Vous êtes sur la page 1sur 44

I

ÏÏT-C

m

A^O* *~J3

^

.

(*?

P

/o

£

~~

I i

2i

nwi

'

l«jMr»tt~*i;

PeJbc£u>iL vwwociU cL^ £-cU> lx>uHujr u K/Cf\ Û.^ . J^rt rf^ï &> WLAAA- U * £U/r^ u X 7Ç^J .

ClÊi' 7 t i m .

Chez l Baul y (. PÉTITION NOUVELLE DES CITOYENS DE COULEUR DES ÎLES FRANÇOISES.s. au Palais-Royal 5 libraire rue St-Honoré . barrière des Sergens 5 les marchands de nouveautés. place du Théâtre 18 Mars i 79i N . 102 ) A CDesenne. .Barnave. Et au Bureau du Patriote François . PRÉCÉDÉE D'UN AVERTISSEMENT I Sur les manœuvres employées pour faire cette Pétition . PARIS..Tous . échouer ET SUIVIE DE PIÈCES JUSTIFICATIVES. p. libraire . A L'ASSEMBLÉE NATIONALE. ( Lettre de J. L'invincible force des choses ouvrira les yeux de rous les François. Brissot à M. des colons eux-mêmes. Italien. P..

A 4 .

a instruit l'assemblée de cette demande admettre il a paru juste à la majorité de les . résident à Paris . Louis Noailles . Noailles . et de la persécution ouverte qui élevée contr'eux à Saint-Domingue . s£||ËÊË:: AVERTISSEMENT SUR LA PÉTITION SUIVANTE. Alarmés de l'interprétation que les colons gens de couleur s'est blancs font des décrets de rassemblée nationale en ce qui concerne les . mais on a astreint ces députés des citoyens de couleur à communiquer leurs pou* Ai n . les députés de ces derniers. dans toutes des droits de l'article citoyen actif qui leur sont accordés par 4 du décret du 28 mars 1790.. M. où ils pourroient se présenter à la barre de Y&s± semblée nationale. en le priant de leur fixer un jour. président de l'assemblée nationale . der qu elle enjoignît au pouvoir exécutif de les faire jouir. Ils ont adressé cette pétition à M. qui se proposoient de présenter à l'assemblée nationale une pétition pour demanles îles.

qui n'avoient aucun pouvoir. qui étoient mis en œuvre par une société de philan. Comme il se préparoit le lendemain à rendre compte à l'assemblée nationale. n'étoient que des hommes dans l'état de domesticité . ne se mêleroit point de cette espèce d'hommes . que les colonies seroient en feu du moment où cette il nouvelle arriveroit. . le renvoi de leurs pouvoirs au comité . 11 a terminé par dire que ces députés. à l'attention duquel on . qui en a paru satisfait. et qu'elle en laisseroit le régime aux blancs. pour la vérification suivant Ces députés ont communiqué leurs pouvoirs à Njï. C iv ) voirs à M. tropes . M.. Arthur Dillon député de la Martinique. Il a demandé colonial. a soutenu que ce seroit contredire la stipulation faite par les colonies qui n'avoient admis la constitution que sur la promesse de l'assemblée nationale. s'en est rapporté l'usage. Noailles . qui lui étoient vendus tandis qu'elle- même l'étoit aux ennemis de la France. a demandé la parole pour représenter qu'il seroit dangereux d'admettre les députés des gens de couleur à la barre. le président. ou leurs i commettans .

qu'ils ne font aucune difficulté d'admettre l'égalité entr'eux et les citoyens de couleur. et que cette demande n'a été suspendue que par les intrigues des députés de Saint-Domingue. et que ce langage insolent est abandonné à une encore françoises . Arthur Dillon .. Ils le prieront la d'hommes. Moreau de d'en faire la reconnoissans. et qui en conséquence veulent dérober la connoissance de ces faits à l'assemblée nationale. les blancs ne font aucune difficulté de fraterniser avec cette espèce d'hommes de couleur. qui veulent continuer d'être injustes et tyranniques envers ceux de Saint-Domingue . . la MM. ils le renverront seulement à la déclaration des droits pour lui apprendre qu'il ny a plus d'espèce aristocratie proscrite. v cette prétendue stipulation entre l'assemblée nationale et les &lons. que es colons de la Martinique en sont si persuadés. à loupe et dans les autres petites îles Guade- que Martinique doit aujourd'hui son salut. Quant à I relativement aux A3 . qu'ils avoient chargé leurs députés. Ils le prieront de se rappeler . que c'est à cette espèce d'hommes de se rappeler qu'à la Martinique. n (v) Les députés des citoyens de couleur ne lutteront point d'injures avec M. si Saint-Méry et Dillon lui-même demande à l'assemblée nationale.

