Vous êtes sur la page 1sur 17

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel , entre p hilolo g ie et histoire

Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire » Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ? La qualité littéraire des deux Vitae de Robert d’Arbrissel La qualité littéraire des deux Vitae de Robert d’Arbrissel

Le stilus gravis de Baudri de Dol, une machine qui tourne à vide

Le Supplementum historiae de frère André, ou : comment la vraie rhétorique se moque de la rhétorique

Constant J. Mews. Robert d’Arbrissel, Roscelin et Abélard Pascale Bourgain. Philologie et… Robert d’Arbrissel,

Jean-Yves Tilliette. Du stilus…

Du stilus… Constant J. Mews. Robert d’Arbrissel,… Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?

La qualité littéraire des deux Vitae de Robert d’Arbrissel

Au moment de proposer un titre (sans point d’interrogation…) pour la présente contribution, destinée à fournir un aperçu stylistique comparatif des deux Vies successives du fondateur de Fontevraud, je considérais en principe qu’un tel propos pourrait sans doute être orienté par les circonstances mêmes de leur composition. J’imaginais donc le confortable développement d’un plan en deux parties contrastées, selon lequel les deux pièces maîtresses du dossier hagiographique savamment reconstitué par Jacques Dalarun et ses collaborateurs auraient dessiné deux portraits antithétiques, mais complémentaires, de Robert d’Arbrissel : d’un côté, le héros de la foi, le pionnier du défrichement des taillis et des âmes, aurait vu sa grandeur illustrée par les prestiges de la rhétorique épidictique, la plume coruscante de l’archevêque de Dol ; de l’autre, l’apôtre moribond, n’aspirant par humilité qu’à

attendre la résurrection dans la boue de Fontevraud, Fontis Ebraudi lutum , aurait été adéquatement évoqué par la modestie du sermo quotidianus, l’écriture sans apprêt du frère André.

1

2

Ainsi – toujours selon ce schéma d’interprétation aprioristique bien naïf –, la variation même des styles aurait traduit en mots l’opposition entre deux formes de sainteté, une sainteté glorieuse et un modèle plutôt évangélique – et cela précisément à une époque où l’idéal de vie chrétienne paraît connaître une certaine mutation. Ainsi, l’itinéraire annoncé par mon titre du stilus gravis au stilus humilis esquissait de façon implicite un propos téléologique. Bien entendu, comme toutes les hypothèses simplistes, celle-ci est fausse ou à tout le moins invérifiable. D’abord parce que, comme l’établissait déjà André

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

Vauchez voilà presque vingt ans lors du colloque romain sur « les fonctions des saints », il est abusif de considérer que les deux versants du Moyen Âge voient le passage brutal d’une « sainteté admirable » à une « sainteté imitable » ; ensuite, en raison des enjeux politiques, fort bien analysés par Jacques Dalarun, liés à la destinée post mortem de Robert d’Arbrissel , qui interdisent de considérer comme typique son exemple particulier ; enfin – et surtout ! –, parce que le postulat trop hâtivement formulé est tout bonnement démenti par la lecture des textes. Je me bornerai donc à caractériser d’un point de vue stylistique ce qui me semble constituer d’une part un lourd échec littéraire, celui de Baudri, de l’autre une vraie réussite rhétorique, celle du frère André, laissant aux historiens le soin d’interpréter, s’il y a lieu, ces données de fait.

4

3

Le stilus gravis de Baudri de Dol, une machine qui tourne à vide

Comme on le sait sans doute, lorsqu’il s’est agi d’ancrer l’avenir du nouvel ordre dans la réputation de sainteté de son fondateur, l’abbesse Pétronille de Chemillé est allée faire appel à l’arbitre des élégances de plume de sa région, Baudri, archevêque de Dol-de-Bretagne. Celui-ci, avant son élévation en 1107 à ce siège prestigieux, avait de plus été l’abbé du monastère de Saint-Pierre de Bourgueil, distant de Fontevraud d’une quinzaine de kilomètres à vol d’oiseau. Il est établi que les deux hommes, Baudri et Robert, se sont alors rencontrés, non qu’ils se soient fréquentés assidûment.

La chronologie relative des écrits hagiographiques de Baudri est malaisée à établir. D’après les hypothèses raisonnables d’Armelle Le Huërou , la Vita beati Roberti doit avoir été composée après la Relatio de scuto et gladio sancti Michaelis, adressée aux moines du Mont-Saint-Michel, et précéder la Translation du chef de saint Valentin et la Vie de saint Hugues de Rouen, destinées à ceux de Jumièges (elle se trouve donc ainsi encadrée par deux ensembles d’écrits « bénédictins »), ainsi que la Vie de saint Samson. Eu égard à la médiocre diffusion de ces œuvres, il n’est pas interdit d’imaginer que Baudri ait mis son talent fécond au service d’autres compositions hagiographiques aujourd’hui perdues. Je soupçonne en tous cas, d’après une notation cursive recueillie dans l’un de ses poèmes, qu’il a pu, comme la plupart des lettrés de son époque et de son milieu, composer

5

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

au cours de son abbatiat des vies de saints en vers métriques , dont il ne reste plus trace. Quoi qu’il en soit, ce qu’il importe de remarquer, c’est que cette partie de l’activité littéraire de l’archevêque résulte généralement de commandes. La démarche de Pétronille n’est pas isolée. Nous avons conservé la lettre par laquelle l’abbé Pierre de Maillezais implore notre auteur de mettre son éloquence cicéronienne au service de la rédaction de l’Histoire de la Croisade auparavant transmise par un récit d’une qualité linguistique désastreuse et l’épître dédicatoire de la Vie de saint Hugues se réfère explicitement à l’ « injonction » des moines de Jumièges et de leur abbé Ursion . Baudri est donc tenu par ses contemporains pour un professionnel de la réécriture, et singulièrement de la réécriture hagiographique .

