Vous êtes sur la page 1sur 104

Formation à l’ergonomie

ISTP

Formation ergonomie - EV

1
1

PLAN

• Définitions/champ d’actions

Démarche/Méthodologie

Notions théoriques

Charge physique,

Charge mentale,

Environnement physique

Données statistiques

Etude de cas

Formation ergonomie - EV

2
2

L’ergonomie, c’est quoi?

Définitions:

A. WISNER: L’ergonomie est l’ensemble des connaissances scientifiques relatives à l’homme et nécessaires pour
A. WISNER:
L’ergonomie est l’ensemble des connaissances scientifiques
relatives à l’homme et nécessaires pour concevoir des outils,
des machines et des dispositifs qui puissent être utilisés avec
le maximum de confort, de sécurité et d’efficacité.
F. DANIELLOU: L’ ergonomie étudie l’activité de travail afin de mieux contribuer à la conception
F. DANIELLOU:
L’ ergonomie étudie l’activité de travail afin de mieux contribuer
à la conception des moyens de travail adaptés aux caractéristiques
physiologiques et psychologiques de l’être humain, avec des
critères de santé et d’efficacité économique.

Formation ergonomie - EV

3
3

Les champs d’action en ergonomie

Quels résultats attendus?

Diminution du nombre et du coût consécutif des AT/MP,

Augmenter le niveau de qualité de la production,

Tout en maintenant voire en améliorant la productivité pour garantir la rentabilité de l’entreprise

Formation ergonomie - EV

4
4

Les champs d’action (suite)

Dans quels domaines?

La santé,

La sécurité,

La qualité,

La productivité,

La santé économique des entreprises

Formation ergonomie - EV

5
5

Les champs d’action (suite 2)

Liens avec la santé/sécurité au travail:

Les 7 principes de prévention (loi n°91-1414 du 31/12/1991), du Code du Travail

– Les évolutions judiciaires et l’engagement de la responsabilité

civile des personnes physiques en cas de délégation pour la sécurité (ex. amiante)

– La rédaction du Document Unique d’évaluation des risques professionnels (Directive cadre Européenne du 12 juin 1989, application par décret n° 2001-1016 du 5 novembre 2001)

Nouvelle Directive Européenne Machine (application

01/01/2010)

Formation ergonomie - EV

6
6

Evolutions réglementaires

La nouvelle Directive Européenne « machines », ce qui change:

Le fabricant d'une machine ou son mandataire doit veiller à ce qu'une évaluation des

risques soit effectuée afin de déterminer les exigences de santé et de sécurité qui s'appliquent à la machine. La machine doit ensuite être conçue et construite en prenant

en compte les résultats de l'évaluation des risques.

Dans les conditions prévues d’utilisation, la gêne, la fatigue et les contraintes psychiques (stress) de l’opérateur doivent être réduites au minimum envisageable

compte tenu des principes de l’ergonomie.

Informations et avertissements sur la machine: Les informations et les avertissements sur la machine devraient de préférence être apposés sous forme de symboles ou de pictogrammes faciles à comprendre.

Directive Européenne 2006/42/CE en vigueur depuis décembre 2009, transposée en

droit français : texte de transposition Décret n° 2008-1156 du 7 novembre 2008 relatif aux équipements de travail et aux équipements de protection individuelle,

consolidée au 29/12/2009

=> Prise en compte plus importante des conditions d’utilisation des équipements, en conditions normales et dégradées.

Formation ergonomie - EV

7
7

Les enjeux des conditions de travail

Enjeux sociaux

Santé : accidents, maladies, restrictions

d’aptitude

Absentéisme

Ambiance de travail

Motivation

Enjeux économiques

Des coûts directs : accidents, maladies,

corrections …. Des coût indirects : qualités, délais,

organisation (analyses, reclassement, formation, travail administratif en plus

)

Enjeux “Image de marque”

Vis à vis des clients

Vis à vis des futurs salariés

de l’entreprise

Enjeux législatifs

Sanctions civiles et pénales

Formation ergonomie - EV

8
8

Ergonomie et travail

Ergonomie et travail Le travail Niveau de sollicitation physique et mental Performance Santé …. « Gestion

Le travail

Niveau de

sollicitation

physique et

mental

Performance

Niveau de sollicitation physique et mental Performance Santé …. « Gestion » de l’effort Savoir-faire
Niveau de sollicitation physique et mental Performance Santé …. « Gestion » de l’effort Savoir-faire

Santé ….

sollicitation physique et mental Performance Santé …. « Gestion » de l’effort Savoir-faire Caractéristiques

« Gestion » de l’effort

Savoir-faire

Caractéristiques

physiologiques

l’effort Savoir-faire Caractéristiques physiologiques Environnement physique Autonomie Parcours personnels

Environnement

physique

Autonomie

Parcours personnels

Formation ergonomie - EV

9
9

L’approche « analytique »

Elément Elément Elément 1 2 3 Chacun des éléments de l ’ensemble peut être décrit
Elément
Elément
Elément
1
2
3
Chacun des éléments
de l ’ensemble peut être décrit et
Elément
1
« compris » indépendamment
des autres
Sommation, linéarité, relation causale,
analogie,

Formation ergonomie - EV

10
10

L’approche « système »

Elément

1

Elément

1

Elément

2

Elément

3

Chacun des éléments perd ses priorités intrinsèques en

dehors de l ’ensemble

Interaction, synergie, complexité, équilibre,

Formation ergonomie - EV

11
11

Un collectif

Un individu

Un contrat

Interactions observées

Une performance à atteindre

Un contexte de production

Un contexte

économique et social

Une organisation

Un système technique

Formation ergonomie - EV

12
12

ACTIVITE DE TRAVAIL

CONNAISSANCES

 

PREREQUISES:

FORMATION

   

EXPERIENCE

GAMMES

PROCEDURES PRESCRITES:

 

INSTRUCTIONS FICHES DE POSTE

OBJECTIFS

PRESCRITS:

