Vous êtes sur la page 1sur 354

S

Co
T

Démographie /
Habitat

R
P
Version arrêtée le 16 décembre 2008 Diagnostic Socio Économique
Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 2/ 354
CERTU/JC CASTEL Version 04-11-2005

Existe-t-il des lois de la croissance urbaine ?

Jean-Charles Castel, chef de groupe observation urbaine au CERTU

Les villes ont-elles un intérêt économique à croître ? Le développement doit-il se


concentrer dans les métropoles ou se répartir dans les pôles secondaires ?
Comment les sciences économiques et géographiques ont tenté de comprendre la
croissance urbaine à partir de lois générales ? Que valent ces modèles aujourd’hui ?

Historiquement, l’économie a abordé le thème de la croissance urbaine de la même façon


1
que le problème de la firme . Ce problème est le suivant : pour quelle raison économique les
individus se regroupent- ils au sein d’entreprises ? Pourquoi alors toutes les entreprises ne
fusionnent-elles pas en une seule ? La réponse montre que les entreprises évoluent en
rétroagissant entre deux forces contradictoires : une force de concentration pour faire des
économies d’échelle 2 et limiter les coûts de transaction3 , une force de déconcentration pour
lutter contre les déséconomies d’échelle et les coûts d’information internes. L’analogie avec
les villes est séduisante. 4 Elle a ouvert la voie à des modélisations issues de la micro-
économie et de la géographie.

1
Cette découverte a été publiée dans un article fondamental de Ronald Coase en 1937 : « The nature of the
firm ». Pour une synthèse récente et commentée, voir COASE R. L’entreprise, le marché et le droit. Traduit et
présenté par Boualem Aliouat. Paris, Ed. D’Organis ation, Eyrolles, 2005, 245p.

2
L’économie d’échelle Une économie d’échelle est une réduction du coût unitaire de production (un gain de
productivité) qui découle d’une hausse de la quantité produite, pour un coût fixe constant. La loi des rendements
non proportionnels, connue depuis Turgot, explique que toute activité, comportant des coûts fixes et des coûts
variables, passe par une phase de coûts décroissants (économie d’échelle), puis de coûts croissants (déséconomie
d’échelle), à mesure qu’elle augmente sa production. Cela signifie que les investissements générant des coûts
fixes ne sont pas infiniment divisibles. Ainsi, quand une entreprise veut augmenter sa production, elle ne peut
pas acheter un dixième ou un quart de machine. Elle doit investir dans une machine entière. S’il n’y avait pas de
facteurs fixes, ou si les coûts étaient infiniment divisibles, il n’y aurait pas besoin d’entreprises. On peut faire le
même raisonnement pour une commune qui investit dans un équipement public.

3
Le coût de transaction La notion de coût de transaction est due à Ronald Coase. Elle avait été pressentie
partiellement par l’économiste Piero Sraffa, dans un article paru en 1926 dans The Economic Journal, qui
évoquait la notion de coûts de vente. Réaliser des ventes coûte du temps, donc de l’argent. Les coûts de
transaction désignent tout le temps passé à rechercher des partenaires, négocier les contrats, surveiller leur
exécution. Ce sont des catégories particulières de coûts d’information. Absorber ses sous-traitants, les
transformer en salariés, constitue une façon de réduire les coûts de transaction, mais génère en contrepartie
d’autres coûts d’information internes. Dans l’entreprise, les coûts de transaction du marché sont remplacés par
des coûts d’organisation du fonctionnement hiérarchique. A noter que la théorie les rendements non
proportionnels ignorait à l’époque de Turgot l’importance des coûts d’information et les coûts de transaction mis
à jour par Coase. Ceux-ci permettent de comprendre les déséconomies d’échelles là où la seule explication liée
aux facteurs de production est insuffisante.

4
Elle avait déjà été posée en 1933 par l’économiste anglaise Joan Robinson qui se demandait si les villes n’ont
pas un intérêt économique à se concentrer en un seul gratte-ciel ? ROBINSON J. The imperfect competition.
Citée par Philippe Simonnot, in SIMONNOT P. L’invention de l’Etat. Economie du droit. Paris, Ed. Les belles
lettres, 2003. p 269.

1/4
Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 3/ 354
CERTU/JC CASTEL Version 04-11-2005

1. L’approche économique de la croissance urbaine

L’idée que l’espace urbain est soumis à des forces concurrentes de concentration et de
déconcentration est au cœur des recherches sur la modélisation urbaine. Depuis la théorie de
la firme, la concentration urbaine trouve sa raison d’être dans l’avantage que procure la
proximité pour réduire les coûts de transaction. Comme au sein des entreprises, l’économie
urbaine intègre la loi des rendements non proportionnels, qui explique qu’au-delà d’un certain
seuil, la croissance des coûts fait baisser le rendement de la concentration urbaine. La taille
des villes traduirait les adaptations entre ces forces contraires. Selon cette vision, il n’y a pas
de bonne solution durable, mais un va et vient entre ces forces.

2. La quête de la taille optimale

On peut se demander s’il existe des effets de paliers dans la croissance des villes, pour
lesquels un optimum serait atteint. Dans les années soixante, le commissariat général au plan
s'est interrogé sur la fixation de tailles optimales des agglomérations en fonction de leurs
programmes d'équipements 5 , en étudiant les rapports entre économies et déséconomies
d’échelles 6 . La quête d’un optimum correspond à une vision statique. Pour faire les calculs,
elle impose de fixer les structures économiques, les avancées technologiques et les
préférences des consommateurs 7 . Pour être réalistes, ces analyses doivent être adaptées au cas
par cas et réajustées. L’optimum se déplace ; il est toujours provisoire 8 .

3. Les lois du marché des localisations

Les approches issues de la géographie essaient d’aller un plus loin que le seul problème de la
taille des agglomérations, en s’intéressant à la localisation des différentes fonctions. Elles
essaient de trouver des lois générales qui simulent la reproduction de ces localisations 9 . Un
pan important de l’économie géographique, développé notamment à l'occasion du rapport
Buchanan, repose sur les relations entre concentration/dispersion des activités et les coûts de

5
J-P PIECHAUD, P-A BELLOTTI Coût d'urbanisation : études d'agglomérations. Commissariat général au
plan, CERAU, 1967.
6
Les questions d’économies d’agglomération et de coûts de transaction ou d’information sont absentes de ces
recherches.
7
Il s’agit d’approches quantitatives issues de la macroéconomie.
8
Voir sur ce point POLESE M. et SHEARMUR R. Economie urbaine et régionale. Op. Cit. p87-89.

9
Les modèles de l’économie géographique Les approches spatiales de l'économie existent depuis le XIXe
siècle. Elles ont été développées par des économistes-géographes, à la suite de Von Thünen (modèle de
décroissance des rendements agricoles en cercles concentriques), Weber (modèle d’optimisation entre les zones
d’intrants et zones de vente), puis de Christaller (modèle de hiérarchie urbaine appelé Théorie des lieux centraux
ou Théorie des places centrales) et Lösch (modèle des lieux centraux approfondi intégrant des irrégularités de
l’espace). Ces modèles supposent une simplification de l’espace et une homogénéité des acteurs économiques
qui n’est que rarement réaliste. La déformation des aires de marché est sensible à la présence d’infrastructures ou
de barrières naturelles. Les familles de modèles utilisés aujourd’hui se différencient par leurs principes
dominants : une loi d’attraction dans les modèles physiques (loi gravitaire par exemple), un principe de
permanence dans l’organisation de l’espace lié à des marquages sociaux (à la suite de l’Ecole de Chicago), une
capacité d’auto organisation dans les modèles dynamiques (automates cellulaires par exemple).
Pour une synthèse historique voir SCHEIBLING J. Qu’est ce que la géographie ? Paris, Ed. Hachette, 2004, pp.
200. Pour une synthèse récente, voir DERYCKE P-H, HURIOT J-M, PUMAIN D Penser la ville. Théories et
modèles. Paris, Anthropos, coll. Villes. 1996. Chapître 1. pp. 7-51.

2/4
Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 4/ 354
CERTU/JC CASTEL Version 04-11-2005

transport10 . Selon ces modèles, les économies d’échelle et la baisse des coûts de transports
poussent les activités à la concentration. En l’absence de coûts de transport les entreprises se
concentreraient à la limite en un seul lieu pour profiter des économies d’agglomération11 ,
c'est-à-dire de l’externalité positive que constitue de la réduction de coûts de transaction
procurée par l’effet de concentration. Les mutations urbaines s’expliquent par le différentiel
de la valeur de ces externalités et de la valeur de la distance, et donc du temps, selon les
fonctions 12 . La ville apparaît comme une pompe aspirante refoulante qui redistribue
l’allocation de l’espace au gré des enchères des différentes fonctions. Elle connaît un
mouvement apparemment paradoxal de concentration/dédensification. La baisse des coûts du
transport favorise à la fois la concentration autour des grands pôles et l’étalement autour de
ces pôles. Le facteur transports n’explique pas tout, car l’étalement est aussi poussé par de
nombreuses autres causes : l’augmentation des m2 par habitant due à la croissance des
revenus, les dispositions réglementaires et sécuritaires qui limitent la concentration, les
préférences de certaines populations, etc…

4. Les effets de rente de localisation

La ville est loin d’être un marché parfait du fait du poids des externalités et des effets de rente.
Le temps est révolu ou l’extension urbaine était bien accueillie par l’opinion. Maintenant que
de nombreuses communes périurbaines ont fait le plein d’habitants, elles adoptent une
politique d’urbanisme précautionneuse, soucieuse d’économiser l’espace et de ne pas
engendrer de nouveaux coûts d’équipements. Il arrive que des communes attractives décident

10
La nécessité de ménager le temps, qui est une ressource rare, est à la base de ces modèles de localisation des
activités. Les ressources économisées peuvent ainsi être allouées à d’autres fonctions sans réduire le niveau
général de bien être économique, c’est à dire en évoluant vers un optimum de Pareto. Cet optimum évolue sans
cesse, sinon aucune activité ne pourrait changer de site.

11
Externalités et économies d’agglomération L’externalité est l’effet de valorisation ou de dévalorisation
d’un bien sur son environnement ou à l’inverse la valorisation qu’il tire ou la dévalorisation qu’il subit de son
environnement. L’externalité positive est également appelée économie externe, l’externalité négative est appelée
déséconomie externe. La caractère positif ou négatif est un jugement qui peut être relatif. Le nom d’effet externe
est attribué Alfred Marshall (Principles of Economics, 1961), mais l’exposé de l’idée revient avant cela à
l’économiste anglais Arthur Pigou (1932), que l’on considère comme le père du principe pollueur payeur. Pour
un exposé sur le problème des effets externes en aménagement, se reporter au numéro 84 de la revue (automne
1999) pp. 17-21.
Les économies d’agglomération désignent l’avantage produit par la proximité spatiale des services et entreprises.
Plus une ville est grande plus les économies d’agglomération sont importantes. C’est une économie externe.
Mais cette externalité est aussi compensée par des déséconomies d’agglomération comme les nuisances et la
congestion qui font que, à partir d’un certain niveau, le rendement marginal qu’une entreprise ou un ménage peut
retirer des économies d’agglomération doit décroître. Cela peut être le cas lorsque des emplois quittent le centre
pour la périphérie.
L’externalité que représente les économies d’agglomération est plus ou moins intégrée dans les prix fonciers et
immobiliers. La méthode des prix hédoniques permet d’approcher les éléments constitutifs de cette valeur. Pour
l’étude et la critique de cette méthode, se reporter aux numéros de la revue n° 74, 76, 78 (mars 1997, sept 1997,
mars 1998).

12
Sur ce point, voir POLESE M. et SHEARMUR R. Economie urbaine et régionale. Paris, Ed. Economica,
deuxième édition, 2005. p85.

3/4
Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 5/ 354
CERTU/JC CASTEL Version 04-11-2005

de limiter leur croissance. Cela a pour effet d’augmenter les prix immobiliers et la rente de
localisation13 des propriétaires en place aux dépens des nouveaux entrants14 . Encore faut- il
que les conditions de l’attractivité aient été réunies préalablement. La rente de localisation est
une rente de l’attractivité. La réduction de l’offre foncière dans ces communes augmente de
façon relative l’attractivité des communes situées plus loin, et accroît encore l’étalement.

5. Apports et limites des approches déductives

Les modèles issus de la microéconomie et de la géographie incitent à voir la ville comme une
source d’économies d’agglomération dont le niveau détermine l’importance de l’attractivité
économique et de la productivité, ainsi que le rang des services et des équipements collectifs.
Ils ne disent pas si une ville dense est plus performante qu’une ville étalée, parce que chaque
type de ville doit correspondre à son propre optimum. L’écono mie est tautologique, c’est sa
limite. On ne peut pas trancher cette question sans sortir de l’hypothèse de l’optimisation qui
est le fondement même du modèle 15 . La question de la concentration ou de la dispersion est
essentiellement appréhendée à travers le problème des coûts du transport. En cas de hausse
des coûts du transport, l’aire de marché des entreprises se réduit, favorisant les pôles de rang
inférieur aux dépens des pôles supérieurs16 .
Ces modèles donnent une vision simplifiée du développement des villes à une large échelle.
Ils donnent des idées sur la façon dont le marché risque d’intégrer certaines évolutions
économiques et politiques. Ils permettent aussi de comprendre des notions telles que
« économie d’échelle » ou « externalité », qui sont fondamentales en aménagement. Ils ne
permettent pas d’appréhender les variations conjoncturelles du marché immobilier, ni les
configurations locales, à l’échelle du quartier par exemple. Plus fondamentalement, l’analogie
ville-entreprise a des limites. Au demeurant, de nombreuses entreprises ne s’implantent pas
selon ces modèles, à l’heure de la tertiarisation et de la mondialisation. D’autres façons
d’analyser l’urbanisation se sont développées depuis, sans essayer de formaliser des lois
générales par déduction de comportements d’optimisation. L’idée même que l’urbanisation
puisse se décrire avec de telles lois fait l’objet de critiques. Reste que l’augmentation du coût
du pétrole sera un test, car il faudra bien que chacun l’optimise à sa façon.