6

8

7

9

Toutefois, comme son nom l’indique, la réécriture s’appuie sur l’existence d’un texte antécédent, d’un

« hypotexte », soit dit pour employer la terminologie

disgracieuse mais commode de Gérard Genette .

Dans le cas qui nous intéresse, il n’y a rien à réécrire. Peut-être quelques vagues souvenirs personnels ; les échos d’une renommée ; de rares documents chichement fournis par l’abbesse de Fontevraud (« Tu m’as donné quelques feuillets qui ne contenaient presque rien sur dom Robert, si ce n’est

10

11

qu’ils rapportaient qu’il est né chez mes Bretons » ). Comment l’ingénieux hagiographe va-t-il s’y prendre pour combler ces lacunes documentaires ?

Arrivé à ce point, il me faut faire un aveu embarrassant. Lorsque, jadis ou naguère, j’ai eu l’occasion d’étudier d’assez près la poésie de Baudri, je n’ai jeté sur sa Vita Roberti en prose qu’un regard assez superficiel, soucieux avant tout d’y détecter

quelques échos à son œuvre en vers . C’est donc à la belle édition de Jacques Dalarun et d’Armelle Le Huërou que je dois d’en avoir pris enfin une connaissance approfondie. Or, à cette lecture, j’ai été proprement saisi de vertige face au vide sidéral du propos de l’auteur… Que l’on en juge : quatre-vingt-

quatorze lignes, soit presque le quart du texte, sont occupées par un appareil complexe de dédicace, introduction, prologue, rédigés dans le style ronflant qui caractérise d’ordinaire ce genre de mouvement. Puis, quelques informations quand même, tirées peut-être du maigre dossier communiqué de mauvaise grâce par Pétronille, sur les origines, les années d’apprentissage, d’errances et d’erreurs juvéniles. Nous voici parvenus à la moitié du texte, et

12

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

à Fontevraud. Là, Robert défriche ; rassemble des ouailles ; prêche ; recueille les aumônes des grands. Le résumé en douze mots que je viens de formuler est déjà trop copieux par rapport à la valeur informative du texte. Baudri d’ailleurs n’est pas dupe, qui conclut : « Voilà que j’ai développé dans des proportions notables (aliquantisper) ce qu’il fallait proclamer de la vie de Robert et, bien que je paraisse en avoir dit quelque chose, je n’en ai presque rien dit [sic]. Malgré mon vif désir d’évoquer la force de la grande amitié que lui portait Dieu, je ne puis le faire

13

en suffisance » . Le topos de l’ineffable est ici employé ad litteram, et je suis tenté d’y voir une trace de cet humour, de cette ironie envers soi-même dont Baudri donne ailleurs tant d’autres preuves. Mais l’on peut aussi concevoir que Pétronille n’ait que modérément goûté la plaisanterie…

Comment donc l’hagiographe s’est-il malgré tout efforcé de remplir le « cahier des charges » que lui imposait sa commanditaire ? Les moines de Jumièges lui demandaient de transposer en style cicéronien le contenu de la Vie de saint Hugues

maladroitement rédigée deux siècles plus tôt programme qu’il semble avoir ponctuellement appliqué (en réalité, on va le voir, les choses ne sont pas aussi simples). Dans le cas de la Vie de Robert d’Arbrissel, faute de contenu, il reste – ou bien doit- on dire : il ne reste que ? – le style. Aussi me demandé-je si le fait que l’écriture, au sens exact que Roland Barthes donne à ce terme, de notre Historia apparaisse comme beaucoup plus voyante encore que dans les autres écrits en prose de Baudri résulte, par défaut, de cette absence de contenu, ou bien, par excès, des efforts accomplis par l’auteur pour masquer cette absence ou combler ce vide. La ré- écriture se fait sur-écriture. La première phrase permet déjà d’en juger : Nequaquam sine ratione [pour commencer, une litote…], imo ad erudiendum te quae sponsa Dei es […suivie d’une épanorthose], huiusmodi dictum opinor : Audi, filia, et vide etc…

[sententia, tirée du Ps. 44]. Audisti siquidem et revera

14

15

audisti [anaphore]… . Quatre figures. On n’est qu’à la ligne 2 du texte…

Les exemples d’une telle « sur-écriture » se bousculent en foule, à telle enseigne qu’il est bien difficile d’en sélectionner quelques-uns. Tout le texte serait à citer. On se bornera à en donner un avant- goût, pour faire venir l’eau à la bouche de ceux qui aiment vraiment la langue latine et ses jeux :

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

Paronomases : defleat et defluat oculus defleat et defluat oculus

noster ; sarcinam grandem et gravem .

16

17

Allitération : d ivina… d istillaret d octrina . divina…distillaret doctrina .

Figure étymologique (doublée de polyptote et d’homéotéleute, ou rime) : episcopo suo fideliter patrocin abatur, nam et eius patrocinium episcopus licet patronus non suo fideliter patrocinabatur, nam et eius patrocinium episcopus licet patronus non

18

19

dedign ABATUR .

