Vous êtes sur la page 1sur 2

Chapitre 277

Sur la vraie Nature de Dieu et sur la manière juste de Le représenter dans la grandeur naturelle de l'homme Jésus. L'Amour est Tout dans tout.

1. Le Messager répond : « Cette question inquiète est de nouveau une conséquence de vos concepts

de Dieu. Ces concepts cependant ne servent pas pour la vraie vie provenant de l'amour et dans l'amour ! En quoi êtes-vous concerné par l'infinitude de la Nature Divine ? Attachez-vous seulement à l'amour, parce que tout ce qu’il a attiré une fois, il veut le tenir rassemblé autour de lui en cercles étroits.

2. L'amour est un feu qui ramasse et ne disperse pas. La lumière cependant, qui jaillit de la claire

flamme de l'amour, continue à se projeter éternellement en rayons rectilignes et ne revient pas en arrière, à moins que l'Amour que Dieu ait posé des limites contre lesquelles elle va se cogner pour ensuite commencer son retour vers son origine. Mais si vous évaluez la Divinité selon l'étendue de Son flux de Lumière et êtes ainsi d’authentiques « chevaliers de la lumière », en traversant en vol sur les ailes de l'Esprit les espaces étendus et en cherchant l'existence de la grande Divinité, alors il est certain que la vraie reconnaissance de la vraie Entité Divine restera loin à jamais. À la fin vous devrez succomber devant l'infinie Grandeur de Dieu et vous ne pourrez pas vous élever dans votre cœur, avec lequel seulement vous pouvez contempler et saisir la vraie Nature de Dieu, vôtre Père. Mais lorsqu’un Être comme Je le suis devant vous dit : « C’est Moi Celui que vous avez cherché si longtemps en vain dans l'infini ! », alors vous vous effrayez et vous tressaillez comme si vous étiez frappé par l’électricité. La raison de cela tient dans fait que vous continuez à regarder bouche bée l'Entité Divine, que vous vous représentez comme la vraie Divinité dans Son Être originel, avec les yeux de l'infinité et commencez à nouveau, avec votre vaine imagination, à chercher avec votre esprit dans l'infini.

3. Il est certes juste qu’un esprit ou un homme contemple l'Entité Divine dans les œuvres, mais il ne

doit pas se laisser consommer par cela ! Vous voyez, dans la première période de la Terre les hommes trouvaient plaisir à exécuter des constructions gigantesques. Nimrod fonda Babylone et une tour qui dépassait les montagnes. Sémiramis fit aplanir les montagnes. Nino fonda la grande Ninive. Les anciens pharaons remplirent l'Egypte de constructions et d’images colossales. Les chinois construisirent une muraille d’une longueur de plusieurs centaines de miles. Si maintenant vous pensez que de semblables constructeurs ont été grands comme l'étaient leurs œuvres, vous devriez alors considérer comme sot tout homme à la pensée brillante. Vous voyez, ces constructeurs primordiaux des grandes constructions de la Terre étaient, en tant qu’hommes, pas plus grands que vous ; seulement ils savaient étendre leurs forces jusqu'à les rendre grandioses et efficaces.

4. Mais si déjà les petits hommes créés réussissent à faire de grandes œuvres sans devenir pour cela

plus grands même pas d'un cheveu, pourquoi la Divinité, dans Son Entité originelle, devrait être très grande comme le sont Ses œuvres ? Il a été écrit : « Dieu créa l'homme à Son image et à Sa ressemblance ». Pourquoi Dieu devrait-Il être un géant et pourquoi les hommes, créés aussi à Son image, devraient être de pures et simples bestioles atomiques qui peuvent se trouver par trillions sur une goutte de rosée ?

5. Le Christ, qui fut dans toute la plénitude Dieu et homme en même temps, était-il peut-être un géant,

quand Il s'acquitta sur la Terre de l'œuvre de libération ? L’aspect n'est rien du tout, et cela n’empêcha pas que Ses œuvres fussent d'une grandeur incommensurable pour vous. Et vous voyez, le même Jésus qui n’était en rien gigantesque est Celui qui est maintenant devant vous ! Seul Son Esprit, qui coule en Lui comme la lumière d’un soleil, œuvre éternellement dans toute l'infinité avec une Force qui ne s’affaiblit pas ; mais cet Esprit ne vous concerne pas, puisque vous vous trouvez près de la Fontaine Originelle et près du Seigneur de chaque esprit. Donc saisissez-Le selon Son Amour et pas selon Sa Lumière rayonnante ; alors vous serez vraiment Ses fils, comme Il est le Père de tous !

6. Ne serait-il pas incongru de la part des astronomes de vouloir mesurer le soleil selon le champ

d'action de ses rayons lumineux ? Ceux-ci pénètrent continuellement dans les profondeurs de l'espace éternel, et leur dimension s'agrandit de seconde en seconde. Avec quelle échelle un calcul aussi fou serait-il possible ? Les astronomes mesurent donc le soleil en soi : parce que sa dimension est et reste une constante.

7. Faites ainsi vous aussi ! Mesurez-Moi comme vous Me voyez maintenant devant vous, avec la juste

mesure de l'amour dans vos cœurs et n'ayez aucune crainte ridicule devant Moi, car J'ai exactement votre grandeur, et Je vous aime avec toutes les forces de Mon Cœur ! Si vous faites ainsi, alors vous

serez aimés par Moi et pourrez être bienheureux au-delà de toute mesure dans l’étroit cercle de l'Amour, hors duquel il ne peut pas y avoir de vraie béatitude d'aucune part. Vous M'avez bien compris ou reste-il encore quelque chose de pas clair ? ».

8. Les esprits bleus-clairs, maintenant heureusement étonnés, disent : « Oh Seigneur, combien Tu es

différent de comment nous T’avions imaginé ! Oui, ainsi il est possible de T’aimer et on doit le faire sur chaque chose avec un cœur très libre ! Qui ne te connaît pas comme Tu es, porte dans sa cécité le Purgatoire et l ' Enfer en soi , mais qui Te reconnaît comme nous maintenant , pour celui-ci tout est transformé d’un seul coup dans le Ciel des cieux.

9. Mais qui est responsable du fait que les hommes sur la Terre ont des concepts si stupides de Toi ?

Eh bien, la responsabilité majeure vient de l'enseignement de Rome ; elle enseigne un Dieu dont on doit avoir une peur terrible, mais jamais de l’amour pour Lui. Et c'est ainsi que l'Enfer s’est rempli de ses horreurs, mais d'amour on n’entend aucun discours. Là où la peur est employée pour détenir le sceptre, l'amour est loin.

10. Maintenant nous comprenons tout précisément. L'Amour tisse et agit en cercles étroits mais très clairs ; seulement ainsi il réchauffe le grand comme le petit, l'artiste et le sage. En vérité, seul l'Amour est Tout dans tout ! Il est le Seul vrai ; tout le reste est seulement apparence et image sans essence. Oh Seigneur, comme Tu es bon !