Vous êtes sur la page 1sur 23
2A : Réacteurs non-idéaux ECOULEMENTS DANS LES REACTEURS DISTRIBUTION DES TEMPS DE SEJOUR H. DELMAS

2A : Réacteurs non-idéaux

ECOULEMENTS DANS LES REACTEURS DISTRIBUTION DES TEMPS DE SEJOUR

2A : Réacteurs non-idéaux ECOULEMENTS DANS LES REACTEURS DISTRIBUTION DES TEMPS DE SEJOUR H. DELMAS A.M.

H. DELMAS A.M. WILHELM

PLAN DU COURS :

I-DTS : définitions

II- DTS : détermination expérimentale II-1- Traceur II-2- Injection-impulsion II-3- Injection-échelon II-4- Méthode des deux mesures

III- MOMENTS

IV- REACTEURS IDEAUX IV-1- Réacteur parfaitement mélangé IV-2- Réacteur piston

V- EXPLOITATION D’UNE EXPERIENCE DE DTS V-1- Forme adimensionnelle V-2- Echantillonnage V-3- Diagnostiques de mauvais fonctionnements V-4- Réacteurs polyphasiques

VI- MODELES D’ECOULEMENT VI-1- Bacs en cascade VI-2- Modèle piston-dispersion VI-3- Association de réacteurs idéaux

VII- CONSEQUENCES DES NON-IDEALITES EN REACTION VII-1- Bacs en cascade-Associations de réacteurs idéaux VII-2- Modèle piston-dispersion VII-3- Modèle des filets en parallèle

Introduction

Réacteur ouvert en régime d’écoulement permanent. Temps de séjour d’une molécule : temps passé par une molécule dans le réacteur. Etat de mélange du réacteur relié à la distribution des temps de séjours :

- RPiston : toutes les molécules ont le même temps de séjour

- RAC : temps de séjour très différents.

Objectifs du cours :

- Caractériser l’état de mélange d’un réacteur

- Identifier ses défauts d’écoulement

- Représenter le réacteur par un modèle

- Prévoir les performances en réaction

Démarche :

Distribution des temps de séjour

Exemples d’application :

Réacteurs monophasiques ouverts (gaz , liquide, ou solide). Réacteurs polyphasiques : étude de chaque phase.

I- DISTRIBUTION DES TEMPS DE SEJOUR : définitions

Hypothèses :

- phénomènes déterministes

- écoulement en régime permanent

- fluide incompressible

Définitions de E(t) et F(t):

E(t), distribution des temps de séjour, est telle que E(t).dt est la fraction du débit de sortie qui est restée dans le réacteur un temps compris entre t et t+dt.

restée dans le réacteur un temps compris entre t et t+dt. Propriétés de E(t) : -

Propriétés de E(t) :

-

-

-

t

2

t

1

E(t) est toujours positive

E(t) est normée :

+∞

E(t).dt

E(t) [T -1 ]

0

=

1

E(t).dt :fraction de débit restée entre t et t

1

2

dans le réacteur

F(t), distribution cumulée des temps de séjour, est la fraction de débit qui est restée moins de t dans le réacteur (plus jeune que t).

F(t)

=

t

0

E(t' ).dt'

II- DISTRIBUTION DES TEMPS DE SEJOUR : détermination

II-1- Traceur Il marque le fluide, sans le perturber.

- Mêmes propriétés que le fluide

- Inerte

- Mesurable en continu

- Injection et détection sur toute la section.

en continu - Injection et détection sur toute la section. II-2- Injection impulsion (ou Dirac) Introduction

II-2- Injection impulsion (ou Dirac)

Introduction d’un nombre de moles n 0 pendant un temps très court. Mesure de la concentration c I (t) en sortie de réacteur.

de la concentration c I (t) en sortie de réacteur. Bilans en traceur : - en

Bilans en traceur :

- en sortie, pendant un temps dt :

Qc (t)dt

I

n 0

=

E(t).dt

fraction du traceur ayant séjourné entre t et t

+

dt

- entrée-sortie du réacteur :

n 0

=

+∞

Q.c (t).dt

I

0

E(t) =

 

c

I (t)

+∞

 
 

c

I (t)dt

0

si le débit est uniforme.