Chiasme agrémenté d’un pléonasme, ouepiscopus licet patronus non 18 19 dedign ABATUR . 20 expolitio : nulla invidentia, discordia nulla

20

expolitio : nulla invidentia, discordia nulla .

Et voici maintenant un exemple un peu plus élaboré :

il s’agit de la glose à la formule paulinienne Omnibus omnia erat (cf. I Cor. 9, 22), qui sert d’embrayeur à l’énumération des vertus du saint – c’est-à-dire un lieu sémantiquement non marqué (puisque la liste

d’adjectifs qui va suivre pourrait indifféremment être appliquée à n’importe quel saint), mais qui fournit prétexte à un véritable feu d’artifice syntaxique et phonétique : poenitentibus lenis, austerus vitiosis, lugentibus blandus et facilis, ¦ virga irreverentium, baculus (…) vacillantium, ¦ pectore gemebundus,

oculo madidus, consilio serenus . Trois parties, dans cette phrase : la première, jusqu’à facilis, est scandée par les rimes croisées en –us et en –is, et

marquée par le contraste entre ces effets de sonorité et le chiasme syntaxique des quatre premiers mots (deux membres isocoles de sept syllabes chacun), où

21

les deux datifs encadrent les deux nominatifs ; la deuxième, de virga à vacillantium (on aura noté

l’allitération), oppose la rime riche des participes au génitif pluriel à l’emploi dans des sens opposés de deux synonymes, la virga qui châtie et le baculus qui soutient, des substantifs plusieurs fois associés dans

22

23

la Vulgate ; la troisième enfin est le lieu d’une double rime en –o et d’une triple rime en –(d)us.

La rime, justement, constitue le trait le plus marqué de cette prose, comme l’ont à bon droit souligné dans leur introduction les deux éditeurs de l’Historia – en quoi celle-ci se conforme aux modèles d’écriture qui se diffusent surtout à partir du dernier quart du xI

e

siècle . La dernière des citations que j’extrais de l’opuscule de Baudri en fournit un exemple vraiment spectaculaire, que s’efforcent de suggérer les artifices typographiques :

24

Ibi quantis inhumanitatibus in SE totus saevierit, quot et quantis crucibus SE ipSE mactaverit, quam diris concussionibus SESE extenuaverit, quis digne recenseat ? Nam praeter ea quae intrinseca videbantur – uti pilis porcorum cilicium induere, barbam sine aqua radere, lectisternium praeter

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

humum vix nosse, vinum omnino cibosque lautos et saginatos nescire, somnum permodicum (…) raro capere -, quidam intrinsecus in eo erat conflictus,

quidam mentis rugitus, quidam penetralium singultus, quem autumare posses crudelem et impium, cui nullum incidere poterat terminale remedium, quem multi susurrabant imbecillitati luteae esse

25

impossibilem et nimium .

On y voit successivement se répondre inhumanitatibus in se… saevierit, crucibus… se mactaverit et concussionibus sese extenuaverit ; induere, radere, vix nosse (simple assonance, qui introduit un heureux effet de variation dans ce cliquetis sonore) et capere ; conflictus, rugitus et

singultus ; enfin, impium, remedium et nimium (autre effet de variatio ; deux adjectifs encadrent un

substantif). On

n’aura sûrement pas été sans

remarquer que ce développement spécialement flamboyant visait à désigner les duretés physiques et morales de l’ascèse érémitique…

Il me paraît enfin que, chez Baudri, les rimes vont plus souvent par trois, voire quatre, que par deux –

sur ce point, je prends quelque distance vis-à-vis de l’appréciation de Jacques Dalarun et Armelle Le

26

Huërou , mais le phénomène devrait faire l’objet d’une vérification statistique. Compte tenu de ce qu’est en latin le système des désinences grammaticales, la récurrence simple d’un phonème ou d’un groupe de phonèmes n’est pas en soi très significative ; en revanche, une occurrence supplémentaire est apte à alerter l’attention et à impressionner la mémoire sonore de l’auditeur, de ce fait génératrice d’effet.

Quel est le sens de ces acrobaties verbales ? La théorie littéraire latine, depuis la Rhétorique à Herennius du pseudo-Cicéron, si populaire dans les écoles médiévales, distingue et oppose trois styles,

gravis, mediocris et attenuatus (ou humilis) . La difficulté, c’est quelle n’enregistre pas de façon explicite la liste des figures auxquelles chacun d’entre eux est associé, mais se borne à en fournir des exemples. Jules Marouzeau, dans son Traité de

stylistique latine, analyse précisément ceux que donne la Rhétorique à Herennius. Il en déduit que l’emploi du stilus gravis ou sublimis est marqué par l’emploi de chiasmes, périodes, homéotéleutes,

27

28

paronomases, disjonctions, apostrophes… – toutes figures que l’on vient précisément de voir Baudri mettre en œuvre. On peut en outre noter que le traité

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

antique recommande les rythmes ternaires, en

déclarant, à propos de celle qu’il appelle membrum orationis : « Cette figure peut consister en deux éléments. Mais elle est parfaitement réussie et

29

complète lorsqu’elle en compte trois » .

