cité de la Dame de
tous les Peuples. Elle est aussi la cité du Sacrement. Com­
prends bien ces choses. »
« La diffusion se fera grâce aux couvents, atteindra les
ecclésiastiques et s'étendra à tous les peuples. ~
« Vous, Dominicains, prenez conscience de ce qui vous
pst remis entre les maim. ~
La Dame a prononcé ces derniers mots avec insistance.
« Ton Directeur y pourvoira. Ne crains rien. C'est
Marie, la Dame de tous les Peuples, qui donne ce message. »
Elle se tut; puis, lentement, avant de disparaître pro­
gressivement, elle acheva ainsi:
« Sous ce titre, elle sauvera le monde. ~

QUARANTE-SIXIEME VISION

10 MAI 1953

La Dame apparaît. Elle dit:


« Aujourd'hui, c'est un message particulier que j'ap­
porte. Demande au Saint-Pere qu'il consente à dire la
Priere que Marie, la Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avo­
cate, sous le vocable de la Dame de tous les Peuples, a
donnée au monde, et à la dire devant les peuples. »
166 LA DA1"IE DE TOUS LES PEUPLES
c Dis ce.la : "Toi, AiWtre du Seigneur Jésus-Christ,
enseigne à tes peuples cette Prière très simple et pourtant
si profonde. C'est Marie, .la Dame de tous les peuples, qui
te le demande. Tu es le Pasteur de l'Eglise du Seigneur
Jésus-Christ: Pais tes brebis," »
« Sache-le: de graves menaces pèsent sur l'Eglise et sur
le monde. »
« Voici, et c'est MAINTENANT, le moment est venu où
tu dois parler de Marie et, sous le titre de Dame de tous les
Peuples, la définir comme Co-Rédemptrice, Médiatrice et
Avocate. ~
« Pourquoi Marie te demande-t-e.lle cela? Parce qu'elle
a été envoyée par son Seigneur et Créateur afin, par ce titre
et cette Prière, de préserver le monde d'u'n désastre uni­
versel. ~
« Marie veut être reconnue comme Dame de tou's les
Peuples, tu le sais. Maintenant, Saint·Père, c'est de ta bou­
che qu'elle demande que ce titre soit proclamé aux hom­
mes. ~
« Ce message, comme les autres, sera transmis au Saint-"
Père par le Saeriste du Pape. »
« La Dame sauvera le monde: elle le sauvera par cette
Prière. De nouveau, j'en fais la promesse. »
La Dame se tait. Un long silence succède. Le globe
tourne sous les pieds de Marie. Des nuages épais couvrent
la sphère du monde; et la Dame les observe.
e Et maintenant, je parle à tous les peuples de ce
monde:
c: Peuples, priez, afin que votre sacrifice plaise au Sei­
gneur. Peuples, retournez à la simplicité de la Foi. Peuples,
reconnaissez votre Créateur et rendez-lui grâce. )
c: Voilà ce que l'humanité ne sait plus faire. Le faux­
esprit règne sur le monde. Le paganisme moderne, l'huma­
nisme, l'athéisme, le socialisme moderne et le communisme
VISIONS ET MESSAGES 167
se sont emparés du monde. Gardez-vous des faux-pro­
phètes. )
c La Dame de tous les Peuples ne cesse de vous redire
ces choses et de vous mettre en garde. Hommes, de grâce,
écoutez 1 )
« Ce même Seigneur qui, jadis, pour vous aussi, hommes
d'aujourd'hui, s'immola, ce même Seigneur c'est lui qui
m'envoie vous avertir. »
« Vous ne savez pas quelles grandes puissances mena­
cent ce monde 1 Disant cela, ce ne sont plus seulement l'hu­
manisme moderne, l'athéisme, .le socialisme moderne, et le
communisme que je désigne. Il est. bien d'autres sortes de
puissances qui menacent ce monde 1 »
« Peuples, mais allez donc vers ce qui est VRAI. Peu­
ples, UNISSEZ-VOUS. »
« Depuis huit ans, sans que vous le sachiez, la Dame
vient afin de vous préserver. »
« "53"; et c'est l'année de la Dame de tous les Peu­
ples. »
« "53"; et c'est l'année où les peuples doivent lui
reconnaître ce titre. »
« "53"; et c'est l'année où surviendront de grands
événements à l'échelle du monde, et que sur lui pèsera la
menace de catastrophes universelles. »
« C'est pour cela que la Dame demande de dire la
Prière. Diffusez-la autant qu'il est possible. »
« Et maintenant, je m'adresse ci ton évêque: "Fais
construire l'église à la Dame de tous .les Peuples. J'ai indi­
qué l'endroit; et c'est à AMSTERDAM." »
S'étant un moment interrompue pour regarder au loin,
la Dame reprit :
c En ce temps-ci le culte marial va s'étendre. AMSTER­
DAM est destiné à devenir LE CENTRE d'où rayonnera la
Dame de tous les Peuples. C'est de laque le Tableau fera
connattre à tous les peuples la Dame de tous les Peuples ;
168 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

et, l'invoquant sou..s ce titre, les peuples lui demanderoni


que s'instaure L'UNITE. L'UNITE ENTRE LES PEUPLES.
« L'Image sera diffusée en vue du dernier dogme ma­
rial. »
« Le Tableau sera instal.lé publiquement a AMSTER­
DAM. »
« Ton Directeur, ainsi que quiconque voudra collaborer
ci cette œuvre, s'emploieront a la diffusion. »
« Il faut que cela devienne UNE GRANDE COMMU­
NAUTE. C'est aux Dominicains que j'en confie la Direc­
tion. Qu'ils sachent apprécier ce que je dépose entre leurs
mains. »
La Dame se tait. Je lui dis combien je suis effrayée de
devoir transmettre ce message. Elle sourit.
« Mon enfant, ne crains pas. Tu es l'instrument. l,a
Dame aura soin de tout. »
Et la Dame s'en va lentement.

QUARANTE-SEPTIEME VISION
Il OCTOBRE 1953
Devant moi, debout.. la Dame. Elle parle.
e Marie, la Dame de tous les Peuples, est envoyée aujour.
d'hui, pour avertir une nouvelle fois le monde - l'Eglise
de Rome et tous les peuples - de la corruption, des cala­
mités et de la guerre. »
« Le monde vit dans la corruption et les calamités vien­
dront. Encore et toujours les peuples sont en état de
guerre. »
La Dame regarde au loin. Puis, lentement, détachant les
mots, elle ajoute:
c L'an 53 est l'année où la Dame de tous les Peuples
doit être portée dans le monde. »
VISIONS ET MESSAGES Hi9

Ayant dit, elle se tut. Après un long moment, elle reprit:


« La Dame de tous les Peuples pourra donner LL\ PAIX
au monde; mais il faut le lui demander en l'implorant
SOUS CE TITRE. »
« La Dame de tous les Peuples assistera l'Eglise de
Rome. Mais il faut que l'Eglise de Rome, la Communauté,
prie ~vlarie, Mere du Seigneur Jésus-Christ, et l'invoque
sous son titre nouveau: la Dame de tous les Peuples. Il
lui faudra réciter MA PRIERE contre la corruption, les
calamités et la guerre; il la lui faudra répandre parmi
tous les peuples. »
« J'assisterai l'Eglise de Rome, la Communauté. »
« Il faut que les peuples me prient sous CE titre nou-
veau. »
La Dame se tut. Longtemps elle sembla fixer quelque
chose au loin. Quand, de nouveau, elle parla. ce fut pour
dire avec force:
« Le Seigneur est le Rédempteul' de tous les Peuples.
Dès l'ORIGINE, Marie, la Mère, a été choisie pOUl' être Co-
Rédemptrice. ELLE EST DEVENUE et fut faite Co-Ré-
demptrice quand le Seigneur Jésus-Christ monta vers le
Père. Elle est devenue Médiatrice et Avocate de tous les
peuples. »
« Parce que Marie a été prédestinée pour être Co-
Rédemptrice, Médiatrice et Avocate, c'est MAINTENANT
qu'elle vient, en CE TEMPS-Cl, comme la Dame de TOUS
les Peuples.
« Et parce que Marie a pris désormais le titre de Dame
de tous les Peuples, elle vient, sous ce vocable, en plusieurs
endroits de différents pays. »
Elle se tait un instant, regarde au loin et ajoute:
« La Dame qui doit donner la Paix est venue. Elle a
donné sa Prière au pays où règnait Satan. ~
« La Dame qui vient apporter la Paix a fait connaître
170 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