13
Le rente de localisation provient du fait que l’offre de biens fonciers est relativement inélastique : chaque
terrain est un lieu unique. Les possibilités de substitution sont limitées.
14
Les modèles contemporains issus de la dynamique des systèmes (modèles de croissance fractale ou automates
cellulaires) sont des modèles de rente de localisation. Ils affectent le comportement de chaque cellule par une
valeur sensible à l’attractivité de son environnement immédiat. Chaque décision microscopique est une fonction
des externalités du voisinage. Au lieu de conduire à une expansion en tache d’huile, ces modèles ménagent des
« trous » dans la progression de la croissance urbaine. Ils permettent de reconstituer des simulations de
l’urbanisation passée qui peuvent parfois surprendre par leur réalisme. Il s’agit de modèles inductifs, qui visent
seulement la similitude avec le réel, sans prétendre produire des lois explicatives comme les modèles issus de la
microéconomie.
15
Comme le dit Mises, l'auteur qui a le plus investit ce sujet : "De quelque manière que l'on s'y prenne, l'on ne
parviendra jamais à formuler la notion d'action irrationnelle sans que son irrationalité ne soit fondée sur un
jugement de valeur arbitraire." L VON MISES L'action humaine, Traité d'Economie (traduit de l'américain par
R. Audouin), Paris, PUF, 1949.
16
Dans les métropoles, la hausse du coût des transports pourrait « encourager la suburbanisation des emplois,
afin de permettre aux employeurs de profiter de bassins de main d’œuvre suburbanisés qui n’ont plus accès au
centre. » POLESE M. et SHEARMUR R. Economie urbaine et régionale. Op. Cit. p291.

4/4
Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 6/ 354
Troisièmes rencontres nationales des SCOT à Grenoble les 29 et 30 Mars 2006 : un SCOT, oui mais pour
quoi faire ?

La force de dilution de l'espace urbain : une opportunité de remise en cause


de l'urbanisme
Par Jean-Charles Castel, Chef de groupe Observation Urbaine au CERTU.

1. Pourquoi les riverains rejettent la densification ?


En raison de la capitalisation des externalités positives, la densité de 1'urbanisation a tendance à
s'autobloquer.
Compte tenu de la baisse de densité démographique, ou, ce qui revient au même, de
l'augmentation du nombre de mètres-carré par habitant, une ville qui ne construit pas perd des
habitants. Ainsi, par exemple, la ville de Marseille doit construire 3000 logements par an,
seulement pour maintenir sa population. Alors que les associations d'habitants n'hésitent pas à se
mobiliser contre le bétonnage dès que les grues se répandent, la croissance de la densification
physiquement apparente fausse l'impression de densité démographique, laquelle a déjà du mal à
se maintenir.
La résistance des riverains à la densification de leur quartier comporte deux explications, l'une
sociologique, l'autre économique. L'explication sociologique renvoie à l'idée qu'il existerait une
forme croissante d'appariement sélectif et de NIMBY. Ce dernier terme caractérise un
comportement de disjonction ente l'adhésion apparente à des objectifs d'intérêt général et le souci
de chacun que ces objectifs ne soient pas mis en oeuvre juste sous sa fenêtre.
Mon idée est que l'explication sociologique est fortement imbriquée avec l'explication économique.
Celle-ci est due au fait que le développement du marché de la construction de logement s'est
transformé de plus en plus en un marché capitalistique, dont il s'agit de protéger les actifs comme
des placements. Or, l'économie immobilière a cette particularité d'être très dépendante des
externalités.
Ainsi, les propriétaires qui ont fait construire leur maison en limite de village et bénéficient d'une
vue sur les espaces naturels ou agricoles, se conduisent en général en groupe de pression pour
que leur vue soit préservée et que les parcelles situées devant eux restent inconstructibles. Le
même raisonnement s'observe en ville pour protéger le moindre arbre existant. Chaque
propriétaire veille à ne pas être privé d'une vue ou d'un peu d'ensoleillement, car sinon, son cadre
de vie serait atteint et la valeur même de son logement pourrait baisser. II en va de même pour
un parc public. Les terrains appartenant aux collectivités ou à I'Etat sont particulièrement soumis à
la pression des habitants pour ne pas être densifiés, et il se trouve généralement un élu ou un
candidat aux élections, pour s'attirer les faveurs des riverains, en promettant qu'il en fera un
espace vert.
Plus généralement, la densification peut-être assimilée par les habitants des quartiers à une
dégradation de la qualité de vie. Celle-ci apparaît d'autant plus objective qu'elle peut se traduire
par un manque à gagner. La méthode dite des prix hédoniques permet de calculer comment ces
avantages de riveraineté- sont capitalisés dans les valeurs immobilières. La protection d'une vue
ou d'un espace boisé constitue ainsi une rente de situation pour les riverains. En raison de la
capitalisation des externalités positives, la densité de l'urbanisation a tendance s'autobloquer.
Ce mécanisme économique de rente se retrouve également dans la production des voies en
impasse dans les lotissements. Les logements situés dans une voie en impasse ont plus de valeur
parce qu'ils bénéficient de la protection de leur espace de proximité. Ils s'isolent des flux de
passage et du bruit, tout en pouvant se brancher sur les axes de circulation. Il s'agit d'une
réponse au niveau microscopique qui permet d'avoir les avantages de la présence d'un
équipement public sans les inconvénients.
La géométrie fractale et le recours aux modèles de croissance utilisant des automates cellulaires
sont utilisés pour modéliser spatialement les effets de ces dynamiques. Ils permettent de simuler
comment l'urbanisation se développe en ménageant des (( trous »,des vides », des sauts ))
d'urbanisation et des effets de (( grappe )) autour de voies en impasse. Dans tous les cas, cela
signifie que la logique de proximité des riverains s'impose à la focale plus large des urbanistes.
La force de dilution de l'espace urbain : une opportunité de remise en cause de l'urbanisme Page 1 sur 6

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 7/ 354
Ceux-ci ont tendance à privilégier la composition des espaces publics et le tracé des trames
structurantes à l'échelle de l'agglomération.
La présence de populations d'un standing social inférieur constitue de la même façon une
externalité environnementale négative, tandis que La garantie d'une sélection sociale entre-soi est
un moyen de protéger la valeur de son patrimoine d'un risque de dégradation. L'utilisation de
l'espace, notamment de l'espace vert, devient un moyen de mise à distance d'autrui. En
ménageant des coupures l'espace vert devient un rempart », dans une certaine limite, contre les
risques d'influence des externalités négatives.
L'écologie, qui favorise les coupures vertes, et le comportement économique fonctionnent de
concert. D'une façon générale, le succès des politiques d'environnement les condamne a être
récupérées par le capitalisme. En effet, lorsque les valeurs environnementales ne se traduisent pas
dans les prix, les écologues n'ont de cesse de plaider pour l'intégration des externalités, au nom
de la vraie valeur des choses. Mais lorsque les valeurs environnementales se retrouvent dans les
prix, elles deviennent un marché de valeurs supérieures, c'est à dire un marché fortement sélectif
du point de vue social.
2. Pourquoi la baisse des densités l'emporte-t-elle ?
La crise de l'urbanisme, que provoque la dilution urbaine aujourd'hui, n'est rien d'autre que la
crise de l'économie d'échelle de ce qui est collectif:
Pour l'économiste, le phénomène de rejet de la densité n'est pas nouveau. Mais l'individu a à la
fois intérêt à se rapprocher des autres et à s'en écarter. En fonction des techniques à sa
disposition, l'une ou l'autre de ces forces l'emporte. Si la ville se dilate aujourd'hui, il faut, en
grande partie, en chercher l'explication dans ce que révèle l'économie. Cette explication comporte
plusieurs dimensions. L'une se situe du côté des économies de la production de masse, l'autre du
côté des coûts normatifs et assuranciels, la troisième concerne le rapport entre l'économie et les
solidarités formelle et informelle. Nous allons les exposer successivement. En premier lieu,
l'industrialisation a permis de faire baisser les coûts de production de nombreux produits qui
rendent l'individualisation plus performante que les solutions collectives. C'est particulièrement le
cas du marché de la voiture et de la maison individuelle. Bien sûr, on peut opposer que les prix de
marché ne reflètent pas les calculs de coûts globaux intégrant des coûts normatifs. Cela ne
contredit pas l'explication, mais montre seulement que, si l'on veut changer les choses, il faut
modifier les conditions actuelles des arbitrages individuels. Reste que, l'économie d'échelle des
biens collectifs traditionnels est sans cesse battue par l'économie d'échelle de la production
industrielle de biens individuels. Ce mouvement est inexorable.
En matière de bâtiment il est d'autant plus important que le souci de cadre de vie a amené les
urbanistes à réduire la taille des immeubles collectifs autorisés. Chaque immeuble collectif devient
un costume taillé sur mesure, là ou la maison individuelle a inventé l'économie du prêt à porter.
Au final, il est impossible de produire de l'immeuble collectif aujourd'hui à moins de 1200 euros le
mètre-carré habitable HT, tandis que la maison individuelle de base sur catalogue se construit à
600 euros le mètre-carré, soit à moitié prix.
La crise de l'urbanisme, que provoque la dilution urbaine aujourd'hui, n'est rien d'autre que la
crise de l'économie d'échelle de ce qui est collectif. Avec l'évolution des techniques, la production
des biens collectifs est toujours provisoire. Elle représente toujours une solution subsidiaire, par
défaut, tant que la technique et l'industrialisation ne permettent pas de trouver des solutions
individuelles plus avantageuses.
Du point de vue de la formation matérialiste des urbanistes, la disparition d'un service collectif est
souvent interprétée comme un signe de réduction du bien commun et d'affaiblissement des liens
sociaux de solidarité. Pour l'économiste, il s'agit souvent du résultat d'un système tombé en
désuétude avec la croissance économique et le progrès technique, dont il ne faut pas s'émouvoir.
Aujourd'hui, tout le monde ou presque possède une salle de bains, et personne ne pleure sur la
disparition des bains douches municipaux, comme s'il s'agissait d'un signe dramatique de
destruction du lien social. Il en va de même pour les cabines téléphoniques.
La force d'autonomisation des individus fait que le marché est toujours demandeur de techniques
à bas prix qui permettent de s'affranchir des contraintes de la gestion collective. La technique a

La force de dilution de l'espace urbain : une opportunité de remise en cause de l'urbanisme Page 2 sur 6

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 8/ 354
ainsi un pouvoir destructeur de tout ce qui est collectif au niveau matériel.
Compte tenu que la France a tout fait pour sortir du religieux et pour ancrer le collectif dans le
matérialisme, elle ne peut que se trouver en situation de dépression aggravée par la fuite en
avant de la technique.

3. Quand l'espace devient une assurance


L'écartement de l'espace et des localisations diminue la concentration des risques, des normes et,
partant, des surcoûts afférents.

La deuxième explication vient de la représentation des risques. La vie en communauté impose de


brider une part de son autonomie en échange des liens communautaires, qui sont notamment des
liens de protection réciproques. Chaque époque optimise à sa façon l'équation entre le besoin de
protection et le besoin d'autonomie. Les réponses collectives au besoin de sécurité se réalisent
lorsque le produit qui en résulte crée une économie d'échelle qui profite aux personnes, davantage
que ne le feraient des réponses individuelles. Ainsi, dans les villes denses historiques, la
production d'une enceinte collective ou de fortifications est apparue, pendant des siècles, comme
le meilleur moyen d'optimiser la sécurité d'un groupe de personnes.
Le paradoxe de la technique est qu'elle invente des solutions pour se prémunir des risques ou
pour gagner de la vitesse ou de la productivité, mais que ces évolutions engendrent elles-mêmes
de nouveaux risques1. Ainsi, plus les avions sont de gros porteurs, plus l'incident peut se
transformer en catastrophe. Plus les digues prémunissent des inondations, plus les populations
s'entassent à proximité et s'exposent à un risque de rupture. Cette évolution du risque a ouvert la
voie à la création du marché de l'assurance, qui a commencé avec le trafic maritime, à fin de la
Renaissance.
Dans l'écart de prix de construction entre l'habitat collectif et individuel, l'essentiel du surcoût est
lié à des techniques et des normes plus exigeantes, nécessitant des prestataires particuliers et,
partant, des coûts de gestion et d'assurance spécifiques. Plus les biens sont massifiés, plus la prise
de conscience du risque se traduit par des niveaux de normes élevés, qui renchérissent les coûts
techniques et les coûts d'assurance.
Les urbanistes n'ont pas vu arriver ces surcoûts normatifs, qu'ils ont pourtant contribué à
produire. Ils sont souvent restés sur l'idée simpliste, héritée des grands ensembles, selon laquelle
ce qui est collectif doit produire des économies d'échelles. Cette époque est révolue.
Une industrie dangereuse située au milieu du tissu urbain paye une assurance plus chère que si
elle se situait en rase campagne. Dans la société contemporaine, la présence non choisie de
l'autre est evenue un danger, une source de risque. C'était le cas également autrefois, mais les
avantages comparatifs de la présence d'autrui, par rapport au risque qu'il représentait, faisaient
pencher la balance du côté des solutions collectives.
L'écartement de l'espace et des localisations diminue la concentration des risques; des normes et
des surcoûts afférents. On le voit par exemple à propos des normes sur les bassins de rétention.
Dans une recherche sur la comparaison de coûts d'urbanisation, j'avais été frappé par le fait que,
dans une région, tous les lotissements faisaient moins d'un hectare. Il s'agissait en fait du seuil au
delà duquel la création d'un bassin de rétention était rendue obligatoire. Cette observation a
permis de comprendre comment les effets de seuil normatifs favorisent l'émiettement de
l'urbanisation. Un projet qui cherche à massifier son intervention sur un périmètre plus important
se heurte à des surcoûts normatifs, des coûts de complexité, de transaction, de délais, qui
annulent les économies d'échelle qu'il peut espérer par ailleurs. La clé économique de la dispersion
urbaine se trouve ici. La densité ne crée plus d'économies d'échelle, du moins au sens de ce qui
est monétarisé par les constructeurs et leurs clients. Or, ce sont eux qui constituent le maillon de
la chaîne décisif, à partir duquel la ville se bâtit.

Sur cette question voir « l’accident originel » de Paul Virilo, Ed. Galilée. Paris, 2005,158p.
1

La force de dilution de l'espace urbain : une opportunité de remise en cause de l'urbanisme Page 3 sur 6

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 9/ 354
4. Quand la crise urbaine reflète la transformation du social par les liens contractuels
Partout où il y a du collectif l'externalisation de sa production se traduit en coût financier.