La théorie médiévale, suivant le modèle esquissé par Servius sur la base rhétorique du système des trois styles, et schématisé par les poéticiens du xIII siècle sous la forme bizarre de la « roue de Virgile », va quant à elle rapporter chacun des trois niveaux d’expression à un milieu et à un type de

e

30

comportement social . C’est ainsi que le stilus gravis sera celui des héros épiques. Quoi de plus légitime, en contexte chrétien, que de le mettre au service des protagonistes de l’épopée de la foi ? C’est ce que paraît faire Baudri au profit de Robert d’Arbrissel. Cependant, dès le tout premier vers de l’Iliade, de l’Odyssée ou de l’Énéide, Achille, Ulysse, Énée sont puissamment individualisés, et leur rôle dans la diégèse déjà programmé. Le Robert de Baudri, tout au contraire, est à la dernière ligne encore de sa Vita une ombre, un ectoplasme ou plutôt un portrait-robot qui concentre sur sa personne un ensemble de traits qui pourraient tout aussi bien être affectés ou empruntés à n’importe quel autre saint.

Comment expliquer cet échec littéraire patent ? J’y vois quant à moi deux raisons. La première tient au tempérament d’écrivain de Baudri. C’est un auteur « du second degré ». Je veux dire qu’il n’est excellent, qu’il ne lui arrive même d’être génial que

lorsqu’il écrit en palimpseste sur d’autres textes. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire ses pastiches et

31

transpositions éblouissants des Héroïdes d’Ovide , ou encore son fameux poème À la comtesse Adèle, qui est une sorte de compendium borgésien de toute

sa bibliothèque . Il suffit surtout de se reporter au reste de son œuvre hagiographique en prose, et

singulièrement à ses réécritures des vitae carolingiennes de saint Hugues de Rouen et de saint Samson de Dol, qui sont, en dépit de ce que pouvait encore récemment écrire une critique à courte vue, tout le contraire d’une paraphrase stérile. Comme

32

l’établit sans faille la thèse d’Armelle Le Huërou , dont on espère la publication prochaine, sous couvert de simples réaménagements stylistiques, notre auteur

se réapproprie ces textes, les investit des problèmes et des questions personnels, politiques et religieux

33

34

qui se posent à lui hic et nunc . Ainsi, c’est par

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

rapport à ses auctoritates et à ses sources, c’est-à- dire à une vision du monde déjà organisée par un regard, que Baudri, comme sans doute bon nombre de ses contemporains, parvient à être créatif. La réalité immédiate, en l’occurrence ce qu’il a pu voir ou entendre dire de Robert, lui reste opaque, l’inspire moins.

Aussi bien la seconde raison, plus conjecturale, de son échec tient-elle selon moi à son manque d’affinité avec son objet. J’ai le sentiment que Baudri n’a pas compris grand-chose à la spiritualité originale de Robert d’Arbrissel et qu’il a eu plutôt tendance à réprouver ce qu’il en comprenait. C’est un tenant de l’idéal bénédictin le plus traditionnel – au point même que, devenu archevêque, il s’efforçait encore d’accomplir les prescriptions quotidiennes de la

Règle, si l’on en croit le portrait flatté que trace de lui Orderic Vital. Dans une lettre en vers adressée « à

35

un jeune homme qui désirait de se faire ermite » , il dépeint à celui-ci les inconvénients de sa vocation intempestive à peu près dans les mêmes termes que ceux qu’il emploiera pour évoquer l’ascèse de Robert dans le passage de l’Historia qui vient d’être commenté. Le cloître, conclut-il, est une voie qui conduit beaucoup plus sûrement au Salut. On comprend, dans ces conditions, qu’il ait peiné à insuffler un peu de vie dans un personnage qui ne lui inspirait guère de sympathie morale. Paradoxalement, le Robert d’Arbrissel in articulo mortis du frère André apparaît beaucoup plus vivant. Il est temps d’en venir à la seconde Vita.

Le Supplementum historiae de frère

36

André , ou : comment la vraie rhétorique se moque de la rhétorique

Il n’est sans doute guère pertinent de confronter avec le morceau de bravoure baldéricien le texte que la Patrologie latine désigne de façon inappropriée comme Vita altera, et que Jacques Dalarun intitule plus justement Supplementum, tant les différences qui les séparent sautent aux yeux. Différence d’extension : Baudri condense, si l’on ose dire, les soixante années de la vie du saint en trois cents lignes, le témoignage du frère André sur ses six derniers mois d’existence aurait couvert entre neuf cents et mille lignes du volume paru chez Brepols, s’il

37

nous avait été conservé dans son intégralité . Différence de propos : celui de l’Historia ressortit, on vient de le voir, à la rhétorique de l’éloge, celui du

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

Supplementum tient d’abord du récit factuel. Différence de genre, peut-être, si l’on devait annexer à celui de la Passio la narration du frère André, ce

dont je dois avouer n’être guère convaincu. Différence de style, enfin, et c’est le point qui m’intéresse ici. Celui du prieur fontevriste est sévèrement jugé par les Mauristes, qui l’estiment diffus, bavard et

familier , contrevenant en somme à la règle

fondamentale de la rhétorique, celle de l’aptum, qui exige que l’écriture soit tenue à la hauteur du sujet à quoi elle s’applique. André tomberait donc dans le travers qui, selon le pseudo-Cicéron, menace le style moyen, d’être dissolutus ou fluctuans, flasque ou

38

39

ondoyant .

