Vous êtes sur la page 1sur 4

Introduction à la psycholinguistique cognitive de la lecture, de la compréhension et de la production de textes

Brigitte Marin* et Denis Legros**

* Maître de conférences (Langue et littérature françaises), université Paris Est (université Paris 12 - IUFM de Créteil) et université Paris 8, Équipe ESSI.

** Professeur des universités (psychologie cognitive), université Paris Est (université Paris 12 - IUFM de Créteil) et université Paris 8, Équipe TICE, Contextes, Langage et Cognition, Laboratoire CHArt (Cognitions Humaine et Artificielle).

SOMMAIRE

Présentation……………………………………………………………………… 3 Chapitre 1…………………………………………………………………………6

La psycholinguistique cognitive du traitement de texte: un domaine de recherche au carrefour des sciences du langage et des sciences de la cognition……… … 6 Résumé ………………………………………………………………………… 19 Chapitre 2 …………………………………………………………………… 22 Psycholinguistique de la lecture …………………………………………………22 Résumé ………………………………………………………………………… 38 Chapitre 3 ………………………………………………………………………. 40 Psycholinguistique cognitive, difficultés langagières et pathologies du langage 40

Résumé ………………………………………………………………………

Chapitre 4 ……………………………………………………………………… 53 Psycholinguistique cognitive de la compréhension de textes…………………. 53

Chapitre 5 ……………………………………………………………………… 70

Aides et remédiations aux difficultés de compréhension……………………… 70

Chapitre 6 ……………………………………………………………………

Psycholinguistique cognitive de la production de textes ……………………… 86

Résumé ………………………………………………………………………

Chapitre 7 ………………………………………………………………………105

50

86

101

Aides à la production de textes ………………………………………………

105

Résumé ………………………………………………………………………

117

Chapitre 8 ………………………………………………………………………120 Perspectives: nouvelles technologies et traitement cognitif du texte: vers une didactique cognitive de la compréhension et de la production de textes en contextes plurilinguistique et pluriculturel …………………………………… 120

Références bibliographiques …………………………………………………

129

Table des matières ……………………………………………………………

141

INDEX ………………………………………………………………….…

141

Présentation

L’expression orale et écrite de nos pensées est articulée à travers le langage. La psycholinguistique étudie les comportements humains en relation avec cet objet «langage». Ces comportements définissent différents domaines d’étude : l’acquisition et le développement des activités langagières orales et écrites, la lecture, la compréhension, la production de textes, ainsi que les pathologies ou les dysfonctionnements d’acquisition, de perception et de production.

Le système cognitif plus vaste auquel appartient le langage traite tout un ensemble d’activités mentales et permet de mettre en œuvre et de gérer des processus mentaux tels que la perception, la hiérarchisation des informations, l’inférence, la mémorisation, la

catégorisation,ainsi que l’ensemble des connaissances sur lesquelles ces processus opèrent. Ces processus, qui permettent de construire les aptitudes cognitives, sont marqués et influencés par le langage et par les usages de la langue. De même, le langage et la langue sont à la base de ces activités. Ces processus sont les constituants des différentes compétences langagières qui ne peuvent donc se comprendre et se travailler efficacement qu’en référence à ces processus.

La psycholinguistique a longtemps été conçue comme une branche de la psychologie cognitive. Aujourd’hui la psycholinguistique cognitive étudie les comportements humains en relation avec l’objet «langage».

La psycholinguistique cognitive consiste à étudier scientifiquement les processus cognitifs mis en jeu au cours de l’acquisition, de la perception, de la compréhension et de la production du langage écrit et parlé. Elle vise à comprendre et à analyser, à partir de l’évaluation des activités langagières et grâce à des mesures de laboratoire et à des simulations informatiques, le rôle de la mémoire, l’organisation du système de connaissances et les processus sur lesquels ils opèrent et qui définissent les manifestations observées.

Le but de la psycholinguistique cognitive est de construire des modèles qui permettent de rendre compte du fonctionnement du système langagier en lien avec le contexte cognitif, social et culturel de l’individu. Il est alors possible à partir de ces modèles d’élaborer des conceptions didactiques, de concevoir et de valider des aides et des systèmes d’aide à l’apprentissage plus efficaces dans la mesure où ils se fondent sur le fonctionnement cognitif des apprenants et prennent en compte les contextes sociaux, culturels, linguistiques dans lesquels ces apprenants évoluent.

Ces contextes et les systèmes de variabilité qui les définissent sont en effet déterminants dans les activités d’apprentissage des individus. La plupart des travaux conduits dans ce champ de recherche ont été consacrés essentiellement aux invariants cognitifs mis en jeu dans le traitement du texte et, en particulier, au rôle des connaissances communes, ou connaissances conventionnelles, même si les connaissances spécifiques des individus ou les connaissances contextuelles étaient parfois prises en compte. Dans la plupart des modèles de traitement du texte, même si l’influence du contexte apparaît comme fondamentale sur les structures et le traitement, celui-ci est réduit le plus souvent à quelques variables indépendantes comme l’âge, le but de lecture ou le niveau de connaissances antérieures. Or le contexte linguistique et culturel de l’apprenant est une partie intégrante des patterns de conduites des individus construits à l’aide des outils culturels et institutionnels de construction de l’action et de la pensée.

Les recherches sur la lecture, la compréhension et la production de textes sont nécessaires si l’on veut développer chez les élèves des stratégies efficaces et concevoir des

aides et des systèmes d’aide à la compréhension et à l’apprentissage adaptés aux modalités de traitement des élèves, variables selon leur origine culturelle. Ces recherches s’imposent d’autant plus que le développement des technologies de l’information et de la communication oblige, si l’on veut faciliter les échanges écrits et adaptés aux lecteurs, à prendre en compte la culture du récepteur et son contexte. En effet, ces nouvelles technologies influencent la façon de recevoir et de traiter les informations, mais aussi la façon de modéliser le traitement et l’apprentissage.

Les travaux qui s’inscrivent dans ce champ et conduits de façon interdisciplinaire permettent alors de concevoir une didactique cognitive de la lecture, de la compréhension et de la production de textes et de proposer des activités d’apprentissage plus aptes à répondre aux besoins réels des individus.

Nous abordons dans cet ouvrage les domaines de la lecture, de la compréhension et de la production de texte du point de vue de la psycholinguistique cognitive. Pour chacun de ces grands domaines, nous proposons une analyse des principaux modèles et une synthèse des travaux réalisés sur les difficultés de traitement et qui génèrent des difficultés d’apprentissage.

Cet ouvrage s’adresse aux étudiants de premier cycle de psychologie et aux élèves professeurs stagiaires des IUFM. Il présente les connaissances de base et les principaux modèles nécessaires à la compréhension du fonctionnement cognitif de l’apprenti lecteur et producteur de textes. Il vise à proposer l’accès à un fonds de connaissances actualisé et commun et favorable au développement des connaissances sur l’apprentissage et la formation.

Nous souhaitons ainsi favoriser la circulation du savoir et renforcer les nécessaires synergies entre les futurs psychologues et les futurs professeurs chargés de développer les compétences en lecture, en compréhension et en production de texte à l’ère du plurilinguisme.