La DTS E(t) est donc la réponse normée du réacteur à une injection- impulsion.

II-3- Injection échelon

Echelon-positif : l’entrée passe brusquement de la concentration nulle à la concentration c 0 . On mesure en sortie la concentration : c E (t)

c

E

(t)

c

0

=

t

0

E(t' ).dt'

=

F(t)

fraction de fluide entrée après t=0 (plus jeune que t).

fraction de fluide entrée après t=0 (plus jeune que t). La fonction F(t) apparaît comme la

La fonction F(t) apparaît comme la réponse adimensionnelle du réacteur à un échelon-positif de traceur.

E(t) =

dF

dt

on peut donc calculer E(t) à partir de F(t).

Echelon-négatif (ou purge-échelon): l’entrée passe brusquement de la concentration c 0 à la concentration nulle. On mesure en sortie la concentration : c PE (t).

c

PE

(t)

c

0

=

+∞

t

E(t' ).dt'

=

1

F(t)

fraction de fluide plus vieille que t

II-4- Entrée quelconque, méthode des deux mesures.

Afin de s’affranchir des méthodes d’injection et de détection, on peut faire deux mesures de concentration à deux niveaux dans le réacteur :

x(t) et y(t).

Si les deux fonctions sont normées :

+∞

+∞

y(t)dt

x(t)dt

=

=

1

0

0

y(t

2

)

=

t

2

0

x(t ).E(t

1

2

t ).dt

1

1

= = 1 0 0 y(t 2 ) = t 2 ∫ 0 x(t ).E(t 1

Si le système est linéaire, on peut appliquer la transformée de Laplace L(f) à x(t) et y(t) pour obtenir X(s) et Y(s).

L(f ) =

+∞

0

exp( st).f (t).dt

Y(s)= X(s).G(s)

G(s) fonction de transfert du système G=L(E)

III- MOMENTS

Définition du moment µ n et du moment centré µn d’ordre n de la distribution E(t) :

 

+∞

+∞

0

µ

n

 

0

=

n

t .E(t).dt

µ

'

=

(t

n

t) .E(t).dt

 

n

Moment d’ordre 1 :

t

= µ

1

=

+∞

0

t.E(t).dt

temps de séjour moyen

t = τ =

V

Q

réacteur).

(s’il n’y a pas de dispersion en entrée-sortie du

Moment centré d’ordre 2 :

σ

2

= µ'

2

=

+∞

0

(t t) .E(t).dt = µ

2

2

t

2

σσσσ 2 : variance de la distribution ;

Caractérise l’étalement de la distribution E(t), donc le mélange dans le

réacteur.

σ : écart-type.

Systèmes linéaires :

µ

n

=

(

1

)

n

.lim

s

0

n

G

s

n

théorème de Van der Laan.

Les moments du système situé entre les 2 points de mesure x(t) et y(t) s’écrivent :

t

s

= t

y

t

x

σ

2

s

= σ

2

y

− σ

2

x

IV- REACTEURS IDEAUX

IV-1- Réacteur parfaitement mélangé.

Réponse impulsionnelle :

c (t)

I

=

c .exp

0

t

t

  E(t) =

1

t

.exp

t

t

 

c

E

(t)

=

c

0

.

1

exp

t   

 

t

F(t)

=

1

exp

t

t

Réponse à un échelon :

Moments :

t   t  Réponse à un échelon : Moments : t = τ σ

t = τ

σ

2 = t

2

.

IV-2- Réacteur piston

Distributions E et F :

E(t) = δ(t t)

F(t) = H(t t)

Moments :

t

= τ

σ

2

=

0

V- EXPLOITATION D’UNE EXPERIENCE DE DTS.

V-1- Forme adimensionnelle.