sa parole; el son insh:ument fut un pays qui, toujours,


désira la paix. »
« La 'Dame de tous les peuples n'est pas venue pour
un unique pays, en un endroit unique; elle est venue pour
le monde, pour tous les peuples. Toutefois, c'est AMSTER­
DAM qui a été choisi pour recevoir l'Image. Et ce sera vers
la fin de 53. »
« Le Tableau sera installé provisoirement dans une
église ou une chapelle. Plus lard il sera transféré en l'église
de la Dame de tous les Peuples. Les indications que j'ai
données à ce sujet doivent être rigoureusement observées. »
« La Dame de tous les Peuples apportera quelques mes­
sages encore. Son temps touche à sa fin. »
Après un court silence, la Dame reprit dans cette manière
qui lui est coutumière, par>lant lentement et distincte­
ment:
« Alors commencera la grande œuvre, le couronnement
de Marie, la définition du dogme de Co-Rédemptrice, Média­
trice et Avocate. Mais il faut, avant, que l'Eglise et les peu­
ples invoquent Marie sous son titre nouveau, qu'ils récitent
la Priere, afin que soient écartées de ce monde, la corrup­
tion, les calamités, la guerre. »
« S'ILS FONT CELA, les peuples d'Europe, passé CIN­
QUANTE QUATRE, pousseront un soupir de soulage­
ment. »
La Dame tourne les yeux vers le globe sous ses pieds et
le parcourant du regard Elle dit :
c C'est alors que commencera la grande entreprise mon­
diale. »
Désignant les brebis, elle ajoute:
« Voyez mes brebis NOIRES. Brebis blanches, prenez
garde 1 Il est temps encore ou, les unes et les autres, pou­
vez collaborer en vue de l'unité. »
« Eglise de Rome, la Dame de tous les Pellples n'a plus
VISIONS ET MESSAGES 171
que quelque$ fois cr venir. Plu$ que jamai$ elle met en
garde contre les faux-prophètes. Sois attentive aux messa­
ges que t'apporte la Dame. ~
« Sacriste du Pape, transmets ces messages. ~
Et, levant l'index, elle prévient:
« Saint-Père, il te reste une grande mission à remplir
avant de venir rejoindre les Nôtres. La 'Dame une fois
encore te parle et te dit: "Exécute ce que tu as projeté.
Travaille en vue du dernier dogme, couronnement de la
Mère du Seigneur-Jésus-Christ, son titre de Co-Rédemp­
trice, Médiatrice et Avocale. »
« En CINQUANTE-QUATRE il te faudra répandre ce
titre nouveau parmi les peuples. Que ta sollicitude se pen­
che sur les pays où le Seigneur Jésus-Christ est persécuté. ~
« Cela peut, cela doit devenir une grande action, à
l'échelle du monde, action que dirigera Marie, la Dame de
lous les Peuples. J'apporte mon secours. Le monde et tous
ses peuples, je les assisterai par mon Seigneur. »
Ayant dit, elle abaisse l'index et se remet en son atti­
tude ordinaire.
« ll'Iaintenant je m'adresse à ton évêque:" Tu COM­
PRENDRAS pourquoi je parle au Saint-Père et au Saeriste.
Cet'te action n'est pas réservée à un seul pays; elle doit
être celle de TOUS les peuples. Toi, toutefois, aide à la
diffusion des messages et de la Prière en ton propre pays.
Marie en prend la responsabilité. Tu sais qu'elle a dit que
le Tableau serait confié au soin des Dominicains. Tu sais
qu'elle a dit que les offrandes seraient destinées, non pas
aux seuls Dominicains, mais à TOUS LES BESOINS DE
L'EGLISE." ».
« Introduis Marie comme Dame de tous les Peuples en
ton pays. C'est de là que partira la GRANDE action mon­
diale. »
c Le temps est venu; il est venu maintenant; et il est
forf court. »
1ï2 lA DA!lŒ DE TOUS LES PEUPlJES

« Marie est là, debout, la Mère, qui veut aider ses


enfants. ~
'11 « Demande et, si tu l'invoques sous son titre nouveau,
el./e t'aidera. ~

QUARANTE-HUITIEME VISION

3 DÉCEMBRE 1953

Je priais devant l'Image et, soudain, la Dame se dégage


de l'effigie et se tient devant moi. Elle parle; et sa voix
est empreinte de gravité :
« Ne crains pas. Mon intention, quand tut inaugurée
l'année mariale, était que ce tableau demeure ici. Ensuite.
on le portera à AMSTERDAM. »
Elle se tait, puis reprend:
« Les puissances de l'enter vont se déchaîner. Elles ne
vaincront pas la Dame de tous les peuples. »
Une lumière éclatante enveloppait la Dame.

QUARANTE-NEUVIEME VISION

4 AVRIL 1954

Elle paraît. Son visage est grave. Elle dit :


« Me voici. Ecoute: Dès l'origine, la Servante du Sei­
gneur tut choisie pour être Co-Rédemptrice. Dis à tes théo­
logiens qu'ils peuvent trouver cela dans leurs livres. »
Elle sourit; et, doucement, presque chuchotant, elle pré­
cise:
« Je n'apporte pas une doctrine nouvelle. J'apporte
MAINTENANT les MYSTERES ANCIENS. »
VISIONS ET iUESSAGES 173

Elle se tait. puis reprend, pesant chaque mot:


« Parce que Co-Rédemptrice, Marie est aussi Médiatrice
et, aussi, Avocate. Et non pas, cela, en sa seule qualité de
Mère du Seigneur Jésus-Christ, mais, - écoutez bien ­
parce qu'ELLE EST L'IMMACULEE CONCEPTION. »
« Théologiens, je vous interroge: Vou:; reste-t-il encore
des objections contre ce dogme? Il vous suffira de définir
le bien-fondé de ces mots et de ces idées. »
« Je vous demande de vous dévouer pour ce dogme. Ne
craignez point. Il y aura conflit. Les autres vous attaque.
ront. Mais le dogme, en sa simplicité, est tout entier dans
ce que ir/arie, la Dame de tous les Peuples, vous ensei­
gne aujourd'hui. »
« LIVREZ COMBAT pour ce dogme. DEMANDEZ-LE.
Il sera le couronnement de VOTRE DAME. »
Son regard s'attache à quelque chose, très loin, qu'elle
fixe.
« La Dame, la Servante du Seigneur, a été CHOISIE;
elle a été fécondée par le SAINT-ESPRIT. »
Elle se tait.
« La Dame a été choisie. Ainsi, lors de la descente du
Saint-Esprit, il fallait qu'elle fût là. »
« Le Saint-Esprit a dû descendre sur les Apôtres...
(et levant l'index, elle ajoute, comme solennellement :)
« ... les PREMIERS THEOLOGIENS. C'est pourquoi te
Seigneur a voulu que SA MERE Y fût présente. »
« Sa mère, la Dame de tous les Peuples, EST DEVENUE
la Dame de tous les Peuples au départ de Son Fils. Elle
fut faite Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate avec,
comme témoin, UN seul apôtre, UN seul théologien. Lui, il
a dû prendre soin de la Mère. Elle, elle a dû prendre soin
de ses Apôlres. »
Tournant les yeux vers moi, elle ajoute ave(' force et
insistance:
174 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

c C'est la dernière fois que la Dame parle de CE 'DOGME.


Elle reviendra; mais ce sera pour d'autres problèmes. Tou­
tefois, dis à tes théologiens qu'ils ont MAINTENANT tout
en mains. C'est MAINTENANT qu'ils doivent accomplir
la volonté du Seigneur Jésus-Christ. »
« Ce dogme sera comme la pierre angulaire du mystère
marial. Dis aux théologiens que la Dame de tous les Peu­
ples en verra la réalisation. »
La Dame élève les mains et les tient étendues en un
geste de protection. Elle dit:
« J'assisterai le Saint-Père. »
« Ecoute bien mes paroles et retiens tout. »
« La force lui sera donnée, afin qu'il puisse tout prépa­
rer. »
« Voici venir beaucoup de changements. »
Et, disant cela, je vois Marie, la Dame, debout, au-dessus
de l'église Saint-Pierre. L'église Saint-Pierre se met à tour­
ner.
« Que le Saint-Père, et le plus vite possible, mette à exé­
cution son grandiose dessein. Dis-lui que la Dame de tous
les Peuples l'a aidé, qu'elle l'aidera encore et lui donnera
la force nécessaire. Le Saint-Père sait déjà tout. »
« L'énergie dont il a besoin, la Dame la lui communi­
quera. Il sait ce dont il dispose. »
La Dame reprend son attitude de toujours. Elle insiste
sur ces paroles :
« Dis au Sacriste que tout s'arrangera. Il lui faut agir;
il lui faut aller jusqu'au bout de cette mission; c'est la
Dame qui le lui demande. »
Elle me regarde et sourit. Agitant le doigt elle ajoute:
« A présent, ton évêque: Tu lui demanderas que soient
publiés la Prière et le Message. »
« Il ne le fera pas », dis-je à la Dame. c Et j'ai si peur
VISIONS ET MESSAGES 175