NORMES

RENDEMENT

RESULTATS

ENVIRONNEMENT PHYSIQUE BRUIT VIBRATIONS TEMPERATURE TOXIQUES ECLAIRAGE OBJECTIFS PROCEDURES UTILISEES:
ENVIRONNEMENT PHYSIQUE
BRUIT
VIBRATIONS
TEMPERATURE
TOXIQUES
ECLAIRAGE
OBJECTIFS
PROCEDURES UTILISEES:
INTERIORISES
MODES OPERATOIRES
STRATEGIES
INCIDENCES DU TRAVAIL
POUR L ’OPERATEUR
ADAPTATIONS INDIVIDUELLES OU
COLLECTIVES
COMPETENCES
MISES EN ŒUVRE
POUR LA PRODUCTION

Formation ergonomie - EV

13
13

D’après JL Florès

D’après JL Florès La conception du poste comme un des déterminants de l’activité de travail Avec
D’après JL Florès La conception du poste comme un des déterminants de l’activité de travail Avec
D’après JL Florès La conception du poste comme un des déterminants de l’activité de travail Avec
D’après JL Florès La conception du poste comme un des déterminants de l’activité de travail Avec
D’après JL Florès La conception du poste comme un des déterminants de l’activité de travail Avec
D’après JL Florès La conception du poste comme un des déterminants de l’activité de travail Avec
La conception du poste comme un des déterminants de l’activité de travail Avec qui ?
La conception du poste comme un des
déterminants de l’activité de travail
Avec qui ?
Qui ?
Comment ?
Equipe et
Age, sexe, anciennet é , statut
Technologie, Organisation
collectif de travail
Qualification, formation
Procédures
Hiérarchie
Exp é riences et comp é tences
SITUATION
Quand ?
Pour quoi faire ?
DE TRAVAIL
Horaires et durée
Production
Rythme de travail
D
é lais
Quantité et qualité
Où ?
Cadre bâti
Avec quoi ?
Espace, circulation
Matériel
Ambiance physique
outils, poste

Jean -Louis FLORES - Laboratoire d'Ergonomie - UCBL

315

Formation ergonomie - EV

14
14

Comprendre une situation de travail

Postulat de base:

L’activité humaine est orientée vers la

REGULATION

Formation ergonomie - EV

15
15

La fonction de REGULATION

VARIABILITE DU SYSTEME SOCIO TECHNIQUE
VARIABILITE DU SYSTEME
SOCIO TECHNIQUE
VARIABILITE DES OPERATEURS
VARIABILITE DES
OPERATEURS

COMPROMIS

OPERATOIRES

INCIDENCES PRODUCTION
INCIDENCES
PRODUCTION
INCIDENCES OPERATEURS
INCIDENCES
OPERATEURS

Monique NOULIN,

L’ERGONOMIE, ed. OCTARES

Formation ergonomie - EV

16
16

Les quatre concepts clés de l’ergonomie.

1.

Le travail n’est pas une situation stable

2.

L’homme « standard » n’existe pas

3.

Le travail réel et travail prescrit sont différents, décalés

4.

Le travailleur est un sujet actif

Formation ergonomie - EV

17
17

Le travail n’est pas une situation stable

Le travail n’est pas une situation stable La production n’est pas stable Variabilité industrielle (matière
Le travail n’est pas une situation stable La production n’est pas stable Variabilité industrielle (matière

La production n’est pas stable

Variabilité industrielle (matière première, panne machines)

-

-

Une limite à l’automatisation
Une limite à
l’automatisation

Variabilité organisationnelle (absence,

évolution du planning etc.….)

Variabilité environnementale (approvisionnement ….

-

Variabilité environnementale (approvisionnement …. - Retour sur investissement Formation ergonomie - EV Recours

Retour sur investissement

Formation ergonomie - EV

…. - Retour sur investissement Formation ergonomie - EV Recours à l’opérateur humain pour réaliser les

Recours à l’opérateur

humain pour réaliser les opérations les

moins paramétrables

18
18

L’homme standard n’existe pas

L’homme standard n’existe pas L’être humain moyen n’existe pas - Variabilité inter-individuelle - Variabilité
L’homme standard n’existe pas L’être humain moyen n’existe pas - Variabilité inter-individuelle - Variabilité
L’homme standard n’existe pas L’être humain moyen n’existe pas - Variabilité inter-individuelle - Variabilité

L’être humain moyen n’existe pas

- Variabilité inter-individuelle

- Variabilité intra-individuelle (évolution avec l’âge, de la vigilance

au cours de la journée, anthropométrie etc.….)

(taille, expérience, santé etc.…)

etc.….) (taille, expérience, santé etc.…) Le comportement c’est la manière de s’adapter aux

Le comportement c’est la manière de s’adapter aux contraintes extérieures en fonction de ses propres caractéristiques physique, psychologique et psychique …

caractéristiques physique, psychologique et psychique … Une limite à la standardisation du comportement humain

Une limite à la standardisation du comportement humain

Formation ergonomie - EV

19
19

L’écart entre le travail « prescrit » et le travail réel

entre le travail « prescrit » et le travail réel L a p r o d

La production nest pas stable

t i o n n ’ e s t p a s s t a b

Le comportement humain n’est pas « standardisable »

e Le comportement humain n’est pas « standardisable » Un écart entre le travail « prescrit

Un écart entre le travail « prescrit » et le travail « réel »

entre le travail « prescrit » et le travail « réel » L’être humain au travail

L’être humain au travail est un être psychologiquement actif qui s’adapte en permanence.

Formation ergonomie - EV

20
20

L’être humain est un être psychologique actif

Ne pas mettre en avant le comportement actif de l’opérateur humain présente

le comportement actif de l’opérateur humain présente Des risques pour la production Moins de fiabilité :

Des risques pour la

production

humain présente Des risques pour la production Moins de fiabilité : erreur, retard, réactivité moindre

Moins de fiabilité : erreur, retard, réactivité moindre

Des risques pour

l’opérateur

réactivité moindre … Des risques pour l’opérateur Fragilise l’organisme : TMS, RPS, détérioration du

Fragilise l’organisme :

TMS, RPS, détérioration

du climat social ….