Variable adimensionnelle θ et fonctions adimensionnelles E θ et F θ :

θ =

t

t

E

θ

=

t.E(t)

F

θ

=

F(t)

10

V-2- Traitement d’un signal échantillonné

V-2- Traitement d’un signal échantillonné Cas 1 Cas 2 Cas 1 : échantillonnage d’un signal continu

Cas 1

Cas 2

Cas 1 : échantillonnage d’un signal continu (t i ;c Ii ). Cas 2 : prise d’échantillons discrets (t i -t i+1 ;c Ii )

- On peut travailler sur les moments de E(t) ou ceux de c I (t) :

µ

n

=

+∞

0

n

t .E(t).dt

m

n

=

+∞

0

t

n

.c (t).dt

I

µ

n

=

m

n

m

0

- Approximation des intégrales par des sommes (trapèzes par exemple) :

Cas 1 :

µ

n

=

N

=

i

1

t

n

i

.E .

i

t

i

Cas 2 :

t

i est le milieu de l’intervalle [t i ,t i+1 ].

On effectue les calculs suivants :

µ

n

=

N

=

i

1

t

n

i

.E .

i

t

i

- moments : m 0 , m 1 , m 2 puis µ 1 , µ2 ou directement µ 1 , µ2 .

- E(t i )=c Ii /m

- Temps de séjour moyen :

0

t = µ

1 =

m 1

m 0

- Variance :

σ

2

= µ'

2

= µ

2

2

t

- Adimensionnalisation de la DTS :

=

θ

i

m'

2

m

=

0

t

i

t

=

m

2

m

0

2

t

E

θ

i

=

t.E

i

V-3- Diagnostiques de mauvais fonctionnements.

Volume mort Si le temps de séjour mesuré est inférieur au temps de passage :

mauvaise estimation du volume offert au fluide.

Volumes stagnants

estimation du volume offert au fluide. Volumes stagnants Traînée de courbe : diffusion vers les zones

Traînée de courbe : diffusion vers les zones stagnantes. Si le signal C(t) est enregistré entièrement t=τ. Si le signal est coupé, t<τ.

Court-circuit

t= τ . Si le signal est coupé, t< τ . Court-circuit Premier pic fin :

Premier pic fin : sortie du court-circuit. Si le signal C(t) est enregistré entièrement t=τ. Si le signal est tronqué (fréquence d’échantillonnage trop faible), t>τ.

V-4- Réacteurs polyphasiques

Si un réacteur comporte plusieurs phases, on réalise une DTS pour chaque phase.

VI- MODELES D’ECOULEMENT

VI-1- Bacs en cascade

VI- MODELES D’ECOULEMENT VI-1- Bacs en cascade N RAC en série    N  

N RAC en série

 

N

t

N

.t

N

1

exp

Nt

t

 

E(t) =

 

.

(N

1)!

t

=

N.t

N

=

N.

τ

N

σ

2

=

t

2

N

DTS :

Moments :

τ N , t N : temps de passage ou temps de séjour moyen dans un RAC.

VI-2- Modèle piston-dispersion

Modèle Piston + Dispersion axiale

c

j

.

Flux de j :

z D A : coefficient de dispersion axiale (m 2 .s -1 )

S : section de la colonne

F

j

=

Q.c

j

D

A

.S

Bilan en régime transitoire avec réaction (

ν

j

r

=

v.

c

j

z

∂ z

D

A

.

2

c

j

c

j

z

2

t

+

j

(convection + dispersion)

ν

j

.A

j

=

0

) :

Conditions limites :

 
   
 
 

A =0

Fermé-fermé

Fermé-ouvert

D

A =0

Ouvert-fermé

 

D

A

D

   
 
Fermé-ouvert D A =0 Ouvert-fermé   D A D       D A Ouvert-ouvert
Fermé-ouvert D A =0 Ouvert-fermé   D A D       D A Ouvert-ouvert

D A

Fermé-ouvert D A =0 Ouvert-fermé   D A D       D A Ouvert-ouvert

Ouvert-ouvert

Fermé-ouvert D A =0 Ouvert-fermé   D A D       D A Ouvert-ouvert

Entrée :

Sortie :

fermé

Ouvert

fermé

 

Q.c

0

=

Q.c

j

c 0 =c z=0+

= 0

c

z

z

=

L

D

A

.

c

j

z

Ouvert

c z=L =c

s

 

Bilan en traceur :

 
 

c

j

D

 

2

c

j

+

c

j

= 0

ou

c

j

1

2

c

j

+

c

j

v.

z

A

.

z

2

t

x

Pe

.

x

2

∂θ

avec :

 

Pe =

v.L

 

x

=

z

θ =

t

 

D

A

L

t

Solution en ouvert-ouvert :

 
 

E(t) =

 

1

2

.