de devoir lui dire cela. » La Dame m'enveloppe d'un long


regard de compassion, puis, souriante, me rassure:
« Ne crains pas. Demande-le lui, simplement. Dis-lui:
Maintenant, le temps est venu. »
« Il peut reconnaitre que c'est là MA priére. Il peut
comprendre que l" Eglise doive être construite. Les signes
sont contenus dans mes paroles: dis-lui cela. »
« Dis-lui: C'est maintenant que la Dame désire que
soit installé le Tableau. Elle attend aussi de lui le témoi­
gnage que la Prière a bien été donnée par SA MERE,
MARIE, - qui ueutêtre également LA DAME de tous les
Peuples. Dis-lui: De tout cela, Marie prend l'entière res­
ponsabilité. »
« Plus tard, quand ces messages auront cessé, je don­
nerai d'autres signes. Je reviendrai. Je parlerai pour les
peuples. Ceci est ce qui doit précéder. »
Et tandis que, gravement, la Dame regarde au loin, de
gros nuages roulent autour du globe. Qui tourne sur son
axe, animé d'un mouvement rapide. La Dame me le dési­
gne. Elle dit - et je perçois en ses paroles une profonde
affliction :
« Regarde le monde. Ecoute bien ce que je vais dire. »
La Dame tend la main droite et me la donne à contem­
pler. Et voici ce que je vois: je vois, dans la main, un dé
très gros. A présent, agitant la main tenant le dé, elle le
passe au-dessus du globe. Elle dit:
« La main de Satan tenant un dé passe au-dessus du
monde entier. Sais-tu, Eglise, Communauté, ce que cela
veut dire? »
« SATAN EST TOUJOURS LE PRINCE DE CE MONDE.
Il retient tout ce qu'il peut. »
« C'est POURQVOI la Dame de tous les Peuples a été
contrainte de venir lUAINTENANT, en ce temps-ci. Car elle
est l'Immaculée Conception et, conséquence de cela, Co-Ré­
176 LA. DAME DE TOUS LES PEUPLES

demptrice, Médiatrice et Avocate. Ces trois choses en une


seule. Théologiens, entendez-vous bien? C'est MAINTE­
NANT qu'il fallait que la IDame apportât sa Prie.re dans ce
monde satanique. ~
« CAR LE SAINT-ESPRIT DOIT ENCORE DESCEN­
DRE. ET CE SERA SUR LES PEUPLES. ~
« Comprenez ce message. ~
« Vous, peuples, récitez ma Prière, afin que vienne l'Es­
prit-Saint; qu'il vienne réellement, EFFECTIVEMENT. )
Et la Dame, disant cela, lève les mains, les joint, comme
pour montrer aux hommes le geste de la prière.
A présent, elle se tourne vers moi. Son air très grave est
tempéré d'un sourire:
« Et toi, mon enfant, tu crains donc de transmettre ceci ?
Eh bien, voilà ce que dit la Dame: Qu'ils accourent avec
tous leurs besoins, SPIRITUELS et CORPORELS: la Dame
est là. Elle les ramènera; elle les aidera. »
« Fais de ta vie un Sacrifice. Dis à ton conseiller:
"Le Seigneur, pour l'accomplissement de ses plus grands
desseins, choisit toujours ce qui est le plus faible; qu'il
soit donc rassuré." »
Puis, portant au loin son regard, elle ajoute:
« Vous, tous les autres, continuez à travailler, ci combat­
tre pour la 'Dame de tous les Peuples qui doit venir en ce
temps-ci. »
« Je les aiderai. »
« Le 31 ll'Iai je reviendrai. »
Elle disparaît.
VISIONS ET MESSAGES 1ï7

CINQUANTIEME VISION

31 MAI 1954 (l)

« ,l'le voici. La Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocale se


tient devant toi. )
« J'ai fait choix de ce jour, car c'est en ce jour que la
Dame recevra ce qui sera son couronnement (1). »
« Théologiens, et vous, ap6tres du Seigneur Jésus-Christ,
écoutez: .le VOllS ai donné la justification du dogme. Tra­
vaillez donc en vue de ce dogme. Demandez-le. Suppliez le
Saint-Père afin d'en obtenir la promulgation. )
« Le Seigneur Jésus-Christ a fail de grandes choses. A
vous, tous les hommes, en ce temps-ci, ce vingtième siècle.
il est tout prêt à donner plus encore. »
« Voici la date où la Co-Rédemptrice, Médiatrice el
Avocate recevra son titre, dûment proclamé, la Dame de
tous les Peuples. »
« Comprenez bien: TROIS idées en un seul geste. »
Elle élève trois doigts et dit
« Ces trois ...
(1) La Messagère de la Dame de tous les Peuples ignorait que
l'Eglise, en cette date, célèbrerait la fête de Marie, Médiatrice ne
toutes grâces. Or, le 11 octobre 1954, le Pape Pie XII, par l'ency­
clique e Ad cae1i Reginam ~ allait instituer la fête de Marie Reine
qui serait, chaque année, dans le monde entier, célébrée le 31 mai.
e De longues et müres réflexions Nous ayant persuadé que si cette
vérité solidement démontrée était rendue plus resplendissante aux
yeux de tous - comme une lampe qui brille davantage quand elle
est placée sur le candélabre - , l'Eglise en recueillerait de grands
avantages, par Notre autorité apostolique Nous décrétons et instituons
la fUe de Marie Reine, qui se célèbrera chaque année dans le monde
entier le 31 mai. Nous ordonnons également que, ce jour-là, on renou­
velle la consécration du geure humain au Cœur immaculé de la Bien­
heureuse Vierge MaJ'Ïe. C'est là, en efTet, que repose le grand espoir
de voir se lever une ère de bonheur, où règneront la paix chrétienne
et le triomphe de la religion. »
12
178 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

De l'autre main, elle fait un geste autour d'elle; et un


nuage s'élève qui l'entoure.
« Maintenant je montre ces trois idées à tes théologiens:
trois idées, un seul geste. ;,)
« Je le dis deux fois, car de ces trois idées, certains n'en
veulent admettre qu'une. Le Saint-Père le leur concèdera. ;,)
« Vous l'aiderez à poursuivre, afin que le but soit atteint.
Comprenez bien tout cela. ;,)
Et voici, tout à coup, que je me trouve avec la Damt'
au-dessus du dôme d'une vaste église.
« Je t'amène ici. Tu rapporteras ce que je vais te mon­
trer et te faire entendre. ~
Nous pénétrons dans l'église, une église immense: l'église
Saint-Pierre. Là se trouvent assemblés des cardinaux et des
évêques en grand nombre. Le Pape fait son entrée. Il est
porté sur une sorte de chaise. La foule l'acclame. Un chœur
retentit. Maintenant, le Saint-Père, deux doigts levés, lance
une proclamation.
Tout ceci s'efface tout à coup et la Dame, de nouveau, est
debout sur le globe en son attitude ordinaire. Elle sourit et
dit:
« Ainsi, mon enfant, je t'ai montré la volonté du Sei­
gneur Jésus-Christ. Ce jour-là, ce sera le couronnement de
Sa Mere, la Dame de tous les Peuples, qui fut un jour
Marie. ~
Ayant regardé au loin en silence, elle ajoute:
« La Dame est demeurée avec SES Apôtres jusqu'à la
descente de l'Esprit. De même, la Dame peut venir auprès
de SES apôtres et peuples du monde entier, pour, de NOU­
VEAU, leur apporter l'Esprit-Saint. »
« Pour toute grande décision, il sied de toujours invo­
quer le Saint-Esprit, le Vrai. »
Elle se tut encore; puis, doucement, elle dit:

Il

VISIONS ET MESSAGES 179

c Et Marie demeura auprès de Ses Ap6tre8••


Son regard se porte au loin, tandis qu'elle prononce
d'une voix nette et lente :
« Ma prophétie: "Désormais tous les peuples me diront
bienheureuse ", sera tout entière accomplie quand le dogme
sera proclamé. »
« Le Saint-Père connaît son temps. Avant que d'~tre
élevé auprès des Nôtres, c'est lui qui préparera, c'est lui
qui achèvera. »
c En ce jour-là tous les peuples me diront bienheureuse.
Je viens - et c'est en cette date -
(La Dame fait un grand geste autour d'elle)
... afin qw'ils puissent témoigner qu'EFFECTIVEMENT
ET EN VERITE, la Dame de tous les Peuples l'a annoncé. »
« J'ai dit: "Eglise de Rome, il ne me reste plus que
quelques fois à venir. " La Dame de tous les Peuples vou-
lait signifier ceci: quelques fois seulement avant la défi-
nition du dogme. »
« Fais bien attention à cela. Et maintenant, le signe: la
Dame de tous les Peuples peut encore, sous ce titre, venir
chaque année auprès de ses enfants, auprès des ap6tres,
auprès de tous les peuples! »
c Sous maintes formes, je suis déjà venue en ce monde. »
Et, hochant la tête, regardant le globe, tristement elle
ajoute:
c A quoi cela a-t-il servi! »
« Le Seigneur Jésus-Christ, une fois de plus, veut accor-
der une grande faveur au monde: et c'est la parole, la
voix de Sa Mère, la Dame de tous les Peuples. »
c Par son instrument (1), la I[)ame de tous les Peuples,
qui vient en un petit pays - lequel, pour lors, est sur la
pente - renouvellera chaque année ses exhortations