Le contrat constitue la première forme de précarisation des rapports entre personnes, en même
temps qu'une forme de libération. II rompt l'hérédité, la transmission entre générations, la
garantie de la reproduction sociale. L'invention du contrat, mise au service de l'autonomie des
personnes, a permis une externalisation de la production du bien collectif, son entretien et sa
protection. Ainsi, par exemple, dans le cas de la gestion d'un immeuble collectif, l'absence de liens
communautaires entre copropriétaires est rendue possible grâce à l'externalisation contractuelle
de l'exécution des services communs. La production du collectif ne se situe plus à l'intérieur du
groupe, mais est confiée à des prestataires extérieurs, en l'occurrence une entreprise, un syndic,
un assureur par exemple.
Cette contractualisation de la protection se traduit par des flux financiers. Partout où il y a du
collectif, l'externalisation de sa production se traduit en coût financier, là où les solutions
individuelles ou communautaires règlent le problème en partie de façon non monétarisée.
L'air de la ville rend libre dit-on. En protégeant l'anonymat, la ville remplace les liens
communautaires par des contrats et des flux monétaires. Ce développement ouvre une
perspective plus large sur le rapport entre le social et le monétaire. La mesure économique du
développement urbain ne sait lire que les flux formels. Elle ignore les activités non monétaires et
les solidarités informelles.
Quand on essaie de comparer des coûts globaux entre des secteurs d'habitat collectif et individuel,
on remarque l'importance des surcoûts du mode de vie collectif. Mais on découvre ensuite qu'une
grande partie de ces surcoûts est lié au fait qu'il s'agit de relations monétarisées là où elles ne le
seraient pas pour de l'habitat individuel. Cela est particulièrement visible en matière de coûts
d'entretien et de sécurisation.
La ville bourgeoise haussmannienne coûtait beaucoup moins cher, à l'époque où elle était
alimentée et entretenue par des armées d'ouvriers à bas salaire et de domestiques. A partir du
moment où ces flux se transforment aujourd'hui en salaires, prestations, avec charges, TVA et
assurances, alors la production de la gestion d'un bien collectif devient un luxe. La ville ne peut
s'en sortir qu'en se gentrifiant. La dédensification et l'individualisation du développement urbain
correspondent à une échappatoire devant la croissance des coûts immatériels de la prise en
charge des interactions liées à la densité.

5. Pourquoi la planification et le projet urbain sont-ils inefficients


L'enchantement du collectif par la planification et le projet urbain apparaît de plus en plus comme
irréel.
La croyance dans la stabilité du système fondé par le contrat de travail a été prise de court par la
vitesse du progrès technique. La machine, la robotisation permettent de s'affranchir des liens
entre personnes, réduits à de simples liens contractuels. Tant que la solidarité sociale sera fondée
sur le travail contractuel et monétarisé, elle fera grossir la population des exclus, classés au rang
d'inutiles, réduits à a seule fonction subsidiaire de consommateurs.
Face à cette précarisation, l'appropriation de l'espace est devenue un moyen de réassurance.
L'accessibilité à un parcours social ascendant dépend de moins en moins du statut des personnes,
et de plus en plus de la possession de capital comme vecteur de reconnaissance, de garantie et de
possibilité de développement. Pour les classes moyennes, cela se limite souvent à l'espoir
d'acquérir une maison individuelle, quelque part dans le périurbain, là où le terrain n'est pas trop
cher.

Est-il besoin de dire à quel point la planification urbaine ne peut rien faire contre une telle lame de
fond ? Elle suit le mouvement. Les POS regardent à 99% vers le passé. Ils ne parlent plus que de
patrimoine. Leur luxe de détails réglementaires ne servent pus qu'à sauvegarder les droits acquis
et les rentes de situation des propriétaires riverains. La partie réellement consacrée à des enjeux
de projet de transformation de l'espace se réduit à quelques actions ponctuelles.

La force de dilution de l'espace urbain : une opportunité de remise en cause de l'urbanisme Page 4 sur 6

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 10/ 354
Le changement d'époque que nous vivons constitue un tournant de civilisation. Parmi les ferments
principaux de cette transformation se trouvent la vague de fond des droits de l'homme, la
conception cybernétique du vivant et de l'économie, et la relation de méfiance de l'homme
contemporain à la technique.
II ressort de ce nouveau paradigme que l'organisation des rapports humains autour du capital et
du risque rend désuète la production du collectif par le discours de projet et de production de
règles a priori. L'urbain n'est plus une réalité ontologique extérieure, isolable comme un
échantillon, enfermable dans une historicité, assignable à une promesse de dépassement,
façonnable comme une réalisation. Le fait urbain n'est pas totalisable. 11 se déploie dans la
nouvelle réalité faillée de la condition humaine, où chaque champ obéit à sa légitimité et sa
logique propres, celui de la rationalité technique et économique (universalité), celui du vivre
ensemble politique (pluralité), celui du sentiment éthique (individualité)2.
A l'opposé, l'urbanisme ne s'est toujours pas dépêtré du vieil attirail qu'il s'était constitué peu à
peu depuis la Renaissance. II continue d'appréhender la chose urbaine et l'action publique de
façon historiciste et projective. Le savoir faire de l'urbanisme dont nous avons hérité est en train
de mourir de sa prétention sotériologique matérialiste, qui a voulu tout embrasser. La production
de normes spatiales locales fait semblant d'être investie du pouvoir de résoudre ces questions
économiques et sociales, qui trouvent en réalité leur source dans des transformations de la société
bien plus fondamentales. L'incantation à l'impératif catégorique de projet territorial, ainsi que la
volonté d'arraisonnement du développement durable, en l'hypostasiant dans des normes et des
indicateurs, marquent le dernier soubresaut de résistance de l'urbanisme d'hier. Son dernier
fétiche fut la loi SRU. Elle a souvent été présentée comme un renouveau de la planification
urbaine et du projet urbain. Mais elle en révèle encore davantage la crise. Cet urbanisme là ne
peut que mourir de boulimie. II a prétendu pouvoir souder l'individu, le social, la technique et
l'histoire, comme si les différents univers pouvaient se réduire à la même dimension. La société de
demain devra apprendre à gérer ces écarts créatifs plutôt que de tenter de les assimiler dans une
fusion forcée.
La crise actuelle du politique trouve son explication ici, comme l'urbanisme qui, pour l'essentiel,
sert à fabriquer du discours politique. Elle met à nu sa difficulté à produire encore de
l'enchantement pour relier le «je » et le « nous », ce qui constitue traditionnellement sa fonction
principale. L'enchantement du collectif par la planification et le projet urbain apparaît de plus en
plus comme irréel, comme factice ou au mieux comme une opération de communication. II ne
peut en être autrement. Le PADD est l'opium de l'urbanisme. II ne promet plus que des paradis
artificiels, parce que, dans notre société, c'est toute la production du bien selon une éthique de la
promesse3 qui touche à sa fin. Le changement d'époque que nous vivons constitue un tournant de
civilisation. Il ne s'agit pas moins que de la sortie progressive de tout l'héritage accumulé pendant
des siècles par l'empilement du rationalisme et de la sotériologie chrétienne, républicaine, et
marxiste

6. L'urbanisme l'action publique


Ce qui peut arriver de mieux ci un SCOT est qu 'il ne soit jamais approuvé.
Les conceptions traditionnelles de l'éthique de l'action publique passent par la production de
projets et de règlements. Elles sont en crise, compte tenu de leur façon de poser le bien a priori et
de présupposer la légitimité de l'exercice de la violence publique pour atteindre ce bien. Face à
cela, se développe une nouvelle forme d'éthique de précaution et de gestion. Elle est liée aux
situations d'indécidabilité, notamment face aux risques non calculables, ou aux situations liant
plusieurs décideurs ou parties. L'action publique est inspirée de l'écologie ou les systèmes
complexes sont en interaction et sont soumis sans cesse à des risques divergents. Les enjeux
sociétaux d'aujourd'hui se déploient dans cette dimension : risques environnementaux,
précarisation sociale, attractivité économique.

Voir « la philosophie au piège de l’histoire », Philippe Mengue, Ed. la différence, Paris, 2004, 367p.
2

Voir « la philosophie au risque de la promesse », sous la direction de Marc Crepon et Marc de Launay, Ed Bayard,
3

Paris, 2004, 209p.


La force de dilution de l'espace urbain : une opportunité de remise en cause de l'urbanisme Page 5 sur 6

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 11/ 354
La légitimité de l'action réside dans la rigueur de la gestion de l'information, de la capacité de
réajustement au cas par cas et de la réactivité au fil du temps. II n'y a ici pas de grand projet
défini en plein, pas de plan avec un horizon final, pas de promesse ou de lutte finale. Le cadre de
l'action se présente davantage en négatif, sous forme de seuils à éviter pour maintenir les
équilibres, accompagnés d'un dispositif de veille, rééquilibrés sans cesse par des actions
successives. L'action publique devient une action de gestionnaire de risques et de régulations en
temps réel.
Pour gagner demain, il ne suffira pas que chaque élu dans son périmètre de compétence affiche
des projets, des programmes ou des solutions a priori. Les métropoles gagnantes seront celles où
les acteurs publics parviendront à se coordonner, à réduire les coûts de transaction, de non
coopération, pour augmenter la « productivité collective » et qui sauront communiquer dessus.
Elles sauront donner le sentiment de la confiance au monde économique, de la responsabilité au
monde de l'environnement, de la solidarité au monde social, c'est-à-dire la capacité de faire face
aux risques. Cette confiance ne passe plus du tout par les anciens réflexes planificateurs, la
production de règlements d'urbanisme et les maquettes de beaux projets pour attirer les
investisseurs.
Le changement essentiel réside dans le passage d'une action définie a priori vers une action
définie a posteriori. Cette approche impose de passer de la prévision isolée à la construction de
CO-visibilités entre partenaires, et de la projection à la rétroaction. Ce mode de pensée est
résolument empiriste et multilatéral. II convient aux jeunes générations, la génération Internet,
dont la représentation du réel est formatée par les moteurs de recherche, les liens, les réseaux,
sans centre ni hiérarchie, et dont l'action est réflexive, basée sur l'essai-erreur et la mise en
commun des expériences dans des forums. Ici les attributs classiques du pouvoir disparaissent :
sa conception mono-centrée, sa tension bilatérale entre majorité et opposition, son culte de la
décision.

Les démarches de SCOT qui s'expérimentent aujourd'hui expérimentent parfois sans le savoir ce
mouvement de régulations souples et continues. Ce qui peut arriver de mieux à un SCOT est qu'il
ne soit jamais approuvé, qu'il n'entre jamais dans le droit positif afin qu'il ne tue pas le
multilatéralisme qui constitue sa source d'intelligence.

JCC 27-03-2006

La force de dilution de l'espace urbain : une opportunité de remise en cause de l'urbanisme Page 6 sur 6

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 12/ 354
Lexique

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 13/ 354
Quelques données nationales 1/2

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 14/ 354
Quelques données nationales 2/2

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 15/ 354
Une occupation
dispersée
du Haut-Beaujolais

InterScot Communes
de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Az ergues

2 0
5 Beaujolais-Vauxonne

3
Beaujolais
du Pays d'Am plepuis Nizerand Morgon de l'Agglom ération
Thizy Villefranche

4
8 1
des Pays du
Bois d’Oingt

7 Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

9 du Pays de Tarare Monts d'Or


6 Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

source BD Carto IGN

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 16/ 354
Une faible densité générale

du Haut-Beaujolais

Densité (hab/km²)
2 350 - 9 210
430 - 2 350
InterScot Communes 110 - 430
30 - 110
0- 30 du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

2 0
5
3
Beaujolais
du Pays d'Am plepuis Nizerand Morgon de l'Agglom ération
Thizy Villefranche

4
8 1
des Pays du
Bois d’Oingt
7
Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

9
6 du Pays de Tarare Monts d'Or
Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 17/ 354
Plus de personnes âgées
moins de jeunes

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 18/ 354
Construction neuve et
décohabitation : ce qui fait bouger

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 19/ 354
Une intensification de la
construction neuve
du Haut-Beaujolais

du Haut-Beaujolais
de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône
de la Haute Vallée
de la Région de Beaujeu d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne
du Beaujolais
Beaujolais
Val de Saône du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
période 1994 - 1998
de la Haute Vallée Thizy Villefranche

d'Azergues des Pays du


Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Vauxonne Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

Beaujolais du Beaujolais
du Pays d'Amplepuis de l'Agglomération Val d'Azergues
Nizerand Morgon
Thizy Villefranche

des Pays du
période 1999 2003
Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues
du Beaujolais
Val d'Azergues

1 500 logements
Taux de construction
pour 1000 logements
135 - 1000 période1990- 1993
750 55 - 135
50 - 55
30 - 50
0 - 30

150

Source Sitadel
Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 20/ 354
Une forte consommation de
terrain pour les logements
Surface moyenne de terrain par logement
(source : SITADEL 1997-2002)

1 599
1 444 1 514
1 391
1 295
1 029 1 038 1 080 1 086
917

243

SEPAL Total génér al Sud Loir e Val de Saône- Ouest lyonnais Bugey Côtièr e Beaujolais Val Nor d 38 Les Rives du Haut-Rhône La Dombes
Dombes Plaine de l Ain de Saône Rhône Dauphinois

Exploitation Agence d’urbanisme


Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 21/ 354
Une consommation annuelle
représentant la commune de
Belmont d’Azergues

Exploitation Agence d’urbanisme


Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 22/ 354
Accueillir 35 000 nouveaux
habitants en 2030 ?
‹ Soit
l’équivalent
de
Villefranche
‹ Soit 2

familles par
an et par
commune

Insee OMPHALE

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 23/ 354
Vers un fort vieillissement :
plus de personnes âgées, moins de jeunes
Les projections de population du Scot Beaujolais
95 et plus

90-94
85-89
80-84
75-79
70-74
65-69
60-64

55-59
50-54
45-49
40-44
35-39
30-34

25-29
20-24
15-19
10-14
5-9
0-4

8000 6000 4000 2000 0 2000 4000 6000 8000


Insee OMPHALE 2000 2010 2020 2030

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 24/ 354
Une augmentation de la population
mais une stabilité des actifs
L’évolution de la population et des actifs
230 000