Formation ergonomie - EV

21
21

La démarche en ergonomie

Première phase, analytique:

La recherche d’ « indicateurs »:

Le bilan social,

Le registre des infirmières,

Les plaintes opérateurs,

Les demandes en CHSCT,

• Les retours qualité,…

Formation ergonomie - EV

22
22

Les observations sur le terrain,

Pourquoi observer?

Les observables

– De quels moyens dispose t’on?

Les limites des observables

La démarche (2)

Les analyses des résultats => approche systémique :

– L’écart entre le « prescrit » et le « réel » (ce qu’on a observé):

Exemples: la recette de cuisine l’écriture

Formation ergonomie - EV

23
23

La démarche (3)

• La formulation d’hypothèses

Les observations détaillées,

• La rédaction d’un diagnostic:

« l’opérateur est amené à réaliser son travail de telle manière… les conséquences en termes de santé/sécurité, qualité et productivité sont les suivantes… »

La restitution, aux opérateurs, ou groupes de travail, et en comité de direction ou de pilotage

Formation ergonomie - EV

24
24

En résumé

DYSFONCTIONNEMENT AUTRES CONNAISSANCES DYSFONCTIONNEMENTS RECUEIL DE DONNEES GENERALES HYPOTHESES PROTOCOLE DE
DYSFONCTIONNEMENT
AUTRES
CONNAISSANCES
DYSFONCTIONNEMENTS
RECUEIL DE DONNEES
GENERALES
HYPOTHESES
PROTOCOLE DE RECUEIL
RESTITUTION
ANALYSE ET VALIDATION
DIAGNOSTIC
OUI
NON

Formation ergonomie - EV

25
25

La démarche (4)

Observer, analyser, mais dans quel but?

La définition de principes de solution:

– Le poste d’engagement sur une ligne de montage

– Le poste de peintre dans un atelier d’assemblage

Le test de ces principes:

Analyse des conséquences

Santé

Sécurité

Productivité

Qualité

Aux postes amont/aval

Moyens disponibles:

Au « physique », prototypage

En « virtuel », à partir de scénarios de simulation

Formation ergonomie - EV

26
26

Quelques notions théoriques sous-jacentes

Physiologie: le fonctionnement du corps humain (charge physique, chronobiologie)

Cognition: le traitement des informations (charge mentale)

• L’environnement du poste: bruit, éclairage…

Psychologie/sociologie:

Le mode de raisonnement et de régulation individuel et collectif. L’exemple caractéristique du BTP

Le travail des cadres

Formation ergonomie - EV

27
27

Physiologie: les muscles

• Deux types d’activité musculaire:

Travail statique

Travail dynamique

Formation ergonomie - EV

28
28

L’effort « statique »

Définition: travail musculaire fourni pour conserver le corps dans une posture donnée

Exemple: Maintenir une visseuse sans bouger, le temps du vissage

• Conséquence: L’effet « garrot »

Formation ergonomie - EV

29
29

L’effet garrot

Activité cardiaque: OK, Activité respiratoire: OK, Circulation sanguine locale: nOK

MUSCLE
MUSCLE
respiratoire: OK, Circulation sanguine locale: nOK MUSCLE Déficit en combustible ARTERE VEINE Accumulation des

Déficit en

combustible

ARTERE

sanguine locale: nOK MUSCLE Déficit en combustible ARTERE VEINE Accumulation des déchets Formation ergonomie - EV

VEINE

Accumulation des déchets

Formation ergonomie - EV

30
30

Conséquences de certaines postures

- 3 Pa + 12 Pa
- 3 Pa
+ 12 Pa

Formation ergonomie - EV

31
31

Les contraintes discales

Les contraintes discales • Force max sur disques: 350 kg, • si supérieur, risque de –

Force max sur disques:

350 kg,

si supérieur, risque de

hernie discale et

de névralgies, voire

de calcification du disque

Formation ergonomie - EV

32
32

Les contraintes posturales

au niveau de la 5ème vertèbre lombaire pour un homme de 80 kg qui soulèverait une charge de 25 Kg

dans une posture de soulèvement courbée et

déséquilibrée

pour un homme de 80 kg qui soulèverait une charge de 25 Kg dans une posture

au niveau de la 5ème vertèbre lombaire pour un homme de 80 kg qui soulèverait une charge de 25 Kg

dans une posture de soulèvement droite

vertèbre lombaire pour un homme de 80 kg qui soulèverait une charge de 25 Kg dans

D’après l’INRS

Formation ergonomie - EV

33
33

Les contraintes posturales

a) 105 Kg sur l’épaule

Les contraintes posturales a) 105 Kg sur l’épaule 105 Kg sont portés quasiment dans l’axe de

105 Kg sont portés

quasiment dans l’axe

de la colonne

L’effort exercé sur les disques

intervertébraux est proche de

105 Kg

b) 30 Kg à bout de bras Pour maintenir Les 30 Kg la charge, sont
b) 30 Kg à bout de bras
Pour maintenir
Les 30 Kg
la charge,
sont portés à
un contrepoids
60 cm de la
colonne
de 360 Kg
doit être posé à
5 cm
Le rondin de bois
supporte au total
390 Kg
60
5
cm
cm

Formation ergonomie - EV

34
34

Les effets des postures défavorables

Posture

Posture

Effet sur lorganisme

Effet sur lorganisme

Posture debout

Posture debout

prolongée

prolongée

Congestion des jambes, formation

Congestion des jambes, formation

d’œdèmes ou de varices ;

d’œdèmes ou de varices ;

des jambes, formation Congestion des jambes, formation d ’œ dèmes ou de varices ; d ’œ
des jambes, formation Congestion des jambes, formation d ’œ dèmes ou de varices ; d ’œ

Posture assise

Posture assise

courbée

courbée

Compression des organes internes,

Compression des organes internes,

pouvant

pouvant

digestifs

digestifs

entra îner

entra îner

des troubles

des troubles

Posture courbée

Posture courbée

(debout, assise,

(debout, assise,

agenouillé)

agenouillé)

Déviation de la colonne vertébrale;

Déviation de la colonne vertébrale;

affection et lésions des disques

affection et lésions des disques

intervertébraux (hernies

intervertébraux (hernies

) )

Posture

Posture

agenouillée

agenouillée

Détérioration

Détérioration

des

des

m énisques

m énisques

du

du

genou, irritation des bourses

genou, irritation des bourses

synoviales des articulations.

synoviales des articulations.