(1) La Messagère.
III

180 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

maternelles et sa consolation. Plus lard, cela ceSsera. ~


« Mon enfant, on te croira . .Je suis là. Je t'assislerai ; je
t'aiderai. »
«Le Tableau doit être installé, exposé en public.
Demande à ton évêque. Il consentira à ce que le Tableau
soit placé. Il consentira à l'érection de l'église que je t'ai
montrée. »
« Tous doivent lutter pour l'accomplissement de ce
dessein. Dis cela à ton Directeur. .Je l'aiderai. Les A UT RES,
je les aiderai aussi. »
« Ceci est MA Prière. Dis-le à ton évêque. Il l'approu­
vera. »
« Non, mon enfant, ne crains pas. »
Nouveau silence. Nouveau regard porté au loin.
« Désormais tous les peuples me diront bienheureuse. ')
« La Dame de tous les Peuples veut que se fasse l'unité
dans l'Esprit Saint, le Vrai. »
« Un faux-esprit, l'esprit de SATAN, recouvre le monde. ')
« Quand le dogme, le dernier dogme du mystère marial,
aura été promulgué, c'est alors que la IDame de tous les
Peuples donnera LA PAIX AU MONDE, LA VRAIE
PAIX. »
« Mais, avant cela, il faut que les peuples, en union avec
l'Eglise, récitent MA Prière. Et ils sauront que la Dame est
venue, la Co-Rédemptrice, Médiatrice el Avocate. Qu'il en
soit ainsi. »
« Je reviendrai. Et ce sera comme je l'ai promis aujour­
d'hui: en public. »
« Non, mon enfant; ne crains pas. Qu'il en soit ainsi. ')
Il Y eut un long silence.
« Maintenant, c'est à vous que je m'adresse, peuples du
monde entier. »
« Vous, ap6tres, vous, peuples, tombez à genoux devant
volre Seigneur et Créateur. Exprimez-lui volre RECON­
NAISSANCE. La science de ce monde a délourné les hom­
VISIONS ET MESSAGES 181

mes de la gratitude. Ils ne connaissent plus leur Créateur!


Vous, peuples, soyez donc avertis! Inclinez-volls bien bas
devant votre Créateur. »
« Implorez sa miséricorde; car, vraiment, il EST Misé­
ricordieux. N'en est-ce point la preuve qu'il vous donne en
ce temps-ci? »
« Que le Père, le Fils et le Saint-Esprit" soit" avec vous
tous les jours de votre vie! Que le Père et le Fils VO~LS
" donne" la Dame de tous les Peuples. »
« Qui ou quoi que vous soyez, je puis être pour /lOLLS la
Mère, la Dame de tous les Peuples. »
« Vous, peuples, faites en sorte que ceux qui sont dans
le besoin - et j'entends le besoin SPIRITUEL - soient par
vous menés il la Dame. »
« Que votre action, auprès des autre,ç, se fasse pal' MA
Prière. »
Elle ajouta avant de s'éloigner:
« La Dame chaque année reviendra. »

CINQUANTE-ET-UNIEME VISION

31 MAI 1955

Cette vision eut lieu en l'église Saint·


Thomas à Amsterdam, durant le Salut
du Très-Saint-Sacrement.

La Dame. Elle dit :


« Récite ma Prière. »
L'apparition survenant en ce lieu me trouble au point
que l'émotion me rend muette.
« Récite ma Prière. )
182 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
Comme je n'arrive point à parler, c'est elle qui com­
mence:
e Seigneur Jésu'S-Christ ... ~
Ma langue se délie. Je poursuis et achève la Prière. La
Dame s'était tue. Elle regarde au loin. A présent elle parle.
e Je suis ici, debout, comme la Dame de tous les Peu­
ples, la Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate. ~
Et, soudain, comme si elle s'adressait à une multitude
que je ne vois pas, elle ajoute:
c J'ai promis de venir aujourd'hui, 31 mai. Ici, debout,
devant vous, se tient la Mère, la Dame de tous les Peuples.
C'est en ce jour qu'elle veut parler aux peuples. ~
Et, s'adressant à moi:
« Ecoute bien ce que j'ai à dire. ~
c Je viens. Et je mets les peuples en garde. Salan n'est
pas encore chassé. Peuples, prenez garde aux faux pro­
phètes 1 ~
« La Dame de tous les Peuples a reçu: pouvoir de venir
vers vous chaque année. Elle a promis son signe. Ce signe
vient d'étre apporté. )
e J'ai dit : "Je reviens; et ce sera en public. " Eh bien,
peuples, cet instrument (1) entend la voix de la Dame afin
que sa parole vous soit transmise. »
e Non, Satan n'est pas chassé. MAINTENANT la Dame
de tous les Peuples a reçu pouvoir de venir pour chasser
Satan. Elle vient; et C'EST POUR ANNONCER LE SAINT­
ESPRIT. )
c C'EST MAINTENANT, et seulement maintenant, que
le Saint-Esprit doit venir sur cette terre. »
C Vous, récitez ma Prière, la Prière que j'ai donnée au
monde. Chaque jour, à chaque instant, pensez à la Prière

(1) La MessalêN.
VISIONS ET MESSAGES 183

que la Dame de tous les Peuples a donnée à ce monde-ci,


en ce temps-ci. :t
« Ah / que puissant est le règne de Satan / Dieu seul le
sait. A vous, à tous les peuples, il envoie sa Mère, la Dame
de tous les Peuples. Il l'envoie MAINTENANT. Elle vain-
cra Satan, selon qu'il a été prédit. Elle posera ses pieds sur
la tête de Satan. )
c: Peuples, ne vous laissez pas séduire par les faux pro-
phètes! N'écoutez que Lui, Dieu, Père, Fils et Saint-
Esprit. »
Et très lentement elle ajoute:
Il: Car le même Pere est le même Fils. Le même Père et
Fils est le même Saint-Esprit. »
La Dame longtemps se tut. Quand, de nouveau, elle
parla, elle dit:
« Beaucoup de choses adviendront en ce sièc,le dont vous
serez encore les témoins. »
« Vous, peuples de ce temps-ci, sachez que la Dame de
tous les Peuples vous protège. Invoquez son intercess.ion ;
demandez-lui d'écarter les calamités. Demandez-lui de ban-
nir de ce monde la corruption. Car, de la corruption vien-
nent les calamités ; car de la corruption naît la guerre. Et
c'est par ma Prière que vous demanderez que soient 'ét:.ar-
tés tous ces fléaux. Ah / si vous saviez l'importance et la
puissance de cette Prière auprès de Dieu / Il écoutera Sa
Mère quand eUe voudra être votre Avocate. »
De nouveau un long silence.
« Voici venir de grands événements. »
« Vou's, jeunes, serez les témoins de grands change-
ments ; c'est la Dame de tous les Peuples qui vous le dit.
Elle vous protègera. Elle sera au milieu de vous en ce
temps... EN CE TEMPS-Cl, EN CE MONDE-CI, comme la
Dame de tous les Peuples. »
« Voici que vient le temps des grandes inventions. Il y
11:14 l,A DAME DE TOUS LES PEUPLES

en aura de si étonnantes que vOs pas leurs en seront trou­


blés. Us diront: "Nous ne comprenons plus!" ~
« ALORS vous vous rappellerez les paroles que la Dame,
un 31 mai, a prononcées: "Le Père sait et permet tout ce
qui va arriver en ce monde." »
« Le Saint-Esprit est plus proche que jamais, sachez
cela! Et, pourtant, le Saint-Esprit ne viendra que si vous
l'en priez. »
« Déjà, depuis le Commencement, IL ETAIT. MAIS
MAINTENANT LE TEMPS EST VENU. »
« Le monde ne sait où ni comment se diriger. Eh bien,
peuples, ayez confiance en votre Mère. A-t-elle jamais
abandonné ses enfants? Elle a pouvoir de venir avec son
titre nouveau : Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate.
Demandez donc au Saint-Père de promulguer ce dogme que
la Dame attend. »
A ce moment du discours de la Dame, le prêtre, dans
l'église, élevant le Saint-Sacrement, bénit les fidèles. Et la
Dame qui, jusque là, en sa pose habituelle, tenait les mains
étendues, les joignit en un geste d'adoration. La bénédic­
tion terminée, elle parla de nouveau :
« Quand aura été promulgué le dogme, la Dame de tous
les Peuples donnera sa bénédiction. La Dame de tous les
Peuples alors donnera la Paix. Oui, elle vous aidera quand
le dogme aura été promulgué. »
« Voici que de grands événements sont proches. »
« Le monde est en corruption. Peuples, recourez au
miracle de chaque jour que vous a laissé le Seigneur Jésus­
Christ. S'il vous l'a donné c'est afin que vous en viviez, que
L'OUS en viviez chaque jour. Savez-vous bien ce dont vous
vous privez! »
« Peuples! j'ai dit: "Je viens exhorter les peuples,
consoler mes enfants, les ap6tres et tous les peuples. Eh
bien, maintenant, la Dame est venue." »
c Menez DOS enfants au Seigneur Jésus-Christ. Réappre­
VISIONS ET MESSAGES 1X;,

