Vous êtes sur la page 1sur 3

GEJ10 C128 De la propagation de la doctrine du Seigneur, et de la bénédiction

1. (Le Seigneur :) « Voici : toi, aubergiste, et vous tous, habitants de ce village, vous

êtes désormais pleinement initiés à Ma doctrine, puisque vous sentez clairement en vous- mêmes que toutes les lois et tous les prophètes sont contenus dans ce seul commandement :

ayant reconnu Dieu, l'homme doit L'aimer par-dessus tout, et son prochain comme lui-même ! Qui fait cela accomplit pleinement la volonté que J'ai de tout temps révélée aux hommes, et c'est par là que Mon esprit s'éveillera dans son âme et la conduira en toute sagesse, comme vous en ferez bientôt tous l'expérience.

2. Mais il y a encore autre chose : il importe d'instruire dans cette doctrine tous les

autres hommes, afin qu'ils puissent penser, vouloir, agir et vivre selon l'esprit qui est en eux ; car un homme qui ne sait rien d'une doctrine ne peut en faire le principe qui règle ses pensées, sa volonté, ses actes et sa vie.

3. Or, ce n'est pas une tâche aisée que de convertir à la très pure doctrine de la vérité

des cieux des hommes qui se sont enfoncés dans toutes sortes d'erreurs, encore moins ceux qui savent tirer de ces erreurs un bénéfice terrestre ; car tout homme dispose d'une volonté parfaitement libre et peut donc en tout temps penser, croire, vouloir et faire ce qu'il veut, et il se laissera très difficilement détourner de ses grandes erreurs si, comme Je l'ai dit, elles lui rapportent de gros avantages en ce monde.

4. Songez donc combien d'hommes, sur cette terre, vivent encore dans les plus grandes

erreurs et dans les plus profondes ténèbres spirituelles ! Ne serait-il pas fort souhaitable que

tous ceux qui sont dans ces vieilles erreurs quasi innombrables connaissent au plus vite la lumière où vous êtes déjà ?

5. Je vois dans vos cœurs que vous chérissez cet espoir ; mais comment faire pour

réaliser le vœu que Je viens d'exprimer, et que vous ressentez si vivement ? Faut-il se mettre en route sans plus tarder pour aller prêcher partout Ma doctrine, apportant ainsi aux hommes Ma lumière céleste ?

6. Ce serait fort bien, Mes chers amis, s'il n'y avait de si gros obstacles à une telle

entreprise, surtout en un temps où le pouvoir de l'enfer a établi sa mauvaise influence sur toute la terre ; d'abord, la terre est vaste, et il faudrait déjà près de mille ans à un homme pour parcourir toute l'Asie, l'Europe et seulement une partie de l'Afrique en traversant tous les lieux et les villages où vivent des hommes, et pour leur transmettre Ma doctrine et les gagner à elle.

7. Vous vous dites à présent : "Oui, ce serait certes tout à fait impossible à un homme,

quand bien même il n'aurait pas d'autres obstacles à combattre que la dimension de la Terre ; mais, quant à ce seul inconvénient, ce qui est impossible à un homme seul doit être possible à beaucoup ! Qu'on en envoie dans toutes les directions, et il ne faudra pas mille ans pour apporter à tous les hommes la lumière de vie !"

8. Je vous le dis, votre calcul serait fort bon si l'on n'avait à combattre au monde que

cet obstacle, qui est en soi tout naturel et n'a rien à voir avec l'enfer.

9. Mais comment affronter les obstacles de l'enfer, comment convertir à la lumière de

la vérité éternelle des cieux les prêtres sans nombre qui inspirent à leurs peuples et à leurs rois

un respect craintif et jouissent d'un prestige presque supérieur à celui des dieux, eux qui, par leurs faux enseignements, ont acquis depuis si longtemps des richesses considérables, et par là un immense pouvoir terrestre ?

10. Y parvenir, pour le vrai salut des hommes, par la voie toute naturelle que Je vous

ai dite, Je ne le pourrais pas plus que chacun d'entre vous, même avec la meilleure volonté du monde !