210 000

190 000

170 000

150 000

130 000

11 0 0 0 0

90 000

70 000
2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030

Insee OMPHALE

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 25/ 354
Une profonde modification de la
population
L’évolution de quelques indicateurs
27 1,5
Indice de vieillesse Indice de jeunesse Indice de Charge Sociale
26 1,4
25
1,3
24
23 1,2

22 1,1
21
1,0
20
0,9
19
18 0,8

17 0,7
2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030

Insee OMPHALE Insee OMPHALE

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 26/ 354
Une taille de ménage en baisse

Taille du ménage
2,60
2,55
2,50
2,45
2,40
2,35
2,30
2,25
2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030

Insee OMPHALE Insee OMPHALE

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 27/ 354
Un besoin plus grand en
logement
100 000 225 000
Population Ménages
220 000
95 000
215 000

90 000 210 000

205 000
85 000
200 000

80 000 195 000

190 000
75 000
185 000
70 000 180 000
2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030

Insee OMPHALE Insee OMPHALE

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 28/ 354
Des besoins en logement et en
foncier conséquents
‹ + 25.000 ménages d’ici 2030 soit 3250 ha soit
équivalent Amplepuis

‹ Les besoins en construction de logements neufs


correspondraient à un accroissement du parc de
+ 16.000 logements à l’horizon 2015

‹ En moyenne, 1.300 m² ont été mobilisés pour


chaque logement construit entre 1997 et 2002

‹ Entre 2000 et 2015, 150 hectares seraient


nécessaires chaque année pour répondre aux
besoins de logements

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 29/ 354
Le Scot Beaujolais
et
l’agence d’urbanisme
pour le développement de l’agglomération lyonnaise

vous présentent…

Patrick BRUN

Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 30/ 354
La démographie

dans le

Scot Beaujolais
AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 31/ 354
Le Scot Beaujolais
Chap 1 – Dans l’Interscot

Chap 2 – Le Scot

Chap 3 – Les EPCI du Scot

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 32/ 354
CHAPITRE 1
Le Scot Beaujolais

dans

L’espace Interscot
AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 33/ 354
CHAPITRE 1

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 34/ 354
CHAPITRE 1

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 35/ 354
CHAPITRE 1

Scot InterScot
Habitants 184 000 2 644 000 (7%)

evo 90/99 +0,7 +0,5

Solde naturel +6 000 +133 000 (4%)

Solde migratoire +5 000 -23 000

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 36/ 354
CHAPITRE 1
L’évolution de population
Base 100 en 1954

Base
260 Ouest lyonnais

240 Val de Saône -


Dombes
Nord-Isère
220
Haut-Rhône
Dauphinois
200 La Dombes

180 Bugey Côtière


Plaine de l'Ain
Les Rives du
160 Rhône
Lyon
140
Beaujolais

120 Sud Loire

100
1954 1964 1974 1984 1994 2004
AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 37/ 354
CHAPITRE 1
Le solde migratoire entre 90 et 99

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 38/ 354
CHAPITRE 1

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 39/ 354
CHAPITRE 1

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 40/ 354
CHAPITRE 1

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 41/ 354
CHAPITRE 1 Les déplacements domicile-travail dessinent
de nouvelles interdépendances

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 42/ 354
CHAPITRE 1 Les surfaces moy. consommées
pour chaque nouveau logement

AGENCE
D'URBANISME Source SItadel / Dre 1997-2002
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 43/ 354
CHAPITRE 1
La construction
individuelle

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 44/ 354
CHAPITRE 2
Le Scot Beaujolais

Fiche d’identité

AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 45/ 354
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 46/ 354
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 47/ 354
CHAPITRE 2
Scot beaujolais

Superficie 1 560 Km2

Densité 118,6 hab / km2

Habitants 1999 184 366

Gain en 9 ans +11 800

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 48/ 354
CHAPITRE 2

Le Scot Beaujolais

Structure
de la population

AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 49/ 354
CHAPITRE 2
Pyramide des âges
15 Nombre de résidences principales constr av 1915 RP99
95-99 16 Nombre de résidences principales constr 1915-48 RP99
90-94
Source
85-89 : Insee - RP 9 9 ex ha ustif 17 Nombre de résidences principales constr 1949-67 RP99
80-84 18 Nombre de résidences principales constr 1968-74 RP99
75-79
70-74 H 19 Nombre de résidences principales constr 1975-81 RP99
65-69
F
60-64 20 Nombre de résidences principales constr 1982-89 RP9
55-59 21 Nombre de résidences principales constr à partir 1990 R
50-54
45-49 22 Rés princ maisons ind/fermes constr avt 1915 RP99
40-44 H F 23 Rés princ maisons ind/fermes constr 1915-48 RP99
35-39
30-34 24 Rés princ maisons ind/fermes constr 1949-67 RP99
25-29 25 Rés princ maisons ind/fermes constr 1968-74 RP99
20-24
15-19 26 Rés princ maisons ind/fermes constr 1975-81 RP99
10-14
5-9 27 Rés princ maisons ind/fermes constr 1982-89 RP99
0-4 28 Rés princ maisons ind/fermes constr à partir 1990 RP99
6% 5% 4% 3% 2% 1% 0%29 1%
Rés princ ds immeubles collectifs constr avt 1915 RP99
2% 3% 4% 5% 6%
30 Rés princ dans immeubles collectifs constr 1915-48 RP9
Scot Beaujolais 31 Rés princ dans immeubles collectifs constr 1949-67 RP
InterScot 32 Rés princ dans immeubles collectifs constr 1968-74 RP
33 Rés princ dans immeubles collectifs constr 1975-81RP9
AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 50/ 354
CHAPITRE 2

Scot InterScot

Homme 49% 48%


Femme 51% 52%

Etrangers 5% 6,9%

Taille ménages 2,5 2,4

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 51/ 354
CHAPITRE 2
Niveau de formation
16 Nombre de résidences principales constr 1915-48 RP99

Source : Insee - RP 9 9 ex ha ustif 17 Nombre de résidences principales constr 1949-67 RP99


Dipl. supérieur 18 Nombre de résidences principales constr 1968-74 RP99

19 Nombre de résidences principales constr 1975-81 RP99


Bac + 2
20 Nombre de résidences principales constr 1982-89 RP99

Bac + Brevet prof. 21 Nombre de résidences principales constr à partir 1990 RP99

22 Rés princ maisons ind/fermes constr avt 1915 RP99


CAP BEP
F 23 Rés princ maisons ind/fermes constr 1915-48 RP99

BEPC 24 Rés princ maisons ind/fermes constr 1949-67 RP99

25 Rés princ maisons ind/fermes constr 1968-74 RP99

CEP 26 Rés princ maisons ind/fermes constr 1975-81 RP99

27 Rés princ maisons ind/fermes constr 1982-89 RP99


sans diplôme
28 Rés princ maisons ind/fermes constr à partir 1990 RP99

en cours d'études 29 Rés princ ds immeubles collectifs constr avt 1915 RP99

30 Rés princ dans immeubles collectifs constr 1915-48 RP99

Scot Beaujolais 0%
31 5% dans immeubles
Rés princ 10% 15% constr
collectifs 20% 25%
1949-67 RP99

InterScot 32 Rés princ dans immeubles collectifs constr 1968-74 RP99

33
AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 52/ 354
CHAPITRE 2

Le Scot Beaujolais

Evolution
de la population

AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 53/ 354
CHAPITRE 2
Les dynamiques démographiques se jouent
de plus en plus à l’échelle de l’inter-Scot

Les évolutions
communales de la
population à l’échelle du
Scot Beaujolais

1954 - 1968
1968 - 1982
1982 - 1999

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 54/ 354
Évolution annuelle
de la population
entre
1954 et 1962
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 55/ 354
Évolution annuelle
de la population
entre
1962 et 1968
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 56/ 354
Évolution annuelle
de la population
entre
1968 et 1975
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 57/ 354
Évolution annuelle
de la population
entre
1975 et 1982
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 58/ 354
Évolution annuelle
de la population
entre
1982 et 1990
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 59/ 354
Évolution annuelle
de la population
entre
1990 et 1999
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 60/ 354
Évolution annuelle
de la population
entre
1999 et 2004
Estimations Agence urbanisme
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 61/ 354
Évolution annuelle
de la population
entre
1999 et 2004
Estimations Agence urbanisme
CHAPITRE 2

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 62/ 354
CHAPITRE 2

Le Scot Beaujolais

La population active

AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 63/ 354
CHAPITRE 2 70%
57% 56%
Le taux d’activité 60%
50%
40%
30%
20%
9% 12%
10%
0%
Taux d'activité Taux de
chômage
57%54%
60% 51%
47%
50%
40%
30%
20%
10%
0%

Scot Beaujolais Femmes Longue


durée
AGENCE
D'URBANISME
InterScot
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 64/ 354
CHAPITRE 2

Le chômage 7 600 chômeurs

InterScot 16,7% 65,4% 17,8%

moins 24 ans
de 25 à 49 ans
> 50 ans

Scot Beaujolais 18,1% 62,2% 19,7%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 65/ 354
CHAPITRE 2

Le type d’activité
ouvriers

employés

Prof. Inter

Cadres

Artisans

Agriculteurs

0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0%

Scot Beaujolais
AGENCE
D'URBANISME
InterScot
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 66/ 354
CHAPITRE 2

Les contrats de travail


Non salariés 11,2%
17,3%

CDI 60,3%
59,3%

Fonctionnaires 15,7%
12,1%

CDD 7,2%
6,4%

SIFE 0,6%
0,4%

CES empl. Jeunes 1,7%


1,5%

intérim 2,1%
1,8%
InterScot
Scot Beaujolais
apprentis 1,2%
1,2%

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 67/ 354
CHAPITRE 2

Le Scot Beaujolais

Les logements

AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 68/ 354
CHAPITRE 2

Scot InterScot

Logements 83 269

Résidences principales 85 % 88 %

Logements vacants 7% 8%

Résidences secondaires 7 % 3%

Logements occasionnels 1 % 1%
Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 69/ 354
CHAPITRE 2

Le statut d’occupation
60,0%
50,0%
40,0%
30,0%
20,0%
10,0%
0,0%

Autre
Locataire

Locataire
non HLM
Propriétaire

HLM
Scot Beaujolais
AGENCE
D'URBANISME
InterScot
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 70/ 354
CHAPITRE 2

Le type de résidences principales


2,3%
Autre InterScot
3,0% Scot Beaujolais

58,1%
Immeuble
collectif
32,8%

39,6%
Maison indiv.
64,2%

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 71/ 354
CHAPITRE 2

Le nombre de pièces par logement


Scot
35%
Beaujolais
30%
InterScot
25%
20%
15%
10%
5%
0%
es

es

es

es
e

us
èc

èc

èc

èc

èc

pl
pi

pi

pi

pi

pi

ou
1

es
èc
pi
6
AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 72/ 354
CHAPITRE 2

L’ancienneté du parc

45%
40% Scot
35% Beaujolais
30%
25% InterScot
20%
15%
10%
5%
0%
5

48

67

74

81

89

90
91

19

19
19

19
19

19
t1

à
à

e
an

rd
15

49

68

75

82
av

rti
19

19

19

19

19

pa
à
AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 73/ 354
CHAPITRE 2

Taille des immeubles


70% Scot
Beaujolais
60%
InterScot
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Maison ou Maison ou Immeuble Autre
1 seul log. immeuble de 10 log
2 à 9 log. ou plus
AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 74/ 354
CHAPITRE 2

L’évolution
entre
1990 et 1999
Rés.
principales

Rés.
secondaires

Log. vacants

Log.
occasionnels

- 50% - 40% - 30% - 20% - 10% + 0% + 10% + 20%


AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 75/ 354
CHAPITRE 2

L’évolution
entre
60%
1990 et 1999 50%
40%
30%
20%
10%
0%

Propriétaire

Locataire

Locataire

Autre
non HLM

HLM
1999

1990
AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 76/ 354
CHAPITRE 3
Le Scot Beaujolais

et ses
structures
intercommunales
AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 77/ 354
CHAPITRE 3

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 78/ 354
CHAPITRE 3

La démographie
46
Agglomération de Villefranche
21
Pays de Tarare
21
Pays d'Amplepuis Thizy
19
Beaujolais-Saône-Pierres Dorées
15
Beaujolais - Val de Saône
14
Pays du Bois d’Oingt
12
Monts d'Or - Azergues
11
Région de Beaujeu
10
Beaujolais-Vauxonne
5
Haute Vallée d'Azergues
4
Beaujolais Nizerand Morgon
4
Haut-Beaujolais
3
Beaujolais - Val d'Azergues

0 10 20 30 40 50
AGENCE
Milliers d'habitants
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 79/ 354
CHAPITRE 3

Les jeunes et les seniors ( +60 ans)


Beaujolais Nizerand Morgon
Beaujolais - Val d'Azergues
Monts d'Or - Azergues
Beaujolais-Vauxonne
Pays du Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône-Pierres Dorées
Beaujolais - Val de Saône
Agglomération de Villefranche
Région de Beaujeu
Pays de Tarare
Haute Vallée d'Azergues
Pays d'Amplepuis Thizy
0 0,05 0,1 0,15 0,2 0,25 0,3 0,35

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 80/ 354
CHAPITRE 3
Les jeunes (<20 ans)

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 81/ 354
CHAPITRE 3
Les seniors (>60 ans)

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 82/ 354
CHAPITRE 3
Estimation de l’évolution 1999 2004

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 83/ 354
CHAPITRE 3
Estimation de l’évolution 1999 2004

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 84/ 354
CHAPITRE 3

Le Scot Beaujolais

Les déplacements
pour le travail

AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 85/ 354
CHAPITRE 3

Les modes de déplacements

8% 2% 10%

InterScot 69%
pas de transport
4% 7% à pied seul
plusieurs modes
2 roues
8% 2% 3% voiture
TC
Scot 1 mode
73%
Beaujolais

7% 7%

0% 20% 40% 60% 80% 100%

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 86/ 354
CHAPITRE 3
Les migrations domicile-travail

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 87/ 354
CHAPITRE 3
Les migrations domicile-travail

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 88/ 354
CHAPITRE 3
Les migrations domicile-travail

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 89/ 354
Adéquation emploi - habitat
Part des emplois des communes de l’aire métropolitaine occupés par des actifs résidents

1975 1999

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 90/ 354
CHAPITRE 3
Politiques de transport :
la poursuite des tendances
• Routes et 2005
1975
2030
autoroutes :
poursuite
de la politique
d’équipement

• Des territoires
où la voiture
est devenue
indispensable

AGENCE
490
260 km
670
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 91/ 354
CHAPITRE 3
Conséquence :
la dépendance automobile
1999
1990
1982

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 92/ 354
CHAPITRE 3
Conséquence :
la dépendance automobile
1975
1982
1990
1999

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 93/ 354
CHAPITRE 3
Lier les choix d’urbanisation
à la desserte ferroviaire ?