nez-leur à prier selon la manière de la Dame de Law; le,y


Peuples qui vous a enseigné sa Prière. »
« Parents, .la Dame vous le demande, apprenez cette
Prière à vos enfants. Ramenez vos enfants au sacrifice. :t
« Ramenez vos peuples au sacrifice. »
« Quand je dis" les peuples ", ce sont mes brebis blan­
ches et, surtout, mes brebis noires, autour de moi. Peuples
blancs, pensez donc aux peuples noirs. I.l les faut conduire
au Seigneur Jésus-Christ. Il les faut conduire au Père, au
Fils, au Saint-Esprit. »
« Quand vous commencerez à demander le dogme au
Saint-Père, alors la Dame remplira sa promesse et viendra
la PAIX VERITABLE. »
« Peuples, cette paix véritable, C'EST LE REGNE DE
DieU. Il e~1L plus proche que jamais. Comprenez :bien c.es
paroles. »
« C'est véritablement, et véridiquement, la Mère, la
Dame de tous les Peuples, qui vous le dit. »
« Et voici que je vous exhorte: N'écoutez pas les faux­
prophètes; mais écoutez vos pasteurs, vos saints. Ecoutez
la voix de votre conscience... Ecoutez l'Etre Suprême. Si je
parle ainsi, c'est pour ceux qui ne sont pas de la vdritable
Eglise. :t
« Vous, hommes de l'Eglise de Rome, prenez conscience
de VOTRE GRAND, grand bonheur. Sachez donc ce que
cela veut dire: appartenir à l'Eglise de Rome! Mais agis­
sez-vous bien comme il le faudrait? »
« Votre Mère, la Dame de tous les Peuples, a encore pou­
voir, sous ce nom nouveau, de venir près de vous une fois
l'an. Plus tard cela cessera. »
« Comprenez bien mes paroles quand je dis: Vous aurez
soin que chaque année les peuples se rassemblent autou~·
de ce tr6ne, près de l'Image. Ceci est la grande GRACE que
Marie, Myriam, ou la Dame de tous les Peuples a le POUl'flir
rie donner au monde. »
186 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

« J'ai dit: .. Elle reviendra ". Elle parlera à ses aptJtres.


Peuples, c'est à vous, tout d'abord, qœe la Dame s'adresse. ~
c soutenez vos apôtres et ne leur rendez pas .la tâche si
difficile. Présentez et consacrez vos enfants au Seigneur. »
« Ap6tres du Seigneur Jésus-Christ, votre Dame VOUS
COMPREND. Votre Dame vous viendra en aide en toutes
vos difficultés. Votre Dame sera votre secours. Demandez
en son nom au Père, au Fils et au SAINT-ESPRIT; et
Celui-ci viendra maintenant plus que jamais. »
« Le Règne de Dieu est plus proche que jamais il ne fut.
J'ai dit: "Savez-vous bien, peuples, ce que ces mots recou­
vrent? Savez-vous bien, peuples, que vous êtes responsa­
bles ?" »
« Vous, chefs en ce monde, ne trompez pas vos enfants.
Les moindres des Miens, ne les trompez pas 1 C'est devant
votre Seigneur Jésus-Christ que vous êtes RESPONSA­
BLES 1 »
Et, insistant, elle reprend:
c Vous êtes responsables 1 »
« J'ai dit tout à l'heure: "Il Y aura des inventions
inquiétantes, DIEU LE PERMET. Vous, peuples, pouvez
faire que ce ne soit pas pour le mal." ~
« Vous, peuples, je vous en prie, LA DAME VOUS EN PRIE,
écoutez bien cela: Jamais la Mère de Dieu ne vous a sup­
pliés ainsi... »
Elle se tait, suspendue, comme pour donner plus de
force aux paroles qu'elle va prononcer:
« Peuples, afin que vous n'en veniez point à des choses
inquiétantes,
LA DAME VOUS EN SUPPLIE,

MAINTENANT,

AUJOURD'HUI :

c Implorez le Pere, le Fils, le Saint-Esprit, afin qu'il pro­


tege Son peuple, afin qu'il reforme l'unité de Son peuple. »
VISIONS ET MESSAGES 187

« C'est à l'UNITE que Son peuple doit atteindre. L'Unité;


et au-dessus de l'Unité, la Dame de tous les Peuples. Une
Communauté de peuples. J'insiste sur ce mot: une Com­
munauté. Pensez à l'avenir. )
Et souriante, la Darne précise :
« Non, la Dame ne dit pas: "Pensez à votre avenir
matériel." »
« Comprenez pourquoi je veux venir en ce grand jour.
Ce grand jour, c'est le Seigneur qui en a fait choix pour la
Dame de tous les Peuples. Car c'est elle qui a reçu pouvoir
de conduire ses pewples à se former dans l'unité. Car c'est
elle qui a reçu le pouvoir de rassembler ses peuples en une
grande et unique Communauté. »
c Tous les peuples rassemblés en une seule Commu­
nauté, c'est à cela que ce monde et ce temps doivent tra­
vailler, ainsi que je l'ai maintes fois annoncé. »
« Constamment, de façon voilée, j'ai annoncé ce temps;
eh bien, peuples, CE TEMPS EST ARRIVE. »
« Satan n'est pas encore chassé. Peurples de l'Eglise de
Rome, c'est à vous qu'en incombe la tâche. »
« Vos Sacrements existent encore: Souvenez-vous en 1 »
« Peuples, que votre exemple guide vers Lui les autres
peuples. Menez-les au mirac.le quotidien, au Sacrifice de
chaque jour. Et c'est ainsi, maintenant, que s'accomplira
la prophétie: " Tous les peuples me diront bienheureuse" )
« Aujourd'hui, c'est le message de la Dame de tous les
Peuples qui se répand sur le monde. »
c J'ai dit: "Je consolerai. " Peuples, votre Mère connait
la vie; votre Mère connaît la douleur; votre Mère connaît
la Croix. Tout ce que vous avez à éprouver en cette vie,
votre Mère, la Dame de tous les peuples, l'a connu avant
vous. Ce chemin, elle l'a fait avant vous. »
S'étant un moment interrompue, elle reprit, parlant len­
tement:
1~8 L1 DAillE DE TOUS LES PEUPLES

< Elle est montée auprès du Père; elle a rejoint son


Fils. :t

< Peuples, par votre chemin de croix, vous aussi, vou.~


montez vers le Pêre ; par votre chemin de croix, vous aussi,
vous montez vers le Fils. »
< Or, en cela, vous serez aidés par le Saint-Esprit. »
« Demandez-le Lui en ce temps-ci. Je ne saurais assez le
dire au monde: "ALLEZ AU SAINT-ESPRIT EN CE
TEMPS-CI." »
Et, détachant les syllabes, la Dame prononça très lente­
ment ces derniers mots.
« Vous serez secourus. Mais revenez à l'Eglise. Revenez
à la Communauté. Prenez soin de mes autres brebis, celles
qui broutent çà et là. Comprenez-vous le sens de ces mots:
,. brouter encore çà et là ?" »
Et la Dame, une fois de plus, insista en prononçant ces
paroles.
« Surtout, chargez-vous de cette unité à faire entre les
peuples: voilà ce que la Dame de tous les Peuples est
venue vous dire aujourd'hui. Elle ne vous oubliera pas. »
« Vous, pour le moment, ne sauriez encore percer tout
le sens de mes paroles. J'ai dit: "Les signes sont céMs
dans mes paroles. "
« Votre Mère vou:s consolera. »
« Quand le temps du Seigneur Jésus-Christ arrivera,
vous vous apercevrez que les faux prophètes, .la guerre, la
discorde, les disputes iront en disparaissant. »
« Et voici que ce temps va venir. C'est cela que vous
annonce la Dame de tous les Peuples. :t
Elle disparaît.
VISIONS ET MESSAGES 189