Pe

π .t.t

 

1

2

.exp

(

Pe. t

4.t.t

t

)

2

z

=

0

+

= 0

Pour les autres conditions limites, pas de solution analytique.

Moments :

 

Moment 1 :

 

Moment 2 :

Conditions limites

t

 

σ

2

τ

 

τ

2

 

Ouvert-ouvert

1+

2

Pe

2

Pe

+

8

Pe

2

Ouvert-fermé

ou

1+

1

Pe

2

Pe

+

3

Pe

2

fermé-ouvert

 

Fermé-fermé

1

2

2

.(1

   

Pe))

 

Pe

Pe

2

 

exp(

Allure des courbes E(τ) :

. ( 1     Pe) )   − − − Pe Pe 2   exp(

D A ou Pe sont donnés par des abaques ou corrélations dépendant du contacteur :

- tube vide :

régime laminaire :

régime turbulent :

D

A

v.d

t

D

A

= D

=

5

m

+

v

2

R

2

48.D

pour

m

Re

pour

>

10

5

L

R

>

vR

8.D

m

laminaire : régime turbulent : D A v.d t D A = D = 5 m
17

VI-3- Associations de réacteurs idéaux Mise en série ou parallèle de réacteurs idéaux : RAC, RP, ou volume morts.

VI-3- Associations de réacteurs idéaux Mise en série ou parallèle de réacteurs idéaux : RAC, RP,
19

VII- CONSEQUENCES DES NON-IDEALITES EN REACTION

VII-1- Bacs en cascade- Association de réacteurs idéaux On calcule la concentration en sortie avec le modèle d’association de réacteurs idéaux :

- calcul de concentration en sortie de chaque réacteur ex : cinétique d’ordre 1

RP :

c

s

c

0

1

RAC :

= 1

c s =c 0 .exp(-k.τ)

+

k.

τ

- réacteurs en série : sortie du 1 er =entrée du 2 nd

- branches en parallèle : bilan aux nœuds (conservation du flux)

Bacs en cascade- Cinétique d’ordre 1 :

c

s

c

0

=

1

(

1

+

k.

τ

N

) N

VII-2- Modèle piston-dispersion

v.

dc

j

dz

D

A

d

2

c

j

.

dz

2

+

r

=

0

ou

dc

j

1

d

2

c

j

dx

Pe

.

dx

2

+

r.t

=

0

Pour une cinétique d’ordre 1 (r=kc) et des conditions ferme-fermé, cette équation a une solution analytique :

c

s

c

0

=

 

4.s.exp

Pe

2

(1

+

s)

2

exp s.

Pe

2

(1

2

s) exp

s.

Pe

2

avec

s

=

4.k.t 1 + Pe
4.k.t
1
+
Pe
21

Les limites de cette équation sont :

lim

lim

c

c

s

0

c

s

c

0

=

=

exp( k.t)

pour

RP

1

1

+

kt

pour

RAC

(D

(D

A

A

→ ∞

0)

)

VII-3- Modèle des filets en parallèle ou de ségrégation totale Calcul des performances du réacteur avec uniquement E(t).

Hypothèse : Les molécules de même temps de séjour voyagent ensemble et ne se mélangent pas aux molécules de temps de séjour

différent.

c

 

+∞

c(t)

 

s

=

.E(t).dt

c

 

c

 

0

0

0

où c(t) est la concentration en fin de filet

de temps de séjour t, donc en sortie d’un RP de temps de passage t.

Pour une cinétique d’ordre 1, c(t)=c 0 .exp(-k.t) et :

c

s

c

0

=

+∞

0

exp(

k.t).E(t).dt

OUVRAGES DE REFERENCE :

S. Fogler, Elements of chemical reaction engineering, Prentice Hall,

1999.

O. Levenspiel, Chemical reaction engineering, John Wiley, 1999.

P. Trambouze, J.P. Euzen, Les réacteurs chimiques, Technip, 2002.

J. Villermaux, Génie de la réaction chimique, Tec Doc, 1995.

(La majorité des figures sont issues de cet ouvrage.)