Assurément, lorsque l’on passe d’un texte à l’autre, le changement de niveau de langue saute aux yeux. Sans doute, comme l’ont fort bien vu les éditeurs, le frère André s’efforce-t-il d’abord bravement de marcher dans les pas de son prédécesseur en usant de la prose rimée, étant entendu qu’il se limite en général au dicolon et ne parvient qu’exceptionnellement au tricolon préféré de Baudri. Puis, assez rapidement, au bout d’une centaine de lignes environ, il semble se lasser et ne recourt plus que sporadiquement à l’homéotéleute. Ainsi, dans un passage purement topique, un éloge des vertus du saint qui fait écho à celui que l’on a lu plus haut sous la plume de Baudri : in jejuniis assiduus, in orationibus praecipuus, in lectione insatiABILis, pernox in vigiliis, superabundans in lacrymis, in doctrina

40

admir ABILIS (notons aussi au passage le jeu des chiasmes). En somme, c’est lorsqu’il n’a rien à dire, ou rien de très substantiel, que le prieur retrouve la manière de son prédécesseur, et la maîtrise des instruments de l’éloquence d’apparat.

Mais cela n’arrive pas très souvent. André semble pressé par l’urgence de son récit à préférer des phrases moins sonores, à délaisser la rondeur de la période au profit de structures syntaxiques bien plus souples et plus directes : une circonstance, en général temporelle, énoncée au moyen d’une subordonnée, d’un participe ou d’un ablatif absolu, puis la principale à laquelle s’accrochent à l’occasion une ou deux relatives, voilà sa phrase-type. Du point de vue – qui est le mien, mais qui n’est sans doute pas celui des savants rédacteurs de l’Histoire littéraire de la France – d’homme né au siècle de la vitesse, le récit y gagne sensiblement en rythme, et j’avoue, après ma déception face à la langue

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

ampoulée et empesée de Baudri, avoir été captivé par la narration haletante du frère André. Le lexique vise lui aussi la simplicité, empruntant à la langue de tous les jours, ce qui est une des caractéristiques du stilus humilis, des mots comme habitacula (§ 12.1), apiastrum (§ 18.2), caballus (§ 20.4), alors que Baudri fait résonner de tonitruants procuratrix (§ 1.3), superonustus (§ 2.4), suffocator (§ 4.2). André ne recule pas devant des vulgarismes comme la préposition deforis (§ 8.1) ou l’anaphorique saepedictus (§ 9.1) ni devant des répétitions parfois malheureuses comme dans la phrase de electione quam Robertus fecerat haberi fecit (§ 9.1) – tous traits de langue évidemment absents de la prose beaucoup plus soutenue de son devancier.

Parlera-t-on pour autant de degré zéro de l’éloquence

à propos du Supplementum ? Sûrement pas. Dans la

limite des normes et des références culturelles qui

sont les siennes, le prieur est un virtuose à sa manière. J’entreprendrai de le montrer sur trois points :

- D’abord, son souci de la variatio lexicale. Il est probable qu’à l’école du grammaticus, les élèves apprenant le latin s’attachaient à collectionner les synonymes. On en a un très bel exemple à travers

l’énoncé, au style indirect, du dernier discours de Robert, la profession de foi qu’il articule sur son lit de mort. Les quatorze articles qui la constituent, de la croyance en la Trinité à l’attente des fins dernières, sont successivement formulés selon les lois d’un schéma syntaxique un peu morne, un verbe déclaratif

à la troisième personne dont le sujet sous-entendu

est Robert, suivi de son complément. Pour rendre audible cette leçon de catéchisme, André a eu le souci de changer pratiquement chaque fois le verbe introducteur, soit, sur une quarantaine de lignes :

Et quid in se de Deo sentiret, circumstantibus aperuit. Tunc confitebatur [c’est bien sûr le verbe augustinien qui introduit l’adhésion au dogme trinitaire] se credere… Confitebatur etiam quod… Referebat etiam se credere… Memorabat quomodo… Revocabat etiam ad memoriam quantas… His etiam addebat quemadmodum… His adjungebat quam gloriose… Dicebat etiam pronus ante sanctam crucem (…) qualiter… Profitebatur etiam quod… Recordabatur suspirando quod…

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

Revocabat etiam ad memoriam gemens et suspirans quod…

His copulabat (…) resurrectionem… His etiam similiter adjungebat futurum (…) judicium…

Ad ultimum annectebat his qualiter…

41

- Deuxième trait caractéristique du style oratoire du

frère André, son goût pour l’allitération qui est, pour

ainsi dire, la forme pauvre de figurae elocutionis comme le polyptote ou la paronomase. Pour faire bref, je n’en présenterai ici que deux exemples, mais il est aisément possible d’en repérer d’autres, en nombre considérable, au fil de la lecture du texte. Voici d’abord le premier, fort sonore, mais de facture assez élémentaire :

postquam prudens concionator charitate conductus Carnotum advenit, (…) illam

42

daemoniacam discordiam funditus dissipavit .

Le second est un peu plus élaboré :

Ipse vero, EORUM poenitudini congaudens EORUMque

petitioni condonans

43

Ces phrases sont suffisamment parlantes en elles- mêmes pour ne pas mériter de commentaire. Nous sommes en présence d’un écrit, fait, comme celui de Baudri, pour la voix, même si c’est un prudens lector (§ 27.3) qu’il arrive une fois à l’hagiographe d’interpeller au vocatif, autre marque d’oralité.