. l'abbé Gré- goire. . a été si victorieusement détruite dans la lettre aux philantropes . M. en lisant la : de Bordeaux imprimée à françois. la suite de la pétition la elle est tirée et la du patriote Depuis cette lettre. des colons eux-mêmes.. joignez gers .' aucun citoyens de couleur. de /. elle n'existe dans seroit un décret. L'induction qu'on tire du considérant décret qu'on a très-arlificieusement glissé dans le du 12 octobre. indécent de la reproduire. (i) lettre On ne pourra douter qu'ifs la réclament . Tune ou et par conséquent des colonies françoises. sans répondre à leurs raisonnemens.. Barnave dit avec raison : l'invincible force des choses ouvrira les yeux de tous les François. et qu'il est dans celle. Aux sociétés qui déjà réclacelle ment en faveur des citoyens de couleur .. elle ne peut y exister. ont rejeté cette demande à des soi-disant députés du l'a Nord. nelle .Bamave. d'An- dont l'adresse a été lue Aix Jacobins. car ce attentat à la constitution et aux droits de la nation françoise.de P> Brissot à M. cest déclarer les colonies indé- c'est allumer un foyer de guerre éter- qui ne finiroit que par la destruction de l'autre classe . municipalité société des amis de la constitution adhérant aux prin- cipes. Laisser aux blancs la législation sur les hommes de couleur(i) pendantes . L'auteur de la lettre M.

Par quelle feroit-il magie se que ces titres. ne pas pour faire admettre des ! pétitionnaires à la barre (1) Joignez aux deux ouvrages ci-devant cités Us Obsersçrvations de M. rue Favart. leurs titres ont paru .en 1789".. Raymond sur les hommes de couleur. L'autenticité des pouvoirs des députés de ci- toyens de couleur. ect. pour être ad- mis. N° 3. qui n'en ont point eu directement des qui s'en sont fabriqué et et enfin qui. ne devroit pas être au moins contestée par les députés blancs de Saint-Domin- gue . . % ' \^_ Ces vérités ont été ( vij ) si bien démontrées dans les divers écrits (l) publiés par les défenseurs des citoyens de couleur . Tous ces ouvrages se trouvent au Bureau du Patriote François. fait îles fabriquer à Paris pour la plupart. si authentiques au comité de véqu'ils rification que deux fois il a décidé dévoient être admis parmi les députés. ne sont point re- connus par les colonies. sufrîsans pour conférer le titre glorieux de députés à l'assemblée natiole fussent nale . Lorsque les députés des citoyens de couleur se sont présentés d'abord. comme membres de V assemblée nationale. qu'il est inutile d'y insister.

d'après règle qui avoit pour certes. pour délibérer sur leurs intérêts et émettre leur vœu. a dû nécessairement empêcher tout notaire (et ks blancs seuls en exercent les fonc- tions ). tandis que jamais il n'a été permis aux citoyens de couleur des îles de se réunir. et revêtues d'un petit nombre de signatures. les ceux des députés blancs. parce que ces pouvoirs connus auroient pu leur coûter la vie. le sort crue] éprouvé par le sénéchal M. massacré pour avoir rédigé une adresse en faveur des gens de couleur . ou consacrés authentiquement par une assemblée. premiers étoientdans un cas bien plus vérifier ratifier favorable. car les colons pouvoient faire leurs pouvoirs par les blancs qui pouvoient sassembler. Ils étoient donc dans l'impossibilité absolue d'envoyer des pouvoirs notariés . de prêter son ministère aux citoyens de couleur pour donner des pouvoirs. Ferrandde Baudières . Et.. Ils n'ont pu les envoyer que dans des lettres détachées. D'un autre côté . mais cette impossibilité absolue qui n'est pas de leur fait *i . Ils n'ont donc pu en envoyer que secrètement. ( virj ) Observez que servi îe comité avoit jugé les pouvoirs la des citoyens de couleur.

(ix) contr'eux ? peut-elle leur être objectée par ces députés dont les manœuvres titre peut-elle être un et les violences Tout causée ? D'ailleurs. pour percevoir cette somme qu'ils sont prêts à verser. millions à rassemblée nationale.suffisans pour les admettre. ce sont les plus riches habitans de couleur de Saint-Domingue. Enfin. ils et Ce ne sont point. dont cette générosité. Les députés blancs. ont employé toutes les manœuvres pour étouffer cette offre. Dillon. on autorise députés à réclamer coutre les différens actes de l'assemblée générale de Saint-Marc. ils autorisent MM. pour ne pas inspirer une grande confiance. Dans un les autre de ces pouvoirs . sont revêtus de signatures trop respectables. des hommes dans l'état de domesticité. les pouvoirs de plusieurs d'entre les dé P utéjL des cit °yens àe couleur ont des caractères d authenticité . pour savoir si les citoyens de couleur dévoient être admis à la barre afin d'y présenter . Raymond à faire l'offre patriotique de six Ils demandent que l'assemblée nationale nomme des commissaires. Dans un de ces pouvoirs. ce patriotisme détruisent les calomnies et accusent la tiédeur. comme la dit M.

i i Wk v < .