CINQUANTE-DEUXIEME VISION

31 MAI 1956

Ce fut, tout d'abord, une lumière éclatante. Et la Dame,


peu à peu, en sortit. Debout, elle dit:
« A cause de ceux-ci... » (D'un geste elle désigne autour
d'elle) « ... je suis venue aujourd'hui. »
« En vérité, je vous le dis, le Seigneur Jésus-Christ a
envoyé la Dame de tous les Peuples, ici même, auprès de
vous, à cause de la promesse. Dis ce,la à ton évêque. Dis
cela à ton directeur. »
Et me souriant, elle ajoute:
« Tu as bien agi. L'obéissance del/ait passer avant tout. :t
Elle se tait; puis :
« J'ai dit: Va au chemin de Wandelweg. »
(Or, ce même jour - il était juste trois heures après
midi - la Dame m'avait demandé de me rendre au chemin
de Wandelweg. Je lui avais répondu que cela m'était impos­
sible, qu'il me fallait obéir au Père, que j'avais engagé ma
parole. )
La Dame sourit et me dit:
« Tu as obéi. C'est bien. C'est ce que voulait le Sei­
gneur. »
Et son regard se porte au loin.
e A cause de la ville - attention de bien comprendre
cela dans le sens où la Dame elle-même l'entend - à
cause de la ville, la IDame a voulu cette obéissance. :t
Il Y eut un long silence. A présent, promenant son regard
alentour, elle dit:
e Maintenant, en pl'ésence de ceux-ci, la /Jarne lia tt'
190 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

montrer où et comment sera l'Eglise de la Dame de tous les


Peuples. ~
La Dame se tut. Et voici, soudain, que nous sommes dans
une prairie.
« Regarde bien. ~
Je tourne les yeux à droite où son geste désigne.

c Non, pas là-bas; ici. »

Oui; je vois fort bien l'endroit.

c Je te le montre. Plus tard tu rapporteras cela. ~

Je reconnattrai le lieu. C'est là, au Wandelweg, que s'élè­


vera l'église.
c Regarde bien... »
Elle me laisse contempler, puis elle ajoute:
« Il surgira beaucoup de difficultés ... Ce grand terrain...
Plus tard il sera entouré d'une importante cité. »
La digue a disparu et, tout à coup, en cet endroit, une
grande église... La Dame dit:
c Tu vois ces trois d6mes sur l'église: le grand... (elle
me le désigne) ... et, de chaque côté, deux autres, plus
petits. )
En effet, je les vois. Ils sont de couleur verte. Ayant
ainsi montré l'église, la Dame dit - et sa voix prend un
accent solennel - :
c Entrons maintenant dans la Maison du Seigneur. »
Et ce fut comme si nous pénétrions dans une vaste
église. L'église est « chaude ». C'est le seul mot que je
trouve pour tenter de définir l'impression qu'ici je ressens.
Avançant dans le sanctuaire, nous parvenons à une sorte
de plate-forme de grande dimension. La Dame fait un
geste et dit:
c Au milieu, LA CROIX. »
VISIONS ET IitlESSAGES 191

Et, désignant, le tabernacle :


« Le miracle de chaque jour. L'autel du sacrifice de la
Croix. ~
Elle se tourne vers le côté de l'Epitre. Alors, joignant
les mains, solennellement elle prononce:
« L'autel du Père, du Fils et du Saint-Esprit. >
Montrant maintenant le côté de l'Evangile:
« Ici, l'autel de la Dame de tous les Peuples. )
« Regarde et vois: tout cela est au même niveau. )
D'un geste elle embrasse l'ensemble et précise:
« Cela forme un seul demi-cercle. »
Or, moi, je vois trois demi-cercles. Un grand et, de part
et d'autre, deux autres plus petits. La Dame dit :
« Un grand demi-cercle et, sur les côtés, un petit. Afl
milieu, la table du Sacrifice. Derrière la table du sacl'ifice,
une représentation de la Dernière Cène. ~
Ayant ainsi montré l'autel central, elle se dirige vers
l'autel situé côté de l'Epitre, et dit:
« Vois: le Père est assis sur le globe de la terre. »
Et je vois le Père ainsi représenté. Sur sa main droite
une croix est dressée. Au dessus de l'image du Père, une
Colombe. De la Colombe jaillissent des rayons. La Dame
dit:
« La Croix dans la main. Il est ombragé par le Saint­
Esprit. Figuré par la Colombe, l'Esprit diffuse des rayons
en tous sens. »
A présent, sans toutefois quitter l'autel du Père, Fils et
Saint-Esprit, la Dame me fait signe de regarder l'autel
dressé côté de l'Evangile. Elle dit:
« L'autel de la Dame me représente telle que je viens. »
Or, tout ceci était sculpté, y compris la figuration de la
Dame. Je m'en étonnai en moi-même et pensai: cette
192 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

sculpture ne correspond pas au Tableau. La Dame sourit


et, comme répondant à mes pensées, me dit :
« Le Tableau actuel, tu ne le vois pas. »
M'invitant alors à la suivre, elle me conduit au fond
de l'église, côté Evangile.
« Là sc trouve le Tableau, à part, dans une chapelle
spécialc. Le Seigneur Jésus-Christ l'a voulu ainsi. »
« Je pcux bien te dire quc la 'Dame a voulu te mettre à
l'épreuve. »
Elle se tait longtemps. Puis:
« Elle n'apparaîtra pas ici où s'élèvera l'église. »
« Demande que le Tableau, de nouveau, soit publique­
ment installé. »
Et je vois en un éclair la chapelle en l'église Saint-Tho­
mas.
c Plus tard, il sera transféré à la Maison du Seigneur
Jésus-Christ. »
Et son geste me montre l'église qUi se dressera ici dans
l'avenir.
« C'est pOUl' tous lcs peuples que je viens et que je parle.
Dis bien cela. »
« Quand le Tableau sera rapporte, la Dame donnera sa
bénédiction. »
Elle ajoute, après un instant de silence:
« J'ai enCOre une réponse à donner. : Si la Dame de tous
les peuples a parlé, si elle continue de parler, c'est par
la volonté du Seigneur Jésus-Christ qu'elle le fait. Et je le
fais là où Il est présent. »
« D'ailleurs, le Seigneur .Jésus-Christ lui-même n'a-t-ïl
pas attendu avant de faire son grand miracle...
(Ici la voix de la Dame se fait à la fois très douce et très
ferme). .
FISIONS Er JIESSA.GES 193

... - le changement de l'eau en vin - aUendu que Sa


Mère eût parlé? »
« Il accomplit Son miracle; mais il attendit que Sa Mère
eût parlé. Comprends-tu cela? Et telle est, aujourd'hui,
ma réponse à ceux qui ne peuvent admettre que la Dame
soit venue, le 31 Mai 1955, en l'église Saint-Thomas. »
Elle se tait. Son regard se charge de tristesse.
« Et c'est aussi pour les pauvres égarés que la Dame dit
ces choses. S'ils entendent, cela les aidera à comprendre la
place que tient la 'Dame en face de leur Seigneur. »
Et, tristement, elle ajoute:
«.l'avais voulu apporter un message important et
joyeux... »
« Insiste pour que le Tableau soit publiquement réins­
tallé. »
Et, lentement, s'en va la Dame.

CINQUANTE-TROISIEME VISION

31 MAI 1957

Quand le 31 mai 1957, je pénétrai dans l'église Sainl­


Thomas, il était trois heures après midi, et les iidèles
avaient commencé la récitation du chapelet.
Alors qu'ils prononçaient ces mots: « qui a été conçu du
Saint-Esprit », je vis « la lumière » sur l'autel de Marie.
Lentement, très lentement, « la lumière » se déplaça, tra­
versa l'église et se dirigea vers la chapelle. Jerne levai,
comme invitée par la Dame, et je rejoignis « la lumière »
qui était à présent immobile dans la chapelle. Et la Dame,
peu à peu, sortit de « la lumière ». Elle dit :
« Récite la Prière. »
Je commençai et la Dame prononça les paroles en même
13
194 LA DA,ME DE TOUS LES PEUPLES

temps que moi, sauf à la fin où elle dit: « VOTRE Avo­


cate ~. J'en fus troublée et, m'embrouillant, je répétai:
Votre Avocate.
La Prière dite, la Dame parla:
« Je viens aujourd'hui afin de te transmettre en public
le dernier message. Ne crains pas, mon enfant. C'est la
Dame de tous les Peuples qui te parle. »
Après un moment de silence, elle ajoute:
« Tu as bien agi. »
Elle se tait de nouveau, le regard chargé de tristesse.
« J'avais voulu apporter un important et joyeux mes­
sage... »
« J'ai montré à tous les peuples que l'obéissance et la
libre volonté - la volonté LIBRE ,- ont le pas sur tout
le reste. »
« Et maintenant, je veux enCOre répondre à ceux qui
t'ont demandé un signe. »
Et la Dame hoche la tête d'un air compatissant.
« Voici ce que dit la Dame à tous ceux-là,' Les signes
sont contenus dans mes paroles. Hommes de peu de foi,
vous êtes semblables à Un enfant qui réclame un feu d'ar­
tifice ... La vraie lumière, le feu véritable, vous ne le voyez
pas. »
Elle sourit avec douceur et pitié.
« Vous cherchez et cherchez dans les complications. Là
aussi, la Dame de tous les Peuples vous donnera la
réponse. »
« Tout ceci, c'est le PARACLET qui le veut et le dis­
pose en vue de son œuvre. »
Le mot « PARACLET » m'était inconnu. J'eus un mouve­
ment de tête pour montrer à la Dame que je ne compre­
nais pas. Elle sourit et poursuivit:
VISIONS ET MESSAGES 195