- Cette dernière notation me conduit directement au

troisième trait remarquable, sûrement le plus remarquable de tous, du style du frère André. C’est la place très considérable qu’y occupe le discours rapporté au style direct. Les éditeurs soulignent justement ce fait, par quoi le Supplementum s’oppose à l’Historia baldéricienne et en tire, selon eux, un

44

surcroît de véracité . De véracité, je l’ignore ; de crédibilité, sûrement. Car, comme les historiens antiques, André s’y montre un grand maître du discours persuasif. On a parlé de rhétorique ? ce qui est sûr, c’est que notre auteur se révèle, sans le savoir sans doute, sans le vouloir peut-être, capable de jouer sur tous les registres de la parole éloquente, de la sécheresse de l’atticisme à l’abondance de l’asianisme. Je ne prendrai qu’un exemple de chacun de ces deux styles opposés, en mettant en regard deux discours sur le même sujet prêtés par son biographe à Robert. Le premier est d’une brièveté lapidaire, et recueilli par André lui-même, qui se met

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

ici en scène à la troisième personne, et sur la foi de

qui les éditeurs considèrent non sans vraisemblance qu’il pourrait s’agir d’un authentique logion du saint fondateur : « O Fons Ebraudi ! O Fons Ebraudi ! Tam

aestimavi

in te jacere ! », « Ah ! Fontevraud !

Fontevraud ! J’ai attaché tant de prix à reposer en ton

sein ! [la traduction littérale, plus brève et efficace,

45

pourrait se formuler : … à gésir en toi !] » . L’apostrophe et la répétition, l’emploi et la construction non-classiques du verbe aestimare confèrent à ces quelques mots à la fois une très grande apparence d’authenticité, et une très grande force perlocutoire.

Ce souci de voir ses restes attendre le moment de la résurrection sur le lieu même de la fondation chère à son cœur, Robert l’exprime de nouveau, non plus en

onze mots, mais en près de quatre-vingts lignes, lors du long entretien qu’il a avec l’archevêque Léger de Bourges, à moins d’une semaine de sa mort. Pour le coup, tous les instruments de l’éloquence persuasive sont mobilisés, et ce autour d’une figure centrale, simple d’emploi, mais réputée agir puissamment sur

les émotions, celle de l’anaphore . Les mots

répétés, où se cristallisent le sens profond du discours et l’effet qu’il prétend induire, sont nolo et ibi. Que déclare Robert à Léger ? « Je ne veux pas (nolo) reposer à Bethléem où Dieu a daigné naître de la Vierge… Je ne veux pas même (nolo etiam) être enseveli à Rome au milieu des très saints

46

martyrs… » . Comme on le constate, la dénégation se colore de teintes hyperboliques dans cette première partie du discours. En voici le tournant :

« Enfin, je ne veux (nolo) être inhumé en aucun autre

47

lieu que la boue de Fontevraud, elle seule » . Alors débute le second mouvement, le plus beau, du discours : « Là (ibi) se trouve la plus grande partie de ma congrégation, là le point de départ de mon ordre… Là sont mes prêtres et mes clercs, là mes saintes vierges, veuves et chastes femmes…, là les malades que je chéris tant. Là sont mes très chers

lépreux et lépreuses, là sont les bons compagnons de mon pèlerinage, là sont ceux qui ont bien longtemps enduré avec moi peines et pauvretés pour le Christ, là ceux qui ont vaillamment supporté fièvres et canicules, misères et tribulations pour le salut de leur âme… Là gît la moniale Hersende, ma bonne adjointe [la première abbesse]… Là gisent mes bons

48

49

fils… Là reposent mes bonnes moniales… » . Les bénédictins de Saint-Maur, formés sans doute à l’école de la dramaturgie classique, ont beaucoup

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

critiqué ce discours au nom de la vraisemblance, arguant que Robert mourant avait autre chose à faire que pérorer. Mais ce n’est pas de vraisemblance qu’il

s’agit, bien plutôt d’efficacité. On est là, si j’en crois Jacques Dalarun, au centre exact de l’enjeu posé par l’ex-Vita altera du frère André : où reposera le corps

50

saint ? Les mots prêtés à Robert, qui, par le moyen de la figure rhétorique de repetitio, tendent à assimiler la communauté religieuse à la communion des saints, offrent à cette question une réponse convaincante. Et je veux imaginer que, si Léger de Bourges avait entendu de la bouche de Robert ce que nous lisons sous la plume d’André, il aurait été aussi ému, et partant aussi convaincu, que je puis l’être.

Quelques remarques conclusives. J’ignore si André

oppose une sainteté pathétique et « imitable » à la sainteté héroïque et « admirable » qu’aurait entrepris de mettre en scène Baudri. Ce dont je suis en revanche persuadé, et même si ce jugement s’entache d’une part de subjectivité – car mon enthousiasme pour André est peut-être fonction de la déception éprouvée face à l’exercice de style de Baudri, capable de tellement mieux –, c’est que d’un point de vue littéraire, l’Historia est un ratage évident, tandis que son Supplementum est une vraie réussite. Comme je l’ai indiqué en commençant, je m’interdis farouchement d’extrapoler de ce jugement esthétique à une évaluation en termes d’histoire de la spiritualité. Toutefois, s’il est possible d’articuler les deux démarches, celle du littéraire et celle de l’historien, je voudrais suggérer que l’erreur de l’archevêque de Dol, maître pourtant des codes de la rhétorique, réside dans l’inadaptation de son discours à l’objet de celui-ci, donc à une violation de la règle cardinale de l’aptum, tandis qu’André trouve (spontanément ?) le ton juste. Quant à l’interprétation de cette discordance, ou au contraire de cet accord, j’en confie aux historiens la responsabilité. Un fait, du moins, est hors de doute : c’est qu’il faut savoir gré à Jacques Dalarun et à ses collaborateurs de leur entreprise magistrale, sans quoi ce genre de question

n’aurait tout simplement pas pu être posé.