On devoit donc . et supplient les ils membres de la l'assemblée nationale de la lire avec plus sérieuse attention. au comité colonial. pour faire vérifier leurs pouvoirs. sous tous les rapports . On les a renvoyés . à un comité composé ou dirigé par leurs ils plus cruels ennemis. n'existent pas. (xj) cipalités et corps administratifs du royaume . pour étouffer leurs réclamations . ou sont trop éloignés. comité employât. c'est- à-dire . ou même . présentation à la parce qu'ils savent que l'assemblée est essentiellement juste. s'y présen- comme il seroit possible que ce silence . et des calomnies répandues contr'eux et leurs défenseurs. C'est avec empressement que les députés des citoyens de couleur rendent hommage au zèle au désintéressement . N'importe.. ad- mettre sans aucune difficulté les citoyens de couleur à la barre. et qu'elle auroit été indi- gnée des persécutions dont les citoyens de cou- leur sont les victimes. Les cola lons dévoient 'en redouter barre . teront. Mais. avec . et ceux des îles. les mêmes il lenteurs et le même auxquels a eu jusqu'à présent recours ils prennent le parti d'imprimer leur Pétition . à l'active humanité.

Desoulchay.Albert . lesquels la société des amis des noirs s'est chargée de défendre leur cause. . pour qu'on essaie de la justifier autrement. Paris 9 ce 1 8 mars tj^i.. i Desoulchay de Saint -Real. la vertu mais ils donnent leur mesure sans altérer l'estime qu'on doit à l'homme ver- tueux. Signé . . Raymond l'ainé Raymond le jeune Fleuri Honore Saint . . La société des amis des noirs est trop supérieure à ces calomnies . . Elle a d'ailleurs réduit au silence son impudent calomniateur. Les hommes corrompus sont enclins à juger d'après eux-mêmes la plus intègre . Porsade et et Audiger.

A L'ASSEMBLÉE NATIONALE. cette parole sacrée ils viennent réclamer l'exéils cution de vos décrets. la violation vous en dénoncent les ouverte . que jamais aucuns partie. elle les assura par l'organe de son président . Lorsque les hommes de couleur libres des colonies françcîses parurent le il octobre 1789 à la barré de cette auguste assemblée. 1700 actif vous ayez accordé a toute personne contribuable dans . S'appuyantsur ce décret les hommes de cou- . de la nation ne réclamerait vainement ses droits d'elle. comise par agens du gouvernement et par les corps administratifs de Saint-Domingue. Par l'article .5®S*Ë PÉTITI DES CITOYENS DE DE" SAINT-D O COULEUR OMIN GUE. 4 de vos instructions les droits du 28 mars de citoyen les îles. pour demander les droits qui appartiennent essentiellement à tout homme libre . auprès Ils viennent aujourd'hui réclamer .

entre les 9 agens du gouvernement et lés colons blancs . propriétaires les blancs .leur. non-seulement ! les leur a contestés . car il n'appar- tient qu'à la loi de sévir enfin cette menace despotique frappe sur la réclamation . croiroient souiller à jamais ce beau s'ils nom. mais a versé le sang de ceux qui ne vouloient pas prêter un serment inconstitutionnel et dégradait. contribuables . mais on on leur a fait un crime de leur demande. et qui ^ écarteront du . des me là naces aussi tyranniques Coalition et de plier sous formée à Saint-Domingue . -mais un agent du gouvernement à Saint- Domingue ose aujouro hui menacer les hommes de couleur de sévir avec la plus inflexible rigueur . avoient la lâcheté de se soumettre à . comme on de Saint-Domingue. en torturant le sens de vos décrets. y a trois délits ici. ont voulu exercer 4 : ces droits de citoyen actif. respect que les lois 9 dit-il faussement leur il commandent envers les blancs» Messieurs. usurpation d'autorité . libres. sur l'exer- cice du droit le plus saint. seroient indignes de le porter. falsification . Les citoyens de couleur mais ils ils libres sont françois. t contre ceux qui persisteront dans leur demandes. de la loi . non-seulement on les a rejettes avec dédain de toutes les assemblées primaires.