« Vous autres (elle fit un geste autour d'elle, comm~ pour


prendre à témoin" les autres ") savez ce que dit la Dame. ~
« C'est Lui qui est le Sel. C'est Lui qui est l'Eau. C'est
Lui qui est la Lumière. C'est Lui qui est la Force dont les
rayons inondent la Dame. »
« Il est sorti du Père et du Fils. »
« Il a rempli des rayons de Sa Force, la Dame de tous les
Peuples; et c'est à cause de cela qu'elle a reçu pouvoir et
mission de distribuer la grâce. »
« Diffusez donc ma Prière, qui est la Prière du. Sei­
gneur. »
« Demandez que le Tableau soit de nouveau et provi­
soirement installé ici-même. Mon enfant, ne crains pas, car
c'est moi qui le demande. »
« Demande le dogme. »
« Et vous, peuples du monde, laissez-vous conduire au
Seigneur par la main de la Dame de tous les Peuples. ~
c ...Conduire à vos Sacrements. »
Hochant la tête, elle ajoute:
« Vous les traitez de façon si singulière! »
« Je sais - la Vame de tous les Peuples sait ce que peut
représenter ce temps-ci pour ceux qui vivent en chrétiens.
C'est pourquoi, douze ans, elle vint afin de vous avertir... ~
(J'eus ici l'idée de récapituler en moi-même et de véri­
fier le compte de ces douze années).
« ... de vous aider, de vous ramener et conduire au Sei­
gneur Jésus-Christ; »
« Combien réelle et grande, la puissance de Satan 1 Cette
année même il vous a été donné de le constater. ~
« La Dame de tous les Peuples,
qui est l'Epouse du Seigneur,
qui est la Reine du Roi,
qui a reçu maintenant ce titre de son Seigneur,
c'est Elle,
par son intercession,
196 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

qui a sauvé le monde une foi,~ encore,


une fois encore elle l'a sauvé. »
Et, levant le doigt, en un geste de grave avertissement.
elle ajoute:
« Peuples, soyez donc attentifs à tout ce que j'ai dit.
En vérité, cela vaut la peine de quitter le monde. ~
Je crois percevoir un double sens en ce propos. Elle dit
encore:
« Ne devez-vous pas tous parvenir au cieL? ~
Sur ces derniers mots, proférés avec force, il me sembla,
tout à coup, que la Dame écartait un voile. Alors quelque
chose tomba sur moi, me transporta, me transforma,
comme si, pour moi, soudam le ciel s'ouvrait. Ce que je
vis était tel qu'il n'est point de mots pour en traduire la
splendeur.
« C'est vous tous que le Seigneur a sauvés! Vous, Les
égarés, revenez donc / La Dame vous attend. »
Elle tend les mains. L'on dirait qu'elle veut rattraper
et retenir ceux qui fuient.
« Elle vous aidera. Elle vous ramènera. »
Elle se tut. Il y eut un long silence. Quand, de nouveau,
elle parla, ce fut pour dire - et son regard rayonnait
d'une flamme céleste - :
« Avant que le Seigneur Jésus-Christ ne mourüt de sa
mort naturelle,
« Avant que le Seigneur Jésus-Christ ne remonlâl auprès
du Père,
« Avant que le Seigneur Jésus-Chrisl n'apparaisse dans
le monde, et que, de nouveau, il revienne parmi les
hommes...
(mon attitude laissant entendre que je ne comprends pas.
elle insiste sur les derniers mots)
V1SIONS ET MESSA.GES 11')7

« ... Il vous a laissé le grand mystère - le grand miracle


de chaque jour, de chaque heure, de chaque minute : "Il
s'est donné Lui-même." »
Et, accompagnant ses paroles d'un geste énergique, elle
précisa :
« Non, peuples, pas une" idée ". Non, peuples, - enten­
dez ce qu'il a proclamé - pas une "idée", Iton /
- MAIS LUI-MEME,
« Sous la forme d'un petit morceau de pain, sous la
forme du vin. »
il: C'est ainsi que le Seigneur veut venir, parmi vous, tous
les jours. Prenez donc cela. Faites donc cela. Il vous donne
l'avant-goût, oui, l'avant-goût de la vie éternelle. »
« Voila, peuples, ce que la Dame, la Co-Rédemptrice.
Médiatrice et Avocate, est venue dire, aujourd'hui, en
public, pour la dernière fois. »
Et, très lentement, la Dame s'en alla.

CINQUANTE-QUATRIEME VISION

18/19 FÉVRIER 1958

Mercredi des Cendres 19 février.


Quelqu'un m'appela. Je m'éveillai en sursaut. Il était
juste 3 heures de la nuit. Et je vis la lumière..J'entendis
la voix de la Dame. Elle disait :
il: Me revoici. La Paix du Seigneur Jésus-Christ soit avec
vous. »
il: Tu as bien agi. C'est ta volonté propre qui t'a engagée
a ce choix et tu as porté le message a ton directeur spiri­
tuel. Cette obéissance produira de bons fruits que tu
connaîtras avant peu. »
« Ton directeur spirituel sait Où est son devoir. Sois
tranquille. »
198 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES
« Ce que je vais te communiquer, tu ne devra$ le dire
à personne, ni au Sacriste, ni à ton directeur spirituel. Tu
ne le révèleras qu'après l'événement; et tu leur diras ce
que, maintenant, va te dire la Dame. »
« Voici la nouvelle. Ecoute : "Le Saint-Père actuel, le
Pape Pie XII, rejoindra les N6tres ; et ce sera au début du
mois d'oelobre de cette année. La Dame de tous les Peu­
ples, Co-Rédemptrice, Médiatrice et Avocate, le conduira
à la joie éternelle." ~
Cette communication me troubla. La Dame ajouta :
« Ne t'effraie pas, mon enfant : SOn successeur promul­
guera le Dogme. li)
Je remerciai la Dame. Alors, d'une voix très solennelle
je l'entends prononcer
« Ainsi soit-il. »

CINQUANTE-CINQUIEME VISION

13 MAI 1958

Nous parIions paisiblement quand, soudain, une lumière


éclatante emplit la chambre contiguë à celle où nous nous
tenions. Je ne vis pas la Dame, mais il me sembla qu'un
voile était écarté de devant mes yeux et il se fit en moi
un changement tel que je ne saurais le définir autrement
que par ces mots : un état « céleste ». Qu'il me soit per­
mis de dire cela en toute humilité. Je ne puis expliquer ni
décrire ce qu'il me fut donné de contempler. Mes yeux,
quelques instants, en gardèrent l'impression; puis je vis
la Dame. Elle était très loin et parlait bas.
Or, j'étais devenue aphone et ne parvenais pas à répéter
ses paroles. Elle disait :
« Par le Seigneur à la Dame »,
VISIONS ET MESS,:tGES 199
« Par la Dame de tous les Peuples au Seigneur de tous
les Peuples. ~
« Le contact sera maintenu. ~
« Mettez en garde le clergé contre les fausses doctrines
particulierement en ce qui concerne l'Eucharistie. ~
« Que le Sacriste en soit instruit. Dites-lui que la Dame
le charge de vous introduire auprès du Souverain Pontife. ~
« Encore une fois, priez beaucoup. Priez 'Dieu pour cela,
pour avoir de bons prêtres, pour obtenir la conversion des
peuples. ~
« Illais ... ~
La Dame se tut. Elle eut un mouvement de tête qui sem-
blait vouloir dire : « Ecoutez et répétez. ~ Et, tout aussi-
tôt, je sentis que j'avais recouvré l'usage de ma voix. Je
pus donc redire après elle :
« Je suis venue en toute paix. En toute pâx je retour-
nerai auprès de Celui qui m'a envoyée. »
Ces mots me désolèrent.
« Ne vous attristez pas. Je ne vous laisserai pas orphe-
lins. Lui, LE CONSOLATEUR, LE SOUTIEN, viendra. ~
Et, lentement, la Dame s'en alla. S'éloignant, elle dit :
« Ecoutez-moi; suivez la lumière. '>
La lumière sortit de la chambre. La lumière se dirigea
vers la sortie de la maison. Je suivis la lumière. Elle me
conduisit au Wandelweg où elle s'arrêta. Regardant à terre
où s'était arrêtée la lumière, j'entendis une voix -- ln
Voix - qui venait d'en-haut et qui disait
« Que cherchez-vous? »
Levant alors les yeux, je me surpris à m'écrier : « La
voilà! »
Et je vis la Dame. Elle m'apparut dans le ciel, entre
deux nuages, dans l'attitude de l'Image, avec la Croix, le
200 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

Globe et les Brebis. Le ciel était intensément bleu. Elle,


elle s'élevait lentement et disai.t :
« C'est ici le lieu d'où je remonte vers Lui. »
«Construisez, ici, une Communauté pour tous les
peuple.~ . ..