51

Jean-Yves Tilliette, université de Genève

1 Jacques DALARUN, Geneviève GIORDANENGO, Armelle LE HUËROU, Jean LONGERE, Dominique POIREL, Bruce L. VENARDE, Les deux vies de Robert d’Arbrissel fondateur

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

de Fontevraud. Légendes, écrits et témoignages. The two Lives of Robert of Arbrissel Founder of Fontevraud. Legends, Writings, and Testimonies, Turnhout, 2006 (Disciplina monastica 4).

2 Les deux vies…, p. 252 (Supplementum historiae vitae Roberti, § 33.1)

André VAUCHEZ, « Saints admirables et saints imitables : les fonctions de l’hagiographie ont-elles changé aux derniers siècles du Moyen Âge ? », dans : Les Fonctions des saints dans le monde occidental (III siècle). Actes du colloque organisé par l’École française de Rome avec le concours de l’Université de Rome « La Sapienza. Rome, 27-29 octobre 1988, Rome, 1991 (coll. EFR 149), p. 161-172.

4 Jacques DALARUN, L’impossible sainteté. La vie retrouvée de Robert d’Arbrissel (v.1045-1116),

fondateur de Fontevraud, Paris, 1985, spéc. les p. 151-

201.

5 Armelle COULBEAUX-LE HUËROU, Baudri, archevêque de Dol et hagiographe (1107-1130) : édition, traduction et commentaire de quatre textes hagiographiques en prose, Thèse de doctorat dactylographiée, Université de Haute Bretagne – Rennes 2, 2006. L’édition des œuvres hagiographiques de Baudri de Bourgueil, préparée par Armelle Le Huërou et équipée par elle d’une traduction française et d’un commentaire, est actuellement sous presse aux éditions des Belles Lettres (coll. ALMA).

6 BAUDRI de BOURGUEIL, c. 1, Contra obtrectatores consolatur librum suum, v. 60 : « Vitas sanctorum lucidius cecin(i) » (éd. Jean-Yves TILLIETTE, Baudri de Bourgueil. Poèmes, t. I, Paris, 1998 (coll. ALMA), p. 2 et 145 n. 23).

3

e

-XIII

e

7 P.L. t. 166, col. 1059-1062.

8 P.L. t. 166, col. 1163-1164.

Sur cette pratique, voir Monique GOULLET, Écriture et réécriture hagiographiques. Essai sur les réécritures de Vies de saints dans l’Occident latin médiéval (VIII -XIII s.), Turnhout, 2005 (Hagiologia, 4).

10 Gérard GENETTE, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, 1982 (coll. « Poétique »), p. 7-17.

11 Les deux vies…, p. 136 : « Schedulas mihi quasdam dedisti quae prope nihil de domino Roberto continebant, praeterquam quod ipsum de Britannis nostris oriundum referebant » (Baudri, Historia magistri Roberti…, § 2.5).

12 Et il s’en trouve en effet quelques-uns : comparer par exemple le c. 150, adressé à un jeune clerc vagant, et le récit des années d’études de Robert (Historia, §

7.3-4).

9

e

e

13

Les

deux

vies…,

p.

178

:

« Ecce de Roberti

conversatione praedicanda aliquantisper disputavimus et, licet aliquid videamur, tamen pene nihil diximus, qui quanta familiaritate apud Deum viguerit exprimere gestimus, sed sufficienter non possumus » (Baudri, Historia… § 22.1).

14 LE HUËROU, op. cit., p. 231-234.

15 Les deux vies…, p. 130 (Baudri, Historia…, § 1.1).

16 Les deux vies…, p. 134 (Baudri, Historia…, § 2.2).

17 Les deux vies…, p. 136 (Baudri, Historia…, § 2.3).

18 Les deux vies…, p. 146 (Baudri, Historia…, § 8.2).

19 Les deux vies…, p. 148 (Baudri, Historia…, § 9.1).

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

20 Les deux vies…, p. 164 (Baudri, Historia…, § 16.4).

21 Les deux vies…, p. 166-168 (Baudri, Historia…, §

17.4).

22 Si l’on désigne ces cas par leur initiale (N ou D), la déclinaison des mots par son numéro (2 ou 3), i et u renvoyant à l’assonance finale, ce membrum peut se schématiser : D3u N3i N2u D2i. Difficile de faire mieux que ce système de rimes simultanément plates, croisées et embrassées !

23 Ps 22, 4 ; Is 10, 5 ; 28, 27.

24 La thèse de doctorat d’Anne-Marie TURCAN-VERKERK

(Forme et réforme. Enjeux et perceptions de l’écriture latine en prose rimée([fin du X – début du XIII siècle), Université de Paris IV – Sorbonne, 1995), de publication prochaine, en établira les raisons historiques. En attendant sa parution, on se reportera à l’ouvrage ancien, mais solidement informé, de Karl POLHEIM, Die lateinische Reimprosa, Berlin, 1925, spéc. les p. 363-

435.

e

e

25 Les deux vies…, p. 152 (Baudri, Historia… , § 11.2).

26 Les deux vies…, p. 87-88.

27 RHET. HER. 4, 11-16.

Jules MAROUZEAU, Traité de stylistique latine, Paris, 1946 , p. 194-195.