AGENCE
D'URBANISME
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise 14 février 2006

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 94/ 354
Michel Sénelet Patrick Brun

SCOT BEAUJOLAIS AGENCE D’URBANISME


Pour le développement
de l’agglomération lyonnaise

172 boulevard Vermorel 18 rue du Lac


69400 Villefranche sur Saône 69003 Lyon

AGENCE
D'URBANISME
Scot Beaujolais – Mardi 14 février 2006
pour le développement de l'agglomération lyonnaise

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 95/ 354
Origine
de du Pays du Beaujolais - de la Haute Beaujolais- Beaujolais
Villefranche- d'Amplepuis Val Monts d'Or - Vallée du Beaujolais - Saône-Pierres Beaujolais- du Haut- du Pays de des Pays du de la Région de Nizerand
sur-Saône Thizy d'Azergues Azergues d'Azergues Val de Saône Dorées Vauxonne Beaujolais Tarare Bois d'Oingt Beaujeu Morgon Beaujolais
Total Actifs 17 723 8 075 1 366 4 928 1 911 6 176 8 257 4 285 1 508 8 658 6 120 4 819 1 787 75 613
11 147 6 281 264 1 096 1 111 3 477 2 209 1 644 956 6 178 2 164 3 136 484 40 147
Attraction Interne 62,9 77,8 19,3 22,2 58,1 56,3 26,8 38,4 63,4 71,4 35,4 65,1 27,1 53,1
6576 1794 1102 3832 800 2699 6048 2641 552 2480 3956 1683 1303 35466
Evasion Externe
37,1 22,2 80,7 77,8 41,9 43,7 73,2 61,6 36,6 28,6 64,6 34,9 72,9 46,9
2150 562 268 461 440 1573 2247 1906 221 592 1652 943 967 13982
dont Reste Beaujolais
12,1 7,0 19,6 9,4 23,0 25,5 27,2 44,5 14,7 6,8 27,0 19,6 54,1 18,5
4426 1232 834 3371 360 1126 3801 735 331 1888 2304 740 336 21484
Extérieur Beaujolais dont
25,0 15,3 61,1 68,4 18,8 18,2 46,0 17,2 21,9 21,8 37,6 15,4 18,8 28,4
Grand Lyon (57) 15,3 4,6 49,3 60,1 12,9 7,0 36,7 9,4 5,2 11,0 28,2 4,9 12,4 18,6
du Pays de l'Arbresle 0,6 0,5 6,1 1,7 1,1 0,1 1,7 0,4 0,1 6,9 4,8 0,0 0,4 1,9
Porte Ouest de la Dombes 3,0 0,0 0,5 2,0 0,6 1,0 2,5 1,2 0,2 0,1 0,8 0,4 1,8 1,4
du Mâconnais- Val de Saône 2,1 0,0 0,5 0,4 0,0 0,9 0,6 1,4 0,1 0,1 0,3 0,3 1,1 0,8
le Grand Roanne 0,5 0,0 0,1 0,1 0,2 1,6 0,2 0,6 4,2 0,0 0,2 3,7 0,3 0,7
de Montmerle Trois Rivières 0,1 3,6 0,0 0,1 0,2 0,0 0,1 0,0 0,3 0,3 0,1 0,1 0,0 0,5
du Canton de Belmont de la Loire 0,3 0,0 0,0 0,0 0,1 2,2 0,1 0,9 0,3 0,0 0,0 0,4 0,1 0,3
Destination

du Maconnais-Beaujolais 0,0 2,1 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,2
de l'Est Lyonnais 0,1 0,0 0,0 0,0 0,1 0,6 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 2,3 0,0 0,2
Val de Saône Chalaronne 0,2 0,0 0,6 0,5 0,2 0,1 0,3 0,3 0,2 0,1 0,4 0,1 0,2 0,2
de Miribel et du Plateau 0,1 0,0 0,0 0,1 0,1 1,2 0,0 0,3 0,3 0,0 0,0 0,5 0,2 0,2
du Pays entre Loire et Rhône 0,2 0,0 0,2 0,4 0,1 0,1 0,5 0,2 0,0 0,0 0,2 0,1 0,1 0,2
du Canton de Saint Laurent de Cham 0,0 1,3 0,0 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,3 0,0 0,0 0,0 0,2
de Villefranche-sur-Saône 11 147 33 55 231 112 827 1 475 1 335 52 119 751 290 750 17 177
du Pays d'Amplepuis Thizy 17 6 281 7 7 90 4 15 4 6 205 39 3 1 6 679
du Beaujolais - Val d'Azergues 34 2 264 27 8 1 86 3 12 95 4 3 539
Monts d'Or - Azergues 264 13 93 1 096 20 38 322 24 2 48 150 15 20 2 105
de la Haute Vallée d'Azergues 36 79 5 4 1 111 21 11 10 34 17 78 21 15 1 442
du Beaujolais - Val de Saône 426 4 4 15 20 3 477 71 327 36 10 30 440 19 4 879
Beaujolais-Saône-Pierres Dorées 739 7 57 135 27 81 2 209 96 2 47 285 25 79 3 789
Beaujolais-Vauxonne 287 2 5 7 257 60 1 644 8 5 25 60 39 2 399
du Haut-Beaujolais 8 9 2 27 28 3 956 6 3 74 1 1 117
du Pays de Tarare 48 380 9 15 15 3 48 4 1 6 178 176 3 7 6 887
des Pays du Bois d'Oingt 138 31 35 13 74 6 133 13 1 121 2 164 4 24 2 757
de la Région de Beaujeu 79 3 1 4 38 302 8 63 79 2 8 3 136 9 3 732
Beaujolais Nizerand Morgon 74 1 3 2 5 18 24 12 4 484 627
Beaujolais 13 297 6 843 532 1 557 1 551 5 050 4 456 3 550 1 177 6 770 3 816 4 079 1 451 54 129
Courly 57 2 711 371 674 2 961 246 431 3 028 403 79 954 1 724 234 222 14 038
Courly 55 2705 368 670 2960 246 430 3023 402 79 952 1721 234 222 14012

Destination
CC
CC du CC de la CC du Beaujolais- CC des CC de la CC
CA de CC du Pays Beaujolais - CC Monts Haute Beaujolais - Saône- CC Pays du Région Beaujolais
Villefranche- d'Amplepuis Val d'Or - Vallée Val de Pierres Beaujolais- CC du Haut- CC du Pays Bois de Nizerand Beaujolai
sur-Saône Thizy d'Azergues Azergues d'Azergues Saône Dorées Vauxonne Beaujolais de Tarare d'Oingt Beaujeu Morgon s
Total 23 816 9 172 839 4 261 1 660 6 421 5 140 2 836 1 555 8 573 3 443 4 322 744 72 782
11 147 6 281 264 1 096 1 111 3 477 2 209 1 644 956 6 178 2 164 3 136 484 54 129
Apport Interne
46,8 68,5 31,5 25,7 66,9 54,2 43,0 58,0 61,5 72,1 62,9 72,6 65,1 74,4
12 669 2 891 575 3 165 549 2 944 2 931 1 192 599 2 395 1 279 1 186 260 18 653
Apport Externe (CA)
53,2 31,5 68,5 74,3 33,1 45,8 57,0 42,0 38,5 27,9 37,1 27,4 34,9 44,8
6 030 398 275 1 009 331 1 402 1 580 755 161 709 593 596 143 0
Apport externe (Beaujolais)
25,3 4,3 32,8 23,7 19,9 21,8 30,7 26,6 10,4 8,3 17,2 13,8 19,2 0,0
Apport externe 6 639 2 493 300 2 156 218 1 542 1 351 437 438 1 686 686 590 117 18 653
(hors Beaujolais) dont % 27,9 27,2 35,8 50,6 13,1 24,0 26,3 15,4 28,2 19,7 19,9 13,7 15,7 25,6
COURLY (57) 8,1 3,0 15,6 29,9 5,2 3,1 10,8 3,8 12,7 4,8 9,5 3,7 8,3 7,9
CC Porte Ouest de la Dombes 7,2 0,0 0,4 1,9 0,8 1,1 3,4 1,2 0,1 0,1 0,2 0,7 0,8 2,9
CC de Montmerle Trois Rivières 2,6 0,0 0,2 0,4 0,4 7,1 0,7 4,3 0,1 0,0 0,2 0,8 0,7 1,8
CC Saône Vallée 3,4 0,1 1,1 3,9 0,2 0,5 3,5 0,7 0,1 0,1 0,3 0,2 0,3 1,7
CC du Pays de l'Arbresle 0,7 0,6 12,0 4,9 0,7 0,2 2,1 0,2 0,4 4,1 5,2 0,1 0,1 1,7
CC du Canton de Belmont de la Loire 0,0 6,1 0,0 0,0 1,1 0,0 0,0 0,0 0,6 0,1 0,0 0,1 0,0 0,8
CC du Pays entre Loire et Rhône 0,0 4,2 0,1 0,0 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 1,9 0,1 0,0 0,0 0,8
Origine

CC Val de Saône Chalaronne 0,8 0,0 0,0 0,1 0,1 3,7 0,2 1,2 0,1 0,0 0,0 0,9 0,5 0,7
CA le Grand Roanne 0,0 4,2 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,0 0,1 0,6 0,1 0,0 0,1 0,6
CA de Villefranche-sur-Saône 11 147 17 34 264 36 426 739 287 8 48 138 79 74 13 297
CC du Pays d'Amplepuis Thizy 33 6 281 2 13 79 4 7 9 380 31 3 1 6 843
CC du Beaujolais - Val d'Azergues 55 7 264 93 5 4 57 2 9 35 1 532
CC Monts d'Or - Azergues 231 7 27 1 096 4 15 135 5 2 15 13 4 3 1 557
CC de la Haute Vallée d'Azergues 112 90 8 20 1 111 20 27 7 27 15 74 38 2 1 551
CC du Beaujolais - Val de Saône 827 4 1 38 21 3 477 81 257 28 3 6 302 5 5 050
CC Beaujolais-Saône-Pierres Dorées 1 475 15 86 322 11 71 2 209 60 48 133 8 18 4 456
CC Beaujolais-Vauxonne 1 335 4 3 24 10 327 96 1 644 3 4 13 63 24 3 550
CC du Haut-Beaujolais 52 6 2 34 36 2 8 956 1 1 79 1 177
CC du Pays de Tarare 119 205 12 48 17 10 47 5 6 6 178 121 2 6 770
CC des Pays du Bois d'Oingt 751 39 95 150 78 30 285 25 3 176 2 164 8 12 3 816
CC de la Région de Beaujeu 290 3 4 15 21 440 25 60 74 3 4 3 136 4 4 079
CC Beaujolais Nizerand Morgon 750 1 3 20 15 19 79 39 1 7 24 9 484 1 451
Beaujolais 17 177 6 679 539 2 105 1 442 4 879 3 789 2 399 1 117 6 887 2 757 3 732 627 54 129
COURLY (57) 1 918 277 131 1 276 87 199 556 109 198 414 328 162 62 5 717

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 96/ 354
Les migrations domicile travail inter Communautés

CC de Matour et sa r‚gion

CC du Pays Clayettois CC du Mâconnais


Charolais

CC du Maconnais
CC Haut Beaujolais Beaujolais

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais


CC du Canton de Chauffailles
CC Val de Saône Chalaronne
CC Région Beaujeu

CC de Belmont
de la Loire CC B. Val de Saône
CC du Pays de Charlieu
CC de Montmerle
CC Haute Azergues Trois RiviŠres

CC B. Vauxonne
CA le Grand
Roanne
CC Amplepuis Thizy
CC du Pays CC Nizerand CC Porte Ouest
CAVillefranche
de Perreux Morgon de la Dombes

CC P Bois d’Oingt
CC Saône Vallée
CC B. Pierres dorées
CC du Pays entre Loire et Rhône
CC P Tarare
CC Mt d’Or
Azergues

Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée


CC Val d’A. CC de Miribel et du Plateau

CC de Balbigny
CC du Pays de l'Arbresle

250 CC e Saint Laurent


de Chamousset CU de Lyon (COURLY)
CC des Vallons du Lyonnais
500

1000

NB ne sont représentés que


1500 les mouvements supérieurs à 250
Nb le Grand Lyon configuration
à 57 communes

2000

Sources : Insee RP 1999, DGCL 2006

page 97/ 354


Syndicat mixte du SCOT Beaujolais

PRÉ DIAGNOSTIC
Commission Homme

Mai 2005
Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation : Diag Socio-ÉCo Version arrêtée page 98/ 354
Sommaire Homme
Commission
1 18 Les travailleurs non salariés
2 Sommaire 19 Les salariés précaires
3 Zones urbanisées 20 Les ménages imposés sur le revenu
4 Densité de population 21 Les revenus moyens
5 Densité des zones urbaines 22 les retraites dans le revenu
6 Solde migratoire 23 Les écarts de revenus
7 Solde naturel 24 La taille des ménages
8 Naissances et décès récents 25 La décohabitation
9 Age moyen 26 Petits et grands ménages
10 Pyramide des ages 27 La taille des logements
11 Indice de jeunesse 28 Les logements inoccupés
12 Indice de vieillesse 29 les propriétaires occupants
13 Indice de charge sociale 30 le taux de construction
14 Les longues études 31 la construction neuve individuelle
15 Les études courtes 32 la construction 1999-2003
16 Le taux dactivité 33 la structure de la population en 2030
17 Le rapport emploi sur actif 34

Le but de chaque commission est de


!comprendre et analyser les mécanismes de fonctionnement du territoire au
regard de la thématique
!comprendre et analyser ses forces et ses faiblesses
!comprendre et analyser opportunités et les menaces
!dresser les enjeux et les défis à relever
avoir une vision prospective des mécanismes

Commission Homme
Deux volets principaux
? La démographie
o Les derniers mouvements démographiques
o Les projections de populations : répercussions spatiales (nombre de
logements), économiques (volume d'actifs, formation), équipements
(maisons de retraites, lycées, collèges)…..
o …..
? L'habitat
o Les formes urbaines
o La construction neuve
o Les produits les plus demandés : conséquences sur le fonctionnement
urbain
o Les « personnes assignées à résidence » dans les divers parcs
o La mobilité résidentielle et les trajectoires résidentielles
o …….