dénomination de toute personne contribuable dans la lettre vous n'avez point compris les hommes dé couleur libres. ils prétendent que sous la . qui rend la à obtenir. en dénaturant prétendent et falsifiant . Oui . couleur libres François . électrisés par la répé- neration de la France. Blanchelande dont nous déposons la copie. quoique la calomnie leur ai prêté des conseils san^ guinaires. sé- pare justice les de france . pour avilir et écraser les françois de couleur. ils vos décrets. du devoir de résister à la tyrannie qui les dépouilloit de leurs droirs. ils vous trouverez cette imposture dans une foule de pièces de diverses assemet blées administratives de Saint-Domingue . Cette prétention est la véritable cause de l'insurrection qui trouble la tranquillité de Saint-Domingue . humi- persécutés par les blancs. en recommandant à leurs frères de préférer les voies pacifiques. les liés. Messieurs . Mais à colonies la la distance la immense qui . an A 2 [ . ont falsifié vos décrets. de métropole lente difficile facile à éluder. et de M. les hommes de . insurrection que les hommes de couleur actuellement en France ont cherché à prévenir. hommes de couleur.. pouvoient-ils aisément se défendre du c esir . par un gouvernement qui leur est dévoué.

kM 4 ». .S:.

motion la sa- dont les évènemens les ultérieurs ont prouve gesse et Ta nécessité ? Eh! avoient et les si nombreuses et importantes ques- tions.quun de primitive église ces pasteurs de la dont la reconnoissance publiles . fussent nom- mément compris? Qui de vous ne se rappelle pas que plusieurs membres se levèrent. les traces. écarter la motion de M. propriétaires et contribuables. ne se rappelé pas que M. sa motion fut rejeîtée par question préalable? Qui de vous ne se rap- pelle pas qu'un respectable défenseur des hom- mes de couleur . que les hommes de couleur bres. Çocherel ayant.Enfin nous en appelions à les faits ? vous-même pour à cette séance Qui de vous présent du 28 mars . nous les retrouverions dans les recueillent sous vos monumens fidèles qui se yeux même 7 et par dés mera- . aux acclal'abbé France que M. se rapfit que cette observation seule . fait la motion d'exclure nommément les hommes de couleur la . les désignoit suffisamment pelle pas enfin Qui de vous ne l'abbé Grégoire . Gréli- goire demanda. pu effacer de votre mémoire circonstances de cette séance. que l'article étoit général . qui depuis ont rempli tous vos momens. . lui dirent que cette spécification écoit inutile. qu'il les ? enveîoppoit . que vient de couronner mations de toute la vertus .

trois d enîr'eux s'accordent sur l'explication que nous vous présentons ici (i). parce juger contre eux vous étoit impossible de parce que vous ne pouvez pas être injuste. a ébranlé ceux qui sont étrangers à la situation des lies. mis les ont sans cesse confondues .bres respectables de votre assemblée . le Peint du Jour. ce rapprochement perfide quoique sans aucun fondement . des citoyens de couleur c'est que leurs enne. qu'elle ait voulu dépouiller des mainte- homrnes^îibres des droits de citoyenneté. qui ont fait sa gloire . et nues pendant un siècle. S'ils s'est élevé des doutes sur les réclamations . Eniîn toutes ces preuves manquassent-elles à-la-fois . pour emx . avec la cause des noirs esclaves l'ignorance la mauvaise foi et . que l'assemblée ait vpubî violer elle-même les principes qu'elle a reconnus. (i) Le Journal de Paris. et . que le despotisme lui-même avoit posés . de couleur seroient encore ^inébranlables vous avez jugé nécessairement qu'il . qui font la base de la i constitution . . . et le Journal des Décret* et des Débats. ont peint ces citoyens comme des hommes sortant^a peine dé l'esclavage. parce qu'il est absurde de sup- poser dans le doute . les citoyens .

dont vous Les hommes de voyez quelques représentais . les principes.. justifier la pour commander. dans le nombre considérable qui couvre chis. couleur et celle des esclaves mais il n'est pas du tout question derniers. pour d'un dégradation homme libre. cipiter les aucune innovation à leur égard puisqu'ils vous venez sont malheureusement les blancs . le crime ne peut jamais être le prix d'un bienfait.. possesseurs d'esclaves les verrez comme vous concourir les premiers à tous les votre sagesse et votre humanité moyens que vous dicteront. la nécessité i'e ne pré.. • A 4 . de ILufcàuur tifier les pour jus- chaînes dont on veut les charger. ici de l'affranchissement de ces couleur. ces mots d'affranchis. mais il n'y a rien de commun entre la cause des citoyens . en attendant que vous brisiez leurs fers . sont aussi libres que les blancs. des bienfaits assez sacrés. pour adoucir leur sort..Les citoyens de couleur ne voient qifavec déchirement le triste sort des noirs esclaves . et et fertilise nos^ îles . . Non. peu ont été affran- quand on vient ashiiieusement répéter . Car aux blancs par âes bienfaits. comme vous... de. on en vous trompe et on calomnie exagérant le fussent-ils liés est-il pouvoir de la bienfaisance. assez immenses. mais ils sentent.