Formation ergonomie - EV

35
35

L’effort « dynamique »

Définition: travail musculaire fourni pour faire

bouger les articulations

Exemple: soulever une pièce

La limite: les capacités cardiaques et respiratoires

Formation ergonomie - EV

36
36

Les limites physiologiques

Seuils cardiaques et respiratoires apports limités

Il y a déficit entre combustibles disponibles et ce qui est nécessaire lors d’un effort prolongé ou violent.

Ce qui manque: puisé dans les réserves musculaires

Le temps de récupération est allongé pour reconstituer les réserves

Formation ergonomie - EV

37
37

Les limites physiologiques générales

• Un stock d’énergie pour la journée,

La force musculaire maximale volontaire

Formation ergonomie - EV

38
38

Le stock d’énergie

5000 4000 Très pénible > 2000 Relativement Pénible 1600 à 2000 pénible 3000 Léger 1000
5000
4000
Très pénible
> 2000
Relativement
Pénible
1600 à 2000
pénible
3000
Léger
1000 à 1600
< 1000
2000
Métabolisme de repos (600 kcal/j)
1000
Métabolisme de base (1400/1800 kcal/j)
Kcal/jour

Formation ergonomie - EV

39
39
Formation ergonomie - EV 40
Formation ergonomie - EV
40

La force musculaire volontaire

% de l'effort

temps de

maximal

maintien

100%

< 10 sec.

50%

1 mn

30%

4 mn

< 20%

prolongé

Formation ergonomie - EV

La force musculaire

maximale volontaire ou

FMV est spécifique à chacun,

Elle diminue avec l’âge

et est moins élevée chez

les femmes

41
41

Données anthropométriques de base, population masculine

Posture debout :
Posture debout :

hauteur par rapport au sol

Posture assis-redressé :

hauteur par rapport au siège A

Formation ergonomie - EV

42
42

Charge Physique : Intérêts et limites

Permet d’analyser le travail sous sa forme « visible » : posture, mouvements, efforts, …

Permet de repérer les activités « hors limites » physiologiques

Permet d’identifier les risques « santé » à court terme : dorsalgies,

sciatiques, …

Dans la plupart des situations, requiert des mesures physiologiques

difficiles à mettre en œuvre

Est valable pour une personne, une activité : ne permet pas facilement

d’intégrer les aspects collectifs du travail

Formation ergonomie - EV

43
43

Les principaux standards

TRONC

0 45 60
0
45
60

Flexion avec appui

0 20 45
0
20
45

ÉPAULE

90 90 60 60
90
90
60
60
15 15 30 30 15 15 45 45 Inclinaison Rotation
15
15
30
30
15 15
45
45
Inclinaison
Rotation

NUQUE

0 0 15 30 15 30
0
0
15 30
15 30

Inclinaison

15 0 30
15
0
30

Flexion

Rotation

COUDE

Inclinaison 15 0 30 Flexion R o t a t i o n COUDE 60 180
60
60

180

Élévation

Élévation

latérale

latérale

POIGNET

Élévation latérale latérale POIGNET -20 30 Marteau Pince Flexion Flexion sans appui DISTANCE

-20

30 Marteau
30
Marteau
latérale latérale POIGNET -20 30 Marteau Pince Flexion Flexion sans appui DISTANCE D’ATTEINTE BON

Pince

Flexion

Flexion sans appui

DISTANCE D’ATTEINTE

-20 30 Marteau Pince Flexion Flexion sans appui DISTANCE D’ATTEINTE BON ACCEPTABLE MAUVAIS Formation ergonomie -

BON-20 30 Marteau Pince Flexion Flexion sans appui DISTANCE D’ATTEINTE ACCEPTABLE MAUVAIS Formation ergonomie - EV

ACCEPTABLEPOIGNET -20 30 Marteau Pince Flexion Flexion sans appui DISTANCE D’ATTEINTE BON MAUVAIS Formation ergonomie -

MAUVAISPOIGNET -20 30 Marteau Pince Flexion Flexion sans appui DISTANCE D’ATTEINTE BON ACCEPTABLE Formation ergonomie -

Formation ergonomie - EV

44
44

Notions de chronobiologie

De nombreux rythmes de fréquences différentes

Un régulateur central

Des régulateurs externes (vie sociale)

Les conséquences sur le travail

À court terme: isolement

À plus long terme: risque de troubles du comportement, troubles de la digestion, troubles du sommeil…

Formation ergonomie - EV

45
45

Évaluer la contrainte cognitive

La charge cognitive sera déterminée par la quantité d’informations à traiter et la façon Une
La charge cognitive sera
déterminée par la quantité
d’informations à traiter et la façon
Une action motrice
dont elles seront traitées .
La perception du signal, sa
transformation en information,
Traitement
sa mémorisation
Perception auditive, = coût visuelle, cognitif toucher, odeur
Des signaux
Quelles sont les informations
Le produit
traitées par l’opérateur ?
Le dispositif
technique
L’environ-
nement

Formation ergonomie - EV

46
46

La charge mentale

Notions fondamentales

La mémorisation,

– L’apprentissage,

La « représentation » d’une situation,

– L’autonomie au poste

Formation ergonomie - EV

47
47

La mémorisation

Différentes stratégies de « stockage » des informations:

La mémoire à court terme,

La mémoire de travail,

limitées => coûteux

La mémoire à long terme, illimitée

Formation ergonomie - EV

48
48

L’apprentissage du poste

Tient compte:

– De la difficulté d’utilisation des outillages, (acquisition du « beau geste »)

– Du nombre d’opérations différentes à réaliser,

De la diversité à gérer pour chaque opération,

Du temps passé sur chaque poste en cas de rotation

Formation ergonomie - EV

49
49

La stratégie perceptive

Apprentissage

Débutant

Formation ergonomie - EV

Moins fatigante Plus rapide Plus coulée

Expérimenté

50
50

Le feu tricolore

Le feu tricolore Réponses automatiques de type binaire Formation ergonomie - EV ? 51

Réponses automatiques de type binaire

Formation ergonomie - EV

?