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 99/ 354
Une forte concentration urbaine et une occupation spatiale dispersée
Les zones urbanisées
Homme
Commission

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
Nizerand Morgon
du Pays d'Amplepuis de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

InterScot Communes

2 0 5
3

4
8 1

9
6

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 100/ 354
Une occupation hétérogène de l’espace
La densité des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
de l'Agglomération de Villefranche

du Beaujolais - Val d'Azergues

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

Monts d'Or - Azergues

du Beaujolais - Val de Saône

Scot Beaujolais

Beaujolais-Vauxonne

du Pays de Tarare

des Pays du Bois d’Oingt

du Pays d'Amplepuis Thizy

Beaujolais Nizerand Morgon

de la Région de Beaujeu

de la Haute Vallée d'Azergues

du Haut-Beaujolais

0 200 400 600 800 1000

La densité de population en 1999

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

Densité (Hab/km²)
500 - 9 310
InterScot Communes 125 - 500 InterScot Inter Communalité
115 - 125
50 - 115
0- 50

0 2 0
2
5 5

3 3

4 4
1 1
8 8

7 7

9 9
6 6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 101/ 354
Une faible densité générale
La densité des zones urbanisées
Homme
Commission

du Haut-Beaujolais

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais
Nizerand Morgon
du Pays d'Amplepuis de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

Densité (hab/km²)
InterScot Communes 2 350 - 9 210
430 - 2 350
110 - 430
30 - 110
0- 30

2 0 5
3

4
8 1

9
6

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 102/ 354
Un territoire globalement attractif
Le solde migratoire des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
du Beaujolais - Val d'Azergues

Monts d'Or - Azergues

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

des Pays du Bois d’Oingt

Beaujolais Nizerand Morgon

du Haut-Beaujolais

Beaujolais-Vauxonne

de la Haute Vallée d'Azergues

de la Région de Beaujeu

Scot Beaujolais

du Beaujolais - Val de Saône

du Pays de Tarare

du Pays d'Amplepuis Thizy

de l'Agglomération de Villefranche

-0,40% 0,10% 0,60% 1,10% 1,60%

Le solde migratoire 1990 - 1999

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

taux annuel

InterScot Communes 1,5 - 10,3 % InterScot Inter Communalité


0,5 - 1,5
0 - 0,5
-0,6 - 0
-2,9 - -0,6

2 0
00
00 2 0
22
22
2 0
5 5
55
55
5

3 3
33
33
3

4
44
44
4 4
8 1
11
11
1 1
88
88
8 8

7
77
77
7 7

9
99
99
9 9
6
66
66
6 6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 103/ 354
Un solde naturel excédentaire sauf au nord ouest
Le solde naturel des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
du Beaujolais - Val d'Azergues

de l'Agglomération de Villefranche

Monts d'Or - Azergues

du Beaujolais - Val de Saône

Beaujolais Nizerand Morgon

Beaujolais-Vauxonne

des Pays du Bois d’Oingt

Scot Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Pays de Tarare

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

du Pays d'Amplepuis Thizy

du Haut-Beaujolais

de la Haute Vallée d'Azergues

-0,40% -0,20% 0,00% 0,20% 0,40% 0,60% 0,80% 1,00%

Le solde naturel 1990 - 1999

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

taux annuel

InterScot Communes 0,7 - 103 % InterScot Inter Communalité


0,2 - 0,7
0 - 0,2
-0,6 - 0
-100 - -0,6

2 0
00
00 2 0
22
22
2 0
5 5
55
55
5
3
333

4
44
44
4 4
8 1
11
11
1 1
88
88
8 8

7
77
77
7 7

999 9
6
66
66
6 6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 104/ 354
Des naissances dispersées et des décès plus concentrés Homme
Commission

Le solde naturel des communautés de communes du Beaujolais


de l'Agglomération de Villefranche

du Pays de Tarare

du Pays d'Amplepuis Thizy

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

du Beaujolais - Val de Saône


1999-2002 1990-1999
des Pays du Bois d’Oingt 1982-1990 1975-1982

Monts d'Or - Azergues

de la Région de Beaujeu

Beaujolais-Vauxonne

de la Haute Vallée d'Azergues

Beaujolais Nizerand Morgon

du Haut-Beaujolais

du Beaujolais - Val d'Azergues

0 100 200 300 400 500 600 700 800

Le solde naturel 1975 - 1999


de l'Agglomération de Villefranche

du Pays d'Amplepuis Thizy

du Pays de Tarare

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

de la Région de Beaujeu
1999-2002 1990-1999
du Beaujolais - Val de Saône
1982-1990 1975-1982
des Pays du Bois d’Oingt

Monts d'Or - Azergues

Beaujolais-Vauxonne

de la Haute Vallée d'Azergues

du Haut-Beaujolais

Beaujolais Nizerand Morgon

du Beaujolais - Val d'Azergues

0 50 100 150 200 250 300 350

Naissances 1999-2002 Décès 1999 - 2001

du Haut-Beaujolais du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu de la Région de Beaujeu

du Beaujolais du Beaujolais
Val de Saône Val de Saône
de la Haute Vallée de la Haute Vallée
d'Azergues d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche Thizy Villefranche

des Pays du des Pays du


Bois d’Oingt Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône Beaujolais-Saône
Pierres Dorées Pierres Dorées
du Pays de Tarare Monts d'Or du Pays de Tarare Monts d'Or
Azergues Azergues
du Beaujolais du Beaujolais
Val d'Azergues Val d'Azergues

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 105/ 354
Une opposition jeunes vieux
L’age moyen des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
du Haut-Beaujolais
de la Haute Vallée d'Azergues

du Pays d'Amplepuis Thizy


de la Région de Beaujeu

du Pays de Tarare

Scot Beaujolais
des Pays du Bois d’Oingt

du Beaujolais - Val de Saône


Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

Beaujolais-Vauxonne
de l'Agglomération de Villefranche

Monts d'Or - Azergues

Beaujolais Nizerand Morgon


du Beaujolais - Val d'Azergues

35 37 39 41 43 45

L’age moyen en 1999

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

Age moyen
45 - 65 ans
InterScot Communes 40 - 45 InterScot Inter Communalité
37 - 40
35 - 37
25 - 35

2 0 2 0
5 5

3 3

4 4
8 1 8 1

7 7

9 9
6
6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 106/ 354
Des pyramides d’âges très typées Homme
Commission
100
et- 100
et-
Femmes Hommes Femmes Beaujolais Nizerand Morgon Hommes
95-99 95-99
de la Région de Beaujeu 90-94 90-94
85-89 85-89
80-84 80-84

Beaujolais 75-79 Beaujolais Beaujolais 75-79 Beaujolais


70-74 70-74
65-69 65-69
60-64 60-64
55-59 55-59
50-54 50-54
45-49 45-49
40-44 40-44
35-39 35-39
30-34 30-34
25-29 25-29
20-24 20-24
15-19 15-19
10-14 10-14
05-09 05-09
00-04 00-04

10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 15,0 10,0 5,0 0,0 5,0 10,0 15,0

100
et- 100
et-
Femmes du Pays de Tarare Hommes Femmes Hommes
95-99 95-99
90-94 90-94
de la Haute Vallée d'Azergues
85-89 85-89
80-84 80-84

Beaujolais 75-79 Beaujolais Beaujolais 75-79 Beaujolais


70-74 70-74
65-69 65-69
60-64 60-64
55-59 55-59
50-54 50-54
45-49 45-49
40-44 40-44
35-39 35-39
30-34 30-34
25-29 25-29
20-24 20-24
15-19 15-19
10-14 10-14
05-09 05-09
00-04 00-04

10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0

100
et- 100
et-
Femmes Hommes Femmes Hommes
Beaujolais-Vauxonne 95-99
des Pays du Bois d’Oingt 95-99
90-94 90-94
85-89 85-89
80-84 80-84

Beaujolais 75-79 Beaujolais Beaujolais 75-79 Beaujolais


70-74 70-74
65-69 65-69
60-64 60-64
55-59 55-59
50-54 50-54
45-49 45-49
40-44 40-44
35-39 35-39
30-34 30-34
25-29 25-29
20-24 20-24
15-19 15-19
10-14 10-14
05-09 05-09
00-04 00-04

10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0

100
et- 100
et-
Femmes Hommes Femmes Hommes
95-99 95-99

du Beaujolais - Val de Saône 90-94


85-89
Beaujolais-Saône-Pierres Dorées
90-94
85-89
80-84 80-84

Beaujolais 75-79 Beaujolais Beaujolais 75-79 Beaujolais


70-74 70-74
65-69 65-69
60-64 60-64
55-59 55-59
50-54 50-54
45-49 45-49
40-44 40-44
35-39 35-39
30-34 30-34
25-29 25-29
20-24 20-24
15-19 15-19
10-14 10-14
05-09 05-09
00-04 00-04

10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0
10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0

100
et- 100
et-
Femmes Hommes Femmes Hommes
95-99 95-99

Monts d'Or - Azergues


90-94
85-89
du Haut-Beaujolais 90-94
85-89
80-84 80-84

Beaujolais 75-79 Beaujolais Beaujolais 75-79 Beaujolais


70-74 70-74
65-69 65-69
60-64 60-64
55-59 55-59
50-54 50-54
45-49 45-49
40-44 40-44
35-39 35-39
30-34 30-34
25-29 25-29
20-24 20-24
15-19 15-19
10-14 10-14
05-09 05-09
00-04 00-04

10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0

100
et- 100
et-
Femmes Hommes Femmes Hommes
95-99 95-99

du Beaujolais - Val d'Azergues 90-94


85-89 du Pays d'Amplepuis Thizy
90-94
85-89
80-84 80-84

Beaujolais 75-79 Beaujolais Beaujolais 75-79 Beaujolais


70-74 70-74
65-69 65-69
60-64 60-64
55-59 55-59
50-54 50-54
45-49 45-49
40-44 40-44
35-39 35-39
30-34 30-34
25-29 25-29
20-24 20-24
15-19 15-19
10-14 10-14
05-09 05-09
00-04 00-04

15,0 10,0 5,0 0,0 5,0 10,0 15,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0

100
et- 100
Femmes Hommes Scot Beaujolais Scot Beaujolais
95-99 95-99
90-94 Le Scot Beaujolais et 90-94
de l'Agglomération de Villefranche 85-89 les Scots périphériques 85-89
80-84 80-84

Beaujolais 75-79 Beaujolais Femmes 75-79 Hommes


70-74 70-74
65-69 65-69
60-64 60-64
55-59 55-59
50-54 50-54
45-49 45-49
40-44 40-44
35-39 35-39
30-34 30-34
25-29 25-29
20-24 20-24
15-19 15-19
10-14 10-14
05-09 05-09
00-04 00-04

10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 2,0 4,0 6,0 8,0 10,0

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 107/ 354
Une concentration des jeunes au sud et à l’est
L’indice de jeunesse des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
du Beaujolais - Val d'Azergues

Beaujolais Nizerand Morgon

Monts d'Or - Azergues

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

Beaujolais-Vauxonne

des Pays du Bois d’Oingt

de l'Agglomération de Villefranche

du Beaujolais - Val de Saône

Scot Beaujolais

du Pays de Tarare

de la Région de Beaujeu

de la Haute Vallée d'Azergues

du Pays d'Amplepuis Thizy

du Haut-Beaujolais

0,60 0,80 1,00 1,20 1,40 1,60 1,80 2,00

population £
20 ans
L’indice de jeunesse en 1999 Indice de jeunesse =
population ³
60 ans

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

indice de jeunesse
2,5 - 9,57
InterScot Communes 1,4 - 2,5 InterScot Inter Communalité
R

1,2 - 1,4
0,8 - 1,2
0,08 - 0,8

2 0 2 0
5 5

3 3

4 4
1 1
8 8

7 7

9 9
6 6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 108/ 354
Forte intensité du 4ème âge
L’indice de vieillesse des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
Beaujolais Nizerand Morgon

du Pays d'Amplepuis Thizy

de la Haute Vallée d'Azergues

du Beaujolais - Val de Saône

de la Région de Beaujeu

de l'Agglomération de Villefranche

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

Scot Beaujolais

des Pays du Bois d’Oingt

Beaujolais-Vauxonne

du Pays de Tarare

du Haut-Beaujolais

Monts d'Or - Azergues

du Beaujolais - Val d'Azergues

0,12 0,13 0,14 0,15 0,16 0,17 0,18 0,19 0,20 0,21 0,22

population ³
80 ans
L’indice de vieillesse en 1999 Indice de vieillesse =
population ³
60 ans

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

Indice de vieillesse
0,25 - 0,593
InterScot Communes 0,2 - 0,25 InterScot Inter Communalité
0,15 - 0,2
0,1 - 0,15
0,014 - 0,1

2 0 2 0
5 5

3 3

4 4
8 1 8 1

7 7

9
9
6 6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 109/ 354
Une forte charge sociale dans le nord ouest
L’indice de charge sociale des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
du Haut-Beaujolais

de la Haute Vallée d'Azergues

du Pays d'Amplepuis Thizy

de la Région de Beaujeu

du Pays de Tarare

Scot Beaujolais

du Beaujolais - Val de Saône

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais Nizerand Morgon

des Pays du Bois d’Oingt

de l'Agglomération de Villefranche

Monts d'Or - Azergues

du Beaujolais - Val d'Azergues

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

0,75 0,80 0,85 0,90 0,95 1,00 1,05 1,10 1,15 1,20

population £
L’indice de charge sociale en 1999 Indice de Charge Sociale = 20 ans+
population ³
60 ans
population ³ 59 ans
20 -

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

indice de charge sociale


1,25 - 500
InterScot Communes 0,95 - 1,25 InterScot Inter Communalité
0,85 - 0,95
0,75 - 0,85
0 - 0,75