11. Quant à agir par Ma toute-puissance, cela reviendrait pour ainsi dire à détruire tous

ces hommes pour en faire des bêtes. Car les bêtes n'ont pas besoin d'instruction pour mener leur vie naturelle jugée, elles n'agissent que selon l'instinct que Ma sagesse et Ma puissance éveillent et préservent en elles selon leur espèce, et c'est pourquoi elles ne sont pas capables par elles-mêmes de perfectionner réellement leur vie ; seuls certains animaux domestiques peuvent être amenés, par l'intelligence et la ferme volonté des hommes, suffisamment au-dessus de leur condition naturelle pour rendre les services grossiers et subalternes que l'on sait.

12. Si Je traitais ainsi tous les hommes qui sont dans ces erreurs innombrables, quelle

différence y aurait-il alors entre eux et les bêtes ?

13. Mais, en ce cas, que faire pour annoncer à tous les hommes, et avec les meilleurs

effets, cette doctrine que Je vous ai Moi-même apportée des cieux, à vous qui êtes des hommes de bien ?

14. Pour cela, il importe de ne jamais manquer de temps ni de patience, et aussi d'avoir

toujours la volonté très ferme de confesser Mon nom devant les hommes, quelle que soit leur croyance, en toute occasion propice, et de leur faire connaître Ma volonté. Car ceux qui ne craignent pas de Me reconnaître devant les hommes afin de les éclairer en vue de leur salut éternel, Je les reconnaîtrais Moi aussi au ciel devant le trône de Mon Père, qui est en Moi le très pur amour éternel.

15. Bien des hommes passent à longueur d'année, dans l'un et l'autre sens, sur ce

chemin qui, venant du lointain Orient, mène vers les nombreux pays de l'Occident. Jusqu'ici, ils ne s'arrêtaient que rarement chez vous, si ce n'est pour prendre de l'eau, et poursuivaient leur route vers Aphek ; mais, à présent que, par Ma grâce, votre petit pays va porter bien plus de fruits de toute sorte qu'il ne vous en faut, et que vos troupeaux aussi seront plus nombreux, vous pourrez loger à fort bonne auberge quantité de voyageurs ! Et, lorsque ces voyageurs encore aveugles vous demanderont, à coup sûr, comment ce désert qu'ils connaissaient bien est devenu une contrée si florissante, profitez de cette occasion pour leur montrer la lumière de la vérité des cieux, et prononcez Mon nom devant eux.

16. Si le voyageur reçoit votre lumière et embrasse votre foi, bénissez-le en Mon nom,

et il sentira cela en lui-même ; de retour dans son pays, il convertira bientôt à sa foi beaucoup de ses amis, de ses connaissances et de ses parents, et sera ainsi un bon précurseur de ceux que Je leur enverrai, le moment venu, pour annoncer Ma doctrine.

17. Si des gens de Bethsaïde ou d'autres lieux viennent vous demander quand et par

quel moyen votre petit pays est devenu si florissant, faites avec eux comme Je vous ai conseillé de faire avec les étrangers ; beaucoup se mettront à croire, et vous les bénirez aussi en Mon nom, et ils percevront cette bénédiction.

18. Pour les bénir, vous devez imposer les mains aux convertis et leur dire avec foi et

avec la plus grande confiance en Moi : "Le Seigneur Dieu soit avec vous, Lui qui est venu à nous dans la personne de Jésus, Fils de l'homme, qui témoigne par la puissance de Sa parole et de Sa volonté qu'Il est le Messie promis ; et par Lui, paix sur terre aux hommes de bonne volonté qui croient en Lui et observent Ses commandements !

19. Dès que vous aurez prononcé ces paroles devant les convertis, ils percevront en

eux Ma bénédiction et deviendront assurément pour vous de vrais amis - mais, pour ceux qui

ne croiront qu'à moitié, ne faites cela que lorsqu'ils seront devenus à la longue de vrais croyants ; car une demi-croyance ne suffit pas pour recevoir Ma bénédiction.

20. Et à présent, parlons encore d'autre chose. »