51
51

Le circuit neuronique

mémoire

Le circuit neuronique mémoire la main saisit l’objet intention aire moelle muscles mouvement motrice épinière
Le circuit neuronique mémoire la main saisit l’objet intention aire moelle muscles mouvement motrice épinière

la main

saisit

l’objet

Le circuit neuronique mémoire la main saisit l’objet intention aire moelle muscles mouvement motrice épinière
intention aire moelle muscles mouvement motrice épinière récepteurs récepteurs cervelet sensitifs sensitifs
intention
aire
moelle
muscles
mouvement
motrice
épinière
récepteurs
récepteurs
cervelet
sensitifs
sensitifs
articulaires
aire de la
musculaires
sensibilité
corporelle
aire visuelle
rétine

récepteurs

sensitifs

cutanées

Formation ergonomie - EV

52
52

La représentation d’une situation

Dessinez-moi un hippocampe…

Formation ergonomie - EV

53
53

La mémoire qui flanche

La mémoire qui flanche Formation ergonomie - EV 54

Formation ergonomie - EV

54
54

La représentation d’une situation

Est fonction:

Du vécu antérieur,

De la formation reçue,

Des difficultés ressenties

=> Pour une même situation, un technicien méthodes et un médecin ne seront pas

« interpellés » par les mêmes éléments

Formation ergonomie - EV

55
55

L’autonomie au poste

• L’anticipation d’événements futurs « probables »

Le développement de stratégies individuelles

enchaînement logique dans le séquençage des opérations (ex. l’épinglage/vissage)

Formation ergonomie - EV

56
56

Charge Mentale : Intérêt et limites

Les opérations intellectuelles accompagnent le plus souvent les opérations manuelles

• Faire verbaliser les opérateurs sur ce qu’ils voient de ce qu’ils font (situation d’auto-confrontation) permet de mieux connaître les ressources et les stratégies déployées

• L’évaluation objective est difficile

• Le recueil et l’analyse de données demande un temps important

Les différences inter-individuelles sont fortes

Les aspects psycho-sociaux sont mal maîtrisés (stress, motivation, …)

Formation ergonomie - EV

57
57

L’environnement au poste

Le bruit,

• L’éclairage

La température

Les vibrations

Formation ergonomie - EV

58
58

Les caractéristiques du bruit

La fréquence = Hertz

L’intensité = Décibels

Ultra sons 20 000 HZ Fréquence audible 20 Hz
Ultra sons
20
000 HZ
Fréquence
audible
20
Hz

Infra sons

Niveau sonore (dB) = 10 log P/ P 0

Un écart d’un décibel correspond à peu près à

la plus petite variation d’intensité sonore perceptible à l’oreille.

90 dB + 87 dB + 81 dB = 92 dB

d’intensité sonore perceptible à l’oreille. 90 dB + 87 dB + 81 dB = 92 dB

Abaques

Formation ergonomie - EV

59
59

La réglementation

La directive européenne 2003/10/CE du 6/02/03 stipule

que l'opérateur ne doit pas être

exposé à plus de 87 dB A pendant 8 heures/jour.

A A plus 80 dB de A 80 (niveau dB A, il quotidien) y a ou

obligation pour l'opérateur de se

125

dB A (pression acoustique de

crête) protéger il y par a obligation des protections pour

l’employeur auditives. de fournir des

protections.

A 85 dB A (niveau NON quotidien) ou

 
   

130

dB A (pression acoustique de

crête) , il y a obligation pour les

employés de porter les protections.

 

Formation ergonomie - EV

60
60
BOUM ! PAF DRING TCHIC ! VRRR ZAP
BOUM !
PAF
DRING
TCHIC !
VRRR
ZAP

Les enjeux du bruit

Les troubles :

Du comportement

• De l’audition

De la communication

Un effet sur

La sécurité

La qualité

Un coût non négligeable

Formation ergonomie - EV

61
61

Et les aspects positifs…

• Entendre certains bruits = source d’informations

très importante:

– Bruit d’une visseuse en fin de couple,

– Passage d’un engin,

– Signal de fin de cycle d’une machine,

Si ces bruits sont masqués, la sécurité de l’opérateur ainsi que la qualité de son travail peuvent être compromises

Formation ergonomie - EV

62
62

Les protections contre le bruit

3 4 6 3 5 4 5 2 1 2 1 2 A B A
3
4
6
3
5
4
5
2
1
2
1
2
A
B
A
B
Formation ergonomie - EV
63

L’environnement au poste

• L’éclairage

Formation ergonomie - EV

64
64

Rappel des principales définitions

Sources primaires = sources émettrices de lumières

– Ex: Le soleil, la flamme d’un bougie, une ampoule électrique.

Emission de la lumière dans toutes les directions.

Intensité mesurée en candelas (cd)

Sources secondaires = sources qui réfléchissent la lumière en

direction de l’observateur ou de l’appareil photographique.

– = luminance, s’exprime en candelas par mètre carré (cd/m2).

Le Flux = Énergie lumineuse émise dans une direction

donnée.

– S‘exprime en lumen

Ce flux est égal à 1 lumen si la source présente à la base du cône

est de 1 candela.

si la source présente à la base du cône est de 1 candela. • La luminance

La luminance = Grandeur mesurée à proximité immédiate de la source lumineuse.

– S’exprime en candela (cd).

L’éclairement = flux lumineux reçu.

– S‘exprime en lux

Une surface reçoit un lux si sa surface est de 1m² et si elle est situé perpendiculairement à 1m d’une source d’un candela.