2 0 2 0
5 5

3 3

4 4
1 1
8 8

7 7

9
9
6
6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 110/ 354
Les diplômés du supérieur : une localisation proche de la métropole
Les diplômés du supérieur des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
Monts d'Or - Azergues

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

du Beaujolais - Val d'Azergues

Beaujolais Nizerand Morgon

des Pays du Bois d’Oingt

Scot Beaujolais

de l'Agglomération de Villefranche

Beaujolais-Vauxonne

de la Région de Beaujeu

du Pays de Tarare

de la Haute Vallée d'Azergues

du Beaujolais - Val de Saône

du Pays d'Amplepuis Thizy

du Haut-Beaujolais

5 7 9 11 13 15 17 19 21

Les diplômés en 1999 (> Bac +2, base population > 15 ans)

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

les longues études


20 - 46,5
InterScot Communes 14 - 20 InterScot Inter Communalité
12 - 14
8 - 12
1,5 - 8

0 2 0
2 5 5

3 3

4 4
8 1 8 1

7 7

9 9
6 6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 111/ 354
Les faibles diplômés : forte densité dans la montagne
Les peu diplômés des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
Monts d'Or - Azergues

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

du Beaujolais - Val d'Azergues

Beaujolais Nizerand Morgon

des Pays du Bois d’Oingt

Scot Beaujolais

de l'Agglomération de Villefranche

Beaujolais-Vauxonne

de la Région de Beaujeu

du Pays de Tarare

de la Haute Vallée d'Azergues

du Beaujolais - Val de Saône

du Pays d'Amplepuis Thizy

du Haut-Beaujolais

42,0 44,0 46,0 48,0 50,0 52,0 54,0 56,0 58,0 60,0

Les diplômés en 1999 (BEPC, CEP, CAP, base population > 15 ans)

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

études courtes
55 - 80
InterScot Communes 50 - 55 InterScot Inter Communalité
47,5 - 50
40 - 47,5
20 - 40

2 0 2 0
5 5

3 3

4 4
8 1 8 1

7 7

9 9
6 6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 112/ 354
Une prédominance des actifs au sud est
Le taux d’activité des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
Beaujolais Nizerand Morgon

du Beaujolais - Val d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Monts d'Or - Azergues

des Pays du Bois d’Oingt

de la Région de Beaujeu

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

du Beaujolais - Val de Saône

Scot Beaujolais

du Pays de Tarare

de l'Agglomération de Villefranche

du Pays d'Amplepuis Thizy

de la Haute Vallée d'Azergues

du Haut-Beaujolais

45,0 47,0 49,0 51,0 53,0 55,0 57,0 59,0

Le taux d’activité en 1999 (base population >1 5 ans)

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

taux d'activité
65 - 84
InterScot Communes 60 - 65 InterScot Inter Communalité
55 - 60
45 - 55
21,2 - 45

0 2 0
2 5 5

3 3

4 4
8 1 8 1

7 7

9 9
6 6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 113/ 354
Peu de lieux d’emplois attractifs
Le rapport emplois actifs des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
de l'Agglomération de Villefranche

du Pays d'Amplepuis Thizy

du Beaujolais - Val de Saône

du Haut-Beaujolais

du Pays de Tarare

Scot Beaujolais

de la Région de Beaujeu

Monts d'Or - Azergues

de la Haute Vallée d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

du Beaujolais - Val d'Azergues

des Pays du Bois d’Oingt

Beaujolais Nizerand Morgon

0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8 0,9 1 1,1 1,2

Le rapport emploi sur actif en 1999

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

emploi sur actif


1,25 - 7,88 (travail)
InterScot Communes 1 - 1,25 InterScot Inter Communalité
0,75 -1
0,5 - 0,75
0,01 - 0,5 (résidence)

2 0 2 0
5 5

3 3

4 4
8 1 8 1

7 7

9 9
6
6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 114/ 354
Et des non salariés dans la montagne
Les travailleurs non salariés des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
de la Région de Beaujeu

du Haut-Beaujolais

Beaujolais Nizerand Morgon

Beaujolais-Vauxonne

des Pays du Bois d’Oingt

de la Haute Vallée d'Azergues

du Beaujolais - Val de Saône

Scot Beaujolais

Monts d'Or - Azergues

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

du Pays d'Amplepuis Thizy

du Pays de Tarare

du Beaujolais - Val d'Azergues

de l'Agglomération de Villefranche

7,00 12,00 17,00 22,00 27,00 32,00 37,00

Les travailleurs non salariés (TNS)

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

Les TNS
20 - 80
InterScot Communes 15 - 20 InterScot Inter Communalité
12 - 15
10 - 12
2,4 - 10

2 0 2 0
5 5

3 3

4 4
8 1 8 1

7 7

9 9
6
6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 115/ 354
Une faible concentration des travailleurs précaires
Les salariés précaires des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
de l'Agglomération de Villefranche

du Beaujolais - Val de Saône

du Pays d'Amplepuis Thizy

Scot Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Pays de Tarare

de la Haute Vallée d'Azergues

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

Beaujolais-Vauxonne

du Haut-Beaujolais

des Pays du Bois d’Oingt

Beaujolais Nizerand Morgon

Monts d'Or - Azergues

du Beaujolais - Val d'Azergues

9 10 11 12 13 14 15 16 17

Les salariés précaires

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

salariés précaires
20 - 50
InterScot Communes 15 - 20 InterScot Inter Communalité
12,5 - 15
9 - 12,5
0 - 9

2 0 2 0
5 5

3 3

4 4
8 1 8 1

7 7

9
9
6 6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 116/ 354
Une prédominance des ménages imposés au sud est
Le taux de ménages imposés des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission

Les ménages imposés sur le revenu en 2003

du
du
du
du
duHaut-Beaujolais
duHaut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais

de
de
de
de
dela
dela
la
la
laRégion
laRégion
Région
Région
Région de
Régionde
de
de
deBeaujeu
deBeaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu

du
du
du
du
duBeaujolais
duBeaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Valde
Val deSaône
de Saône
Saône

de
de
de
de
dela
dela
la
la
laHaute
laHaute
Haute
Haute
Haute Vallée
HauteVallée
Vallée
Vallée
Vallée
Vallée
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
du
du
du
du
duPays
duPays
Pays
Pays
Pays d'Amplepuis
Paysd'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis Nizerand
Nizerand
Nizerand
Nizerand
Nizerand Morgon
NizerandMorgon
Morgon
Morgon
Morgon
Morgon de
de
de
de
del'Agglomération
del'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche

des
des
desPays
des
des
desPays
Pays
Paysdu
Pays
Pays du
du
du
du
du
Bois
Boisd’Oingt
Bois
Bois
Bois
Bois d’Oingt
d’Oingt
d’Oingt
d’Oingt
d’Oingt

Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Pierres
PierresDorées
Pierres
Pierres
PierresDorées
Dorées
Dorées
Dorées

du
du
duPays
du
du
duPays
Pays
Paysde
Pays
Pays de
de
deTarare
de
deTarare
Tarare
Tarare
Tarare
Tarare Monts
Monts
Monts
Monts
Monts d'Or
Montsd'Or
d'Or
d'Or
d'Or
d'Or
Azergues
Azergues
Azergues
Azergues
Azergues

du
du
duBeaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Val
Vald'Azergues
Val
Val
Vald'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

Ménages imposés
60 - 100 %
InterScot Communes 50 - 60 InterScot Inter Communalité
40 - 50
20 - 40
0 - 20

0 0
00
00
2
22
22
2 00
00
0 2
22
22
2 0
5 5
55
55
55
55
5 5

3
33
33
3 3
33
33
3

4
44
44
4 4
44
44
4
8 1
11
11
1 1
11
11
88
88
8 8
88
88
8 1

7
77
77
7 7
77
77
7

9
99
99
9 9
99
99
9
6
66
66
6 6
66
66
6

0 - Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 117/ 354
Des revenus plus faible à l’ouest
Le revenu moyen des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission

Le revenu moyen en 2003

du
du
du
du
duHaut-Beaujolais
duHaut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais

de
de
de
de
dela
dela
la
la
laRégion
laRégion
Région
Région
Région de
Régionde
de
de
deBeaujeu
deBeaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu

du
du
du
du
duBeaujolais
duBeaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Val
Val
Val de
Valde
de
deSaône
deSaône
Saône
Saône
Saône

de
de
de
de
dela
dela
la
la
laHaute
laHaute
Haute
Haute
Haute Vallée
HauteVallée
Vallée
Vallée
Vallée
Vallée
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
du
du
du
du
duPays
duPays
Pays
Pays
Pays d'Amplepuis
Paysd'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis Nizerand
Nizerand
Nizerand
Nizerand
Nizerand Morgon
NizerandMorgon
Morgon
Morgon
Morgon
Morgon de
de
de
de
del'Agglomération
del'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche

des
des
des
des
desPays
desPays
Pays
Pays
Pays du
Paysdudu
du
du
du
Bois
Bois
Bois
Bois d’Oingt
Boisd’Oingt
d’Oingt
d’Oingt
d’Oingt

Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Pierres
PierresDorées
Pierres
Pierres
PierresDorées
Dorées
Dorées
Dorées

du
du
du
duPays
du
du Pays
Pays
Paysde
Pays
Pays de
de
deTarare
de
de Tarare
Tarare
Tarare
Tarare
Tarare Monts
Montsd'Or
Monts
Monts
Monts
Monts d'Or
d'Or
d'Or
d'Or
d'Or
Azergues
Azergues
Azergues

du
du
du
duBeaujolais
du
du Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Val
Vald'Azergues
Val
Val
Vald'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

Revenu moyen
23 400 - 100 000 €
InterScot Communes 17 700 - 23 400 InterScot Inter Communalité
14 300 - 17 700
11 600 - 14 300
0 - 11 600

2 0
00
00 2
22
22 0
00
00
0
22
22
2 0 2
5
5
55
55
5 55
55
5

3
33
33
3 3
33
33
3

4
44
44
4 4
44
44
4
1
11
11
1 1
8
88
88
8 8
88
88
8 11
11
1

7
77
77
7 7
77
77
7

9
99
99
9 9
99
99
9
6
66
66
6 6
66
66
6

- Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 118/ 354
Une forte proportion de retraites dans la montagne
La part des retraites des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission

La part des retraites et rentes dans les revenus en 2003

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

part des retraites


35 - 100 %
InterScot Communes InterScot Inter Communalité
27,5 - 35
22,5 - 27,5
17,5 - 22,5
0 - 17,5

2 0
00
00 2
22
22 0
00
00
0
22
22
2 0 2
5
5
55
55
5 55
55
5

3
33
33
3 3
33
33
3

4
44
44
4 4
44
44
4
8 1
11
11
1 1
11
11
88
88
8 8
88
88
8
1

7
77
77
7 7
77
77
7

9
99
99
9 9
99
99
9
6
66
66
6 6
66
66
6

- Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 119/ 354
Vers un accroissement des disparité de revenus
Les écarts à la moyenne des revenus en 1999 et 2003
Homme
Commission

1999 2003
du Haut-Beaujolais du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu de la Région de Beaujeu

du Beaujolais du Beaujolais
Val de Saône Val de Saône
de la Haute Vallée de la Haute Vallée
d'Azergues d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche Thizy Villefranche

des Pays du des Pays du


Bois d’Oingt Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône Beaujolais-Saône
Pierres Dorées Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues Azergues
du Beaujolais du Beaujolais
1999 Val d'Azergues 2003 Val d'Azergues
écart à la moyenne
5 000 - 200 000
1 000 - 5 000
-1 000 - 1 000
-5 000 - -1 000
du Haut-Beaujolais -50 000 - -5 000 du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu de la Région de Beaujeu

du Beaujolais du Beaujolais
Val de Saône Val de Saône
de la Haute Vallée de la Haute Vallée
d'Azergues d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche Thizy Villefranche

des Pays du des Pays du


Bois d’Oingt Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône Beaujolais-Saône
Pierres Dorées Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues Azergues
du Beaujolais du Beaujolais
Val d'Azergues Val d'Azergues

2 0
000 0
000
22
22
2 0
5
2
22
22
2 0
555
5 5
555
5

3
333
3 3
333
3

4
444
4 4
444
4
1
11
11
1 1
11
11
1
8
888
8 8
888
8

7
777
7 7
777
7

9
99
99
9 9
99
99
9
6
666
6 6
666
6

- Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 120/ 354
Une prédominance des actifs au sud est
La taille des ménages des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
Monts d'Or - Azergues

Beaujolais Nizerand Morgon

du Beaujolais - Val d'Azergues

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

des Pays du Bois d’Oingt

Beaujolais-Vauxonne

du Beaujolais - Val de Saône

Scot Beaujolais

du Pays de Tarare

de la Région de Beaujeu

du Pays d'Amplepuis Thizy

de la Haute Vallée d'Azergues

de l'Agglomération de Villefranche

du Haut-Beaujolais

2,10 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90

La taille des ménages

du
du
duHaut-Beaujolais
du
du
du Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais

de
de
dela
de
de
de la
la
laRégion
la
laRégion
Région
Régionde
Région
Région de
de
deBeaujeu
de
de Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu

du
du
duBeaujolais
du
du
du Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Valde
Val
Val
Valde
deSaône
de
de Saône
Saône
Saône
Saône

de
de
dela
de
de
de la
la
laHaute
la
laHaute
Haute
HauteVallée
Haute
Haute Vallée
Vallée
Vallée
Vallée
Vallée
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
du
du
duPays
du
du
du Pays
Pays
Paysd'Amplepuis
Pays
Pays d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis Nizerand
Nizerand
NizerandMorgon
Nizerand
Nizerand
Nizerand Morgon
Morgon
Morgon
Morgon
Morgon de
de
del'Agglomération
de
de
de l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche

des
des
desPays
des
des
des Pays
Pays
Paysdu
Pays
Pays du
du
du
du
du
Bois
Boisd’Oingt
Bois
Bois
Boisd’Oingt
d’Oingt
d’Oingt
d’Oingt

Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Pierres
PierresDorées
Pierres
Pierres
Pierres Dorées
Dorées
Dorées
Dorées

du
du
duPays
du
du
du Pays
Pays
Paysde
Pays
Pays de
de
deTarare
de
de Tarare
Tarare
Tarare
Tarare
Tarare Monts
Monts
Montsd'Or
Monts
Monts
Monts d'Or
d'Or
d'Or
d'Or
d'Or
Azergues
Azergues
Azergues
Azergues
Azergues

du
du
duBeaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Val
Vald'Azergues
Val
Val
Val d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