Un nuage passa qui l'effaça. Puis ce fut, qui montait,


comme un nimbe de lumière. Et voici que ce nimbe devint
une grande Hostie, toute rayonnante de clarté. Du cœur
de l'Hostie jaillissait vers le haut du ciel un faisceau lumi­
neux aux vives couleurs, tandis que deux autres gerbes
de rayons se projetaient à droite et à gauche; celle de
droite, terminée par une croix ; celle de gauche, par une
colombe. Une Colombe « spirituelle », une colombe de
lumière.
Tout cela, peu il peu, fondit, disparut.

CINQUANTE-SIXIEME VISION

31 MAI 1959

Soudain quelque chose se produisit qui me causa une


grande frayeur. Nous étions dans une chambre dont la
fenêtre ouvre sur le Wandelweg. Je m'écriai, indiquant le
ciel : « Oh ! regardez... là ! » C'était une lumière, mais si
intense qu'il était impossible de la fixer. Je me couvris des
mains les yeux. Cependant, comme contrainte à regarder,
je regardai. Alors ce fut comme si le ciel se déchirait...
Oui, c'est cela, une déchirure. Et dans cette déchirure du
ciel, tout à coup, la Dame. Elle était enveloppée d'une
gloire éclatante. Jamais encore je ne l'avais vue de la sorte,
indiciblement céleste, imposante, glorieuse. Nos pauvres
mots sont impuissants à traduire tant de splendeur.
Je ne voyais pas les Brebis, ni le Globe, ni la Croix. La
Dame était seule au sein de cette gloire immense.
VISWNS ET illESSl\GES 201

C'est alors que je sentis qu'il me fallait observer la tête.


Et je vis une couronne. Or, jamais, jusque là, la Dame ne
m'était apparue conronnée. C'était une couronne, une cou­
ronne véritable, mais dont l'or et les diamants étaient faits
de lumière. D'ailleurs, elle-même, la Dame, était tout
entière si rayonnante et, je le répète, si glorieuse et si
céleste, qne c'est là, simplement, tout ce que je puis dire.
En dessous de cette vision de splendeur, le ciel : le ciel
ordinaire, clair et bleu. Plus bas encore : le globe, la par­
tie supérieure du globe. Le globe était noir.
La Dame hoche la tête et agite le doigt en un geste de
réprobation et d'avertissement en face de ce monde si
noir. J'entends :
« Faites pénitence! »
Il se fit, après cela, une chose bien singulière. Du globe
ténébreux surgirent des têtes humaines en grand nombre.
Et toutes sortes d'hommes montaient lentement des pro­
fondeurs. Et voici, subitement, que je les vis tous rassem­
blés à la surface de l'hémisphère. Et je me disais, contem­
plant cela : comment se peut-il qu'il y ait tant de diversité,
tant de races, parmi les hommes!
Alors la Dame étendit les mains sur la multitude et
parut la bénir. La tristesse disparut de son visage.
,J'entendis :
« Faites-LUI amende honorable. »
La Dame, soudain, disparut; et ce fut, qui la remplaça.
une immense Hostie. Une énorme hostie, mais ordinaire,
faite de pain azyme, pareille à celles que l'on voit à
l'église.
Après cela, devant l'hostie, vint un calice. Il était d'un
or merveilleux. Le calice se renversa vers moi. Un flot de
sang s'en échappa. Des flots de sang. Le sang se répandit
sur le globe et coula sur la terre. Cela dura un temps consi­
dérable. Et le sang coulait en flots incessants. J'étais saisie
d'horreur.
202 LA DAME DE TOUS LES PEUPLES

Brusquement la vision s'effaça, ou plutôt se transforma


en celle d'une seule et sainte hostie, mais si éblouissante de
lumière que je dus, une fois encore, me protéger les yeux
de mes mains. Et, cette fois aussi, je me sentis obligée de
regarder l'a....euglante clarté. Je fixai l'hostie. Elle me parut
alors être comme un feu ordinaire, mais blanc. Au centre,
il y .avait quelque chose, comme une petite ouverture - un
enfoncement - ; je ne sais trop comment décrire cela.
Tout à coup, ce fut comme si l'hostie éclatait. Une figure
en sortit. Une Personne qui flottait : Quelqu'un. Son aspect
était si sublime, il en émanait tant de puissance, il en
rayonnait tant de majesté, que, saisie de crainte, j'osais à
peine regarder.
Et tandis que je contemplais cet Etre, cet Etre unique,
quelque chose d'intérieur me portait sans cesse à penser :
« Et pourtant, ils sont DEUX. » Mais moi, je n'en voyais
qU'UN.
Tant que dura la vision, dura l'avertissement : c Et
pourtant, ils sont deux. »
Et voici, AU MILIEU D'EUX, que jaillit une lumière. AU
MILIEU D'EUX, oui, une lumière ineffable, et, dans cette
lumière, une Colombe. Rapide comme l'éclair elle fondit
vers le globe dans le rayonnement indicible d'une si intense
clarté que je dus, pour la troisième fois, me couvrir les
yeux de la main.
Quoiqu'ayant eu le regard blessé et que les yeux me
fissent mal, je fus de nouveau contrainte à regarder. Quelle
gloire, quelle puissance émanaient de tout cela! D'une
part, LUI-EUX, la Figure flottante, dans le rayonnement de
sa sublime majesté, d'autre part le monde à présent
illuminé!
Une voix retentit. J'entendis :
« Qui Me mange et Me boit, prend 1a vie éternelle et
reçoit l'Es prit Véritab.le. »
VISIONS ET MESSAGES 203
Après cela. qui dura un certain temps, la Dame reparut
dans la gloire qui lui est propre, cette gloire merveilleuse
que j'avais contemplée dès le début de la vision. Mais. à
présent, je voyais, je savais, je faisais la différence entre
sa gloire et l'autre gloire, celle de l'Etre dans la Figure
flottante.
La joie était répandue sur le visage de la Dame; et,
doucement, de loin, elle dit :
« ADIEU! »
La vision fondit lentement; et je pleurai.
TABLE

Inlroduclion 7

Visions el messages 43

Le lexle français de la prière donnée par la Dame de


tous les Peuples se trouve p. 35 et 109 ; le lexte en 12 lan­
gues étrangères p. 40 el 41.

La gravure de couverlure reproduit le tableau dont il


esl plus particulièrement question à partir de la 45 vision.
8
=-N

= ­
=-­

=-0

= ­
=-­
,-
'0
c:-
o-<
.,.. ..., "
:l
.. .=>
'"
~ '"":>lc
Cl
~
1- =
" I-
V'
:: cr>... '" "" '" ·1
... .
0-<
0: '"'" '" '"z; ·3"
,:: ...'"~ '" '""
i>
'"~ Cl
,.,
'5
0-<
'"
,.'" co...
Q 0:
::> <Il
'"::> ;,
...'" :Il'" .-<
'":..>
:::
0-<
'" ~
::>
'" Z ~'"••
'" i!
"j
< "',
,.,""
<0
Cl
NOUVELLES ÉDITIONS LATINES

EXTRAIT DU CATALOGUE
AUCLAIR (Raoul) : Kerixi­ MITCHELL (Hary) : Pie X le
nen. Apparitions en Bre­ saint.
:·agne.
CATTA (Chanoine E.) : La RICART-TORRENS (R.P. Jo­
doctrine politique et sociale sé) : Du nombre des
du cardinal Pie. élus. - Traduit de l'es­
pagnol par A. de Lassus.
CLÉMENT (Marcel) : Le
sens de l'Histoire. SAINT-CHAMAS (R. de) :
DAL GAL (R.P.) : Le car­ Amour, famille, christia­
dinal Merry dei Vol. nisme.
DAR IMBERT (Pierre) : L'aube
de Dieu. - Les grandes SALMIECH (Ch. de) : Jour­
apparitions du XIX· siècle nal d'une institutrice. La
dans le cadre de l'His­ Salette 1847-1855. Avec
toire. 21 héliogravures.
DUGUET (R.) : Autour de la SANCHEZ-VENTURA Y PAS­
Tiare. - La succession CUAL (F.) : La Vierge est­
des Papes d'après les pro­ elle apparue à Garaban­
phéties. dol? (1961 - 1965). ­
LE HIDEC (M.) : Les secrets Trad. de l'espagnol par
de la Salette. M. et G. du Pilier, 75 illus­
ESTIENNE (Yvonne) : Lour­ trations.
des et la Salette.
- Garabondal. - Aperçu
MADIRAN (Jean) : La vieil­ de l'histoire des appari­
lesse du monde. - Essai tions. - Brochure de
sur le communisme. 32 pages, 30 illustrations.
- L'intégrisme. - His­
toire d'une histoire. POUR SERVIR A L'HISTOIRE
MARTY (Albert) : Le monde RÉELLE DE LA SALETTE.
de demain vu par les pro­ - Documents et lettres,
phètes d'aujoud'hui. nombreux inédits (3 volu­
- Alerte ou monde. mes parus).

1, rue'Palatine - PARIS (Vie) - Tél. : 033-77-42