Formation ergonomie - EV

65
65

Impact de l’éclairage sur le travail

Impact de l’éclairage sur le travail • Inconvénients: – Fatigue visuelle – Risque d’erreur – Risque
Impact de l’éclairage sur le travail • Inconvénients: – Fatigue visuelle – Risque d’erreur – Risque

Inconvénients:

Impact de l’éclairage sur le travail • Inconvénients: – Fatigue visuelle – Risque d’erreur – Risque

Fatigue visuelle

– Risque d’erreur

Risque TMS nuque

Risque qualité (postes de contrôle visuel)

– Risque d’accident (caristes)

Formation ergonomie - EV

66
66

Exercice

Vous devez contrôler ces pièces, comment allez-vous concevoir le poste?

Exercice • Vous devez contrôler ces pièces, comment allez-vous concevoir le poste? Formation ergonomie - EV

Formation ergonomie - EV

67
67

Caractéristiques de l’éclairage

Le niveau d’éclairement : plus le niveau d’éclairement est élevé (lux), plus il favorise la perception mais il fatigue davantage.

Dans tous les cas : inférieur à 2 000 lux, sinon éblouissement

Le contraste et les luminances : plus le contraste est grand entre les pièces, moins le niveau d’éclairement nécessaire est élevé

Le rendu des couleurs et des reliefs : le rendu des couleurs est

fonction de la qualité de la source lumineuse (spectre). Il doit être important pour les opérations de contrôle visuel (de classe 1A).

Formation ergonomie - EV

68
68

Exemples

Exemple de situation

Éclairement

Pleine lune

0,5 lux

Rue de nuit bien éclairée

20 - 70 lux

Appartement lumière artificielle

100 - 200 lux

Bureau, atelier

200

- 3000 lux

Grand magasin

500

- 700 lux

Stade de nuit, salle de sport

1500

lux

Studio ciné./TV

2000

lux

Extérieur à l'ombre

10000 - 15000 lux

Ciel couvert

25000

- 30000 lux

Soleil "moyen"

48000

lux

Plein soleil

50000

- 100000 lux

Formation ergonomie - EV

69
69

Lumière, vision et couleurs

La lumière fait partie des rayonnements électromagnétiques. Elle correspond à la partie des vibrations à laquelle l’œil humain est sensible

des vibrations à laquelle l’œil humain est sensible Ultra-violet Lumière visible Formation ergonomie - EV

Ultra-violet

Lumière visible

Formation ergonomie - EV

Infra-rouge

70
70

La fatigue oculaire

Muscles ciliaires

Iris

Cornée

Pupille

Cristallin

Fovéa

Nerf optique

Rétine

Pupille Cristallin Fovéa Nerf optique Rétine Pellicule Diaphragme Lentille Sollicitation trop importante

Pellicule

Diaphragme Lentille
Diaphragme
Lentille

Sollicitation trop importante du système d’accommodation

Éblouissement : une sollicitation trop importante et brutale de la rétine par

un flux lumineux.

Formation ergonomie - EV

71
71

Réduire l’éblouissement direct

Aucun luminaire dans un angle inférieur à 30 par rapport à l’axe horizontal ;

Équiper les luminaires de grilles de

défilement ;

Protéger les postes de travail des

rayonnements solaires gênants.

Formation ergonomie - EV

défilement ;  Protéger les postes de travail des rayonnements solaires gênants. Formation ergonomie - EV
défilement ;  Protéger les postes de travail des rayonnements solaires gênants. Formation ergonomie - EV
défilement ;  Protéger les postes de travail des rayonnements solaires gênants. Formation ergonomie - EV
30 30
30
30
72
72

La luminance

Luminance = éclairement X coefficient de réflexion

Luminance = éclairement X coefficient de réflexion Le pouvoir de réflexion dépend de la couleur de

Le pouvoir de réflexion dépend de la couleur de la surface : une couleur claire réfléchit plus de lumière qu’une couleur foncée …

Formation ergonomie - EV

73
73

Équilibrer les luminances

La diffusion de la lumière est facilitée par le choix des coefficients de réflexion du plafond, des murs et du sol.

0,80 à 0,92

0,40 à 0,60

0,21 à 0,39

Formation ergonomie - EV 74
Formation ergonomie - EV
74

La réglementation

Locaux affectés au travail et leurs dépendances

Valeurs minimales d'éclairement

Escaliers et entrepôts Vestiaires, sanitaires

Escaliers et entrepôts Vestiaires, sanitaires 150 150 lux lux Espaces extérieurs Valeurs minimales
Escaliers et entrepôts Vestiaires, sanitaires 150 150 lux lux Espaces extérieurs Valeurs minimales

150

150

lux

lux

Espaces extérieurs
Espaces extérieurs

Valeurs minimales d'éclairement

Espaces extérieurs Valeurs minimales d'éclairement Espaces extérieurs où sont effectués des travaux à

Espaces extérieurs où sont effectués des travaux

à caractère permanent

200 lux

sont effectués des travaux à caractère permanent 200 lux Type d'activité Valeurs minimales
Type d'activité
Type d'activité

Valeurs minimales

d'éclairement

Mécanique générale, travail de pièces moyennes

Travail de petites pièces, bureau de dessin Mécanique de précision, électronique fine

500

750

lux

lux

1500 lux

Formation ergonomie - EV

75
75

La température

La chaleur => pas de valeur max

Baisse de la vigilance

– Forte dépense d’énergie pour diminuer la Tc

Favorise les TMS

d’énergie pour diminuer la Tc – Favorise les TMS • Le froid => pas de valeur
d’énergie pour diminuer la Tc – Favorise les TMS • Le froid => pas de valeur

Le froid => pas de valeur min

Perte de précision dans les gestes

– Forte dépense d’énergie pour augmenter la Tc

Favorise les TMS (contraction plus grande des muscles pour limiter les pertes d’efficacité, de sensibilité)

Formation ergonomie - EV

76
76

Les vibrations

Risques importants pour le dos (tassement des vertèbres, sciatiques) les caristes