îles. voler au secours la des Américains liberté place que reconnoissance de .c'est leur de couleur. sang. les utiles cultivateurs. aiîssi ? Mais des sont frères doivent-ils calculer les blancs les pères. la- borieuse . leur attachement à leur patrie. qui les chérissent qui ont tant de fois exposé leurs jours pour eux. économe et leur industrie appellent un jour à être les seuls. si les rangs dévoient s'il falloit assignés être en raison du nombre . la justice ne bacouleur lanceroit pas à préférer ces hommes de que leur indigénat.Mais s'il é'toit question de fait e ici le compte des* services et des bienfaits réciproques des citoyens de couleur et des blancs . les frères des citoyens . les régénérateurs des dont leurs rivaux ne sont que des spoliateurs passagers. les régler encore sur l'importance et sur 1 utilité pour la métropole des diverses classes de ciet sur leurs qualités . maintenant à votre tète . toyens. s soit pour maintenir ici < la tranquillité intérieure nous en attestons les généraux qui les ont commandés dans les attestons ce milifit dernières guerres! taire Nous en la liberté la que l'amour de . sang François qui coule d'ans leurs veines et les blancs voudroient avilir . c'est le . nous en de leurs attestons les écrits les lettres même . soit en combattant l'ennemi . leur vie . leurs enfans 9 ces enfans.. une population croissante. .

core au secours de la patrie ils sacrifieront tout avec joie pour Cependant . on les menace de faire accorder. malgré l'évidence de leurs droits menace d'un décret nouveau qui doit les en priver formellement"... îles un pouvoir absolu on les sur eux. le danger se renouvelle.. à cette demande tatoire à la souveraineté de la nation françoise. quoique votre comité de vérification ait deuxfois décidé d'admettre leurs à toujours écarté ce rapport. de cette surprise qui les détermine à vous con. Leur position critique autorise et nécessite cette de- mande extraordinaire. car . les allarnienî Ces prétentions ces menaces ne point . votre esprit de justice les rassure. couleur^ voleront en. malgré leur dévouement tant de fois prouvé . jurer de ne rien décider sur leur sort sans les entendre par l'organe de leurs défenseurs. Eh! que nos îles. députés . Mais et c'est la crainte on peut vous tromper sur les faits. dont victimes les hommes de elle. au pouvoir. à la dignité de cette assemblée. aux blancs des. Ils l'artifice n'ont point de représentant parmi vous. les injustices qu'il ils menace sont les malgré ... On cherche à surprendre l'adhésion atten-.ennemis qui ne cessent de dire que les mulâtres sont le plus ferme boulevard des colonies. du commerce de france .. destructive de l'intérêt des commerçans françois.

. a sous lés yeux même de les rassem- blée régénératrice de la France.la tyrannie ministérielle et coloniale bravant tous les décrets. dans ses ports fermés ! pour hommes de couleur seuls Eh . îles . comité chargé des des co- ils n ont aucuns défenseurs et telle est îliorrible combinaison imaginée pour enchaîner leurs réclamations. 1 En un mot . pour étouffer leurs plaintes . écrire . pendant un an.. ou envoyer dans le des députés en France! refuge ? Où sera donc leur ? Au milieu de cette persécution sein de cette assemblée. sans laquelle liberté . pour faire parvenir à cette auguste assemblée.. leurs sont non-seulement étran- ils sont le même leurs plus ardents enneaffaires : mis. que les citoyens de ». que toute espèce de communication ceptée entre les est inter- hommes de couleur qui sont en les îles . point n'est point de de constitution .. pour délibérer sur leurs droits. Europe et ceux qui sont dans que ceux-ci ne peuvent s'assembler. ! quel de voit être leur sort le les colonies i où despotisme des blancs le fer éîoit sans frein c'était avec qu'on répon- doiî et qu'on répond encore aux mulâtres qui 4 veulent ou réclamer . ni le don patriotique de six millions qu'ils ont offert.ceux des gers .. dans lonies . tenu.. ni leurs réclamations. ou . qui veut essentiellement la justice et la lumière! —'C'est au il nom de cène justice universelle.