29 RHET. HER. 4, 26 : « Ex duobus membris suis haec exornatio potest constare ; sed commodissima et absolutissima est quae ex tribus constat. »

30 Franz QUADLBAUER, Die antike Theorie der genera dicendi im lateinischen Mittelalter, Graz – Vienne – Cologne, 1962.

28

2

31

Cc. 7-8 (Paris Helene et Helena Paridi) et 200-201

(Ad dominam Constantiam et réponse), éd. cit., t. I, p. 14-34 et t. II (2002), p. 125-135. Voir notre annotation ad loc.

p. 2-43. Cf. Jean-Yves

TILLIETTE, « La chambre de la comtesse Adèle : savoir scientifique et technique littéraire dans le c. CXCVI de Baudri de Bourgueil », Romania 102 (1981), p. 145-171.

32

C.

134, éd.

cit.,

t.

II,

33

Cit. supra, n. 5.

34 On peut même entendre résonner dans la Vie de saint Hugues les échos assourdis, mais bien émouvants, d’une manière d’autobiographie. Armelle Le Huërou (op. cit., p. 234-236) avance avec prudence cette hypothèse à laquelle nous souscrivons sans réserve, ne fût-ce qu’en raison de l’affleurement dans cette Vita en prose de renvois implicites mais clairs aux poèmes les plus personnels de Baudri.

35 C. 94, Ad iuuenem qui heremita fieri cupiebat, éd. cit., t. I, p. 92-95.

36 Je tiens pour acquise l’attribution de ce texte au prieur de Fontevraud.

37 Approximation fondée sur le rapport entre le texte latin et la traduction française de Boudet, lorsqu’il est possible de comparer les deux textes.

38 Histoire littéraire de la France… , t. X, Paris, 1868, p. 169-170.

39

40

41

RHET. HER. 4, 16.

Les deux vies…, p. 216 (Supplementum…, § 14.1).

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

Les deux vies…, p. 262-264 (Supplementum… , 38.3 –

40.1).

42 Les deux vies…, p. 214 (Supplementum…, § 13, 4).

43 Les deux vies…, p. 228 (Supplementum…, § 20.6).

44 Les deux vies…, p. 107-108.

45 Les deux vies…, p. 238 (Supplementum…, § 26.4).

46 Voir par ex. cette appréciation du rhéteur Aquila Romanus : « hac figura vel frequentissime… omnes vehementes oratores utuntur, quando praecipue et ipsi commoti videri volunt et iudicem commovere » (De figuris sententiarum et elocutionis, § 34, éd. Carolus HALM in : Rhetores Latini Minores, Leipzig, 1863, p. 32).

47 Les deux vies…, p. 250 : « … nolo jacere in Bethleem

ubi Deus de Virgine nasci dignatus est… ; nolo etiam in

Roma

martyres… » (Supplementum…, § 32.3).

48 Les deux vies…, p. 252 : « Nolo postremo humari in quolibet loco alio, nisi solummodo in Fontis Ebraudi luto » (Supplementum…, § 33.1).

49 Les deux vies…, p. 252 : « Ibi est major pars nostrae congregationis, ibi etiam fundamentum nostrae religionis…Ibi etiam sunt presbyteri mei atque clerici, ibi etiam sunt sanctae virgines, viduae et continentes…, ibi sunt mei dilectissimi infirmi atque infirmae. Ibi sunt charissimi mei leprosi atque leprosae meae, ibi sunt boni socii peregrinationis meae, ibi sunt illi qui paupertates et labores pro Christo mecum diu sustinuere, ibi sunt qui frigora et calores, miserias et tribulationes pro animarum suarum salute patienter sustinuerunt…Ibi jacet Hersendis monacha, bona coadiutrix mea…Ibi jacent boni filii mei…Ibi dormiunt bonae monachae meae… » (Supplementum…, § 33.1 –6).

sanctissimos

sepeliri

inter

50 Dalarun, L’impossible sainteté…, p. 151-201.

51 Nous avons rédigé cet essai avant la publication de l’ouvrage d’Hervé Oudart, Robert d’Arbrissel ermite et prédicateur (Spolète 2010), qui entreprend vaillamment de réhabiliter la Vita rédigée par Baudri comme source historique. La lecture de cette copieuse étude (502 pages) ne nous a pas pour autant enclin à modifier notre jugement : si l’on accepte volontiers de considérer avec Oudart (p. 454) que « le texte de Baudri de Dol [manifeste] une grande rigueur du point de vue du droit [il serait en effet fâcheux qu’un homme qui, en sa qualité d’abbé de Bourgueil, a souscrit des dizaines de chartes, fasse usage dans ce domaine d’un vocabulaire ou de formes approximatifs] en même temps que d’une grande élégance dans l’expression littéraire [on l’a vu, c’est affaire de goût] », nous persistons à n’être en rien convaincu que « Baudri fut, en lui-même, extraordinairement touché par le témoignage de foi que donna Robert en lequel il a vu un reflet du Christ et, dès lors, un magister pour lui », et ne sommes décidément pas persuadé de « la qualité précieuse de la source que constitue l’Historia de Baudri pour l’examen de la spiritualité de l’ermite et prédicateur que fut Robert d’Arbrissel » - sauf, bien sûr, à prendre pour argent comptant les clichés les plus éculés du genre hagiographique, ce qui nous paraît quand même difficile depuis les travaux, maintenant presque centenaires, du père Hippolyte Delehaye.

Jean-Yves Tilliette. Du stilus gravis au stilus humilis ?. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire. Robert d’Arbrissel, entre philologie et histoire.

stilus…