Risques importants pour les articulations poignet/coude machines portatives de fréquence < 50 Hz

Diminution de la force de contraction des muscles

Entrée en résonance des muscles internes, donc du système digestif (troubles de la digestion identiques au « mal des transports »)

Formation ergonomie - EV

77
77

Les repères normatifs

Quelques normes AFNOR:

Références:

NF X 35-107: sécurité des machines, mesures du corps humain

NF X 35-104: sécurité des machines, prescriptions anthropométriques relatives à la conception des postes de travail sur machines

NF X 35-106: sécurité des machines, performance physique humaine

NF X 35-103: éclairage

NF X 35-201 à 209: ambiances thermiques

201: NF EN 27243, ISO 7243 (ambiances chaudes, estimation contraintes thermiques basée sur l’indice WBGT) 202: NF EN ISO 7726 (appareils et méthodes de mesure grandeurs physiques)

203: NF EN ISO 7730 (spécifications conditions de confort thermique, ambiances thermiques modérées)

204: Pr NF EN ISO 7933 (ergonomie des ambiances thermiques) 205: NF EN 28996, ISO 8996 (ergonomie, détermination de la production de chaleur métabolique)

208: NF EN ISO 11399 (ergonomie ambiances thermiques, application normes pertinentes)

Les normes INRS => guide de conception des postes de travail (cf. www.inrs.fr)

Les standards industriels des grands groupes

Formation ergonomie - EV

78
78

Notions de santé/sécurité au travail

Les TMS

Les indicateurs utilisés

Quelques statistiques

Formation ergonomie - EV

79
79

Terminologie

TMS: Trouble Musculo-squelettique =

LATR: lésion articulaire due au travail répétitif

LPA: lésion péri-articulaire

– Pathologie d’hypersollicitation péri-articulaire

LMR: lésions dues aux mouvements répétés

MSD: musculoskeletal diseases

Formation ergonomie - EV

80
80

Un trouble musculo-squelettique

Une tendinite

Un trouble musculo-squelettique Une tendinite Le syndrome du canal carpien Formation ergonomie - EV 81

Le syndrome du canal carpien

Un trouble musculo-squelettique Une tendinite Le syndrome du canal carpien Formation ergonomie - EV 81

Formation ergonomie - EV

81
81

Evolution depuis 1988

Evolution depuis 1988 Tableau 57 modifié en Sources: INRS et ARACT Pays de Loire Nouveaux tableaux
Evolution depuis 1988 Tableau 57 modifié en Sources: INRS et ARACT Pays de Loire Nouveaux tableaux

Tableau 57

modifié en

Sources: INRS et ARACT Pays de Loire

Nouveaux tableaux 97 et 98

Formation ergonomie - EV

82
82

TMS - Quelques chiffres

25% des travailleurs européens se plaignent de maux de dos et

23% se plaignent de douleurs musculaires (source : agence européenne pour la sécurité et la santé au travail - 2007).

Etude régionale dans les Pays de la Loire => 1 salarié / 13 ressent des douleurs musculo-squelettiques quotidiennes.

=> 1 salarié / 8 a un TMS du membre supérieur diagnostiqué par le médecin du

travail.

En 2008:

Plus de 7 millions de journées de travail perdues.

787 millions d’euros de frais couverts par les cotisations des entreprises. (42% du

coût total des indemnités)

74 % de l’ensemble des maladies professionnelles reconnues.

Formation ergonomie - EV

83
83

Coût moyen DIRECT Tableau 57

Coût moyen DIRECT Tableau 57 Epaule : coût moyen = 22 000 € nb jours arrêt:

Epaule:

Coût moyen DIRECT Tableau 57 Epaule : coût moyen = 22 000 € nb jours arrêt:

coût moyen = 22 000

nb jours arrêt: 270moyen DIRECT Tableau 57 Epaule : coût moyen = 22 000 € Coude : coût moyen

57 Epaule : coût moyen = 22 000 € nb jours arrêt: 270 Coude : coût

Coude:

: coût moyen = 22 000 € nb jours arrêt: 270 Coude : coût moyen =

coût moyen = 9 000 nb jours arrêt: 180

270 Coude : coût moyen = 9 000 € nb jours arrêt: 180 Main/poignet: coût moyen
270 Coude : coût moyen = 9 000 € nb jours arrêt: 180 Main/poignet: coût moyen

Main/poignet:

coût moyen = 9 000 € nb jours arrêt: 180 Main/poignet: coût moyen = 6 000

coût moyen = 6 000 nb jours arrêt: 130

Main/poignet: coût moyen = 6 000 € nb jours arrêt: 130 Données CARSAT Pays de Loire,

Données CARSAT Pays de Loire,

2006

Formation ergonomie - EV

85
85

Une pathologie pluri-factorielle

Conception

produits

Modes de

rémunération

Modes de

management

Facteurs de réduction de marges de manœuvre

Polyvalence

Gestion

compétences

et parcours

Conditions

biomécaniques

(efforts, répétitivité,

postures, …)

Consignes et procédures

Baisse de

performance

de

l’entreprise

Sensibilité

individuelle

Altération du geste

(empêchement,

compétences gestuelles, habiletés, expression de

l’identité, créativité, …

Formation ergonomie - EV

Conditions

psychosociales

(perception du

travail, stress, …)

TMS

Conception

équipements

Organisation

production

Outillage

86
86

Les accidents du travail

TF =

Taux de fréquence

Nombre d’accidents du travail

X 1 000 000

Nombre d’heures travaillées

Nombre d’accidents par million d’heures de travail

Taux de gravité

Nombre de journées calendaires

perdues pour mille heures

travaillées

TG =

Nombre de journées perdues

X 1 000

Nombre d’heures travaillées

2006

2006

2009

2004

Régime général

     

1,27

1,32

1,33

TF3

TF0

tx de fréquence des

AT bénins, avec et

sans arrêt

Métallurgie

1,04

1,09

1,12

BTP

2,82

3,14

2,8

TF2

TF1

AT avec et sans

arrêt

TF1

TF2

tx de fréquence des

AT avec arrêt

23,4

25,7

(-5,3%/2008)