d'aller où bon la leur semble. de citoyen actif.. nom sera béni dans les hommes de toutes les . opprimés et rétablir la paix votre les deux mondes par couleurs. d'écrire. pour susles pendre l'etrusion du sang.. faire jouir. de prenpro- dre de nouvelles mesures pour arrêter cédure enrayante qui menace frères. les hommes de couleur des droits la liberté. plient saires Ils vous sup- d'enjoindre spécialement aux commisdans qui vont partir pour Saint-Domingue.II couleur demandent d'être entendus. les jours $q leurs que l'insurrection des blancs contre vo et décrets a seule armés pour leur exécution l'exercice de leurs droits. 1 Non . de réclamer. Ils vous supplient . ne peutjtre un près de la ligne Àh ! puissent vos sa- lutaires décrets arriver assez à temps. rassurer . d'employer tous les moyens pour toutes les îles. le crime ne peut . lors dû rapport de l'organisation des colonies. être dans la différence des latitudes ce qui est forfait un devoir saint à Paris. enfin . pour leur rendre de s'assembler. Ils vous supplient de rendre un décret qui déclare positive- ment qu'ils sont compris dans l'article quatre. . qui blâme la fausse et perfide interprétation de cet article fait par les corps administratifs et le gouverneur de Saint-Domingue.

et et bientôt on changea système . du mère patrie. On cherchoit par-là à et on insinuoit qu'une démarche. et le mît dans le cas de soutenir encore le système d'une 4 différence de droits entre des hommes-. vis-à-vis la àc M. . de la mauvaise foi et de la profonde if-. Les colons . la kur inimitié pour le commerce pour n'être . Barnave expliqué et qu'il desïroit qu'une démarche imposante des Bordelois eût l'air de lui: forcer la main. J'eus quel- q©*espoir d'abord que toutes ces sales intrigues seroieht sans succès . N<V- PREMIER. Cela ne point. de le ramener à part des Bordelois . pourroit encore prit sa première opinion. Joac dans des colonies avoit entièrement changé à I d'opinion. Depuis plusieurs jours. : méchan- hommes. Barnave. Barnave l'affaire honteux du rôle . et que si 9 :*• Bordeaux n 'avoit pas la faute qu'il le courage de réparer hautement avoit commise. et qu'il étoit disposé adopter celle des amis des noirs sur ttîer le public les . plus leur «Bonis on y avoit assez bien appris à connaître les coions B'ançs. la cupidité imissons. Bordeaux . de batterie. gens de couleur.s à l 12 PIÈCES JUSTIFICATIVES. gémissons de . lihres. ceté des monsieur . les pattîsans de' leur s'était bien répandirent que M. et et leur indiférence profonde pour . de l'ignorance.. à2 février 17 pi. on avoit anqu'il avoit noncé ici que M.

et pour eux . colons pour obtenir . quelque vraie que n'en étions pas soit en général cette point . le plus absurde et plus barbaie des préjugés.. montrés à l'époque de la députation armée. « Ainsi me dis-jè à . qui a été bientôt rempli par ceux que nos modestes . . Cette nouvelle citai me les fit le plus grand plaisir . consticutionneliement à que l'homme blanc est une espèce a part dans les colonies-. mais que effet . » 3D 33 les progrès de Ja raison sont certains la quoique lents d'une bonne soit pas et il est impossible qu'à . et que la nature lui cette inviet donné un privilège n'avoir pas le comité . tation produit un grand que U dé- chambre et le avoient décidé qu'avant d'agir 4an$ être excité par les sens proposé on attendroit â'y putés du commerce. qui presse vivement négocians de joindre leurs efforts à ceux de tous les réunis . e* je féli- de bon cœur négocians 3 de ce que l'esprit public . ^upe . dans chambre du comité de commerce on avoit de les une lettre six députés de la partie du Nord . . En effet . il y a eu une assemblée du commerce convoquée un local très- que cette assemblée s'est tenae dans 4îioit. paroissoit avoir attiédi chez ils la plupart d'entr'eux cette chaleur inouïe avec laquelle s'étoient . Mon lu espoir h. réflexion nous encore au d'ea tant faire l'application à tous les négocians de Bordeaux s'en faut. s'aupmenta. un décret propre à calmer les craintes de ces derniers qui veulent absolument faire . hélas . constitution redresser et de la liberté de -peu er d'étouffer les ne 4e » les esprits et ! préjugés». Mais . en apr^enant qu'en dernier lieu. moi-même . indestructible . décider . longue. je viens d'apprendre ce matin qu'hier au soir subito. l'effet . au point de soutenir avec eux le . .