Taille ménage
2,8 - 3,29
InterScot Communes 2,65 - 2,8 InterScot Inter Communalité
2,45 - 2,65
2,25 - 2,45
1,5 - 2,25

2 0
00
00
0 2
22
22
2 0
00
00
0
22
22
2 5
5
55
55
5 55
55
5

3
33
33
3 3
33
33
3

4
44
44
4 4
44
44
4
8 1
11
11
1 1
11
11
1
88
88
8 8
88
88
8

7
77
77
7 7
77
77
7

9
99
99
9 9
99
99
9
6
66
66
6 6
66
66
6

- Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 121/ 354
La construction neuve limite les effets de la décohabitation
Les processus de décohabitation et de construction neuve
Homme
Commission
des communautés de communes du Beaujolais
des Pays du Bois d’Oingt 250

Effet
Construction
du Beaujolais - Val de Saône neuve

SCOT 200

du Pays de Tarare

de l'Agglomération de
Villefranche

150

du Haut-Beaujolais
100

de la Région de Beaujeu

50

de la Haute Vallée d'Azergues

Effet décohabitation
0
-210 -190 -170 -150 -130 -110 -90 -70 -50 -30

Les processus de décohabitation et de construction neuve


des Scot de la métropole Lyonnaise
600

8 - Ouest lyonnais 5 - La Dombes


Effet Construction

500
Val de Saône
Dombes

Nord-Isère
400

Bugey Côtière Plaine de


l'Ain

Haut Agglomération lyonnaise


Rhône Dauphinois 300

Les Rives
Interscot
du Rhône

Beaujolais 200

Sud Loire 100

Effet décohabitation
0
-200 -180 -160 -140 -120 -100 -80 -60 -40 -20 0

Les processus de décohabitation et de construction neuve des communes et communautés du Beaujolais


1000

du Beaujolais - ValCERCIE
d'Azergues

LOZANNE
800
Effet
construction neuve
LACHASSAGNE CIVRIEUX-D'AZERGUES
LETRA
RIVOLET
CHAZAY-D'AZERGUES
SAINT-VERAND
AMBERIEUX
BELMONT-D'AZERGUES

TAPONAS
600
DAREIZE LISSIEU AFFOUX
MARCY Monts d'Or - Azergues CHASSELAY

POUILLY-LE-MONIAL QUINCIEUX POMMIERS


LEGNY
SAINT-APPOLINAIRE LIERGUES AZOLETTE
Beaujolais-Saône-Pierres DoréesOINGT
SAINT-JEAN-DES-VIGNES
SAINT-LOUP ARNAS CHESSY SAINT-JULIEN
CHATILLON SAINT-ROMAIN-DE-POPEY
SAINT-ETIENNE
SAINT-FORGEUX
LIMAS
MORANCE
400 CHARNAY

SAUVAGES SAINT-MARCEL-L'ECLAIRE ODENAS EMERINGES


LACENAS
CHERES LUCENAY SAINT-GEORGES-DE-RENEINS CHENELETTE JOUX
MONTMELAS-SAINT-SORLIN SAINT-CYR-LE-CHATOUX COGNY MONSOLS
DENICE
ANSE Beaujolais Nizerand Morgon PERREON
ALIX
SAINT-MAMERT SALLES-ARBUISSONNAS-EN-BEAUJOLAIS
DRACE CHENAS
SAINT-DIDIER-SUR-BEAUJEU BAGNOLS SAINT-CLEMENT-DE-VERS
LAMURE
BOIS-D'OINGT CENVESVERNAYCLAVEISOLLES
OLMES
SAINT-BONNET-DES-BRUYERES SAINT-JEAN-LA-BUSSIERE Beaujolais-Vauxonne
QUINCIE-EN-BEAUJOLAISSAINT-JEAN-D'ARDIERES VAUX-EN-BEAUJOLAIS AVENAS
200MARCILLY-D'AZERGUES
ARDILLATS
MEAUX-LA-MONTAGNE THEL
GLEIZE BLACE POULE-LES-ECHARMEAUX SAINT-ETIENNE-LA-VARENNE TRADES
SAINT-CLEMENT-SUR-VALSONNE
VALSONNE CHARENTAY FRONTENAS
ANCY PROPIERES TARARE VILLEFRANCHE-SUR-SAONE SAINT-LAGER
TERNAND RONNO
BELLEVILLE des Pays du Bois d’Oingt
BEAUJEU JULLIE
SAINT-VINCENT-DE-REINS
CUBLIZE MARNAND
SAINT-CHRISTOPHE
SAINTE-PAULE LANCIE CORCELLES-EN-BEAUJOLAIS
VILLIE-MORGON JULIENAS
Effet décohabitation SCOT du Beaujolais Val de Saône
FLEURIE
VAUXRENARD
PONTCHARRA-SUR-TURDINE - VILLE-SUR-JARNIOUX
THEIZE
CHAMBOST-ALLIERES
SAINT-JACQUES-DES-ARRETS du Pays de Tarare de l'Agglomération de Villefranche 0
COURS-LA-VILLE AMPLEPUIS
SAINT-NIZIER-D'AZERGUES
-700 -600 -500 -400 -300 -200 SAINT-JUST-D'AVRAY
-100 0 100 200
OUROUX LANTIGNIE
JARNIOUX
MARDORE
du Haut-Beaujolais CHAMELET
SAINT-IGNY-DE-VERS
MARCHAMPT
DIEME
BOURG-DE-THIZY de la Région de Beaujeu RANCHAL
AIGUEPERSE
SAINT-BONNET-LE-TRONCY
-200 SAINT-LAURENT-D'OINGT
de la Haute Vallée d 'Azergues BREUIL

CHIROUBLES
THIZY
REGNIE-DURETTE GRANDRIS
MOIRE
CHAPELLE-DE-MARDORE
du Pays d'Amplepuis Thizy
-400

PONT-TRAMBOUZE

-600

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 122/ 354
Une sur représentation des petits ménages au nord ouest
Le taux d’activité des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission
du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Pays d'Amplepuis Thizy

de l'Agglomération de Villefranche

de la Haute Vallée d'Azergues

du Pays de Tarare

Scot Beaujolais

du Beaujolais - Val de Saône

Beaujolais-Vauxonne

des Pays du Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône-Pierres Dorées

Beaujolais Nizerand Morgon

du Beaujolais - Val d'Azergues

Monts d'Or - Azergues

3,5 4,5 5,5 6,5 7,5 8,5

Ménage 1 ou 2 personnes
Les petits et grands ménages en 1999 Ménage 5 personnes et plus

du
du
duHaut-Beaujolais
du
du
du Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais

de
de
dela
de
de
de la
la
laRégion
la
laRégion
Région
Régionde
Région
Région de
de
deBeaujeu
de
de Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu

du
du
duBeaujolais
du
du
du Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Valde
Val
Val
Valde
deSaône
de
de Saône
Saône
Saône
Saône

de
de
dela
de
de
de la
la
laHaute
la
laHaute
Haute
HauteVallée
Haute
Haute Vallée
Vallée
Vallée
Vallée
Vallée
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
du
du
duPays
du
du
du Pays
Pays
Paysd'Amplepuis
Pays
Pays d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis Nizerand
Nizerand
NizerandMorgon
Nizerand
Nizerand
Nizerand Morgon
Morgon
Morgon
Morgon
Morgon de
de
del'Agglomération
de
de
de l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche

des
des
desPays
des
des
des Pays
Pays
Paysdu
Pays
Pays du
du
du
du
du
Bois
Bois
Boisd’Oingt
d’Oingt
d’Oingt

Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Pierres
PierresDorées
Pierres
Pierres
Pierres Dorées
Dorées
Dorées
Dorées

du
du
duPays
du
du
du Pays
Pays
Paysde
Pays
Pays de
de
deTarare
de
de Tarare
Tarare
Tarare
Tarare
Tarare Monts
Monts
Montsd'Or
Monts
Monts
Monts d'Or
d'Or
d'Or
d'Or
d'Or
Azergues
Azergues
Azergues
Azergues
Azergues

du
du
duBeaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Val
Vald'Azergues
Val
Val
Val d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

petit/grand ménage
15 - 72
InterScot Communes 6,5 - 15 InterScot Inter Communalité
5,5 - 6,5
4 - 5,5
1,6 - 4

2 0
00
00
0 2
22
22
2 0
00
00
0
22
22
2 5
5
55
55
5 55
55
5

3
33
33
3 3
33
33
3

4
44
44
4 4
44
44
4
8 1
11
11
1 1
11
11
1
88
88
8 8
88
88
8

7
77
77
7 7
77
77
7

9
99
99
9 9
99
99
9
6
66
66
6 6
66
66
6

- Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 123/ 354
Beaucoup de grands logements sauf à Villefranche
Lenombre de pièces des loegements des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission

Le nombre de pièces moyen des logements en 1999

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

nombre de pièces
4,5 - 10 pièces
InterScot Communes 4,2 - 4,5 InterScot Inter Communalité
4 - 4,2
3,5 - 4
1 - 3,5

0 0
00
00
2
22
22
2 00
00
0 2
22
22
2 0
5 5
55
55
55
55
5 5

3
33
33
3 3
33
33
3

4
44
44
4 4
44
44
4
8 1
11
11
1 1
11
11
88
88
8 8
88
88
8 1

7
77
77
7 7
77
77
7

9
99
99
9 9
99
99
9
6
66
66
6 6
66
66
6

- Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 124/ 354
Un poids de résidences secondaires fort dans la montagne
Le taux de logements inocupés des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission

Le taux inoccupation des logements

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône

de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis Nizerand Morgon de l'Agglomération
Thizy Villefranche

des Pays du
Bois d’Oingt

Beaujolais-Saône
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues

du Beaujolais
Val d'Azergues

Log. inoccupés
27,5 - 88,6
InterScot Communes 15,5 - 27,5 InterScot Inter Communalité
14 - 15,5
10 - 14
1,7 - 10

2 0
00
00 2
22
22 0
00
00
0
22
22
2 0 2
5
5
55
55
5 55
55
5

3
33
33
3 3
33
33
3

4
44
44
4 4
44
44
4
1
11
11
1 1
8
88
88
8 8
88
88
8 11
11
1

7
77
77
7 7
77
77
7

9
99
99
9 9
99
99
9
6
66
66
6 6
66
66
6

- Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 125/ 354
Les propriétaires occupants : hors la ville
Le taux de propriétaires occupants des communautés de communes du Beaujolais
Homme
Commission

Le taux de propriétaires occupants des logements

du
du
du
du
duHaut-Beaujolais
duHaut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais
Haut-Beaujolais

de
dela
de
de
de
de lalaRégion
la
la
la Régionde
Région
Région
Région
Région deBeaujeu
de
de
de
de Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu
Beaujeu

du
du
du
du
duBeaujolais
duBeaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Val
Val
Val de
Valde
de
deSaône
deSaône
Saône
Saône
Saône

de
de
de
de
dela
dela
la
la
laHaute
laHaute
Haute
Haute
Haute Vallée
HauteVallée
Vallée
Vallée
Vallée
Vallée
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne
Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Beaujolais
du
du
du
du
duPays
duPays
Pays
Pays
Pays d'Amplepuis
Paysd'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis
d'Amplepuis Nizerand
Nizerand
Nizerand
Nizerand
Nizerand Morgon
NizerandMorgon
Morgon
Morgon
Morgon
Morgon de
de
de
de
del'Agglomération
del'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
l'Agglomération
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy
Thizy Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche
Villefranche

des
des
desPays
des
des
desPays
Pays
Paysdu
Pays
Pays du
du
du
du
du
Bois
Bois
Bois
Bois d’Oingt
Boisd’Oingt
d’Oingt
d’Oingt
d’Oingt

Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Beaujolais-Saône
Pierres
PierresDorées
Pierres
Pierres
PierresDorées
Dorées
Dorées
Dorées

du
du
duPays
Pays
Paysde
de
deTarare
Tarare
Tarare Monts
Montsd'Or
Monts d'Or
d'Or
Azergues
Azergues
Azergues
Azergues
Azergues
Azergues

du
du
duBeaujolais
Beaujolais
Beaujolais
Val
Val
Vald'Azergues
Val
Val
Vald'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues
d'Azergues

Propriétaires
75 - 100 %
InterScot Communes 56 - 75 InterScot Inter Communalité
55 - 56
50 - 55
1 - 50

2 0
00
00 2
22
22 0
00
00
0
22
22
2 0 2
5
5
55
55
5 55
55
5

3
33
33
3 3
33
33
3

4
44
44
4 4
44
44
4
8 1
11
11
1 111
88
88
8 888

7
77
77
7 7
77
77
7

9
99
99
9 9
99
99
9
6
66
66
6 666

- Val de Saône - Dombes ; 1 - Agglomération lyonnaise ; 2 - Beaujolais ; 3 - Bugey Côtière Plaine de l'Ain ; 4 - Haut-Rhône Dauphinois ; 5 - La Dombes ; 6 - Les Rives du Rhône ; 7 - Nord-Isère ; 8 - Ouest lyonnais ; 9 - Sud Loire

Schéma de cohérence territoriale du Beaujolais Rapport de présentation


Syndicat : Diag Socio-ÉCo
Mixte du Scot Beaujolais Version
Pré-diagnostic arrêtée
Mai 2005 page 126/ 354
Une forte poussée de la construction neuve
Le taux de construction neuve (pour 1 000 logements en 1999)
Homme
Commission

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône
de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis de l'Agglomération
Nizerand Morgon
Thizy Villefranche

des Pays du
période 1999 2003
Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône
1 500 logements
Pierres Dorées

du Pays de Tarare Monts d'Or


Azergues 750
du Beaujolais
Val d'Azergues

150

du Haut-Beaujolais

de la Région de Beaujeu

du Beaujolais
Val de Saône
de la Haute Vallée
d'Azergues

Beaujolais-Vauxonne

Beaujolais
du Pays d'Amplepuis
Thizy
Nizerand Morgon de l'Agglomération
Villefranche
période 1994 - 1998
des Pays du Taux de construction
Bois d’Oingt
Beaujolais-Saône pour 1000 logements
Pierres Dorées