22,5

24,7

(24,7 en 2008)

48,1

53,4

(50,2 en 2007)

 

Source: Statistiques annuelles CNAMTS / DRP,

année 2009

Formation ergonomie - EV

87
87
Formation ergonomie - EV 88

Formation ergonomie - EV

88
88

Les conséquences

• Le taux d’IPP: incapacité permanente partielle

Défini par la CNAMTS,

Âge

Angulations

Douleur

– Sert au calcul de l’indemnité perçue par le salarié accidenté ou malade,

– Définit si l’indemnité est de type capital ou rente

Formation ergonomie - EV

89
89

Coût des AT/MP, 2010

Coût moyen brut =

Prestations versées

Nombre d’AT/MP

Coût moyen AT/MP avec arrêt

Coût moyen AT/MP

avec IPP > 10%

Coût AT mortel

pour Calcul Taux AT en 2010

D’après la CRAM

Moselle, 2010

Formation ergonomie - EV

≈ 3 000 €

80 000

620 000

91
91

Exemples

54 750

Dont 1 221 au titre des indemnités journalières

82 125

91 764

137 646

Chiffres 2010, issus de CRAM Moselle

Formation ergonomie - EV

432 958

Dont 12 373au titre des indemnités journalières

649 437

621 318

92
92

Ergonomie et handicap

« Constitue un handicap, toute limitation d’activité ou restriction de

participation à la vie en société subie dans son environnement par une

personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. » Article L. 114 du Code

de l’action sociale et des familles

L’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des

personnes handicapées)

La CDAPH (ex-COTOREP) et le procédé de reconnaissance TH

Intervention ergonomique: expertises

Financement des solutions retenues

Formation ergonomie - EV

93
93

Etude de cas

Formation ergonomie - EV

94
94

Ergonomie et conception

• La même démarche, mais…

Les données initiales d'un problème de conception sont souvent incomplètes et insuffisantes voire changeantes

L'action de concevoir est une suite de décisions dont la réversibilité s'amenuise au fur et à mesure

Formation ergonomie - EV

110
110

La démarche en conception

La tâche réelle et

ses contraintes

L’activité de travail ANALYSE DU TRAVAIL La prise en compte de (des) opérateur (s) Les
L’activité
de travail
ANALYSE DU
TRAVAIL
La prise en compte
de (des) opérateur (s)
Les RESULTATS
La validation avec
les opérateurs
LA CONCEPTION
Normes
et recommandations

Formation ergonomie - EV

111
111

Les moyens disponibles

• Analyses d’activités équivalentes

Sur le site

– Sur d’autres sites du groupe

– Dans d’autres secteurs

Sur d’autres sites du groupe – Dans d’autres secteurs Analyse de situations de référence • Analyses

Analyse de situations de référence

• Analyses de séquences d’activité équivalentes : les invariants

• Prise en compte des connaissances sur l’homme au travail:

les normes et les « bonnes pratiques »

Formation ergonomie - EV

113
113

La logique d’usage

Mode opératoire et image opérative (représentation fonctionnelle)

L’image opérative désigne la représentation mentale que l'opérateur se fait de l'objet qui concourt à l'action" (Ochanine, 1986)

– En quoi l’action sur une commande est liée à l’image mentale du système

– En quoi l’action est liée à l’image du résultat de l’action ?

Comprendre, décrire les logiques d’usage

Formation ergonomie - EV

114
114

Importance des stéréotypes

Usage « spontané » d ’un dispositif technique

Importance des stéréotypes Usage « spontané » d ’un dispositif technique Formation ergonomie - EV 115
Importance des stéréotypes Usage « spontané » d ’un dispositif technique Formation ergonomie - EV 115

Formation ergonomie - EV

115
115

Le processus de travail

Définir et évaluer les contraintes physiques et mentales

Évaluer la répétitivité et la monotonie

Favoriser les tâches significatives

Définir la périodicité des pauses et leur durée

Intégrer les rythmes biologiques dans le travail

posté

Formation ergonomie - EV

116
116

Élaborer des scenarii

A partir de principes collectifs

Avec des règles de variabilité

Et des articulations entre collectif et individuel

Pour tester les solutions envisagées

Formation ergonomie - EV

117
117

Exemple d’analyse « prédictive »

Exemple d’analyse « prédictive » Formation ergonomie - EV 118

Formation ergonomie - EV

118
118

La simulation 3D

La simulation 3D Formation ergonomie - EV 119

Formation ergonomie - EV

119
119

Les logiques de conception

RATIONALITE TECHNIQUE

NEGOCIATION DE CONTRAINTES

   

Interaction entre la construction du

 

Résolution de problème

problème et les solutions

Diversité des natures d’objectifs

Explicitement défini par les données de base

Dont la solution purement technique résulte de l’application de connaissances,

Objet de choix politiques et de négociations

Où les acteurs de conception ne sont pas uniquement les concepteurs

Relève des concepteurs

 

Est un processus linéaire

 

Est un processus itératif

LA REUSSITE DEPEND DE LA

LA REUSSITE DEPEND DE LA QUALITE DES NEGOCIATIONS ET DE LA PERENNITE DE LA DYNAMIQUE

QUALITE DES SOLUTIONS TECHNIQUES

Formation ergonomie - EV

120
120

Synthèse de la démarche

1

1 2 3 4

2

1 2 3 4

3

4

• Définir les exigences de l’activité de travail (mode opératoire et travail réel)

• Caractériser la population d’opérateurs

Utiliser les connaissances disponibles en matière de facteur humain

pour faire des préconisations…

Formation ergonomie - EV

121
121

Domaines d’apport

Locaux et espaces de travail

Équipements, machines

• Dispositifs de présentation d’information

• Supports techniques (gammes, modes d’emploi…)

Organisation du travail

Formation-action des futurs utilisateurs

Formation ergonomie - EV

122
122