l'as- semblée de chantre de comiwerce. par oui se sont fait remarquer à l'assemblée nationale 4 leur ardeur pour le travail et par leur zèle pour la chose publique.. On le m'a ajouté. . la cemme un fa't certain . ce qui a pro« curé l'inestimable avantage d'écarter cette foule d'étourdis qui votèrent si inconsidérément pour l'émission des . . qui se disoit auteur des circulaires écrites à toutes les ( celui-ci chambres de commerce du royaume. Grâces l'avantage là précieux qu'ont obtenu nos seuls . et éclairé Necker. grand. article de foi qu'il seroit affreux . que dans . plusieurs personnes très-recommandables par leur génie . A la vérité . . une décision aussi sage . et aussi pleine de de sens et de raison avoit été préparée par des lettres . les plus purs . . ) \ . de pair avec Un comédien bourreau si ceux-ci ont l'avantage de n'avoir dans leurs veines aucune goutte de sang africain. Crésus d'être presque ou avec des personnes qui ont assez de bon sens pour s'en rapporter à leur savoir et à leurs : profondes con- Boissances politiques il n'y a pas eu de grands débats. assi- gnats réduit . mesure qui comme on .i4 «iarchands appellent la tête du commerce. 1 On a regardé comœe . les plus $ vrais patriotes à un modique intérêt de 4 pour cent sa rareté. vu le divin onl'a métal auroit valu le huit et dix pour cent comme vu souvent sous donc à . tandis que . . à perdu l'état et a nos marchands d'argent . dont lettre nom ne me avoit communiqué une lettres d'un créole. je ne me trompe. sair . et par la hauteur de leur conception telles que MM.. si se nonime. . Chanvallon. un négociant revient pas . de voir un mulâtre ou métis quelconque aller quoiqu'ayant 100 mille ou avec le livres de rentes..

bien plus les ennemis et les antagonistes des négocians que des colons. il est très-pressant . une lettre de M. . ) Il marque à son tendre ami . tie des quatre-vingt-cinq membres de de Saint-Marc . . main à l'assemblée nationale elle- » mime elle les pour lui faire décréter ou redécréter. etc. tout est perdu. qu'il est membre de plusieurs académies dans là~ fanatique impie soutient l'absurde système qiï© nature sacnire bien quelques espèces en faveur d'autres espèces 5 mais non la partie d'une espèce en faveur la de cette espèce elle-même. . « qu'il compte sur ses soins » pour tâcher de faire partir de Bordeaux une députatidt* » non moins imposante que celle qui obtint le fameux w décret du 8 mars. il tn envoie en original . les ressources sont grandes. ChanLe comité aules mais .( i5. Condorcet . aussi. que sur la des blancs ». Et. . par une grande parl'assemblée générale . qu'il on ne la lui porte de nouveaux cou ^s1 » » » £>ur forcer . . et si . que jamais l'état ne pourra rien statuer sur colonies. Chanva'Ion ses sages conseils afin d'exciter les les négocians à suivre . comme on n'en doute pas on reçoit de Marreste k des troupes auxiliaires de Bordeaux. colonial à la tête duquel est la M. Il dix que l'infernale société des amis » » des noirs s'est beaucoup renforcée depuis un an. Barnave est renforcé jourd'hui par toute six députés société de l'kôtel de Massiac. selon ce M. par de la province du Nold . des personnes darîs . cette vérité. si et que . demande des colons bien en- » tendn M. Le mal vaîlon . en preuve de . Baraave au parti qui a fait ériger un buste. un des plus dangereux membres' de cette société fort estimé et qtielîe ce parce .. point de et doute que lui la victoire ne M. est grand. de Nantes seille. marque que amis des noirs sont encore.

fassent de moitié dans ces horreurs Non . quand on entend des horreurs de . insérée dans Moniteur du 14 féviiet 79 ï. Adieu . je ne le crois pas . et je suis persuadé qu'on n'a employé des noms révérés qu'afin d'égarer les bons patriotes. et je rougis d'être homme ».présentée. E LAN CHELANDE a le aUX gens de de. . méritez qu'on continue de vous calomnier et gardez-moi un pea de part dans votre souvenir. Mirebalais . monsieur . RÉPONSE DE codeur i M. Comme . par Ogé et ses adhérent. les J % reçois avec satisfaction témoignages de 5 zèle et de soumission des gens. les funestes ravages d'une erreur propagée. Quoi il seroit possible que M. «e on ! est bien tenté de dire comme Rousseau : 4 Mon dieu je me roule par terre . parmi eux.\6 En vérité .ce qu'on m'a rapporté du résultat de l'assemblée des négocians est si extraordinaire . dans une partie de la requête qu'ils m'ont . votre courage et votre désintéressement . de couleur de Mirebalais mais je dé- mêle avec peine . on auroit pu le s'est exprimé on a délibéré comme on faire au mois de décembre 1788. Barnave et ceux ! de nos députés à qui nous avons de 1 si grandes obligations. je m'abstiens de vous en entretenir . monsieur . No. monsieur . Pour l'honneur du pays qui m'a vu naître. si peu croyable . cette espèce. IL . continuez de servir la chose publique avec votre zèle ordinaires . Du reste . qu'il me suffise de vous dire que et si l'on ne m'a pas trompé. que j'aime mieux attendre que d'être inexact dans ce que je pourrois vous en marquer aujourd'hui.

donc une erreur volontaire et d'autant plus crimi- du nommé Ogé que . donner un article quelconque de cette explication un sens absolument C'est nelle . n'entend rien etc. B . autant qu'il est en .8 mars . etç. jusqu'à ce que l'assemblée nationale nie. ceu devoir entrer dans cette explication avec . moi ceux que les ri des conseils pervers peuvent égarer au point de porter à compromettre la tranquillité publique par des prétentions qui tendent à détruire l'équilibre politique de la société. d'avoir prérendu que les insla caste des . .( 17) la S . tructions du %% mars confondoient avec la classe des blancs gens de cou. à celui du texte. Comme représentant de personne du roi je ne dois reconnoître que les lois qu'il a sanctionnées. contraire. ment que J'ai etc. du 2. que l'assemblée nadans laçonsest autorisée tionale n'a jamais entendu comprendre titution décrétée les colonies pour le royaume . Son second décret . leur libres le leurs bienfaiteurs quand décret de l'assemblée nationale du 8 mars dit formellerien n'y sera innové . sur les constitution de la colo- plans proposés par colons. que chaque colonie . 8 et 28 mais Le premier de ces décrets porte . que l'explication il ou le commentaire de celui du 8 mars à et seroit absurde de . mes devoirs est d'éclairer. Les seules qui aient été faites pour les colonies sont celles des dernier. n'est . quelle à exprimer son vœu sur la constitution innover . Tout doit donc rester aussi dans l'ordre actuel ait fait la les . les gens de couleur libres de Mirebalais parce que le premier de .

mais qu'ils r. une simple noirs \ déclaration contre les le système des amis des — Réponse. Peut-on demander nationale qu'elle prononce explicitement la continuation de l'esclavage. et que les tribunaux feront jus. MM. Doit-on se borner à faire. 2 me Question. je dois déclarer aux gens de les autrrs couleur de MireBalais quartiers de comme à ceux de tous Yîh . demander une por-* du pouvoir législatif. la personne du toute protection individuelles quand ils auront à se plaindre d'injustices ou de vexations quelconques. et autres parties du régime intérieur qui nullement 3 la métropole? "-—Réponse. ma dette à la verts que Y humanité . cette manière .oi trouveront auprès des représentais de . — Réponse. dans dans celle leur séance du ji janvier iygi discutées et décidées du 3 février. du commerce . quant à présent. Signé Blanchelande. I I I. Non. No Questions à agitées au comité colonial .. au seul effet de faire des lois sur l'esclavage. celui des colons réunis à l'hôtel de Massiac et présentées aux députés extraordinaires . de ceux qui oseront troubler l'ordre public . les gens de couleur. que je sévirai avec la plus inflexible rigueur contre ceux qui sécarteront du respect que les loix leur com- mandent envers tice les blancs . 1 } ( i8 ) Après avoir payé de je chéris le plus . . de Vassemblée . Doit-on tion au contraire . pour les colonies. à l'assemblée Première Question. nationale . commissaires observeront à . Non. nègres n'intéresse libres. me Question.

dans lequel on tâchera de colons . appuiera toutes leurs démarches auprès du comité colonial. d'après mûr examen des décrets . ils les colons de l'hôtel de Massiac la que dans les les cas où trouveroient de contradiction entre . pourra rassurer les et prévenir les troubles intérieurs dans les colonies. pour un décret interpréfaire insérer tout ce qui faire proposer à l'assemblée nationale tatif. MM. Extrait du supplément du Patriote François. deux décrets des 8 mars et 12 octobre où ils jugeront que ces deux 5 décrets sont insufEsans pour assurer leurs propriétés le présent comité . du 28 février 17912 .( 19) .

• .i - .

BY Man. . ST. JAMES'S-SQUARE. Of the Origin and Deïign of Government Succeiîion. M.DCC. RIDGWAY. an gether with an Addrefs to the People APPENDIX called QUAKERS. to- N. YORK-STREET. in gênerai. O N D O NO. with fome mifcel- laneons Refiections. and THOMAS PAINE.XCI. of the with feveral Additions in the Body is Work. A NEW EDITION. Of the prefent State of America. The Rights of Secretary to the Committee for Foreign Affairs to Congrefs. the preients State of American Affairs. To which added. On the following interefting SUBJECTS: I. with concife Remarks on the Englifh Conftitution. and Author of a Letter to the Abbe Raynal. during the American War. L PRINTED FOR J. . N: I.A co \ "v N SENSE: OF ADDRESSED TO THE à INHABITANTS AMERICA. B. II. IV. Of Monarchy and Hereditary Thoughts on III. The New Edition hère given increafes the Work upwards of One-Third.

li .

.

& ïfea W* m^m^t -•^ TS» »rf7-\i:' XiM ?îcj' .s i T\0 w^~ WU ^^/» A/7:.

.

m m % mm *mm i •* *5* M .